Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Comptes rendusAlain Goulet (dir.), L’Univers de...

Comptes rendus

Alain Goulet (dir.), L’Univers de Sylvie Germain

Actes du Colloque de Cerisy (22-29 août 2007), Presses Universitaires de Caen, 2008, 354 p.
Sylvie Vignes
p. 222-226
Référence(s) :

L’Univers de Sylvie Germain, actes du Colloque de Cerisy (22-29 août 2007), publiés sous la direction d’Alain Goulet, Presses Universitaires de Caen, 2008, 354 p.

Texte intégral

1Riche à ce jour de plus d’une trentaine de titres, sans compter articles, préfaces et postfaces, l’œuvre de Sylvie Germain avait déjà inspiré quatre colloque (Exeter en 2001, Paris en 2004, Arras en 2005 et Haïfa en 2006) avant celui de Cerisy, dont les Actes viennent donc de paraître aux Presses Universitaires de Caen. Dans son introduction, Alain Goulet, qui a dirigé cette publication avec la participation de Sylvie Germain elle‑même, présente le colloque d’août 2007 comme un « acte de reconnaissance et de consécration » et les Actes comme « une somme » associant critiques de longue date et nouveaux venus dans les études germaniennes. Le volume présente en effet vingt communications auxquelles s’ajoutent un compte rendu de discussion, une table ronde consacrée aux connotations psychanalytiques de l’œuvre, et, « en guise de conclusion », des questions à Sylvie Germain, qui avec les stimulantes réponses qu’elle y apporte, s’étendent sur une douzaine de pages. Il n’en fallait sans doute pas moins pour tenter de faire le tour de « l’univers de Sylvie Germain », – étymologiquement : « ce qui est tourné de manière à former un tout » et un « monde à part », comme le rappelle Alain Goulet.

2Tels qu’ils se présentent, ces Actes s’organisent en un triptyque : « Situation » d’abord, puis « Écriture » et enfin « L’Univers romanesque ».

3Par sa remarquable densité, l’étendue et l’intelligence des lectures contemporaines qui l’étayent, son sens de la nuance, de la formule et de la mise en perspective, la communication de Bruno Blanckeman met d’entrée la barre très haut… Il réussit effectivement la gageure de « situer » en quelques pages Sylvie Germain dans le paysage littéraire de son temps, et s’applique parallèlement à montrer la qualité d’une certaine littérature actuelle, « littérature vivante sise en son bel aujourd’hui et ouverte […] à de radieux lendemains ». Retrouvant dans quelques œuvres majeures de notre temps motivations et inflexions communes, il conclut en suggérant que, sans aller jusqu’à constituer une « communauté symbolique », elles dessinent du moins ensemble une « symbolique de la communauté » : « quelque imaginaire mélancolique d’un vivre-ensemble qu’elles essaient de stimuler par la matière des contes et la manière des mots ».

  • 1 La Pleurante des rues de Prague, Immensités et Éclats de sel.
  • 2 La formule citée est du philosophe roumain contemporain Andrei Plesu.

4Ce premier volet des Actes offre un spectre très large, puisque les sept communications qui suivent posent de vastes questions comme les rapports de Sylvie Germain à la religion (par Sandra Travers de Faultrier « cheminant avec Jean‑Louis Chrétien »), l’éthique et la politique (Marie-Hélène Boblet) ou l’intertextualité (Anne Roche), mais interrogent aussi son œuvre de manière plus pointue sur son rapport avec un « grand intercesseur » (Emmanuel Levinas ; par Toby Garfitt, qui met aussi en exergue les points de désaccords entre la disciple et son maître), avec l’histoire et la culture d’un pays (la Tchécoslovaquie, par Gérard Poulouin), avec un livre majeur (la Bible, par Aliette Armel) ou un art privilégié (la peinture, par Isabelle de le Court). L’œuvre de Sylvie Germain, à l’évidence, n’invite pas à la tiédeur et au ronronnement quiet : en témoigne le « grand écart » des positionnements critiques entre une adhésion électrisée suscitée par le « plaisir du texte » ou une probable communion de valeurs et une position critique qui va jusqu’à assigner l’œuvre à d’autres buts : ainsi la brillante communication de Marie-Hélène Boblet, adossée à la pensée d’Hannah Arendt, se clôt‑elle sur de fermes suggestions au conditionnel, sonnant presque comme des injonctions à l’auteur, seuls garde-fous, selon elle, contre le risque d’une « sortie de la politique ». En soulignant, à travers l’étude de la « trilogie praguoise »1, que l’Europe centrale a pu apporter à l’Europe occidentale « une certaine lassitude historique »2 dont Sylvie Germain serait héritière, en même temps que du « souci de l’âme » légué par la grande tradition littéraire européenne, Gérard Poulouin situe quant à lui la romancière dans une sorte de géopolitique qui fournirait une des explications possibles au choix de certains « engagements » au détriment d’autres. Et de la conclusion de Sandra Travers de Faultrier, on peut retenir que

Si « c’est sur l’absence du passé que se constitue le discours historique », c’est sur l’incarnation intrusive des voix du passé que Sylvie Germain prend appui pour nouer en un même élan nourricier donateur d’identité, quête et transfiguration, nuit et lumière, appel et réponse telle une Schéhérazade repoussant la mort.

5Intitulé « Écriture », le second volet des Actes regroupe cinq communications consacrées à « l’univers des mots de Sylvie Germain ». Celles de Valérie Michelet Jacquod et de Milène Moris-Stefkovic se fixent de larges objectifs : la première – « Les mots dans les romans de Sylvie Germain » – débusque notamment « mots-boucliers », « mots-symboles » et « mots-pansements » ; la seconde – « L’écriture de l’effacement dans les romans de Sylvie Germain » – souligne écarts et échos entre Sylvie Germain et Maurice Blanchot : selon elle, l’effacement chez Sylvie Germain ne débouche pas sur une carence mais sur une trace. Les trois autres communications de ce volet se concentrent sur des questions plus pointues ou des corpus plus étroits : l’« énonciation paradoxale » dans le seul Personnages, publié en 2004 dans la collection « L’un et l’autre » de Gallimard, les formes en -ant pour mieux étudier « la saisie du temps dans l’œuvre de Sylvie Germain » et « cris et pépiements dans l’œuvre de Sylvie Germain ». Cécile Narjoux montre ainsi que le projet énonciatif de Personnages reflète de manière troublante celui de Magdiel, personnage du récit éponyme qui clôt le livre : « Figurer dans le texte, mais sans jamais y montrer son visage ni y prendre la parole ». Pierre Cahné, élisant une méthode « dite “formelle” » parce que seule capable, selon lui, de faire apparaître des « choses cachées » en en prélevant les « symptômes […] dans l’écriture et elle seule », en arrive à une conclusion qui transcende largement la dimension grammaticale de son point de départ :

Quand un écrivain élit une forme – ici les formes en -ant du français moderne – de manière si systématique, on peut supposer une forte coïncidence entre ce choix et la vision du monde de cet écrivain. La conscience est le lieu de métamorphose que l’on appelle le temps et qui, dans la vision spirituelle de Sylvie Germain, accueille les étapes de la métamorphose : celle qui, partant de l’exil dans la souffrance, le Mal et l’absurde, réintègre la Joie, par la médiation du pardon.

6Quant à Laetitia Logié-Masquelier, qui se penche sur les fictions « silenciaires » ponctuées de menus bruits, elle retient quant à elle, outre celle du moineau, « la leçon de l’ours Magnus », que Sylvie Germain « invente, délivre avec grâce » : être profondément, patiemment et sincèrement tout ouïe.

