Navigation – Plan du site

AccueilNuméros49Introduction

Dédicace

Pour Sophie
Cette promenade, dans tes pas, parmi les écritures.

Texte intégral

1À l’heure où nous rédigions ces lignes, des dizaines de manifestants se faisaient arrêter à Moscou, pour avoir brandi des pancartes dénonçant l’invasion russe en Ukraine et reprenant, pour certaines, des vers du poète ukrainien Chevtchenko, ailleurs écrits à même les murs. Dans les médias du monde entier, ces écrits, parfois ironiquement saisis dans le même cadre que des affiches de propagande du régime, jouxtaient les inscriptions monumentales, encore épargnées par les bombes, qui jalonnent le parc-mémorial du massacre des Juifs de Babi Yar à Kiev. Amère actualité de notre réflexion, pourtant joyeuse et enthousiaste, sur les usages littéraires mais aussi politiques, mémoriels, éphémères ou durables, d’écrits de différentes natures, exposés au sein de l’espace public, dans la France de la première modernité.

  • 1 Alain Viala, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Les Éd (...)

2Si, à cette époque, les pratiques scripturales savantes se définissent encore par référence aux modèles antiques, notamment épigraphiques, l’exposition de l’écriture se pratique dans des formes et sur des supports démultipliés, en latin ou en langue vernaculaire plus ou moins policée, au gré des inaugurations de monuments, des créations de lieux de promenade, mais aussi des fêtes, des émeutes, des guerres ou encore des aventures sentimentales ou des déboires dont les individus veulent afficher une trace signifiante. Loin de vouloir embrasser l’ensemble de ces pratiques, notre perspective est résolument littéraire : il s’agit d’étudier les réactions et commentaires suscités par cette profusion d’écrits chez des individus liés aux Belles-Lettres, qui éclairent – c’est notre hypothèse – ces autres pratiques scripturaires que nous nommons littérature, au moment où se développent de nouvelles cultures écrites par l’apparition de l’imprimerie et la progressive constitution d’un champ littéraire, encore morcelé1.

  • 2 Nous entendons « appropriation » au sens où l’entendent les historiens de la lecture et du commenta (...)
  • 3 Jacques Delille, L’Imagination, [1806], Paris, Didot, 1816, p. 193. Voir sur ce texte l’article de (...)

3Ces réactions constituent souvent des gestes d’appropriation créative, par lesquels les lecteurs, guidés la plupart du temps par des modèles d’écrits canoniques, mais aussi par les conditions socio-culturelles dans lesquelles ils lisent, expriment leur vision de l’autorité, du style, de la langue parfois2. S’y donne à lire une relative confiance dans les pouvoirs de l’écriture, qu’illustre notamment Delille, dans son long poème « L’Imagination », où il remercie les voyageurs qui sont allés jusqu’à graver certains de ses vers sur des monuments anciens des bords du Nil. « Ces murs sont mon trophée3 », s’enthousiasme-t-il, dans un passage métapoétique cité par Sophie Lefay, qui souligne bien la persistance de la métaphore antique de l’exegi monumentum horacien, bien qu’elle se trouve, comme nous le verrons, bien souvent questionnée sur la période.

L’étude des écritures exposées : une démarche interdisciplinaire

  • 4 Armando Petrucci, Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie, 11e-20e siècles, tr (...)
  • 5 Béatrice Fraenkel, « Les écritures exposées », in Linx, n° 31, « Écritures », 1994, Jacques Anis (d (...)
  • 6 Colloque de l’IRIS « Scripta », Paris Sorbonne Lumières (org. Béatrice 
    Fraenkel et al.), réparti en (...)
  • 7 La formule vient du titre de la communication de Zoé Carle, « La révolution comme événement d’é (...)
  • 8 La régulation de l’espace urbain par l’écrit officiel était l’enjeu de la communication de Laurent (...)
  • 9 La communication de Natalia Muchnik, « Résister : inscrire sa foi en prison (xvie-xviiie siècles) (...)
  • 10 Pour une réflexion sur la littérature moderne à partir de la pratique des inscriptions (définies de (...)

