Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62Comptes rendusMarie‑Claire Ropars‑Wuilleumier. ...

Comptes rendus

Marie‑Claire Ropars‑Wuilleumier. Le Temps d’une pensée (Du montage à l’esthétique plurielle)

Presses Universitaires de Vincennes (coll. Esthétiques Hors Cadre), 2009, 433 p.
Béatrice Bloch
p. 232-234
Référence(s) :

Marie‑Claire Ropars‑Wuilleumier. Le Temps d’une pensée (Du montage à l’esthétique plurielle), textes réunis et présentés par Sophie Charlin, Presses Universitaires de Vincennes (coll. Esthétiques Hors Cadre), 2009, 433 p.

Texte intégral

1Marie‑Claire Ropars‑Wuilleumier (1936‑2007), théoricienne du cinéma et de la littérature, a dialogué de façon serrée et remarquablement démonstrative, tout au cours de son œuvre, avec les théories filmiques (Bazin, Eisenstein, Astruc et Metz), comme avec celles du texte (Blanchot, Deleuze, Derrida), pour rendre compte des créations artistiques les plus diverses, contemporaines ou anciennes, filmiques ou picturales (Claude Simon, Godard, Pierro della Francesca…). On peut rappeler quelques titres de Ropars‑Wuilleumier : Ecraniques : le film du texte (Presses Universitaires de Lille, 1990), L’Idée d’image (Presses Universitaires de Vincennes, 1995), Écrire l’espace (Presses Universitaires de Vincennes, 2002). Elle y développe une pensée esthétique originale caractérisée par la défaillance de la forme esthétique, définissant aussi bien la perception de l’œuvre que sa création même.

2Le Temps d’une pensée, qui vient de paraître, réunit des articles parus ailleurs, et permet de compléter la vision qu’on peut avoir de la recherche roparsienne, jusqu’en 2007. Sophie Charlin, qui travailla avec Ropars‑Wuilleumier, présente clairement le mouvement de cette pensée en un parcours en quatre temps, reflet d’évolutions théoriques privilégiant tour à tour « L’écriture » (textes écrits entre 1971 et 1982), « L’intervalle » (1988‑1991), « L’oblitération » (1991‑1995), et le « Passage au dehors » (1995‑2007).

3Dans les années 1960, Ropars‑Wuilleumier propose une lecture du film qui s’éloigne du propos réaliste d’Astruc, et, s’inspirant des recherches d’Eisenstein, pour les étendre à une conception systématique du langage cinématographique conçoit le film plutôt comme « écriture » : par le montage, l’utilisation de plans‑séquences, les jeux de profondeurs de champ variables, le film écrit les événements plus qu’il ne les restitue. Par mouvement inverse, cette extension du concept de « texte » au cinéma fait retour sur la critique littéraire et met au jour les jeux de perspectives qui travaillent l’écrit, faisant miroiter sa texture changeante par les choix de vocabulaire, les points de vue incompatibles mais perçus par le lecteur en un tournoiement apparemment contradictoire (c’est le cas de Pierre et Jean de Maupassant où Ropars‑Wuilleumier renverse magistralement, par son analyse, les oppositions préconstruites par le signifié). En effet, dans cette période (1970 à 1980), les débats sur l’écriture, dont elle se fait l’écho, en réponse aux travaux de Barthes, comme à ceux de Benveniste, de Kristeva, ou de Derrida, donnent une épaisseur aux glissements de sens tissés dans la masse textuelle. Aussi, pour Ropars‑Wuilleumier, Maupassant fait‑il vaciller le réalisme, démonstration a foritori de l’existence d’un plaisir du texte (au sens de Barthes) dans un texte dissimulé par une réception traditionnelle.

4La partie intitulée L’intervalle propose des analyses portant, par exemple, sur le travail de Godard s’inspirant de Moravia. Les rapports entre le texte, le film et le réel ne peuvent plus désormais être conçus comme offrant une synthèse continue entre un réel et sa transposition, le choix d’une texture fragmentaire par les créateurs étant le signe de ce que la continuité narrative classique ne peut plus s’exprimer naturellement. Ropars‑Wuilleumier se démarque corollairement de la théorie deleuzienne du continuum sensible, de la totalisation du réel que produirait l’image, au profit d’une pensée de l’intervalle, et du battement qui joue sur l’impossible fusion des disjonctions. Elle écrit par exemple : « l’image, loin d’échapper au temps, pourrait en figurer l’échappement ». Aussi le dialogue serré, qui se poursuit tout au cours du livre, avec Deleuze, est-il palpitant à suivre pour le lecteur.

5Le temps de L’Obliération (1991-1995), analysant Duras et Robbe-Grillet, entre autres, travaille sur le paradoxe de l’image qui ne se donne que dans un parcours de l’œil, mais dont le mouvement lui‑même empêche la saisie globale. Dans ce tourniquet où la vue défait la vision qu’elle suppose, par l’oubli ou l’« oblitération », Ropars‑Wuilleumier sculpte, dans un style dense fait d’images et de métaphores, son hypothèse d’un vacillement des repères du subjectif et de l’objectif, l’œuvre étant considérée, de façon profondément originale, comme se constituant simultanément de sa facture et de sa perception, inséparables.

6Passage au dehors (1995‑2007), enfin, est le lieu où Ropars‑Wuilleumier envisage la question de la défaillance de la forme comme caractéristique du genre du roman : l’idéalité formelle du roman se dissout derrière le masque de percepts variés et éclatés, où la subjectivité du spectateur devient machinique en son principe, dans des processus eux-mêmes textuels.

7Ainsi, l’ouvrage Le Temps d’une pensée, clairement structuré par Sophie Charlin, permet de saisir une esthétique profondément originale, propre à Ropars‑Wuilleumier, qui refuse l’alternative entre le subjectif et l’objectif, esthétique caractérisée par la défaillance créatrice, et qui se fait l’écho des débats contemporains, offrant une plongée, dense et exigeante, dans la pensée actuelle des arts et de la littérature.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Bloch, « Marie‑Claire Ropars‑Wuilleumier. Le Temps d’une pensée (Du montage à l’esthétique plurielle) »Littératures, 62 | 2010, 232-234.

Référence électronique

Béatrice Bloch, « Marie‑Claire Ropars‑Wuilleumier. Le Temps d’une pensée (Du montage à l’esthétique plurielle) »Littératures [En ligne], 62 | 2010, mis en ligne le 21 août 2018, consulté le 15 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/1139 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.1139

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search