Navigation – Plan du site

AccueilNuméros47Introduction. Genèse des écrits d...

Introduction. Genèse des écrits de la première modernité. Hypothèses et perspectives

Guillaume Peureux
p. 5-15

Texte intégral

  • 1 Paul Bénichou, Le Sacre de l’écrivain (1750-1830). Essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laï (...)

1La génétique textuelle se centre le plus souvent (est-il seulement utile de le rappeler ?) sur des textes et des manuscrits modernes. La première modernité en est le parent pauvre. Cet écart de traitement tient à la disponibilité des matériaux et, corrélativement, au « sacre de l’écrivain1 » au début du xixe siècle : l’écrivain est désormais susceptible de conserver ses manuscrits de travail. Depuis quelques années, sous l’impulsion notamment de Nathalie Ferrand et de son équipe « Écritures des Lumières » au sein de l’ITEM, sont pourtant apparus des questionnements sur la possibilité de développer une critique génétique portant sur des corpus de la première modernité comme les œuvres de Rousseau, de Voltaire, de Montesquieu, etc. L’équipe « Génétique xvi-xvii » qu’Anne Réach-Ngô et moi-même coordonnons au sein de l’ITEM vise depuis peu à élaborer des outils et des modes d’approches spécifiques aux dossiers génétiques que les xvie et xviie siècles peuvent offrir à l’examen.

  • 2 Sur ce point, voir Martine Furno (dir.), Qui écrit ? Figures de l’auteur et des co-élaborateurs du (...)
  • 3 Voir la définition qu’en propose Paolo d’Iorio : « formé par tous ses manuscrits préparatoires, aux (...)

2Un double et vaste chantier s’ouvre : celui de l’identification de corpus et de la mise au jour d’un matériel génétique insoupçonné ou non encore étudié ; et celui de l’adaptation des outils à des ensembles de documents et à des faits culturels qui paraissent résister aux cadres généticiens. Chacune des contributions du présent numéro de la revue Littérales met en relief les particularités déroutantes des corpus qu’elle traite et montre combien les paramètres de l’édition critique et génétique doivent être ajustés pour décrire et éditer de tels objets, mais également pour rendre compte des faits de genèses textuelles. Précisément, ces travaux invitent à appréhender à nouveaux frais quatre éléments qui sont au cœur de la démarche génétique traditionnelle : l’auteur comme producteur exclusif d’une œuvre2 ; la nature (manuscrits et imprimés) des écrits permettant d’étudier l’histoire de l’écriture ou genèse d’une œuvre ; la prise en considération de leur fonction socio-historique, qui invite à ne pas appréhender les écrits comme de simples documents ou archives ; la notion même de « dossier génétique3 », dont la définition ne peut qu’évoluer à la lumière des réflexions portant sur les trois points précédents.

3A. Réach-Ngô, qui dirige par ailleurs une édition numérique collective des Joyeuses Inventions, s’interroge sur la bonne manière de « démêler l’écheveau de la genèse [de ce] recueil » qu’elle présente comme une « vitrine éditoriale régulièrement mise à jour » entre 1530 et 1552. Moyen de publier l’actualité poétique du temps, les publications des Joyeuses Inventions sont de facto sujettes à variations : les vers recueillis se révèlent aussi instables que leur place dans l’ensemble des volumes. Julien Gœury, qui étudie le phénomène éditorial des Blasons anatomiques (entre 1536 et 1572), note que les différents recueils parus sur quelques décennies ne doivent leur identité qu’au titre lui-même : il s’agit d’une série de poèmes qui augmente ou rétrécit d’une édition à l’autre ; et les poèmes recueillis sont eux-mêmes sujets à variations – fautes ou corrections faites à dessein. Cela ne va pas « sans profondément perturber les règles du jeu éditorial », souligne J. Gœury. Dans les cas présentés par ce dernier et par A. Réach‑Ngô la fonction auctoriale est en partie diluée dans et par le recueil collectif. Malgré l’unification d’apparence à laquelle procède la mise en recueil, les opérations éditoriales dans lesquelles sont pris les poèmes en gouvernent et modifient la lettre, la présence et la place dans les volumes. Les lieux de la variation sont donc saisissables à plusieurs échelles. Jean-Marc Châtelain, qui analyse le dénouement de l’aventure éditoriale de L’Astrée, situation extrêmement embrouillée, met en relief la « perplexité » qui ne peut que frapper le chercheur et l’éditeur de cette œuvre face à la manière dont certains enjeux commerciaux et juridiques ont permis que sa fin pût connaître deux éditions posthumes concurrentes et sans point commun. L’une fut orchestrée par Robert Fouet qui s’appuyait sur des manuscrits qui venaient d’Urfé et qu’il fit compléter par Gomberville ; l’autre fut orchestrée par Du Bray et Pomeray notamment, et rédigée par Balthazar Baro, présenté comme disciple et héritier littéraire de d’Urfé. La première d’entre elles, qui était sans doute la moins illégitime, ne connut pas le succès important qui honora la seconde. J.-M. Châtelain, qui constate avoir affaire à, « d’un côté un texte mutilé et interpolé […], de l’autre un texte interpolé et dénaturé », admet volontiers que « l’étude génétique des différents états textuels rencontre […] des limites qu’il paraît difficile de surmonter ». L’influence décisive qu’eurent sur la rédaction de La Pucelle de Jean Chapelain maints relecteurs, dont Robert Arnauld d’Andilly et jusqu’au protecteur de Chapelain, le duc de Longueville, qui le contraignit à infléchir son poème afin de rendre hommage à son lointain ancêtre qui accompagna Jeanne d’Arc dans sa campagne militaire, me conduit également à penser que par la complexité de l’histoire de sa composition, cette œuvre serait à même de décourager les plus téméraires des éditeurs et spécialistes de la critique génétique : comment déterminer ce qui est effectivement de la plume de Chapelain ? Comment éditer, et selon quels critères, ces 27 506 vers et leurs variantes ? Comment organiser et présenter des textes manuscrits, parfois autographes, d’autres corrigés voire réécrits par d’autres personnes ? Dans ces deux contributions, celui que la tradition désigne comme l’auteur d’une œuvre a vu le périmètre de son action propre pénétré par des acteurs (un héritier auto-proclamé, un entrepreneur éditorial, un protecteur, des connaissances) dont le bon-droit, certes objet de discussion dans le cas de la concurrence entre Fouet et Baro, semble si peu contesté que le public, peu concerné par les questions de légitimité auctoriale, lut et privilégia sans sourciller la fin de L’Astrée de Baro, et que Chapelain suivit nombre des propositions de réécritures que lui fit par exemple R. Arnauld ou se plia aux injonctions du duc de Longueville. Alain Sandrier montre qu’en raison d’une multiplication incontrôlable des versions manuscrites et imprimées de la Pucelle de Voltaire, son dossier génétique se révèle d’une extrême complexité. Sous l’effet d’innombrables « interpolations apocryphes » qui accusaient le trait « canaille » du poème et le lestaient d’une charge politique que Voltaire avait mise en sourdine, les textes de La Pucelle se détachèrent des leçons voltairiennes du poème. Ce sont des centaines, voire des milliers de copies (et extraits) de sa Pucelle, manuscrites et imprimées, qui finirent par circuler, augmentées de ses propres tentatives pour fixer le texte par la préparation de publications pour ainsi dire autorisées. Ce mode de prolifération, qui avait été celui des écrits libertins, et dont avait joué Voltaire, se retournait finalement contre lui, les copies de la Pucelle connaissant de véritables « vies parallèles » (A. Sandrier) et entrant pour ainsi dire par infraction dans une genèse hautement difficile à établir. Et N. Ferrand, enfin, à partir d’une analyse de la notion d’atelier chez Rousseau, saisit le passage d’une conception ouverte et pour ainsi dire collective de ce lieu à une conception où il est un espace clos dans lequel s’enferme le créateur. Elle observe en parallèle chez Rousseau la mutation d’un auteur-Pygmalion en auteur-Protogène, soit en « écrivain [qui] a bien du mal à couper le cordon qui le relie à sa création » au point de laisser un dossier génétique autographe (ante et post éditorial) d’une ampleur extrême. Les deux écrivains manifestèrent une forme d’urgence inquiète de mainmise sans partage de l’auteur sur son œuvre pour contrevenir à des interventions de mains étrangères qui s’étaient posées sur leurs œuvres : Voltaire s’inquiétait pour sa réputation et sa situation, Rousseau finit par s’enfermer dans son atelier pour se préserver de toute intrusion dans son travail d’écriture.

