Skip to navigation – Site map

HomeNuméros63Comptes rendusMaria Rosaria Alfani, Patricia Bi...

Comptes rendus

Maria Rosaria Alfani, Patricia Bianchi,(dirs) Silvia Disegni La scrittura delle passioni : scienza e narrazione nel naturalismo europeo (Francia, Italia, Spagna)

Napoli, Marchese editore, 2009, 189 p.
Michela Lo Feudo
p. 247-252
Bibliographical reference

La scrittura delle passioni : scienza e narrazione nel naturalismo europeo (Francia, Italia, Spagna), sous la direction de Maria Rosaria Alfani, Patricia Bianchi, Silvia Disegni, Napoli, Marchese editore, 2009, 189 p.

Full text

1Relancer le problème, complexe et encore ouvert, de la représentation naturaliste des passions humaines tout en la réactualisant dans sa dimension européenne, est le double objectif de ce volume trilingue – français, italien, espagnol – qui recueille les actes du colloque international de Naples (30 et 31 janvier 2004). En privilégiant le dialogue entre théories littéraires et théories scientifiques d’un côté, entre théories et pratiques textuelles de l’autre, les spécialistes réunis pendant ces journées d’étude se sont penchés sur un phénomène littéraire et plus largement culturel – le naturalisme zolien, connu en Europe par sa rigueur théorique et sa solidité programmatique – tout en soulignant l’existence d’un réseau de réalismes contemporains, en France comme à l’étranger, qui interagissent directement ou indirectement avec ce modèle esthétique en l’enrichissant.

2La structure de l’ouvrage montre clairement sa double visée, à la fois méthodologique et critique. Les contributions de Philippe Hamon, de Jean-Louis Cabanès, d’Adolfo Sotelo Vázquez et de Silvia Disegni, dans la première partie du volume, scrutent la représentation des passions au sein de l’œuvre de Zola tout en la contextualisant soit dans une dimension intratextuelle – qui conçoit le corpus des Rougon‑Macquart en rapport dynamique avec leurs dossiers préparatoires – soit dans une dimension intertextuelle : les œuvres de Flaubert, des Goncourt, mais aussi de Céard, de Bourget et de Maupassant jouent alors le rôle d’interlocuteurs privilégiés. Philippe Hamon s’interroge sur les enjeux de la description des passions dans l’esthétique naturaliste, avec une attention particulière portée au débat né autour du roman moderne à partir des années 1860. Malgré la diversité des poétiques, le critique signale la présence de deux constantes : une écriture verticale, fondée sur l’exploration et l’interprétation d’un réel considéré comme la superposition d’un « dessus » visible et d’un « dessous » invisible, à dévoiler, côtoierait une description « horizontale » des passions, scandée par la succession ou l’enchaînement d’actions et d’états d’âme dont l’écrivain soulignerait les relations chronologiques, logiques ou illogiques qui les déterminent. À la fois distinctes et combinables, ces deux stratégies herméneutiques sont abordées avec leurs implications esthétiques et poétiques particulières : le rapport littérature-psychologie-physiologie, le rapport entre le héros naturaliste et ses passions, la présence plus ou moins sensible de l’auteur.

3En rappelant que les passions constituent l’un des enjeux de l’effet personnage en régime réaliste et naturaliste, Jean‑Louis Cabanès affronte le thème de l’hystérie pendant la période précédant sa théorisation médicale par Jean-Martin Charcot, à savoir quand elle était associée à la notion psychophysiologique d’impressionnabilité. Les procédés de représentation sont l’objet privilégié de cette analyse qui démontre dans quelle mesure les passions sont soumises à des effets d’hyperbolisation qui produisent un véritable « théâtre de l’involontaire ». Ici, le corps se donnerait à lire comme une véritable « scène intérieure », un « petit théâtre intime ». Théâtre de passions ressenties et vécues souvent comme une fatalité le roman, à partir de Madame Bovary, chercherait à rivaliser avec la tragédie classique dans la construction d’effets de pathos. Des exemples tirés de Germinie Lacerteux et de Salammbô montrent que, si le dispositif scénique propre à la tragédie persiste, le régime réaliste le transfère la scène de la conscience. Le personnage, qui se perçoit comme un être souffrant, déclenche un jeu d’échos qui, d’une part sollicite la participation émotive du lecteur et, d’autre part, lie la passion des personnages à une conception de la création littéraire, envisagée comme hallucination artistique, force à la fois mortifère et créatrice. Cette autoréférence du sensible, trait constitutif de l’expression des passions et signe autoréflexif d’un artiste qui se sent désormais incapable d’agir dans le monde, devient ainsi l’intertexte privilégié d’un naturalisme qui, sous la plume de Zola, penche vers la réélaboration parodique de codes littéraires anciens réactualisés et vers la satire d’une société soumise à la loupe de la médecine.