7Vient enfin le volet consacré à « l’univers romanesque », rassemblant les contributions de sept critiques. Celle de Laurent Demanze se situe résolument du côté des catégories esthétiques et « déplie » de manière fort convaincante les caractéristiques baroques de l’œuvre germanienne : omniprésence du spectacle, du mouvement, de l’anamorphose, du redoublement, « ressac de l’illusion et de la désillusion ». Les six autres contributions font davantage de place aux affects (dans « Les échappées tragiques de la douleur », Isabelle Dotan concentre son attention sur les personnages germaniens acculés par la douleur à des issues fatales, tandis que, sous un titre aux accents durassiens – « Reconstruire, dit-elle. Les représentations du désir et du manque » – Bénédicte Lanot, propose un parallèle entre Le Ravissement de Lol V. Stein et Magnus) ; au processus mnésique (« Pour une poétique de la mémoire » par Mariska Koopma-Thurlings qui montre comment la mémoire selon Sylvie Germain « assure les liens avec la tradition orale, contes, légendes et avec les grandes œuvres d’art, littéraire en particulier ») ; et, plus largement, à la question des origines et à la bouche d’ombre de l’inconscient (« Voyage au pays des pères », « Cryptes et fantômes : à la source des fictions de Sylvie Germain »), ce qui prépare une transition avec la table ronde rassemblant Anne Clancier, Mareike Wolf-Fédida et Béatrice Lehalle autour des « ouvertures et résonances psychanalytiques actuelles de l’œuvre de Sylvie Germain ».

8Le « Voyage au pays des pères » d’Hélène Chareyron met en évidence un double jeu de dévalorisation et de valorisation aussi original que récurrent et signifiant :

Dans l’œuvre de Sylvie Germain, les pères spirituels et adoptifs révèlent le sens d’une paternité qui se situe hors de l’engendrement et de la filiation biologique associée au lien du sang. Elle se fraie un passage hors des traumatismes familiaux, des règles de soumission et des carcans de la subordination, pour aboutir à une filiation par affinité et choix.

  • 3 Formule de Nicolas Abraham et Maria Torok dans L’Écorce et le Noyau.

9Alain Goulet, quant à lui, s’appuyant, sur une théorie psychanalytique présentée par Nicolas Abraham et Maria Torok dans Cryptomanie et L’Écorce et le Noyau, trouve dans l’œuvre de Sylvie Germain la trace récurrente d’un processus d’incorporation typique de personnages cryptophores : « Tous les mots qui n’auront pas été dits, toutes les scènes qui n’auront pas été remémorées, toutes les larmes qui n’auront pu être versées, seront avalées, en même temps que le traumatisme, cause de perte. Avalés et mis en conserve. Le deuil indicible installe à l’intérieur du sujet un caveau secret. »3

10Le dernier mot de cet ouvrage roboratif et souvent savoureux – comme de sa recension – revient à Sylvie Germain elle‑même, présente tout au long du colloque, et qui, répondant aux questions d’Alain Goulet, notamment sur cette semaine à Cerisy, s’exprime à sa manière humble, digne et réfléchie, la singularité de sa voix se doublant d’une attention à l’autre, d’un sens du partage que n’entachent ni démagogie ni mièvrerie :

11« J’ai survécu à l’épreuve – car, malgré tout, c’en est une – d’être placée au centre des discussions, d’entendre décortiquer les textes que l’on a écrits au cours d’un travail solitaire, silencieux, dans une lente improvisation, et enfin d’entendre parler de soi à la troisième personne. On se sent dans une situation paradoxale : moitié absence, moitié présence. […] Tous, ici présents, nous sommes dans l’écriture, écrivant et lisant, lecteurs et écrivains, rassemblés autour du mystère de l’écriture – mystère fait de travail, de questionnement, de doutes et de passions, de désir jamais comblé. Mes livres auront été des prétextes pour poursuivre à plusieurs voix, de tonalités diverses, ce questionnement indéfini. […] Les discours auront circulé en empruntant des méandres relevant de l’art baroque – dont il a justement été question en cours de ce colloque. »

Haut de page

Notes

1 La Pleurante des rues de Prague, Immensités et Éclats de sel.

2 La formule citée est du philosophe roumain contemporain Andrei Plesu.

3 Formule de Nicolas Abraham et Maria Torok dans L’Écorce et le Noyau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Vignes, « Alain Goulet (dir.), L’Univers de Sylvie Germain »Littératures, 62 | 2010, 222-226.

Référence électronique

Sylvie Vignes, « Alain Goulet (dir.), L’Univers de Sylvie Germain »Littératures [En ligne], 62 | 2010, mis en ligne le 21 août 2018, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/1076 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.1076

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search