Navigation – Plan du site
Le monde de Trump
Le vote et l’origine du phénomène

Le dilemme du Parti républicain dans le Wisconsin suite à l’élection de Trump

The Wisconsin Republican Party’s Dilemma Following the Trump Election
Roman Vinadia

Résumés

Les résultats de l’élection présidentielle de 2016 semblent indiquer l’achèvement de la conquête des territoires ruraux par le Parti républicain. Pourtant, ces résultats occultent des dynamiques de vote qui pointent vers un dilemme que le Parti devra adresser pour maintenir sa viabilité électorale. Parallèlement au succès de Donald Trump en milieux ruraux, il s’est fait rejeter par les républicains conservateurs des banlieues qui constituent le dernier pôle démographique conséquent permettant au Parti républicain de rivaliser numériquement avec le Parti démocrate. Plus encore, l’injection d’un nouvel électorat dans les rangs du Parti républicain menace le rapprochement entre le Parti républicain et le mouvement conservateur. À travers une analyse cartographique, cet article propose de démontrer comment les résultats de l’élection de 2016 dans le Wisconsin illustrent ce dilemme. Le Parti républicain de l’État est aujourd’hui tiraillé entre l’électorat rural trumpien et ses bastions conservateurs suburbains traditionnels.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La ceinture de la rouille (Rust Belt) correspond au territoire industrialisé localisé dans le (...)

1La victoire de Donald Trump, le 8 novembre 2016, consacre le succès du Parti républicain. Le premier parti politique américain contrôle désormais les institutions fédérales et 25 États (contre 6 pour le Parti démocrate). Trump est parvenu à briser le « pare-feu bleu » des États de la ceinture de la rouille1 ; le Michigan, la Pennsylvanie et le Wisconsin étant jusqu’alors des États acquis aux Démocrates dans les élections présidentielles. En 2016, les Républicains emportaient le Michigan et la Pennsylvanie, pour la première fois depuis 1988, et le Wisconsin, depuis 1984.

2Une analyse plus poussée des résultats révèle cependant une évolution de la géographie électorale qui pourrait affecter la coalition républicaine sur le long terme. En effet, la conversion des électeurs blancs ruraux au Parti républicain, entamée depuis Nixon, a été étendue par Trump dans la ceinture de la rouille, traditionnellement acquise au Parti démocrate. Cette conversion a néanmoins aliéné une partie de la base électorale du Parti républicain située dans les banlieues, centres historiques du pouvoir républicain. Les élections de 2016 révèlent l’émergence d’une ligne de fracture au cœur du Parti républicain qui risque d’influencer la géographie électorale pour les élections à venir.

3L’émergence de la candidature de Trump au sein du Parti républicain était en effet le produit d’une fusion avec le mouvement conservateur, matérialisée pendant la seconde moitié du XXe siècle dans les nouvelles banlieues de villes américaines en pleine croissance. Ce mouvement conservateur est le produit d’une stratégie d’unification de différents courants de pensée qui connut des variations idéologiques au fur et à mesure du temps. Ronald Reagan acheva cette fusion dans les années 1980 lorsqu’il transforma le Parti républicain en parti du libéralisme économique, du désengagement du gouvernement fédéral au profit des pouvoirs étatiques et locaux, de l’interventionnisme à l’international et du conservatisme social. Les thèmes de campagne de Donald Trump, notamment l’imposition de droits de douanes, la promesse de la protection sociale pour tous, le message isolationniste sur la scène internationale et l’emphase sur les questions identitaires, ne coïncident donc pas avec ce que l’on pourrait appeler l’orthodoxie républicaine.

  • 2 Roman Vinadia, « États-Unis : une géographie électorale à bascule », Géoconfluences, 10 novem (...)

4Si de prime abord les résultats semblent indiquer une simple continuation de la double coalition électorale du Parti républicain (les banlieues conservatrices et l’Amérique rurale blanche), une analyse plus précise révèle que les faiblesses de cette coalition. Les résultats dans le Wisconsin démontrent comment cette élection et la victoire de Donald Trump ouvrent une fissure au sein de l’électorat républicain. La géographie du vote dans l’État du Wisconsin est représentative des dynamiques électorales caractéristiques de la ceinture de la rouille mais aussi d’autres États où la rupture urbain/rural façonne le vote2. Cela en fait un cas d’étude particulièrement pertinent pour appréhender les nouvelles tendances électorales sur la scène politique américaine.

5Le Wisconsin représentait jusqu’à l’élection de 2016 un modèle de l’alliance entre le Parti républicain et le mouvement conservateur. Alors que le Wisconsin fut un foyer de l’activisme Never Trump, groupement de personnalités politiques et médiatiques conservatrices cherchant à empêcher la nomination du milliardaire, cet État a paradoxalement constitué l’une des clefs de la victoire de Trump. La victoire ne provient cependant pas des soutiens historiques du Partir républicain ; 26 comtés qui avaient voté pour Obama en 2008 et 2012 votèrent pour Trump en 2016. Pourtant, cette victoire en territoire démocrate n’équivaut pas à une conversion en masse au Parti républicain. Le Sénateur républicain Ron Johnson n’a gagné que 17 de ces 26 comtés et obtenu presque 80 000 voies de plus que Donald Trump dans l’ensemble de l’État.

  • 3 La notion de suburbs implique un territoire particulier dans les représentations portée (...)
  • 4 US Census Bureau, Measuring America : Our changing landscape, 8 décembre 2016.
  • 5 Jed Kolko, « How suburban are big American cities ? », FiveThirtyEight, 21 mai 2015. <h (...)
  • 6 Juliet F. Gainsborough, Fenced off: the suburbanization of American politics, Washington, DC  (...)

6Donald Trump a donc fait émerger de nouvelles lignes de fracture au sein du Parti républicain du Wisconsin. Son succès dans certains territoires ruraux a peut-être été bénéfiques au Parti républicain en 2016, mais l’impact de cet électorat sur le contenu idéologique du Parti et les impulsions nativistes de Trump risquent de mettre à mal la stabilité et la force de son organisation dans les banlieues. Le succès de Trump a clairement aliéné une partie du vote républicain dans les banlieues3, pôle démographique indispensable à la survie électorale du Parti sur le long terme. En effet, presque 81 % des Américains vivent dans des territoires urbains4 et parmi eux 53 % se disent suburbains5. En outre, c’est dans ces banlieues que la croissance démographique est la plus importante. Or elles ont historiquement très largement favorisé le Parti républicain6.

7Pour comprendre comment se dessine cette ligne de fracture au sein du Parti républicain, nous nous pencherons d’abord sur la prise de contrôle du Parti par le mouvement conservateur puis sur la crise de la fin de le présidence Bush, ouvrant la voie à l’émergence de Trump. Bien que le Parti républicain du Wisconsin soit devenu un modèle pour les Partis républicains des autres États, les résultats de l’élection de 2016 menacent posent la question de l’avenir de la coalition électorale républicaine dans cet État.

Quelle place pour Donald Trump au sein d’un Parti républicain conservateur ?

  • 7 Hans Noel, Political Ideologies and Political Parties in America, New York : Cambridge Univ (...)
  • 8 John R. Davis & Jacob O. Stampen, « Sub-Party Coalitions in the Congress : the Evid (...)
  • 9 David R. Mayhew, Placing Parties in American Politics, Princeton : Princeton University Pre (...)
  • 10 Juliet F. Gainsborough, Fenced off: the suburbanization of American politics, op. c (...)

8Les partis politiques américains ne sont pas historiquement toujours porteurs d’une idéologie7. Les priorités politiques de ces institutions fortement décentralisées étaient avant tout articulées sur la base de coalitions géographiques8. C’est l’opportunisme de la part d’une élite locale qui expliquait la prédominance d’un parti politique bien plus que l’adoption d’une idéologie partisane définie9. Ceci explique que le Parti de Lincoln, porteur d’une ambition nationale forte et opposé à l’esclavage, ait pu muer en un parti de droite conservateur à forte tendance anti-fédéraliste et traversé de courants racistes. Cette évolution est le produit d’une stratégie pensée pendant la seconde moitié du XXe siècle, notamment avec la candidature du conservateur Barry Goldwater à la présidentielle de 1964 ; celle-ci marque le début du processus d’idéologisation du Parti républicain. Elle fut mise en place par des militants et des activistes mobilisés pour un mouvement conservateur naissant, et courtisés par un Parti républicain en mal d’électorat. Elle comporte aussi une dimension géographique essentielle. Elle s’est en effet matérialisée en une coalition électorale rassemblant les nouvelles banlieues dans des villes de l’Ouest en pleine croissance, dans celles d’un Midwest en prise à des évolutions démographiques importantes et plus tard, dans des territoires ruraux10.

La formulation d’une pensée conservatrice

  • 11 Alan Brinkley, « The Problem of American Conservatism », The American Historical (...)

9Le mouvement conservateur est avant tout pluriel, composé de différentes factions dont les idéologies varient11. Si les taxonomies de ce courant divergent, on considère généralement qu’il est composé de quatre factions : les socio-conservateurs, les conservateurs économiques, les néoconservateurs et les libertariens. Elles ne sont pas nécessairement exclusives et les électeurs se revendiquent d’ailleurs rarement d’une seule.

  • 12 Earl Black & Mearl Black, The Rise of Southern Republicans, Cambridge : Belknap Press of (...)
  • 13 « […] the fear of the state, the elevation of individual liberty above all othe (...)
  • 14 Corey Robin, The Reactionary Mind, New York : Oxford University Press, 2011.
  • 15 « the postwar conservatism brought together three powerful and partially contradictory (...)

10La fusion de ces courants est le produit d’une stratégie avant tout pensée par un groupe d’intellectuels, en réaction initialement au New Deal puis au consensus libéral développé depuis les années 1930 jusqu’à l’ère Reagan12. Ces intellectuels conservateurs critiquent les réformes qui engendrent une augmentation significative de la taille et du rôle du gouvernement fédéral. Ils comparent ces politiques à un proto-communisme, incompatible avec les valeurs américaines, et à une violation des libertés individuelles. Les écrits de personnalités centrales au mouvement telles que Russell Kirk, George Nash et William F. Buckley constituent les premières formulations de cette pensée conservatrice. Buckley fonda notamment la National Review en 1955, un journal qui devint le principal organe de presse du mouvement. Ces intellectuels allèrent puiser dans les écrits des économistes libéraux (Friedrich A. Hayek) et des penseurs conservateurs britanniques du XVIIIe siècle (Edmund Burke). Le premier leur permit d’articuler « la peur de l’État, l’élévation de la liberté individuelle par-dessus toute autre valeur, [et] l’insistance que la liberté individuelle est inséparable de la liberté économique »13. Le second leur offrit ensuite l’argument traditionnaliste nécessaire à l’incorporation de l’électorat religieux dans le mouvement : la foi chrétienne comme fondement de la société américaine. Le lien social serait alors préservé non pas par l’intervention de l’État dans la vie des individus mais par l’adhésion aux valeurs chrétiennes14. Ainsi, la notion de liberté individuelle comme nécessaire au fonctionnement d’un capitalisme de type laissez-faire et la volonté de préserver une identité religieuse chrétienne furent réconciliées dans l’opposition au New Deal. En somme, « le conservatisme d’après-guerre a rassemblé trois courants intellectuels puissants et partiellement contradictoires qui avaient été jusqu’alors largement indépendants les uns des autres : libertarisme, traditionalisme et anticommunisme »15.

  • 16 Les libertariens prônent un libéralisme radical tant dans les affaires économiques (...)
  • 17 Charlie Sykes, op. cit., 81-86.

11Cette fusion fut soutenue par la création de think tanks et de groupes d’intérêt offrant aux candidats et aux activistes un programme conservateur. En 1964 est ainsi fondée l’American Conservative Union dont la conférence annuelle (CPAC) est un passage obligé pour toute personnalité se revendiquant du mouvement. Le Cato Institute, un think tank libertarien16, fut créé en 1970 et la Heritage Foundation, pierre angulaire de l’expression de la pensée du mouvement, en 1973. L’objectif partisan du mouvement est affiché à travers la création de différents clubs et organisations militantes, tels que Young American for Freedom (1960) ou l’Eagle Forum (1972), qui jouent un rôle central dans la fusion entre le mouvement et le Parti. Dans le même temps, l’émergence des talk-shows radiodiffusés, de nouvelles publications conservatrices et de Fox News permit la création d’une véritable chambre d’écho conservatrice capable de promouvoir son message auprès de la base tout en contournant les filtres des médias de masse, perçus comme centristes ou progressistes17.

  • 18 Elizabeth Tandy-Shermer, op. cit., 11-12.
  • 19 Theda Skocpol & Vanessa Williamson, The Tea Party and the remaking of Republican conserv (...)

12Enfin, les intérêts économiques exercèrent une influence considérable sur la prise de contrôle du Parti républicain par le mouvement conservateur. On peut penser ici aux industriels du Nord-Est et du Midwest ou aux magnats de l’acier et de l’industrie ferroviaire. On trouve également les fameux Boosters, ces entrepreneurs qui jouèrent un rôle central dans la consolidation du Parti républicain dans les États du Sud et du Sud-Ouest18. En effet, les politiques des gouvernements démocrates successifs dans la période d’après-guerre étaient perçues comme menaçant leurs activités économiques. Ils s’impliquèrent donc de manière significative dans la promotion du mouvement conservateur, notamment à travers le financement des campagnes électorales, les think tanks et les médias conservateurs19.

La rencontre entre un mouvement et un parti

  • 20 Kim Philips-Fein, op. cit., 723-743.
  • 21 Donald Critchlow, op. cit., 66-76.
  • 22 « grew out of the grassroots political efforts of people such as the midwestern women […] (...)

13L’alliance parti-mouvement se cristallisa progressivement autour d’une base électorale qui, se sentant trahie par le Parti démocrate de plus en plus associé aux politiques du New Deal puis de la Great Society de Johnson dans les années 1960, se tourna vers le Parti républicain20. Accusant l’establishment du parti, à l’époque dirigé par Nelson Rockefeller, de se complaire dans la tradition libérale impulsée par le Parti démocrate21, ces électeurs conservateurs se mobilisèrent derrière la candidature du Sénateur de l’Arizona Barry Goldwater à la primaire républicaine présidentielle de 1964. La victoire de celui-ci fut portée par une base électorale construite sur le terrain par l’engagement politique « des femmes du Midwest, […] et de femmes au foyer qui vivaient dans des banlieues aisées dans le Comté d’Orange [en Californie où] les propriétaires furent séduits par le mouvement conservateur, sa vision d’un gouvernement de taille réduite et son du libre marché appliquée aux politiques sociales incarnées »22.

  • 23 Hans Noel, op. cit., 153-157.
  • 24 François Vergniolle de Chantal, « Le parti de Lincoln est-il devenu celui de Calhoun? : H (...)
  • 25 Earl Black & Mearl Black, op. cit., 149.

14Si l’élection de 1964 fut une débâcle historique pour le Parti républicain, elle marqua néanmoins un tournant significatif dans les coalitions électorales américaines. En effet, la candidature de Goldwater réveilla la tradition sudiste héritée de la guerre de Sécession en interprétant le New Deal¸ la Great Society et le mouvement naissant des droits civiques comme un accroissement du pouvoir du gouvernement fédéral sur les États23. Le mouvement conservateur puisa dans la pensée anti-fédéraliste et à fortes tonalités raciales des années précédant la guerre de Sécession pour exprimer une critique du pouvoir fédéral24. Ce pouvoir fédéral croissant sous la direction du Parti démocrate et la mise en œuvre de ses politiques furent perçus comme une menace à l’encontre de l’individualisme américain et des valeurs morales de la société (ségréguée)25. Pour la première fois de son histoire, le Parti républicain était en tête dans cinq États sudistes.

  • 26 Soufian Alsabbagh, La Nouvelle droite américaine, Paris : Demopolis, 2012, 34.
  • 27 Ibidem.

15Le travail d’alliance entre Parti républicain et mouvement conservateur se perfectionna lors des campagnes suivantes. À mesure que les Afro-Américains du Sud se rallièrent au Parti démocrate, les conservateurs blancs du Sud se rallièrent au Parti républicain. En 1972, quand Nixon « combina les appels à l’ordre et au droit à un conservatisme économique » dans une Amérique aux prises avec des manifestations anti-guerre du Vietnam et pro-déségrégation, il continua la conversion du Sud démocrate en un bastion républicain26. Nixon sut réconcilier les factions conservatrices et l’establishment républicain mais l’équilibre s’établit alors « pour la première fois, de façon évidente, au profit des conservateurs »27.

  • 28 Lisa McGirr, op. cit., 18.
  • 29 « Heritage [Foundation] had handed the incoming Reagan administration in 1981 a blue-prin (...)
  • 30 « promised a new era of national renewal emphasizing traditional values- the di (...)
  • 31 « In this present crisis, government is not the solution to our problem; government is th (...)

16La fusion entre le Parti républicain et le mouvement conservateur s’acheva avec l’élection à la présidence de Ronald Reagan en 1980. Ancien soutien de Goldwater, Reagan était un espoir montant du mouvement depuis son mandat de gouverneur de Californie (1967-1975), alors berceau de ce nouveau conservatisme28. Au lendemain de son élection, « la Heritage [Foundation] avait rendu à la nouvelle administration Reagan […] un plan pour gouverner, un manuel d’instructions de 1100 pages intitulé Mandate for Leadership » 29. Cette ligne de route fit du Parti républicain un outil du mouvement conservateur. La campagne de Reagan incarnait effectivement les idéaux du mouvement : il proposait des réductions d’impôts, promettait « une nouvelle ère de renouveau national, insistant sur les valeurs traditionnelles – la dignité du travail, l’amour de la famille et du voisinage, la foi en Dieu »30 et se positionnait comme le plus à même de combattre l’URSS. Enfin, il déclarait que « dans la crise actuelle, le gouvernement n’est pas la solution à notre problème, le gouvernement est le problème »31.

  • 32 Les megachurches sont ces immenses églises, souvent évangéliques, qui ne sont plus simple (...)
  • 33 Ibidem, 173-177.
  • 34 Donald Critchlow, op. cit., 176.

17Avec l’entrée des évangélistes conservateurs dans la coalition républicaine, l’ère Reagan a aussi créé les conditions d’émergence de la culture war des années 1990. Le Parti républicain mobilisa alors la droite religieuse autour des questions d’égalité des sexes, de droit à l’avortement et, plus tard, des droits des homosexuels. Les megachurches32, lieux d’échanges politisés entre congrégations, jouèrent un rôle décisif dans l’influence de cette faction au sein du Parti républicain33. Portée par des pasteurs et des personnalités religieuses telles que Billy Graham et Jerry Falwell, la droite religieuse devint une force centrale du mouvement conservateur et du Parti républicain34. Le succès du mouvement conservateur atteignit son apogée lors de l’élection de 1994 quand, pour la première fois depuis 40 ans, les républicains prirent le contrôle de la Chambre des représentants.

Le début d’une crise durable

18Les premières fissures dans l’entente entre le Parti républicain et le mouvement conservateur apparurent à partir de la fin du mandat de George W. Bush et de l’élection de Barack Obama en 2008. Les échecs des guerres en Irak et en Afghanistan et la crise économique de 2007 furent autant d’évènements brisant les liens qui avaient soudé les factions conservatrices. Alors que la droite religieuse continuait de chercher à promouvoir un programme socio-conservateur, les conservateurs économiques déploraient l’augmentation de la dette fédérale, des budgets gouvernementaux et des régulations (environnementales, fiscales, etc.) qu’ils considéraient comme nocives pour les intérêts économiques américains. Les néoconservateurs, quant à eux, furent largement décrédibilisés par l’échec de leurs stratégies interventionnistes.

  • 35 « Uncertain of the principles that bind them, social conservatives and libertarian (...)

19L’émergence du Tea Party en 2009 permit alors au Parti républicain de remobiliser ses électeurs et de reprendre la Chambre des représentants en 2010 et le Sénat en 2014. Elle put dans le même temps être lue comme un symptôme de la crise qui traversait le Parti, incapable de maintenir la cohésion du mouvement conservateur dépourvu de chef. Les 18 candidats républicains aux primaires présidentielles de 2016 représentaient différentes factions conservatrices et furent incapables d’empêcher la victoire de Trump. Ce dernier a su utiliser les frustrations d’une base électorale non-partisane pour laquelle les enjeux auxquels la société américaine fait face aujourd’hui ne relèveraient pas de rigueur fiscale, de fédéralisme ou de religion mais d’identité. Comme l’expliquait Berkowitz, « incertains des principes qui les relient, conservateurs sociaux et conservateurs libertaires semblent enclins à se replier sur eux-mêmes et à partir chacun de leur côté »35, ouvrant ainsi une brèche dans laquelle un courant traditionnellement présent, mais généralement en marge du mouvement conservateur, a pu s’engouffrer : la frange populiste et nationaliste. Bien que toujours numériquement minoritaires, ces électeurs ont trouvé grâce à Trump une place intégrante dans la coalition républicaine et ont vu leur message largement relayé par le candidat.

Le monde de Donald Trump : sentiment de déclassement et rejet des élites

  • 36 Michael Kazin & Renaud Beauchard, « Trump et le populisme américain », Esprit, (...)

20Le slogan de Trump, Make America Great Again, incarne une vision protectionniste de l’industrie américaine, antimondialiste, isolationniste et nostalgique d’un âge d’or indéfini. Il présente une vision du monde selon laquelle une « élite globale, pour sa promotion d’un monde ‘sans frontières’, […] permettrait à des immigrants de voler des emplois à des travailleurs américains et de faire chuter les salaires »36.

  • 37 On peut ici référer au rôle joué par la John Birch Society par exemple, dont l’ (...)
  • 38 A noter que Wallace fit sa première campagne pour le American Independent Party, les deux (...)
  • 39 Theda Skocpol & Vanessa Williamson, op. cit., 9-10.

21Ce courant ethno-nationaliste, qui rappelle les discours des extrêmes droites européennes, n’est pas né avec Trump aux États-Unis. On le retrouve au cours de l’histoire politique américaine dans les traditions populistes ethno-raciales du XIXe siècle, dans le KKK de la première moitié du XXe siècle et en marge du mouvement conservateur moderne37. Ces discours se sont d’ailleurs parfois matérialisés dans des candidatures présidentielles telles que celles de George Wallace38 en 1968, 1972, et 1976, et de Pat Buchanan dans les années 1990. Ils sont aussi incarnés par des personnalités médiatiques telles que Sean Hannity, Rush Limbaugh, Lou Dobbs et plus récemment Ann Coulter ou dans le journal Breitbart. Capitalisant sur le malaise ressenti par la classe moyenne blanche et rurale, la campagne de Trump a opposé une classe de « non-méritants » (les minorités urbaines, l’élite globalisée et les progressistes) qui abusent du système aux travailleurs blancs de classe moyenne « méritants ». Le sentiment de déclassement de l’électorat de Trump doit être pris au sérieux car il constitue l’un des moteurs principaux de la révolte qui gronde au sein du Parti républicain. C’est ce sentiment de déclassement qui mobilisa une large portion de la base du Tea Party, et non les politiques défendues par ses représentants autoproclamés, tels que Ted Cruz et Mike Lee, ou par des groupes d’intérêt se revendiquant du mouvement (comme FreedomWorks ou Tea Party Patriots39).

22Le succès de Trump en 2016 est donc dû à deux phénomènes. D’une part, son programme politique ne correspond pas dogmatiquement à celui porté par le mouvement conservateur. Il brisa l’orthodoxie républicaine en promettant à ses électeurs une couverture de santé universelle, un interventionnisme d’État important dans des projets d’infrastructures, un retrait de l’Amérique de la scène internationale diplomatique mais surtout économique, avec ses promesses d’imposition de droits de douane et la remise en cause des accords de libre-échange, pourtant fer de lance du Parti républicain.

  • 40 « 2016 Election Results », CNN politics, 2016. <http://edition.cnn.com/election/2016/results/exit- (...)
  • 41 « fears about immigrants and cultural displacement » in Daniel Cox, Rachel Lien (...)
  • 42 Theda Skocpol & Vanessa Williamson, op. cit., 54-68.
  • 43 Michael Kazin & Renaud Beauchard, op. cit., 51.

23D’autre part, si l’électorat pro-Trump constituait déjà le cœur de la base du Parti républicain depuis les années 1970 et la conversion progressive des États du Sud, Trump a su l’étendre à de nouveaux territoires, notamment dans les bastions traditionnellement démocrates de la ceinture de la rouille, en gagnant de nombreux comtés qui avaient voté pour Obama en 2008 et 2012. Pour ce faire, il a principalement puisé dans la rancœur de l’Amérique de classe moyenne blanche se sentant déclassée40. Une étude révèle d’ailleurs que les « peurs des immigrants et du remplacement culturel »41 ont motivé la majorité des votes en faveur de Trump. Ceci explique notamment pourquoi ce ne sont pas les classes les plus pauvres qui ont soutenu sa candidature. On retrouve par ailleurs une représentation similaire au sein du Tea Party pour qui le mouvement ne représentait pas tant l’opportunité de mettre en œuvre le programme conservateur que la possibilité d’exprimer sa rancœur envers le fameux establishment politique du pays42. Plus fondamentalement, de nombreux électeurs de Trump se sont soit longtemps tenus à l’écart du processus électoral, soit ont fini par se sentir abandonnés par le Parti démocrate et se sont tournés vers Trump lui-même plus que vers le Parti républicain43. En effet, le Parti démocrate est de plus en plus perçu comme le parti des minorités ethniques, des populations urbaines et diplômées, des femmes et des jeunes. Il prône des valeurs progressistes dans lesquels l’Amérique rurale blanche se reconnait de moins en moins.

  • 44 E.J. Dionne, Norm J. Ornstein, et Thomas E. Mann, One nation after Trump, New York : St (...)

24La candidature de Trump illustre la continuité de la crise qui divise le Parti depuis au moins l’émergence du Tea Party. Bien que les stratégies du Parti républicain des 40 dernières années aient largement créé les conditions d’émergence de Trump44, l’élection de 2016 indique que le parti est à nouveau pris d’assaut par un mouvement qu’il ne contrôle pas et dont le leader met en avant des idées que l’ensemble du parti ne soutient pas toujours. L’élection de 2016 a renforcé l’idée, née avec l’élection de Ronald Reagan, qu’il existe deux Amériques: l’une urbaine, progressiste, diverse et éduquée ; l’autre rurale ou suburbaine, blanche, de classe moyenne ou supérieure et moins diplômée. Les primaires républicaines ont cependant montré que cette division est bien plus complexe. Ainsi, la campagne de Trump a révélé l’existence d’un premier électorat, conservateur, suburbain, relativement aisé et éduqué, et d’un second qui a quant à lui répondu à son appel nativiste, souvent par rejet des changements dans la démographie et les valeurs de la société américaine. Comment ce double électorat s’est-il manifesté concrètement au cours de l’élection de 2016 ? Quelles ruptures et quelles continuités de la géographie électorale du Parti républicain sont ainsi révélées ? Pour répondre à ces questions, la ceinture de la rouille représente une région particulièrement pertinente puisqu’elle constituait jusqu’avant 2016 l’un des derniers territoires ruraux encore acquis aux démocrates. Paradoxalement, alors que Trump a converti ces bastions démocrates, il s’est aliéné une portion conséquente de l’électorat traditionnel républicain.

Trump et le Wisconsin : incarnation du dilemme du Parti républicain  

Jusqu’en 2016, le Parti républicain du Wisconsin est un modèle de la fusion parti-mouvement

  • 45 À noter qu’aux États-Unis, les partis politiques d’États sont des entités propres, (...)

25Le Wisconsin est un cas d’étude parfait pour analyser cette division entre les républicains orthodoxes conservateurs et les électeurs essentiellement mobilisés par Trump. En effet, le Parti républicain de l’État est un modèle de parti unifié et fonctionnel45. Il représente la synthèse rêvée par le mouvement conservateur et la fusion entre parti et mouvement fonctionne efficacement. Sa consolidation est le produit d’une discipline partisane, d’opportunités électorales et de stratégies pensées et appliquées avec rigueur.

26Extrêmement compétitif, le Wisconsin est longtemps apparu comme un État à électorat dual : si Barack Obama a emporté l’État en 2008 et 2012, la législature de l’État et son exécutif sont contrôlés par le Parti républicain depuis 2010. De plus, les deux Sénateurs de l’État illustrent la division que l’on peut observer au niveau national entre le Parti républicain et le Parti démocrate. La Sénatrice Tammy Baldwin fait partie de la frange progressiste démocrate et elle est la première sénatrice américaine ouvertement homosexuelle. Le Sénateur républicain Ron Johnson est, quant à lui, issu du Tea Party et l’un des élus les plus conservateurs au Sénat.

  • 46 Le mouvement du Tea Party est notoire pour avoir fait nominer des candidats fantasques po (...)
  • 47 Jeff Mayers, président de Wispolitics.com, Entretien en personne du 18 janvier 2017 à Mad (...)
  • 48 Robert Draper, When the Tea Party Came to Town, New York : Simon & Schuster, 2012, (...)
  • 49 Badger State signifie État du blaireau en référence aux mineurs qui, au XIXe siècle, viv (...)
  • 50 « Wisconsin was more than just a bright spot for the national GOP ; it was a beacon and w (...)

27Les élections de 2010 constituent un moment fondateur de consolidation du Parti dans l’État. Contrairement à d’autres États où le Tea Party a pu avoir un impact négatif46, les leaders du Parti dans le Wisconsin ont su exploiter son énergie pour s’installer au pouvoir47. Si la vague républicaine de 2010 a été nationale, avec l’envoi de plus de 80 nouveaux élus républicains à la Chambre des représentants48, « le Wisconsin était plus qu’un point positif pour le Parti républicain national ; c’était un modèle et il le resterait pour les deux années suivantes […] plaçant Walker et d’autres républicains du Badger State49 à l’avant-garde d’un mouvement conservateur national »50. Les élections de 2010 représentèrent donc pour le Parti de l’État une opportunité de consolidation sans précédent.

  • 51 Lois pour le droit au travail.
  • 52 Lisa Graves, « A CMD Special Report on ALEC’s Funding and Spending », PR Watch, 13 juille (...)
  • 53 Jason Stein & Patrick Marley, op. cit., 37.

28Désormais aux commandes de toutes les institutions de l’État, la nouvelle administration républicaine s’est lancée dans une série de réformes conservatrices dont deux sont particulièrement importantes. La réforme Act 10 (2011) fut suivie du passage des fameuses législations dites Right to Work Laws51, euphémisme utilisé dans les milieux conservateurs pour désigner ces lois antisyndicales. Toutes deux étaient des buts de longue date du mouvement conservateur ; elles illustrent la stratégie républicaine et son impact sur la consolidation du Parti républicain dans l’État. Ces nouvelles législations consistent en une série de mesures incluant l’abrogation des cotisations syndicales obligatoires pour les employés des services publics et des changements dans les processus de ratification du statut de syndicat au sein des agences publiques. Depuis 2010, plusieurs États voisins cherchent à adopter des réformes similaires avec plus ou moins de succès. Le contenu de ces législations antisyndicales provient d’organisations, regroupant intérêts privés et élus conservateurs, parfaitement intégrées au réseau de financement et d’influence du Parti républicain, telles que l’American Legislative Exchange Council (ALEC) ou le State Policy Network (SNP). Ces organisations regroupent par ailleurs de nombreux think tanks conservateurs implantés dans les États et sont largement soutenues par les frères Koch, magnats de l’énergie connus pour leur implication dans les groupes d’intérêt conservateurs52. Dans le Wisconsin par exemple, la Bradley Foundation, le McIver Institute, Wisconsin Manufacturers and Commerce et le Wisconsin Policy and Research Institute sont tous membre du SNP53.

