Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Comptes rendusLéon Bloy, Lettres à Paul Jury

Comptes rendus

Léon Bloy, Lettres à Paul Jury

Texte édité et présenté par Michel Brix, Tusson, Du Lérot, 2010, 336 p.
Elise Sorel
p. 220-222
Référence(s) :

Léon Bloy, Lettres à Paul Jury. Texte édité et présenté par Michel Brix, Tusson, Du Lérot, 2010, 336 p.

Texte intégral

1On ne saurait passer à côté du regain d’intérêt dont fait preuve la critique actuelle pour l’œuvre de Léon Bloy. Généralement connu pour sa verve pamphlétaire et ses déclarations à l’emporte-pièce – Le Sang du pauvre vient d’être republié aux éditions de la Part commune, Le Désespéré dans la collection GF des éditions Flammarion –, l’écrivain est aussi apprécié pour ses œuvres plus intimes. Ainsi, les anciennes publications du Journal et du Journal inédit viennent de s’étoffer, en 2010, des Méditations d’un solitaire en 1916 (La Part commune) et du nouveau volume de la correspondance avec sa femme Johanne Molbech (1889-1890) dans les Classiques Garnier. C’est à cette revalorisation que contribue Michel Brix, en publiant pour la première fois dans leur intégralité les Lettres à Paul Jury qui sont conservées à la Réserve précieuse de la bibliothèque centrale des Facultés universitaires Notre-Dame de la Paix de Namur.

2À l’âge de l’adolescence, Paul Jury (1878‑1953), récemment converti, entreprend une visite chez Léon Bloy, âgé de 48 ans, auquel il voue une fervente admiration. S’engage alors une correspondance, de 1894 à 1905, retraçant l’histoire d’une relation « tourmentée » entre le Pèlerin de l’Absolu et celui qui fut un ami de la famille, en même temps qu’un adversaire idéologique – un jésuite.

3C’est au gré des événements historiques que nous suivons la vie de Léon Bloy et de sa famille, dont la foi reste intacte au milieu des tribulations : sur le plan personnel, misère extrême et mort de ses deux fils ; sur le plan littéraire, insuccès de ses livres – Le Salut par les Juifs se trouve sous une couche de poussière, « entre des robinets et des appareils pour cabinets d’aisance » ; enfin sur le plan politique, loi Waldeck‑Rousseau et victoire de Combes, qui signent l’indignité de l’Église face à la politique anticléricale du gouvernement républicain…

4Mais l’intérêt des lettres dépasse la seule anecdote historique ; si l’on apprend jusqu’à la date d’échéance des loyers de l’écrivain, on aura tôt fait de saisir l’enjeu intellectuel de cet échange entre un prêtre de la Compagnie de Jésus, ultramontain et moderniste, et l’éternel révolté, vitupérant contre l’esprit du Syllabus et les efforts d’aggiornamento de Léon XIII. Aussi les considérations pécuniaires sur le charbon jouxtent-elles des remarques sur le « rationalisme sacerdotal », et les frais de la première communion de la petite Madeleine voisinent avec les sarcasmes contre le suffrage universel. Toutes ces réflexions se trouvent enrichies par la rédaction simultanée de deux œuvres majeures de Bloy : l’Exégèse des lieux communs et Les Dernières Colonnes de l’Église.

5Il faut enfin considérer la dimension spirituelle de cette correspondance, que l’exégète truffe de citations bibliques jusqu’à en faire une sorte de ruminatio monastique, de méditation du Verbe appliquée à des situations du quotidien. Scandées non pas au rythme du calendrier républicain, mais du calendrier chrétien (Sabbato in albis, Octave des SS. Innocents…), ces lettres sont des témoins du temps présent, tout en montrant à quel point leur auteur cherche à s’en distancier, selon la phrase de Saint Paul mentionnée à plusieurs reprises : « Nolite conformari haec saeculo ». La correspondance demeure donc bien celle d’exilés, « d’un captif à un étranger », comme le résume si bien l’écrivain ; Bloy s’installe à Lagny, « pays d’atroces bourgeois » qui sera à l’origine de Quatre ans de captivité à Cochons‑sur‑Marne, et Jury est expulsé dans le Brabant hollandais ou en Belgique, à la suite des lois de 1880 et de 1901 qui boutent les Jésuites hors de France.

6Michel Brix offre une édition impeccable, agrémentée d’un appareil de notes très complet : il y résume les lettres de Paul Jury absentes de la correspondance et propose des éclaircissements contextuels et intertextuels de grande précision. Mais ces notes s’attachent surtout à montrer les variantes qui existent avec le Journal ou le Journal inédit, directement cités en bas de page quand ils servent de brouillons préparatoires aux lettres. Correspondance et journal, deux genres dont on a souvent remis en cause la littérarité, mais qui offrent ici le naturel d’une écriture sans apprêt, grâce auquel l’écrivain compte faire « vive impression » (p. 96) et « produir[e] un effet puissant » (p. 183). Balançant entre ostentation et intimité, ces lettres permettent ainsi de saisir toutes les contradictions du Mendiant ingrat, se morfondant de ses difficultés d’argent puis s’enorgueillissant de cette pauvreté évangélique, exécrant les catholiques de Coppée et d’Albert de Mun, mais avouant à demi-mot chercher leur approbation.

7Enfin, Michel Brix procure une introduction revenant avec grande clarté sur la relation entre les deux épistoliers, depuis leur rencontre, rue d’Alésia, jusqu’à leur ultime mésentente. On y trouve une mise au point sur l’histoire des manuscrits, dont quelques reproductions, à l’écriture soignée et sans biffure, viennent orner le recueil.

8Outre un appendice de cinq documents, constitué par Paul Jury lui-même (quatre lettres et une recension d’article sur Quatre ans de captivité à Cochons-sur-Marne), on trouve en fin de recueil des manuscrits annexes, conservés à Namur, qui accompagnaient les autographes de Bloy lors de diverses ventes publiques : une lettre probablement adressée à Villiers de l’Isle‑Adam, une autre à Achille Vogué, proposant contre cinq cents francs l’acquisition du manuscrit d’Une histoire sans nom de Barbey d’Aurevilly, et enfin un bel article-charge de l’écrivain contre Armand de Pontmartin, lequel avait osé s’en prendre au style et à la moralité de son maître littéraire et spirituel, précédemment cité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elise Sorel, « Léon Bloy, Lettres à Paul Jury »Littératures, 62 | 2010, 220-222.

Référence électronique

Elise Sorel, « Léon Bloy, Lettres à Paul Jury »Littératures [En ligne], 62 | 2010, mis en ligne le 21 août 2018, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/1061 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.1061

Haut de page

Auteur

Elise Sorel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search