Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Pétrarquisme(s) ? enquête sur une...

Pétrarquisme(s) ? enquête sur une catégorie littéraire européenne1

Véronique Ferrer
p. 5-43

Résumés

En guise d’introduction, la première contribution propose une brève synthèse sur l’histoire du pétrarquisme européen aux xvie et xviie siècles – avec une attention particulière pour le cas français – en interrogeant le sens de la catégorie et la réalité plurielle que désigne le mot inventé au xixe siècle. Dans un premier temps, une enquête historiographique permet de suivre l’élaboration conceptuelle de la catégorie pour tenter de dégager une définition convergente. Dans un second temps, une approche géo-historique du xve au xviie siècle, de l’Italie vers l’Europe et vers la France en particulier, permet de comprendre son expansion géographique et sa transformation d’activité littéraire en phénomène culturel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Frédéric Tinguely a eu la gentillesse de lire ces pages. Qu’il soit remercié pour sa lecture minuti (...)
  • 2 Si « l’amour est une invention du xiie siècle » – nous reprenons la formule provocatrice attribuée (...)
  • 3 « memoria innamorata » (LXXI). Nous utilisons les deux éditions suivantes : Canzoniere, Pierre Blan (...)
  • 4 Voir en particulier Pierre Blanc (dir.), Dynamique d’une expansion culturelle. Pétrarque en Europe (...)
  • 5 Voir Jean Balsamo (dir.), Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, Genève, Librairie Dro (...)

1À la croisée des deux cultures constitutives de l’identité européenne – la tradition chrétienne et l’Antiquité gréco-latine –, Pétrarque réinvente l’amour au xive siècle2. Il met à la disposition de l’Europe prémoderne un nouveau langage, à la fois personnel et universel, apte à être ressaisi par des amants-poètes qui vont l’institutionnaliser moyennant quelques ajustements pour en faire l’unique langage de l’amour. Non seulement le recueil des Rerum vulgarium fragmenta garde trace d’un passé vécu dans le secret, mais il inscrit cette « mémoire amoureuse » dans un devenir lyrique3. En actualisant l’expérience fondamentale que construit le discours pétrarquien, les poètes dits pétrarquistes la font entrer dans une « géohistoire littéraire » élargie. Mot inventé par l’historiographie du xixe siècle, le pétrarquisme fait précisément référence à cette dynamique expansive4. Mais le terme n’a cessé de s’enrichir au xxe siècle au gré de plumes critiques disertes, volontiers disposées à en varier les déclinaisons sémantiques au risque d’en brouiller la signification. Cette instabilité expliquerait-elle sa quasi-disparition dans les derniers titres critiques français, préférant plutôt l’adjectif et plus encore le nom propre qui en est à l’origine ? On parle aujourd’hui plus volontiers de « tradition pétrarquiste », de « dynamique Pétrarque », de « Pétrarque et l’Europe », « Pétrarque en Europe », « Pétrarque et la poésie européenne », « Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque ». Cette éclipse, cette méfiance peut-être, invitent à remettre la catégorie sur le métier, à préciser son sens en reconsidérant l’histoire sinueuse et la mobilité géographique de la réalité qu’elle désigne, et de ce fait à l’envisager au pluriel. Le singulier simplifie et fausse un phénomène complexe et divers, sujet aux modes littéraires, soumis aux variations des lieux et des temps, à la multiplicité des éditeurs et des imitateurs, et à la mutabilité des politiques éditoriales5.

Historiographies pétrarquistes

  • 6 Notre enquête se concentrera sur l’historiographie française avec quelques incursions dans l’histor (...)

2Il est impossible de rendre compte en quelques lignes de l’abondante littérature critique qu’a suscitée le pétrarquisme à l’échelle européenne. Tout au plus nous risquerons-nous à dégager quelques tendances historiographiques « nationales » en nous concentrant plus précisément sur le « cas français ». Malgré un nombre important d’articles et d’ouvrages collectifs sur le pétrarquisme, il n’existe que peu de livres synthétiques en France. La recherche s’intéresse surtout au mythe et à l’histoire poétique, à travers des études de cas en particulier, alors que les historiographies italienne, allemande et anglo-saxonne offrent des réflexions plus conceptuelles sur le phénomène et la catégorie6.

En Europe

  • 7 Arturo Graf, « Petrarchismo ed antipetrarchismo », in Attraverso il Cinquecento, Turin, Chiantore, (...)
  • 8 Voir Stefano Jossa et Simona Mammana, « Petrarchismo e petrarchismi… », art. cit., p. 95-96, et Art (...)

3Au xixe siècle, la pensée critique du pétrarquisme reste tributaire d’enjeux politiques, surtout en Italie, où l’historiographie est déterminée par l’histoire singulière du pays et la construction de l’identité nationale, le Risorgimento. La vision rétrospective des historiens du siècle est globalement dépréciative. En 1869, Gaetano De Sanctis définit le pétrarquisme dans son Saggio critico sul Petrarca comme « il vuotto delle anime, lo scetticismo invalso, il lungo letargo d’Italia ». Arturo Graf renchérit en 1888 : « Il Petrarchismo è une malattia cronica della letteratura italiana. […] È una specie di febbre ricorrente […] » qui affecte tout particulièrement le xvie siècle7. Cette maladie trouve son origine dans la pratique de l’imitation, jugée d’emblée négativement, car elle défigure Pétrarque. Pareil discrédit dure, selon Stefano Jossa et Simona Mammana, jusqu’à la seconde guerre mondiale. Trois traits caractéristiques définissent cette tendance historiographique : 1. la démonétisation poétique du pétrarquisme en raison de son caractère imitatif et répétitif ; 2. la distinction de quelques auteurs jugés majeurs : par exemple Michel-Ange, Vittoria Colonna, Gaspara Stampa ; 3. la pensée dialectique du pétrarquisme avec la construction de son contrepoint, l’antipétrarquisme, jugé comme une réaction saine et vigoureuse d’après Arturo Graf8.

  • 9 Voir l’étude de Rémi Vuillemin dans le présent numéro.
  • 10 Edmund Spenser, Philip Sidney et William Shakespeare font partie des grands auteurs distingués.
  • 11 Voir par exemple John M. Berdan, « A definition of Petrarchismo », in Publications of the Modern La (...)

4L’historiographie britannique du pétrarquisme serait elle aussi, selon le mot Rémi Vuillemin, une « victime collatérale de la naissance d’une modernité éclairée9 ». Soucieuse de valoriser l’âge d’or qui se situe au tournant du xviisiècle, elle surestime la rupture entre les deux siècles au profit du second. Les grands auteurs du premier sont plutôt qualifiés d’anti-pétrarquistes que de pétrarquistes : on retrouve là la discrimination de l’historiographie italienne10. Caractérisé par une imitation servile et répétitive, le pétrarquisme souffre d’une déconsidération tenace11.

  • 12 Arnaldo Di Benedetto, « Un’introduzione al petrarchismo cinquecentesco », in Italica, n° 83/2, 2006 (...)

5Cette « politique » historiographique bat en retraite dans les travaux de la deuxième moitié du xxe siècle, enclins à repenser le pétrarquisme à la lumière de critères socio-poétiques et culturels. Ainsi en Italie, à partir des années 1950, Luigi Baldacci, Amedeo Quondam et Arnaldo Di Benedetto ré-historicisent et relocalisent le pétrarquisme ; ils le resocialisent et le repolitisent aussi, en le définissant comme une expérience collective destinée à la construction d’une identité culturelle et d’une appartenance commune. Ils subsument ainsi l’opposition entre pétrarquisme et antipétrarquisme, faisant de ce dernier la variation d’un phénomène fondamentalement pluriel qui ne saurait s’appréhender autrement qu’à proportion du lieu et de la période où il s’inscrit. Le discours amoureux, la poétique de l’imitation, l’expérience existentielle s’insèrent dans une dynamique collective, dans une géographie plurielle, dans une variabilité temporelle qui diversifient les pratiques créatrices. Dans son « Introduzione al petrarchismo cinquecentesco », Arnaldo Di Benedetto montre ainsi comment le royaume de Naples fut un haut lieu du pétrarquisme, offrant une variante au courant bembiste12. Il remet en lumière le rôle important que joua Jacopo Sannazaro, considéré par ses contemporains comme l’égal de Pétrarque. Il insiste aussi sur la diversité des langages et des poètes ainsi que sur le tissage complexe des influences et l’entremêlement vertigineux des modèles. Di Benedetto réhabilite enfin le principe même de l’imitation jusque-là dévalorisée en montrant la dignité littéraire d’une pratique qu’il replace dans le contexte de l’humanisme.

  • 13 Leonard Forster, « The Petrarchan manner: An Introduction », in The Icy Fire: Five studies in Europ (...)
  • 14 Klaus W. Hempfer, « Probleme der Bestimmung des Petrarkismus. Überlegungen zum Forschungsstand », i (...)
  • 15 Amedeo Quondam, Petrarchismo mediato – Per una critica della forma antologica, Rome, Bulzoni, 1974, (...)
  • 16 Klaus W. Hempfer, « Per una definizione del petrarchismo », art. cit., p. 23-52. Voir aussi Stefano (...)

6Dans la seconde moitié du xxe siècle, les historiographies anglo-saxonne et allemande cherchent aussi à dépasser la définition du pétrarquisme comme simple imitation d’un Pétrarque lyrique en avançant la notion de « système » ou de « code ». Ainsi, dans une étude datant de 1969, le britannique Leonard Forster considère-t-il le pétrarquisme comme le deuxième grand système international de l’amour codifié, entre l’amour chevaleresque du Moyen Âge et l’amour romantique des xviiie et xixe siècles13. Selon Daniel Fliege, les critiques allemands Klaus W. Hempfer et Gerhard Regn14 seraient les premiers, en 1987, à théoriser l’idée d’un discours codifié ou système discursif, ce qu’ils nomment désormais le « système pétrarquiste », sans le réduire à sa dimension linguistique ou rhétorique suivant la tradition italienne, illustrée notamment par Amedeo Quondam qui définit le pétrarquisme comme un « modèle de langue », un « système linguistique » normatif et sélectif15. Dans un article plus récent en forme de bilan, « Per una definizione del petrarchismo » (2001), Klaus W. Hempfer élargit le concept et propose d’envisager le pétrarquisme comme une pluralité de systèmes : un système linguistique et rhétorique mais aussi un système psychologique et philosophique, à savoir une manière d’aimer fondée sur la vénération de la femme et la mélancolie16. Dès lors qu’il affecte la littérature, les modes de penser et la sociabilité, le pétrarquisme s’affirme, dans la seconde moitié du xxsiècle, comme une catégorie culturelle.

  • 17 Voir par exemple Amedeo Quondam, Petrarca in barocco, Cantieri Petrarcheschi. Due seminari romani, (...)
  • 18 Stefano Jossa et Simona Mammana, « Petrarchismo e petrarchismi… », art. cit., p. 94 et 96.
  • 19 Amedeo Quondam, « Sul Petrarchismo », in Il Petrarchismo. Un modello di poesia per l’Europa, Loreda (...)
  • 20 Pour la dimension politique, voir surtout Authorizing Petrarch, Ithaca, Cornell University Press, 1 (...)
  • 21 Daniel Fliege, L’Évangélisme poétique…, op. cit., p. 187.
  • 22 Voir notamment Bernhard Huss et Federica Pich (dir.), Petrarchism, paratexts, pictures. Petrarca e (...)

7Entérinant cette évolution, les publications étrangères les plus récentes diversifient les approches en sollicitant l’histoire littéraire, musicale, politique, sociale ou économique. Certaines interrogent la notion de canon poétique, réactivent la dynamique critique de l’intertextualité ou sollicitent d’autres catégories comme le maniérisme ou le baroque17. Pour Stefano Jossa et Simona Mammana (2004), le pétrarquisme est une « conscience de groupe » et une « méthode poétique » ; elle est « une expérience collective » caractérisée par une pratique de l’imitation, un discours amoureux et une situation existentielle variables mais convergents18. Dans un article datant de 2006, Amedeo Quondam définit le pétrarquisme comme un « savoir-faire poétique », une « compétence », mais aussi un « mode de communication moderne19 ». William J. Kennedy se distingue par ses approches critiques à la pointe en faisant la part belle à la dimension politique et économique du pétrarquisme. Dans The Site of Petrarchism: Early Modern National Sentiment in Italy, France, and England (2003), il s’intéresse au phénomène d’appropriation politique de l’œuvre de Pétrarque par ses éditeurs, commentateurs ou imitateurs au service de « l’expression du sentiment national ». Dans Petrarchism at Work : Contextual Economies in the Age of Shakespeare (2016), il envisage le pétrarquisme dans sa dynamique économique, à partir du concept d’homo economicus qu’il applique à Pétrarque et à ses imitateurs européens20. Daniel Fliege (2019) et Bernard Huss (2022), représentants de l’historiographie allemande la plus récente, insistent, pour leur part, sur la dimension socio-littéraire du pétrarquisme au sens large, fondé sur la circulation des textes « qui contribue à la constitution d’une communauté intellectuelle21 » ou culturelle22.

En France

  • 23 Nous citons André Gendre, « Vade-mecum sur le pétrarquisme français », in Versants, n° VII, 1985, p (...)
  • 24 Marius Piéri, Le Pétrarquisme au xvie siècle : Pétrarque et Ronsard ou l’influence de Pétrarque sur (...)
  • 25 Par exemple Jean-Luc Nardone, Pétrarque et le pétrarquisme, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1998, p. (...)
  • 26 Ève Duperray, L’Or des mots. Une lecture du mythe littéraire de Vaucluse, des origines au xxe siècl (...)
  • 27 Voir Marius Piéri, Le Pétrarquisme au xvie siècle…, op. cit., p. 25.
  • 28 Ibid., p. 23.
  • 29 C’est l’expression d’André Gendre dans son article « Vade-mecum sur le pétrarquisme français », art (...)
  • 30 C’est le cas d’Ernest Hatch Wilkins, « A general survey of Renaissance Petrarchism », in Comparativ (...)

8L’historiographie française suit la courbe des recherches internationales en offrant quelques spécificités. Elle cherche moins à définir le pétrarquisme qu’à le situer dans une histoire littéraire. Le mot lui-même n’apparaît pas dans les grands dictionnaires des xviie et xviiie siècles à l’exception de celui de Trévoux qui propose une entrée « pétrarquisme » sans autre définition que celle d’« imiter Pétrarque », comprendre le Pétrarque vulgaire, celui des Triomphes et des Rerum vulgarium fragmenta. Il faut attendre les dictionnaires du xixe siècle pour voir la définition s’étoffer. Selon le Grand dictionnaire universel du xixe siècle de Pierre Larousse, le pétrarquisme est « une manière d’aimer, “se borner à l’amour platonique, à un amour semblable à celui de Pétrarque pour Laure”, et une manière d’écrire de la poésie amoureuse, “imiter, affecter le genre de Pétrarque”23 ». Chez les historiens de la littérature, le terme désigne d’abord « un mouvement24 », « un courant25 », dira-t-on plus volontiers aujourd’hui, voire « une véritable école littéraire aux dimensions de l’Europe26 », qui reposent sur l’imitation de la poésie amoureuse de Pétrarque en langue vulgaire. Dans son livre Le Pétrarquisme au xvie siècle : Pétrarque et Ronsard ou l’influence de Pétrarque sur la Pléiade française (1896), Marius Piéri accorde toute son attention à la figure d’un poète italien du xvie siècle dont il fait le représentant d’un « pétrarquisme pur27 » : « c’est au fameux cardinal Pierre Bembo (1470-1542) que revient la gloire d’avoir déterminé le grand mouvement pétrarquiste du xvie siècle28 ». Quelques années plus tard, en 1909, Joseph Vianey invente, dans son Pétrarquisme en France au xvie siècle, un « pétrarquisme sans Pétrarque29 », à savoir un pétrarquisme médiat issu des imitateurs du Quattrocento, Chariteo, Tebaldeo ou Serafino. Ces deux interprétations divergentes se rejoignent pour faire du pétrarquisme un phénomène intertextuel : il s’agit bien dans les deux cas d’une pratique littéraire partagée par des générations de poètes et fondée sur l’imitation des Rime en langue vernaculaire. Cette définition s’imposera au xxe siècle, comme le montre la synthèse de Jean-Luc Nardone sur Pétrarque et les pétrarquismes européens, en étendant parfois le principe imitatif à toute l’œuvre du poète toscan30. L’intertextualité pétrarquiste constitue l’objet d’étude privilégié de la critique française, en particulier l’entrecroisement des sources et le mécanisme d’emboîtement subtil des textes, de la source prégnante à ses variations déformantes.

  • 31 Henri Weber, La Création poétique au xvie siècle en France, Paris, Nizet, 1956, p. 161-167.
  • 32 Michel Dassonville, « À propos du pétrarquisme et de Ronsard », in L’Esprit créateur, n° 12/3, 1972
  • 33 C’est le terme qu’emploie volontiers Gisèle Mathieu-Castellani, Les Thèmes amoureux dans la poésie (...)
  • 34 Gisèle Mathieu-Castellani, « La figure mythique de Diane dans L’Hécatombe d’Aubigné », in R.H.L.F.,(...)

9L’imitation, même restreinte, ne saurait toutefois suffire à rendre compte de la complexité du pétrarquisme selon les herméneutes français de la seconde moitié du xxe siècle. Dans La Création poétique au xvie siècle en France (1956), Henri Weber replace brièvement le pétrarquisme dans l’histoire des conceptions de l’amour, des élégiaques latins à Pétrarque en passant par la poésie provençale et le dolce stil novo, dont l’expression formelle s’expérimente dans le laboratoire des imitateurs du Toscan31. Depuis les années 1970, sous l’influence de l’historiographie anglo-saxonne et allemande, on définit volontiers le pétrarquisme comme un « système de signes32 », « un langage clos33 », ou un « code34 », propres à être décryptés par un public averti.

  • 35 Voir Daniel Fliege, citant Hans K. Hempfer, L’Évangélisme poétique, op. cit., p. 181. Voir aussi An (...)

10Le code pétrarquiste repose sur une narration, une expérience affective, un imaginaire, une rhétorique et une pensée de l’amour paradigmatiques, circulant d’une plume à l’autre. Chacun tente de décrire les éléments constitutifs de cette combinatoire35 : les éléments narratifs – la rencontre initiale à l’origine de l’innamoramento, les obstacles, la séparation, la méditation solitaire dans la nature, la mort ; psychologiques, affectifs ou moraux – le dissidio entre désir charnel et amour spirituel, l’obsession amoureuse, les affres de l’absence, la mélancolie, la voluptas dolendi, l’introspection ; conceptuels – l’idéalisation et le culte de la femme, la vassalité de l’amant, la souffrance salutaire, la conversion ; rhétoriques, stylistiques et imaginaires – les antithèses, oxymores, anaphores et hyperboles systématiques, les marqueurs lexicaux, les images topiques de la flamme et de la glace, de la fièvre, de l’aurore, de la tempête, pour n’en citer que quelques-unes.

  • 36 André Gendre, « Vade-mecum… », art. cit., p. 43-44 : « […] le pétrarquisme naît de l’expérience exi (...)
  • 37 Ibid., p. 12 : « comme style, on voit qu’il appelle l’artifice (connoté en général négativement), q (...)
  • 38 Ève Duperray, L’Or des mots…, op. cit., p. 84.
  • 39 Ibid.
  • 40 Ibid., p. 12.
  • 41 Ibid.

11En 1985, dans un article en forme de bilan historiographique, André Gendre propose de reconsidérer le pétrarquisme à la lumière du critère rhétorique tout en valorisant l’expérience fondatrice de l’amour pétrarquien et l’imitation diachronique36. La catégorie engage, selon lui, « une rhétorique », un « style », un « art d’écrire » : en un mot, « il est inséparable d’une techné » que fonde le grand maître et que fixent ses imitateurs au point de créer un style commun reconnaissable à différents marqueurs37 ». En 1997, dans L’Or des mots. Une lecture du mythe littéraire de Vaucluse, des origines au xxe siècle. Histoire du pétrarquisme en France, Ève Duperray confirme cette place accordée à l’écriture : « Si le pétrarquisme est un courant littéraire, il est aussi avant tout une rhétorique : par pétrarquisme, il ne faut donc pas entendre simplement l’imitation de Pétrarque ou des poètes italiens qui s’inscrivent dans son sillage, mais le recours à un répertoire – de thèmes, mythes, images, procédés – pour parler d’amour38 ». Voilà le pétrarquisme réduit à « un exercice littéraire », à une « stylisation de l’amour »39. S’intéressant tout particulièrement à la fortune du mythe jusqu’au xxe siècle, elle propose « une histoire du pétrarquisme comme courant d’idées, vecteur d’images et de thèmes sensibles à travers les péripéties de la fortune et de l’infortune d’une création poétique, liées à la multiplicité des horizons d’attente et à leur évolution en la longue durée de la fin du Moyen Âge aux premières années du xxe siècle40. » Elle insiste aussi sur le fait que le « pétrarquisme français » est une « manière de penser l’amour en l’associant à l’imaginaire d’un lieu »41.

  • 42 Pierre Blanc (dir.), Dynamique d’une expansion culturelle, op. cit. Sur le pétrarquisme à l’échelle (...)
  • 43 Pierre Blanc, « La tradition pétrarquiste. Enjeux et modalités d’une expansion culturelle », in Dyn (...)
  • 44 Ibid.

12Cette approche répercute pour ainsi dire le tournant « culturel » de l’historiographie pétrarquiste, tournant qui trouve une parfaite illustration dans le collectif dirigé par Pierre Blanc en 2001 : Dynamique d’une expansion culturelle. Pétrarque en Europe42. La référence pétrarquienne serait constitutive d’une culture européenne laïque et vernaculaire. Ainsi Pierre Blanc définit-il le pétrarquisme comme « la première tradition laïque en Occident », qui comporte « tous les attributs d’une doctrine à vivre et à diffuser, avec son fondateur et ses Écritures, ses exégètes et ses chapelles, ses fidèles et ses rites, ses pratiques et ses effets, et même ses hérétiques et ses renégats – les antipétrarquistes – […]43 ». C’est à la « forgerie translinguistique » que s’intéresse tout particulièrement l’ouvrage, celle qui se met en place dans les différents pays de l’Europe renaissante, « où la pluralité des langues, des mentalités et des réécritures trouve pourtant à se confondre dans leur référence commune à un hypotexte fondateur44. »

  • 45 Outre les titres cités en bibliographie, voir surtout : « Quelques remarques sur les collections d’ (...)

13À peine trois ans plus tard, dans son ouvrage collectif Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque (2004), Jean Balsamo privilégie une approche différente. S’il entend lui aussi « revenir à Pétrarque », « mettre en lumière son autorité » et s’intéresser « au code et à sa dynamique », il s’attache à présenter le pétrarquisme comme un phénomène surtout éditorial à partir d’une histoire et d’une géographie de sa diffusion par l’imprimé. En somme, il remet le livre au centre du pétrarquisme aux côtés du modèle littéraire et du mythe pétrarquien. Au principe même du pétrarquisme, « un livre, un modèle, un mythe » pour reprendre sa triade ; un livre plus qu’un auteur – les Rerum vulgarium fragmenta –, un livre érigé en modèle pour plusieurs générations de poètes européens ; un livre s’incarnant en mythe vivant et pérenne. Attentifs au premier pétrarquisme, celui qui se forme à la cour de Francois Ier ou celui qui s’expérimente chez les poètes de la Pléiade, ses différents travaux montrent les ressorts de la construction éditoriale du Pétrarque vulgaire, lyrique et galant en mettant en lumière les stratégies des libraires et le rôle décisif des « anthologies45 ».

  • 46 Riccardo Raimondo, Le Phenix Poëte et les Alouëtes. Traduire les Rerum vulgarium fragmenta de Pétra (...)

14Les récentes publications consacrées à la réception du poète toscan s’intéressent plus volontiers aux traducteurs qu’aux imitateurs comme en témoigne la dernière en date, celle de Riccardo Raimondo, Le Phenix Poëte et les Alouëtes. Traduire les Rerum vulgarium fragmenta de Pétrarque en langue française (xvie-xxie siècle) : histoire, traditions, imaginaires (2022)46. L’objectif est de « repenser l’histoire de la réception de Pétrarque » en mettant en lumière le rôle décisif des traductions, distinguées des « imitations » et considérées comme les « principaux viviers des courants pétrarquistes ». Ces différentes études réinterprètent la catégorie sans toujours la nommer en élargissant son spectre chronologique et sémantique.

Éléments de synthèse

15Au terme de ce parcours, le pétrarquisme apparaît comme une catégorie mobile et plurielle, qui ne recouvre pas exactement la même réalité chez ses différents usagers : d’une expérience poétique collective fondée sur la traduction et/ou l’imitation des Fragmenta entre le xvet le xviie siècle jusqu’à l’influence diffuse d’une rhétorique ou d’une manière d’aimer paradigmatiques propres à traverser les siècles. Pour dépasser la définition qui tendait à réduire le pétrarquisme à une pratique imitative, l’historiographie s’est attachée à enrichir le sens du mot, désormais apte à désigner tout à la fois : un mouvement, un courant, une école, une tradition, une communauté de poètes, un corpus de textes, dirais-je pour ma part ; un phénomène intertextuel, culturel, éditoral ; une méthode, un savoir-faire, une pratique, une expérience poétiques ; une rhétorique, une écriture, un style ; un langage, un discours, un système, un code ; enfin, une pensée, une doctrine, un art d’aimer, une érotique, la définition critique sans aucun doute la moins aboutie. Quel que soit le sens privilégié, les historiens de la littérature s’accordent pour souligner les enjeux poétiques, culturels, sociaux, politiques, voire économiques du pétrarquisme.

  • 47 Riccardo Raimondo parle de « pétrarquisme latin » en se référant à Dario Cecchetti, « Petrarca in (...)

16Une double extension, perceptible dans l’historiographie la plus récente, menace la spécificité conceptuelle et historico-littéraire de la catégorie. Tout d’abord, l’élargissement du modèle de base, non plus les Rerum vulgarium fragmenta, mais aussi Les Triomphes, plus loin encore l’œuvre latine du Toscan47 ; d’autre part, l’étirement chronologique qui permet au phénomène de trouver une actualité renouvelée, moyennant quelques ajustements socio-culturels. Certes, l’influence de Pétrarque a vocation à traverser les siècles, mais s’agit-il toujours de pétrarquisme ? Ce qui se passe au xixe siècle et dans les siècles ultérieurs relève moins d’un phénomène uniforme et cadré que d’une libre inspiration ou d’une réminiscence. Sans doute ne faut-il pas confondre l’influence qu’exerce Pétrarque et le phénomène poétique chronologiquement circonscrit qu’est le pétrarquisme. Comme le dit Jean Balsamo dans sa remarquable synthèse sur le sujet, le xvie siècle, plus qu’un autre, est le siècle de Pétrarque et du livre pétrarquien :

  • 48 Jean Balsamo, « Le Pétrarquisme en France au xvie siècle », art. cit., p. 932.

[…] le siècle naquit véritablement en 1501, avec la grande édition des Opera omnia publiée au mois de mars, et le Petrarca édité par Bembo au mois de juillet chez Alde Manuce ; il s’acheva en 1600 sur la publication, à Bruxelles, de la traduction des Rime par Philippe de Maldeghem. Le siècle précédent avait mal édité Pétrarque, le siècle suivant ne l’éditera plus48.

  • 49 Nous empruntons la formule à Jean-René Valette qui parle « d’historicités courtoises » (dans Mystiq (...)

17À trop vouloir élargir l’empan chronologique, on court le risque de passer à côté des enjeux poétiques, philosophiques et sociaux du phénomène, de manquer ce que nous appellerions volontiers l’historicité pétrarquiste, ou mieux encore les historicités pétrarquistes49. Pour notre part, nous reviendrons à une périodisation restreinte (xve-xviie siècle) et à un corpus de base resserré (Rerum vulgarium fragmenta), réservant le mot pour désigner une expérience littéraire collective, circonscrite dans le temps, qui repose sur la traduction ou la réécriture codifiée d’un discours amoureux fondateur.

  • 50 Michel de Certeau, « Mystique », in Encyclopaedia Universalis, t. 11, cité par Véronique Ferrer et (...)
  • 51 Pour cette citation et les suivantes, voir Jean Starobinski, L’Encre de la mélancolie, Paris, Éditi (...)

18Dans l’acte même de la réécriture, le langage pétrarquien se transforme et s’historicise. Comme l’écrit Michel de Certeau à propos de la mystique, si le discours amoureux peut être considéré comme un phénomène universel, « on ne peut en parler qu’en fonction d’une situation culturelle et historique particulière50 ». Non seulement le pétrarquisme est un discours historicisé, ancré dans une époque et dans une tradition intellectuelle, mais il est un discours social reflétant le langage et les manières d’une société, propre à évoluer malgré des invariants. Pour reprendre les termes de Jean Starobinski, « l’histoire des sentiments ne peut être autre chose que l’histoire des mots dans lesquels l’émotion s’est énoncée51 ». La mission de l’historien s’apparente dès lors « à celle du philologue », chargé de reconnaître divers « états de langue », d’identifier « le style propre à travers lequel l’expérience singulière ou collective a choisi de s’exprimer ». « C’est une sémantique historique qu’il faut maintenir en alerte » dès lors qu’on s’intéresse aux doctrines et aux langages de l’amour, une sémantique historique qui tienne compte des langues et des géographies, autrement dit des cultures. C’est avec cette exigence d’historicité au sens large – histoire des mots, du livre, des formes, des idées et des affects – qu’il convient d’aborder le phénomène pétrarquiste.

Historicités pétrarquistes

Une histoire européenne

  • 52 Jean Balsamo, « Quelques remarques sur les collections d’éditions anciennes de Pétrarque conservées (...)
  • 53 Jean-Luc Nardone, Pétrarque et le pétrarquisme, op. cit., p. 21.
  • 54 Ibid. Jean-Luc Nardone s’appuie sur les données de Raffaele Amaturo, Petrarca, Rome, Laterza, 1974, (...)
  • 55 Jean Balsamo, « Quelques remarques sur les collections d’éditions anciennes de Pétrarque… », art. c (...)
  • 56 Le volgari opere del Petrarca con la espositione di Alessandro Vellutello da Lucca, Venise, Giovann (...)
  • 57 William J. Kennedy, « Les autorités pétrarquistes et l’autorisation de Pétrarque », in Dynamique d’ (...)

19L’influence de Pétrarque en Europe s’est faite en deux temps : du milieu du xive siècle jusqu’au début du xvie siècle, c’est la production néolatine de l’humaniste qui domine ; puis, du xve au début du xviie siècle, c’est l’œuvre lyrique vernaculaire du poète qui l’emporte pour ainsi dire, les Triomphes et surtout les Rime, même si le Pétrarque latin et le Pétrarque vulgaire coexistent au xvie siècle comme l’a montré l’enquête éditoriale menée par Jean Balsamo pour la période allant de 1501 à 160152. Entre le xive et le xve siècle, le recueil amoureux est « une œuvre en perpétuelle évolution53 » : il présente neuf formes différentes de 1342 à 1374 et connaît plusieurs éditions au xve siècle54. Le xvie siècle s’ouvre sur l’édition du recueil par Pietro Bembo chez Alde Manuce à Venise (1501) et le commentaire de Filelfo (1503). Jusqu’en 1523, on lit les Rime « dans un texte nu, celui des éditions aldines […] et de leurs contrefaçons, ou enrichi du vieux commentaire de Filelfo », selon les sources de Jean Balsamo, mais après 1525, s’impose le modèle des éditions commentées ou annotées : celles « de Gesualdo, de Venafro, d’Alunno, de Daniello, de Brucciolo, de Dolce, de Ruscelli, de Castelvetro constituent une médiation de toute importance pour la lecture et l’utilisation poétique du texte de Pétrarque »55. C’est le commentaire de Vellutello, publié en 1525 à Venise et réédité jusqu’en 1584, que privilégient les imitateurs du Canzoniere56. William J. Kennedy montre la diversité des Pétrarque construits par les éditions des xve et xvisiècles : « chacun de ces commentaires met sur pied des modèles discursifs différents57 », offrant aux lecteurs-poètes un Pétrarque médiatisé et pluriel. Les éditions constituent de véritables interprétations d’une œuvre dont l’inspirante partition ne va cesser de susciter de nouvelles exécutions. Cette pluralité éditoriale et herméneutique initiale ainsi que la complexité inhérente au texte pétrarquien expliquent la diversité constitutive du pétrarquisme.

  • 58 Jean-Luc Nardone, Pétrarque et le pétrarquisme, op. cit., p. 32.
  • 59 Selon Joseph Vianey, plus que Pétrarque lui-même. Pour cette poésie pétrarquiste du xve siècle, voi (...)

20Si Bembo est généralement considéré comme le fondateur du pétrarquisme européen, l’on ne saurait négliger « l’avant-pétrarquisme » que représentent les expériences du xve siècle, en Italie en particulier. Comme l’a montré Jean-Luc Nardone, le Quattrocento « a assumé la gestation de cette renaissance » de la poésie vulgaire58. Le latin a beau dominer l’espace littéraire, certains auteurs s’essaient à la poésie d’amour sur le modèle de Pétrarque : parmi eux, Buonaccorso da Montemagno (1391-1429) ou Rosello Rosselli (1399-1452), Antonio du Matteo di Meglio (1384-1448), Giusto de’ Conti di Valmontone (1390-1449), dont la Belle main, chansonnier pétrarquiste à la gloire d’Elisabetta, a un certain retentissement auprès des poètes du xve siècle. Les auteurs de la génération suivante sont plus connus et marqueront la poésie française du xvie siècle59 : on citera le Barcelonais Chariteo (1450-1514), Jacopo Sannazaro (1457-1530) à Naples, Gasparo Visconti (1461-1499) à Milan, Antonio Tebaldeo (1463-1537) à Ferrare et Serafino dell’Aquila (1466-1500), originaire des Abruzzes – les deux représentants les plus caractéristiques de la poésie maniérée du xve siècle –, Pamphilo Sasso (1455-1527), Matteo Maria Boiardo (1441-1494) et son célèbre Roland amoureux, Ange Politien (1454-1494) et ses Rime, sans oublier Laurent le magnifique (1449-1492), conjuguant dans ses Rime les influences de Dante, de Cavalcanti et de Pétrarque. Le pétrarquisme du xvsiècle est déjà un pétrarquisme pluriel, audacieux, ouvert aux modèles divers et arrimé aux cours locales.

  • 60 Voir l’article de Franco Tomasi dans le présent volume. Voir aussi Stefano Jossa et Simona Mammana, (...)
  • 61 Arnaldo Di Benedetto, « Un’introduzione al petrarchismo cinquecentesco », art. cit.

21Le xvie siècle italien va contrôler la réception de Pétrarque à travers une diffusion éditoriale savamment orchestrée par les libraires. Comme le montre Franco Tomasi, Bembo a joué, dans cette entreprise, un rôle déterminant sur le plan linguistique, socio-littéraire et philosophique60. Il donne « forme, ordre et langage à l’univers des passions et des sentiments » ; il pose « les fondements de la nouvelle langue littéraire »61. Mieux, il interroge le rapport de la langue aux affects. Le pétrarquisme ne saurait ainsi se réduire à un jeu érudit et mondain, il prend rang dans l’histoire des langages et des doctrines de l’amour.

  • 62 Voir l’introduction de l’édition du traité de Jacques Ferrand, De la maladie d’amour ou mélancolie (...)
  • 63 Le recueil connut de nombreuses éditions italiennes et françaises. En 1555, Jean Martin le traduit (...)
  • 64 Gabriel Chappuys en proposa une traduction parue en 1584 à Lyon. Cette édition fut suivie de bien d (...)

22Outre son édition des poésies de Pétrarque en 1501 à Venise chez Alde Manuce, Bembo fait paraître en 1505 chez le même libraire les trois livres des Asolani (traduits en français par les Les Azolains), véritable traité moderne sur l’amour qui eut une influence déterminante au xvie siècle : il suscita une floraison d’ouvrages théoriques, où la poésie devenait partie intégrante de la pensée amoureuse62. À travers un dialogue-débat, Bembo interprète en langue vernaculaire la lyrique italienne, Pétrarque et Dante en particulier, à la lumière des théories néo-platoniciennes de son temps, qu’il adapte au monde de la cour63. Il donne ainsi un cadre conceptuel et social à son propre pétrarquisme, qui est celui qu’il veut et va imposer dans la culture européenne. Nul hasard donc si Baldassare Castiglione le choisit comme porte-parole du néo-platonisme amoureux dans son Livre sur le courtisan (Il libro del Cortegiano, 1528)64.

  • 65 Natalia Kardonova, « Petrarca, Bembo e l’universo poetico dell’alto rinascimento », in Dynamique d’ (...)
  • 66 Michel Stanesco, « Courtoisie et société de cour au Moyen Âge », in Histoire de la France littérair (...)
  • 67 Comme le dit Jean-Louis Fournel, « les critères principaux du code pétrarquiste tels qu’ils sont én (...)

23Comme le note Natalia Kardonova dans son article « Petrarca, Bembo e l’universo poetico dell’alto rinascimento », l’approche bembiste est liée à la « nouvelle » courtoisie qui s’impose dans la première moitié du xvie siècle en Italie dans le contexte de la renaissance des cours ou plutôt de la création de cours d’un type nouveau, avec des valeurs plus mondaines que chevaleresques65. Le pétrarquisme acclimate la courtoisie aux nouvelles sociétés politiques qui émergent à la Renaissance ; il la transforme en modèle discursif désynchronisé, en « l’honesto gioco » dont parle Bembo. La courtoisie provençale se mue en « cortegiania » telle que Castiglione la conceptualise en s’inspirant de l’idéal néoplatonicien. Car, ainsi que l’affirme Michel Stanesco, « cette humanité idéale », qui repose sur les valeurs de la justice et des armes, de l’honneur et de l’amour, du beau parler et de l’esprit, est « l’héritière directe de la courtoisie chevaleresque66 ». Le pétrarquisme prolonge la courtoisie médiévale en l’acclimatant aux nouvelles valeurs renaissantes. C’est ainsi qu’il faut comprendre le pétrarquisme conçu par Bembo et relayé par Castiglione : c’est une entreprise socio-politique orientée vers la vie concrète de la cour et vers la constitution d’une communauté littéraire. L’objectif est la construction d’une société de cour qui puisse se reconnaître collectivement dans les règles d’une langue et d’un comportement social67.

  • 68 Voir à ce sujet la synthèse de Daniel Fliege dans l’introduction de son édition des Rime spirituali (...)
  • 69 Arnaldo Di Benedetto, « Un’introduzione al petrarchismo cinquecentesco », art. cit.

24Au cœur du débat linguistique qui secoue les xve-xvie siècles, les Prose della volgar lingua de Bembo, publiées en 1525 à Venise, plaident en faveur de la dignité du vernaculaire tel que l’ont illustré les auteurs toscans du xive siècle. Bembo élève ainsi Pétrarque au rang d’auteur lyrique classique digne d’imitation et le toscan au rang de langue littéraire universelle68. Selon lui, le poète de Laure se distingue par la perfection de la forme esthétique plus que par la profondeur de la mélancolie érotique, par la nouveauté du langage plus que par la puissance des sentiments. Avec ses propres Rime publiées en 1530, Bembo montre l’exemple en imitant systématiquement le maître admiré et en donnant corps à ce nouveau « classicisme italien » qu’il promeut. Cette date serait, selon certains historiens, la date officielle de la naissance du pétrarquisme, le moment où Pétrarque devient « modèle absolu69 ».

  • 70 Le discours pétrarquien est plus complexe que le discours bembiste.
  • 71 Voir à ce sujet Arnaldo Di Benedetto, « Un’introduzione al petrarchismo cinquecentesco », art. cit.
  • 72 Paul Bachmann, « À la rencontre de Gaspara Stampa », cité par « Un’introduzione al petrarchismo cin (...)

25Au début du xvie siècle, Bembo contribue ainsi à transformer significativement le pétrarquisme en langue littéraire, en doctrine philosophique et en comportement social. Il impose à l’Europe un Pétrarque italien, lyrique, profane au détriment du Pétrarque humaniste, chrétien, néo-stoïcien ; un Pétrarque socialisé ou mondanisé, un Pétrarque courtisan et néo-platonicien, enfin un Pétrarque esthétisé pour ne pas dire rationnalisé70. Les poètes italiens du xvie siècle entérinent la langue et l’herméneutique pétrarquistes de Bembo tout en gardant leur identité singulière, car la conformation linguistique comme les imitations ou les citations ne valent pas toujours adhésion : elles n’excluent pas les écarts à la norme, et de fait, ne prennent pas toujours le sens d’un conformisme littéraire ou idéologique. Chez les grands auteurs à tout le moins, dont les réalisations prennent toujours des libertés avec les règles : l’Arioste, Le Tasse, Michel-Ange, Tansillo, pour n’en citer que quelques-uns71. « Le pétrarquisme dont Bembo fut le principal artisan » n’en est pas moins, comme le dit Paul Bachmann, « le milieu naturel où s’enracine toute tentative poétique nouvelle. Et l’anti-pétrarquisme, lorsqu’il se manifeste, est encore par la logique des contrastes, la conséquence de cet état de fait »72.

  • 73 « Les recueils italiens de Rime (1545-1560) : anthologies ou recueils collectifs ? », art. cit., p. (...)
  • 74 Jean Balsamo, « Les recueils italiens de Rime (1545-1560) », art. cit. Le recueil de Giolito a béné (...)

26Dans la diffusion du canon littéraire que fixe Bembo, les libraires jouent un rôle décisif à partir de 1545 en construisant « un nouvel objet littéraire et éditorial », à savoir le recueil collectif qui rassemble des sonnets, des canzoni, madrigaux ou épigrammes composés dans les règles de l’art73. Les Rime de Giolito (1545-1560), les Rime Scelte de Dolce (1553-1563) les Fiori de Ruscelli (1558) ont contribué, selon Jean Balsamo, à la constitution et à l’extension « d’un canon poétique confirmant le modèle pétrarquiste bembien, dans une conception compréhensive, révélant toutes ses variations possibles », ainsi qu’à « la définition d’une institution littéraire reconnue, réunissant dans une pratique, un code lettré et des usages communs, grands seigneurs, patriciens, hommes de lettres74 ». Le recueil collectif ou, suivant la terminologie italienne, l’anthologie, assume la fonction de « témoignage » et de mémoire vive d’une création commune, d’une expérience partagée, d’une société virtuelle de poètes.

  • 75 Davide Dalmas, « Rimes spirituelles et discours amoureux au xvie siècle », in L’Unique change de sc (...)
  • 76 Joseph Vianey montre cependant que l’écriture pétrarquiste chrétienne est courante dès le xve siècl (...)
  • 77 Davide Dalmas, « Rimes spirituelles et discours amoureux au xvie siècle », art. cit.
  • 78 Voir l’article de Roland Béhar, « “Il ridervi de la goffezza del dire” : Niccolò Franco et la satir (...)

27Dans le même temps, en diversifiant les auteurs et en accueillant les quatroccentistes, ces recueils affirment la pluralité d’un pétrarquisme que l’emprise bembienne ne saurait unifier. Pour preuve, les expériences littéraires qui sont réalisées en marge du pétrarquisme institué : du pétrarquisme spirituel à l’antipétrarquisme, certains poètes proposent de nouvelles lectures de Pétrarque sans renier le modèle linguistique de Bembo. Il en va ainsi du franciscain Girolamo Malipiero qui offre, dans son Petrarca spirituale (1536), une réécriture religieuse du chansonnier profane. Comme le dit Davide Dalmas, « dans le sillage de Malipiero, l’imitation spiritualisée de Pétrarque devint un petit genre en soi75 » : de 1550 à 1552 sont publiés à Venise les trois livres des Rime spirituali, parte nuovamente raccolte da più auttori, parte non più date in luce. Parmi les auteurs les plus représentatifs de ce courant lié aux réformes, on compte des femmes : Vittoria Colonna (1546) et Laura Battiferri (1564), objets d’étude de Daniel Fliege dans le présent numéro76. La réécriture spirituelle de corpus profanes se systématisera à la fin du siècle au moment de la conversion des Muses : ainsi le Roland furieux (Vincenzo Marini, 1596), les Rimes amoureuses du Tasse (Crisippo Selva, 1611), et Boccace (Francesco Dionigi da Fano, avec le Décameron spirituel, 159477). Aux antipodes de cette mouvance spirituelle se développent des courants pétrarquistes critiques, qui contestent moins le maître que ses imitateurs : c’est le cas de Niccolò Franco dans Il Petrarchista (1539)78. D’autres proposent des alternatives érotiques à l’amour pétrarquien (Gaspara Stampa) ou des contrepoints parodiques (Francesco Berni). Dans tous les cas, c’est toujours en référence à Pétrarque que s’élabore la lyrique amoureuse, fût-ce pour la contester ou la dépasser, comme s’il était impossible d’échapper à la programmation poétique lancée par Bembo à l’échelle de l’espace italien et européen. Selon Jean-Louis Fournel,

  • 79 Jean-Louis Fournel, « Questione della lingua », art. cit.

[…] le prix à payer pour cette victoire du code pétrarquisant et son extension européenne est toutefois un certain immobilisme de la production poétique dans laquelle le respect des canons et la restriction de la langue poétique n’est pas sans effet sur la création. La stabilité qui se veut éternelle d’une écriture projetée d’emblée dans la postérité rend malaisée l’évolution des formes et favorise l’auto-engendrement de textes produits complaisamment par le groupe social qui définit son excellence éthique et culturelle à partir de la maîtrise de ce même code qui constitue le cadre obligé de l’écriture79.

  • 80 Voir l’article d’Antonio Perrone dans le présent numéro. Voir aussi Jean-Luc Nardone, « La poésie i (...)

28Si l’évolution de la poésie au xviie siècle confirme pareille emprise poétique, elle révèle aussi un processus complexe de dépassement et d’expérimentation comme le montrent Jean-Luc Nardone et Antonio Perrone dans le présent numéro80.

  • 81 Jean Balsamo, « Le pétrarquisme en France au xvie siècle », in Dictionnaire des lettres français (...)
  • 82 Ibid.
  • 83 Jean Balsamo, « Pétrarque : un livre, un modèle, un mythe », art. cit.

29D’un pays à l’autre de l’Europe, d’une langue à l’autre, les poètes adoptent le langage institutionnalisé de l’amour avec des nuances et des tonalités liées à des contextes nationaux spécifiques. Et ce n’est pas là le moindre des paradoxes du pétrarquisme, selon Jean Balsamo : « l’œuvre qui avait fondé la littérature italienne fut assimilée par les autres cultures vernaculaires et servit de modèle à leur essor : la conscience littéraire et linguistique des différentes nations d’Europe fut éveillée par le Pétrarque italien mieux que par le restaurateur de l’éloquence latine81. » Partout en Europe, « la référence pétrarquienne » a été déterminante dans l’élaboration « d’une culture vernaculaire, mondaine et savante »82, propre à asseoir une forme d’identité sociale et de souveraineté politique sur la base d’une langue commune. « Pétrarque a pu jouer ce rôle parce que son œuvre a bénéficié d’une diffusion par le livre […] et que cette diffusion, en accentuant certains traits, a contribué à la constitution d’un véritable “mythe pétrarquien”, pour donner à la simple référence littéraire une tout autre ampleur »83.

  • 84 Voir la synthèse de Jean-Luc Nardone, Pétrarque et la poésie européenne, op. cit.
  • 85 Pour l’influence du pétrarquisme napolitain sur la poésie du siècle d’or, voir Tobia R. Toscano, «  (...)

30L’empreinte de Pétrarque affecte toutefois l’espace européen suivant des modalités et des temporalités différentes84. L’Espagne et le Portugal sont les pays qui subissent le plus tôt l’influence du Pétrarque profane. Les liens politiques unissant l’Espagne à l’Italie – le royaume de Naples est sous domination aragonaise aux xve et xvie siècles – accélèrent la mobilité des personnes et les échanges culturels. Comme le montre Roland Béhar, si Auzias March (1397-1413) est considéré comme le premier imitateur catalan du poète toscan, on doit à Juan Boscán (1490-1542) et Garcilaso de la Vega (1503-1536) le renouvellement de la poésie espagnole de la première moitié du xvie siècle par l’imitation systématique des Rime de Pétrarque à travers le filtre des poètes pétrarquistes italiens comme Bembo, mais aussi les napolitains Sannazaro et Chariteo, d’origine catalane85. La seconde génération, illustrée par Gutierre de Cetina et Fernando Herrera, poursuit l’entreprise de « pétrarquisation » de la poésie espagnole en mêlant les sources : Pétrarque est concurrencé par Tansillo et Giovanni Della Casa. C’est la génération suivante, celle de Lope de Vega, Góngora, Quevedo, qui renouvelle plus profondément l’imitation pétrarquiste en puisant dans d’autres sources modernes, le Français Ronsard ou le Napolitain Giambattista Marino (1569-1625) par exemple, en mêlant les sources antiques et bibliques, sans cesser de cultiver un maniérisme « concettiste » qui vaut signature.

  • 86 Pour l’histoire du pétrarquisme portugais, voir l’article de Roland Béhar dans le présent numéro.
  • 87 Rita Manorto, « Petrarca em redondilha », in Dynamique d’une expansion culturelle, Pierre Blanc (di (...)

31Le pétrarquisme portugais, lié à l’espagnol, s’épanouit au xvie siècle sur fond de nationalisme avec des poètes comme Diogo Bernardes (1530-1600), Antonio Ferreira (1528-1569), Pero de Andrade Caminha (1532-1589), Luis Vaz de Camoēs (1524-1580), héritiers de Francisco Sá de Miranda (1481-1558) qui découvre la poésie italienne lors d’un long voyage dans le pays86. Pour Rita Marnoto, le pétrarquisme portugais relève plus de la contaminatio que de l’imitatio : il tend rapidement à évoluer dans le sens d’un « auto-dépassement », absorbé par les structures conceptuelles et stylistico-rhétoriques issues de la tradition ibérique, en particulier la redondilha (vers de 5 ou 7 syllabes accentuées) qui s’impose face au sonnet87.

  • 88 Voir l’article de Rémi Vuillemin dans le présent numéro. Voir aussi l’essai de Gordon Braden, Petra (...)

32Comme en Espagne, le Pétrarque lyrique fut admiré et imité en Angleterre dès le xive siècle à travers le poète Chaucer qui joua un rôle moteur dans la diffusion du modèle pétrarquiste. Même si, ainsi que l’explique Rémi Vuillemin, « le pétrarquisme anglais connaît incontestablement une éclipse entre le xive siècle et les années 153088 », il trouve un nouvel élan avec les poètes Thomas Wyatt (1503-1542) et Surrey (1516-1547), souvent de manière médiate. L’influence française, à travers Du Bellay, Ronsard et Desportes, marque la première et la deuxième génération : Thomas Watson, Arthur Gorges, Michael Drayton, Edmund Spenser ou encore Samuel Daniel, pour n’en citer que quelques-uns. Le pétrarquisme culmine avec Philip Sidney et Shakespeare sous une forme problématique et contestataire, tout en ouvrant la voie à des expériences chrétiennes, aussi bien puritaine, inspirée des commentaires protestants de Pétrarque, que catholique, avant de céder le pas aux poètes métaphysiques. Plus que les pétrarquismes ibériques, l’anglais se définit comme un « pétrarquisme second » ou médiat, à distance des sources italiennes directes. Offrant des modalités plurielles d’un phénomène complexe, il évolue au fil du xvie siècle dans le sens d’une distanciation et d’une critique qui précipiteront sa quasi-extinction au xviie siècle.

  • 89 Gherart Hoffmeister, Petrarkistische lyrik, Stuttgart, J. B. Metzlersche Verlagsbuchhandlung, 1973.
  • 90 Martin Opitz, Le Livre de la poésie allemande, Élisabeth Rothmund (éd.), Toulouse, Presses universi (...)

33Inversement, en Allemagne, en raison de la Réforme, ce n’est qu’au xviie siècle que se développe vraiment l’imitation pétrarquiste sous l’impulsion de Georg Weckherlin (1584-1653) et surtout de Martin Opitz (1597-1639). Avant lui, Gherart Hoffmeister, dans son livre Petrarkistische lyrik (1973), signale les timides expériences de Johann Fischart (1546-1590)89. Dans son Livre de la poésie allemande (1624), Opitz a surtout la volonté de régler la métrique allemande et de stabiliser l’invention poétique en s’appuyant sur les modèles antiques, mais aussi sur Pétrarque et Ronsard90. Le poète toscan est une référence parmi d’autres : même s’il structure la veine amoureuse allemande, il est concurrencé, voire dépassé par les modèles bibliques, antiques et contemporains – Góngora et Marino pour ne citer qu’eux – qui poussent la poésie vers une diversité et une audace que ne saurait réduire le canon pétrarquiste.

34Si chaque pays connaît un tempo qui lui est propre, l’histoire européenne du pétrarquisme révèle deux tendances majeures : d’une part, la médiatisation progressive du Pétrarque vulgaire, qui tient à la conjonction des influences, antiques et contemporaines, ainsi qu’aux singularités locales ; d’autre part, la conversion « spirituelle » du Pétrarque profane, qui ouvre la voie à un corpus dévotionnel, voire mystique.

Le cas français

  • 91 L’histoire du premier pétrarquisme est bien connue : voir, outre les références déjà mentionnées, l (...)
  • 92 L’expression est de Jean Balsamo, « François Ier, Clément Marot et les origines du pétrarquisme fra (...)
  • 93 À ce sujet, voir les travaux de Cécile Alduy, en particulier son article « Scève et Pétrarque : “de (...)
  • 94 Ève Duperray, L’Or des mots…, op. cit., p. 75. Voir aussi Jean Balsamo, « Société et culture de cou (...)

35En France, sur laquelle je m’attarderai, la référence pétrarquienne tient une place à part pour des raisons politiques, géographiques et éditoriales. La proximité spatiale de la scène amoureuse fondatrice ainsi que l’intense activité des libraires français ont contribué à faire fructifier le mythe littéraire et asseoir le modèle poétique. L’historiographie française situe le commencement officiel du pétrarquisme au moment de la prétendue découverte du tombeau de Laure à Avignon et du concours poétique auquel elle donna lieu en 153391. Il s’inscrit dans une politique royale où les poètes de cour Luigi Alamanni et Clément Marot jouent un rôle décisif. Le premier imite Pétrarque dont il devient le vivant successeur en publiant ses propres Opere toscane à Lyon en 1532-1533 ; l’autre le traduit et impose la forme emblématique du pétrarquisme littéraire à venir. En 1533, il compose un Chant des Visions de Pétrarque translaté de Italien en Françoys (traduction de la canzone « Standomi un giorno solo », RVF, 323) ; six ans plus tard, en 1539, à la demande de François Ier, il traduit six sonnets de Pétrarque sur la mort de sa dame. Par sa traduction rigoureuse et par son choix formel, « Marot inventait le pétrarquisme français92 », celui qui allait se développer sans lui, sous le contrôle d’un roi soucieux de promouvoir le culte de Pétrarque pour mieux asseoir son pouvoir93. Les pétrarquistes réintroduisent en France la lyrique courtoise à travers son appropriation italienne. Cette résurgence médiate correspond à un contexte politique favorable à la culture chevaleresque : « à travers Pétrarque, c’est avant tout la passion de la courtoisie que l’on exalte94 ».

  • 95 Jacques Peletier, « Douze sonnets de Pétrarque », in Œuvres poétiques, Paris, Imprimerie de Miche (...)
  • 96 Voir Jean Balsamo, Les Rencontres des Muses. Italianisme et anti-italianisme dans les Lettres franç (...)
  • 97 Voir l’article de Frédéric Tinguely dans le présent volume.

36Après l’entreprise séminale de Marot, quelques autres poètes s’adonnent à des traductions ponctuelles comme Jacques Peletier du Mans (1547)95 ou à la composition de sonnets comme Mellin de Saint-Gelais (vers 1540). Mais il revient au provençal Vasquin Philieul de poursuivre et d’achever l’initiative marotique : en 1548, il traduit et publie la première partie des Rime, avant de donner la version complète en 1555. Si ce « premier recueil de sonnets en langue française » constitue « un véritable laboratoire de formes », où le traducteur « expérimente méthodiquement » « toutes les possibilités de la versification française »96, il est aussi décisif par sa contribution originale à la mythification de l’histoire de Laure et de Pétrarque par le biais de ce que Frédéric Tinguely nomme un « rapatriement » géographique97.

  • 98 Voir aussi l’article de Thomas Hunkeler dans le présent volume.
  • 99 Voir à ce propos les travaux de Cécile Alduy, Thomas Hunkeler, Élise Rajchenbach et plus récemment (...)

37C’est pourtant à Lyon que paraît le premier canzoniere français, la Délie de Scève (1544), qui lance, selon Cécile Alduy, la vogue du chansonnier pétrarquiste en France sans reprendre toutefois le sonnet marotique et en proposant une imitation problématique pour ne pas dire rebelle du grand maître toscan comme le montre Thomas Hunkeler98. Le pétrarquisme lyonnais se distingue par sa diversité : entre Scève, Pernette du Guillet et Louise Labé, ce sont autant de manières de réécrire Pétrarque et de penser l’amour, entre spiritualité néoplatonicienne et érotique charnelle, entre fidélité au maître et tentations plurielles99.

  • 100 Voir Jean Balsamo, « Pétrarque : un livre, un modèle, un mythe », art. cit., p. 13-32. Voir aussi d (...)

38Après les entreprises lyonnaises et la traduction de Philieul, les canzonieri, souvent appelés Amours, se multiplient dans le cercle des poètes de la Pléiade : Joachim Du Bellay, L’Olive (1549-1550), Pontus de Tyard, Les Erreurs amoureuses (1549-1551-1555), Guillaume des Autels, Repos du plus grand travail (1550), Jean-Antoine de Baïf, Les Amours (1552), Ronsard, Premier livre des Amours (1552-1553), Continuation des Amours (1555-1556), Les Amours des amours de Jacques Peletier du Mans (1555), Jacques Grévin, L’Olimpe (1560). Les poètes français ont à leur disposition les publications italiennes de Pétrarque qui circulent en France, à Lyon et à Paris surtout – sans parler des nombreuses éditions françaises, un quart du « marché pétrarquien100 » –, celles des poètes pétrarquistes italiens, comme Bembo ou l’Arioste, celles des recueils collectifs lancés depuis Venise. Ils bénéficient aussi d’importantes traductions françaises de textes italiens : Jacques Colin traduit Le Courtisan de Castiglione en 1537, Jean Martin traduit en 1544 L’Arcadie de Jacopo Sannazaro et le chant I du Roland furieux de l’Arioste, en 1545 les Asolani de Bembo ; Pontus de Tyard et Denis Sauvage traduisent en 1551 les Dialoghi d’amore de Léon Hébreu. Cette activité de traduction s’intensifie encore dans la seconde moitié du xvie siècle.

  • 101 Jean Balsamo, « Pétrarque : un livre, un modèle, un mythe », art. cit., p. 29-30.

39Une remarque s’impose : l’imitation française simplifie Pétrarque, dont elle ne retient que le versant profane et galant ; elle réduit son langage frémissant à un code universel, son inventivité poétique à la forme unique du sonnet. Elle laïcise l’expérience amoureuse et déchristianise le discours qui en rend compte. Pour Jean Balsamo, « le passage d’une poésie chrétienne marquée par l’expérience du péché à une célébration érotique ou à une divinisation de l’amour constituent les aspects les plus visibles de la réception française de Pétrarque101 ». Dans le même temps, elle l’enrichit, l’approfondit en le confrontant à d’autres sources : l’apport néo-platonicien, l’érotisme des élégies latines et de l’Anthologie grecque, l’influence d’Ovide mais aussi de Virgile. La conversion du modèle pétrarquien en pétrarquisme par les imitateurs de la première Renaissance, de François Ier à Henri II, repose sur une réécriture fidèle et infidèle tout à la fois, conforme et déformante en ce qu’elle croise et superpose les textes, en ce qu’elle sollicite de nouveaux modèles.

  • 102 Voir id., « Philippe de Maldeghem ou Pétrarque en Flandre (1600) », in Les Poètes de la Renaissance (...)
  • 103 Id., « Les poètes français et les Anthologies lyriques italiennes », art. cit., p. 9-32. Selon Jean (...)
  • 104 Olivier Millet, « Du Bellay et Pétrarque, autour de L’Olive », in Les Poètes français de la Renaiss (...)
  • 105 Jean Balsamo, Les Rencontres des muses…, op. cit., p. 235.

40Certes, les poètes lisent Pétrarque avec attention et méthode en relevant des citations, des lieux communs et sans doute aussi en utilisant un rimario, un index des rimes, qui accompagne désormais les éditions savantes du Canzoniere, véritables manuels scolaires d’apprentissage de la poésie et de l’italien102. Mais à cette lecture pédagogique s’ajoutent les lectures tout aussi minutieuses des grands auteurs gréco-latins que les poètes de la Renaissance sont invités à lire et à imiter. Dans ce laboratoire que constitue le travail de lecture et d’imitation, les anthologies italiennes qui se multiplient à partir de 1545 et qui circulent chez les poètes français jouent aussi un rôle cardinal. Elles constituent de véritables outils de travail : selon Jean Balsamo, « les poètes qui savaient les lire disposaient ainsi d’un ensemble de ressources qui leur offraient la possibilité de combinaisons infinies, nouvelles par rapport à la tradition française de Lemaire à Marot, à un moment de renouvellement des formes et de thèmes103. » S’intéressant au cas particulier de Du Bellay, Olivier Millet montre que « Il Petrarca ne va pas sans ses imitateurs italiens modernes » : « la réception bellayenne de Pétrarque s’annonce comme indissociable de celle des pétrarquistes modernes104 ». Pareille affirmation peut s’appliquer à l’ensemble des poètes français du siècle : « le pétrarquisme incontestable du siècle est toujours un pétrarquisme médiatisé105 ».

  • 106 Id., « Le “pétrarquisme” des Amours de Ronsard », art. cit., p. 179-193.

41Durant cette période féconde (1533-1552), l’imitation de Pétrarque n’a rien de convenu, bien au contraire, elle est en soi une expérience nouvelle, mieux elle constitue un véritable défi, nécessaire à la rénovation du langage poétique. Ce n’est qu’après 1555, après l’événement que créa Ronsard avec ses Amours, que le pétrarquisme devient un exercice imitatif presque systématique dans le cadre d’une émulation créatrice. Le recueil de Ronsard a transformé « la poésie pétrarquienne en topique pétrarquiste106 » ; il a converti le discours amoureux unique en une manière d’aimer à la française, en un code « national » appelé à de multiples imitations. Pétrarque continue à exercer une influence décisive sur la poésie française, mais à travers le filtre de ses imitateurs français. Sans remplacer absolument le modèle pétrarquien, Ronsard se pose en nouveau maître des vers amoureux pour ses contemporains et pour les décennies à venir.

  • 107 Saint-Gelais, « A une malcontente » ; Ronsard, Continuation des Amours, « Élégie à son livre » ; Du (...)
  • 108 Jean Balsamo, « Le pétrarquisme en France au xvie siècle », art. cit., p. 931-939.

42La systématisation de l’imitation pétrarquienne/pétrarquiste suscite, chez ses représentants eux-mêmes, une réaction que l’on nomme communément antipétrarquisme. Comme les Italiens avant eux, les Français développent un discours critique ou ironique tantôt à l’égard de Pétrarque, non en sa qualité de poète mais d’amant transi, tantôt à l’égard des imitateurs qui finissent par figer le discours amoureux en rhétorique factice : dès 1540 Mellin de Saint-Gelais, puis à partir de 1550 Ronsard, Du Bellay, Baïf ou Jodelle, sans parler des pétrarquistes de la fin du siècle comme d’Aubigné107. Mais selon Jean Balsamo, cet antipétrarquisme de façade confirme « le pétrarquisme comme code » et l’enrichit « de sa propre négation »108. Cette persistance du pétrarquisme français trouve son meilleur argument dans la régénérescence qu’il connaît à la fin du siècle sous la forme de ce qu’il est convenu d’appeler le néo-pétrarquisme.

  • 109 Voir Marcel Raymond, L’Influence de Ronsard sur la poésie française (1550-1585), Genève, Librairie (...)

43Cette histoire post-pétrarquiste est moins connue. Hormis les travaux de Henri Weber, Gisèle Mathieu-Castellani, plus récemment ceux de Jean Balsamo, de Bruno Petey-Girard, de François Rouget – et les miens ! –, on compte peu d’études sur le renouveau de la poésie amoureuse de la fin du siècle. L’appel à la conversion des Muses dans les années 1550-1560 n’aura pas eu raison d’un langage amoureux qui revient en force après une baisse de régime de près d’une décennie au profit de la poésie de circonstance109. On pensait le pétrarquisme mort après les assauts anti-pétrarquistes de la plume même de ses meilleurs représentants. Bien au contraire, il retrouve une nouvelle vigueur sous l’impulsion de Philippe Desportes, ami de Baïf et héritier de la Pléiade. Le jeune poète inaugure un nouveau style, marqué par l’élégance épurée et par la douceur harmonieuse, enclin à la simplification de la langue et à la démythologisation des motifs poétiques. Admirateur des Muses italiennes et des poètes transalpins de la fin du xve siècle et du début du xvie siècle, l’Arioste, Di Constanzo, Serafino, Tebaldeo, il les traduit, les adapte, les imite, détrônant sans l’évincer, l’autorité de Pétrarque et de Bembo.

44Avant même la publication de ses premières œuvres en 1573, ses manuscrits circulent de main en main au point de leur conférer une notoriété dès la fin du règne de Charles IX. Si les années 1570, rythmées par les rééditions régulières des recueils de la Pléiade, n’oublient pas les maîtres du passé, elles accordent un accueil triomphant au « renouveau poétique » qu’incarne désormais le poète officiel d’Henri III, hôte favori des cercles littéraires féminins, comme ceux de la maréchale de Retz, de Madeleine de Laubespine ou des dames Des Roches.

  • 110 Jean Vignes dans La Poésie française du Moyen Âge au xxe siècle, Michel Jarrety (dir.), Paris, PUF, (...)

45Dans le sillage de Desportes, plusieurs de ses admirateurs expérimenteront cette veine galante, « tissant le fil ininterrompu qui relie le maniérisme amoureux initié par la Pléiade aux raffinements précieux du xviie siècle110 ». Parmi les premiers imitateurs, encore attachés à Ronsard, on compte sans exhaustivité : Amadis Jamyn, Les Œuvres poétiques. Premières poésies et livre premier (1572), Les Œuvres poétiques. Livres II, III et IV (1575) ; Clovis Hesteau de Nuysement, Œuvres poétiques (1578), Isaac Habert, Œuvres poetiques (1582), Béroalde de Verville, Les Soupirs amoureux (1583), Flaminio de Birague, Les Premières Œuvres poétiques (1585) ; Nicolas Rapin, Œuvres (1583-1610), Cristofle de Beaujeu, Les Amours (1589), Siméon-Guillaume de La Roque, Amours, 1589, sans oublier d’Aubigné dans son Printemps, non publié de son vivant, mais dont la majorité des pièces furent composées dans les années 1570. Ces recueils se caractérisent par leur éclectisme formel. Ils ont beau donner la première place aux sonnets, leur continuité est perturbée par l’insertion de formes diverses et l’introduction presque systématique de stances, signe d’une modernité poétique. Celles-ci prennent ponctuellement place dans un ensemble de poèmes divers – élégies, sonnets, chansons, odes, complaintes – comme c’est le cas dans Les Premières Œuvres de Desportes (1573).

  • 111 Paris, Nicolas Chesneau, 1572. Pour le choix du terme, voir Claude-Gilbert Dubois, La Poésie du xvi(...)

46À la fin du siècle, le pétrarquisme turbulent de la Pléiade cède la place à la poésie néo-pétrarquiste, qui finit de dé-spiritualiser l’amour humain, cette fois en désincarnant le sentiment amoureux, en recentrant la dynamique poétique sur les subtilités du langage et de l’esprit ainsi que sur la souffrance de l’amant au détriment de l’objet aimé. Ce pétrarquisme galant et ingénieux, qui n’exclut pas les envolées érotiques et humoristiques de la Pléiade, n’en est pas moins mélancolique. Il remet à l’honneur le versant tragique des Rime, parfois jusqu’à l’excès dans certains poèmes relevant de la disperata ou « désespérade » en référence au titre italien des recueils de Tebaldeo et Serafino, La Disperata, repris par François d’Amboise, Les Desesperades, recueil d’églogues amoureuses esquelles sont au vif dépeintes les passions et le désespoir d’amour111.

47Si le pétrarquisme de la fin du siècle peut donner l’impression de s’éloigner de Pétrarque au profit des poètes italiens du Quattrocento ou du Cinquecento, il reste pourtant profondément attaché au modèle original. Agrippa d’Aubigné en offre un exemple, comme Desportes ainsi que le montre Jean Balsamo dans l’article du présent numéro. Soit qu’il retrouve l’esprit originel du maître à travers la sédimentation des textes qu’il lit et imite, soit qu’il renoue, dans sa poésie religieuse, avec la spiritualité inhérente aux Rime, Desportes place Pétrarque au cœur de son écriture poétique. Il remet le lyrisme profane dans la perspective du lyrisme sacré et l’amour mondain dans celui de la conversion, à l’échelle des recueils en particulier. Car l’œuvre amoureuse de Pétrarque s’inscrit dans une dynamique pénitentielle, à laquelle les pétrarquistes profanes français l’avaient arrachée et que les poètes chrétiens remettent à l’honneur.

  • 112 Robert Mélançon, « Le pétrarquisme pieux : la conversion de la poésie amoureuse chez Jean de La Cep (...)
  • 113 Josiane Rieu, « Le langage pétrarquiste de la poésie religieuse », in Les Langages de la foi aux xv (...)

48De même qu’en Italie se développe un pétrarquisme spirituel parfaitement articulé au pétrarquisme profane, de même en France, la poésie chrétienne, qui prend son essor à la faveur de la conversion des Muses, s’approprie le langage pétrarquien. Si Desportes constitue un exemple parfait de cette dialectique harmonieuse des inspirations, Joachim Du Bellay, Amadis Jamyn, d’Aubigné, Simon Goulart, Jean de La Ceppède ou encore Pierre de Croix viennent croître la liste des pétrarquistes chrétiens. À propos des Théorèmes de La Ceppède, Robert Mélançon parle d’un canzoniere spirituel, où les sonnets sont centrés sur « le Christ, qui joue le rôle dévolu à Laure, Cassandre, Marie, Hélène, Francine, Méline », au prix d’un retournement : c’est l’Église qui parle et raconte les souffrances de son amant sur le modèle du Cantique des Cantiques112. L’exploitation du pétrarquisme au service de la foi obéit à une démarche profondément cohérente, selon Josiane Rieu : « les effets de transposition, qui nous semblent aujourd’hui menacer le texte, créent en fait une dynamique d’intégration et de dépassement113 » qu’explique la dimension chrétienne du modèle pétrarquien. La spiritualisation du discours amoureux dans la poésie mondaine favorise sa transposition verbale dans la poésie sacrée sans compromettre son intention théologique.

  • 114 Alain Génetiot, « La poésie », in Histoire de la France littéraire. Classicismes (xviie-xviiie siè (...)
  • 115 Ibid.

49La poésie d’amour du premier xviie siècle poursuit ce double mouvement en l’exacerbant : le pétrarquisme galant se laisse aller à la préciosité, le pétrarquisme chrétien est gagné par les élans mystiques post-tridentins. L’un et l’autre héritent du langage inspiré de Desportes, tout en sollicitant un nouveau modèle italien, Marino. Avec l’avènement de la galanterie après 1630, les expressions furieuses de l’amour refluent au profit de représentations plus légères, qui privilégient les seules beautés de la dame comme dans Les Amours de Tristan L’Hermite (1638). Ainsi que l’affirme Alain Génetiot, « cette galanterie sans passion n’est pas un sentiment mais un jeu social, qui singe le sentiment dont elle a les apparences formelles114 ». Au xviie siècle, « cette forme collective de lyrisme impersonnel emprunte au code néo-pétrarquiste ses images conventionnelles, du blason du corps féminin à l’attitude d’adoration soumise de l’amant dédaigné, mais pour mieux la parasiter par des représentations plus gaillardes, qui mêlent le corps au jeu de l’esprit115 ». Les poètes libertins et les poètes galants, enclins au ton mignard et maniant volontiers la pointe, désacralisent la poésie amoureuse sans pour autant renoncer à son vocabulaire spirituel, fût-ce de manière ironique.

  • 116 Michael Bernsen, « Der Petrarkismus, eine lingua franca der europäischen Zivilisation », in Der Pet (...)
  • 117 Daniel Fliege, L’Évangélisme poétique…, op. cit., p. 187.

50L’histoire du pétrarquisme tracée ici à grands traits révèle à la fois la pluralité discursive, la mobilité géographique et l’hybridité intertextuelle du phénomène de son origine à la fin du xivsiècle jusqu’au xviie siècle. Elle atteint son point culminant au xvie siècle, où l’exercice poétique se charge d’enjeux politiques, sociaux, linguistiques et culturels. Chaque pays suit sa propre courbe, s’insère à son rythme dans cette dynamique poétique, réinventant le discours fondateur à la lumière de ses textes dérivés et en fonction des contextes changeants. Pareille dynamique créatrice est codifiée par des gloses qui fixent le bon usage des mots et des concepts pour programmer une poétique commune, pour unifier la pluralité des expérimentations. Cette méthode collective définit des groupes d’auteurs, mais aussi des corpus poétiques qui partagent un même langage, un sociolecte, une « lingua franca116 » propre à subsumer les idiomes particuliers, à traverser les frontières et les siècles, une lingua artificialis117 invariable et pourtant vivante, enracinée dans des espaces géopolitiques pluriels.

  • 118 J’ai bien conscience qu’il manque des synthèses sur les pétrarquismes germaniques, scandinaves, sla (...)

51Le présent numéro se propose de revenir sur un phénomène littéraire complexe en tenant compte de sa diversité spatiale et de son évolution temporelle. Il entend participer à sa modeste mesure à l’écriture collective d’une histoire des pétrarquismes européens. Outre le versant italien examiné par Franco Tomasi, Daniel Fliege et Antonio Perrone, les pétrarquismes espagnol et portugais, puis anglais sont explorés par deux études synthétiques, l’une de Roland Béhar, l’autre de Rémi Vuillemin, qui permettent de donner une vue significative, à défaut d’être exhaustive, de la dynamique pétrarquiste à l’échelle européenne118. Le numéro s’attarde sur l’exemple français, non pour récrire une histoire bien connue, du moins dans ses grandes lignes, mais pour interroger autrement la question pétrarquiste. Cinq études de cas apportent des éclairages neufs sur des problématiques ou des auteurs moins abordés par la critique : la traduction de Vasquin Philieul (Frédéric Tinguely), le pétrarquisme féminin à travers l’exemple du couple Maurice Scève/Pernette du Guillet (Thomas Hunkeler), le pétrarquisme érotique de Ronsard réinterprété à la lumière de la « culture du viol » (Daniel Maira), le pétrarquisme « antérotique » (Gautier Amiel) ou encore le pétrarquisme spirituel de Desportes (Jean Balsamo). Sans prétendre épuiser la richesse du sujet, les contributions ici rassemblées espèrent apporter un éclairage nouveau à une réflexion commune qui attend d’autres prolongements.

Haut de page

Notes

1 Frédéric Tinguely a eu la gentillesse de lire ces pages. Qu’il soit remercié pour sa lecture minutieuse et exigeante !

2 Si « l’amour est une invention du xiie siècle » – nous reprenons la formule provocatrice attribuée à Charles Seignobos en référence à l’amour courtois –, il revient à Pétrarque de le renouveler en inventant un langage destiné à fructifier dans l’Europe prémoderne et au-delà, sous la plume de ses imitateurs. Pour la formule médiéviste, voir les explications de Jean-René Valette, « C’est à l’éternité que je t’emprunte », dans L’Unique change de scène. Discours amoureux et écritures spirituelles, Véronique Ferrer, Barbara Marczuk et Jean-René Valette (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2016, p. 13.

3 « memoria innamorata » (LXXI). Nous utilisons les deux éditions suivantes : Canzoniere, Pierre Blanc (trad. et éd.), Paris, Classiques Garnier/Bordas, 1988 et Chansonnier. Rerum vulgarium fragmenta, Giuseppe Tavoca (éd.), Gérard Genot (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 2009. Pour ce qui est du titre de l’œuvre, nous varions entre Rime, Canzoniere ou Rerum vulgarium fragmenta. Nous abrégeons en RVF.

4 Voir en particulier Pierre Blanc (dir.), Dynamique d’une expansion culturelle. Pétrarque en Europe (xive-xxe siècle), Paris, Honoré Champion, 2001.

5 Voir Jean Balsamo (dir.), Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, Genève, Librairie Droz, 2004 ; Stefano Jossa et Simona Mammana, « Petrarchismo e petrarchismi. Forme, ideologia, identità di un sistema », in Nel libro di Laura: Petrarcas Liebesgedichte in der Renaissance, Luigi Collarile et Daniel Maira (dir.), Bâle, Schwabe, 2004, p. 91-116 ; Roberto Gigliucci, « Appunti sul petrarchismo plurale », in Italianistica, n° XXXV, 2005, vol. 2, p. 71-76 ; Giorgio Forni, Pluralità del petrarchismo, Ospedaletto, Pacini, 2011, et plus récemment Jean-Luc Nardone, Pétrarque et la poésie européenne, Grenoble, Jérôme Millon, 2021, p. 26.

6 Notre enquête se concentrera sur l’historiographie française avec quelques incursions dans l’historiographie internationale. Voir, pour le versant italien, l’article de Stefano Jossa et Simona Mammana, « Petrarchismo e petrarchismi… », art. cit. ; pour le versant germanique, la synthèse de Daniel Fliege, L’Évangélisme poétique. La codification de la poésie spirituelle de Marguerite de Navarre et de Vittoria Colonna, thèse de doctorat, sous la direction de Marc Föcking et Olivier Millet, Hamburg Universität-Sorbonne Université, 2018, p. 181-188 ; pour les versants anglo-saxon et ibérique, voir respectivement les articles de Rémi Vuillemin et de Roland Béhar dans le présent numéro.

7 Arturo Graf, « Petrarchismo ed antipetrarchismo », in Attraverso il Cinquecento, Turin, Chiantore, 1926, p. 1-70, cité par Klaus H. Hempfer, « Per una definizione del petrarchismo », in Dynamique d’une expansion culturelle, Pierre Blanc (dir.), op. cit., p. 23-52.

8 Voir Stefano Jossa et Simona Mammana, « Petrarchismo e petrarchismi… », art. cit., p. 95-96, et Arturo Graf, « Petrarchismo ed antipetrarchismo », art. cit.

9 Voir l’étude de Rémi Vuillemin dans le présent numéro.

10 Edmund Spenser, Philip Sidney et William Shakespeare font partie des grands auteurs distingués.

11 Voir par exemple John M. Berdan, « A definition of Petrarchismo », in Publications of the Modern Language Association of America, n° 24, 1909, p. 699-710. L’historiographie espagnole est sans doute un cas à part, car elle ne fait pas du pétrarquisme un sujet en soi avant la seconde moitié du xxe siècle. La catégorie est pour ainsi dire absorbée par celle de « classicisme », dont l’Espagne fait un enjeu national et dont le poète pétrarquiste par excellence Garcilaso de la Vega serait le parfait représentant. Pour plus de précisions, voir l’article de Roland Béhar dans le présent numéro.

12 Arnaldo Di Benedetto, « Un’introduzione al petrarchismo cinquecentesco », in Italica, n° 83/2, 2006, p. 170-215.

13 Leonard Forster, « The Petrarchan manner: An Introduction », in The Icy Fire: Five studies in European Petrarchism, Cambridge, Cambridge University Press, 1969, p. 2.

14 Klaus W. Hempfer, « Probleme der Bestimmung des Petrarkismus. Überlegungen zum Forschungsstand », in Die Pluralität der Welten. Aspekte der Renaissance in der Romania, Wolf-Dieter Stempel et Karlheinz Stierle (dir.), Munich, Wilhelm Fink, 1987, p. 253-278 et Gerhard Regn, Torquato Tassos zyklische Liebeslyrik und die petrarkistische Tradition, Tübingen, Gunter Narr Verlag, 1987. Voir leur ouvrage collectif : Klaus W. Hempfer et Gerhard Regn (dir.), Der Petrarkistische Diskurs, Stuttgart, Franz Steiner, 1993. Pour plus de détails, nous renvoyons à la riche synthèse historiographique de Daniel Fliege, L’Évangélisme poétique…, op. cit., p. 181-212.

15 Amedeo Quondam, Petrarchismo mediato – Per una critica della forma antologica, Rome, Bulzoni, 1974, p. 212 : « la proposta del modello-Petrarca si transforma […] in codificazione di uno specifico sistema linguistico, rigidamente normativo e selettivo ».

16 Klaus W. Hempfer, « Per una definizione del petrarchismo », art. cit., p. 23-52. Voir aussi Stefano Jossa et Simona Mammana, « Petrarchismo e petrarchismi », art. cit., p. 93 : le pétrarquisme est un « sistema plurale ».

17 Voir par exemple Amedeo Quondam, Petrarca in barocco, Cantieri Petrarcheschi. Due seminari romani, Rome, Bulzoni, 2004. Voir surtout les contributions des ouvrages collectifs parus depuis les années 2000, par exemple Loredana Chines, Floriana Calitti et Roberto Gigliucci (dir.), Il Petrarchismo. Un modello di poesia per l’Europa, Rome, Bulzoni, 2006. Voir aussi Jean-Louis Fournel, « L’histoire contre l’histoire : penser un canon littéraire pour échapper aux temps de guerre », in Littérature, n° 4/2019, p. 31-40. Pour le pétrarquisme espagnol, voir entre autres Matteo Lefèvre, Una poesia per l’Impero. Lingua, editoria e tipologie del petrarchismo tra Spagna e Italia nell’epoca di Carlo V, Rome, Vecchiarelli, 2006 et Mercedes López Suárez, Tradición petrarquista y manierismo hispánico: de las antologías a Luis Martín de la Plaza, Málaga, Universidad de Málaga, 2008. Pour plus de détails, voir l’article de Roland Béhar dans le présent numéro.

18 Stefano Jossa et Simona Mammana, « Petrarchismo e petrarchismi… », art. cit., p. 94 et 96.

19 Amedeo Quondam, « Sul Petrarchismo », in Il Petrarchismo. Un modello di poesia per l’Europa, Loredana Chines, Floriana Calitti et Roberto Gigliucci (dir.), op. cit., vol. 1, p. 27-92.

20 Pour la dimension politique, voir surtout Authorizing Petrarch, Ithaca, Cornell University Press, 1994, et l’introduction de The Site of Petrarchism: Early Modern National Sentiment in Italy, France, and England, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 2003 ; pour la dimension économique, voir du même auteur, Petrarchism at Work: Contextual Economies in the Age of Shakespeare, Ithaca, Cornell University Press, 2016, et « Petrarca come Homo Economicus: il Petrarchismo in Ronsard e Shakespeare », in Il Petrarchismo. Un modello di poesia per l’Europa, Loredana Chines, Floriana Calitti et Roberto Gigliucci (dir.), op. cit., vol. 1, p. 241-253. Je remercie Thomas Hunkeler d’avoir eu la générosité de m’indiquer ces titres fondamentaux pour l’étude du pétrarquisme.

21 Daniel Fliege, L’Évangélisme poétique…, op. cit., p. 187.

22 Voir notamment Bernhard Huss et Federica Pich (dir.), Petrarchism, paratexts, pictures. Petrarca e la costruzione di comunità culturali nel Rinascimento, Florence, Franco Cesati editore, 2022 ; Bernard Huss et Sabrina Stroppa, (dir.), L’esegesi petrarchesca e la formazione di comunità culturali, Berlin, Freie Universität Berlin, 2022 ; Bernhard Huss, Timothy Kircher et Gur Zak (dir.), Petrarchan Passions: Affects and Community-Formation in the Renaissance World, Berlin, Freie Universität Berlin, 2022.

23 Nous citons André Gendre, « Vade-mecum sur le pétrarquisme français », in Versants, n° VII, 1985, p. 37-65.

24 Marius Piéri, Le Pétrarquisme au xvie siècle : Pétrarque et Ronsard ou l’influence de Pétrarque sur la Pléiade française, Marseille, Laffitte, 1896, p. 25.

25 Par exemple Jean-Luc Nardone, Pétrarque et le pétrarquisme, Paris, PUF, « Que sais-je ? », 1998, p. 3.

26 Ève Duperray, L’Or des mots. Une lecture du mythe littéraire de Vaucluse, des origines au xxe siècle. Histoire du pétrarquisme en France, Paris, Sorbonne Université Presses, 1997, p. 71.

27 Voir Marius Piéri, Le Pétrarquisme au xvie siècle…, op. cit., p. 25.

28 Ibid., p. 23.

29 C’est l’expression d’André Gendre dans son article « Vade-mecum sur le pétrarquisme français », art. cit., 1985, p. 37-65. Voir Joseph Vianey, Le Pétrarquisme en France au xvie siècle, Montpellier, Coulet et fils, 1909.

30 C’est le cas d’Ernest Hatch Wilkins, « A general survey of Renaissance Petrarchism », in Comparative Littérature, n° 4, 1950, p. 327-342, cité par Daniel Fliege, L’Évangélisme poétique…, op. cit., p. 181 : « The wordPetrarchism” may properly be used, if the widest possible application is desired, to mean “productive activity in literature, art, or music under the direct or indirect. Influence of Petrarch, the expression of admiration for him, and the study of his works and of their influence” ».

31 Henri Weber, La Création poétique au xvie siècle en France, Paris, Nizet, 1956, p. 161-167.

32 Michel Dassonville, « À propos du pétrarquisme et de Ronsard », in L’Esprit créateur, n° 12/3, 1972.

33 C’est le terme qu’emploie volontiers Gisèle Mathieu-Castellani, Les Thèmes amoureux dans la poésie française (1570-1600), Paris, Klincksieck, 1975, p. 221.

34 Gisèle Mathieu-Castellani, « La figure mythique de Diane dans L’Hécatombe d’Aubigné », in R.H.L.F., 1978, p. 3-18. Le terme s’est institutionnalisé dans la critique depuis : voir Jean Balsamo, « “Nous l’avons tous admiré, et imité : non sans cause”. Pétrarque en France à la Renaissance : un livre, un modèle, un mythe », in Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, Jean Balsamo (dir.), op. cit., p. 14 ; voir aussi Ève Duperray, L’Or des mots…, op. cit., p. 81.

35 Voir Daniel Fliege, citant Hans K. Hempfer, L’Évangélisme poétique, op. cit., p. 181. Voir aussi André Gendre, « Vade-mecum… », art. cit., Jean Balsamo, « Le Pétrarquisme en France au xvie siècle », art. cit., Ève Duperray, L’Or des mots…, op. cit., p. 83-84.

36 André Gendre, « Vade-mecum… », art. cit., p. 43-44 : « […] le pétrarquisme naît de l’expérience existentielle (plutôt que biographique) d’un poète exilé florentin du xive siècle. Cette expérience s’est traduite (ou s’est faite ?) par un recueil de pièces amoureuses, lesquelles ont servi de modèles aux poètes italiens et européens de la Renaissance. »

37 Ibid., p. 12 : « comme style, on voit qu’il appelle l’artifice (connoté en général négativement), qu’il sert aussi de répertoire de motifs et thèmes lyriques pouvant s’organiser en univers imaginaire ; qu’il est enfin inséparable des figures de l’analogie, de l’hyperbole et de l’antithèse. »

38 Ève Duperray, L’Or des mots…, op. cit., p. 84.

39 Ibid.

40 Ibid., p. 12.

41 Ibid.

42 Pierre Blanc (dir.), Dynamique d’une expansion culturelle, op. cit. Sur le pétrarquisme à l’échelle européenne, voir aussi Luisa Secchi Tarugi (dir.), Petrarca e la cultura europea, Milan, Nuovi Orizzonti, 1997 ; Carlo Ossola (dir.), Pétrarque et l’Europe, Grenoble, Jérôme Millon, 2006 ; Loredana Chines, Floriana Calliti et Roberto Gigliucci (dir.), Il Petrarchismo. Un modello di poesia per l’Europa, op. cit. ; Jean-Luc Nardone (dir.), Pétrarque et la poésie européenne, op. cit.

43 Pierre Blanc, « La tradition pétrarquiste. Enjeux et modalités d’une expansion culturelle », in Dynamique d’une expansion culturelle, Pierre Blanc (dir.), op. cit., p. 7-20.

44 Ibid.

45 Outre les titres cités en bibliographie, voir surtout : « Quelques remarques sur les collections d’éditions anciennes de Pétrarque conservées en France et les conditions éditoriales du pétrarquismes », in Dynamique d’une expansion culturelle, Pierre Blanc (dir.), op. cit., p. 87-97 ; « Le pétrarquisme en France au xvie siècle », in Dictionnaire des lettres françaises. xvie siècle, Michel Simonin (dir.), Paris, Fayard, « La Pochothèque », 2001, p. 931-939 ; « Les poètes français et les Anthologies lyriques italiennes », in Italique. Poésie italienne de la Renaissance, n° 5,  2002, p. 9-32 ; « Les recueils italiens de Rime (1545-1560) : anthologies ou recueils collectifs ? », in Fleurs et jardins de poésie. Les Anthologies de poésie française au xvie siècle, Adeline Lionetto et Jean-Charles Monferran (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2021, p. 55-78.

46 Riccardo Raimondo, Le Phenix Poëte et les Alouëtes. Traduire les Rerum vulgarium fragmenta de Pétrarque en langue française (xvie-xxie siècle) : histoire, traditions, imaginaires, Bern, Peter Lang, 2022. Voir aussi Carole Birkan-Berz, Guillaume Coatalen et Thomas Vuong (dir.), Translating Petrarch’s Poetry: L’Aura del Petrarca from the Quattrocento to the 21st Century, Oxford, Legenda Books, 2020.

47 Riccardo Raimondo parle de « pétrarquisme latin » en se référant à Dario Cecchetti, « Petrarca in Francia prima del Petrarchismo: un mito polemico », in Franco-Italica, n° 11, 1997, p. 7-31 (Riccardo Raimondo, Le Phenix poëte et les Alouëttes…, op. cit., p. 27).

48 Jean Balsamo, « Le Pétrarquisme en France au xvie siècle », art. cit., p. 932.

49 Nous empruntons la formule à Jean-René Valette qui parle « d’historicités courtoises » (dans Mystiques courtoises, Genève, Librairie Droz, à paraître) en s’inspirant lui-même de Michel de Certeau, « Historicités mystiques » [1985], repris dans La Fable mystique (xvie-xviie siècles) II, Luce Giard (éd.), Paris, Gallimard, 2013, p. 19-50.

50 Michel de Certeau, « Mystique », in Encyclopaedia Universalis, t. 11, cité par Véronique Ferrer et Jean-René Valette, « C’est à l’éternité que je t’emprunte », art. cit.

51 Pour cette citation et les suivantes, voir Jean Starobinski, L’Encre de la mélancolie, Paris, Éditions du Seuil, « La Librairie du xxie siècle », 2012, p. 266.

52 Jean Balsamo, « Quelques remarques sur les collections d’éditions anciennes de Pétrarque conservées en France et les conditions éditoriales du pétrarquisme », in Dynamique d’une expansion culturelle, Pierre Blanc (dir.), op. cit., p. 87-97. Voir aussi dans le même volume, Pierre Blanc, « La tradition pétrarquiste. Enjeux et modalités d’une expansion culturelle », p. 7-20.

53 Jean-Luc Nardone, Pétrarque et le pétrarquisme, op. cit., p. 21.

54 Ibid. Jean-Luc Nardone s’appuie sur les données de Raffaele Amaturo, Petrarca, Rome, Laterza, 1974, p. 246-248.

55 Jean Balsamo, « Quelques remarques sur les collections d’éditions anciennes de Pétrarque… », art. cit.

56 Le volgari opere del Petrarca con la espositione di Alessandro Vellutello da Lucca, Venise, Giovannantonio e fratelli da Sabbio, 1525 (édition princeps). Sur ce commentaire, voir Gino Belloni, Laura tra Petrarca e Bembo. Studi sul commento umanistico-rinascimentale al « Canzoniere », Padoue, Antenore, 1992, chap. 2, et « Commenti petrarcheschi », in Dizionario critico della letteratura italiana, Vittore Branca (dir.), Turin, Unione Tipografico-Editrice Torinese, 2e éd., 1989 [1986], vol. 2, p. 22-39. Pour les éditions françaises du Canzoniere et de ses commentaires italiens, voir Nicole Bingen, Le Maître italien (1510-1660), Paris, Éditions de la Maison des Sciences de l’homme, 1997 et son article « Les éditions lyonnaises de Pétrarque dues à Jean de Tournes et à Guillaume Rouillé », dans Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, Jean Balsamo (dir.), op. cit., p. 139-155. Voir aussi Émile Picot, Les Français italianisants au xvie siècle, Paris, 1906, t. I.

57 William J. Kennedy, « Les autorités pétrarquistes et l’autorisation de Pétrarque », in Dynamique d’une expansion culturelle, Pierre Blanc (dir.), op. cit., p. 53-62. Voir aussi du même auteur : Authorizing Petrarch, Ithaca, Cornell University Press, 1994, et l’introduction de The Site of Petrarchism: Early Modern National Sentiment in Italy, France, and England, op. cit.

58 Jean-Luc Nardone, Pétrarque et le pétrarquisme, op. cit., p. 32.

59 Selon Joseph Vianey, plus que Pétrarque lui-même. Pour cette poésie pétrarquiste du xve siècle, voir Jean-Luc Nardone, Pétrarque et le pétrarquisme, op. cit., et Pétrarque et la poésie européenne, op. cit.

60 Voir l’article de Franco Tomasi dans le présent volume. Voir aussi Stefano Jossa et Simona Mammana, « Petrarchismo e petrarchismi… », art. cit., p. 96 : « La fondazione del petrarchismo cinquecentesco risale al binomio Prose (1525) e Rime (1530) di Pietro Bembo ».

61 Arnaldo Di Benedetto, « Un’introduzione al petrarchismo cinquecentesco », art. cit.

62 Voir l’introduction de l’édition du traité de Jacques Ferrand, De la maladie d’amour ou mélancolie érotique, Donald Beecher et Massimo Ciavolella (éd.), Paris, Classiques Garnier, 2010, p. 118. Sur l’histoire des langages de l’amour, voir aussi l’ouvrage encyclopédique de Mario Equicola, De la nature de l’amour (Libro de natura de amore, 1525), publié par Gabriel Chappuys en 1584.

63 Le recueil connut de nombreuses éditions italiennes et françaises. En 1555, Jean Martin le traduit en français et le publie à Paris chez N. Chrestien. L’édition moderne de référence est Pietro Bembo, Les Azolains (Gli Asolani), édition bilingue français-italien, Marie-Françoise Piéjus (trad.), Paris, Les Belles Lettres, 2006. 

64 Gabriel Chappuys en proposa une traduction parue en 1584 à Lyon. Cette édition fut suivie de bien d’autres dès 1585 à Paris chez N. Bonfons. Baldassare Castiglione fait de Bembo le porte-parole du néo-platonisme dans le livre IV, 50-72.

65 Natalia Kardonova, « Petrarca, Bembo e l’universo poetico dell’alto rinascimento », in Dynamique d’une expansion culturelle, Pierre Blanc (dir.), op. cit., p. 225-229.

66 Michel Stanesco, « Courtoisie et société de cour au Moyen Âge », in Histoire de la France littéraire, Frank Lestringant et Michel Zink (dir.), Paris, PUF, 2006, p. 622-645.

67 Comme le dit Jean-Louis Fournel, « les critères principaux du code pétrarquiste tels qu’ils sont énoncés dans les Proses de la langue vulgaire, au premier chef la gravità et la piacevolezza (la “gravité” et le “plaisir” ou l’“agrément” – Proses, II, 9), concernent aussi bien la langue que la vie en société. L’“urbanité” qui est fondée par ce code définit ce que l’on appellera plus tard la société “polie” » (« Questione della lingua », in Catégories de l’historiographie italienne, Pierre Girard et Raffaele Ruggiero [dir.], Paris, Classiques Garnier, à paraître).

68 Voir à ce sujet la synthèse de Daniel Fliege dans l’introduction de son édition des Rime spirituali de Vittoria Colonna, Genève, Librairie Droz, « Texte courant », à paraître.

69 Arnaldo Di Benedetto, « Un’introduzione al petrarchismo cinquecentesco », art. cit.

70 Le discours pétrarquien est plus complexe que le discours bembiste.

71 Voir à ce sujet Arnaldo Di Benedetto, « Un’introduzione al petrarchismo cinquecentesco », art. cit.

72 Paul Bachmann, « À la rencontre de Gaspara Stampa », cité par « Un’introduzione al petrarchismo cinquecentesco », Arnaldo Di Benedetto, art. cit., p. 170-215.

73 « Les recueils italiens de Rime (1545-1560) : anthologies ou recueils collectifs ? », art. cit., p. 55-78. Voir la synthèse de Franco Tomasi, « Alcuni aspetti delle antologie liriche del secondo Cinquecento », in«I più vaghi e i più soavi fiori». Studi sulle antologie di lirica del Cinquecento, Monica Bianco et Elena Strada (dir.), Alexandrie, Edizioni dell’Orso, 2001, p. 77-111. Voir aussi De Dante à Chiabrera. Poètes italiens de la Renaissance dans la bibliothèque de la Fondation Barbier-Mueller, Genève, Librairie Droz, 2007, t. II et l’ouvrage d’Amado Quondam, Petrarchismo mediato. Per una critica della forma «antologica», Rome, Bulzoni, 1974.

74 Jean Balsamo, « Les recueils italiens de Rime (1545-1560) », art. cit. Le recueil de Giolito a bénéficié d’une édition moderne : Rime diverse di molti eccelentissimi autori (Giolito 1545), Franco Tomasi et Paolo Zaja (dir.), Padoue, RES, 2001. Jean Balsamo montre dans son article que le terme d’anthologie, communément employé en Italie, est inadéquat, lui préférant celui de recueil.

75 Davide Dalmas, « Rimes spirituelles et discours amoureux au xvie siècle », in L’Unique change de scène. Écritures spirituelles et discours amoureux (xiie-xviie siècle), Véronique Ferrer, Barbara Marczuk et Jean-René Valette (dir.), op. cit., p. 321-330.

76 Joseph Vianey montre cependant que l’écriture pétrarquiste chrétienne est courante dès le xve siècle chez les strambottistes comme Sasso ou Tebaldeo (Le Pétrarquisme en France au xvie siècle, op. cit., p. 286 et suiv.). Pour d’autres auteurs pétrarquistes spirituels, voir ibid., p. 296 et suiv.

77 Davide Dalmas, « Rimes spirituelles et discours amoureux au xvie siècle », art. cit.

78 Voir l’article de Roland Béhar, « “Il ridervi de la goffezza del dire” : Niccolò Franco et la satire napolitaine du pétrarquisme », in Renaissance and Reformation / Renaissance et Réforme, n° 40, 2017, p. 187-210.

79 Jean-Louis Fournel, « Questione della lingua », art. cit.

80 Voir l’article d’Antonio Perrone dans le présent numéro. Voir aussi Jean-Luc Nardone, « La poésie italienne du début du xviie siècle, à l’aune du pétrarquisme : nouvelles valences d’une notion “marginale” », in Dix-septième siècle, n° 3, 2004, p. 399-411.

81 Jean Balsamo, « Le pétrarquisme en France au xvie siècle », in Dictionnaire des lettres françaises. xvie siècle, Michel Simonin (dir.), op. cit., p. 931-939.

82 Ibid.

83 Jean Balsamo, « Pétrarque : un livre, un modèle, un mythe », art. cit.

84 Voir la synthèse de Jean-Luc Nardone, Pétrarque et la poésie européenne, op. cit.

85 Pour l’influence du pétrarquisme napolitain sur la poésie du siècle d’or, voir Tobia R. Toscano, « I petrarchisti napoletani e il Siglo de oro », in Il Petrarchismo. Un modello di poesia per l’Europa, Loredana Chines, Floriana Calitti et Roberto Gigliucci (dir.), op. cit., vol. 2, p. 217-238.

86 Pour l’histoire du pétrarquisme portugais, voir l’article de Roland Béhar dans le présent numéro.

87 Rita Manorto, « Petrarca em redondilha », in Dynamique d’une expansion culturelle, Pierre Blanc (dir.), op. cit., p. 275-289.

88 Voir l’article de Rémi Vuillemin dans le présent numéro. Voir aussi l’essai de Gordon Braden, Petrarchan Love and the Continental Renaissance, New Haven/Londres, Yale University Press, 1999, l’introduction d’Anthony Mortimer dans Petrarch’s Canzoniere in the English Renaissance, Amsterdam/New York, Rodopi, 2005, et le volume collectif de Martin McLaughlin et Letizia Panizza (dir.), avec Peter Hainsworth, Petrarch in Britain: Interpreters, Imitators and Translators over 700 years, Oxford, Oxford University Press, 2007.

89 Gherart Hoffmeister, Petrarkistische lyrik, Stuttgart, J. B. Metzlersche Verlagsbuchhandlung, 1973.

90 Martin Opitz, Le Livre de la poésie allemande, Élisabeth Rothmund (éd.), Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 2009.

91 L’histoire du premier pétrarquisme est bien connue : voir, outre les références déjà mentionnées, les articles de Jean Balsamo, « Marot et les origines du pétrarquisme français », in Clément Marot, « prince des poètes français », Gérard Defaux (dir.), Paris, Honoré Champion, 1997, p. 326-337, « Le Pétrarquisme des Amours de Ronsard », in Revue d’Histoire littéraire de la France, n° 2, 1998, p. 179-193, et « François Ier, Clément Marot et les origines du pétrarquisme français (1533-1539) », in Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, Jean Balsamo (dir.), op. cit., p. 35-51. Voir aussi Cécile Alduy, Politique des « Amours ». Poétique et genèse d’un genre français nouveau (1544-1560), Genève, Librairie Droz, 2007 ; Daniel Maira, Typosine, la dixième muse : formes éditoriales des canzonieri français, 1544-1560, Genève, Librairie Droz, 2007.

92 L’expression est de Jean Balsamo, « François Ier, Clément Marot et les origines du pétrarquisme français… », art. cit, p. 35-51.

93 À ce sujet, voir les travaux de Cécile Alduy, en particulier son article « Scève et Pétrarque : “de mort à vie” », in Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, Jean Balsamo (dir.), op. cit., p. 169 : « la réécriture de Pétrarque accompagne la politique de François Ier d’importation et de transplantation de la culture italienne et d’affirmation de la langue française, mais aussi le mouvement de sécularisation des savoirs et d’émergence de la notion d’auteur » ; voir aussi Daniel Maira, Typosine, la dixième muse : formes éditoriales des canzonieri français, op. cit.

94 Ève Duperray, L’Or des mots…, op. cit., p. 75. Voir aussi Jean Balsamo, « Société et culture de cour au xvie siècle », in Histoire de la France littéraire, Frank Lestringant et Michel Zink (dir.), op. cit., p. 646-666 : « Les Valois renouvelèrent aussi la tradition courtoise et chevaleresque héritée de la cour de Bourgogne, si bien qu’ils se montrèrent réceptifs à l’éthique médiévale chantée par la poésie pétrarquiste. »

95 Jacques Peletier, « Douze sonnets de Pétrarque », in Œuvres poétiques, Paris, Imprimerie de Michel de Vascosan pour Luy & Gilles Corrozet, 1547.

96 Voir Jean Balsamo, Les Rencontres des Muses. Italianisme et anti-italianisme dans les Lettres françaises à la fin du xvie siècle, Genève, Slatkine, 1992, p. 222.

97 Voir l’article de Frédéric Tinguely dans le présent volume.

98 Voir aussi l’article de Thomas Hunkeler dans le présent volume.

99 Voir à ce propos les travaux de Cécile Alduy, Thomas Hunkeler, Élise Rajchenbach et plus récemment de Michèle Clément et de Michel Jourde sur le pétrarquisme lyonnais. Quelques titres : Thomas Hunkeler, Le Vif du sens. Corps et poésie selon Maurice Scève, Genève, Librairie Droz, 2003 ; dans Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, Jean Balsamo (dir.), op. cit., Cécile Alduy, « Scève et Pétrarque : “de mort à vie” », p. 157-170 et François Rigolot, « Échos pétrarquiens dans la poésie de Louise Labé : la nouvelle Laure lyonnaise et le paradigme poétique du Giovenile errore », p. 185-200 ; Élise Rajchenbach, « Mais devant tous est le Lyon marchant. » Construction littéraire d’un milieu éditorial et livres de poésie française à Lyon (1536-1551), Genève, Librairie Droz, 2016.

100 Voir Jean Balsamo, « Pétrarque : un livre, un modèle, un mythe », art. cit., p. 13-32. Voir aussi du même auteur, « Quelques remarques sur les collections d’éditions anciennes de Pétrarque », art. cit., p. 87-97. Pour les éditions françaises du Canzoniere et de ses commentaires italiens, voir Nicole Bingen, Le Maître italien (1510-1660), op. cit., et son article déjà cité, « Les éditions lyonnaises de Pétrarque dues à Jean de Tournes et à Guillaume Rouillé ».

101 Jean Balsamo, « Pétrarque : un livre, un modèle, un mythe », art. cit., p. 29-30.

102 Voir id., « Philippe de Maldeghem ou Pétrarque en Flandre (1600) », in Les Poètes de la Renaissance et Pétrarque, Jean Balsamo (dir.), op. cit., p. 491-505.

103 Id., « Les poètes français et les Anthologies lyriques italiennes », art. cit., p. 9-32. Selon Jean Balsamo, les anthologies avaient une autre vertu : elles permettaient aux poètes « de se prémunir contre l’accusation de plagiat attachée à l’imitation trop stricte du texte pétrarquien » ; elles permettaient aussi « de garantir par une imitation détournée » de textes, que les lecteurs français ne pouvaient pas connaître, « la nouveauté apparente de ses propres compositions qui bénéficiaient du prestige du modèle pétrarquien sans être soumises à l’hypothèque de son imitation. » (« Le pétrarquisme en France au xvie siècle », art. cit., p. 931-939.)

104 Olivier Millet, « Du Bellay et Pétrarque, autour de L’Olive », in Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, Jean Balsamo (dir.), op. cit., p. 253-266.

105 Jean Balsamo, Les Rencontres des muses…, op. cit., p. 235.

106 Id., « Le “pétrarquisme” des Amours de Ronsard », art. cit., p. 179-193.

107 Saint-Gelais, « A une malcontente » ; Ronsard, Continuation des Amours, « Élégie à son livre » ; Du Bellay, Divers jeux rustiques, « Contres les Pétrarquistes » ; Jodelle, Contr’Amours ; d’Aubigné, Le Printemps, en particulier la préface et l’ode XIV.

108 Jean Balsamo, « Le pétrarquisme en France au xvie siècle », art. cit., p. 931-939.

109 Voir Marcel Raymond, L’Influence de Ronsard sur la poésie française (1550-1585), Genève, Librairie Droz, 1965, chap. XVI, p. 4.

110 Jean Vignes dans La Poésie française du Moyen Âge au xxe siècle, Michel Jarrety (dir.), Paris, PUF, 2007, p. 142.

111 Paris, Nicolas Chesneau, 1572. Pour le choix du terme, voir Claude-Gilbert Dubois, La Poésie du xvie siècle, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, « Parcours universitaire », 1999, p. 166, et à sa suite, Véronique Ferrer, L’amoureuse rage. Agrippa d’Aubigné poète profane, Genève, Librairie Droz, 2022, p. 107. Sur la fortune de cette poésie, voir Gabriella Scarlatta, The disperata from medieval Italy to Renaissance France, Michigan, Medieval Institute Publications, 2017.

112 Robert Mélançon, « Le pétrarquisme pieux : la conversion de la poésie amoureuse chez Jean de La Ceppède », in Renaissance and reformation, février 1987, n° 11/1, p. 135-147.

113 Josiane Rieu, « Le langage pétrarquiste de la poésie religieuse », in Les Langages de la foi aux xvie et xviie siècles en Europe, Véronique Ferrer et Barbara Marczuk (dir.), Cracovie, Presses universitaires de Cracovie, « Studia Litteraria », n° 7, 2012, p. 69-84.

114 Alain Génetiot, « La poésie », in Histoire de la France littéraire. Classicismes (xviie-xviiie siècles), Jean-Charles Darmon et Michel Delon (dir.), Paris, PUF, 2006, p. 609-612.

115 Ibid.

116 Michael Bernsen, « Der Petrarkismus, eine lingua franca der europäischen Zivilisation », in Der Petrarkismus, ein europäischer Grundüngsmythos, Michael Bernsen et Bernhard Huss (dir.), Göttingen/Bonn, V&R Unipress, 2011, p. 15-30.

117 Daniel Fliege, L’Évangélisme poétique…, op. cit., p. 187.

118 J’ai bien conscience qu’il manque des synthèses sur les pétrarquismes germaniques, scandinaves, slaves et sur le pétrarquisme amoureux néo-latin. C’est un regret.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Ferrer, « Pétrarquisme(s) ? enquête sur une catégorie littéraire européenne »Littérales, 50 | 2023, 5-43.

Référence électronique

Véronique Ferrer, « Pétrarquisme(s) ? enquête sur une catégorie littéraire européenne »Littérales [En ligne], 50 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/litterales/282 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11z27

Haut de page

Auteur

Véronique Ferrer

Université Paris Nanterre
CSLF-Renaissances

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search