Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Comptes rendusPaolo Tortonese (dir.), Le Platon...

Comptes rendus

Paolo Tortonese (dir.), Le Platonisme romantique

Bresson, Université de Savoie, 2009, 150 p.
Marie‑Catherine Huet‑Brichard
p. 212-213
Référence(s) :

Le Platonisme romantique, sous la direction de Paolo Tortonese, Bresson, Université de Savoie, 2009, 150 p.

Texte intégral

1L’ouvrage réunit les actes d’un colloque qui s’est tenu à l’Université de Chambéry. Les différentes contributions tentent de mesurer l’influence de la pensée platonicienne dans le Romantisme européen et donc de circonscrire la nature et l’essence du platonisme romantique. Car qu’entendre derrière ces deux mots ? Ne risque-t-on pas, comme le remarque Dominique Combe dans son article, d’englober sous l’étiquette de platonisme toute la poétique et l’esthétique romantiques ? Ne faudrait-il pas parler, comme le suggère ce même critique, de « vulgate platonicienne » plutôt que de « référence à Platon » (p. 21) ? Toute la question est de différencier ce qui relève d’une influence directe de ce qui renvoie à un platonisme diffus.

2Car le retour à Platon s’est opéré dans un contexte culturel particulier (le rejet des philosophies matérialistes du XVIIIe siècle) et a eu besoin d’intercesseurs. Si l’on se place en amont, l’importance de Goethe est soulignée, dans la relecture de Platon, mais aussi dans la redécouverte de Plotin (article de Dagmar Mirbach). Victor Cousin, traducteur et professeur, a joué un rôle capital en France, celui de vulgarisateur (article de Dominique Combe). En aval, la philosophie de Schopenhauer apparaît comme l’héritière des grands thèmes platoniciens (article de Giuseppe Riconda).

3Le Romantisme allemand occupe, comme il se doit, une place clé dans ce dispositif, mais Claudio Cianco montre bien comment un concept platonicien essentiel, celui de la réminiscence, peut être au cœur d’une démarche herméneutique pour être ensuite abandonné, comme c’est le cas dans l’itinéraire spéculatif de Schelling.

4Les idées platoniciennes, même abordées directement dans les traductions des textes grecs, ont été interprétées, relues, reconstruites dans des œuvres singulières, selon des schémas plus ou moins complexes. La philosophie platonicienne a pu s’affronter à d’autres philosophies. Dans les textes de William Blake coexistent par exemple des thèmes néoplatoniciens et des thèmes gnostiques (article de Sergio Givone) : « Blake détourne le néoplatonisme à l’intérieur d’une pensée qui reste essentiellement gnostique » (p. 32). Dans l’œuvre d’un Hölderlin, attiré par la Grèce présocratique et la Grèce classique, interfèrent l’influence de Platon et celle d’Héraclite (article de Jean Pol Madou),

5Certains leitmotive de la littérature romantique ont leur écho dans les textes de Platon. L’immortalité de l’âme, débattue dans le Phédon, est l’objet d’un poème de Lamartine, La Mort de Socrate (article de Dominique Combe), poème que l’on peut qualifier de philosophique selon la dénomination choisie par Vigny dans la préface des Destinées. Le statut de l’artiste et de l’art est pensé par Goethe à la lumière des textes de Platon (article de Jean Lacoste) : si l’écrivain croit à « l’autonomie organique de l’œuvre d’art » (ce en quoi il peut être considéré comme romantique), il refuse « à l’homme et à l’artiste tout accès à l’Absolu » (p. 51), ce en quoi il s’éloigne des romantiques. La question du passage problématique de l’idée à la réalisation, question qui a interrogé tout le XIXe siècle, est envisagée de Goethe (Werther) à Balzac (Frenhofer) et, au-delà, à Mallarmé (article de Paolo Tortonese). Ces questionnements esthétiques (celle du beau notamment) sont prolongés dans la perspective du XXe siècle dans l’article de Maxence Mosseron qui clôt l’ouvrage.

6Ce petit livre, qui poursuit la réflexion abordée par Paolo Tortonese dans L’œil de Platon et le regard romantique (2006), mériterait d’autres prolongements puisque sa lecture nous convainc que l’œuvre de Platon est la clé pour comprendre la littérature européenne du XIXe siècle. Le Romantisme se devait d’annexer une pensée qui permet de « réconcilier la poésie avec la philosophie », selon la formule de Dominique Combe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie‑Catherine Huet‑Brichard, « Paolo Tortonese (dir.), Le Platonisme romantique »Littératures, 62 | 2010, 212-213.

Référence électronique

Marie‑Catherine Huet‑Brichard, « Paolo Tortonese (dir.), Le Platonisme romantique »Littératures [En ligne], 62 | 2010, mis en ligne le 21 août 2018, consulté le 14 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/1017 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.1017

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search