4Notre démarche tient compte de l’intérêt des historiens, sociologues, et anthropologues de l’écriture pour les « écritures exposées », concept notamment avancé par l’historien paléographe Armando Petrucci pour désigner, au-delà des seules inscriptions monumentales, traditionnellement étudiées par l’épigraphie, « n’importe quel type d’écriture conçu […] de façon à permettre la lecture à plusieurs (de groupe ou de masse) et à distance d’un texte écrit sur une surface exposée4. » L’attention portée à la lisibilité collective étend la gamme des messages considérés et des supports à prendre en compte, éphémères ou pérennes, officiels ou clandestins. Attentif aux écritures curiales et urbaines, Armando Petrucci souligne la porosité des écritures d’apparat, des écritures qu’il nomme « déviantes » et des textes littéraires, esquissant un domaine de recherches que ce volume tente modestement d’aborder. En complément, les travaux de Béatrice Fraenkel, sensibles à la dimension politique de l’exposition de l’écriture, notamment sous des régimes historiques où la compétence scripturale est rare, incitent à tenir compte, non seulement de la valeur informative des écritures exposées, mais aussi de leur valeur symbolique : la visibilité de l’écriture exposée est aussi importante que sa lisibilité, ou encore sa publicité5. Un récent colloque intitulé « Écritures exposées, écritures dans l’espace : la fabrique des espaces publics6 » a interrogé, de manière diachronique et transculturelle, la manière dont les inscriptions sont façonnées par leur localisation, condition de leur lisibilité, mais aussi comment elles façonnent à leur tour l’espace, et le rendent lisible, par l’association entre message linguistique, volontiers orné de déictiques, et divers dispositifs visuels, solennels ou agressant le regard, ainsi que par leur circulation sur différents supports et à l’occasion de divers « événements d’écriture7 », plus ou moins contrôlés8. Les usages parfois performatifs de ces écrits, adressés à des destinataires divers, y compris divins ou défunts9, invitent à inclure les méthodes de la linguistique pragmatique, voire des performance studies, dans ces travaux. Message, supports, circulation et réceptions des écritures exposées : autant d’enjeux qui recoupent pour partie les mutations des écritures littéraires10, en particulier dans le cadre historico-culturel qui nous intéresse.

Les écritures exposées dans la France de la première modernité : échos littéraires

  • 11 Florence Vuilleumier Laurens, Pierre Laurens, L’Âge de l’inscription. La rhétorique du monument en (...)

5Dans une Europe marquée par « l’âge de l’inscription11 », la France présente un cas particulier, où les tentatives de contrôler et d’exploiter l’écrit public, notamment par la création d’académies et d’autres instances créatrices à l’imitation de l’Italie, sont contemporaines des placards et libelles suscités par les guerres de Religion ou l’opposition aux gouvernants successifs, avant la gigantesque entreprise scripturale de la Révolution. Qui plus est, sous les effets conjoints d’une littératie modeste mais attestée, surtout dans les villes, de réflexions théologiques et philosophiques sur les enjeux de la lecture et de formes d’émulation individuelle et collective envers l’écrit, des expressions scripturales multiples se manifestent et trouvent un écho dans les productions littéraires.

  • 12 Voir par exemple Peter Burke, The Fabrication of Louis XIV, New Haven/Londres, Yale University Pres (...)
  • 13 Marc FumaroliL’Âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil de (...)

6Le texte inscrit sur des monuments, des œuvres d’art ou des tapisseries, depuis la salle de réception jusqu’aux rues des grandes villes en passant par les jardins, a suscité depuis une trentaine d’années quelques études fondatrices, notamment pour la période de la pré-modernité12. Mais on a moins considéré combien et comment le texte inscrit, l’écriture exposée, faisait à son tour parler et donnait à écrire, alors même qu’elle semble devoir s’imposer, et se passer, justement, de commentaire. Le texte exposé, depuis son élaboration jusqu’à son exposition à la lecture, en passant par diverses réécritures, critiques et querelles, mobilise non seulement des auteurs (de devises, de vers, d’épigraphes), mais aussi des commentateurs de divers statuts et qui s’expriment dans différents cadres, et avec différentes références historiques, stylistiques, religieuses ou politiques. Au-delà des remarques sur la langue et le style utilisés – d’une importance capitale à l’époque –, d’autres enjeux peuvent toucher à l’activité littéraire, à commencer par la critique de la rhétorique mise en œuvre afin d’obtenir des effets sur les lecteurs, critique pouvant aboutir à des réécritures, voire des parodies. Dans une culture marquée par le souci de l’honneur et de la réputation qui conditionne largement l’activité littéraire, l’écriture exposée implique une économie de l’éloge et du blâme susceptible de nourrir la réflexion sur la littérature et ses valeurs13.

