Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Comptes rendusCatherine Mayaux, Myriam Watthee‑...

Comptes rendus

Catherine Mayaux, Myriam Watthee‑Delmotte (dir.), Henry Bauchau, écrire pour habiter le monde

Presses Universitaires de Vincennes, 2009, 396 p.
Floriane Rascle
p. 226-228
Référence(s) :

Henry Bauchau, écrire pour habiter le monde, sous la direction de Catherine Mayaux et Myriam Watthee‑Delmotte, Presses Universitaires de Vincennes, 2009, 396 p.

Texte intégral

1Ouvrage collectif, Henry Bauchau, écrire pour habiter le monde rassemble les textes des divers intervenants au colloque international intitulé « Habiter le monde en poète, Henry Bauchau ou le livre en partage », qui a eu lieu en mars 2007 à l’Université de Cergy-Pontoise. Cet ouvrage reprend à son compte la formule hölderlinienne pour proposer une exploration des modalités selon lesquelles Henry Bauchau se propose, et offre à ses lecteurs, d’habiter le monde dans l’ensemble de son œuvre – poésie, théâtre, roman, essais, et même journaux. Comme le soulignent Catherine Mayaux et Myriam Watthee‑Delmotte en avant-propos, les actes du colloque ont été répartis en cinq chapitres, chacun d’entre eux tentant de répondre, par son titre même, à la question : « Que signifie selon l’éthique et la poétique d’Henry Bauchau « habiter le monde en poète » ? »

2Davantage qu’un parcours proposé au lecteur, ce sont cinq approches pour interroger l’« habitabilité » du monde dont témoigne l’œuvre bauchaulienne, qui sont livrées ici.

  • 4 François Jullien, Si parler va sans dire. Du logos et d’autres ressources, Paris, Seuil, 2006, p. 3 (...)

3« Laisser affleurer le sens » est la première de ces modalités. C’est le dasein heideggérien, « être au monde » poétique, qui y est interrogé. Partant, c’est l’œuvre poétique de Bauchau qui est essentiellement fouillée dans ce premier chapitre, qui met en lumière l’étonnement du poète face à l’évidence et au mystère informulable de la présence. À terme, la poésie de Bauchau est présentée comme un « antilogos » émis par une voix qui vise à dire sans prédication et dont la tâche serait de « rendre à nouveau la parole non transparente, non dissociante, mais intransitive et rebelle à l’univocité4 ». La parole de Bauchau dit, mais dit « à peine » : le sens se dérobe et nous laisse sur le seuil.

4Le deuxième chapitre, « Habiter le corps », déploie une autre modalité d’habitation du monde qui s’appuie sur la corporalisation croissante dans l’œuvre de Bauchau. Le corps défaillant, le corps comme terrain d’expérimentation, le corps collectif, sont explorés au cours de six études, grâce aux concepts de « corps poétique » et de « moi-peau ». L’étude de ce corps à corps bauchaulien avec le monde ou, du moins, de cette tentative de faire corps avec le monde, interroge aussi la place et le rôle de la voix. Envisagée comme un « instrument de combat contre la tenaille du logocentrisme » (Chiara Elefante) la voix révèle alors le corps comme nouveau rapport au monde.

5Psychanalyste, l’écrivain Bauchau n’ignore sans doute ni les secours de l’art-thérapie ni le rôle des mythes dans la construction de soi, ainsi que son œuvre le laisse transparaître. Le troisième chapitre – « Se soigner par l’art et les mythes » – se propose de mettre en lumière le rôle tout particulier que jouent ces derniers dans l’œuvre d’Henry Bauchau. Habiter le monde en artiste – grâce à la sculpture, à la peinture, à la poésie et au chant – apparaît ici comme une quête orphique que relate en particulier l’œuvre romanesque de Bauchau (plusieurs études évoquent, en particulier, L’Enfant bleu ou Œdipe sur la route). C’est souvent la démarche artistique, le processus, – davantage que le résultat – qui semble, du reste, l’intéresser. Le recours aux mythes, comme à l’art, s’offre ainsi comme « une autre manière de dire par le détour et de proposer ici et maintenant une lecture de notre monde à la fois dans sa modernité et dans ce qui le rattache à ses origines les plus anciennes » (Avant‑propos, p. 10).

6Le titre du quatrième chapitre nous amène à constater que l’espace modelé par l’œuvre de Bauchau est travaillé par l’imaginaire et invite le lecteur à adopter une posture proche de celle de la rêverie : il s’agit d’« Opérer une dérive des continents ». Ce quatrième groupement d’études explore les espaces que dessine l’univers bauchaulien. Plus fantasmés que réels, ceux-ci sont le fruit d’« une cartographie mentale » (concept développé ici par Catherine Mayaux, p. 256), sur laquelle Henry Bauchau projette ses propres représentations – poétiques, imaginaires, picturales. Il construit ainsi une topographie au cœur de laquelle la Chine revêt une importance particulière. Chine fantasmée et Chine réelle – en somme Chine intérieure et Chine extérieure à la sensibilité du poète – se mêlent inextricablement. Cette appropriation du monde par le poète et romancier est ici présentée comme une modalité d’habitation du monde, qui se caractérise par sa singularité dans la mesure où elle éclaire autant le monde extérieur que la vie intérieure de l’individu singulier écrivant et décrivant le monde à la lumière de ses propres rêves et fantasmes.

7Enfin, le chapitre « Récrire le monde » clôt l’ouvrage en évoquant l’intertextualité qui innerve l’œuvre bauchaulienne. Perçue à la lumière du concept de Genette comme un palimpseste textuel, mais aussi comme un canevas, prétexte à bien des réécritures, l’œuvre d’Henry Bauchau apparaît dans ces dernières analyses comme le fruit de multiples influences, mais aussi comme une matrice susceptible d’influencer les créations à venir. Place est ainsi faite aux autres langues qui apparaissent dans l’écriture bauchaulienne : échos hölderliniens ou voix freudienne, discours religieux, mais aussi le substrat juriste ou la musique.

8En somme, cet ensemble d’études nous laisse entrevoir comment l’identité narrative et poétique bauchaulienne tente d’habiter le monde sur divers modes, en divers lieux. En s’organisant autour de cinq grands motifs, cet ouvrage tend à saisir l’habitation en voix, en corps et en esprit que propose une œuvre riche et diverse, en fouillant de manière presque archéologique ses présupposés à la fois psychanalytiques et métaphysiques.

Haut de page

Notes

4 François Jullien, Si parler va sans dire. Du logos et d’autres ressources, Paris, Seuil, 2006, p. 31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Floriane Rascle, « Catherine Mayaux, Myriam Watthee‑Delmotte (dir.), Henry Bauchau, écrire pour habiter le monde »Littératures, 62 | 2010, 226-228.

Référence électronique

Floriane Rascle, « Catherine Mayaux, Myriam Watthee‑Delmotte (dir.), Henry Bauchau, écrire pour habiter le monde »Littératures [En ligne], 62 | 2010, mis en ligne le 21 août 2018, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/1085 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.1085

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search