4La contribution de Sotelo Vazquez s’arrête sur la lecture du naturalisme zolien faite en Espagne par Clarín, en particulier dans la série d’articles intitulée « Del naturalismo » et publiés dans la revue Diana en 1882. La prédilection pour le naturalisme, dont l’auteur souligne le caractère essentiellement esthétique et moral, se développe par le biais d’une réflexion passionnante et parfois idéalisatrice chez un Clarín qui attribue à la méthode expérimentale la capacité de porter l’art au service de la vérité tout en contribuant, par l’interaction d’éléments psycho‑physiologiques et une attention particulière à la construction des personnages, à la rénovation du genre romanesque.

5Silvia Disegni revient à l’œuvre de Zola pour analyser la portée sémantique de la notion de « passion » dans les dossiers préparatoires ainsi que dans Une page d’amour, roman qui, non programmé à l’origine, vient s’ajouter au cycle des Rougon-Macquart et où ce phénomène est le sujet principal. En rappelant la présence, dans les dossiers, de deux résumés de la Physiologie des passions de Charles Letourneau à côté des fiches de lecture du Traité philosophique et physiologique de l’hérédité naturelle du docteur Lucas, Silvia Disegni montre que les passions occupent une place aussi significative que mal définie dans un projet romanesque où la poétique est placée sous l’égide de la science et de la physiologie. Au sein d’un avant-texte zolien considéré comme le lieu de tension intertextuelle privilégié entre des modèles scientifiques et des modèles textuels parfois opposés d’une part, la description des passions et la représentation de ceux-ci d’autre part, Silvia Disegni interroge son corpus d’un point de vue philosophico-scientifique et esthétique. En premier lieu, elle analyse la façon dont Zola lit les deux ouvrages scientifiques – en soulignant la présence d’une matrice cartésienne significative dans l’œuvre de Letourneau – pour se demander ce qui, dans ces ouvrages, intéressait le romancier dans sa construction des personnages et des situations, ainsi que dans sa représentation de la passion considérée comme une forme de conflit. En second lieu, elle relève l’existence d’un autre sens du terme : la notion de passion serait liée à l’attitude de l’écrivain lui-même, apprécié par sa capacité de passionner son public par des excès qui renverraient indirectement à un certain romantisme. L’étude croisée de l’avant-texte d’Une page d’amour et du roman lui-même montre concrètement quels sont les procédés engagés par Zola pour la construction narrative, procédés qui font émerger une forme d’« intertextualité dynamique » : les textes scientifiques sont filtrés par la création littéraire et les modèles littéraires traditionnels persistent malgré les instances novatrices.

6La deuxième partie du recueil se caractérise par l’étude de cas où l’écriture naturaliste des passions est lue et réinterprétée dans les réalismes européens, avec une attention particulière à la production de romans et de contes en Italie et en Espagne au XIXe siècle. L’essai de Maria Rosaria Alfani sur Lo prohibido de Galdós affronte, en effet, un aspect particulier de la réception espagnole du modèle zolien. Ici, la réélaboration se produit par le biais de l’autobiographie ironique d’un Don Juan des années 1880. Sa triste histoire personnelle marque la quête de nouvelles formes narratives, susceptibles de représenter l’intériorité des personnages d’un point de vue psychologique. Il s’agit – comme le montre l’article d’Assunta Polizzi où l’analyse s’étend à La incógnita et Realidad – d’un expérimentalisme qui se caractérise par l’adoption d’une forme dialoguée où on peut saisir la critique explicite de la notion naturaliste d’auteur omniscient et objectif, expérimentalisme dont toutefois Clarín relève les limites. D’après Assunta Polizzi, le retour de celui-ci à l’omniscience se donne enfin à lire comme le seul outil narratif adéquat à la description des drames intérieurs.