Aux origines du projet

  • 14 Carole Boidin et Fabrice Moulin, « Gaspard Bretton [signé], “Critique honneste…” », in Métamorphose (...)

7Dans le cadre d’une publication collective du groupe « Lire, Commenter, Réécrire » de l’université Paris Nanterre, qui voulait illustrer la multiplicité des pratiques du commentaire dans cette période, nous avons entamé cette réflexion conjointe par une première étude14. Nous avons édité et présenté le commentaire inédit, et rédigé « à chaud », d’une série d’inscriptions ornant le monument, hautement politique, de la place des Victoires à Paris (inauguré en 1686). Un avocat méconnu du Parlement s’y autorise à reprendre les erreurs commises par le secrétaire perpétuel de l’Académie française, François-Séraphin Régnier-Desmarais, et à proposer que ces inscriptions soient changées selon ses propositions. Il témoigne du caractère encore incontrôlé de la politique culturelle mise au service de la gloire de Louis XIV, qui s’exprime pourtant déjà clairement par la mobilisation des gens de lettres et par la publicité organisée autour de cette inscription, qui incite un aspirant auteur à vouloir y participer.

  • 15 Anne Béroujon, Les Écrits à Lyon au xviie siècle. Espaces, échanges, identités, Grenoble, Presses u (...)

8De cette première réflexion, prolongée par la lecture des travaux d’Anne Béroujon sur les écritures exposées dans les espaces urbains pré-modernes, et de Marine Roussillon sur les fêtes royales et leurs usages de l’écrit15, est née l’idée d’une journée d’études sur les commentaires des inscriptions dans la France de la première modernité, qui s’est tenue à l’université Paris Nanterre en juin 2017. Il nous semblait indispensable d’allier l’étude d’inscriptions monumentales et de leurs échos auprès des gens de lettres, et celle de la production d’inscriptions par ces derniers, à destination d’espaces publics dont nous voulions explorer la diversité, dans un contexte où, excepté peut-être pour la période révolutionnaire, la notion d’espace public s’avérait de toute façon anachronique. Trois pôles ou trois espaces s’étaient alors dessinés, sans prétention à l’exhaustivité : les villes, associées à ce que les Anciens appelaient le negotium mais aussi aux conflits civils ; les lieux du loisir, associés à la Cour mais aussi à la proximité recherchée de la nature – nous avions dû laisser de côté les espaces de loisir plus triviaux ; mais aussi des espaces créés ad hoc pour produire de l’activité politique, religieuse ou philosophique, dans des contextes de définitions de communautés.

9Les contributions d’Anne Béroujon, de Sophie Lefay et de Patrick Brasart sont directement issues de cette journée d’études. Ce volume publié, enrichi de cinq textes supplémentaires (Mathilde Bernard, Fabrice Charton, Arthur Huiban, Françoise Le Borgne et Élise Pavy-Guilbert) a permis d’ouvrir la réflexion et d’introduire des contrepoints à une approche initiale que nous jugions encore trop orientée par le modèle de l’inscription monumentale.

10L’extension de l’empan chronologique, en amont et en aval, nous a permis d’embrasser l’intense production d’écritures exposées pendant les guerres de Religion et de mesurer les conséquences immédiates des redéfinitions pratiques et stylistiques des inscriptions de l’époque révolutionnaire. Ce souci d’élargir la perspective permet aussi, en prenant un peu plus de recul, de revenir sur quelques-uns des cadres intellectuels, religieux et politiques au sein desquels s’inscrivent les pratiques des écritures exposées, sur cette large période menant des guerres de Religion à la Révolution.