4Ce parcours rapide du volume permet de risquer un certain nombre de remarques et hypothèses. Il n’est d’abord pas anodin que plusieurs des contributeurs de la présente livraison de Littérales envisagent un recours privilégié au numérique pour stocker, organiser, éditer, publier et rendre consultables les résultats de leur travail. Ce mode d’optimisation du travail sur la littérature est un début de réponse aux apories de l’édition de textes comme ceux présentés ci-après, mais également de l’édition génétique dans sa forme et ses objets traditionnels. La difficulté d’accès aux sources, la quantité des documents relatifs aux genèses en question, leur dispersion, les difficultés propres à la présentation matérielle de la multiplicité des variantes textuelles, voire la résolution des problématiques d’ordre philologique – sont autant de raisons pour lesquelles le support papier semble d’un usage moins opportun, moins efficace, que le recours au numérique qui semble quant à lui offrir certaines solutions en matière de conservation, de mise à disposition des archives, d’aisance en matière de circulation d’une version à l’autre, etc.

5Il est ensuite notable que plus les cas présentés ci-après sont récents et plus il peut sembler aisé d’envisager de constituer des dossiers génétiques – ce qui ne signifie nullement qu’il soit facile de les étudier compte tenu de l’hétérogénéité qui les définit. Les recueils étudiés par A. Réach-Ngô et l’équipe Joyeuses Inventions puis par J. Gœury ne sont guère documentés que par leurs éditions ; à ces dernières, s’ajoutent notamment des archives juridiques pour l’affaire de L’Astrée étudiée par J.-M. Châtelain, et des extraits de correspondances ainsi que des cahiers de corrections et de réécritures pour celle de La Pucelle étudiée par moi-même. Les dossiers Voltaire et Rousseau, respectivement traités par A. Sandrier et N. Ferrand, reposent sur des éditions, des extraits de correspondance, parfois des éléments juridiques mais aussi sur une tendance plus nette encore qu’au siècle précédent à démultiplier les éditions et les copies.

6Par ailleurs, si les dossiers du xvie siècle ne permettent pas d’établir et de documenter de manière factuelle des faits d’écriture plurielle ou collaborative qui sont pourtant fortement pressentis, ceux des siècles suivants mettent ce phénomène en évidence, jusqu’à l’affirmation grandissante d’une réticence à son égard chez Voltaire et Rousseau. Les six exemples traités semblent ainsi illustrer une évolution qui nous conduit de recueils où les auteurs restent une donnée marginale, à des auteurs, l’un mort et l’autre secondaire, puis à des auteurs qui sont des vedettes de leur temps. Et à mesure que s’impose la figure auctoriale, se met graduellement en place l’affirmation d’une indépendance ou d’une autonomie de l’écriture, où les éditeurs et les lecteurs intrusifs semblent de moins en moins bien acceptés par les auteurs. Le nombre des exemples traités dans le volume est toutefois trop réduit pour que l’on puisse en extraire un discours général sur l’évolution des pratiques et celle de la nature des dossiers génétiques sur lesquels peuvent travailler les spécialistes des littératures de la première modernité. On ne peut donc que souhaiter l’exploration plus systématique de corpus anciens et leur exploitation, qui ne manquera pas d’apporter des éléments de connaissance concernant les modes de productions scripturaux dans les périodes prémodernes, mais également de fournir de nouveaux moyens de description et d’analyse de ces phénomènes.

7Il faut en effet insister sur le fait que les dossiers génétiques présentés dans ce volume font apparaître des caractéristiques de la production et de la circulation des textes qui incitent à repenser le positionnement du chercheur et à considérer avec attention les outils à sa disposition et ceux qu’il devra, pour ainsi dire, adapter ou forger en fonction de la nature de ces objets. S’il est un trait commun à chacun des cas présentés, c’est la multiplication des acteurs dans l’histoire des textes, de leur rédaction, de leur composition. Ces acteurs, identifiables ou non, et leurs diverses actions, quelles qu’en soient les motivations, rendent « difficile question de déterminer […] qui a commis quoi » souligne J.-M. Châtelain à propos de la rédaction de L’Astrée. Le processus génétique n’est pas réductible à la compréhension d’une relation linéaire et prédicative entre un individu et un texte selon laquelle, toutes choses égales par ailleurs, le texte serait finalement l’auteur, et inversement. L’immanence, qui semble caractériser l’auteur moderne dans l’œil du critique génétique notamment, cède le pas à la prise en compte d’un partage – choisi ou contraint – de l’écriture et d’une part de l’auctorialité pour les auteurs prémodernes. L’histoire génétique d’une œuvre de la première modernité est donc celle de son écriture et de ses réécritures, mais aussi, corrélativement, de sa circulation, de son éventuelle multiplication en différents textes, dont l’autonomisation pose la question de la délimitation du dossier. A. Réach-Ngô et l’équipe Joyeuses Inventions observent ainsi que le dossier qu’ils examinent est « à géométrie variable ».

8Dans cinq des six dossiers présentés, les catégories ou facteurs traditionnels d’unification de l’œuvre sont bouleversés, en particulier parce que les acteurs intervenant dans les processus d’écriture sont multiples et que se substituent à la figure auctoriale d’autres éléments propres à identifier les parutions. Les titres des recueils collectifs que sont Les Joyeuses Inventions et les Blasons anatomiques sont le facteur essentiel de visibilité de ces publications : les séries constituées renvoyaient à une attente du public pour qui les différents constituants de ces séries n’importaient finalement que de manière secondaire. Pour une part au moins, dans la version Baro, L’Astrée ne peut tout à fait, voire pas du tout, être attribué à d’Urfé : le succès rencontré par cette version suggère donc que le public s’est davantage focalisé sur l’œuvre, les histoires qui y étaient racontées, que sur l’authenticité et l’unicité de son écriture, de sorte que l’on peut risquer l’hypothèse qu’il identifiait un texte avant d’identifier un auteur. Et Chapelain put écrire dans sa correspondance que sa Pucelle était « ouvrage de M.. de Longueville » : quoi qu’il ait signé le poème et en fût désigné comme l’auteur dans le marché de la librairie. Il indiquait ainsi de manière plaisante combien son projet avait été soumis à des injonctions extérieures décisives. La fonction du nom d’auteur est encore mise à mal dans l’un des deux dossiers concernant le xviiie siècle, non seulement lorsque Voltaire constate que se multiplient les copies manuscrites et les imprimés pirates de sa Pucelle dans lesquels pullulent les « interpolations d’éditeurs malintentionnés » (A. Sandrier) – au point qu’il conviendrait peut-être de parler des Pucelles et non de La Pucelle de Voltaire. Avec Rousseau et La Nouvelle Héloïse, en revanche, il semble que nous assistions à un changement de paradigme : la réalisation de copies manuscrites autographes porteuses de variantes témoigne d’un intérêt particulier pour ce qui émane directement de l’auteur, d’un transfert de valeurs d’une œuvre à l’un de ses textes en tant qu’il est autographe.

9De tels faits de réécritures rendent caduque la question de l’identification et de la restitution d’un archétype. A. Réach-Ngô et l’équipe Joyeuses Inventions s’interrogent avec scepticisme au sujet du « recueil archétypal » des Joyeuses Inventions qu’imaginait Frédéric Lachèvre et J. Gœury montre comment l’éditeur des Blasons anatomiques se trouve pris dans une alternative méthodologique qui rappelle les débats entre lachmaniens (tenants d’une reconstruction du texte originel, au risque d’extrapolations hasardeuses) et bédiéristes (tenants d’une meilleure version désignée par son nombre minimal de variantes spécifiques). J.-M. Châtelain observe pour sa part « qu’il est impossible de retrouver » dans les derniers livres de L’Astrée, quelle que soit l’édition considérée, l’ « image » des manuscrits de références tant ils ont été altérés par leurs éditeurs. Le projet initial de Chapelain, modifié sur l’injonction de Longueville, est désormais perdu et le poème obéit à tant d’impulsions créatrices que l’on serait bien en peine de cerner ce qui relève exclusivement de Chapelain. La Pucelle de Voltaire, quant à elle, se démultiplie en versions qui s’autonomisent au point que l’on pourrait faire l’hypothèse que ce qu’écrivit le poète ne pourrait être que l’une des Pucelles alors en circulation. Et la manière dont Rousseau continue de retravailler La Nouvelle Héloïse, contre toute logique de la fixation d’une version, semble empêcher de penser l’unité de l’œuvre : ses différents textes, autographes, brouillent à l’extrême la perception d’un texte unique. Le travail éditorial ne saurait d’ailleurs pas davantage viser à établir un texte originel qu’il ne saurait viser à fixer un texte final : tout se passe comme si le texte de base échappait inexorablement à qui voudrait l’établir et comme si importait finalement surtout la nature fluctuante de l’œuvre, pour des raisons variables, comme l’exposent les contributions qui suivent. J.-M. Châtelain peut donc écrire au sujet de L’Astrée qu’il faut renoncer à « l’unique critère de l’authenticité tel qu’il est traditionnellement défini par la volonté de l’auteur ». La notion de « texte », centrale pour les études littéraires et pour le travail de génétique des écrits se révèle parfois difficile à établir lorsque l’on entreprend d’écrire l’histoire des écrits de la pré-modernité – s’il y a une œuvre, ses manifestations textuelles tendent à se multiplier et à se diversifier : il y a une œuvre et des textes de cette œuvre.

  • 4 Almuth Grésillon, Éléments de critique génétique. Lire les manuscrits modernes [1994], Paris, CNRS (...)

10L’avant-texte, qui constitue le matériau sur lequel se fondent les travaux de la critique génétique perd ainsi de sa centralité. La première modernité confirme l’intuition et le scrupule d’Almuth Grésillon à l’égard de cette notion qui a pour défaut de privilégier le texte au détriment de ce qui fait le cœur de l’activité des généticiens – « l’écriture, entendue comme avènement et événement, comme processus d’énonciation écrite4 ». Ce « processus » ne s’arrête pas au moment de l’imprimé, ce dont témoignent les six contributions de ce numéro de Littérales ; mais, de surcroît, il ne permet pas de saisir un texte. Il n’est ni possible ni souhaitable de répéter le geste de Pisistrate qui voulut établir un texte unique de L’Odyssée pour les célébrations des Panathénées. Il semble plus intéressant et plus pertinent de retrouver et de rendre lisibles les mutations textuelles et les circonstances qui les ont motivées.

  • 5 Ibid., p. 17.
  • 6 Sur la critique génétique des productions collectives, voir Genesis (« Créer à plusieurs mains »), (...)
  • 7 Almuth Grésillon, Éléments de critique génétique. Lire les manuscrits modernes [1994], op. cit., p. (...)

11C’est en raison, d’une part, de ces dynamiques régulièrement reconduites, et, d’autre part, de l’autonomisation des textes hors de l’autorité de leurs auteurs premiers, pour ainsi dire, que la métaphore de la « vie » des œuvres est mobilisée dans plusieurs contributions, en écho avec l’imaginaire « organiciste5 » qui traverse les travaux de la critique génétique aussi bien que ceux de la philologie traditionnelle. A. Réach‑Ngô et l’équipe Joyeuses Inventions abordent même leur objet d’étude « comme un organisme vivant ». Dans les débats sur la légitimité des derniers chapitres de L’Astrée, c’est en termes d’enfants (« légitimes », « avortez » ou « avortons ») que s’affrontent Baro et Fouet. Et A. Sandrier, je l’ai dit, parle des « vies parallèles » des versions non strictement voltairiennes qui circulent en grande quantité. La mobilisation de la notion de « vie » des textes ne présuppose pourtant pas une stricte lignée de l’auteur à son texte, ce qu’A. Réach-Ngô et l’équipe Joyeuses Inventions désignent comme le « modèle pré-déterminé de la genèse ». Dans le contexte prémoderne, il semble que l’imaginaire biologique de ces représentations soit supplanté par la description du fonctionnement culturel des textes, qui sont caractérisés par leur visibilité sociale, leur circulation, leur disposition à produire de nouvelles formes de l’œuvre. Cela entraîne un renouveau de la nature du dossier génétique traditionnel. Le dossier de la genèse de l’œuvre s’ouvre à d’autres figures auctoriales qui prennent des responsabilités qui ne relèvent nullement de collaborations à proprement parler6, à des traces d’écritures étrangères, à une forme d’énergie sociale qui parcourt et accroît l’ « univers historico-discursif dans lequel l’œuvre a vu le jour7 ».

  • 8 Jerome McGann, The textual Condition, Princeton, Princeton University Press, 1991. En particulier l (...)

12L’accent porté sur la socialisation de la genèse permet de mieux observer et comprendre les mécanismes de production scripturaire, et littéraire en particulier, dans la première modernité. À cette période et à la lumière des six dossiers traités dans cette livraison de Littérales, il semble bien que l’enchevêtrement des intentions et gestes de l’auteur premier avec ceux des acteurs du monde de l’édition, ce que Jerome McGann désigne comme la « socialisation des textes8 », connaisse différentes formes d’extension : si les recueils collectifs traités par A. Réach-Ngô et l’équipe Joyeuses Inventions et J. Gœury témoignent de ce processus, plus les dossiers sont récents et moins les auteurs premiers semblent avoir été en mesure de participer aux processus éditoriaux tandis que divers acteurs, divers copistes et relais inconnus de la circulation des copies, clercs du monde de la librairie, etc. intervenaient dans les poèmes et les recueils en de multiples occasions et selon des proportions indéfinissables. L’instabilité des textes et des recueils procède directement du fait que les uns et les autres constituent un matériau qui circule et peut être l’objet d’appropriations dont la raison économique n’est sans doute pas la moindre. Des enjeux de cette nature, et des « conditions juridiques », précise J.-M. Châtelain, mais aussi la pression du public entraînent la rédaction de suites et de fins de L’Astrée, opérations éditoriales posthumes que l’on ne peut pas couper du roman. La pression exercée par Longueville sur Chapelain, pour que son épopée fasse de l’ancêtre du duc un personnage capital, mais également celle plus diffuse d’Andilly qui en relit scrupuleusement la première partie jusqu’à proposer d’innombrables réécritures, dévoilent les arcanes d’une création prise dans les réalités sociales et politiques du statut d’auteur au xviie siècle. Et de Voltaire à Rousseau, de La Pucelle du premier aux versions de La Nouvelle Héloïse du second, l’histoire des œuvres est celle de leurs textes, de ce que produit leur mise en circulation – des interventions dans les textes ou des sollicitations pour en obtenir une copie personnelle en l’occurrence. Cette histoire, est celle d’une genèse qui ne se résume pas à un trajet sinueux vers une version finale mais celle d’une genèse qui pourrait s’apparenter à un rhizome.

13Les contributions qui suivent nous confrontent à des réalités diverses, à des contextes et à des moments qui semblent éloignés et sans rapport direct ou immédiat. Pourtant, elles proposent toutes d’appréhender l’histoire d’œuvres dans une perspective généticienne qui intègre des faits qui sont spécifiques de l’époque prémoderne et ne sauraient entrer dans un dossier génétique moderne tel qu’il est en général conçu. Il ne s’agit pas de prouver qu’il existait bien une genèse des textes pendant la période qui s’intercale entre le Moyen Âge et l’époque moderne – il va de soi que le « sacre de l’écrivain » intimement corrélé à la conservation massive de documents de préparation n’a fait que rendre visibles des phénomènes existant déjà, quoique sous des formes différentes. Il s’agit de réfléchir à la meilleure manière d’aborder, de comprendre et éventuellement de présenter dans des projets éditoriaux des dispositifs propres à des productions esthétiques et à des pratiques d’écriture qui ont des particularités historiques et sociales qui échappent à la modélisation classique de l’étude génétique. Dans cette perspective, la génétique des textes ne peut pas seulement aborder les dossiers qu’elle réunit en fonction d’un auteur plus ou moins sacralisé et comme un ensemble défini par sa seule matérialité : il s’agit d’aborder le matériau de la genèse des œuvres comme un système de production qui ne saurait être réduit à une figure auctoriale unique et qui est un fait institutionnel et social.

Haut de page

Notes

1 Paul Bénichou, Le Sacre de l’écrivain (1750-1830). Essai sur l’avènement d’un pouvoir spirituel laïque dans la France moderne, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des idées », 1973.

2 Sur ce point, voir Martine Furno (dir.), Qui écrit ? Figures de l’auteur et des co-élaborateurs du texte (xve-xviiie siècle), Lyon, ENS Éditions, « Institut d’histoire du livre », 2009.

3 Voir la définition qu’en propose Paolo d’Iorio : « formé par tous ses manuscrits préparatoires, auxquels s’ajouteront les livres et les matériaux iconographiques que l’auteur a consultés ou annotés pendant la phase de rédaction, ainsi que les lettres comportant des instructions spécifiques à l’éditeur, les documents biographiques comme des contrats ou des factures donnant des témoignages sur l’avancement du travail d’écriture et puis, finalement la ou les édition(s) de l’œuvre publiée(s) sous la responsabilité de l’auteur lui-même (sans oublier d’éventuelles copies avec corrections autographes). » Paolo D’Iorio,  « Qu’est-ce qu’une édition génétique numérique ? », in Genesis (« Théorie : état des lieux »), n° 30, 2010, p. 49.

4 Almuth Grésillon, Éléments de critique génétique. Lire les manuscrits modernes [1994], Paris, CNRS Éditions, 2016, p. 132.

5 Ibid., p. 17.

6 Sur la critique génétique des productions collectives, voir Genesis (« Créer à plusieurs mains »), n° 41, 2015.

7 Almuth Grésillon, Éléments de critique génétique. Lire les manuscrits modernes [1994], op. cit., p. 36.

8 Jerome McGann, The textual Condition, Princeton, Princeton University Press, 1991. En particulier le chapitre 4.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Peureux, « Introduction. Genèse des écrits de la première modernité. Hypothèses et perspectives »Littérales, 47 | 2020, 5-15.

Référence électronique

Guillaume Peureux, « Introduction. Genèse des écrits de la première modernité. Hypothèses et perspectives »Littérales [En ligne], 47 | 2020, mis en ligne le 01 mai 2024, consulté le 12 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/litterales/477 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11z24

Haut de page

Auteur

Guillaume Peureux

Université Paris Nanterre
CSLF (EA 1586)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search