7L’œuvre de l’auteur espagnol est également évoquée dans l’étude de Marcial Rubio Árquez, qui se concentre sur la production d’Armando Palacio Valdés pour montrer que El Maestrante, roman peu connu publié en 1893, marque un tournant au sein d’une esthétique orientée jusqu’aux années 1890 par l’école française. Cette métamorphose se caractériserait par l’attention portée aux aspects psychologiques et spirituels des personnages, rarement accompagnée de justifications biologiques. L’analyse comparée avec La Regenta de Clarín permet à l’auteur de montrer toutes les nuances de ce constat.

8L’adultère, qui unit les deux textes étudiés par Rubio Árquez, fait l’objet de la réflexion de Donatella Siviero qui analyse la passion amoureuse à partir de la construction du récit. En particulier, la relation amoureuse entre une femme et un prêtre fait fonction, d’après le critique, de lien thématique susceptible de relier une littérature considérée comme « majeure » à la littérature de consommation. Des œuvres de référence comme Tormento et La Regenta sont ainsi mises en relation avec la trilogie composée par El cura, El confesionario et La monja de López Bago, auteur très populaire au XIXe siècle mais exclu d’un naturalisme généralement identifié avec la triade Galdós-Clarín-Pardo Bazán.

9L’analyse détaillée de La Regenta par Maria Gallo Rosso envisage, elle aussi, l’œuvre de Clarín d’un point de vue narratologique. La critique relève, avec des exemples textuels précis, la présence de plusieurs procédés dont l’auteur se sert pour pénétrer dans l’intériorité des personnages : l’alternance de plusieurs degrés de focalisation faisant osciller le point de vue de l’auteur et celui de ses personnages, ainsi que la construction des dialogues, la présentation des personnages et l’analyse des réseaux lexicaux sont significatifs d’une entreprise littéraire où la dialectique entre individu et société fait fonction de nœud problématique essentiel.

10L’étude de l’écriture des passions en régime vériste et naturaliste en Italie est abordée par l’essai d’Antonio Di Grado sur Federico De Roberto. Ici, un regard croisé sur la correspondance de l’auteur, sur I Viceré et sur la Critica dell’amore, montre qu’un entrelacement dense se produit entre page écrite et vie privée : le célibat volontaire de l’écrivain cacherait un comportement profondément ambivalent envers l’univers féminin. L’oppression maternelle dont De Roberto était la victime se traduirait, d’après Di Grado, en écriture fortement autobiographique. Ici, le langage fait fonction de lieu fictif où se matérialise le fantasme d’une possession à la fois refusée et convoitée, alors que l’œuvre entière assimile les intermittences d’un fétichisme et d’une misogynie qui se côtoient.

11Giovanni Maffei aborde l’œuvre du même écrivain par le biais du roman psychologique L’Illusione, publié en 1891. L’auteur présente un De Roberto promoteur d’un réalisme fantasmagorique où l’influence du texte De l’Intelligence de Taine et d’un Bourget critique de Flaubert – et non pas le Bourget romancier, comme le croyaient les contemporains de l’auteur sicilien – occupent une place de choix. Ici, non seulement la passion amoureuse, mais toute l’existence humaine est vue comme une alternance d’hallucinations et de répressions d’hallucinations qui intéressent le corps et l’esprit.

12Mariella Muscariello propose une lecture du conte Mostruosità de Luigi Capuana, publié en 1883 dans le recueil Le appassionate. Après avoir souligné les affinités entre l’écriture de l’auteur italien et les paradigmes naturalistes, la critique montre, chez le romancier, la nécessité de dépasser le modèle zolien d’enquête physiologique : Un consulto legale (1905) illustrerait la reprise du thème évoqué dans l’œuvre précédente – une histoire d’adultère – dans une perspective plus largement psychologique où on ne sont pas absents l’humour et le grotesque à la Pirandello.

13Patricia Bianchi aborde, pour sa part, l’œuvre de Matilde Serao en s’arrêtant sur les recueils Fior di passione, Gli amanti et Le amanti, dont l’ensemble forme une trilogie rééditée à plusieurs reprises entre 1888 et 1894. La passion amoureuse, véritable nœud thématique de ces trois œuvres, est scrutée d’un point de vue lexical et stylistique : un véritable projet de description des passions humaines par le biais du corps féminin se développerait, ainsi, par la mise en place d’un réseau sémantique homogène et réitéré qui n’exclurait pas, néanmoins, la dimension psychologique et sociale des personnages. Dans le cadre de ce choix expressif, en dialogue constant avec les modèles français (Bourget en premier lieu), on peut d’ailleurs relever la volonté, chez l’écrivain, d’élaborer un style personnel. Le « vero non disgiunto dal sentimento » (le vrai qui n’est pas disjoint du sentiment) poursuivi par Matilde Serao donnerait alors lieu à une écriture « à la manière vériste » ayant des fins pédagogiques. L’expression la plus traditionnelle des sentiments serait à la fois transmise par les paradigmes linguistiques et rhétoriques de la littérature « majeure » et filtrée par le biais de modèles plus récents liés au développement du roman feuilleton et de la littérature de consommation en général.

14Dans une perspective franco-italienne, Yves Chevrel affronte le problème de la littérarisation des mouvements intérieurs qui échappent à toute observation directe. La nouvelle L’amante di Gramigna de Verga et Boule de suif de Maupassant font ainsi l’objet d’un dialogue fructueux où les références textuelles sont insérées au sein d’une réflexion plus vaste qui souligne l’émergence de nouvelles méthodes pour la construction de l’intrigue chez des auteurs comme Verga et Maupassant, moins portés que Zola sur les questions théoriques. La notion goncourtienne et zolienne de document humain est ainsi réélaborée par Verga au profit d’une écriture tendant vers « i fatti diversi » (les faits divers), une écriture qui mettrait avantage l’accent sur le développement logique des passions que sur les effets psychologiques. Comme le montre le cas de L’amante de Gramigna, la description du dedans des personnages est remplacée par des gestes et des propos révélateurs que le lecteur doit reconstruire et combiner. Il s’agit, d’après le critique, d’une stratégie qui n’est pas exempte d’affinités avec les procédés choisis dans Boule de suif, où Maupassant renoncerait à analyser systématiquement les mouvements intérieurs dans la mesure où la construction des personnages serait centrée sur les actions, les gestes et les paroles de ceux-ci. Avec leurs intersections et leurs divergences susceptibles de relancer le débat autour de notions cruciales comme celle d’impersonnalité, ces deux expériences se prêteraient ainsi à un questionnement plus général sur les difficultés liées à l’écriture des passions au sein de la mouvance réaliste européenne. L’étude des œuvres de Verga et de Maupassant permettrait en particulier de démontrer que trois grands paradoxes sont indissolublement liés à ce type d’entreprise – savoir rendre l’inobservable, mettre en évidence des comportements apparemment illogiques, concilier la banalité de personnages avec des passions poussées parfois au paroxysme –– en relançant, au terme de ces journées napolitaines, la nécessité d’aborder aujourd’hui encore un sujet qui conserve toute son actualité.

Top of page

References

Bibliographical reference

Michela Lo Feudo, Maria Rosaria Alfani, Patricia Bianchi,(dirs) Silvia Disegni La scrittura delle passioni : scienza e narrazione nel naturalismo europeo (Francia, Italia, Spagna)Littératures, 63 | 2011, 247-252.

Electronic reference

Michela Lo Feudo, Maria Rosaria Alfani, Patricia Bianchi,(dirs) Silvia Disegni La scrittura delle passioni : scienza e narrazione nel naturalismo europeo (Francia, Italia, Spagna)Littératures [Online], 63 | 2011, Online since 28 August 2018, connection on 24 June 2024. URL: http://journals.openedition.org/litteratures/1446; DOI: https://doi.org/10.4000/litteratures.1446

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search