Navigation – Plan du site
Le monde de Trump
Le vote et l’origine du phénomène

Le vote ouvrier et l’élection de Donald Trump : histoire et limites du discours populiste

Working-class Voters and the Election of Donald Trump: History and Limits of Populist Rhetoric
Tamara Boussac

Résumés

Cet article analyse le vote de la classe ouvrière blanche en faveur de Donald Trump en 2016 dans les États du nord-est et du Midwest en désindustrialisation. Si ce phénomène s’explique par les évolutions récentes de la politique américaine, cet article entend démontrer que la désaffection des classes ouvrières pour le Parti démocrate intervient au terme d’un long processus historique, le vote en faveur de Donald Trump étant le produit d’une rhétorique populiste ancienne et régulièrement utilisée par les élites politiques au cours du XXe siècle. L’article met l’élection de 2016 en perspective avec un moment clé de l’histoire politique américaine, entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et le début des années 1970, où la classe ouvrière blanche dans des villes comme Detroit, Chicago ou Cleveland commença à détourner du libéralisme inspiré du New Deal avant de constituer l’un des piliers de la « nouvelle majorité » républicaine que Richard Nixon chercha à constituer en 1972.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Matt Flegenheimer & Michael Barbaro, « Donald Trump is elected president in stunning repudiation of (...)
  • 2 Nate Cohn, « Why Trump won: working-class whites », The New York Times, 9 novembre 2016. <https://w (...)
  • 3 Richard Wolffe, « Donald Trump’s Victory is Nothing Short of a Revolution », The Guardian, 9 novemb (...)

1Le lendemain de l’élection de Donald Trump, un article du New York Times analysait le résultat du scrutin comme « la démonstration décisive du pouvoir d’une coalition souvent ignorée d’électeurs blancs et ouvriers » qui avait voté pour le Parti démocrate pendant des décennies1. Donald Trump venait en effet de gagner cinq États de la ceinture de la rouille, remportés par Barack Obama en 2012. Ancien cœur industriel et manufacturier des États-Unis, la ceinture de la rouille, qui s’étend de l’ouest de l’État de New York à l’est de l’Iowa en passant par la Pennsylvanie et le Michigan, connaît une perte d’activité économique et de population depuis les années 1950, et est en proie à un chômage de masse depuis les années 1970. Pour certains journalistes2, la « révolution Trump » s’expliquait ainsi par la mobilisation en sa faveur de l’électorat blanc et ouvrier, anciennement syndicalisé et acquis aux démocrates, séduit par son discours fustigeant la corruption des élites de Washington et promettant de relancer les industries manufacturières du pays3. La campagne de Donald Trump aurait ainsi profondément transformé la géographie politique américaine en incitant les électeurs de la ceinture de la rouille à changer leur comportement électoral, se détachant du Parti démocrate pour se tourner vers un candidat républicain.

  • 4 Michael McQuarrie, « The revolt of the Rust Belt: place and politics in the age of anger », The Bri (...)

2L’idée d’une « révolte de la ceinture de la rouille » contre Hillary Clinton et le Parti démocrate constitue une hypothèse dominante dans l’explication du résultat des élections4. Cependant, l’étude du vote dans les États concernés nous incite à interroger ce postulat. En effet, le succès de Donald Trump auprès de la classe ouvrière blanche ne semble pas totalement se confirmer dans les urnes, même si le candidat a bénéficié du désaveu du Parti démocrate parmi cet électorat.

3Premièrement, une analyse de la rhétorique de campagne de Donald Trump démontre que le candidat manipule le discours populiste ouvrier, articulé autour des angoisses économiques et culturelles des ouvriers blancs. Une étude plus précise des marges de victoire, de la composition de la classe ouvrière blanche et de l’électorat composite de Donald Trump, suggère cependant que le sentiment de révolte de la classe ouvrière de la ceinture de la rouille n’a été qu’une composante de l’élection. Le cheminement de cet électorat vers un candidat républicain prolonge un mouvement amorcé dès la fin des années 1960. La classe ouvrière blanche de la ceinture de la rouille était déjà au cœur de la nouvelle majorité que Richard Nixon et ses conseillers cherchaient à rassembler à la fin des années 1960 et au début des années 1970, grâce à un populisme ouvrier auquel la campagne de 2016 a fait écho. Comprendre les transformations socio-économiques à l’œuvre semble de ce fait aussi nécessaire que l’analyse du contexte post-2008 pour expliquer les processus politiques actuels.

Caractéristiques et effets du populisme ouvrier

  • 5 Discours d’investiture de Donald Trump à la convention de Cleveland : « I have visited the laid-off (...)

4Au cours de sa campagne, Donald Trump a mobilisé un discours populiste anti-élite, fondé sur le désaveu des élites politiques traditionnelles, se présentant ainsi comme le candidat des classes méritantes et déclassées sous l’effet de la crise de 2008. Donald Trump privilégiait l’électorat ouvrier issu des régions en désindustrialisation alors qu’il dénonçait les effets néfastes de la mondialisation, des accords de libre-échange, l’Association de libre-échange nord-américain (ALENA), et des régulations environnementales sur l’industrie américaine. Lors de son discours d’investiture à la convention nationale du Parti républicain à Cleveland, dans l’Ohio, le 21 juillet 2016, il déclarait avoir « rendu visite aux ouvriers qui ont perdu leur emploi et aux collectivités écrasées par des accords de libre-échange injustes et infâmes ». En vantant le « dur labeur » de ces « hommes et ces femmes oubliés du pays », il leur promettait « d’être leur voix »5. La promesse de « rendre sa grandeur à l’Amérique » (Make America great again) passait ainsi par la revitalisation de l’Amérique des usines et la relance des mines de charbon dans le nord-est du pays. 

  • 6 Theda Skocpol & Vanessa Williamson, The Tea Party and the Remaking of Republican Conservatism, Oxfo (...)
  • 7 Romain Huret, « Le mouvement Tea Party, une illusion ? », Outre-Terre, n° 37, 2013/3, 67-75, 68.

5À bien des égards, ce discours rompait avec la doxa traditionnelle du Parti républicain, fondé sur la promotion du libre-échange, le désinvestissement de l’État, et la baisse des dépenses publiques. L’une des principales propositions de politique économique du candidat consistait en effet en un grand plan de construction d’infrastructures financé par l’État fédéral afin de relancer les emplois industriels. Loin de promettre une baisse des dépenses publiques par une réduction des budgets accordés aux programmes sociaux fédéraux, il s’était en revanche prononcé en faveur du programme fédéral Social Security, qui finance les retraites, et de l’assurance santé Medicare, destinée aux personnes âgées, dont le coût est pourtant traditionnellement critiqué par les Républicains. Dans leur ouvrage de référence sur le mouvement Tea Party, mouvement antigouvernmental apparu en 2009, les sociologues Theda Skocpol et Vanessa Williamson ont montré que, bien que le programme conservateur fasse la part belle à la réduction des dépenses publiques et à la suppression des aides sociales, les électeurs du Parti républicain et les partisans du Tea Party ne sont pas systématiquement hostiles à tous les programmes sociaux6. Attachés aux programmes Medicare et Social Security – et pour cause, ce sont pour beaucoup des personnes âgées retraitées ou proches de la retraite –, ils sont en revanche hostiles à d’autres programmes comme Obamacare, perçu comme bénéficiant indûment aux « assistés » du système social américain : les immigrés, les chômeurs et les jeunes7. Le candidat Trump promettait d’abroger et de remplacer la loi de Barack Obama sur l’assurance santé tout en épargnant les autres programmes, esquissant ainsi une protection sociale destinée aux « travailleurs méritants » auxquels leur vie de labeur donnait légitimement droit aux aides sociales.

  • 8 Ibidem.
  • 9 Eric J. Dionne Jr., Why the Right Went Wrong : Conservatism – From Goldwater to The Tea Party and B (...)

6Les discours de campagne de Donald Trump exprimaient une vision binaire de la société américaine, fondée sur une opposition entre, d’une part, les producteurs de l’économie américaine ayant souffert de la crise économique et, d’autre part, une classe de « parasites non-méritants » avec qui les élites politiques entretiennent une connivence, les « assistés » du système social américain comme les milieux financiers improductifs8. Le populisme de Donald Trump s’est donc appuyé sur l’idée d’une protection des classes moyennes et ouvrières que les élites de Washington, trop occupées à appliquer la politique de leurs grands donateurs, n’ont que trop négligées9. La campagne de Donald Trump, qui se présentait comme le candidat du « petit peuple », a ainsi été dominée par le thème de la trahison des élites, démocrates comme républicaines, de Hillary Clinton (« crooked Hillary ») à Ted Cruz (« lying Ted »). Le candidat nouveau venu en politique électorale faisait ainsi une force de son indépendance vis-à-vis des grands donateurs du Parti républicain, auxquels il ne devait ni sa fortune personnelle ni sa carrière politique.

  • 10 Ibidem.
  • 11 Ibid., 357.

7Selon l’historien et journaliste Eric Dionne, Donald Trump aurait réussi à séduire un électorat ouvrier blanc que le Parti républicain s’était progressivement aliéné en raison de son image de parti élitiste proche des milieux financiers10. Cette rupture de classe était apparue clairement lors de la campagne de 2012 lorsque Mitt Romney, le « candidat des riches », avait été désigné candidat du Parti républicain à l’élection présidentielle. Mitt Romney, qui avait multiplié les appels aux créateurs d’emploi, avait pu compter sur le soutien d’électeurs dont le salaire annuel était supérieur à 200 000 dollars. Les électeurs dont le salaire annuel était inférieur à 100 000 dollars s’étaient au contraire tournés vers ses deux principaux concurrents, Rick Santorum, petit-fils de minier chéri de la droite chrétienne, puis Newt Gingrich, qui dénonçait le conservatisme de façade de Mitt Romney11.

  • 12 Ibid., 426.

8En abordant des thèmes chers à la classe ouvrière lors de sa campagne lors de la primaire, Donald Trump se serait ainsi attiré la sympathie d’électeurs n’ayant pas fait d’études supérieures et dont les revenus annuels étaient inférieurs à 50 000 dollars, dans les États où Mitt Romney n’avait pas su mobiliser la classe ouvrière en 2012, comme l’Ohio, le Wisconsin ou la Pennsylvanie12.

La protection de la loi et de l’ordre sur fond d’angoisse identitaire et culturelle

  • 13 « Our great African American President hasn’t exactly had a positive impact on the thugs who are s (...)

9L’élection de Donald Trump démontre également l’importance des angoisses culturelles et sécuritaires, liées à l’immigration et au multiculturalisme, au sein de son électorat. L’une des principales promesses de campagne du candidat était de garantir « la loi et l’ordre » (« law and order ») dans les villes américaines. Lors du premier débat télévisé avec Hillary Clinton le 26 septembre 2016, il n’avait eu de cesse de répéter cette expression, reprochant même à son interlocutrice de ne pas l’utiliser. En stigmatisant les minorités raciales et ethniques dans un discours ultra-sécuritaire, Donald Trump formulait une conception étroite de la citoyenneté américaine destinée à n’inclure que les citoyens de couleur blanche. Depuis l’été 2014, les mobilisations contre les violences policières, notamment menées par le mouvement Black Lives Matter, et les émeutes urbaines de Ferguson, Baltimore ou Milwaukee, ont replacé les tensions et les inégalités raciales au premier plan de l’actualité américaine. Le 28 avril 2015, lors des émeutes de Baltimore déclenchées par l’homicide de Freddie Gray, jeune Afro-Américain décédé suite à des violences policières, Donald Trump dénonçait sur Twitter les « voyous » qui « détruisent » la ville13. Lors d’une interview diffusée sur la chaîne CNN le 1er juillet 2015, il accusait les Mexicains d’être des « violeurs ». Dans un tweet du 5 juillet 2015, effacé depuis, il reprochait à Jeb Bush d’être complaisant avec les immigrés clandestins parce que sa femme, Columba Bush, était elle-même née au Mexique. La lutte contre l’immigration illégale, grâce à la construction d’un mur le long de la frontière mexicaine, était la mesure phare du candidat, ainsi que l’établissement d’un contrôle strict des entrées sur le territoire américain, en particulier pour les musulmans, après les tueries de San Bernardino en décembre 2015 et d’Orlando en juin 2016. Le discours sécuritaire et xénophobe de Donald Trump, mêlant minorités raciales, immigration et menace terroriste, s’inscrit de fait dans un contexte de repli sur soi identitaire d’une partie de l’électorat américain.

  • 14 Daniel Cox, Rachel Lienesch & Robert P. Jones « Beyond Economics : Fears of Cultural Displacement P (...)
  • 15 Ibidem. 2.

10Selon le rapport du Public Religion Research Institute et du journal The Atlantic, plus encore que l’économie, ce sont les questions liées au déclin culturel des États-Unis et à l’immigration qui auraient été décisives dans le vote en faveur de Donald Trump. Ainsi, 62% de la classe ouvrière blanche estimerait que l’immigration représente une menace pour la culture américaine tandis que 68% estimerait que le mode de vie américain devrait être protégé des influences étrangères14. Enfin, 52% des personnes interrogées estimeraient que les discriminations contre les blancs seraient devenues un problème aussi important que les discriminations contre les minorités raciales et ethniques15.

Effets et limites du discours populiste

  • 16 « Presidential Election Results: Donald J. Trump Wins », The New York Times, 9 août 2017. <https:// (...)
  • 17 Alec Tyson & Shiva Maniam, « Behind Trump’s Victory: Divisions by Race, Gender, Education », Pew Re (...)
  • 18 Stephen Morgan & Jiwon Lee, « The White Working Class and Voter Turnout in U.S. Presidential Electi (...)
  • 19 Ibidem, 687.

11Quels ont été les effets de ce discours sur la classe ouvrière blanche des États de la ceinture de la rouille ? L’attention particulière portée à ce groupe a été justifiée par une tendance claire qui se dégageait de la comparaison des cartes électorales de 2016 et de 2012. Les cinq États remportés par Donald Trump en 2016, alors qu’ils avaient choisi Barack Obama en 2012, sont des États de la ceinture de la rouille : la Pennsylvanie (dont 48,2% des électeurs ont voté pour Donald Trump), l’Ohio (51,3%), le Michigan (47,3%), le Wisconsin (47,2%) et l’Iowa (51,1%)16. Selon le Pew Research Center, plus que la géographie, les facteurs décisifs dans la répartition du vote lors de l’élection générale de 2016 étaient la couleur de peau et le niveau d’éducation des électeurs. Ainsi, 58% des Blancs non-hispaniques et 67% des Blancs sans diplôme universitaire auraient voté pour Donald Trump17. Les chercheurs Stephen Morgan et Jiwon Lee ont également remarqué un léger effet de la candidature de Donald Trump sur la participation électorale de la classe ouvrière blanche non-hispanique, dont le taux de participation en 2016 était de 56,9% alors qu’il était de 53,5% en 2012. En revanche, la participation électorale de la classe ouvrière non-blanche aurait baissé de 53,4% en 2012 à 49,5% en 2016, ce qui tend à dénoter un « effet Trump » auprès des blancs non hispaniques mais pas auprès de la classe ouvrière dans son ensemble18. Cependant, il est difficile de dire si cette tendance était spécifique à la ceinture de la rouille dans la mesure où les données utilisées ne donnent pas le détail de ces États. Selon les auteurs, il serait pour l’instant impossible de dire s’il y a eu une augmentation de la participation concentrée dans les États anciennement démocrates du Midwest et du Nord-est19.

  • 20 « Presidential Election Results: Donald J. Trump Wins », op. cit.
  • 21 Stephen Morgan & Jiwon Lee, op. cit., 678.
  • 22 Ibidem, 675.

12Plus généralement, il serait simplificateur de voir dans la classe ouvrière blanche de cette région la base de Donald Trump et de surestimer son caractère décisif dans l’élection. Les marges de victoire étaient très serrées dans les États du Wisconsin (où Donald Trump avait un avantage de 0,7 % sur Hillary Clinton), du Michigan (0,3 %) et de Pennsylvanie (0,7 %)20. Si un effet de seuil a bien été favorable à Donald Trump à cause du système de « winner-takes-all » au collège électoral, il serait ainsi erroné de présenter son élection comme le résultat d’un raz-de-marée populiste porté par la classe ouvrière blanche de la ceinture de la rouille. Le sursaut de participation de la classe ouvrière blanche, remarqué par Stephen Morgan et Jiwon Lee entre 2012 et 2016, semble également trop modeste pour lui attribuer un caractère décisif dans les États concernés21. Les auteurs soulignent enfin que la candidature de Donald Trump n’a pas nécessairement eu d’effet transformateur sur les attitudes et les opinions politiques de cet électorat. Si 60% d’entre eux sont, par exemple, en faveur d’une réduction de l’immigration, cette proportion n’aurait pas évolué entre 2004 et 201622.

  • 23 « white, non-hispanic Americans without a four-year college degree who hold non-salaried jobs. » D (...)
  • 24 Ibidem, 2.
  • 25 Stephen Morgan & Jiwon Lee, op. cit., 657.
  • 26 Ibidem, 677.
  • 27 Ibid., 679.

13Il est d’autant plus difficile d’affirmer le caractère décisif du vote de la classe ouvrière blanche lors de l’élection présidentielle de 2016 dans la mesure où la catégorie désignée manque d’une définition rigoureuse. Il est ainsi difficile d’analyser précisément les comportements électoraux dès lors que les indicateurs ne sont pas uniformes. Les chercheurs en sciences sociales retiennent généralement trois critères pour définir la classe ouvrière blanche : le niveau de revenus, le type d’emploi occupé, et le niveau d’éducation. Ainsi, dans un rapport de 2017, le Public Religion Research Institute définissait la classe ouvrière blanche par l’absence de diplôme universitaire sanctionnant quatre années d’études et par l’occupation d’un emploi non-salarié23. La classe ouvrière blanche représenterait 33% de la population adulte américaine, aurait des revenus annuels inférieurs à 50 000 dollars, et serait implantée dans la ceinture de la rouille24, principalement dans des espaces ruraux du Midwest (43%) et dans le nord-est du pays (30%). En revanche, Stephen Morgan et Jiwon Lee ne considèrent pas le niveau d’éducation comme un indicateur de classe sociale25. Les emplois agricoles sont également exclus de leur définition de la classe ouvrière blanche qui aurait représenté, selon leurs estimations, 12,2% des électeurs en 201626. Ce manque de définition uniforme est doublé d’une incomplétude des données sur les classes sociales. Stephen Morgan et Jiwon Lee insistent sur le manque d’outils statistiques pour étudier les comportements électoraux selon les classes sociales, suggérant ainsi que les études faites après l’élection manquaient d’outils pour évaluer avec précision l’influence des électeurs anciennement démocrates sur le résultat de l’élection27.

  • 28 Nicholas Carnes & Noam Lupu, « It’s Time to Bust the Myth: Most Trump Voters Were Not Working Class (...)

14Enfin, il serait simplificateur de voir dans cet électorat la seule base de Donald Trump, qui a été élu par un électorat en réalité composite. Lors de la primaire comme à l’élection générale, une majeure partie des électeurs du candidat républicain avait des revenus supérieurs à 50 000 dollars, un tiers de ses électeurs à la primaire ayant même des revenus supérieurs à 100 000 dollars28. Selon le American National Election Study, seuls 35% des électeurs de Donald Trump à l’élection générale avaient des revenus inférieurs à 50 000 dollars et 60% de ses électeurs sans diplôme universitaire avaient des revenus supérieurs à 100 000 dollars, ce qui dresse un portrait plus complexe que le stéréotype de la classe ouvrière blanche peu éduquée et aux revenus modestes. L’attention particulière portée à cet électorat en 2016 s’explique par le fait que les changements d’attitude de la classe ouvrière blanche de la ceinture de la rouille, en réaction à un discours populiste conservateur, ont entraîné certains réalignements électoraux fondamentaux au cours de la deuxième moitié du XXe siècle. Plus particulièrement, la classe ouvrière blanche du Nord-est et du Midwest fut au cœur de la nouvelle majorité que le Parti républicain avait cherché à constituer à la fin des années 1960 et début des années 1970. Une contextualisation historique permet ainsi de montrer que l’inclusion de la classe ouvrière blanche dans une coalition républicaine n’est pas spécifique à l’élection de 2016 et permet d’autant plus de nuancer l’effet mobilisateur de la campagne de Donald Trump.

De la coalition du New Deal à la nouvelle majorité du parti républicain (1945-1972)

  • 29 Voir notamment Allen Matusow, The Unravelling of America: a History of Liberalism in the 1960s, New (...)

15Si la classe ouvrière blanche a traditionnellement été associée au parti démocrate depuis les années 1930 (elle constituait en effet l’un des piliers de la coalition du New Deal jusqu’au milieu des années 1960), plusieurs historiens démontrent que les démocrates ont progressivement perdu cette base alors même que les républicains ont souvent su attirer cet électorat dans leurs rangs dans la période d’après-guerre29. L’appel aux « oubliés » et à la « majorité silencieuse » des Américains fut ainsi un thème souvent utilisé par les élites politiques de la deuxième moitié du XXe siècle, pour s’adresser autant aux classes moyennes de la ceinture du soleil qu’aux ouvriers blancs de la ceinture de la rouille. L’expression « majorité silencieuse » correspond à un élément de rhétorique politique plus qu’à une réalité sociologique.

16La classe ouvrière des États du nord, au cœur de la coalition du New Deal dans les années 1930 et 1940, était ainsi acquise à un parti démocrate favorable aux syndicats. Alors qu’il recherchait l’investiture démocrate, Franklin D. Roosevelt, dans un discours célèbre intitulé « The Forgotten Man », prononcé le 7 avril 1932 à Albany, dans l’État de New York, en appelait ainsi aux citoyens oubliés qui avaient été durement frappés par la crise économique :

  • 30 Jefferson Cowie & Nick Salvatore, « The Long Exception: Rethinking the Place of the New Deal in Ame (...)

These unhappy times call for the building of plans that rest upon the forgotten, the unorganized but indispensable units of economic power […], that put their faith once more in the forgotten man at the bottom of the economic pyramid30.

  • 31 Ibidem.
  • 32 Lizabeth Cohen, Making a New Deal : Industrial Workers in Chicago, 1919-1939, Cambridge : Cambridge (...)
  • 33 Steve Fraser, « The labor question », in Steve Fraser & Gary Gerstle (ed.), The Rise and Fall of th (...)
  • 34 Lizabeth Cohen, op. cit., 288.

17Alors que les États-Unis connaissaient une crise sans précédent, des millions d’ouvriers rejoignirent le Parti démocrate, rompant ainsi le cycle de domination que connut le Parti républicain sur la politique nationale au cours des années 192031. L’historienne Lizabeth Cohen, dans son étude sur les ouvriers de Chicago entre 1919 et 1939, a montré qu’à partir de 1936, ceux-ci rejoignirent la « coalition du New Deal » de Franklin D. Roosevelt et commencèrent alors à voter massivement pour le Parti démocrate, perçu comme représentatif des intérêts de la classe ouvrière32. Les mesures favorables aux syndicats du Wagner Act de 1935, qui garantissait le droit de grève et le droit à la négociation collective pour les salariés du secteur privé, célébrèrent « le mariage entre le New Deal et les syndicats »33. Les ouvriers qui avaient perdu leur emploi à cause de la Grande Dépression se retrouvaient employés par les agences du New Deal (comme la Work Projects Administration). Ils pouvaient également bénéficier de l’État-providence érigé par le New Deal, qui permit aux nouveaux propriétaires de conserver leur logement pendant la crise grâce au système de prêt immobilier de la Home Owners’ Loan Corporation, alors que les mesures du Social Security Act de 1935 leur permettait de bénéficier d’un système de protection sociale inédit. 82% des ouvriers non qualifiés et semi-qualifiés de Chicago votèrent pour Franklin Roosevelt en 193634.

L’éloignement du libéralisme hérité du New Deal (1945-1968)

  • 35 Jefferson Cowie & Nick Salvatore, op. cit., 9.
  • 36 Michael Kazin, The Populist Persuasion : an American History, Ithaca : Cornell University Press, 20 (...)

18La mise en œuvre des politiques d’intégration raciale dans les domaines de l’éducation, du travail et du logement, a rapidement détourné les Blancs des États industriels du nord du libéralisme hérité du New Deal. Dès les années 1940, alors que les emplois industriels se délocalisaient vers le sud du pays où les syndicats étaient historiquement faibles, la coalition du New Deal commençait à se fracturer, sous l’effet de la Grande Migration des Afro-Américains du sud vers le nord. Après la création de la Fair Employment Practices Commission par Franklin Roosevelt en 1941, chargée de lutter contre les discriminations raciales dans les industries de défense sous contrat avec l’État fédéral, les ouvriers blancs de Detroit, Chicago ou Cleveland organisèrent des grèves pour protester contre l’intégration raciale de leurs usines35. Dès le milieu des années 1940, les Afro-Américains qui s’installaient dans les villes industrielles du nord comme Detroit ou Chicago faisaient face à une résistance de masse de la part des habitants qui voulaient protéger l’homogénéité raciale de leurs quartiers. Pour les ouvriers blancs qui avaient pu accéder à la propriété immobilière, la protection de cette homogénéité raciale était non seulement perçue comme un droit mais également comme un moyen de préserver les valeurs foncières de leurs quartiers. Entre 1945 et 1949, les candidats démocrates aux élections municipales de Détroit, soutenus par les syndicats, furent battus à deux reprises par des candidats conservateurs. La proposition de ces candidats démocrates de construire du logement social, où logeaient majoritairement les Afro-Américains, au sein de quartiers ouvriers blancs, entraîna leur défaite alors même que la ville était un bastion syndical36.

  • 37 Dans un souci de précision, on utilisera ici l’adjectif « libéral » pour traduire le terme américai (...)
  • 38 Jill Quadagno, The Color of Welfare: how Racism Undermined the War on Poverty, Oxford : Oxford Univ (...)

19Cette désaffection pour le Parti démocrate s’accéléra dans les années 1960 avec la Grande société de Lyndon Johnson et les bouleversements sociaux-économiques de la décennie. La mise en place des politiques sociales de la Guerre contre la pauvreté et les grandes lois pour les droits civiques (les Civil Rights Act de 1964 et Voting Rights Act de 1965) dans un contexte d’émeutes urbaines, ainsi que l’activisme anti-Viêt Nam de la Nouvelle Gauche, catalysèrent le ressentiment anti-libéral de la population blanche du Midwest et du Nord-est37. Dans son discours sur l’état de l’Union du 8 janvier 1964, le président Lyndon Johnson déclarait une « guerre inconditionnelle contre la pauvreté ». L’adoption de l’Economic Opportunity Act au mois d’août signalait que la Grande société chercherait à inclure les Afro-Américains là où le New Deal avait failli38. 59% des participants au programme de formation professionnelle Job Corps étaient afro-américains. Le Titre VII du Civil Rights Act interdisait les discriminations raciales dans les entreprises privées, le secteur public et dans les syndicats, une mesure que la nouvelle Equal Employment Opportunity Commission était chargée de faire respecter. Le Fair Housing Act de 1968 interdisait quant à lui les discriminations raciales dans l’accès au logement tandis que l’État fédéral investissait des millions de dollars pour revitaliser les centres-villes paupérisés à travers le programme Model Cities.

  • 39 Michael Kazin, op. cit., 233.
  • 40 Ibidem, 241.

20Alors que les villes du nord connaissaient des émeutes raciales sans précédent (Harlem et Rochester en 1964, Watts en 1965, Detroit et Newark en en 1967), l’opposition aux politiques d’intégration raciale de l’État fédéral, ainsi qu’à leurs architectes, alimentait le ressentiment anti-libéral des populations blanches (« white backlash »). Dès 1964, le candidat des ouvriers blancs déçus du libéralisme était le gouverneur ségrégationniste de l’Alabama, George Wallace. Le terme « backlash » faisait ainsi son entrée dans le lexique politique américain. Incarnant une droite populiste réactionnaire, George Wallace promettait de défendre les intérêts des ouvriers contre les dérives du libéralisme de la Grande société. Candidat aux primaires démocrates contre Lyndon Johnson en 1964, il enregistra ses meilleurs scores à Gary, dans l’Indiana, et dans des quartiers blancs de Milwaukee où les usines commençaient à réduire leur main d’œuvre39. George Wallace fustigeait les élites libérales de Washington qui organisaient l’intégration raciale des écoles publiques, alors qu’eux-mêmes étaient en mesure d’inscrire leurs enfants dans des écoles privées. S’il remporta 13.6% du vote populaire ainsi que cinq États du sud en 1968, George Wallace ne parvint pourtant pas à séduire l’électorat ouvrier blanc dans les États du nord, qui se tournèrent en majorité vers le démocrate Hubert Humphrey40.

21Cependant, l’image de la trahison des élites démocrates, plus occupées à courtiser le vote des minorités raciales que d’améliorer les conditions de vie des ouvriers, pénétrait le discours de candidats comme Ronald Reagan en Californie ou Richard Nixon lors de l’élection présidentielle de 1968. Utilisant une rhétorique proche de celle de George Wallace, Richard Nixon déclarait également le 8 août 1968, lors de son discours d’investiture à la convention nationale républicaine à Miami :

  • 41 Ibid., 79.

For the past five years we have been deluged by government programs for the unemployed, programs for the cities, programs for the poor, and we have reaped from these programs an ugly harvest of frustration, violence and failure across the land41

  • 42 Jonathan Rieder, « The Rise of the Silent Majority », in Steve Fraser & Gary Gerstle (ed.), The Ris (...)

22Dans les discours des hommes politiques populistes et réactionnaires comme pour les membres conservateurs du Parti républicain, les ennemis du « peuple méritant » étaient ainsi les élites libérales, dont les politiques sociales en faveur des minorités n’avaient créé que discorde et violence dans les quartiers où résidaient les Américains moyens, choqués par le militantisme noir et l’activisme anti-Viêt Nam42.

La nouvelle majorité républicaine des années 1970

23La classe ouvrière blanche de la ceinture de la rouille était au cœur de la nouvelle majorité que le Parti républicain cherchait à rassembler à la fin des années 1960 et au début des années 1970, parce que cet électorat était favorable à la guerre du Viêt Nam et à la politique étrangère de Richard Nixon. L’appel à la « majorité silencieuse » et à l’Amérique des usines qui a ponctué la campagne de Donald Trump est ainsi un emprunt direct à la rhétorique de campagne utilisée par Richard Nixon en 1968. L’expression avait d’ailleurs été forgée par Spiro Agnew, le vice-président de Richard Nixon. À l’instar de Franklin D. Roosevelt en 1932 et de Donald Trump en 2016, Richard Nixon, lors de son discours d’investiture à la convention républicaine de 1968, se faisait le porte-parole des « Américains oubliés », qui travaillent, respectent la loi et payent leurs impôts :

  • 43 Jefferson Cowie & Nick Salvatore, op. cit., 4.

It is the voice of the forgotten Americans, the non shouters, the non demonstrators. They work in American factories, they run American businesses […]. They give steel to the backbone of America. They’re good people. They’re decent people. They work and they save and they pay their taxes and they care43.

  • 44 Les Américains catholiques d’origine européenne venaient principalement d’Italie, d’Irlande et de p (...)
  • 45 Kevin Phillips, The Emerging Republican Majority, New Rochelle, New York : Arlington House, 1969.
  • 46 Jefferson Cowie, « Nixon’s Class Struggle: Romancing the New Right Worker, 1969–1973 », Labor Histo (...)

24Alors que le Parti républicain devenait de plus en plus populaire auprès des démocrates ségrégationnistes du sud, Richard Nixon et ses conseillers mit au point une stratégie de séduction destinée à une autre base du parti démocrate : les ouvriers blancs des États du nord44. Conseiller politique de Richard Nixon pendant la campagne de 1968, Kevin Phillips publiait en 1969 l’ouvrage The Emerging Republican Majority, qui annonçait une recomposition fondamentale de la géographie politique américaine dans les années 197045. La victoire de Richard Nixon contre Hubert Humphrey n’était pas fortuite, mais préfigurait au contraire l’émergence d’une nouvelle majorité républicaine construite sur les décombres de la coalition électorale démocrate. Les républicains avaient ainsi une carte à jouer pour courtiser les ouvriers blancs du nord qui avaient été attirés par George Wallace avant de se tourner finalement vers Hubert Humphrey46.

  • 47 Ibidem, 258.
  • 48 Joshua Freeman, « Hardhats: Construction Workers, Manliness and the Pro-War Demonstrations », Journ (...)

25De tous les groupes que l’administration Nixon ambitionnait d’inclure dans la nouvelle majorité républicaine, le plus important était ainsi bien la classe ouvrière blanche des États du nord (New York, Illinois, Ohio, Michigan) ; elle constituait un électorat pivot pouvant influencer le résultat d’une élection. L’historien Jefferson Cowie a surnommé cette stratégie électorale du début des années 1970 la « blue-collar strategy ». Pensée par Richard Nixon et ses conseillers comme le pendant nord de sa stratégie sudiste, elle reposait sur la garantie de « la loi et de l’ordre » dans les villes américaines, sur l’invocation des vertus patriotiques et morales des ouvriers blancs et sur une proximité affichée avec les syndicats47. La politique étrangère de Richard Nixon était particulièrement appréciée des ouvriers du secteur de la construction, dont beaucoup étaient d’anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale et de la guerre de Corée et avaient des fils engagés dans les forces armées au moment de la guerre du Viêt Nam48. En mai 1970, à New York, une centaine d’ouvriers participèrent à une contre-manifestation lors d’un rassemblement étudiant anti-Viêt Nam et, soutenus par des syndicats comme le Building and Construction Trades Council of Greater New York, manifestèrent pendant plusieurs jours leur soutien à la politique étrangère de Richard Nixon et leur animosité envers les étudiants contestataires de gauche et le maire très libéral de New York, John Lindsay. Après la fin des manifestations, connues sous le nom de « hard hat riots », Richard Nixon, coiffé d’un casque de chantier arborant l’inscription « Commander-in-Chief », invita à la Maison-Blanche vingt-deux représentants syndicaux, ainsi que Peter Brennan, président du New York Trades Council et organisateur des manifestations. En 1972, Richard Nixon fit de Peter Brennan son Secrétaire du Travail.

  • 49 Thomas Sugrue & John Skrentny, « The White Ethnic Strategy », in Bruce Schulman & Julian Zelizer (e (...)
  • 50 Ibidem, 175.
  • 51 Ibid., 186.
  • 52 Ibid., 189.
  • 53 Jefferson Cowie, op. cit., 280.

26Les historiens Thomas Sugrue et John Skrentny soulignent l’importance de la question de l’identité ethnique dans cette stratégie électorale du début des années 1970, qui insistait sur « l’ethnie blanche » des Américains issus de l’immigration polonaise, italienne, grecque et slave, dont l’appartenance à la classe moyenne était perçue comme précaire49. L’un de ses aspects était ainsi l’inclusion de ces minorités ethniques blanches dans les programmes de discrimination positive de l’État fédéral. L’identité blanche et l’appartenance ethnique de ces immigrés de deuxième ou troisième génération seraient en effet devenues plus saillantes en réponse au militantisme noir des années 1960 et aux mesures de discriminations positives, perçues comme un traitement de faveur à l’égard des minorités raciales50. En janvier 1970, Richard Nixon demanda ainsi à son chef de cabinet, Bob Haldeman, de construire une nouvelle coalition reposant sur « la majorité silencieuse : les ouvriers, les catholiques, les Polonais, les Italiens et les Irlandais »51. En décembre 1971, le Département du Travail proposait un règlement destiné à inclure dans les programmes de discrimination positive « des membres de divers groupes religieux, principalement des juifs et des catholiques, et des membres de certains groupes ethniques, comme les Italiens, les Grecs et les Slaves »52. En 1972, réélu avec 62% du vote populaire et en remportant 49 États, Richard Nixon s’attira une majorité du vote des ouvriers (57%) et du vote des travailleurs syndiqués (54%) et, pour la première fois, un candidat républicain remportait une majorité du vote des catholiques53. Selon Thomas Sugrue et John Skrentny, cette stratégie fut couronnée de succès puisque les ouvriers blancs des régions en désindustrialisation rejoignirent la nouvelle coalition conservatrice, sans pour autant que la promesse du progrès socio-économique ne soit tenue.

Conclusion 

27Plusieurs facteurs incitent à relativiser le caractère décisif du vote ouvrier blanc en faveur de Donald Trump. Au vu des marges réduites dont disposait le candidat républicain dans les États de la ceinture de la rouille, il convient de nuancer l’idée d’une vague populiste portée par une classe ouvrière blanche séduite par son discours protectionniste et anti-immigration, dont il est difficile d’affirmer l’effet réellement transformateur. Plus généralement, un parallèle entre le contexte contemporain et les développements politiques de la fin des années 1960 et du début des années 1970 incite à questionner l’exceptionnalité de l’élection. En 2016, l’appel à la majorité silencieuse et à l’Amérique des usines qui a ponctué la campagne de Donald Trump, nouveau-venu en politique, était un emprunt à la rhétorique utilisée en 1968 par Richard Nixon, ancien vice-président. Perçue comme essentielle à la recomposition du champ politique après 1968, la classe ouvrière blanche était au cœur d’une stratégie républicaine fondée sur une proximité affichée avec les syndicats et l’inclusion des Américains issus de l’immigration européenne du début du XXe siècle dans les politiques de discrimination positive. Loin d’être marginal ou spécifique à l’élection de 2016, l’appel aux classes moyennes et ouvrières laissées pour compte par les élites traditionnelles semble bien être un discours de campagne récurrent dans la vie politique américaine.

Haut de page

Bibliographie

CARNES Nicholas & LUPU Noam, « It’s Time to Bust the Myth: Most Trump Voters Were Not Working Class. », The Washington Post, 5 juin 2017. <https://www.washingtonpost.com/news/monkey-cage/wp/2017/06/05/its-time-to-bust-the-myth-most-trump-voters-were-not-working-class/?noredirect=on>, consulté le 28 août 2018.

COHEN Lizabeth, Making a New Deal: Industrial Workers in Chicago, 1919-1939, Cambridge : Cambridge University Press, 1991.

COHN Nate, « Why Trump Won: Working-Class Whites », The New York Times, 9 novembre 2016. <https://www.nytimes.com/2016/11/10/upshot/why-trump-won-working-class-whites.html>, consulté le 28 août 2018.

COWIE Jefferson, « Nixon’s Class Struggle: Romancing the New Right Worker, 1969–1973 », Labor History, Vol. 43, n° 3, 2002, 257-283.

COWIE Jefferson & SALVATORE Nick, « The Long Exception: Rethinking the Place of the New Deal in American History », International Labor and Working-Class History, n° 74, automne 2008, 3-32. <https://digitalcommons.ilr.cornell.edu/cgi/viewcontent.cgi?referer=https://www.google.com/&httpsredir=1&article=1603&context=articles>, consulté le 28 août 2018.

COX Daniel, LIENESCH Rachel & JONES Robert P. « Beyond Economics: Fears of Cultural Displacement Pushed the White Working Class to Trump », Public Religion Research Institute & The Atlantic, 9 mai 2017. <https://www.prri.org/research/white-working-class-attitudes-economy-trade-immigration-election-donald-trump/>, consulté le 28 août 2018.

DIONNE Eric J. Jr., Why the Right Went Wrong: Conservatism –From Goldwater to The Tea Party and Beyond, New York : Simon & Schuster, 2016.

FLEGENHEIMER Matt & BARBARO Michael, « Donald Trump is Elected President in Stunning Repudiation of Establishment », The New York Times, 9 novembre 2016. <https://www.nytimes.com/2016/11/09/us/politics/hillary-clinton-donald-trump-president.html>, consulté le 28 août 2018.

FRASER Steve, « The Labor Question », in The Rise and Fall of the New Deal Order, 1930-1980, FRASER Steve & GERSTLE Gary (ed.), Princeton : Princeton University Press, 1989, 55-84.

FREEMAN Joshua, « Hardhats: Construction Workers, Manliness and the Pro-War Demonstrations. », Journal of Social History, Vol. 26, n°4, été 1993, 725-744.

HURET Romain, « Le mouvement Tea Party, une illusion ? », Outre-Terre, n° 37, 2013/3, 67-75.

KAZIN Michael, The Populist Persuasion: an American History, Ithaca : Cornell University Press, 2017 [1995].

MORGAN Stephan & LEE Jiwon, « The White Working Class and Voter Turnout in U.S. Presidential Elections, 2004 to 2016 », Sociological Science 4: 656-685, 20 novembre 2017. <https://www.sociologicalscience.com/download/vol-4/november/SocSci_v4_656to685.pdf>, consulté le 28 août 2018.

PHILLIPS Kevin, The Emerging Republican Majority, New Rochelle, New York : Arlington House, 1969.

QUADAGNO Jill, The Color of Welfare: How Racism Undermined the War on Poverty, Oxford : Oxford University Press, 1996.

RIEDER Jonathan, « The Rise of the Silent Majority », in Steve Fraser & Gary Gerstle (ed.), The Rise and Fall of the New Deal Order, 1930-1980, Princeton : Princeton University Press, 1989, 243-268.

SKOCPOL Theda & WILLIAMSON Vanessa, The Tea Party and the Remaking of Republican Conservatism, Oxford: Oxford University Press, 2012.

SUGRUE Tomas, « Crabgrass-Roots Politics: Race, Rights, and the Reaction against Liberalism in the Urban North, 1940-1964 », The Journal of American History, Vol. 82, n°2, septembre 1995, 551-578.

SUGRUE Thomas & SKRENTNY John, « The White Ethnic Strategy », in Bruce Schulman & Julian Zelizer (ed.), Rightward Bound: Making America Conservative in the 1970s, Cambridge : Harvard University Press, 2008, 171-193.

TYSON Alec & MANIAM Shiva, « Behind Trump’s Victory: Divisions by Race, Gender, Education », Pew Research Center, 9 novembre 2016. <http://www.pewresearch.org/fact-tank/2016/11/09/behind-trumps-victory-divisions-by-race-gender-education/>, consulté le 28 août 2018.

WOLFFE Richard, « Donald Trump’s Victory is Nothing Short of a Revolution », The Guardian, 9 novembre 2016. <https://www.theguardian.com/commentisfree/2016/nov/09/donald-trump-victory-us-election-result-revolution>, consulté le 28 août 2018.

« Presidential Election Results: Donald J. Trump Wins », The New York Times, 9 août 2017. <https://www.nytimes.com/elections/results/president>, consulté le 28 août 2018.

Haut de page

Notes

1 Matt Flegenheimer & Michael Barbaro, « Donald Trump is elected president in stunning repudiation of establishment », The New York Times, 9 novembre 2016: « a decisive demonstration of power by a largely overlooked coalition of mostly blue-collar white and working-class voters ». <https://www.nytimes.com/2016/11/09/us/politics/hillary-clinton-donald-trump-president.html>, consulté le 28 août 2018.

2 Nate Cohn, « Why Trump won: working-class whites », The New York Times, 9 novembre 2016. <https://www.nytimes.com/2016/11/10/upshot/why-trump-won-working-class-whites.html>, consulté le 28 août 2018.

3 Richard Wolffe, « Donald Trump’s Victory is Nothing Short of a Revolution », The Guardian, 9 novembre 2016. <https://www.theguardian.com/commentisfree/2016/nov/09/donald-trump-victory-us-election-result-revolution>, consulté le 28 août 2018.

4 Michael McQuarrie, « The revolt of the Rust Belt: place and politics in the age of anger », The British Journal of Sociology, vol. 68, 2017, 121. Dans cet article, Michael McQuarrie relativise l’importance des angoisses économiques et culturelles dans le comportement électoral des ouvriers blancs de la ceinture de la rouille.

5 Discours d’investiture de Donald Trump à la convention de Cleveland : « I have visited the laid-off factory workers, and the communities crushed by our horrible and unfair trade deals. These are the forgotten men and women of our country. People who work hard but no longer have a voice. I am your voice. », Politico Staff, « Full Text: Donald Trump 2016 RNC draft speech transcript », Politico, 21 juillet 2016. <https://www.politico.com/story/2016/07/full-transcript-donald-trump-nomination-acceptance-speech-at-rnc-225974>, consulté le 28 août 2018.

6 Theda Skocpol & Vanessa Williamson, The Tea Party and the Remaking of Republican Conservatism, Oxford : Oxford University Press, 2012, 62.

7 Romain Huret, « Le mouvement Tea Party, une illusion ? », Outre-Terre, n° 37, 2013/3, 67-75, 68.

8 Ibidem.

9 Eric J. Dionne Jr., Why the Right Went Wrong : Conservatism – From Goldwater to The Tea Party and Beyond, New York : Simon & Schuster, 2016, 239-240. Cet ouvrage a été publié avant l’élection générale.

10 Ibidem.

11 Ibid., 357.

12 Ibid., 426.

13 « Our great African American President hasn’t exactly had a positive impact on the thugs who are so happily and openly destroying Baltimore! », tweet de Donald Trump, 28 avril 2015.

14 Daniel Cox, Rachel Lienesch & Robert P. Jones « Beyond Economics : Fears of Cultural Displacement Pushed the White Working Class to Trump », Public Religion Research Institute & The Atlantic, 9 mai 2017, 1. <https://www.prri.org/research/white-working-class-attitudes-economy-trade-immigration-election-donald-trump/>, consulté le 28 août 2018.

15 Ibidem. 2.

16 « Presidential Election Results: Donald J. Trump Wins », The New York Times, 9 août 2017. <https://www.nytimes.com/elections/results/president>, consulté le 28 août 2018.

17 Alec Tyson & Shiva Maniam, « Behind Trump’s Victory: Divisions by Race, Gender, Education », Pew Research Center, 9 novembre 2016. <http://www.pewresearch.org/fact-tank/2016/11/09/behind-trumps-victory-divisions-by-race-gender-education/>, consulté le 28 août 2018.

18 Stephen Morgan & Jiwon Lee, « The White Working Class and Voter Turnout in U.S. Presidential Elections, 2004 to 2016 », Sociological Science, 20 novembre 2017, 664. <https://www.sociologicalscience.com/download/vol-4/november/SocSci_v4_656to685.pdf>, consulté le 28 août 2018. Les auteurs utilisent les chiffres du the Current Population Survey Voting and Registration Supplements (CPS VRS).

19 Ibidem, 687.

20 « Presidential Election Results: Donald J. Trump Wins », op. cit.

21 Stephen Morgan & Jiwon Lee, op. cit., 678.

22 Ibidem, 675.

23 « white, non-hispanic Americans without a four-year college degree who hold non-salaried jobs. » Daniel Cox, Rachel Lienesch & Robert P. Jones, « Beyond Economics: Fears of Cultural Displacement Pushed the White Working Class to Trump », op. cit., 19. L’expression « non-salaried jobs » fait référence à un emploi rémunéré à l’heure et non à raison d’un salaire fixe.

24 Ibidem, 2.

25 Stephen Morgan & Jiwon Lee, op. cit., 657.

26 Ibidem, 677.

27 Ibid., 679.

28 Nicholas Carnes & Noam Lupu, « It’s Time to Bust the Myth: Most Trump Voters Were Not Working Class », The Washington Post, 5 juin 2017. <https://www.washingtonpost.com/news/monkey-cage/wp/2017/06/05/its-time-to-bust-the-myth-most-trump-voters-were-not-working-class/?noredirect=on>, consulté le 28 août 2018.

29 Voir notamment Allen Matusow, The Unravelling of America: a History of Liberalism in the 1960s, New York : Harper Torchbooks, 1984; Jefferson Cowie, Stayin’ Alive: the 1970s and the Last Days of the Working Class, New York : New Press, 2010 ; Jonathan Rieder, Canarsie: the Jews and Italians from Brooklyn against Liberalism, Cambridge : Harvard University Press, 1987; Steve Fraser & Gary Gerstle (eds), The Rise and Fall of the New Deal Order, 1930-1980, Princeton : Princeton University Press, 1989.

30 Jefferson Cowie & Nick Salvatore, « The Long Exception: Rethinking the Place of the New Deal in American History », International Labor and Working-Class History, n° 74, automne 2008, 4. <https://digitalcommons.ilr.cornell.edu/cgi/viewcontent.cgi?referer=https://www.google.com/&httpsredir=1&article=1603&context=articles>, consulté le 28 août 2018.

31 Ibidem.

32 Lizabeth Cohen, Making a New Deal : Industrial Workers in Chicago, 1919-1939, Cambridge : Cambridge University Press, 1991, 5.

33 Steve Fraser, « The labor question », in Steve Fraser & Gary Gerstle (ed.), The Rise and Fall of the New Deal Order, 1930-1980, Princeton : Princeton University Press, 1989, 71.

34 Lizabeth Cohen, op. cit., 288.

35 Jefferson Cowie & Nick Salvatore, op. cit., 9.

36 Michael Kazin, The Populist Persuasion : an American History, Ithaca : Cornell University Press, 2017 [1995], 226-227 ; Tomas Sugrue, « Crabgrass-Roots Politics : Race, Rights, and the Reaction against Liberalism in the Urban North, 1940-1964. », The Journal of American History, vol. 82, n°2, septembre 1995, 551-578. <www.jstor.org/stable/2082186>, consulté le 28 août 2018.

37 Dans un souci de précision, on utilisera ici l’adjectif « libéral » pour traduire le terme américain de liberal qu’un autre terme français ne traduirait qu’approximativement. Le terme liberal aux États-Unis désigne une idéologie progressiste sur les questions de société et en faveur d’une intervention de l’État dans l’économie.

38 Jill Quadagno, The Color of Welfare: how Racism Undermined the War on Poverty, Oxford : Oxford University Press, 1996, 30.

39 Michael Kazin, op. cit., 233.

40 Ibidem, 241.

41 Ibid., 79.

42 Jonathan Rieder, « The Rise of the Silent Majority », in Steve Fraser & Gary Gerstle (ed.), The Rise and Fall of the New Deal Order, 1930-1980, Princeton : Princeton University Press, 1989, 257-259.

43 Jefferson Cowie & Nick Salvatore, op. cit., 4.

44 Les Américains catholiques d’origine européenne venaient principalement d’Italie, d’Irlande et de pays d’Europe de l’Est comme la Pologne. Voir l’ouvrage de Lizabeth Cohen, op. cit.

45 Kevin Phillips, The Emerging Republican Majority, New Rochelle, New York : Arlington House, 1969.

46 Jefferson Cowie, « Nixon’s Class Struggle: Romancing the New Right Worker, 1969–1973 », Labor History, vol. 43, n° 3, 2002, 260.

47 Ibidem, 258.

48 Joshua Freeman, « Hardhats: Construction Workers, Manliness and the Pro-War Demonstrations », Journal of Social History, vol. 26, n°4, été 1993, 735. <www.jstor.org/stable/3788778>, consulté le 28 août 2018.

49 Thomas Sugrue & John Skrentny, « The White Ethnic Strategy », in Bruce Schulman & Julian Zelizer (ed.), Rightward bound: making America conservative in the 1970s, Cambridge : Harvard University Press, 2008, 171-193.

50 Ibidem, 175.

51 Ibid., 186.

52 Ibid., 189.

53 Jefferson Cowie, op. cit., 280.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tamara Boussac, « Le vote ouvrier et l’élection de Donald Trump : histoire et limites du discours populiste », Revue LISA/LISA e-journal [En ligne], vol. XVI-n°2 | 2018, mis en ligne le 24 septembre 2018, consulté le 18 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/lisa/9795 ; DOI : 10.4000/lisa.9795

Haut de page

Auteur

Tamara Boussac

Tamara Boussac est doctorante en civilisation américaine à Sorbonne Université (EA Histoire de Dynamiques des Espaces Anglophones) et à l’École de Hautes Études en Sciences Sociales (UMR Mondes Américains). Ses recherches portent sur la mobilisation conservatrice contre l’État-providence dans l’État de New York dans les années 1960.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de la Revue LISA / LISA e-journal sont mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • OpenEdition Journals