  • 54 Voir note 46.
  • 55 Ron Tuler, président du Parti républicain du comté d’Outagamie puis représentant de la 3e (...)
  • 56 Dave Umhoefer, « For unions in Wisconsin, a fast and hard fall since Act 10 », Milwaukee (...)

29Les réformes Act 10 incarnèrent la mise en œuvre de réformes longtemps souhaitées par le mouvement conservateur et contribua à la satisfaction de la base conservatrice. Le Parti républicain du Wisconsin évita les révoltes au sein de son électorat contrairement à d’autres États en 2010, 2012 et 201454. Une véritable discipline s’est alors instaurée au sein du Parti, notamment en ce qui concerne les primaires. Le bureau politique, soutenu par les groupes d’intérêt conservateurs, contrôle les nominations de manière à évincer des candidatures désastreuses. Les candidatures concurrentes lors des primaires furent ainsi relativement rares sur la période 2010-2016 ; elles provinrent surtout de candidats ne menaçant pas l’élection du candidat choisi par le Parti55. D’un autre côté, Act 10 frappa directement le porte-monnaie de l’opposition. Les syndicats sont une force considérable pour le Parti démocrate, fournissant activistes et soutien financier. Après le passage des réformes, le nombre de membres chuta radicalement et avec lui les cotisations. Le Parti démocrate de l’État vit donc s’évaporer l’un de ses principaux canaux de financement56.

  • 57 Dans le Wisconsin, le recall est une provision constitutionnelle autorisant les (...)
  • 58 Ed Pilkington, « Scott Walker, the John Doe files and how corporate cash influences Ameri (...)

30La réforme engendra parallèlement de très fortes contestations dans l’État ; celles-ci conduisirent à une procédure de recall57 du gouverneur et d’un certain nombre d’élus républicains et démocrates. Scott Walker dut donc se représenter devant les électeurs en août 2012. Sa campagne électorale illustra une fois de plus l’union du Parti et des intérêts conservateurs non seulement dans l’État mais aussi au niveau fédéral. Il fut fortement soutenu par ce réseau, incarné par des figures nationales telles que les frères Koch par le biais du Club for Growth, d’Americans for Prosperity, ou de riches personnalités du Wisconsin, notamment Diane Hendricks, soutien indéfectible du gouverneur. Une enquête lancée par le Government Accountability Board (GAB) de l’État, après des soupçons d’irrégularités dans le financement de la campagne de réélection de Walker, a révélé l’étendu des liens entre le Gouverneur, le Parti républicain du Wisconsin et les réseaux de financement et idéologiques du mouvement conservateur58.

  • 59 Craig Gilbert, Chef des correspondants à Washington, D.C. pour le Milwaukee Journal Senti (...)
  • 60 « there is nothing like practice to make you better and all those recalls unite (...)
  • 61 Outre la citation de Scott Jensen citée précédemment, ce constat fut fait par la majorité (...)
  • 62 Eric Bott, directeur de Americans for Prosperity pour le Wisconsin. Entretien en personne (...)

31Cette campagne a aussi permis au Parti républicain de l’État de renforcer ses listes de contacts d’électeurs et de militants. En effet, la résistance des Démocrates aux réformes a finit par lasser les Wisconsinois modérés qui se sont ralliés à la cause du gouverneur59. Le Républicain Scott Jansen, ancien Président de l’Assemblée du Wisconsin de 1995 à 2002 et stratégiste politique républicain lors de la période des recalls, écrit que « il n’y a rien de mieux que la pratique pour s’améliorer et tous ces recalls ont unifié les Républicains à travers l’État […]. Donc il y avait des organisations de partis locaux dans tout l’État qui maintenant avaient des volontaires qu’ils n’avaient pas il y a 20 ans, et tout ça est dû à ces recalls »60. D’autres journalistes, analystes politiques et activistes du Parti républicain, insistent sur l’impact positif des recalls sur les adhésions, les levées de fonds et le militantisme en période électorale pour le Parti61. Du côté des groupes d’intérêt conservateurs, le directeur d’Americans for Prosperity dans l’État vantait lui aussi sa capacité à mobiliser une armée de volontaires avec un email ou un tweet bien placé62. Les recalls ont donc été, pour le Parti républicain, l’occasion de perfectionner son organisation sur le terrain, de parfaire la fusion entre le Parti et le mouvement conservateur, et de s’assurer que la discipline règne dans ses rangs.

Jouer sur les divisions territoriales : à la conquête d’un autre électorat ?

  • 63 Scott Walker & Marc A. Thiessen, Unintimidated : A Governor’s story and a nation’s challe (...)
  • 64 Des enquêtes ont montré que certains employés avaient obtenus des centaines de milliers d (...)

32Dans sa gestion de Act 10, le Parti républicain a exploité le ressentiment de la population wisconsinoise. En effet, de l’aveu de Walker lui-même, en ciblant uniquement les syndicats publics, les républicains ont creusé la division entre employés publics et privés63. Utilisant un certain nombre de scandales affectant les syndicats publics64, le Parti républicain a présenté le débat en termes d’employés du privé travaillant dur contre syndicats publics abusant du système et profitant des impôts durement payés par le reste de la population. Scott Jensen explique que les fonctionnaires ne peuvent compter sur le soutien des habitants des territoires ruraux du Wisconsin :

  • 65 « when [people in rural Wisconsin] hear state employees are whining they are being poorly (...)

Lorsqu’ils entendent les employés pleurnicher parce qu’ils se disent maltraités par Walker quand il leur dit ‘vous devez payer une partie de votre assurance santé’, et bien ils se disent ‘et alors, nous on n’a même pas d’assurance santé.’ […] Les Blancs de la classe ouvrière […] ont commencé à s’identifier aux républicains car ils voyaient les employés de l’État comme une branche du Parti démocrate65.

33En raison de la répartition démographique du Wisconsin, cette rupture s’aligna aussi sur la dichotomie urbain/rural, centrale dans la géographie électorale américaine.

34La politologue américaine Kathy Cramer explique cette dichotomie à travers la notion de conscience rurale engendrant un ressentiment de la part de la population rurale dont l’identité l’oppose au reste de l’État.

  • 66 « “rural consciousness” […] is my shorthand for referring to this: an identity (...)

La « conscience rurale » […] est mon abréviation pour parler de ceci : une identité en tant que personne rurale incluant bien plus qu’un attachement au lieu. Elle inclut une impression que les décisions prises ignorent systématiquement les zones rurales et ne parviennent pas à donner aux communautés rurales leur part équitable des ressources, ainsi qu’une impression que les ruraux sont fondamentalement différents des urbains en termes de style de vie, de valeurs et d’éthique du travail66.

  • 67 « rural consciousness made resentment toward public employees commonsense knowl (...)
  • 68 Craig Gilbert, Chef des correspondants à Washington, D.C. pour le Milwaukee Journal Senti (...)

35Cette division entre rural et urbain se traduit dans le double soutien que Walker a obtenu pour Act 10. En effet, Walker a utilisé le stéréotype du fonctionnaire syndiqué urbain (malgré la présence d’employés publics en milieu rural, ne serait-ce que dans les gouvernements locaux ou les écoles et lycées publics) pour jouer sur deux coalitions : la base idéologique conservatrice du parti et l’autre moins idéologique, ouvrière et rurale, souffrant d’une économie en crise et se sentant désavantagée. Cette dernière, en revanche, n’est pas acquise par défaut au Parti républicain. En effet, de nombreux démocrates ruraux se sont joints au soutien de « Act 10 » partageant « la conscience rurale a rendu le ressentiment envers les employés publics comme étant de bon sens et a offert un terrain fertile à Scott Walker »67. En conséquence, Walker a pu compter sur un nombre important de voix dans les comtés ruraux traditionnellement démocrates lors de sa réélection en juin 2012. Cinq mois plus tard, beaucoup de ces électeurs traditionnellement démocrates votèrent pour réélire Barack Obama68. L’exploitation de la dichotomie rural/urbain n’est donc pas nouvelle : elle s’inscrit dans la continuité des stratégies électorales républicaines. Trump semble cependant l’avoir renforcée, et ce, au détriment des zones de force républicaines traditionnelles.

Géographie politique du Wisconsin

36La distribution du vote dans le Wisconsin est largement liée à la répartition géographique de la population. Le Wisconsin compte 5,8 millions d’habitants dispersés de manière hétérogène sur le territoire. Ainsi, la population se concentre essentiellement dans le Sud-Est de l’État, comprenant Milwaukee et sa banlieue, le comté de Dane où se trouve la capitale de l’État, Madison, et enfin la Fox River Valley (Green Bay et Appleton). Comme le montre la carte 1, cette région compte environ 66 % de la population totale. Le reste du Wisconsin est très faiblement peuplé à l’exception de quelques villes, notamment Eau Claire, La Crosse, Superior et Wausau, et du comté de Saint Croix, en conurbation avec l’aire métropolitaine de Minneapolis-Saint Paul dans le Minnesota voisin.

Carte 1. Une population concentrée dans le sud-est de l’État

Carte 1. Une population concentrée dans le           sud-est de l’État

Carte 2. Synthèse des zones de force traditionnelles des partis républicain et démocrate

Carte 2. Synthèse des zones de force           traditionnelles des partis républicain et démocrate
  • 69 Robert Booth-Fowler, Wisconsin Votes : An Electoral History, Madison : Universi (...)

37La carte 2 montre que, comme dans le reste du pays, le Parti républicain a pu compter sur la mobilisation de deux électorats distincts : les milieux ruraux et les banlieues des grandes villes. Ces dernières constituent d’ailleurs le centre de pouvoir du Parti. Il est localisé dans les comtés de Waukesha, Washington et Ozaukee (les comtés WOW) en périphérie de Milwaukee. On y trouve à la fois le pôle d’influence médiatique conservateur, la source des financements du Parti et une base électorale suffisante pour rivaliser efficacement avec les bastions démocrates de Madison et Milwaukee69.

  • 70 Ibidem.

38En plus de ses bastions électoraux des centres urbains, le Parti démocrate a longtemps pu compter sur une partie du vote rural, dans le Sud-Ouest de l’État. On y trouve des emplois de l’industrie, du commerce et des transports, secteurs où la tradition syndicale a été favorable au Parti démocrate. La proximité du comté de Dane et l’extension de son aire urbaine affectent aussi la composition démographique de cette région où affluent des classes aisées diplômées70. Le Nord de l’État connait un phénomène similaire, couplé au développement d’un tourisme balnéaire et de l’installation de résidences secondaires qui contribue à l’arrivée d’une population plus aisée que celle d’origine. Cette dynamique permet la persistance d’un vote démocrate dans la région et renforce le phénomène de ressentiment rural.

39Les résultats de l’élection de 2016 semblent indiquer un basculement du Sud-Ouest vers le Parti républicain. Trump a en effet réussi à convertir des comtés qui n’avaient pas voté républicain aux présidentielles depuis plusieurs décennies et ce, dans les derniers bastions ruraux restant au Parti démocrate. Obama avait notamment emporté une majorité conséquente des votes dans cette région en 2008 et 2012. Comme le montre la carte 3, l’élection de Trump semble marquer la continuation, voire l’achèvement, de la conquête républicaine des territoires ruraux.

Carte 3. Les élections présidentielles et sénatoriales de 2016 montrent des dynamiques de vote très différentes

Carte 3. Les élections présidentielles et           sénatoriales de 2016 montrent des dynamiques de vote très           différentes
  • 71 La comparaison entre des élections présidentielle et sénatoriale est possible car toutes (...)

40Pourtant ces résultats occultent une dynamique à l’œuvre au sein même de l’électorat républicain que les différences de vote entre les élections présidentielle et sénatoriale en 2016 mettent en lumière71. En effet, le candidat au poste de Sénateur, Ron Johnson, républicain traditionnel par excellence, a obtenu environ 74 000 voix de plus que Trump n’en a remporté dans l’État pendant la présidentielle. Il a vaincu son opposant démocrate, Russ Feingold, avec une marge de 3,4 points ; Trump, dans le même temps, l’emportait sur Hillary Clinton avec une marge de 0,7 points seulement. Clinton ayant obtenu environ le même nombre de voix que le candidat Feingold, le vote démocrate ne suffit pas à expliquer le différentiel républicain.

41Comme le montre la carte 4, les territoires remportés par Johnson en 2016 sont les mêmes que ceux qu’il avait gagnés en 2010. Ils correspondent aussi à ceux ayant voté pour Romney en 2012 et Walker en 2014, indiquant une continuité dans le vote partisan. La carte 5 permet de se pencher sur la géographie du vote au sein même du Parti républicain pour comprendre ce qu’il s’est passé. Si Trump gagne effectivement dans les centres de pouvoirs républicains traditionnels (comtés WOW), sa marge de victoire est nettement inférieure à celle de Johnson. Dans le comté de Waukesha, centre névralgique du Parti républicain, Johnson a dépassé le score de Trump de 7,9 points, soit presque 20 000 voix de plus. Ces chiffres indiquent qu’un grand nombre de républicains convaincus ont voté pour le Sénateur républicain, mais qu’ils se sont abstenus à la présidentielle ou ont voté démocrate. Dans ce comté, Trump a obtenu 7 points de moins que Romney en 2012, confirmant que l’électorat républicain traditionnel suburbain s’est détourné de Trump.

Carte 4. Les répartitions des votes sont relativement stables dans le Wisconsin depuis 2010

Carte 4. Les répartitions des votes sont           relativement stables dans le Wisconsin depuis 2010

Carte 5. Les résultats de Donald Trump et Ron Johnson indiquent deux électorats républicains géographiquement distincts

Carte 5. Les résultats de Donald Trump et Ron           Johnson indiquent deux électorats républicains géographiquement           distincts
  • 73 Craig Gilbert, « Trump Gets Icy State Welcome from Conservative Talk Radio », M (...)
  • 74 « The Wisconsin talk radio conglomerate, which rallied conservative voters to h (...)

42On observe une dynamique similaire lors des primaires républicaines. Alors que le Parti républicain se déchirait sur la gestion de la candidature de Trump, le Wisconsin est devenu l’un des épicentres du mouvement Never Trump. Soutenant initialement la candidature de leur gouverneur, les républicains de l’État se sont ensuite tournés vers Ted Cruz qui emporta les primaires dans l’État avec une marge de 13 points sur Trump. Issu de la vague du Tea Party et conservateur intransigeant sur les questions économiques et sociales, Cruz était devenu le candidat privilégié par le Parti républicain. Dernière option de l’establishment face à Trump, Cruz engrangea les soutiens de la classe dirigeante du Parti, de Scott Walker aux Représentants Reid Ribble et Glenn Grothman en passant par Robin Vos, le Président de l’Assemblée du Wisconsin. Il obtint notamment le soutien de la National Review et mobilisa en sa faveur les personnalités médiatiques conservatrices de l’État telles que Charlie Sykes ou Vicki McKenna73. Le New York Times résumait la situation ainsi : « le conglomérat des talk radios du Wisconsin, qui avaient rallié les électeurs conservateurs pour aider le gouverneur Scott Walker à gagner trois élections en quatre ans, s’est désormais donné pour but d’arrêter M. Trump »74.

  • 75 Charlie Sykes, op. cit., 148.

43Indicateur de la gêne éprouvée par la base conservatrice, Trump fut largement défait dans les comtés de WOW et la Fox River Valley. Dans les WOW, seuls 25 % d’électeurs républicains avaient une opinion positive de Trump, 64 % une opinion défavorable75 et Cruz battit Trump de presque 40 points. La carte 6 montre effectivement que les résultats de Cruz, comme ceux de Johnson lors de l’élection générale, correspondent parfaitement aux résultats attendus pour un candidat républicain dans le Wisconsin. Ceux de Trump sont bien moins cohérents et indiquent que ce n’est pas auprès de la base conservatrice du Parti républicain de l’État qu’il trouva son électorat. C’est dans les régions rurales que Trump obtint ses meilleurs scores, tant lors des primaires que de l’élection générale.

Carte 6. Les centres de pouvoir républicains ont largement rejeté Donald Trump pendant les primaires de 2016

Carte 6. Les centres de pouvoir républicains           ont largement rejeté Donald Trump pendant les primaires de 2016
  • 76 CNN politics, op. cit.
  • 77 Enquête de terrain 2016-2017.
  • 78 Enquête de terrain 2016-2017.

44Si Trump a pu être élu président des États-Unis, ce n’est donc pas grâce à la mobilisation de l’électorat républicain traditionnel. Sa victoire est avant tout due à la conversion du Sud-Est et à un score important dans le reste des territoires ruraux. Les résultats de l’élection indiquent donc bien la présence d’un double électorat. D’un côté, on trouve l’électorat républicain conservateur traditionnel qui a voté pour le Parti républicain plutôt que pour Trump lui-même. Il s’agissait pour ces électeurs de s’assurer que leur parti obtiendrait le contrôle des institutions fédérales. Ils étaient notamment tout à fait conscients du fait que le nouveau président aurait à nominer un candidat pour remplacer le juge Scalia à la Cour suprême. Les sondages de sortie des urnes reflètent cette situation dans la mesure où, à l’échelle nationale, pour 56 % des électeurs républicains, la nomination de juges à la cour suprême était le facteur le plus important de leur vote76. L’élection d’un président républicain, quel qu’il soit, préserverait ainsi l’orientation conservatrice de la Cour. De l’autre côté, on trouve un électorat pro-Trump plus mobilisé par les discours populistes et identitaires du candidat que par le programme politique de son parti. Le décalage entre l’enthousiasme généré par la candidature de Trump auprès d’un certain électorat et le rejet dont il a fait l’objet au sein du Parti républicain a été largement souligné par les responsables de partis locaux77. Durant la campagne, ils virent affluer dans leurs bureaux des individus présents essentiellement pour soutenir et proposer leurs services pour Trump. La gestion de ces nouveaux militants posa un problème pour les cadres des Partis locaux, accusés d’avoir cherché à influencer la primaire en faveur de Cruz. L’ambiguïté des cadres républicains pendant l’élection générale vis-à-vis de leur soutien pour Trump donna lieu à des critiques de la part de la base, comme le notaient des responsables de Partis locaux dans les comtés de St Croix, Brown, Richland, et Ashland78.

  • 79 « wake-up call for Republicans in Wisconsin », Scott Walker, cité dans Louis Nelson, (...)

45Le rejet d’un Parti républicain trumpien dans les banlieues ne se limite pour le moment pas aux seules élections de 2016. En effet, lors de l’élection spéciale pour la 10e circonscription du Sénat du Wisconsin le 16 janvier 2018, la candidate démocrate battit son opposant républicain avec une marge de 9 points, alors que Trump l’avait emporté avec une marge de 17 points en 2016. Cette circonscription inclut le comté de St Croix, considéré comme le deuxième bastion républicain traditionnel de l’État. Ces résultats désastreux dans l’une des places fortes du Parti devraient inquiéter les républicains à la veille des élections de 2018 dans le Wisconsin, Walker lui-même a qualifié ces résultats de « signal d’alarme pour les Républicains du Wisconsin »79.

  • 80 Dans le Wisconsin, le Parti républicain a la capacité de voter le soutien au candidat de (...)

46En outre, les candidats principaux aux primaires sénatoriales de 2018 symbolisent la division du Parti républicain. Leah Vukmir, élue au Sénat de l’État, soutenue par les dirigeants du Parti et des médias conservateurs, représente la faction traditionnelle. Son adversaire, Kevin Nicholson, est l’ancien président du club démocrate de l’Université du Wisconsin. Ce un nouveau venu sur la scène républicaine bénéficie du soutien de Steve Banon et fait campagne sur des thèmes trumpiens ; il représente ainsi la nouvelle faction pro-Trump du Parti républicain. Lors de la convention du Parti républicain de l’État de mai 2018, 73 % des militants ont choisi d’accorder le soutien officiel du Parti pour les primaires à Leah Vukmir, indiquant que l’establishment continue d’avoir de l’emprise sur le Parti80. A l’issue du scrutin des primaires républicaines du 14 août 2018, le dilemme électoral pour le Parti républicain de l’État semble perdurer. Si Leah Vukmir l’a emporté avec presque 6 points d’avance sur son opposant, Nicholson gagnait quant à lui la vaste majorité des comtés ruraux qui avaient préféré Trump en 2016. Vukmir peut se targuer d’une excellente performance dans les bastions républicains traditionnels, mais elle n’a emporté aucun de ces comtés pivots qui offrirent le Wisconsin à Trump. Le Parti de l’État semble donc préserver son emprise sur ses bastions traditionnels, mais il n’a pas encore convaincu ce nouvel électorat pro-Trump qui lui sera vital face au Parti démocrate en novembre 2018.

Conclusion

47La conquête des bastions démocrates du Sud-Ouest de l’État du Wisconsin par Trump est de prime abord un signe encourageant pour le Parti républicain qui voit son territoire s’étendre. Mais cet électorat ne semble pas, en tout cas pour le moment, constituer le corps du mouvement conservateur qui a dominé le Parti de l’État. La dichotomie urbaine/rurale semble ainsi se reproduire à l’intérieur même du Parti républicain et, si l’on en croit l’évolution du vote dans le Wisconsin et ailleurs, les banlieues, centres traditionnels de pouvoir du Parti républicain et du mouvement conservateur, sont particulièrement mal à l’aise avec la direction que Trump impulse à leur Parti. Cette dynamique devrait poser question au Parti républicain quant à la viabilité de cet électorat dual. En effet, le Parti républicain du Wisconsin est constitué d’un côté d’un pôle partisan correspondant au mouvement conservateur imbriqué au sein du Parti républicain dans son ensemble. Celui-ci repose sur un réseau existant dont l’idéologie se traduit par des politiques bien définies. De l’autre côté, en revanche, se trouve une population se représentant comme déclassée et trahie par le Parti démocrate moderne qu’elle considère comme l’incarnation de l’élite urbaine. Cette population n’est cependant pas idéologiquement conservatrice pour autant, en tout cas pas nécessairement tel que l’entendent les dirigeants du Parti républicain du Wisconsin. Si Walker avait pu compter sur une coalition rurale/suburbaine pour son élection en 2010, puis pendant le recall, coalition qui rappelle effectivement celle du Parti républicain dans son ensemble exposée plus haut, l’électorat qui porta Trump à la victoire n’est pas exactement le même. La perte de vitesse dans les banlieues est un problème considérable pour le Parti républicain de cet État puisque c’est là qu’il est en mesure de rivaliser numériquement avec le Parti démocrate. De plus, cette perte de vitesse est observable dans d’autres États du Midwest, mais ailleurs aussi, notamment au Texas ou dans l’Arizona qui représentaient jusqu’alors des bastions républicains extrêmement fiables.

48Plus d’un an après son élection, le taux d’approbation de Trump auprès des Républicains oscille entre 81% et 90%, indiquant son emprise sur le Parti dans son ensemble81. Cependant, un nombre historique d’élus républicains ont choisi de ne pas se représenter en 2018, soit parce qu’ils craignent une défaite cuisante lors des élections mi-mandat, soit par rejet de Trump. Parmi eux, apparaissent des personnalités conservatrices centrales au Parti, tels que le Sénateur Bob Corker, Orin Hatch, ou Thad Cochrane. De plus, le Président de la Chambre des Représentants, Paul Ryan du Wisconsin, ne se représentera pas pour son siège. Ryan est l’incarnation par excellence de la fusion entre le mouvement conservateur et le Parti républicain. Sa démission indique que la définition même d’establishment du Parti évolue dans l’ère de Trump.

  • 82 « the party together, in large part, by tweeting and talking like a populist/nationalist, w (...)

49Il est difficile à ce stade d’évaluer l’impact long terme que Trump aura sur la nature idéologique et la distribution géographique du vote du Parti républicain. Le Président parvient aujourd’hui à maintenir « le Parti rassemblé, en grande partie, en twittant et en parlant comme un populiste/nationaliste, tout en gouvernant comme un Républicain traditionnel »82. Ainsi réussit-il à satisfaire sa base sans pour autant s’aliéner l’entièreté de l’establishment républicain. Cette capacité à parler à deux électorats distincts permettra peut-être à Trump de maintenir cette coalition. En revanche, une débâcle électorale en novembre 2018, et la perte de contrôle de la Chambre des Représentants par le Parti pourraient aisément aggraver le conflit interne au Parti.

Haut de page

Bibliographie

ALSABBAGH Soufian, La Nouvelle droite américaine, Paris : Demopolis, 2012.

BERKOWITZ Peter, « Constitutional Conservatism », Policy Review, février-mars 2009.

BISHOP Bill & Robert G. CUSHING, The Big Sort, Boston : Mariner Books, 2009.

BLACK Earl & Mearl BLACK, The Rise of Southern Republicans, Cambridge : Belknap Press of Harvard University Press, 2002.

BOOTH-2018-09-10T15:39:20FOWLER Robert, Wisconsin Votes : An Electoral History, Madison : University of Wisconsin Press, 2008, 229.2018-09-10T15:39:20

BREWER Mark D. & Sandy L. MAISEL (Dir.), The Parties Respond : Changes in American Parties and Campaigns, Boulder : Westview Press, 2013.

BRINKLEY Alan, « The Problem of American Conservatism », The American Historical Review, vol. 99, n°4, avril 1994

BYCOFFE Aaron, « The 2016 Endorsement Primary », FiveThirtyEight, 14 juillet 2015, disponible à http://projects.fivethirtyeight.com/2016-endorsement-primary/, consulté le 26 février 2018.

CNN politics, « 2016 Election Results », CNN, disponible à http://edition.cnn.com/election/2016/results/exit-polls, consulté le 26 février 2018.

COX D., LIENESCH R., et Robert P. JONES, « Beyond Economics: Fears of Cultural Displacement Pushed the White Working Class to Trump », PRRI, 2017. <https://www.prri.org/research/white-working-class-attitudes-economy-trade-immigration-election-donald-trump/>, consulté le 24 avril 2018.

CRAMER Katherine J., The Politics of Resentment : Rural Consciousness and the Rise of Scott Walker, Chicago : University of Chicago Press, 2016.

CRITCHLOW Donald T., The Conservative Ascendancy, Cambridge : Harvard University Press, 2007.

DAVIS John R. & Jacob O. STAMPEN, « Sub-Party Coalitions in the Congress : the Evidence Against Realignment », SSRN Electronic Journal, septembre 1989. Disponible à  https://ssrn.com/abstract=1916004https://doi.org/10.2139/ssrn.1916004.

DIONNE E.J., ORNSTEIN Norm J., & Thomas E. MANN, One Nation after Trump, New York : St Martin’s Press, 2017.

DRAPER Robert, When the Tea Party  Came to Town, New York : Simon & Schuster, 2012.

FLAKE Jeff, Conscience of a conservative: A Rejection of destructive politics and a return to principle, New York : Random House, 2017.

GAINSBOROUGH Juliet F., Fenced off: the suburbanization of American politics. Washington, DC : Georgetown University Press, 2001.

GAINSBOROUGH Juliet F., « Voters in Context: Cities, Suburbs, and Presidential Vote », American Politics Research, vol. 33, n°3, 2005, 435‑461.

GALLUP, Presidential approval ratings, juillet 2018, disponible à https://news.gallup.com/poll/203198/presidential-approval-ratings-donald-trump.aspx, consulté le 6 juillet 2018.

GILBERT Craig, « Trump Gets Icy State Welcome from Conservative Talk Radio », Milwaukee State Journal, 28 mars 2016, <http://www.jsonline.com/blogs/news/373784571.html>, consulté le 26 février 2018.

GRAVES Lisa, « A CMD Special Report on ALEC’s Funding and Spending », PR Watch, 13 juillet 2011. <https://www.prwatch.org/news/2011/07/10887/cmd-special-report-alecs-funding-and-spending>, consulté le 15 février 2018.

HOFSTADTER Stanley, The Paranoid Style in American politics, New York : Random House, 2008.

KAZIN Michael & Renaud BEAUCHARD, « Trump et le populisme américain », Esprit, n°5, mai 2017.

KOLKO Jed, « How Suburban are Big American Cities ? », FiveThirtyEight, 21 mai 2015. <https://fivethirtyeight.com/features/how-suburban-are-big-american-cities/>, consulté le 28 mai 2018.

2018-09-10T15:39:21MAYHEW David R., Placing Parties in American Politics, Princeton : Princeton University Press, 1986.2018-09-10T15:39:21

MCGIRR Lisa, Suburban Warriors, Princeton : Princeton University Press, 2001.

NELSON Louis, « Scott Walker Calls Dem Victory in GOP-Leaning Wisconsin Senate Seat ‘a Wake-up Call’ », Politico, 17 janvier 2018. <https://www.politico.com/story/2018/01/17/scott-walker-wisconsin-patty-schachtner-win-343237>, consulté le 28 mai 2018.

NOEL Hans, Political Ideologies and Political Parties in America, New York : Cambridge University Press, 2013.

PARKER Ashley & Nick CORASANITI, « 6 Talk Radio Hosts, on a Mission to Stop Donald Trump in Wisconsin », New York Times, 4 avril 2016. <https://www.nytimes.com/2016/04/05/us/politics/donald-trump-wisconsin-radio.html>, consulté le 26 février 2018.

PHILLIPS-FEIN Kim, « Conservatism : a State of the Field », Journal of American History, vol. 98, n° 3, 2011.

PILKINGTON Ed, « Scott Walker, the John Doe files and how corporate cash influences American politics », The Guardian, 14 septembre 2016. <https://www.theguardian.com/us-news/ng-interactive/2016/sep/14/john-doe-files-scott-walker-corporate-cash-american-politics>, consulté le 8 mars 2018.

REAGAN Ronald, « Ronald Reagan : Inaugural Address », 20 janvier 1981, disponible à <http://www.presidency.ucsb.edu/ws/?pid=43130>.

ROBIN Corey, The Reactionary mind, New York : Oxford University Press, 2011.

SKOCPOL Theda & Vanessa WILLIAMSON, The Tea Party and the Remaking of Republican Conservatism, New York : Oxford University Press, 2012.

SOMMERHAUSER Mark, « Ted Cruz Scores More Wisconsin GOP Endorsements; Hillary Clinton Arrives next Week », Wisconsin State Journal, 26 mars 2016. <http://host.madison.com/news/local/govt-and-politics/ted-cruz-scores-more-wisconsin-gop-endorsements-hillary-clinton-arrives/article_a26b9134-af54-57fc-9c18-bd6230b9fff7.html>, consulté le 26 février 2018.

STEIN Jason & Patrick MARLEY, More than They Bargained for: Scott Walker, Unions, and the Fight for Wisconsin, Madison : University of Wisconsin Press, 2013.

SYKES Charles J., How the Right Lost its Mind, London : Biteback Publishing, 2017.

TANDY-SHERMER Elizabeth, Sunbelt Capitalism, Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 2015.

UMHOEFER Dave, « For Unions in Wisconsin, a Fast and Hard Fall since Act 10 », Milwaukee Journal Sentinel, 27 novembre 2016. <https://projects.jsonline.com/news/2016/11/27/for-unions-in-wisconsin-fast-and-hard-fall-since-act-10.html>, consulté le 1 février 2018.

UMHOEFER Dave,  « Scott Walker’s path to power », Milwaukee Journal Sentinel¸27 novembre 2016. <https://projects.jsonline.com/news/2016/11/27/scott-walkers-path-to-power.html>, consulté le 1 février 2018.

US Census Bureau, Measuring America : Our Changing Landscape, 8 décembre 2016. <https://www.census.gov/library/visualizations/2016/comm/acs-rural-urban.html>, consulté le 28 mai 2018.

VERGNIOLLE DE CHANTAL François, 2002, « Le parti de Lincoln est-il devenu celui de Calhoun? : Héritage sudiste, Parti républicain et fédéralisme », Revue Française d’Études Américaines, vol. 93, n° 3, 2002, 78.

VINADIA Roman, « États-Unis : une géographie électorale à bascule », Géoconfluences, 10 novembre 2016. <http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/eclairage/etats-unis-geo-electorale>, consulté le 28 mai 2018

WALKER Scott & Marc A. THIESSEN, Unintimidated : A Governor’s Story and a Nation’s challenge, New York : Random House, 2014.

WALTER Amy, « Has the Blue Wave already crested ? », The Cook Political Report, 23 mai 2018. <http://cookpolitical.com/analysis/national/national-politics/has-blue-wave-already-crested>, consulté le 28 mai 2018.

Liste des entretiens

BOTT Eric, Directeur de Americans for Prosperity pour le Wisconsin. Entretien en personne du 19 janvier 2017 à Madison, Wisconsin.

GILBERT Craig, Chef des correspondants à Washington, D.C. pour le Milwaukee Journal Sentinel. Entretien en personne du 28 septembre 2016 à Madison, Wisconsin.

BARCA Peter, chef de la minorité démocrate à l’Assemblée du Wisconsin. Entretien en personne le 12 janvier 2017 à Madison, Wisconsin.

JENSEN Scott, ancien Président de l’Assemblée du Wisconsin de 1995 à 2002, conseiller à l’American Federation for Children et stratégiste politique pour la Job First Coalition. Entretien en personne le 20 février 2017 à Delafield, Wisconsin.

MARLEY Patrick, journaliste au Milwaukee Journal Sentinel, Entretien en personne du 20 octobre 2016 à Madison, Wisconsin.

MAYERS Jeff, Président de Wispolitics.com, Entretien en personne du 18 janvier 2017 à Madison, Wisconsin.

TUSLER Ron, Président du Parti républicain du comté d’Outagamie puis représentant de la 3e circonscription de l’Assemblée du Wisconsin depuis 2017. Entretien en personne le 28 octobre 2016 à Appleton, Wisconsin.

Cet article est aussi basé sur 31 entretiens qui ont eu lieu dans le Wisconsin, soit en personne, soit par téléphone sur la période de septembre 2016 à mars 2017 auprès de stratégistes républicains et démocrates, d’élus locaux, et d’activistes du Tea Party, de chercheurs et journalistes. 12 entretiens ont eu lieu avec les Présidents des Parti républicains pour les comtés d’Eau Claire, Ozaukee, Saint Croix, Brown, Richland, Outagamie, Ashland, Polk, Burnett, Portage, Lafayette, Waupaca.

Haut de page

Notes

1 La ceinture de la rouille (Rust Belt) correspond au territoire industrialisé localisé dans le Nord-Est et les Grands Lacs aux États-Unis. Anciennement appelée Manufacturing Belt, son changement de nom sert à rappeler le déclin des industries lourdes et automobiles qui faisaient de la région un bassin d’emploi et de croissance économique au XXe siècle. Avec la désindustrialisation, cette région est aujourd’hui particulièrement affectée par le chômage, l’accroissement de la pauvreté et le déclin démographique.

2 Roman Vinadia, « États-Unis : une géographie électorale à bascule », Géoconfluences, 10 novembre 2016. <http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/eclairage/etats-unis-geo-electorale>, consulté le 28 mai 2018.

3 La notion de suburbs implique un territoire particulier dans les représentations portées par les citoyens américains. Il serait inexact de traduire ce terme par « banlieues » puisque ces dernières n’ont pas la même signification dans l’imaginaire collectif. Les suburbs impliquent un espace de vie complet, incluant habitat pavillonnaire, parcs, centre commerciaux, écoles et bassin d’emploi. Plus fondamentalement, les suburbs sont l’incarnation d’une forme du rêve américain sous-tendu par l’accès à la propriété, la société d’abondance et l’ascension sociale.

4 US Census Bureau, Measuring America : Our changing landscape, 8 décembre 2016.

5 Jed Kolko, « How suburban are big American cities ? », FiveThirtyEight, 21 mai 2015. <https://fivethirtyeight.com/features/how-suburban-are-big-american-cities/>, consulté le 28 mai 2018.

6 Juliet F. Gainsborough, Fenced off: the suburbanization of American politics, Washington, DC : Georgetown University Press, 2001 ; Juliet F. Gainsborough, « Voters in Context: Cities, Suburbs, and Presidential Vote », American Politics Research, vol. 33, n°3, 2005, 435-461.

7 Hans Noel, Political Ideologies and Political Parties in America, New York : Cambridge University Press, 2013.

8 John R. Davis & Jacob O. Stampen, « Sub-Party Coalitions in the Congress : the Evidence Against Realignment », SSRN Electronic Journal, septembre 1989.

9 David R. Mayhew, Placing Parties in American Politics, Princeton : Princeton University Press, 1986.

10 Juliet F. Gainsborough, Fenced off: the suburbanization of American politics, op. cit. ; Juliet F. Gainsborough, « Voters in Context: Cities, Suburbs, and Presidential Vote », op. cit. ; Elizabeth Tandy-Shermer, Sunbelt Capitalism, Philadelphia : University of Pennsylvania Press, 2015.

11 Alan Brinkley, « The Problem of American Conservatism », The American Historical Review, vol. 99, n°4, avril 1994, 415 ; Peter Berkowitz, « Constitutional Conservatism », Policy Review, février-mars 2009 ; Donald T. Critchlow, The Conservative Ascendancy, Cambridge : Harvard University Press, 2007 ; Mark D. Brewer & Sandy L. Maisel (Ed.), The Parties Respond : Changes in American Parties and Campaigns, Boulder : Westview Press, 2013 ; Jeff Flake, Conscience of a conservative: A Rejection of destructive politics and a return to principle, New York : Random House, 2017 ; Charles J. Sykes, How the Right Lost its Mind, London : Biteback Publishing, 2017.

12 Earl Black & Mearl Black, The Rise of Southern Republicans, Cambridge : Belknap Press of Harvard University Press, 2002, 15.

13 « […] the fear of the state, the elevation of individual liberty above all other values, [and] the insistence that personal freedom is inseparable from economic freedom », Alan Brinkley, op. cit., 418.

14 Corey Robin, The Reactionary Mind, New York : Oxford University Press, 2011.

15 « the postwar conservatism brought together three powerful and partially contradictory intellectual currents that previously had largely been independent of each other : libertarianism, traditionalism, and anticommunism » in Kim Philips-Fein, « Conservatism: a State of the Field », Journal of American History, vol. 98, n° 3, 2011, 729.

16 Les libertariens prônent un libéralisme radical tant dans les affaires économiques que sur les questions de société. Aux États-Unis, ce mouvement réclame un désengagement total du gouvernement fédéral au profit des pouvoirs étatiques et locaux, et du secteur privé.

17 Charlie Sykes, op. cit., 81-86.

18 Elizabeth Tandy-Shermer, op. cit., 11-12.

19 Theda Skocpol & Vanessa Williamson, The Tea Party and the remaking of Republican conservatism, New York : Oxford University Press, 2012, 102-103.

20 Kim Philips-Fein, op. cit., 723-743.

21 Donald Critchlow, op. cit., 66-76.

22 « grew out of the grassroots political efforts of people such as the midwestern women […] and the suburban housewives who lived in Orange County [where] homeowners found themselves drawn to small-government, free-market approach to social policy embodied by the conservative movement » in Kim Philips-Fein, op. cit., 729-731. Pour une analyse de la formation du mouvement conservateur dans l’Ouest américain, le lecteur pourra aussi se tourner vers l’ouvrage de Lisa McGirr, Suburban Warriors, Princeton : Princeton University Press, 2001.

23 Hans Noel, op. cit., 153-157.

24 François Vergniolle de Chantal, « Le parti de Lincoln est-il devenu celui de Calhoun? : Héritage sudiste, Parti républicain et fédéralisme », Revue Française d’Études Américaines, vol. 93, n° 3, 2002, 78.

25 Earl Black & Mearl Black, op. cit., 149.

26 Soufian Alsabbagh, La Nouvelle droite américaine, Paris : Demopolis, 2012, 34.

27 Ibidem.

28 Lisa McGirr, op. cit., 18.

29 « Heritage [Foundation] had handed the incoming Reagan administration in 1981 a blue-print for governing, an 1,100-page briefing book called the Mandate for Leadership » in Charlie Sykes, op. cit., 77.

30 « promised a new era of national renewal emphasizing traditional values- the dignity of work, love for family and neighborhood, faith in God » Cannon cité in Earl Black & Mearl Black, op. cit., 212.

31 « In this present crisis, government is not the solution to our problem; government is the problem. » Ronald Reagan, « Ronald Reagan : Inaugural Address », 20 janvier 1981.

32 Les megachurches sont ces immenses églises, souvent évangéliques, qui ne sont plus simplement des lieux de cultes, mais sont devenus des lieux où les congrégations peuvent socialiser, participer à de nombreuses activités liées à travers laquelle s’exprime leur foi et, plus généralement, former une communauté au sens large. Pour en savoir plus sur l’impact des megachurches sur le paysage politique américain, je conseille les travaux de Bill Bishop & Robert G. Cushing, The Big Sort, Boston : Mariner Books, 2009.

33 Ibidem, 173-177.

34 Donald Critchlow, op. cit., 176.

35 « Uncertain of the principles that bind them, social conservatives and libertarian conservatives seem inclined to turn inward and go their separate ways », in Peter Berkowitz, op. cit., 21.

36 Michael Kazin & Renaud Beauchard, « Trump et le populisme américain », Esprit, n°5, mai 2017, 47.

37 On peut ici référer au rôle joué par la John Birch Society par exemple, dont l’anticommunisme extrémiste a longtemps été délétère à la réputation du mouvement conservateur. Son fondateur, Robert Welch, avait notoirement accusé Eisenhower d’être un agent communiste. Initialement allié à la National Review¸ la John Birch Society et son fondateur ont fait l’objet d’une excommunication par la plume Buckley lui-même. Cette organisation continue d’exister. S’il est difficile d’évaluer le nombre de ses membres, ils sont néanmoins très actifs, particulièrement au sein de certains groupes du Tea Party, et ils possèdent un organe de presse en ligne : The New American. On peut aussi ici mentionner des groupes anti-immigration tels que les Minutemen ou les groupes néoconfédérés. Charlie Sykes, op. cit., 40-44 ; Donald Critchlow, op. cit., 56-60 ; Richard Hofstadter, The Paranoid style in American politics, New York : Random House, 2008, 50, 70-71.

38 A noter que Wallace fit sa première campagne pour le American Independent Party, les deux suivantes, il fit campagne en tant que démocrate, indiquant la persistance de la faction démocrate sudiste au sein du Parti démocrate.

39 Theda Skocpol & Vanessa Williamson, op. cit., 9-10.

40 « 2016 Election Results », CNN politics, 2016. <http://edition.cnn.com/election/2016/results/exit-polls>, consulté le 26 février 2018 ; Katherine J. Cramer, The Politics of resentment : Rural consciousness and the rise of Scott Walker, Chicago : University of Chicago Press, 2016, 89.

41 « fears about immigrants and cultural displacement » in Daniel Cox, Rachel Lienesch, et Robert P. Jones, « Beyond Economics: Fears of Cultural Displacement Pushed the White Working Class to Trump », PRRI, 2017. <https://www.prri.org/research/white-working-class-attitudes-economy-trade-immigration-election-donald-trump/>, consulté le 24 avril 2018.

42 Theda Skocpol & Vanessa Williamson, op. cit., 54-68.

43 Michael Kazin & Renaud Beauchard, op. cit., 51.

44 E.J. Dionne, Norm J. Ornstein, et Thomas E. Mann, One nation after Trump, New York : St Martin’s Press, 2017, 82.

45 À noter qu’aux États-Unis, les partis politiques d’États sont des entités propres, quasi indépendantes du Parti « fédéral ». Ainsi dans la section suivante, Parti d’État sera synonyme de Parti républicain du Wisconsin.

46 Le mouvement du Tea Party est notoire pour avoir fait nominer des candidats fantasques pour les élections générales, coûtant au Parti républicain des sièges précieux et considérés comme facilement gagnables. On peut ici penser aux candidatures de Christine O’Donnell dans le Delaware, Sharon Angle dans le Nevada ou encore Todd Akin dans le Missouri. Le Tea Party aura aussi réussi à faire élire des candidats très conservateurs, renforçant la polarisation du Congrès. De plus, l’expression du rejet de l’establishment aura culminé en 2014 avec la défaite du numéro 2 de la Chambre des représentants, Eric Cantor de Virginie, face à un candidat du Tea Party inconnu de la scène politique de l’État.

47 Jeff Mayers, président de Wispolitics.com, Entretien en personne du 18 janvier 2017 à Madison, Wisconsin.

48 Robert Draper, When the Tea Party Came to Town, New York : Simon & Schuster, 2012, 73.

49 Badger State signifie État du blaireau en référence aux mineurs qui, au XIXe siècle, vivaient dans des grottes creusées dans les collines.

50 « Wisconsin was more than just a bright spot for the national GOP ; it was a beacon and would be so for the next two years […] putting Walker and other Badger State Republicans in the vanguard of a national conservative movement » in Jason Stein & Patrick Marley, More Than They Bargained For, Madison : University of Wisconsin Press, 2013, 4.

51 Lois pour le droit au travail.

52 Lisa Graves, « A CMD Special Report on ALEC’s Funding and Spending », PR Watch, 13 juillet 2011. <https://www.prwatch.org/news/2011/07/10887/cmd-special-report-alecs-funding-and-spending>, consulté le 15 février 2018.

53 Jason Stein & Patrick Marley, op. cit., 37.

54 Voir note 46.

55 Ron Tuler, président du Parti républicain du comté d’Outagamie puis représentant de la 3e circonscription de l’Assemblée du Wisconsin depuis 2017. Entretien en personne le 28 octobre 2016 à Appleton, Wisconsin. Scott Jensen, ancien président de l’Assemblée du Wisconsin de 1995 à 2002, conseiller à l’American Federation for Children et stratégiste politique pour la Job First Coalition. Entretien en personne le 20 février 2017 à Delafield, Wisconsin.

56 Dave Umhoefer, « For unions in Wisconsin, a fast and hard fall since Act 10 », Milwaukee Journal Sentinel, 27 novembre 2016. <https://projects.jsonline.com/news/2016/11/27/for-unions-in-wisconsin-fast-and-hard-fall-since-act-10.html>, consulté le 1 février 2018.

57 Dans le Wisconsin, le recall est une provision constitutionnelle autorisant les citoyens à rappeler leurs élus et les resoumettre au scrutin. Elle nécessite l’obtention de signatures correspondant à 25 % des voix exprimées lors de l’élection concernée par la procédure. Une fois obtenue, une nouvelle élection a lieu si l’élu concerné ne démissionne pas sous dix jours.

58 Ed Pilkington, « Scott Walker, the John Doe files and how corporate cash influences American politics », The Guardian, 14 septembre 2016. <https://www.theguardian.com/us-news/ng-interactive/2016/sep/14/john-doe-files-scott-walker-corporate-cash-american-politics>, consulté le 8 mars 2018.

59 Craig Gilbert, Chef des correspondants à Washington, D.C. pour le Milwaukee Journal Sentinel. Entretien en personne du 28 septembre 2016 à Madison, Wisconsin ; Patrick Marley, journaliste au Milwaukee Journal Sentinel, Entretien en personne du 20 octobre 2016 à Madison, Wisconsin.

60 « there is nothing like practice to make you better and all those recalls united the Republicans through the state […]. So there were local party organizations throughout the state who now had volunteers that they never had 20 years ago and it’s all thanks to all those recalls », Scott Jensen, op. cit.

61 Outre la citation de Scott Jensen citée précédemment, ce constat fut fait par la majorité de mes interlocuteurs sur le terrain, incluant un consultant démocrate et le Chef de la minorité à l’Assemblée du Wisconsin, le démocrate Peter Barca.

62 Eric Bott, directeur de Americans for Prosperity pour le Wisconsin. Entretien en personne du 19 janvier 2017 à Madison, Wisconsin.

63 Scott Walker & Marc A. Thiessen, Unintimidated : A Governor’s story and a nation’s challenge, New York : Random House, 2014, 43.

64 Des enquêtes ont montré que certains employés avaient obtenus des centaines de milliers de dollars en pensions et compléments de salaire pour congés maladie. Ed Umhoefer, « Scott Walker’s path to power », Milwaukee Journal Sentinel¸ 27 novembre 2016. < https://projects.jsonline.com/news/2016/11/27/scott-walkers-path-to-power.html>, consulté le 1 février 2018.

65 « when [people in rural Wisconsin] hear state employees are whining they are being poorly treated by Walker saying ‘you have to pay for part of you health insurance’, well they say ‘oh we don’t even have health insurance’. […] White working-class folks […] began to identify as Republicans because they saw the state employees as the arm of the Democratic Party », Scott Jensen, op. cit.

66 « “rural consciousness” […] is my shorthand for referring to this: an identity as a rural person that includes much more than an attachment to place. It includes a sense that decisions made routinely ignore rural places and fail to give rural communities their fair share of resources, as well as a sense that rural folks are fundamentally different from urbanites in terms of lifestyles, values, and work ethics » in Kathy Cramer, op. cit., 5-6.

67 « rural consciousness made resentment toward public employees commonsense knowledge and provided fertile ground for Scott Walker », ibidem, 193.

68 Craig Gilbert, Chef des correspondants à Washington, D.C. pour le Milwaukee Journal Sentinel. Entretien en personne du 28 septembre 2016 à Madison, Wisconsin.

69 Robert Booth-Fowler, Wisconsin Votes : An Electoral History, Madison : University of Wisconsin Press, 2008, 229.

70 Ibidem.

71 La comparaison entre des élections présidentielle et sénatoriale est possible car toutes deux représentent le vote de l’État dans son entier, sans prendre en compte les circonscriptions électorales.

73 Craig Gilbert, « Trump Gets Icy State Welcome from Conservative Talk Radio », Milwaukee State Journal, 28 mars 2016. <http://www.jsonline.com/blogs/news/373784571.html>, consulté le 26 février 2018.

74 « The Wisconsin talk radio conglomerate, which rallied conservative voters to help Gov. Scott Walker win three elections in four years, has now set its sights on stopping Mr. Trump » dans Ashley Parker et Nick Corasanti, « 6 Talk Radio Hosts, on a Mission to Stop Donald Trump in Wisconsin », New York Times, 4 avril 2016. <https://www.nytimes.com/2016/04/05/us/politics/donald-trump-wisconsin-radio.html>, consulté le 26 février 2018.

75 Charlie Sykes, op. cit., 148.

76 CNN politics, op. cit.

77 Enquête de terrain 2016-2017.

78 Enquête de terrain 2016-2017.

79 « wake-up call for Republicans in Wisconsin », Scott Walker, cité dans Louis Nelson, « Scott Walker calls Dem victory in GOP-leaning Wisconsin Senate seat ‘a wake-up call’ », Politico, 17 janvier 2018. <https://www.politico.com/story/2018/01/17/scott-walker-wisconsin-patty-schachtner-win-343237>, consulté le 28 mai 2018.

80 Dans le Wisconsin, le Parti républicain a la capacité de voter le soutien au candidat de son choix pour les primaires : les Partis de comtés votent lors de la convention de l’État et le vainqueur bénéficie du soutien financier et humain de tout l’appareil institutionnel du Parti de l’État.

81 Gallup, Presidential approval ratings, 2018. <https://news.gallup.com/poll/203198/presidential-approval-ratings-donald-trump.aspx>, consulté le 6 juillet 2018.

82 « the party together, in large part, by tweeting and talking like a populist/nationalist, while governing like a traditional Republican », in Amy Walter, « Has the Blue Wave already crested ? », The Cook Political Report, 23 mai 2018. <http://cookpolitical.com/analysis/national/national-politics/has-blue-wave-already-crested>, consulté le 28 mai 2018.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Une population concentrée dans le sud-est de l’État
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/9759/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 843k
Titre Carte 2. Synthèse des zones de force traditionnelles des partis républicain et démocrate
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/9759/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Carte 3. Les élections présidentielles et sénatoriales de 2016 montrent des dynamiques de vote très différentes
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/9759/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Carte 4. Les répartitions des votes sont relativement stables dans le Wisconsin depuis 2010
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/9759/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Carte 5. Les résultats de Donald Trump et Ron Johnson indiquent deux électorats républicains géographiquement distincts
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/9759/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,8M
Titre Carte 6. Les centres de pouvoir républicains ont largement rejeté Donald Trump pendant les primaires de 2016
URL http://journals.openedition.org/lisa/docannexe/image/9759/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 825k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roman Vinadia, « Le dilemme du Parti républicain dans le Wisconsin suite à l’élection de Trump », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XVI-n°2 | 2018, mis en ligne le 10 septembre 2018, consulté le 23 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/9759 ; DOI : 10.4000/lisa.9759

Haut de page

Auteur

Roman Vinadia

Roman Vinadia is a PhD candidate in Geography and a teaching assistant at the French Institute of Geopolitics at the University Paris 8 under the supervision of Professors Frédérick Douzet (IFG) and Bruce E. Cain (Stanford University). His dissertation is a study of the Republican Party network, its nature, structure, and organisation based on comparative case studies of Wisconsin and Arizona. As part of his research, he has done fieldwork as a Fulbright Visiting student at the University of Wisconsin, Madison and at Arizona State University. His work has been published in Le Monde, Libération, and for the Lyon ENS geographic ressources website Géoconfluences.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals