Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Gisèle Bienne. Figures de l’altérité. Etudes réunies et présentées par Catherine Rannoux

Presses Universitaires de Rennes, « La Licorne » n°95, 2011, 188 p.
Anne-Lise Blanc
p. 195-197
Référence(s) :

Gisèle Bienne. Figures de l’altérité. Etudes réunies et présentées par Catherine Rannoux. Presses Universitaires de Rennes, « La Licorne » n°95, 2011, 188 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage, paru en 2011, rassemble dix contributions dont certaines correspondent à la version écrite de travaux qui ont été présentés lors d’une journée d’étude qui s’est tenue à Reims en juin 2009. Toutes examinent les formes que revêt l’altérité et les fonctions qu’elle joue dans une œuvre où elle est omniprésente. Aussi est-ce assez logiquement que l’ouvrage se divise en deux parties qui se répondent : l’une met en évidence les différents dialogues entretenus dans les textes de Gisèle Bienne avec les « voix/voies de l’autre » ; l’autre explore les formes que prend « la quête identitaire » dans l’œuvre.

2C’est Gisèle Bienne qui, la première, parle de « ses autres » : ce sont d’abord, pour elle, des lieux familiers (le vieux mur d’un porche, un jardin en friches, les chambres inoccupées de la maison) où elle a connu les premiers émois de la création ; puis des peintres et des auteurs, qu’à travers les minces prétextes de ces lieux elle découvrit avec enthousiasme (Chagall, Kandinsky, Aragon, Breton, Michaux, Perec, Cendrars et d’autres poètes), et qui la firent à son tour et en tous sens se découvrir.

3La première partie de l’ouvrage comprend ensuite quatre études qui soulignent la dimension dialogique d’une œuvre qui fait pièce aux silences. D’abord Michel Bertrand observe, avec pertinence, comment Gisèle Bienne, dans La Ferme de Navarin, mêle pèlerinage intime et récit de l’histoire d’un autre pour dépasser, par l’écriture qui lie et relit, les silences obstinés des blessés du réel. Plus près du texte, Catherine Rannoux montre, quand à elle, comment les représentations diverses et parfois divergentes de la langue tendent à prescrire, dans trois des romans de l’auteure, le retrait. Mais le silence dans l’œuvre, s’il permet d’approcher le mot juste, signale aussi souvent l’impossibilité de le trouver. Cela n’empêche pas Gisèle Bienne, de faire jouer, dans ses textes, la poétique plasticité des mots (y compris, des noms propres). En suivant, Griet Theeten étudie les formes variées que prend « la mémoire de la grande guerre » dans les romans de l’auteure qui évoquent la première guerre mondiale. Derrière l’apparente hétérogénéité des représentations de cette guerre dans l’œuvre, se dessine un parcours qui, de l’évocation lyrique de l’impact du conflit au récit de la trace, témoigne chez Gisèle Bienne d’un besoin croissant de remplir un devoir de mémoire. Patrick Joole démontre, lui aussi, la cohérence générale de l’œuvre. Il repère, dans trois des romans de l’auteure, de nombreuses analogies, visibles dans le traitement des lieux et du temps, mais aussi dans la construction même du texte et dans le jeu des voix narratives. Et s’il nous invite à rapprocher les trois héroïnes de ces textes, qui se rejoignent tant dans leurs silences contraints que dans les formes que prennent leurs voix narratives, c’est que leur rapport au langage est représentatif du « tissage vocal » qui est une des constantes de l’œuvre de Gisèle Bienne.

4La deuxième partie s’ouvre sur une brève évocation des lieux de prédilection de l’auteure, par l’écrivain et éditeur Roger Grenier : la chambre, bien sûr, et le jardin (plutôt que la campagne), les paysages de Champagne, mais aussi la montagne.

5Les quatre études qui suivent s’attachent aux formes que prend la « quête identitaire » dans l’œuvre de Gisèle Bienne. D’abord Colette Camelin s’intéresse, dans Marie-Salope, à la capacité qu’ont encore les corps meurtris, dans l’œuvre, à affirmer une liberté. Cette capacité témoigne, selon elle, d’une force de la pensée et d’une énergie vitale qui trouvent à s’accomplir dans la création artistique, l’écriture, en particulier. Michel Lamart, s’interroge, lui, sur les possibilités qu’a l’être de s’épanouir. Il examine, de manière nuancée et suggestive, le parcours de Jacky, dans Rémuzor, où la « communication entravée » conduit à une ouverture à l’autre (Georges qui apprend à « lier oralement mots et choses »), puis au monde (à travers l’expérience du « potentiel désaliénant de la parole poétique » puis de la peinture). Mais il montre aussi la complexité de ce parcours qui n’aboutit pas à l’opposition pure et simple des possibilités du faire aux difficultés du dire. Les épreuves persistent pour Jacky, dont le bonheur n’est pas assuré, même s’il obtient que « le sens circule à nouveau » et parvient à « naître […] à lui-même ». C’est aussi au processus de formation de l’individu, tel qu’il est lisible dans l’œuvre, que Loraine Day s’intéresse. En féministe, elle adopte les théories psychanalytiques de Melanie Klein et nous engage à lire le premier roman de Gisèle Bienne comme une œuvre qui illustre, à travers l’histoire d’« amour déçu » de l’héroïne, « la nécessité de se différencier de la mère » pour devenir un sujet dont l’identité « multidimensionnelle » est bien rendue par les jeux polyphoniques du texte. Enfin Metka Zupancic, dans une lecture sensible, propose de mesurer la dimension réparatrice de l’œuvre de Gisèle Bienne. L’auteure se présente pour elle comme une « nouvelle Eurydice » dont la parole poétique fait, en tous sens et en toute occasion, retour : en développant le thème du retour à la terre mais aussi en rappelant d’autres voix poétiques (comme celle de Cendrars) ou en renvoyant aux mythes. Dans ces retours, l’auteure, d’une « main amie », « trace les liens entre lieux et personnes » : elle remembre non seulement ce qui, chez d’autres, a été « déchiré » mais aussi, grâce au « legs » qu’il lui font, « son propre imaginaire ».

6On trouve à la fin du volume une bibliographie très complète qui rend compte, non seulement de la plupart des études qui ont été consacrées à l’œuvre mais aussi des divers écrits de l’auteure : des romans, des livres pour la jeunesse ou encore des textes courts publiés dans des ouvrages collectifs et des recueils issus d’ateliers d’écriture qui confirment, s’il le fallait, l’importance et la diversité de la relation à l’autre pour elle.

7A n’en pas douter l’ouvrage, en l’explorant dans le détail, répond au désir d’ouverture qu’exprime toute l’œuvre de Gisèle Bienne jusque là peu étudiée (c’est la première fois qu’elle fait l’objet d’un ouvrage collectif). Dans sa variété, il propose diverses déclinaisons de l’altérité et, l’envisageant sous différentes figures, il donne à penser sur les multiples fonctions qu’elle peut avoir dans la création artistique. Mais le choix de ce motif, s’il permet d’offrir des perspectives variées sur l’œuvre, est surtout l’occasion d’en souligner une constante, de dégager, comme un trait d’écriture propre à Gisèle Bienne, la présence de l’autre au plus intime de l’œuvre : toutes les contributions s’y emploient avec une sensibilité et une pertinence qui font bien miroiter celles de leur objet d’étude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Lise Blanc, « Gisèle Bienne. Figures de l’altérité. Etudes réunies et présentées par Catherine Rannoux », Littératures, 68 | 2013, 195-197.

Référence électronique

Anne-Lise Blanc, « Gisèle Bienne. Figures de l’altérité. Etudes réunies et présentées par Catherine Rannoux », Littératures [En ligne], 68 | 2013, mis en ligne le 29 novembre 2013, consulté le 09 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/116

Haut de page

Auteur

Anne-Lise Blanc

Université de Perpignan Via-Domitia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals