Navigation – Plan du site
Les Femmes britanniques et la Première Guerre mondiale : Ingérences féminines en milieux militaires et civils

Patriotisme philanthropique et citoyenneté féminine : les femmes et la Primrose League, 1914-1918

The Primrose League and the Great War: Conservative Women and Philanthropic Patriotism
Philippe Vervaecke
p. 57-70

Résumé

This article studies women’s participation in the work of philanthropic patriotism conducted by the Primrose League, a Conservative organisation which remained in activity throughout the First World War. The case of the Primrose League, whose female membership carried out the sort of philanthropic work that conformed to the traditional view of the sexual division of labour, is used to qualify the historiographical interpretation according to which during the war women’s social status went through a dramatic evolution. Discussion then turns to the ambiguous relation of the League’s hierarchy towards the issue of women’s citizenship, which highlights the fact that this organisation embodied a desire to resist the gender disturbances occasioned by the war.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir pour l’une des premières manifestations de cette interprétation l’ouvrage d’Arthur Marwick, T (...)
  • 2  Pour une approche plus circonspecte que celle de Marwick, voir George Robb, British Culture and th (...)
  • 3  Daniel Todman, The Great War. Myth and Memory, London : Hambledon, 2005, 181. De même, l’historiog (...)

1Jusqu’à une date assez récente, les historiens s’accordaient sur la remise en cause des carcans victoriens intervenue à la faveur de la Première Guerre mondiale, conflit au cours duquel les femmes en Grande-Bretagne auraient commencé à bénéficier d’une plus grande liberté, tant professionnelle que sexuelle1. Depuis quelques années, cette interprétation est de plus en plus contestée par les spécialistes de la période, qui mettent davantage l’accent sur la résilience de l’idéologie traditionnelle gouvernant les identités sexuelles et la division sexuelle du travail2. Par exemple, dans un ouvrage récent sur les mythes auxquels a donné naissance la Grande Guerre, Daniel Todman se montre particulièrement sceptique à l’égard de l’interprétation selon laquelle ce conflit aurait déclenché une transformation radicale du statut social des femmes. D’après Todman, l’historiographie a accepté comme une doxa le fait que le conflit s’est accompagné d’une telle évolution parce que l’accent a été mis sur certaines catégories de la population féminine, comme les jeunes femmes, les célibataires, les ouvrières, celles qui résidaient dans la partie la plus industrialisée du pays ou qui prirent directement part au conflit en tant qu’infirmières. Pour avoir une idée plus nuancée de l’évolution du statut des femmes, il faudrait, selon Todman, réorienter l’analyse en direction de ces femmes que l’historiographie a jusqu’à présent négligées, à savoir les femmes plus âgées, celles qui étaient mariées à des hommes combattant sur le front ou celles qui habitaient ailleurs que dans les zones les plus industrialisées du pays3.

  • 4  Sur l’implantation géographique du mouvement et sur la place prépondérante qu’y occupent les femme (...)

2L’objet de cet article est de participer au ré-équilibrage historiographique suggéré par Todman. En effet, il s’agit ici d’analyser la manière dont les conservatrices britanniques ont participé à l’effort de guerre au sein de la Primrose League. La League, vaste mouvement conservateur lancé en 1883, vient de fêter son trentième anniversaire lorsque le conflit éclate. Forte de 800 000 membres en 1913, la League regroupe depuis son lancement un nombre conséquent de femmes, et la guerre accentue encore le caractère féminin de cette organisation4. De plus, en termes d’implantation géographique, la League est une organisation bien implantée dans les zones rurales, dans les petites villes, notamment dans le sud du pays, tandis que sa présence est plus discrète dans les bastions industriels du nord. Socialement, le mouvement tend aussi à attirer les personnes des classes aisées, en particulier l’aristocratie, mais elle a aussi de nombreux partisans issus des classes moyennes. Le profil typique de l’adhérente de la League est celui de la mère de famille suffisamment à l’aise matériellement pour pouvoir s’investir de manière bénévole dans une activité politique et encadrer les sympathisants conservateurs dans sa localité.

  • 5  À titre d’exemple, un ouvrage récent d’histoire orale de la Grande Guerre n’évoque à aucun moment (...)

3S’intéresser aux activités de la Primrose League lors du conflit permet en outre d’aborder la question de la réaction des appareils politiques face à la guerre, ce qui est un élément trop souvent négligé dans les travaux portant sur l’impact de la Grande Guerre sur la société britannique. En effet, en raison de la trêve partisane décrétée par les partis politiques britanniques au début de la guerre, l’historiographie de la Première Guerre mondiale a très largement ignoré la manière dont certaines structures partisanes, en particulier la Primrose League, ont continué de fonctionner pendant la guerre5.

4Sans doute du fait même de l’objet étudié, on compte résolument pencher du côté des sceptiques comme Todman, car le discours sur les femmes, véhiculé par la League, manifeste indéniablement cette persistance d’une conception qu’on pourrait qualifier de victorienne quant à la place des femmes dans la société. C’est ce qui fera l’objet de la première étape de notre analyse, où l’on montrera la manière dont la League mobilise ses adhérentes en vue d’accomplir un effort collectif de philanthropie patriotique, effort caractérisé par le cantonnement des conservatrices aux activités reconnues comme pouvant légitimement être accomplies par un public féminin. Ensuite, puisque c’est d’une organisation politique et partisane dont on traite ici, on s’intéressera à la réaction de la hiérarchie de la League face à l’altération la plus spectaculaire du statut des femmes que favorise le conflit, à savoir l’octroi du vote aux femmes de plus de trente ans. Comment ce mouvement, depuis si longtemps tributaire de l’engagement de ces conservatrices bénévoles qui font de la League une incomparable machine électorale, va-t-il s’adapter à partir de 1917 au nouveau statut politique des femmes ? Sur cet aspect aussi, force est de constater que la Première Guerre mondiale est loin d’avoir sapé la domination exercée par la hiérarchie masculine sur le mouvement, comme en attestent, d’une part, le caractère restrictif et traditionnel de la citoyenneté féminine telle que la véhicule la League à la fin du conflit et, d’autre part, la place très limitée qui est réservée aux femmes dans les instances centrales du mouvement après 1918.

La League et la prescription des rôles féminins pendant la guerre 

  • 6  Sur les Ladies Bountiful, châtelaines philanthropes des campagnes victoriennes, voir Jessica Gerar (...)

5Le discours véhiculé par la League à propos du rôle que ses adhérentes devaient jouer pendant le conflit révèle le conservatisme social de cette organisation. Les fonctions assignées aux femmes par le mouvement restent, en effet, dans les limites d’une identité féminine traditionnelle. Loin de mettre en péril les sphères d’action dévolues aux hommes et aux femmes, la manière dont la League mobilise les conservatrices au service de l’effort de guerre conforte la vision traditionnelle de la masculinité et de la féminité. Qu’elles soient envisagées comme épouses, comme mères, comme consommatrices, il incombe aux femmes d’agir en tant qu’auxiliaires des hommes et d’accomplir leur devoir patriotique. Pour les dames de la League, le modèle féminin dont il faut s’inspirer est celui des “Lady Bountiful”, ces châtelaines agissant avec compassion pour les populations démunies des environs, tandis que la figure-repoussoir serait à la fois la “Christy Girl” délurée ou la pacifiste qui se soustrait scandaleusement à ses obligations patriotiques6.

  • 7  PLG, août 1914, 5. Lorsque des officiers qui sont anciens membres de la League se voient décernés (...)

6Rien d’étonnant dans ce contexte à ce que la Primrose League Gazette, le mensuel officiel de la League, véhicule par la même occasion une vision martiale, patriotique et sacrificielle de la masculinité, car c’est l’ensemble du système symbolique sur lequel repose les identités sexuelles socialement acceptées qu’il s’agit de défendre. Ainsi, pendant le conflit, la League s’emploie à mettre en avant la part que prennent ses membres masculins à l’effort de guerre en valorisant dans un premier temps leur promptitude à se porter volontaire, puis leur valeur au combat7.

  • 8  PLG, août 1914, 7.

7L’efficacité du travail caritatif des habitations de la League et la précocité avec laquelle le mouvement parvient à mobiliser ses bénévoles sont liées à l’expérience dont cette organisation était pourvue en matière d’effort philanthropique et patriotique. Lors de la Guerre des Boers déjà, la League enjoint ses membres à soutenir l’effort de guerre. Les grandes dames du mouvement sont très actives dans l’aide matérielle et sanitaire destinées aux populations déplacées, tandis que les hommes du mouvement sont encouragés, par exemple, à créer des clubs de tir afin de faciliter la préparation militaire des volontaires. Plus tard, l’éventualité d’une guerre civile en Ulster vers 1913 et 1914 fait office de répétition générale en termes de mobilisation des ressources de la League. La League se tient prête à recevoir les éventuels réfugiés loyalistes : des fonds sont rapidement collectés, un nombre conséquent de dames de la League mettent leur logement à la disposition du mouvement afin d’accueillir les populations d’Ulster que le conflit aurait contraintes à l’exil. En août 1914, la League peut annoncer qu’elle est en mesure d’offrir un abri à pas moins de 8 000 réfugiés irlandais. Des comités sont formés à Dublin, Belfast et Cork afin d’enregistrer les noms des personnes qui s’avèreraient dans l’impossibilité de rester chez elles si éclatait un conflit entre nationalistes irlandais et loyalistes. Des équipes de couturières bénévoles sont constituées, à Torquay, par exemple, afin de préparer le matériel dont pourraient avoir besoin les hôpitaux d’Ulster. Parmi les responsables de cette mobilisation en faveur de l’Ulster, on trouve des dignitaires du mouvement comme Lady Edward Cecil ou l’épouse de Rudyard Kipling, qui ont acquis l’expérience de ce type de mission caritative lors de la Guerre des Boers8. Avant août 1914, les dames de la League bénéficient donc déjà une expertise dans le domaine du travail caritatif occasionné par un conflit armé.

  • 9  PLG, octobre 1914, 2.
  • 10  PLG, octobre 1914, 5.
  • 11  La Primrose League Gazette signale par exemple le cas de cette grand-mère dont sept petits-fils on (...)
  • 12  Sur l’utilisation de figures féminines (en particulier l’infirmière Edith Cavell fusillée par les (...)

8L’une des premières missions qui incombent aux femmes de la Primrose League est de veiller à ce que la campagne de recrutement des volontaires soit un succès. Dans la phase initiale du conflit, les instances centrales du mouvement sont assaillies de questions en provenance des antennes locales de la League afin de déterminer ce qui leur est loisible de faire. “Business as usual, only non-political and non-party”, recommande le Grand Council, l’organe décisionnel du mouvement, qui stipule par ailleurs qu’il est impératif d’assister le Parliament Recruiting Committee dans son travail d’enrôlement des volontaires9. “See that there is a fitting climax to the enthusiasm of the meeting by some brisk recruiting afterwards at a special recruiting table”, suggèrent les responsables du mouvement10. Sur ce point précis, on retrouve véhiculé par la League cette mission que la propagande gouvernementale assigne aussi aux femmes, qui doivent pleinement participer à la campagne de recrutement des volontaires et jouer auprès des hommes le rôle d’inspiratrice de sentiments patriotiques11. Pour paraphraser la fameuse formule qui est déclinée sur les affiches de propagande du Parliamentary Recruiting Committee: “Women of the Primrose League Say Go”12.

9Quelles formes prend le patriotisme philanthropique des dames de la League entre 1914 et 1918 ? Si le travail de démarchage électoral et de diffusion de la propagande unioniste qu’accomplissaient avant 1914 les femmes de la League est mis entre parenthèses, les efforts de ces dernières consistent désormais à épauler dans la mesure de leurs moyens réfugiés, combattants, prisonniers de guerre et soldats convalescents.

  • 13  Cet atelier fonctionne entre onze heures du matin et cinq heures de l’après-midi, ce qui montre qu (...)
  • 14  PLG, avril 1918, 3. Fidèle à son habitude de décerner médailles et distinctions honorifiques, la L (...)
  • 15  PLG, octobre 1914, 14.
  • 16  PLG, novembre 1914, 2.

10Dès le début du conflit, les petites mains de la League forment des groupes de travail dont l’objectif est de collecter ou de confectionner des vêtements pour les soldats envoyés au front. Mois après mois, la Primrose League Gazette recense ainsi le nombre de vêtements expédiés par la League à la Croix Rouge, au Queen Mary’s Needlework Guild ou aux organisations prêtant secours aux réfugiés belges. Le quartier général de la League met ses locaux londoniens à la disposition de la Croix Rouge, où 65 000 vêtements sont confectionnés entre le début des hostilités et septembre 191513. Pour stimuler le dévouement de ses bénévoles, les instances de la League font concourir les habitations entre elles afin de récompenser les plus méritantes14. Très souvent d’ailleurs, on observe des logiques et des solidarités familiales à l’œuvre dans ce travail caritatif. Par exemple, l’habitation de Stapleford et Bramcote, présidée par une Mrs Holden, se charge de trouver des infirmières de la Croix Rouge pour les troupes commandées par son mari, le commandant Holden15. Pareillement, c’est sous l’impulsion de Lady Jellicoe, épouse de l’amiral qui commande la flotte en Mer du Nord, que la League rassemble des vêtements chauds pour les marins16.

  • 17  Sur l’expertise des femmes britanniques en matière de collecte de fonds et leur importance crucial (...)
  • 18  GC, 5 novembre 1914.
  • 19  GC, 3 février 1916.
  • 20  L’habitation de Rotherham réunit £ 9 000 pour aider le ministère de la Guerre à acheter ce tank. G (...)

11Comme dans le cadre des associations philanthropiques où les victoriennes étaient mobilisées en masse, l’apport crucial des femmes de la League lors de la Grande Guerre réside dans le travail de collecte de fonds17. Entre octobre et novembre 1914, 300 000 timbres d’épargne (“Primrose League Relief Stamps”) destinés à financer les œuvres caritatives sont ainsi vendus par les membres de la League18. En octobre 1916, trois ambulances, décorées de plaques de cuivre portant l’inscription « Fournie par la Primrose League » peuvent ainsi être offertes à la Croix Rouge19. Parfois, l’aide de la Primrose League sort du cadre humanitaire ou caritatif, puisque des fonds sont rassemblés par certaines habitations pour financer l’achat d’un tank ou d’un aéroplane, mais de telles initiatives sont évidemment marginales20.

  • 21  Avant le début des hostilités, l’infirmière militaire est une figure banale, dont l’ubiquité crois (...)
  • 22  PLG, octobre 1914, 12.
  • 23  PLG, décembre 1914, 9 ; 14. Dans ce numéro, c’est une certaine Miss Woodrow, ancienne Honorary Sec (...)
  • 24  PLG, mai 1918, 3.
  • 25  PLG, février 1918, 5 ; 7.
  • 26  PLG, février 1918, 7.

12Un autre rôle habituellement attribué aux femmes en cas de guerre est celui de soigner les blessés21, et la League encourage ses troupes à s’acquitter de ce type de tâches. Certaines habitations organisent des cours de secourisme22. La Primrose League Gazette publie aussi les portraits de certaines des membres de la League travaillant comme infirmières sur le théâtre d’opérations23. La League ne se contente pas de saluer dans ses colonnes l’implication directe de ces jeunes femmes dans l’effort de guerre, car les ressources du mouvement sont aussi mobilisées pour offrir à ces dernières des lieux de détente, appelés “Primrose League Huts”, de manière à ce que les infirmières présentes en France bénéficient d’espaces de repos et de loisir qui leur soient réservés24. Le personnel féminin de la League prend aussi part à des activités de divertissement à l’intention des blessés ou des permissionnaires, en organisant par exemple des bals ou, dans le cas des habitations londoniennes, en faisant visiter Londres aux soldats d’outre-mer ou originaires des campagnes qui ne se seraient jamais rendus dans la capitale25. Les prisonniers de guerre ne sont pas en reste, car les habitations de la League parrainent certains d’entre eux26.

  • 27  GC, 3 juin 1915.
  • 28  PLG, janvier 1918, 5 ; GC, 4 octobre 1917.
  • 29  PLG, mai 1918, 6.
  • 30  PLG, janvier 1918, 10 ; février 1918, 3 ; 7 ; mars 1918, 11.

13C’est aussi en tant que consommatrices que les femmes de la League participent à l’effort de guerre. Quand le Ministère du Commerce britannique entame une action de propagande pour recommander aux populations civiles d’économiser les ressources, en particulier la viande, ses responsables font appel à la League pour véhiculer leurs appels à la parcimonie auprès des ménagères27. C’est au nom de cette même logique que la League prend part à la campagne intitulée “Save or Starve” menée par la League of National Safety ou qu’elle collabore avec le National War Savings Committee, l’agence gouvernementale chargée de relayer la propagande officielle contre le gaspillage des ressources alimentaires28. Au niveau local, certaines habitations aident les travailleurs postaux à distribuer les cartes de rationnement29. La Primrose League Gazette soutient cet effort en publiant des recettes de mince pies patriotiques, des conseils pour fabriquer des ersatz de jouets avec du matériau de récupération, des astuces pour économiser les rations de beurre ou encore des suggestions afin que ses lectrices dépourvues de jardin cultivent laitue, cresson, moutarde ou ciboulette dans des jardinières30.

  • 31  GC, 15 avril 1915.
  • 32  PLG, juillet 1918, 5.

14Outre cette participation caritative à l’effort de guerre, la League tente aussi d’assister les autorités dans le domaine du recrutement d’une main-d’œuvre féminine dans les secteurs fragilisés par le départ des hommes au combat. Comme le caractère féminin du mouvement est bien connu des autorités, la League est ainsi sollicitée par le Ministère du Travail, qui adresse aux instances dirigeantes du mouvement des circulaires alertant les femmes sur les besoins en main-d’œuvre de certains secteurs. Lorsqu’en 1915 le gouvernement décide d’établir des registres répertoriant les femmes qualifiées susceptibles de remplir certains emplois, les habitations de la League prennent une part active à cette campagne31. En juillet 1918, la Primrose League Gazette publie un appel du National Land Council désireux de trouver des femmes susceptibles de travailler dans des fermes, en particulier pour la traite des vaches32. Mais l’intérêt que porte la League à l’inclusion des femmes dans la vie active ne doit pas occulter la méfiance qui, dans les colonnes de l’organe de la League, s’exprime aussi face à cette évolution, comme en atteste la charge satirique qui suit, adressée au journal par un lecteur anonyme et censée dresser un portrait désobligeant de la jeune ouvrière anglaise, coupable de subvertir les codes sexuels en vigueur :

  • 33  PLG, octobre 1918, 7.

She’s not the sort to make a mate,
This product of the war
Who smokes and swears, wears monocles
Talks slang with wagging jaw
‘Old chappie’ here, ‘Old boy’ to some
Methinks the world’s turned round
When girls are breeched and wear men’s clothes
Instead of being gowned
Give me a dainty, jolly lass
Who wears a billowy skirt
Is full of fun, refined in speech
And not too prone to flirt
I’d rather wed one such as this
Than take the risk of ruction
With one who dares my garments wear
The Sexless War Production
33.

  • 34  Lettre anonyme, envoyée par une personne qui signe sous le pseudonyme “No Early Victorian”, PLG, f (...)

15Ces vers de mirliton ne sont d’ailleurs pas un acte isolé, puisqu’ils corroborent les récriminations contenues dans une lettre similaire, précédemment envoyée au journal par un lecteur soucieux, lui aussi, de rester anonyme et conscient que ses propos hostiles envers les jeunes ouvrières, exagérément masculines selon lui, ne seront pas forcément très bien accueillis par le lectorat féminin du journal, comme ses remarques liminaires le laissent entendre : “I might get my hair (what is left at 72) curled for me by some of my fellow members”34. Ces deux réactions témoignent de la manière dont certaines institutions comme la League s’inquiètent des évolutions qu’occasionne le conflit en permettant aux femmes de partiellement s’affranchir des codes de conduite traditionnels et de prendre part à des activités professionnelles qui leur étaient jusqu’alors refusées. En mettant l’accent sur les rôles habituellement dévolus aux femmes, en ouvrant les colonnes de sa publication officielle à des discours contestant de façon polémique cette remise en cause des codes sociaux régissant la participation des femmes à la sphère publique, la League participe donc à la perpétuation et à la défense des conventions sociales traditionnelles.

16Le constat, on va le voir à présent, est tout à fait comparable dans le domaine de la participation des femmes à la sphère politique. À partir de 1917, la League doit entreprendre un effort d’adaptation à la nouvelle donne électorale, puisque désormais les femmes de plus de trente ans sont amenées à jouir des mêmes droits politiques que les hommes. Les débats et réactions suscitées à l’intérieur de la League par cette réforme électorale révèlent la puissance du conservatisme social, et non simplement politique, du mouvement, qui mit à profit les derniers mois du conflit pour tenter d’élaborer une conception de la citoyenneté féminine respectueuse des schémas traditionnels.

La Primrose League et la citoyenneté féminine, 1917-1918

  • 35  Ce qui est peu surprenant, compte tenu de la prudence que manifeste la League sur la question du d (...)
  • 36  GC, 6 décembre 1917.
  • 37  Pas moins de 800 femmes sont ainsi présentes quand est évoquée la question lors d’une réunion de l (...)

17Les instances centrales de la League réagissent assez tardivement au projet d’accorder le droit de vote aux femmes après-guerre35. Pourtant, dès 1917, de nombreuses adhérentes du mouvement somment leur hiérarchie de prendre position sur cette réforme et d’accorder un rôle accru aux militantes du mouvement au sein des organes décisionnels de la League, mais le Grand Council fait la sourde oreille, même lorsque le Ladies’ Grand Council, homologue féminin de cet organe décisionnel, rappelle aux dirigeants du mouvement que la pratique qui devient courante dans les sections locales du Parti conservateur est de réserver une part significative des postes dirigeants aux femmes36. Pourtant, les nouveaux droits électoraux des femmes intéressent grandement les membres du mouvement, comme en attestent les nombreuses réunions d’information sur ces nouvelles dispositions37.

  • 38  GC, 3 octobre 1918.

18Ce n’est qu’à la toute fin de 1918 que les règles de désignation des Grand Councillors sont altérées afin de garantir qu’un nombre minimal de femmes puissent siéger au sommet de la hiérarchie du mouvement. À partir d’octobre 1918, dix-sept sièges (sur cent dix) sont finalement réservés aux femmes au sein du Grand Council, avec la possibilité pour les militantes locales d’être élues parmi les cinquante-six délégués de comté que prévoit la réforme du Grand Council38.

  • 39  Philippe Vervaecke, Dieu, la Couronne, l’Empire, op. cit., 246-254.

19Ces ajustements tardifs ne tardent pas à produire leur effet, puisqu’à partir de la fin 1918 le Grand Council observe avec inquiétude la défection de nombreuses dames de la League qui préfèrent abandonner cette organisation et militer au sein des Women’s Unionist Organizations, ces sections locales du Parti conservateur qui permettent aux conservatrices de disposer d’appareils partisans autonomes qui ne les contraignent plus à agir sous la férule de dirigeants masculins39.

  • 40  PLG, novembre 1918, 4.
  • 41  PLG, août 1914, 3.

20Ce qui retient surtout l’attention de la League au cours de l’année 1918, c’est la création éventuelle d’un parti des femmes. De manière réitérée, les instances de la League condamnent cette initiative : “The creation of a Women’s Party, with its hint of sexual antagonism, is a regrettable departure as it suggests a divorce of our sex from the general movement towards national unity”40. En tant qu’organisation mixte, la League voit d’un mauvais œil l’émergence d’associations politiques séparant les deux sexes, ce qui explique l’hostilité des dirigeants du mouvement à l’égard de ce type de structures partisanes, dont la multiplication au sein du Parti conservateur constituerait une menace pour la survie même de la League. Dans un article intitulé “No Woman’s Party”, l’éditorialiste de la Primrose League Gazette illustre son point de vue en se référant à la réaction entendue de la bouche d’un porteur de bagages irlandais à qui une dame avait demandé où se trouvait le wagon pour dames : “Oh, sure, my lady, they all travels togither in this counthry, the ladies and the gintlemen”41.

  • 42  PLG, septembre 1918, 4.
  • 43 PLG, août 1918, 4, extrait de la brochure The Vote: What I want before I give it.
  • 44  Voici quelques exemples des documents diffusés par la League : The Vote and What it means; Women’s (...)

21Nonobstant le fait que, depuis sa création, ce sont souvent des femmes qui au sein de la League assurent le travail d’éducation de l’électorat populaire à ses responsabilités civiques, les autorités de la League prennent le parti de considérer qu’il est désormais impératif d’éduquer un nouvel électorat féminin dont la maîtrise des enjeux politiques est jugée déficiente, comme en attestent les propos de Mrs Humphrey Ward, anti-suffragiste notoire, cités dans la Primrose League Gazette : “Knowledge is what we want at this moment above everything else – the knowledge on which a true patriotism can be built”42. C’est pourquoi on recommande à la future électrice de se défier de sa propension à l’irrationnalisme : “I shall not record my vote in a hurry”43. Tout un ensemble de brochures sont dès lors diffusées par la League afin d’effectuer ce travail éducatif à destination des femmes44.

22La citoyenneté féminine telle qu’elle est conçue au sein de la League tend à restreindre la sphère d’action légitime des femmes en politique et à rappeler le statut de novice de ces dernières en matière politique. Citons par exemple ces remarques révélatrices de Lady Peek, qui dirige l’habitation d’Axminster dans le Devon :

  • 45  PLG, septembre 1918, 3.

Women have to know more about German and British War Aims so that they might be able to take an understanding part in the government of the country, not as Member of Parliament, as she hoped she would never live to see that, but in a quiet way and by knowing what they were voting for45.

  • 46  C’est ce que laisse entendre un tract de la National Union Association, fédération des organisatio (...)
  • 47  PLG, juin 1918, 5.

23Dans cette perspective, l’une des fonctions centrales des futures électrices consistera alors à faire office de mandataires des hommes tombés au champ d’honneur46. De même, la League recommande à ses adhérentes, dans le futur exercice de leurs droits civiques, de s’inspirer du courage des soldats : “Women ought not to shirk and it was for them to see that the best men were returned”, comme le fait observer Lady Jersey, grande figure des Antis et membre du Ladies’ Grand Council47. Mais ces propos laissent explicitement entendre que si les femmes doivent être des électrices actives et avisées, il n’est guère envisagé qu’elles soient aussi à même d’être candidates.

24Les instances dirigeantes de la League, loin de se féliciter de cette évolution qui fait qu’un nombre conséquent de ses membres va désormais pouvoir plus activement encore soutenir la cause conservatrice, observent donc avec appréhension cette transformation radicale du système politique britannique et accordent tardivement aux femmes une place plus prépondérante au sommet de l’organisation.

Conclusion

25Si la Grande Guerre a permis de mobiliser les ressources et les personnels féminins de la League au service de l’effort de guerre et de préserver le dynamisme de cette organisation au cours du conflit, l’immédiat après-guerre a en revanche correspondu au début du déclin pour la League. Après 1918, le nombre d’adhérents de la League chute de manière marquée tandis que ce sont les Women’s Unionist Organisations, les sections féminines du Parti conservateur, qui captent l’enthousiasme des femmes pour la cause conservatrice. Après guerre, la League parvient à conserver en son sein les militantes qui ont entamé leur engagement politique avant 1914 sous les auspices de cette organisation, mais les jeunes conservatrices désertent ses rangs, occasionnant une rupture générationnelle entre les conservatrices ayant effectué leur apprentissage politique avant guerre et les novices de l’engagement politique qui, à partir de 1918, préfèrent désormais militer au sein d’organisations conservatrices exclusivement féminines.

26L’une des causes de ce déclin de la League se situe sans doute dans la vision traditionnelle du rôle social et politique de la femme que véhicule le mouvement au cours du conflit. Cette vision, si elle est propice à fédérer les conservatrices dans le cadre des activités patriotiques préconisées par la League au cours du conflit, est en inadéquation avec le nouveau statut civique des femmes après guerre. C’est là que réside le paradoxe pour la League. Son succès en tant qu’organisation-phare de la philanthropie patriotique au cours de la guerre est tributaire d’une définition de la féminité qui est en contradiction manifeste avec les nouveaux droits civiques dont bénéficieront les femmes dans l’entre-deux-guerres.

Haut de page

Notes

1  Voir pour l’une des premières manifestations de cette interprétation l’ouvrage d’Arthur Marwick, The Deluge. British Society and the First World War, [1965] London : Macmillan, 1991, 133.

2  Pour une approche plus circonspecte que celle de Marwick, voir George Robb, British Culture and the First World War, Basingstoke : Palgrave, 2002, 32-66 ; Susan R. Grayzel, Women and the First World War, London : Longman, 2002, 5. À noter que l’on perçoit la même inflexion historiographique dans le contexte américain. Voir à ce sujet Kathleen Kennedy, Disloyal Mothers and Scurrilous Citizens. Women and Subversion during World War I, Bloomington: Indiana U. P., 1999, 3 ; Erika Kuhlman, Petticoats and White Feathers: Gender Conformity, Race, the Progressive Peace Movement, and the Debate over War, 1895-1919, Westport : Greenwood Press, 1997, 1-2 ; 126.

3  Daniel Todman, The Great War. Myth and Memory, London : Hambledon, 2005, 181. De même, l’historiographie s’est plus volontiers penchée sur les activités des mouvements suffragistes pendant la guerre, en retraçant en détail les ruptures entre suffragistes pacifistes ou anti-pacifistes. Voir sur cet aspect Anne Wiltsher, Most Dangerous Women: Feminist Peace Campaigners of the Great War, London : Pandora, 1985. Ce faisant, les historiens ont en partie négligé les formes d’action collective ouvertes aux femmes en dehors des réseaux suffragistes ou féministes, comme c’est le cas avec la Primrose League.

4  Sur l’implantation géographique du mouvement et sur la place prépondérante qu’y occupent les femmes avant 1914, voir Philippe Vervaecke, Dieu, la Couronne et l’Empire : la Primrose League, 1883-2000. Culture et pratiques politiques d’un mouvement conservateur, Thèse : Lille III, 2003, 237-243. L’analyse des registres de deux « habitations », terme désignant les antennes locales du mouvement, fait apparaître que 45% des membres du mouvement sont des femmes. Martin Pugh estime, quant à lui, que nationalement les femmes ne représentent jamais moins du quart et souvent plus de la moitié des membres de la League. Martin Pugh, The Tories and the People, 1880-1935, Oxford : Blackwell, 1985, 49.

5  À titre d’exemple, un ouvrage récent d’histoire orale de la Grande Guerre n’évoque à aucun moment la question des partis politiques pendant la guerre, hormis bien sûr dans le cadre parlementaire et gouvernemental. Voir Richard Van Emden et Steven Humphries, All Quiet on the Home Front. An Oral History of Life in Britain during the First World War, London : Headline, 2003. Or, dans les circonscriptions du pays, les partis politiques continuent d’être dotés de sections locales, certes souvent très peu actives sauf dans les cas d’élections partielles lorsqu’un député décède ou qu’il devient ministre de la Couronne, auquel cas une nouvelle élection doit avoir lieu. Sans doute que la League, dont les habitations sont manifestement très actives, fait partie des organisations les moins affectées par le conflit du fait du profil très féminin de ses membres. Un exemple suffira à montrer combien les activités de la League sont menées de manière quasi-exclusive par des femmes. Sur vingt-sept présents lors de la réunion de l’habitation de Croydon, vingt-quatre sont des femmes. Primrose League Gazette [PLG], décembre 1914, 12.

6  Sur les Ladies Bountiful, châtelaines philanthropes des campagnes victoriennes, voir Jessica Gerard, “Lady Bountiful: Women of the Landed Classes and Rural Philanthropy”, Victorian Studies, 30, 2 (1987), 183-209. Les Christy Girls, quant à elles, sont ces jeunes femmes émancipées dessinées par Howard Christy et utilisées sur les affiches de recrutement de la Marine aux États-Unis. Le plus célèbre de ces documents de propagande est celui où une Christy Girl, vêtue d’un uniforme de marin, s’exclame : “Gee !! I wish I were a man. I’d join the Navy”.

7  PLG, août 1914, 5. Lorsque des officiers qui sont anciens membres de la League se voient décernés des médailles pour leur bravoure au combat ou qu’ils tombent au champ d’honneur, la Primrose League Gazette rappelle leur habitation d’origine. Les habitations sont censées aussi tenir un registre (appelé Roll of Honour) des anciens membres de la League morts au combat. PLG, décembre 1914, 2 ; PLG, janvier 1918, 3.

8  PLG, août 1914, 7.

9  PLG, octobre 1914, 2.

10  PLG, octobre 1914, 5.

11  La Primrose League Gazette signale par exemple le cas de cette grand-mère dont sept petits-fils ont rejoint le corps expéditionnaire en France. Pour les femmes, il s’agit de ne pas laisser leurs craintes légitimes faire obstacle à l’enthousiasme guerrier de leurs proches. PLG, décembre 1914, 9.

12  Sur l’utilisation de figures féminines (en particulier l’infirmière Edith Cavell fusillée par les Allemands en 1915) dans la propagande officielle, voir Margaret Sanders et Philip Taylor, British Propaganda during the First World War, 1914-1918, London : Macmillan, 1982, 138-141.

13  Cet atelier fonctionne entre onze heures du matin et cinq heures de l’après-midi, ce qui montre que le public féminin mobilisé pour ce type d’opérations appartient aux classes oisives de la population féminine disponibles à de tels horaires. Minutes du Grand Council de la Primrose League [GC], Oxford, Bodleian Library, 29 septembre 1915. Sur la même période, le chiffre atteint est de 200 000 articles d’habillement confectionnés dans les habitations.

14  PLG, avril 1918, 3. Fidèle à son habitude de décerner médailles et distinctions honorifiques, la League instaure un “Primrose League War Badge” destiné à récompenser ses membres les plus investis dans cet effort caritatif. PLG, novembre 1914, 2.

15  PLG, octobre 1914, 14.

16  PLG, novembre 1914, 2.

17  Sur l’expertise des femmes britanniques en matière de collecte de fonds et leur importance cruciale dans le financement des organisations caritatives victoriennes, voir Frank Prochaska, Women and Philanthropy in Nineteenth-Century England, Oxford : Clarendon, 1980.

18  GC, 5 novembre 1914.

19  GC, 3 février 1916.

20  L’habitation de Rotherham réunit £ 9 000 pour aider le ministère de la Guerre à acheter ce tank. GC, 11 avril 1918. En ce qui concerne l’aéroplane, l’Amirauté décline cette offre, rappelant aux membres du Grand Council qu’en matière d’équipements militaires, le Parlement seul est habilité à procéder à ce type de commande. GC, 7 octobre 1915.

21  Avant le début des hostilités, l’infirmière militaire est une figure banale, dont l’ubiquité croissante au cours du conflit ne subvertit aucunement les conventions sociales. Sur cette question, voir Anne Summers, Angels and Citizens. British Women as Military Nurses, 1854-1914, London : Routledge and Kegan Paul, 1988.

22  PLG, octobre 1914, 12.

23  PLG, décembre 1914, 9 ; 14. Dans ce numéro, c’est une certaine Miss Woodrow, ancienne Honorary Secretary de l’habitation de la City de London, qui est mise à l’honneur, tandis que plus loin sur un autre document photographique montrant quatorze infirmières de la Croix Rouge, on apprend que deux des jeunes femmes appartenaient auparavant à l’habitation de Dartmouth et une autre à l’habitation regroupant des jeunes de Brockley.

24  PLG, mai 1918, 3.

25  PLG, février 1918, 5 ; 7.

26  PLG, février 1918, 7.

27  GC, 3 juin 1915.

28  PLG, janvier 1918, 5 ; GC, 4 octobre 1917.

29  PLG, mai 1918, 6.

30  PLG, janvier 1918, 10 ; février 1918, 3 ; 7 ; mars 1918, 11.

31  GC, 15 avril 1915.

32  PLG, juillet 1918, 5.

33  PLG, octobre 1918, 7.

34  Lettre anonyme, envoyée par une personne qui signe sous le pseudonyme “No Early Victorian”, PLG, février 1918, 4.

35  Ce qui est peu surprenant, compte tenu de la prudence que manifeste la League sur la question du droit de vote des femmes avant 1914. Sur l’impact de la controverse du suffrage féminin sur la Primrose League, voir Philippe Vervaecke, “The Primrose League and Women’s Suffrage, 1883-1918”, in Myriam Boussahba-Bravard, Suffrage outside Suffragism. Women’s Vote in Britain, 1880-1914, London : Palgrave, 2007.

36  GC, 6 décembre 1917.

37  Pas moins de 800 femmes sont ainsi présentes quand est évoquée la question lors d’une réunion de l’habitation de Plymouth. À noter que l’ordre du jour de ces réunions est expressément la question du droit de vote des femmes, sans que soient mentionnées les autres dispositions de la réforme électorale de 1918 sur le droit de vote des hommes de plus de vingt et un ans. PLG, avril 1918, 7; 10.

38  GC, 3 octobre 1918.

39  Philippe Vervaecke, Dieu, la Couronne, l’Empire, op. cit., 246-254.

40  PLG, novembre 1918, 4.

41  PLG, août 1914, 3.

42  PLG, septembre 1918, 4.

43 PLG, août 1918, 4, extrait de la brochure The Vote: What I want before I give it.

44  Voici quelques exemples des documents diffusés par la League : The Vote and What it means; Women’s Responsibilities for Local Government; Women’s Part in the New Reform Act; The Women and the Vote; The Primrose League and the Woman’s Vote: A Simple Guide; The Women’s Call to Citizenship; The Vote: What I want before I give it.

45  PLG, septembre 1918, 3.

46  C’est ce que laisse entendre un tract de la National Union Association, fédération des organisations conservatrices, publié dans la PLG et intitulé Trustees for the Silent: a Word to Women. PLG, décembre 1918, 5.

47  PLG, juin 1918, 5.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Vervaecke, « Patriotisme philanthropique et citoyenneté féminine : les femmes et la Primrose League, 1914-1918 », Revue LISA/LISA e-journal, Vol. VI – n°4 | 2008, 57-70.

Référence électronique

Philippe Vervaecke, « Patriotisme philanthropique et citoyenneté féminine : les femmes et la Primrose League, 1914-1918 », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], Vol. VI – n°4 | 2008, mis en ligne le 18 août 2009, consulté le 23 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/977 ; DOI : 10.4000/lisa.977

Haut de page

Auteur

Philippe Vervaecke

(Lille, France)
Philippe Vervaecke is Senior Lecturer in British civilisation at the University of Lille 3. His research focuses on political culture in the nineteenth and twentieth centuries. He has published a number of articles in France and in Britain on popular conservatism in Victorian Britain, on women’s political activism in the Edwardian period, on the socialism of William Morris and on political iconography in the early twentieth century. His present research is centred on the links between immigration and politics from the Victorian period to the present day.

Articles du même auteur

  • John Bull’s Adventures in the Fiscal Wonderland : Rhétorique graphique et propagande politique dans la controverse fiscale 1903-1910
    Paru dans Revue LISA/LISA e-journal, Vol. I - n°1 | 2003
Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals