Navigation – Plan du site

AccueilNuméros50Le cas français« J’exerce en moy ces deux utérin...

Le cas français

« J’exerce en moy ces deux utérins frères ». Antéros chez les pétrarquistes français au xvie siècle

Gautier Amiel
p. 231-251

Résumés

À l’imitation de leur modèle italien, les pétrarquistes français chantent les amours douloureuses et désespérées que leur inspire Cupidon ou Éros. Toutefois, on peut également compter sur la présence, discrète mais sensible, d’Antéros pour offrir aux amoureux une voie sentimentale et poétique différente. Petit frère d’Éros, cette divinité ambivalente, qui incarne un idéal de réciprocité amoureuse et punit les mauvais amants, donne naissance au xvie siècle à une nouvelle veine amoureuse qui se tresse à l’écriture pétrarquiste. L’article, à travers une sélection de textes, s’intéresse à la manière dont la poésie guidée par Antéros rencontre la production pétrarquiste. L’antérotisme, pensé comme une érotique et une poétique, apparaît alors comme une manière de jouer avec ou de critiquer les codes de la poésie pétrarquiste et ainsi de remotiver le discours amoureux renaissant.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le texte d’Alciat marque le début de la veine poétique antérotique en France. Il s’agit de la premi (...)
  • 2 Nous entendons ici le terme dans son acception générique tel que le définit Cécile Alduy dans son o (...)

1Lors de la publication de ses Emblèmes en 1531, André Alciat popularise une nouvelle figure du panthéon mythologique amoureux : Antéros1. Redécouvert à la faveur de l’intérêt des humanistes pour la littérature antique, le dieu, souvent présenté comme le frère d’Éros, trouve un écho particulier en France dans la littérature amoureuse du xvie siècle. Sa place, restreinte, au cœur de la production pétrarquiste est malgré tout remarquable au titre des inflexions, évolutions et modifications qu’elle fait subir à l’inspiration et à l’écriture des pétrarquistes français. À travers des poèmes extraits d’Amours2 renaissants, nous proposons de rendre compte de la présence et de l’action d’Antéros sur la production de ces poètes. Cette sélection précise de textes nous permettra de mettre en lumière la veine littéraire de l’antérotisme renaissant qui travaille la production amoureuse de l’époque.

  • 3 Nous pourrions ajouter à cette liste le De natura deorum de Cicéron, abondement cité par les humani (...)
  • 4 Nous résumons rapidement l’argument de Thémistios. Pour consulter le texte en entier, nous renvoyon (...)
  • 5 C’est dans ce sens que Xénophon (Le Banquet, VIII, 3) et Platon (Phèdre, 255a-e) utilisent respecti (...)
  • 6 Pausanias, Description de la Grèce, Paris, Les Belles Lettres, 1992, t. I, p. 97 [trad. Jean Pouill (...)
  • 7 Ibid., 2002, t. VI, p. 73-74.

2Figure essentiellement ambivalente, Antéros est le dieu de l’amour réciproque ainsi qu’une divinité vengeresse qui s’occupe de châtier les mauvais amoureux au nom de l’idéal harmonieux qu’il incarne et promeut. Ce double portrait se construit, à l’époque antique et tardo-antique, dans différents textes, parmi lesquels la Description de la Grèce de Pausanias et les Oraisons de Thémistios sont les plus importants3. Chez Thémistios, Vénus, inquiète de ne pas voir grandir Éros, se rend auprès de Thémis pour connaître la cause du mal de son fils. L’oracle lui répond que l’amour ne peut croître sans réciprocité. La déesse de l’amour conçoit alors Antéros pour assurer cette fonction4, laquelle s’imprime dans son nom : en grec, le préfixe « ant- » signifie, entre autres, la réciprocité5. Chez Pausanias, Antéros est mentionné à deux reprises. Au premier livre (chap. 30) de la Description de la Grèce l’auteur raconte qu’un jeune étranger, Timagoras, tombe amoureux de Mélès, un citoyen athénien. Ce dernier, plein de mépris pour les sentiments sincères de son prétendant, l’invite à se jeter du haut de la citadelle afin de lui prouver son amour. Timagoras s’exécute, et Mélès, constatant le suicide de son prétendant, se jette lui aussi dans le vide et se tue. Le texte grec reste laconique quant aux ultimes motivations et sentiments de Mélès, mais Pausanias précise que les étrangers d’Athènes construisirent en mémoire de cet événement un autel dédié à Antéros, reconnu comme le démon vengeur de Timagoras6. Plus loin, au livre VI (chap. 23), l’auteur décrit l’autel d’un gymnase de la ville d’Élis. Sur un bas-relief de celui-ci sont représentés deux Amours se disputant une palme. L’auteur affirme qu’il s’agit d’une image d’Éros et Antéros, représentés dans le rapport non plus complémentaire mais conflictuel qu’ils peuvent entretenir7.

  • 8 Mario Equicola, Il Libro de Nature d’Amore, Venise, Lorenzo Lorio, 1525.
  • 9 Agostino Nifo, De pulchro et amore, Rome, Antonius Bladus, 1531.
  • 10 Léon l’Hébreu, Dialogi d’Amore di maestro Leone medico hebreo, Rome, Antonio Blado, 1535.
  • 11 Notons qu’Antéros est absent d’un des plus importants et influents traités de l’époque, Le Commenta (...)
  • 12 Caelius Calcagninius, « Anteros sive de mutuo amore », in Opera Aliquot, Bâle, Frobenius, 1544, p.  (...)

3Ces textes, et quelques autres, grecs comme latins, qui mentionnent nommément Antéros ou le cachent sous différents avatars, sont connus, traduits et adaptés à la Renaissance. Plus largement, la figure d’Antéros et les textes dans lequel on l’identifie font l’objet de commentaires de la part des humanistes – d’abord italiens, puis français – dans des ouvrages savants. C’est le cas des traités anti-érotiques qui se placent sous le patronage de la divinité, comme l’Anteros, sive de amoris generibus (1492) de Pietro Cavretto ou encore de l’Anteros sive contra amorem de Battista Fregoso (1496). La figure divine qui donne leur titre à ces ouvrages, n’est pourtant envisagée que d’assez loin par les auteurs. Il faut se tourner vers les traités philosophiques sur l’amour de Mario Equicola8, d’Agostino Nifo9 ou encore de Léon l’Hébreu10 pour trouver la mention d’Antéros et voir le dieu devenir une figure importante pour la réflexion amoureuse11. En parallèle de cette tradition théorique et philosophique, les mythographes italiens s’intéressent également à Antéros dans leurs ouvrages. C’est d’ailleurs par cette littérature savante qu’est transmise la figure du dieu amoureux au travers des textes antiques qui le mentionnent, et ce parfois au prix de débats interprétatifs animés. Le chapitre que Celio Calcagnini consacre à Antéros dans ses Œuvres, « Anteros sive de mutuo amore12 », en est un exemple. L’humaniste reprend les diverses lectures de certains de ses prédécesseurs concernant Antéros pour vertement les corriger et ainsi redonner au dieu sa bivalence originelle.

  • 13 Voir Olga Pugliese, « La nouvelle conception de l’amour », in L’Époque de la Renaissance 1400-1600. (...)

4Ce trop rapide panorama permet néanmoins de saisir l’importance qu’acquiert la divinité amoureuse dans l’esprit des humanistes. Plus qu’une occasion de briller par leur érudition, les auteurs intègrent la divinité à leur démarche philosophique, épistémologique et herméneutique comme un élément remarquable. À ce titre, Antéros rend compte d’une des formes du sentiment amoureux, de son expression et de la vision du couple qu’il met en lumière dans une Renaissance européenne qui s’intéresse de plus en plus à la chose amoureuse13.

  • 14 André Gendre, « Vade-mecum sur le pétrarquisme français », in Versant, n° 7, 1985, p. 52-59.
  • 15 À la suite de Jean-Luc Nardone, nous utilisons l’adjectif pétrarquien pour renvoyer à ce que l’on o (...)
  • 16 À titre d’exemple, l’introduction de Michèle Clément et Michel Jourde à leur édition des Œuvres de (...)
  • 17 André Gendre, « Vade-mecum sur le pétrarquisme français », art. cit., p. 60.
  • 18 L’image du pétrarquisme comme répertoire est largement utilisée par Ève Duperray, dans son ouvrage (...)
  • 19 Dans cette veine, Jean-Luc Nardone affirme qu’il n’existe que « des pétrarquismes » (Jean-Luc Nardo (...)

5Comme nous l’avons affirmé plus haut, Antéros ne reste pas confiné à la philosophie ou aux corpus savants. Bien au contraire, la figure pénètre les recueils pétrarquistes qui fleurissent dans les années 1540-1550. Cette interaction avec l’imitation du modèle italien n’est pas sans conséquence sur la forme et le propos des canzonieri français. Nous verrons qu’Antéros oblige les poètes à négocier avec les éléments fondamentaux du code pétrarquiste qui repose, comme l’a bien montré André Gendre, sur deux dimensions principales : le « quoi », c’est-à-dire les thèmes et topiques, et les traits rhétoriques saillants des poèmes qui composent le Canzoniere14. Ainsi, en s’ajoutant à la liste d’éléments que l’on juge exemplaires et caractéristiques de l’écriture pétrarquienne15 depuis le xvie siècle, Antéros oblige le style pétrarquiste à gagner en souplesse16. Rappelons toutefois, toujours avec André Gendre, que le style pétrarquiste n’existe pas en soi17, mais qu’il se présente comme un répertoire18 que chaque auteur utilise et reconfigure à sa manière19. Marie-Madeleine Fontaine, qui privilégie une approche historiquement circonscrite, réduit le pétrarquisme à :

  • 20 Marie-Madeleine Fontaine, « Débats à la cour de France autour du Canzoniere et de ses imitateurs da (...)

[…] une œuvre qui dépeint un amant malheureux, en proie aux contradictions internes provoquées par un amour qui espère tout en sachant qu’il ne peut et ne doit jamais être satisfait, parce que la dame est inaccessible en raison de son rang, de ses vertus et de sa beauté20.

6Cette définition minimale, trop restreinte pour embrasser l’ensemble de la production pétrarquiste du siècle, rend néanmoins immédiatement sensible la friction qu’Antéros, lorsqu’il préside à la réalisation heureuse de l’union réciproque ou au châtiment amoureux, entretient avec le noyau dur du pétrarquisme. Antéros apparaît, comme une force perturbatrice qui exploite le rapport plastique que les auteurs entretiennent avec leur modèle. Il profite de la distance que les poètes prennent avec le canon pétrarquien pour, dans le cadre de l’imitation, amener les poètes-amants à « hybrider », faire évoluer, voire à réinventer l’écriture, au moins partiellement, du Canzoniere en France.

De la présence d’Antéros à l’évolution du canevas amoureux pétrarquiste

  • 21 Pontus de Tyard, Œuvres complètes, Eva Kushner, Sylviane Bokdam, Gisèle Mathieu-Castellani, Janet R (...)
  • 22 Philibert Bugnyon, Érostame de Phidie et Gélasine [1557], Genève, Librairie Droz, 1998, p. 57 (s. L (...)
  • 23 Pour une liste exhaustive des mentions et apparitions d’Antéros dans le corpus amoureux français du (...)
  • 24 Jean-Antoine de Baïf, Œuvres complètes, Jean Vignes (éd.), Paris, Honoré Champion, 2010, t. II (vol (...)
  • 25 Voir l’adaptation du mythe de la naissance du dieu raconté par Thémistios dans le texte d’Antoine H (...)

7Rares sont, en réalité, les mentions du nom grec d’Antéros dans la poésie pétrarquiste française. On le trouve chez Pontus de Tyard21 et Philibert Bugnyon22, mais ce choix n’est pas la norme23. Même lorsque Baïf adapte le récit de Thémistios sur la naissance d’Antéros dans le poème qui ouvre l’édition de 1572 de ses Amours, le dieu n’est pas nommé24. Quand ils ne se contentent pas de (re)nommer la divinité Amour ou, avec plus d’ambiguïté, Cupidon ou Éros, les poètes préfèrent utiliser des périphrases pour l’identifier. Ces choix ne sont cependant pas le témoin d’une moindre importance de la divinité sur l’écriture poétique amoureuse. Excédant les limites de la poésie amoureuse pétrarquiste25, Antéros acquiert une puissance certaine au cœur des imitations de l’œuvre du Toscan et transforme ainsi le cadre et le canevas de l’histoire amoureuse fournis par le modèle italien. C’est le cas dans deux dizains successifs de la Délie, où Scève fait référence à Éros et Antéros :

  • 26 Maurice Scève, Délie, Object de plus haulte vertu [1544], François Joukovsky (éd.), Paris, Classiqu (...)

Amour ardent, & Cupido bandé,
Enfantz jumeaulx de toy, mere Cypris,
Ont dessus moy leur povoir desbandé,
De l’un vaincu, & de l’aultre surpris.
Par le flambeau de celluy je fus pris
En doulx feu chaste, & plus, que vie, aymable.
Mais de cestuy la poincte inexorable
M’incite, & poinct au tourment, ou je suis
Par un desir sans fin insatiable
Tout aveuglé au bien, que je poursuis.

De tous travaulx on attend quelque fin,
Et de tous maulx aulcun allegement :
Mais mon destin pour mon abregement
Me cherche un bien, trop esloingné confin
De mon espoir, & tout cecy affin
De m’endurcir en longue impatience.
Bien que j’acquiere en souffrant la science
De parvenir a choses plus prosperes,
Si n’est ce pas (pourtant) qu’en patience
J’exerce en moy ces deux uterins freres26.

  • 27 Le lien gémellaire d’Éros et Antéros n’apparaît nulle part dans les sources antiques qui mentionnen (...)
  • 28 Le motif sera repris et illustré dans plusieurs ouvrages et fera l’objet d’une gravure dans l’éditi (...)

8Alors que les poèmes mentionnés au début de cette partie mettaient seulement en avant l’idéal de réciprocité porté par Antéros, Scève fait un autre choix. Le premier canzoniere français met en scène, dans le cœur de l’amant, le conflit fraternel27 qui anime les deux dieux de l’amour (sans doute hérité de l’iconographie du gymnase d’Élis dont parle Pausanias28). Le dizain CCXVII déplace l’enjeu d’un amant déchiré entre son amour et l’impossibilité de sa réalisation vers un autre tiraillement qui ne semble pas connaître de fin. Le dissidio pétrarquien se déporte vers l’opposition intestine (d. CCXVIII) qui interroge le type d’amour auquel l’amant scévien finit par se soumettre avec (im)patience. La voie rectiligne de l’amour pétrarquien, impossible par essence, connaît une crise et fait l’objet d’un développement substantiel qui donne une profondeur nouvelle à l’aventure amoureuse ainsi transposée.

  • 29 Pierre de Ronsard, Premier livre des Amours, in Œuvres complètes, Jean Céard, Daniel Ménager et Mic (...)

9Ronsard poursuit dans une veine semblable et, alors que les premières strophes du sonnet CXVIII des Amours de Cassandre développent les motifs traditionnels de l’innamoramento pétrarquiste organisés en séries d’antithèses et d’oxymores, la volte du sonnet réoriente le poème. Après que le poète a dit vivre heureusement sa vassalité « joyeuse et douloureuse » (v. 10) d’amoureux, il ajoute : « Mais ce pendant vostre beauté ne pense / Que l’amitié d’amitié se recompense, / Et qu’un amour sans frere ne croist point29 ». L’usage de l’adversatif redoublé par l’adverbe « cependant » souligne l’opposition sur laquelle se construit le dernier moment du poème – opposition autorisée par la référence au frère de l’Amour, Antéros. Ronsard avertit sa dame et son lectorat qu’il ne jouera pas le rôle de l’amant pétrarquiste sans espérer pouvoir connaître, in fine, les plaisirs de la réciprocité amoureuse.

  • 30 Étienne Jodelle, Les Amours. Contr’Amours, Contre la Riere-Venus, Emmanuel Buron (éd.), Saint-Étien (...)
  • 31 Amadys Jamyn, « Élégie », in Les Œuvres poétiques, Livres II, III et IV, Samuel M. Carrington (éd.) (...)
  • 32 Marie-Bénédicte Le Hir, « Parle mon cœur qui dans vous se remue », Charles de Sainte-Marthe (1512-1 (...)

10Cette dissonance, revendiquée, avec le modèle italien s’observe chez d’autres poètes français. On la trouve chez Étienne Jodelle qui, comme Scève, met en scène l’adversité de deux amours dans un poème qui évolue vers une vision morale de l’amour antérotique tourné vers le mariage30, ou encore chez Amadys Jamyn qui reprend, comme Ronsard, le motif des Amours frères et de la nécessaire réciprocité pour la survie du sentiment amoureux31. Cette présence d’un idéal antérotique de réciprocité amoureuse n’est toutefois pas toujours envisagée comme un point de fuite, un objectif ou le symptôme des tiraillements de l’amant. Ainsi, Charles de Sainte-Marthe actualise la réciprocité amoureuse dans une syntaxe qui s’inspire en même temps qu’elle s’éloigne de celle du Toscan. Marie-Bénédicte Le Hir souligne cette pratique et relève que lorsque le poète s’attache, contre la doxa pétrarquiste, à chanter l’amour réciproque, il multiplie les procédés syntaxiques qui disent l’union dans l’amour : l’usage de certaines conjonctions de coordination ou du possessif « leur » soulignant la communauté de possession disent l’entente amoureuse, de même que l’usage du pronom personnel « nous » et de ses dérivés, rarement présent de la rhétorique pétrarquiste32. Olivier de Magny, lui, ne joue pas ainsi des potentialités syntaxiques à sa disposition mais reprend plusieurs motifs typiquement pétrarquistes qui constituent, pour l’occasion, la toile de fond d’une scène d’accord amoureux naissant :

  • 33 Olivier de Magny, Amours, Œuvres poétiques, François Rouget, Daniel Ménager et Françoise Charpentie (...)

Ma dame un jour daigna tant s’abaisser
Parlant à moy de doucement me dire,
Je ne te veux Amy rien escondire
Qui soit en moy, je te pry le penser.
Et pour encore du tout récompenser
Mon triste cueur de l’enduré martire,
Sa blanche main hors du gand elle tire
Et me la tend pour la mener danser.
Heureux Amour, heureuse encore sa force
Qui sans marteau, sans fer, sans amorce
A despecé ce cueur de marbre blanc,
Heureux aussi les soupirs, et les larmes
Que j’ay gettez, puis qu’elle rend les armes,
Attainte au vif d’une sagette au flanc33.

  • 34 Les éditeurs du texte soulignent que la main est l’objet du sonnet 199 du Canzoniere. Sur le motif (...)

11Le « triste cueur », le « martire », « les soupirs » et « les larmes » sont autant de signes de l’affliction pétrarquiste de l’amant face à une dame qui lui est supérieure et inaccessible. Toutefois, l’usage du verbe « s’abaisser » induit que la dame vienne se placer à la même hauteur que l’amant. L’asymétrie des deux partis est soulignée pour être écartée dès le premier vers et l’égalité, toute antérotique, qui en découle donne naissance à un accord des amants qui se dit dans la danse, par le contact physique (et érotique) de la main34 dénudée et par les paroles de la dame.

  • 35 Nicolas Renaud, « Heureux l’amant qui d’elle est amoureux », in Les Chastes Amours. Ensemble les Ch (...)
  • 36 À propos de la vision de l’amour que propose le poète dans ses Larmes Funèbres, Pierre Martin écrit (...)

12Les modalités pour dire la réciprocité amoureuse sont variées et, de la même manière qu’il n’y a de pétrarquismes que singuliers, l’infléchissement antérotique des Amours se fera de manière toujours originale. Certains chanteront l’amour pétrarquiste et antérotique sur un mode impersonnel, comme Nicolas Renaud35, quand d’autres investissent cette union amoureuse d’une forte charge sentimentale, à l’instar de la poésie amoureuse et funèbre de Christofle du Pré36. C’est d’ailleurs le plus souvent dans cette direction d’une poésie plus intime que l’antérotisme mène les poètes comme c’est le cas des Vers françois d’Étienne de la Boétie :

  • 37 Étienne de La Boétie, Vers François, Paris, Frederic Morel, 1571, f° 19r°.

Ce jourd’huy du soleil la chaleur altéree
A jauny le long poil de la belle Ceres,
Ores il se retire, & nous gaignons le frais
Ma Marguerite & moy de la douce seree.
Nous traçons dans les bois quelque voye esgaree,
Amour marche devant, & nous marchons apres :
Si le vert ne nous plaist de espesses forest,
Nous descendons pour voir la couleur de la pree.
Nous vivons francs d’esmoy, & n’avons point soucy
Des Roys, ny de la Cour, ne des villes aussi.
O Medoc mon pais solitaire & sauvage,
Il n’est point de pais plus plaisant à mes yeux :
Tu es au bout du monde, & je t’en aime mieux,
Nous sçavons apres tous les malheurs de notre aage37.

  • 38 Concetta Cavallini, « La Boétie et Pétrarque », in Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarq (...)

13L’usage du pronom « nous » cohabite avec le motif de la nature, cher à Pétrarque, qui devient le lieu et le témoin d’un compagnonnage amoureux confirmé dans le reste du recueil. Concetta Cavallini note par ailleurs que, si La Boétie sélectionne avec attention des éléments caractéristiques de la poétique du Canzoniere, les inflexions personnelles de ses vers permettent l’expression d’une harmonie amoureuse que l’on n’observe pas entre Laure et Pétrarque38.

  • 39 À la différence de Ficin qui le proscrit, Agostino Nifo et Léon l’Hébreu réhabilitent l’amour physi (...)
  • 40 Ce motif est parfois difficile à analyser. Dans les XIII sonnetz de l’honneste Amour, Du Bellay men (...)
  • 41 Nous pensons ici aux Sonnets de Sincero à Charite et à la Chanson de Charite à Sincero. Voir Madele (...)
  • 42 Madeleine Lazard, Images littéraires de la femme à la Renaissance, Paris, PUF, 1985, p. 52. Ces deu (...)
  • 43 François Rigolot, « Échos pétrarquiens dans la poésie de Louise Labé : la nouvelle Laure lyonnaise (...)
  • 44 Jean Vignes, « La voix de l’autre ou la parole du sexe opposé chez quelques pétrarquistes français  (...)
  • 45 Ibid., p. 75.
  • 46 Ibid., p. 88.
  • 47 Ibid., p. 86. Nous renvoyons à l’article pour la lecture d’exemples précis. Toutes les paroles rapp (...)

14L’antérotisme des imitateurs français de Pétrarque consiste donc en une modification, ou plutôt une réorientation des topiques pétrarquistes en direction d’une peinture d’un amour heureux et partagé. Dans cette perspective nous pourrions également mentionner les motifs du contact physique39 ou du don et du contre-don40 qui rendent explicite l’amour mutuel dans les poèmes. Toutefois, l’évolution la plus manifeste du pétrarquisme touche à la place des voix des femmes aimées dans les recueils – voix féminines qui concernent deux types de productions : la poésie pétrarquiste de femmes et la poésie pétrarquiste d’hommes. La première, quantitativement moins importante, laisse souvent entendre la voix d’un sujet amoureux qui partage son genre avec celui de l’autrice, en accord avec le jeu autobiographique pétrarquiste. Reste que celle qui est traditionnellement l’aimée, en prenant la plume et la parole, renverse la configuration genrée de la poétique du Canzoniere en plus d’accorder une place certaine à la réciprocité amoureuse. C’est par exemple le cas, en Italie, de Vittoria Colonna, et en France, chacune à leur manière, de Louise Labé, Pernette du Guillet ou encore Catherine des Roches. Si cette dernière thématise la réciprocité amoureuse par la mise en scène du dialogue entre la dame et son amant41, l’antérotisme de ses consœurs reste, comme chez leurs équivalents masculins, à interroger, à décrypter et parfois à nuancer. En effet, le dialogue mis en scène dans les œuvres de Pernette du Guillet et Maurice Scève laisse entendre une forme de réciprocité sentimentale qui relève, comme le souligne Madeleine Lazard, bien plus de l’amor mutuus ficinien que de l’action d’Antéros42. Chez Louise Labé, malgré l’abandon de l’éthos de la belle dame sans merci au début du sonnet XX des Euvres, l’amour dont l’amant est payé de retour n’est qu’éphémère et bien amer pour celle qui, se vouant « à la loi de “ferme amour”43 », finie abandonnée par son soupirant. À l’inverse, le sonnet XIII met en scène un amour réciproque sans fin malheureuse. Après avoir rapporté les différentes lectures qu’a pu en faire la critique, Jean Vignes relève l’importance du trouble que le poème propose, « l’ambiguïté syntaxique du quatrain tradui[sant] parfaitement cette réciprocité qui aboutit à une forme d’indifférenciation des discours44 ». Ainsi, alors que Laure est presque muette dans le Canzoniere et que ses « paroles rapportées ne sauraient être réellement entendues par l’amant [–] il s’agit plutôt d’un monologue intérieur prêté à Laure45 », les femmes, autrices ou amantes, en faisant entendre leur voix, transforment le pétrarquisme. Cette prise de parole, comme dans le sonnet XIII de Louise Labé, se fait par le truchement d’un même langage, comme le disait Jean Vignes, d’une même rhétorique46 et, le plus souvent, d’une manière que l’on pourrait dire plus réaliste que celle de Pétrarque, quand bien même elle participe d’un dialogisme imaginé. Cet échange des voix permet, parfois, de mettre en scène la réciprocité amoureuse47 et participe, selon nous, pleinement de la veine antérotique française qui travaille le pétrarquisme de l’époque.

15Ce premier temps d’analyse nous pousse à questionner l’étiquette même de pétrarquisme pour nombre de poèmes si, comme le suggère André Gendre, le style pétrarquiste est un savant équilibre entre les thèmes abordés et la rhétorique utilisée. Dans les cas que nous venons de voir – la place de la voix du personnel féminin en est l’archétype –, alors que la rhétorique du modèle italien est majoritairement respectée, les thèmes qu’il livre à la postérité sont retravaillés par l’idéal antérotique mis en scène dans les poèmes. Cette prise de distance s’accentue notamment lorsqu’il s’agit, pour certain·e·s pétrarquistes, de faire de l’amour réciproque une nécessité qui entraine le discours poétique vers une appréciation différenciée du bon et du mauvais amour.

Antérotisme critique et désaveu des amants : du jugement de l’amour aux limites de l’antérotisme

  • 48 André Alciat, Emblemata, Les Emblèmes, [Lyon, Macé Bonhomme, 1551], Paris, Les Belles Lettres, 2016 (...)
  • 49 Les deux recueils, marqués par une vision spirituelle et chrétienne de l’amour, oscillent entre amo (...)
  • 50 Cette liste non exhaustive peut-être complétée par le travail bibliographique de Cécile Alduy (Poli (...)

16Influencés par la portée morale des traités amoureux contemporains et par la transformation en Amor virtutis (amour de vertu) qu’Alciat fait subir à Antéros48, les pétrarquistes français sont enclins à juger l’amour. Le chant érotique devient le lieu d’une analyse qui catégorise et cherche à séparer le bon du mauvais amour selon qu’il suscite chez l’amant·e) bien-être ou désespoir. Cette tendance s’observe au seuil des receils, dans le choix même des titres que font certains poètes, comme c’est le cas pour les XIII sonnetz de l’honneste Amour de Du Bellay, La Difinition du vray amour par dixains de Marguerite de Navarre49, Les Chastes amours de Nicolas Renaud, Les Loyalles et pudicques amours de Scalion de Virbluneau, auxquels on pourrait ajouter la vertueuse Délie de Scève et, au début du xviie siècle, les Sonnets de l’honneste amour d’Anne d’Urfé ou encore L’Amour parfait sous les chastes amours de Polidon et de Darinde de F. Aubusson, Sieur de l’Espinay50.

17Cette appréciation des qualités de l’amour a des conséquences sur le discours poétique lui-même. La possibilité même que le chant amoureux puisse se poursuivre est interrogée, comme l’écrit Nicolas Renaud qui, las des tourments endurés, déconstruit la mythologie de la dame pétrarquiste :

  • 51 Nicolas Renaud, Les Chastes amours…, op. cit., f° 12v°.

En vain je me tormente, & en vain je pousuy
L’Amour d’une Lucrece, ell’est pour moy trop fiere
Il vaut donques bien mieux que je retourne arriere
Plustost que d’ahanner apres ce que je sui :
J’aime & veux estre aimé : voilà pourquoy je fuy
L’Amour qui ne reçoit ny faveur ni priere :
Si madame m’aimoit je suivroy ma carriere,
Et en elle du tout je mettroy mon appuy51.

  • 52 Nicolas Ellain, Les Sonnets de Nicolas Ellain, [Paris], Vincent Sertenas, 1561, f° 12v°.
  • 53 Étienne Jodelle, Les Amours. Contr’Amours…, op. cit., p. 48-49.

18La reddition de l’amant face à sa belle dame sans merci que mettent en scène les quatrains est loin de la rhétorique plaintive du pétrarquisme. Nicolas Renaud demande alors instamment dans les tercets que sa dame (muette) lui dise si elle l’aime ou ne l’aime pas. La voix poétique est ici suspendue à la réponse de la muse aimée dont le poète est prêt à se détourner si, comme il le dit au vers 5, il n’est pas aimé en retour. Dans une démarche semblable, Nicolas Ellain, après avoir décrit les divins attributs de sa dame qui surpasse, en tous points, les plus grandes déesses de la mythologie, reconnaît que ce niveau de perfection ne peut lui permettre d’atteindre satisfaction : « S’ilz t’eussent faict, Madame, un peu moins belle, / Moins sage aussi, moins chaste, & moins cruelle, / J’espereroys d’avoir contentement52 ». Jodelle ira plus loin, faisant de l’absence de réciprocité le ferment d’une haine qui finirait par prendre le pas sur les amoureuses tentatives de l’amant53. Nous lisons dans cet impitoyable jugement la force avec laquelle Antéros prend à rebours la topique pétrarquiste de la frustration amoureuse qui attise la flamme de l’amant.

  • 54 Pierre de Brach, Les Amours d’Aymée, Jasmine Dawkins (éd.), Genève, Librairie Droz, 1971, p. 120 (X (...)
  • 55 Pierre de Ronsard, Le Second Livre des Amours, in Œuvres complètes, op. cit., t. I, p. 168-169 (« É (...)
  • 56 Les « pleureurs ». Il s’agit du surnom donné aux imitateurs de Pétrarque en Italie.
  • 57 Isaac Habert, Amours et Baisers, Nathalie Mahé (éd.), Genève, Librairie Droz, 1999, p. 219.
  • 58 Pour tous ces textes, voir l’édition d’Emmanuel Buron déjà citée.
  • 59 « Jodelle rejette le discours amoureux pétrarquiste, et en explicite les procédés les plus récurren (...)
  • 60 François Cornilliat, « Etienne Jodelle entre “Contramour” et “Traitres vers” », in Antéros. Actes (...)

19La dame n’est toutefois pas la seule instance touchée par la démythification qu’Antéros organise : l’amant pétrarquiste et Pétrarque lui-même en sont aussi les victimes. Pierre de Brach qualifie ainsi de sot l’homme qui, comme lui, a aimé sans être aimé54 – sottise que Ronsard hésite à prêter à Pétrarque dont il dit, avec une certaine légèreté dans son Second livre des Amours, que soit « il jouissait de sa Laurette » soit « il était un grand fat d’aimer sans avoir rien »55. Toutefois, l’attitude critiquable des amants n’est pas toujours à mettre sur le compte de cette sottise. Certains poètes accusent les amants de fausseté et, devenant eux-mêmes de véritables Antéros, ils exhibent l’artifice, moquent les piagnoni56 français et, en un sens, les critiquent pour leur éthos pétrarquiste. Ainsi, Isaac Habert « [s’]estonne beaucoup de tant et tant d’amans, / Qui pleurent nuit et jour, souspirent et lamentent, / Qui se plaignent d’Amour, de luy se mescontentent, / Accusent leurs beautez pour des petits tourmens.57 » L’étonnement ironique cache à peine la critique de la rhétorique pétrarquiste, d’autant plus évidente que le reste du poème relate l’expérience personnelle de bonheur que connaît l’amant aimé avec sa dame. Mais c’est encore une fois Jodelle qui va le plus loin. Sa « Chanson divisée en trois airs et chacun air en six stances », de même que certains poèmes de ses Amours et, a fortiori, de ses Contr’Amours58, constituent les exemples les plus flagrants d’un style pétrarquiste détourné et utilisé pour dénoncer la fausseté des poètes-amants et de leur rhétorique59 en raison de l’idée que l’amour non réciproque inspiré du Toscan n’est pas un vrai amour60.

  • 61 Jean-Yves Vialleton, « Le Pétrarque des antipétrarquistes français des années 1550 », in Cahiers d’ (...)
  • 62 André Alciat, Emblemata…, op. cit., p. 120.

20Ainsi, ces quelques textes offrent l’exemple d’un jugement acerbe à l’encontre du discours amoureux pétrarquiste, par quelques amants qui, comme le Marot du « Temple de Cupido » ou le Du Bellay de « Contre les Pétrarquistes », se détournent des amours impossibles et à sens unique. On use alors du pétrarquisme à contre-emploi actualisant ainsi, comme l’avait relevé Jean-Yves Vialleton, le mode d’emploi que le pétrarquisme lui-même donne pour l’écriture de ses propres pastiches61. Toutefois l’objectif n’est pas de tordre le code ou de s’en moquer à des fins ludiques, mais bien de le déconstruire et de le condamner au nom d’une certaine conception de l’amour et de sa mise en discours. Si l’antérotisme peut être ici un contre-pétrarquisme c’est parce qu’il s’oppose à la vision de l’amour héritée de Pétrarque et qu’il construit cette opposition en usant des mêmes moyens que le modèle qu’il rejette, exactement comme le fait Antéros contre Éros dans les Emblèmes d’Alciat62.

21Si l’approche retenue confine notre enquête à une étude anthologique des textes envisagés, la lecture de certains recueils permet d’apprécier la présence de véritables ensembles de poèmes antérotiques qui se suivent parfois, comme c’est le cas des deux dizains de Scève cités plus haut. À travers les canzonieri français, le lecteur peut recomposer des collections de poèmes antérotiques qui jouent avec le code pétrarquiste, l’infléchissent ou le dénoncent. Par-là, le pétrarquisme français n’est pas monodique, bien au contraire, il gagne en bigarrure, voire en hétérogénéité. Antéros travaille ainsi un style, une poétique et même un propos. Loin de se contenter de rejouer, sur une nouvelle lyre, le chant de l’amour dévotionnel de Pétrarque pour Laure, les poètes français ouvrent leur imitation à d’autres inspirations amoureuses qu’Antéros, se substituant à son frère, communique aux amants.

  • 63 Cette lecture fait fi de perspectives historiques, mais rend sensible la forte antinomie qui existe (...)
  • 64 Pierre de Brach, Les Amours d’Aymée, op. cit., p. 145-146.
  • 65 Notons par ailleurs que les vers 7 à 11 se construisent sur une anaphore négative, rappelant le son (...)
  • 66 Ibid.

22Il serait toutefois faux d’affirmer qu’Antéros prend le pas sur son aîné dans la production française. Nous aimerions, pour finir, rapidement suggérer que celle-ci, à l’image de l’amant scévien, est ponctuellement tiraillée entre deux visions de l’amour qui s’affrontent d’un poème à l’autre, qui se contredisent et se déconstruisent chacune leur tour. En effet, si Antéros s’érige contre le modèle de l’amour pétrarquiste, il arrive parfois que l’amant désavoue par la suite la voie de l’amour heureux. Ce phénomène reste toutefois rare – ce que l’on peut comprendre car il ouvrirait sinon à un geste palinodique sans fin ou chaque contradiction devrait elle-même être contredite dans un poème ultérieur. Malgré cette limite, qui réduit la place de ce type d’antérotisme dans les poèmes, nous pourrions voir dans la « Chanson pour la défense d’Amour » d’Étienne Jodelle une tentative d’opposition aux cris des amants guidés par Antéros63. Plus éloquents encore sont les sonnets LVI et LVII des Amours d’Aymé de Pierre de Brach64. Alors que l’amant avait décidé d’en finir avec la dame qui l’a tenu « si long temps en émoi » (s. LVI, v. 4)65, il revient sur ses mots, se « dédie », et condamne le désintérêt antérotique qu’il vient juste d’énoncer. L’enchaînement est clairement souligné par l’usage du pronom adverbial anaphorique « en » au premier vers du sonnet LVII (« Non, non, je m’en desdi ! je suis tien, ma maistresse66 ») qui renvoie au discours du poème précédent. L’amant, rattrapé par son ethos pétrarquiste, se ressaisit après que la ligne directrice de son discours amoureux a été troublée par un écart antérotique. Ces quelques poèmes illustrent la manière dont les poètes peuvent opposer frontalement quelques forces à un Antéros perturbateur qui n’est donc pas toujours bien accueilli par les émules de Pétrarque.

  • 67 Sofina Dembruk, « La laideur en creux. Éléments antipétrarquistes dans les premières poésies de Du (...)

23C’est d’ailleurs cette interprétation d’Antéros comme une force perturbatrice que Sofina Dembruk applique au mystérieux poème de Du Bellay, L’Antérotique de la vieille, & de la jeune amye. Le titre, la construction en diptyque du poème comme sa fin qui chante la capacité d’amour à réchauffer même le corps glacé et dégoûtant de la vieille femme résistent à une compréhension univoque. En rappelant les lectures, parfois antagoniques, dont le texte a fait l’objet, Sofina Dembruk propose de voir dans l’Antéros bellayen « un amour perturbateur67 » qui crée une forme d’instabilité chez le sujet amoureux et dans son discours. Cette lecture rend justement compte de l’action de l’antérotisme au sein de l’invention pétrarquiste française. Antéros vient troubler, dans tous les sens du terme, le pétrarquisme qu’il transforme et fait vaciller dans diverses directions, de manière plus ou moins pérenne.

  • 68 Nous suivons ici l’histoire littéraire du pétrarquisme que brosse rapidement Jean-Luc Nardone. Voir (...)

24Permettant, dans un premier temps, l’expression d’un amour harmonieux et personnel, Antéros participe aussi, à partir des années 1560, du jeu d’un pétrarquisme décomplexé. Forts de n’avoir plus à prouver leur sincérité, les pétrarquistes se permettent plus d’outrances et de palinodies critiques68, assurant par la même occasion la postérité de leur style jusqu’au xviie siècle. Mais si l’antérotisme fait évoluer le pétrarquisme en France au xvie siècle, Antéros est aussi extrêmement redevable à Pétrarque et ses imitateurs. En effet, seul, l’antérotisme n’existe pas. À la différence du corpus pétrarquien ou, dans un autre genre, de la vulgate ficinienne, aucun écrit renaissant n’apparaît comme un art poétique ou un De Amore philosophique purement antérotique (au sens orthodoxe du terme). L’antérotisme est donc bien et uniquement une force, une sensibilité du discours amoureux qui se greffe sur d’autres courants littéraires et philosophiques. D’un point de vue théorique et historique, l’antérotisme n’est donc ni un pétrarquisme, ni un anti-pétrarquisme, mais bien une déviation de l’un comme de l’autre, une puissance qui interroge, remotive et fait varier (au sens aussi où elle crée de la varietas) des codes en même temps qu’elle s’informe dans la distance qu’elle prend avec eux et dans l’écart qu’elle crée, aussi, avec les attentes des lecteurs.

Haut de page

Notes

1 Le texte d’Alciat marque le début de la veine poétique antérotique en France. Il s’agit de la première œuvre moderne qui récupère la figure d’Antéros comme support d’invention littéraire à la différence d’un corpus savant qui conçoit surtout Antéros comme une allégorie philosophique ou un matériau historique.

2 Nous entendons ici le terme dans son acception générique tel que le définit Cécile Alduy dans son ouvrage Politiques des « Amours ». Poétique et genèse d’un genre français nouveau (1540-1560), Genève, Librairie Droz, 2007.

3 Nous pourrions ajouter à cette liste le De natura deorum de Cicéron, abondement cité par les humanistes. Ce texte ne donne toutefois pas d’informations particulières sur la divinité en dehors de son ascendance. Pour une étude plus précise et une recension exhaustive des sources antiques d’Antéros, nous renvoyons à notre travail de thèse, Démasquer Antéros. L’antérotisme dans la littérature française à la Renaissance (1531-1581).

4 Nous résumons rapidement l’argument de Thémistios. Pour consulter le texte en entier, nous renvoyons à son édition anglaise : Themistius [Themistios], The Private Orations of Themistius, Berkeley, University of California Press, 2000, p. 132-133 [trad. Robert J. Penella]. L’extrait qui nous intéresse a toutefois été traduit par Anne Rolet dans son édition de l’œuvre d’Achille Bocchi (Achille Bocchi, Les Questions symboliques d’Achille Bocchi (Symbolicae questiones 1555), t. 2, Anne Rolet (éd.), Tours/Rennes, Presses universitaires François Rabelais/Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 431-432).

5 C’est dans ce sens que Xénophon (Le Banquet, VIII, 3) et Platon (Phèdre, 255a-e) utilisent respectivement les termes ἀντερᾶται (antératai) et ἀντέρωτα (antérôta), qui sont les premières occurrences connues de ces termes et d’une réflexion sur la relation amoureuse antérotique.

6 Pausanias, Description de la Grèce, Paris, Les Belles Lettres, 1992, t. I, p. 97 [trad. Jean Pouilloux].

7 Ibid., 2002, t. VI, p. 73-74.

8 Mario Equicola, Il Libro de Nature d’Amore, Venise, Lorenzo Lorio, 1525.

9 Agostino Nifo, De pulchro et amore, Rome, Antonius Bladus, 1531.

10 Léon l’Hébreu, Dialogi d’Amore di maestro Leone medico hebreo, Rome, Antonio Blado, 1535.

11 Notons qu’Antéros est absent d’un des plus importants et influents traités de l’époque, Le Commentaire sur Le Banquet de Platon de Marsile Ficin. Toutefois, même si le dieu païen de l’amour réciproque n’est pas convoqué par le Florentin, la question de la réciprocité amoureuse est centrale dans sa métaphysique amoureuse. Voir pour cela, à titre d’exemple, le chapitre 8 du deuxième discours : « Exhortatio ad amorem. De amore simplici ac de mutuo » (« Exhortation à l’Amour ; Amour simple et Amour réciproque », in Commentaire sur Le Banquet de Platon, Marsile Ficin, Paris, Les Belles Lettres, 2012, p. 42-49 [trad. Pierre Laurens]).

12 Caelius Calcagninius, « Anteros sive de mutuo amore », in Opera Aliquot, Bâle, Frobenius, 1544, p. 436-440.

13 Voir Olga Pugliese, « La nouvelle conception de l’amour », in L’Époque de la Renaissance 1400-1600. L’avènement de l’esprit nouveau, Tibor Klaniczay, Eva Kushner et André Stegman (dir.), Budapest, Akadémia Kiadó, 1988, vol. 1, p. 215-225.

14 André Gendre, « Vade-mecum sur le pétrarquisme français », in Versant, n° 7, 1985, p. 52-59.

15 À la suite de Jean-Luc Nardone, nous utilisons l’adjectif pétrarquien pour renvoyer à ce que l’on observe chez Pétrarque lui-même, et l’adjectif pétrarquiste lorsqu’il s’agira de parler du style de ses émules. Voir Jean-Luc Nardone, Pétrarque et la poésie européenne. Anthologie pétrarquiste, Grenoble, Jérôme Million, 2021, p. 26.

16 À titre d’exemple, l’introduction de Michèle Clément et Michel Jourde à leur édition des Œuvres de Louise Labé rend sensible le pétrarquisme de l’autrice en proposant une liste de topiques qu’elle emprunte au Canzoniere. Voir Louise Labé, Œuvres, Michèle Clément et Michel Jourde (éd.), Paris, Flammarion, 2022, p. 36-37.

17 André Gendre, « Vade-mecum sur le pétrarquisme français », art. cit., p. 60.

18 L’image du pétrarquisme comme répertoire est largement utilisée par Ève Duperray, dans son ouvrage L’Or des mots. Une lecture de Pétrarque et du mythe littéraire de Vaucluse des origines à l’orée du xxie siècle. Histoire du pétrarquisme en France, Paris, Éditions de la Sorbonne, 1997.

19 Dans cette veine, Jean-Luc Nardone affirme qu’il n’existe que « des pétrarquismes » (Jean-Luc Nardone, Pétrarque et la poésie européenne, op. cit., p. 26, nous soulignons), ce que suggérait déjà le collectif dirigé par Jean Balsamo, Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque (Genève, Librairie Droz, 2004), qui envisageait le pétrarquisme toujours singulier et personnel de plusieurs auteurs et autrices de la Renaissance.

20 Marie-Madeleine Fontaine, « Débats à la cour de France autour du Canzoniere et de ses imitateurs dans les 1533-1548 », in Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, Jean Balsamo (dir.), op. cit., p. 108. Alice Vintenon (Les Métamorphoses du désir. Étude des Amours de Ronsard, Mont-Saint-Aignan, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015, p. 59) va dans le même sens en affirmant que, dans les Amours de Cassandre, « pétrarquiser » est synonyme de « se lamenter ».

21 Pontus de Tyard, Œuvres complètes, Eva Kushner, Sylviane Bokdam, Gisèle Mathieu-Castellani, Janet Ritch et François Rouget (éd.), Paris, Honoré Champion, 2004, t. I, p. 315 (il s’agit du troisième sonnet du Troisième livre des Erreurs amoureuses, publié en 1555) et p. 559 (« Ode de contramour ou Anteros qui est amour réciproque », publié dans Recueil des nouvell’œuvres poétiques de Pontus de Tyard, Seigneur de Bissy, Par cy devant non encor imprimées, paru en 1573).

22 Philibert Bugnyon, Érostame de Phidie et Gélasine [1557], Genève, Librairie Droz, 1998, p. 57 (s. LIII).

23 Pour une liste exhaustive des mentions et apparitions d’Antéros dans le corpus amoureux français du xvie siècle, nous renvoyons à notre travail de thèse.

24 Jean-Antoine de Baïf, Œuvres complètes, Jean Vignes (éd.), Paris, Honoré Champion, 2010, t. II (vol. 1), p. 171-180 (voir en particulier les vers 328-352, p. 179).

25 Voir l’adaptation du mythe de la naissance du dieu raconté par Thémistios dans le texte d’Antoine Héroët : l’Aultre invention extraicte de Platon. De n’aymer point sans estre aymé. Le poème est publié une première fois en 1542 dans l’édition troyenne de La Parfaicte Amye, puis sera repris dans diverses éditions du texte ainsi que dans la compilation des œuvres qui composent ce que l’on nomme aujourd’hui la Querelle de Amyes. Notons tout de même que la paternité platonicienne du mythe est totalement fallacieuse.

26 Maurice Scève, Délie, Object de plus haulte vertu [1544], François Joukovsky (éd.), Paris, Classiques Garnier, 2012, p. 103.

27 Le lien gémellaire d’Éros et Antéros n’apparaît nulle part dans les sources antiques qui mentionnent nommément le dieu. Cette représentation est due à l’identification d’Éros et Antéros aux amours jumeaux d’Ovide (Fastes, IV, 1) et de Sénèque (Phèdre, v. 274-275), ainsi qu’à la lecture que propose Ficin du mythe platonicien des deux Vénus et des Amours (Marsile Ficin, Commentaire sur Le Banquet de Platon, op. cit., II, 7).

28 Le motif sera repris et illustré dans plusieurs ouvrages et fera l’objet d’une gravure dans l’édition de 1571 des Images des dieux païens de Vincenzo Cartari, reprise dans l’édition française de 1612 des Mythologies de Natale Conti.

29 Pierre de Ronsard, Premier livre des Amours, in Œuvres complètes, Jean Céard, Daniel Ménager et Michel Simonin (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1993, t. I, p. 83-84.

30 Étienne Jodelle, Les Amours. Contr’Amours, Contre la Riere-Venus, Emmanuel Buron (éd.), Saint-Étienne, Presses universitaires de Saint-Étienne, 2003, p. 57 (s. XXXIV).

31 Amadys Jamyn, « Élégie », in Les Œuvres poétiques, Livres II, III et IV, Samuel M. Carrington (éd.), Genève, Librairie Droz, 1978, p. 22-25 (voir en particulier les vers 95-100).

32 Marie-Bénédicte Le Hir, « Parle mon cœur qui dans vous se remue », Charles de Sainte-Marthe (1512-1555 ?) : l’œuvre évangélique, thèse de doctorat soutenue le 7 décembre 2020 (à paraître, Genève, Librairie Droz).

33 Olivier de Magny, Amours, Œuvres poétiques, François Rouget, Daniel Ménager et Françoise Charpentier (éd.), Paris, Honoré Champion, 1999, t. I, p. 77.

34 Les éditeurs du texte soulignent que la main est l’objet du sonnet 199 du Canzoniere. Sur le motif de la main dans la tradition pétrarquiste italienne, voir ce qu’en dit brièvement Jean-Luc Nardone dans Pétrarque et la poésie européenne, op. cit., p. 67.

35 Nicolas Renaud, « Heureux l’amant qui d’elle est amoureux », in Les Chastes Amours. Ensemble les Chansons d’amour de N. Renaud, Paris, Thomas Brumen, 1565, f° 3v°.

36 À propos de la vision de l’amour que propose le poète dans ses Larmes Funèbres, Pierre Martin écrit : « L’amour n’est donc pas chose amère chez Du Pré, puisqu’il est mutuel, et l’œil de la femme aimée, loin de lancer des esprits pernicieux à l’influence délétère, est un “œil chastement doux”. Aussi Catherine de Mallesec peut-elle caractériser l’ancien vers amoureux de Du Pré de “doux” et de “chaste” à la fois : la réciprocité est la condition même d’un amour pur – “amour vertueux”, comme le dit le sonnet L » : voir Christofle du Pré, Les Larmes funèbres [1577], Pierre Martin (éd.), Genève, Librairie Droz, 2004, p. 53-54.

37 Étienne de La Boétie, Vers François, Paris, Frederic Morel, 1571, f° 19r°.

38 Concetta Cavallini, « La Boétie et Pétrarque », in Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, Jean Balsamo (dir.), op. cit., p. 289-301.

39 À la différence de Ficin qui le proscrit, Agostino Nifo et Léon l’Hébreu réhabilitent l’amour physique et en font le signe de l’accord amoureux antérotique au sein du couple.

40 Ce motif est parfois difficile à analyser. Dans les XIII sonnetz de l’honneste Amour, Du Bellay mentionne dès le premier poème la figure du « guerdonneur » (v. 12), que Maurice de la Porte identifie à Dieu (Les Epithètes de Maurice de la Porte parisien, Paris, Gabriel Buon, 1572, f° 82v°). Sur le motif du guerdon au sein de la veine antérotique, nous renvoyons à notre travail de thèse.

41 Nous pensons ici aux Sonnets de Sincero à Charite et à la Chanson de Charite à Sincero. Voir Madeleine Des Roches, Catherine Des Roches, Les Œuvres, Anne R. Larsen  (éd.), Genève, Librairie Droz, 1993, p. 258-282.

42 Madeleine Lazard, Images littéraires de la femme à la Renaissance, Paris, PUF, 1985, p. 52. Ces deux manières de penser la réciprocité sont proches mais essentiellement différentes. L’amor mutuus ficinien appelle une forme de sublimation de l’amour humain, alors que l’antérotisme tel que nous le pensons ici se concentre sur une dimension uniquement humaine de l’harmonie au sein du couple.

43 François Rigolot, « Échos pétrarquiens dans la poésie de Louise Labé : la nouvelle Laure lyonnaise et le paradigme poétique des giovenile errore », in Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, Jean Balsamo (dir.), op. cit., p. 198. L’usage de l’expression de « ferme amour » dans l’article de François Rigolot est intéressante car elle renvoie à une topique marotique que nous comprenons comme un avatar d’Antéros avant son retour chez Alciat. L’amour dont parle Louise Labé au sonnet XX ne peut être antérotique, puisqu’il mène au malheur, mais le motif de la réciprocité est ici traité de manière singulière et n’a pas d’équivalent dans la production poétique masculine.

44 Jean Vignes, « La voix de l’autre ou la parole du sexe opposé chez quelques pétrarquistes français », in Textuel, n° 49, (« La Discorde des deux langages. Représentations des discours masculins et féminins du Moyen Âge à l’Âge classique »), Chantal Liaroutzos et Anne Pauper (dir.), 2006, p. 90.

45 Ibid., p. 75.

46 Ibid., p. 88.

47 Ibid., p. 86. Nous renvoyons à l’article pour la lecture d’exemples précis. Toutes les paroles rapportées des aimées ne servent néanmoins pas la dynamique antérotique de la relation.

48 André Alciat, Emblemata, Les Emblèmes, [Lyon, Macé Bonhomme, 1551], Paris, Les Belles Lettres, 2016, p. 119 [éd. et trad. Pierre Laurens].

49 Les deux recueils, marqués par une vision spirituelle et chrétienne de l’amour, oscillent entre amour mondain et amour sacré. À ce titre, ils participent d’une forme de spiritualisation d’Antéros. Darius Krawczyck a pu parler de ce phénomène pour l’œuvre de François Habert (« Antéros évangélique, Esthétique du discours érotique de François Habert », in L’Unique change de scène. Écritures spirituelles et discours amoureux (xiie-xviie siècle), Véronique Ferrer, Barbara Marczuk et Jean-René Valette (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2016, p. 287-201). Ces recueils sont également le fruit de la « conversion des muses » qui transforme le discours amoureux au fil du siècle. Voir à ce sujet Véronique Ferrer et Jean-René Valette, « “C’est à l’éternité que je t’emprunte” », in L’Unique change de scène…, Véronique Ferrer, Barbara Marczuk et Jean-René Valette (dir.), op. cit., p. 34.

50 Cette liste non exhaustive peut-être complétée par le travail bibliographique de Cécile Alduy (Politique des « Amours »…, op. cit., p. 497-509) ainsi que par l’analyse que Gérard Defaux propose dans son article « L’intertexte marotique de la Délie : Maurice Scève et “ferme amour” », in A Scève Celebration, Jerry C. Nash (dir.), Saratoga (CA), Anma Libri, 1994, p. 37-38.

51 Nicolas Renaud, Les Chastes amours…, op. cit., f° 12v°.

52 Nicolas Ellain, Les Sonnets de Nicolas Ellain, [Paris], Vincent Sertenas, 1561, f° 12v°.

53 Étienne Jodelle, Les Amours. Contr’Amours…, op. cit., p. 48-49.

54 Pierre de Brach, Les Amours d’Aymée, Jasmine Dawkins (éd.), Genève, Librairie Droz, 1971, p. 120 (XLIX « Élégie », v. 97-102).

55 Pierre de Ronsard, Le Second Livre des Amours, in Œuvres complètes, op. cit., t. I, p. 168-169 (« Élégie à son livre » v. 49-50).

56 Les « pleureurs ». Il s’agit du surnom donné aux imitateurs de Pétrarque en Italie.

57 Isaac Habert, Amours et Baisers, Nathalie Mahé (éd.), Genève, Librairie Droz, 1999, p. 219.

58 Pour tous ces textes, voir l’édition d’Emmanuel Buron déjà citée.

59 « Jodelle rejette le discours amoureux pétrarquiste, et en explicite les procédés les plus récurrents », Emmanuel Buron, « Jodelle et Pétrarque », in Les Poètes français de la Renaissance et Pétrarque, Jean Balsamo (dir.), op. cit., p. 281.

60 François Cornilliat, « Etienne Jodelle entre “Contramour” et “Traitres vers” », in Antéros. Actes du colloque de Madison, Ullrich Langer et Jan Miernowski (dir.), Orléans, Paradigmes, 1994, p. 210-213. Ce postulat de Jodelle est également le fruit de ses prises de positions anti-platoniciennes, le poète plaçant son amour sur terre et non dans l’espace des sphères célestes (ibid., p. 221).

61 Jean-Yves Vialleton, « Le Pétrarque des antipétrarquistes français des années 1550 », in Cahiers d’études italiennes, n° 4, 2006, p. 99.

62 André Alciat, Emblemata…, op. cit., p. 120.

63 Cette lecture fait fi de perspectives historiques, mais rend sensible la forte antinomie qui existe au sein de l’œuvre amoureuse de Jodelle.

64 Pierre de Brach, Les Amours d’Aymée, op. cit., p. 145-146.

65 Notons par ailleurs que les vers 7 à 11 se construisent sur une anaphore négative, rappelant le sonnet 312 du Canzoniere dont nombre de pétrarquistes s’inspireront.

66 Ibid.

67 Sofina Dembruk, « La laideur en creux. Éléments antipétrarquistes dans les premières poésies de Du Bellay », in « Saincte et precieuse deformité ». Expérimentations littéraires de la laideur à la Renaissance, Paris, Classiques Garnier, 2022, p. 277.

68 Nous suivons ici l’histoire littéraire du pétrarquisme que brosse rapidement Jean-Luc Nardone. Voir Pétrarque et la poésie européenne, op. cit., p. 139.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gautier Amiel, « « J’exerce en moy ces deux utérins frères ». Antéros chez les pétrarquistes français au xvie siècle »Littérales, 50 | 2023, 231-251.

Référence électronique

Gautier Amiel, « « J’exerce en moy ces deux utérins frères ». Antéros chez les pétrarquistes français au xvie siècle »Littérales [En ligne], 50 | 2023, mis en ligne le 01 février 2024, consulté le 11 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/litterales/428

Haut de page

Auteur

Gautier Amiel

Sorbonne Université – CELLF

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search