Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Comptes rendusHans Peter Lund (éd.). L’Italie d...

Comptes rendus

Hans Peter Lund (éd.). L’Italie dans l’imaginaire romantique

Actes du colloque de Copenhague 14-15 septembre 2007, en collaboration avec Michel Delon, Danemark, Det Kongelige Danske Videnskabernes Selskab, 2008, 310 p.
Fabienne Bercegol
p. 209-211
Référence(s) :

L’Italie dans l’imaginaire romantique, actes du colloque de Copenhague 14-15 septembre 2007, édités par Hans Peter Lund en collaboration avec Michel Delon, Danemark, Det Kongelige Danske Videnskabernes Selskab, 2008, 310 p.

Texte intégral

1Ce volume rassemble les communications présentées lors du colloque international sur L’Italie dans l’imaginaire romantique organisé en septembre 2007 à Copenhague sous les auspices de l’Académie royale des Sciences et des Lettres de Danemark, en collaboration avec la Société d’Histoire littéraire de la France. Son intérêt vient en grande partie de l’ouverture de son domaine voulue par les organisateurs, qui ont eu l’excellente idée de joindre à des études attendues sur la représentation de l’Italie dans la littérature romantique des articles sur l’influence des artistes italiens sur l’univers pictural et musical du XIXe siècle. Le lecteur a ainsi le plaisir de disposer d’un ouvrage richement illustré grâce à la reproduction de plusieurs œuvres de Géricault, de Delacroix et de leurs modèles italiens, et il peut se faire une juste idée de la fascination qu’a exercée l’Italie sur l’ensemble de la création littéraire et artistique de la période romantique. Car, comme l’explique d’emblée Hans Peter Lund dans la préface, il s’agit bien ici de prendre la mesure de l’extraordinaire attrait de ce pays et de dessiner les contours de l’ailleurs, rêvé, fantasmé, beaucoup plus que réellement exploré, qu’il a incarné pour la plupart des artistes romantiques. Aussi les différentes contributions ici regroupées s’attachent‑elles d’abord, en accord avec le titre du volume, à dégager les structures imaginaires du mythe italien, tel qu’il apparaît dans les grandes œuvres du début du XIXe siècle.

2En dépit de sa diversité, ce volume ne pouvait prétendre à l’exhaustivité et l’on pourra toujours regretter l’absence d’études sur des auteurs majeurs, tel Balzac, qui ont eux aussi aimé l’Italie et écrit sous son influence. Mais dans l’ensemble, les écrivains qui ont le plus subi l’emprise imaginaire de ce pays ne sont pas oubliés, et l’on trouve dans ces actes les contributions que l’on attendait sur ceux qui ont lancé le culte de l’Italie et qui en ont ensuite entretenu la ferveur. Ainsi en va‑t‑il de Chateaubriand, à qui est fait l’honneur d’ouvrir ce recueil, grâce aux deux articles que lui consacrent Marc Fumaroli (« Chateaubriand et l’Italie ») et Winfried Wehle (« Kinesthétique : écrire à l’image du Vésuve. Gœthe et Chateaubriand »). S’il ne néglige pas le rôle déjà structurant conféré à l’Italie dans l’imaginaire géographique et social des Martyrs, Marc Fumaroli choisit de centrer son propos sur le récit de ses différents séjours romains et vénitiens que Chateaubriand a inséré dans les Mémoires d’outre‑tombe. Il revient sur les circonstances de la « révélation italienne » à laquelle a donné lieu la découverte du pays par Chateaubriand après le succès retentissant du Génie du christianisme : l’admirateur de Rousseau accomplit alors un voyage de « remémoration historique » qui le réconcilie avec la civilisation de l’Europe catholique et qui lui permet, face aux ruines de Rome, d’être de nouveau touché par l’Espérance portée par la lecture chrétienne des vicissitudes de l’histoire humaine. Lieu où s’accomplit sa conversion, tant esthétique que religieuse, Rome séduit encore le diplomate et le mécène qui y revient en mission en 1828, mais Marc Fumaroli souligne à juste titre l’inquiétude grandissante de Chateaubriand, qui sait la civilisation romaine de plus en plus menacée par la modernité industrielle et athée. L’ultime halte vénitienne de 1833 sera pourtant l’occasion d’un adieu apaisé à l’Italie, saluée pour ses plaisirs et pour le loisir méditatif auquel invite son paysage. Plus ponctuel, l’article de Winfried Wehle complète ce parcours en s’arrêtant sur le récit de son ascension du Vésuve en 1804 que Chateaubriand a placé dans son Voyage en Italie : à la faveur d’un parallèle avec la relation par Gœthe de sa propre découverte du volcan en 1787, Winfried Wehle montre comment Chateaubriand rompt avec l’esthétique classique qui régissait jusqu’à lui la représentation de la montée au Vésuve et l’analyse de l’expérience existentielle qu’elle constitue.

3Mme de Staël devait également avoir sa place dans ce colloque qui marquait aussi, comme le rappelle Hans Peter Lund, l’anniversaire de la publication de son roman, Corinne ou l’Italie (1807). Michel Delon revient donc sur la fonction dévolue au voyage italien dans la quête identitaire que mène dans cette œuvre le couple d’amants, et il montre que l’issue tragique de leur relation finit par figurer le destin de l’Italie, déchirée par les violences de son Histoire et dotée d’un avenir incertain (« L’Italie de Corinne »). La présence de Stendhal n’était pas moins obligatoire dans ce colloque : son Italie mythique revit avec toutes ses promesses de bonheur amoureux dans l’article de Karin Gundersen, « L’Italie dans la mythologie stendhalienne de l’amour » : elle y caractérise notamment la structure « environnementale » de la pensée de Stendhal, toujours étroitement liée au paysage contemplé et façonnée par sa richesse sensorielle autant que par ses résonances affectives. John E. Jackson précise ensuite le rôle tenu par l’Italie dans la structuration imaginaire du réel chez Nerval (« Nerval et l’Italie »). Sa réflexion porte principalement sur les sources de la créativité poétique, sur l’espoir d’une renaissance alimenté par l’Italie de la Renaissance telle que Nerval la fait revivre. Revenant sur les œuvres de Jean Paul et de Hölderlin qui l’ont inspiré, John E. Jackson examine les aléas de la rêverie syncrétique que fait naître l’Italie, et il commente l’espérance nervalienne, toujours traversée par le doute, d’une persistance du divin à travers les âges.

4Les articles suivants illustrent la diversité des travaux regroupés dans cet ouvrage, en ménageant une ouverture vers d’autres littératures et vers d’autres disciplines. Ainsi Dan Ringgard brosse-t-il un portrait d’Andersen en voyage (« Voyager, c’est regarder, marcher et écrire : Andersen en Italie ») : il illustre l’acuité de son regard, curieux de détails révélateurs de la physionomie d’un peuple ; il décrit surtout ses habitudes d’infatigable marcheur, son besoin de se déplacer entre les lieux visités qui entraîne sa prose dans de surprenantes « déambulations linguistiques », où le réalisme le plus cru côtoie de poétiques vues du monde. Se situant lui-même dans la lignée des critiques qui ont établi la prépondérance de l’imaginaire dans l’écriture de l’Histoire chez Michelet, Hans Peter Lund montre comment ce dernier, dans un souci constant de « dépassement du concret », interprète paysages et œuvres d’art comme la préfiguration de la marche du peuple italien vers la liberté, et leur confère, comme l’avaient bien perçu ses contemporains, une « unité dramatique et philosophique » (« Transpositions significatives : l’Italie chez Michelet »).

5On saura gré à Fritz Nies de s’être penché sur les très nombreuses traductions en français d’œuvres italiennes ou de livres en langue étrangère (anglais et allemand surtout) portant sur l’Italie qui paraissent au XVIIIe siècle. Son article, « À l’aube du romantisme : l’Italie vue par le prisme des traductions », présente un très utile inventaire, qui permet de comprendre comment s’est constitué, à partir de ce fonds, un réseau de motifs qui a structuré l’imaginaire de la génération romantique, qu’il s’agisse de l’Italie chevaleresque rencontrée dans les traductions à succès de La Jérusalem délivrée du Tasse, de l’Italie énergique illustrée dans les biographies traduites des « condottieri », ou de la découverte, par les descriptions, du potentiel symbolique d’un volcan en activité. Sans doute a‑t‑il raison d’expliquer par là l’infléchissement de l’image de l’Italie, l’émergence d’une « poétique des ténèbres » associée à la mise en scène d’une terre de violences, de crimes et de révoltes. Udo Schöning complète cet état des lieux de la connaissance de la littérature italienne en France à la fin du XVIIIe siècle, en examinant « l’Italie et la littérature italienne chez Madame de Staël, Ginguené et Sismondi » : il montre qu’outre la mise au point d’une méthode d’histoire littéraire, se développe dans leurs essais une réflexion de portée politique sur les rapports entre littérature et société, notamment sur les raisons de la décadence d’une culture, expliquée dans le cas de l’Italie par le manque de liberté.

6Trois contributions examinant soit la tradition picturale de représentation de sites italiens célèbres, soit l’influence d’artistes italiens concluent ce parcours, aussi agréable qu’instructif, de l’Italie imaginaire du début du XIXe siècle : Denis Coutagne présente Granet en « témoin crépusculaire » des ruines du Colisée (« Le Colisée de Granet »), Else Marie Bukdahl fait le point sur l’inspiration italienne de Géricault et de Delacroix (« Delacroix, les peintres de l’âge romantique et la fascination de l’Italie »), et Svend Bach commente la réception contrastée de l’œuvre de Rossini (« Rossini : de l’opéra italien à la réception en France »).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Bercegol, « Hans Peter Lund (éd.). L’Italie dans l’imaginaire romantique »Littératures, 62 | 2010, 209-211.

Référence électronique

Fabienne Bercegol, « Hans Peter Lund (éd.). L’Italie dans l’imaginaire romantique »Littératures [En ligne], 62 | 2010, mis en ligne le 21 août 2018, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/1005 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.1005

Haut de page

Auteur

Fabienne Bercegol

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search