  • 16 Voir notamment L’Invention du Jardin Romantique en France, 1761-1808, Paris, Spiralinthe, 2001, et (...)

11Une deuxième forme d’ouverture est liée au souvenir de notre collègue Sophie Lefay et à l’hommage que ce volume voudrait lui rendre. Ses travaux ont nourri et guidé notre réflexion sur l’articulation entre les écritures exposées et la littérature, autour de l’enjeu majeur des émotions16. Nous avons donc accordé une plus grande place à la façon dont les écritures exposées s’adressent à la sensibilité tout autant qu’à l’esprit du lecteur, en incluant la pratique explicitement littéraire et personnelle de l’inscription chez Rétif de la Bretonne. De la publicité à l’intime, de la raison (politique, institutionnelle ou historique) à la sensibilité : une nouvelle forme de tension propre à l’inscription traverse alors ce volume, comme un autre itinéraire possible parmi les écritures exposées.

L’architecture du volume

12Cet ouvrage entend donc interroger ces écritures exposées sous l’angle des études littéraires, en posant la question de leur style, de leur lectorat, de leur publication, mais, réciproquement, il explore également comment ces écritures exposées peuvent fournir un autre modèle d’approche des œuvres littéraires, en interrogeant leurs conditions de lisibilité ou les usages politiques ou idéologiques de leur diffusion. Cette distinction se brouille parfois, notamment lorsque l’œuvre littéraire cite ou invente des écritures exposées.

13L’empan chronologique mène le lecteur de la Renaissance aux lendemains de la Révolution. Le développement de l’imprimé, les réflexions renaissantes sur les Écritures et la prolifération de petits écrits exposés au cours des guerres de Religion entraînent de nouvelles pratiques et de nombreux commentaires, dont nous suivrons quelques évolutions significatives, avant que la production industrielle des textes littéraires et de la presse n’ouvre la voie à une dissémination de l’écrit littéraire dans des genres d’actualité, non soumis aux grands genres et aux autorités de Belles-Lettres.

14Dans ce temps long de la première modernité, et malgré la complexité des sources impliquant elles-mêmes des contextes de réception multiples (savantes, mondaines, populaires, voire illettrées), des permanences se dégagent parmi les pratiques relatives aux écritures exposées : le souci d’archiver, de critiquer et de co-écrire, mais aussi de contrôler la production de telles écritures.

15Le volume propose un parcours en quatre thématiques, éclairées chacune par deux contributions complémentaires.

Questions d’autorité : débats autour de la scripturalité et de sa publicisation

16Les deux premiers articles rappellent des débats de divers ordres autour de la scripturalité et de sa publicisation. Si les commentaires des écritures exposées sont souvent des réceptions actives, engageant parfois des recréations, on peut les comparer à la publication de l’écrit littéraire, dans sa complexité : comment l’auteur se définit-il, et quelle durabilité son intention peut-elle escompter ? L’écriture exposée a-t-elle une forme de sacralité ? Afin d’éclairer ces questions, nous avons fait le choix de solliciter deux éclairages extérieurs à la discipline littéraire.

17Arthur Huiban, spécialiste des débats théologico-philosophiques sur les Écritures à la Renaissance, revient sur un élément fondamental de notre périodisation : les discussions des théologiens protestants et catholiques, notamment aux lendemains du concile de Trente, autour de la nature écrite (voire, à l’origine, inscrite, sur les tables du Sinaï) des textes bibliques, que les Réformés vont progressivement considérer non seulement comme suffisante, mais aussi comme supérieure à la tradition orale. Ce point de doctrine, abondamment traité par Calvin ou Théodore de Bèze, éclaire d’un jour inattendu notre question.

18La contribution de Fabrice Charton, historien des académies, rappelle l’histoire de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, conçue comme un lieu de rédaction et de contrôle, mais aussi de collection des inscriptions. Fabrice Charton éclaire notamment cette institution sous l’angle de l’autorité partagée que ses membres s’octroient progressivement, dans le champ d’action laissé par la tutelle politique, concernant l’énonciation sobre et sublime d’une parole publique de l’État et les enjeux de son archivage.

Du placard au monument : les commentaires d’inscriptions dans l’espace politique de la ville

19Les deux contributions suivantes portent sur les commentaires d’inscriptions dans l’espace politique de la ville. Elles offrent, avec leurs enjeux respectifs, une variation des lieux (du Paris de la Ligue au Lyon de l’âge classique) et des supports (de l’affiche éphémère à l’inscription monumentale).

  • 17 La collecte de L’Estoile peut faire écho, avec plus de 300 ans d’avance, et pour les Nanterrois que (...)

20Mathilde Bernard, spécialiste des littératures polémiques et religieuses de la Renaissance, présente l’intense compilation, par Pierre de L’Estoile, de placards et écrits politiques exposés dans la ville de Paris, notamment durant les troubles de la Ligue. Rassemblant sans relâche ces documents, qui témoignent de la façon dont le paysage visuel de la ville vibre de ces événements, L’Estoile pratique une collection personnelle qui ambitionne de dire l’Histoire, comme l’indiquent ses Registres-Journaux. Il rassemble dans son ouvrage des écrits d’autant plus véhéments qu’ils se savent éphémères. Geste d’une fascinante modernité, tant par l’attention inédite qu’il porte à des sources si fragiles17, que par le paradoxe, ainsi créé, de l’inscription du transitoire comme matière d’un ouvrage conçu pour durer.

21Dans le sillage de ses travaux sur les écritures exposées dans la ville de Lyon au xviie siècle, Anne Béroujon choisit d’analyser deux types de commentaires sur ces écritures. Le premier est satirique, l’autre élogieux, et chacun est pris dans des objectifs idéologiques et des cadres génériques bien distincts. Ils représentent cependant bien les enjeux politiques du façonnement d’une langue solennelle, et d’une parole adressée en public, non au public : une parole de pouvoir.

Du jardin littéraire au jardin secret : les commentaires d’inscriptions comme processus de création littéraire

22Les études suivantes se déportent vers le xviiie siècle, au plus près des domaines de prédilection de Sophie Lefay. La poétique des écritures exposées fournit en effet un miroir flatteur à la composition littéraire, dans une période où l’intérêt des philosophes pour la sensibilité et les émotions semble se diffuser dans toute la littérature. Il est question, dans ces deux interventions, d’écritures exposées de nature différente.

23La contribution de Sophie Lefay a été éditée par nos soins, à partir du texte de son intervention, avec l’accord et l’aide de François Roudaud, ainsi que les éclairages d’Hugues Marchal. Qu’ils en soient ici remerciés. Dans son texte qui, au-delà de ses analyses lumineuses, conserve la trace de l’esprit bienveillant qu’elle avait apporté à notre journée d’études, Sophie Lefay revient sur les inscriptions de jardins et les commentaires qu’elles suscitent dans la période du tournant des Lumières. Ces inscriptions, conçues pour émouvoir, suscitent des réactions proches de celles que suscitent les textes littéraires, en particulier lyriques : admiration et blâme, épanchement émotionnel ou réflexions philosophiques. Ces commentaires semblent valider l’ambition des auteurs de ces inscriptions à les faire entrer dans l’ordre des compositions littéraires.

24Françoise Le Borgne explore, quant à elle, la période tumultueuse où Rétif de la Bretonne noircit tous les murs de l’île de la Cité d’inscriptions commémorant l’histoire d’une relation amoureuse passionnée, avant de revenir sur ces écritures dans deux de ses œuvres littéraires. Ce double geste réflexif, à quelque temps d’écart, nourrit ses réflexions sur l’écriture comme expansion authentique de soi et archive sensible.

Inscrire le peuple dans l’espace public : commentaires et mutations des inscriptions dans le moment révolutionnaire

25Enfin, les deux dernières contributions s’attardent sur les évolutions des inscriptions et de leurs commentaires dans le moment révolutionnaire, où il s’agit notamment de donner place à la parole du peuple, dans un espace public en train de s’inventer.

26Patrick Brasart évoque la multitude d’inscriptions prévues dans le dispositif cérémoniel de la fête de la Fédération de 1790. Ces inscriptions sont soigneusement composées, en alliance avec des images et des supports divers dans l’espace, afin de parler au peuple, et en son nom, dans le moment de la fête, puisque ces inscriptions tiennent lieu de discours politiques, en lieu et place des harangues des orateurs, inaudibles pour l’immense foule rassemblée. Les formes d’archivage et de publication de ces inscriptions sont multiples et dénotent un souci de la pérennisation de ce moment fondateur. Critiques et discussions manifestent autant d’exercices du débat politique qui se réinvente et s’interroge notamment sur la nature et le rôle du peuple dans le discours national émergent.

27Élise Pavy-Guilbert clôt le volume sur la circulation multiple d’un énoncé, La Liberté ou la mort, aux lendemains de la Révolution. Formulé de manière lapidaire et impersonnelle, abondamment discuté, cet énoncé se retrouve sur des documents officiels, des œuvres d’art et d’autres supports plus inattendus, en l’espace de quelques années. Il acquiert donc des significations multiples et fonctionne comme une devise, qui, tout à la fois, incite à une appropriation active de l’injonction qu’elle sous-entend et fonctionne comme le témoignage d’un moment historique et fondateur d’une communauté.

28Commenter ces inscriptions, cette « éloquence des pierres », des jardins ou des feuillets, est-ce travailler à cet effort et prolonger, démultiplier la célébration ? Est-ce s’inscrire soi-même dans le sillage d’un discours faisant autorité par cette exposition ? Ou est-ce au contraire contester cette autorité, démonter le procès d’immortalisation comme on déboulonne la statue ? Et surtout : quelles comparaisons mener entre ces pratiques et celles du commentaire plus traditionnel, relevant des Belles-Lettres ? Nous pensons que ces études peuvent contribuer à rendre lisibles des articulations entre sphères publiques, semi-publiques ou privées qui conditionnent l’écriture littéraire et interrogent ce qui peut ou doit être lisible par tous.

29Sans chercher à faire de ce type de pratique une catégorie générique, nous le proposons plutôt comme point d’observation de manières de lire, commenter, réécrire, dans la France de cette longue période, en variant les « cas » exemplaires et les profils de commentateurs.

Haut de page

Notes

1 Alain Viala, Naissance de l’écrivain. Sociologie de la littérature à l’âge classique, Paris, Les Éditions de Minuit, 1985 ; Roger Chartier, Lectures et lecteurs dans la France d’Ancien Régime, Paris, Éditions du Seuil, 1987 ; Christian Jouhaud, Alain Viala et le Grihl (éd.), De la publication. Entre Renaissance et Lumières, Paris, Fayard, 2002.

2 Nous entendons « appropriation » au sens où l’entendent les historiens de la lecture et du commentaire comme Roger Chartier ou Guillaume Peureux : des pratiques diverses par lesquelles un lecteur « fait sien » un énoncé textuel. Voir Roger Chartier (dir.), Pratiques de la lecture, Paris, Payot, « Petite bibliothèque Payot », 1993 ; Guillaume Peureux, De main en main. Poètes, poèmes et lecteurs au xviie siècle, Paris, Hermann, 2021.

3 Jacques Delille, L’Imagination, [1806], Paris, Didot, 1816, p. 193. Voir sur ce texte l’article de Sophie Lefay dans ce volume.

4 Armando Petrucci, Jeux de lettres. Formes et usages de l’inscription en Italie, 11e-20e siècles, traduit de l’italien par Monique Aymard, Paris, Éditions de l’EHESS, 1993 [Ideologia e rappresentazione, Turin, Einaudi, 1980], p. 10.

5 Béatrice Fraenkel, « Les écritures exposées », in Linx, n° 31, « Écritures », 1994, Jacques Anis (dir.), p. 99-110.

6 Colloque de l’IRIS « Scripta », Paris Sorbonne Lumières (org. Béatrice 
Fraenkel et al.), réparti en ateliers pendant l’année universitaire 2020-2021.

7 La formule vient du titre de la communication de Zoé Carle, « La révolution comme événement d’écriture : scènes d’écriture, scènes de lectures », à propos des circulations épigraphiques de slogans dans la révolution égyptienne de 2011.

8 La régulation de l’espace urbain par l’écrit officiel était l’enjeu de la communication de Laurent Cuvelier, « Le maintien de l’ordre mural à Paris au xviiie siècle. Contrôler les écritures exposées et maîtriser l’espace public ».

9 La communication de Natalia Muchnik, « Résister : inscrire sa foi en prison (xvie-xviiie siècles) », s’attachait aux écrits muraux des minorités religieuses incarcérées en France, en Angleterre et en Espagne dans la période qui nous intéresse.

10 Pour une réflexion sur la littérature moderne à partir de la pratique des inscriptions (définies de façon large), voir le bel ouvrage de Jean-Claude Mathieu, Écrire, inscrire. Images d’inscriptions, mirages d’écriture, Paris, José Corti, « Les essais », 2010.

11 Florence Vuilleumier Laurens, Pierre Laurens, L’Âge de l’inscription. La rhétorique du monument en Europe du xve au xviie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 2010.

12 Voir par exemple Peter Burke, The Fabrication of Louis XIV, New Haven/Londres, Yale University Press, 1992 ; Thierry Sarmant, La République des médailles : numismates et collections numismatiques à Paris du Grand siècle au siècle des Lumières, Paris, Honoré Champion, 2003. Pour une bonne synthèse sur l’ampleur des travaux récents concernant les écritures exposées dans l’Europe pré-moderne : Antonio Castillo Gómez, « Words on Walls : An Approach to Exposed Writing in Early Modern Europe », in Jems, 2020, n° 9, p. 57-82.

13 Marc FumaroliL’Âge de l’éloquence. Rhétorique et « res literaria » de la Renaissance au seuil de l’époque classique, Genève, Droz, 1980 ; Hélène Merlin-Kajman, Public et littérature en France au xviie siècle, Paris, Les Belles Lettres, 1994 et L’Excentricité académique. Institution, littérature, société, Paris, Les Belles Lettres, 2001 ; Christian Jouhaud et Hélène Merlin, « Mécènes, patrons et clients. Les médiations textuelles comme pratiques clientélaires au xviie siècle », in Terrain, n° 21, octobre 1993, p. 47-62.

14 Carole Boidin et Fabrice Moulin, « Gaspard Bretton [signé], “Critique honneste…” », in Métamorphoses du commentaire (xve-xviiisiècles). Une anthologie, Groupe de recherches « Lire, Commenter, Réécrire », Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, « Orbis litterarum », 2020, p. 237-268.

15 Anne Béroujon, Les Écrits à Lyon au xviie siècle. Espaces, échanges, identités, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2009 ; Marine Roussillon, « La visibilité du pouvoir dans Les Plaisirs de l’île enchantée : spectacle, textes et images », in Papers on French Seventeenth Century Literature, n° 41 (80), « Les stratégies de la représentation et les arts du pouvoir », 2014, p. 103-117.

16 Voir notamment L’Invention du Jardin Romantique en France, 1761-1808, Paris, Spiralinthe, 2001, et L’Éloquence des pierres : usages littéraires de l’inscription au xviiie siècle, Paris, Classiques Garnier, 2015.

17 La collecte de L’Estoile peut faire écho, avec plus de 300 ans d’avance, et pour les Nanterrois que nous sommes, aux collectes d’affiches, tracts ou dessins de la première guerre mondiale ou de la Révolution d’octobre par les époux Leblanc, à l’origine du fonds de la Contemporaine (ex BDIC). Voir par exemple, « Cent ans… », in Journal de la BDIC, n° 42, février 2017. http://www.lacontemporaine.fr/images/actus/JournalBDIC42.pdf (consulté le 02/02/2022).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Carole Boidin et Fabrice Moulin, « Introduction »Littérales, 49 | 2022, 5-16.

Référence électronique

Carole Boidin et Fabrice Moulin, « Introduction »Littérales [En ligne], 49 | 2022, mis en ligne le 01 mai 2024, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/litterales/522 ; DOI : https://doi.org/10.4000/11z26

Haut de page

Auteurs

Carole Boidin

Université Paris Nanterre – LIPO et CSLF

Fabrice Moulin

Université Paris Nanterre – LIPO et CSLF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search