Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77Dossier : Représentations littéra...Ici et là-bas : la Nouvelle-Franc...

Dossier : Représentations littéraires de la différence culturelle

Ici et là-bas : la Nouvelle-France et la France dans Lettres au cher fils d’Élisabeth Bégon

Élisabeth Nardout-Lafarge
p. 67-77

Résumé

L’analyse de la correspondance d’Élisabeth Bégon, l’un des premiers témoignages littéraires de la Nouvelle-France, souligne les changements de perspective qui s’opèrent au fil du temps dans l’imaginaire de cette aristocrate d’origine française qui n’arrive à s’acclimater ni dans la colonie, ni en France. En effet, Élisabeth Bégon perçoit les réalités concrètes ainsi que les règles sociales comme étrangères, que ce soit au Canada ou bien en France, où elle passera les dernières années de sa vie. Ses lettres, destinées à un cercle familial et privé, fournissent un témoignage du processus de différenciation par lequel la colonie s’éprouve autre, à distance de la métropole. On montre également comment cette diversité s’exprime moins dans l’expression des idées et la constitution d’un récit qu’à l’épreuve du quotidien.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Élisabeth Bégon, Lettres au cher fils. Correspondance d’Élisabeth Bégon avec son gendre (1748-1753)(...)

1La vie d’Élisabeth Bégon telle que sa correspondance avec son gendre1 permet de l’imaginer, illustre une construction identitaire qui s’effectue en creux, par défaut, quand la différence entre colonie et métropole sur laquelle elle se fonde s’inscrit non dans l’édification collective d’un récit des origines, mais dans l’expérience quotidienne, vécue par un sujet singulier, du déplacement, voire de l’inversion de ses repères et de ses références. Bégon, qui, bien que née au Canada, semble y vivre comme une Française exilée, ne se découvre Canadienne qu’une fois installée en France.

Les épistoliers

  • 2 Nicole Deschamps, « Avant-propos », ibid., p. 19-20.
  • 3 Benoît, Melançon, « La configuration épistolaire : lecture sociale de la correspondance d’Élisabeth (...)
  • 4 Nicole Deschamps, « Avant-propos », op. cit., p. 22.

2Marie-Isabelle-Élisabeth Rocbert de La Morandière naît à Montréal en 1696 ; son père est garde-magasin du roi. Elle se marie « à la gaumine » (devant un prêtre et des témoins, sans se soumettre aux autorisations requises) avec le Chevalier Claude-Michel Bégon de La Cour, major de Québec puis gouverneur de Trois-Rivières. Ce mariage qui semble avoir été l’une des affaires célèbres de la Nouvelle-France2, n’est pas sans rapport avec le processus de différenciation identitaire en situation coloniale. Son officialisation retardée jusqu’en 1718 par le frère aîné de Claude-Michel Bégon, Michel Bégon, alors intendant de la colonie, qui juge Élisabeth Rocbert d’un rang social insuffisant pour entrer dans leur famille, manifeste le jugement négatif des aristocrates français à l’égard des Européens nés en Nouvelle-France. Cette hiérarchisation se confirme plus tard, quand Bégon rencontre en France une partie de sa belle-famille qui la surnomme « l’Iroquoise » en référence à son ignorance de leurs usages. Après la conquête de 1760, on observe le même sentiment de supériorité de la part des administrateurs coloniaux nés en France (et qui pour la plupart y retournent) vis-à-vis des descendants d’Européens nés en Nouvelle-France, les premiers Canadiens qu’ils associent volontiers aux Amérindiens, donc péjorativement aux « Sauvages ». Par ailleurs, en rupture avec les récits édifiants de l’historiographie catholique de la Nouvelle-France, l’existence même, au sein de l’élite coloniale, de ces mariages contractés sans l’accord des familles est l’indice d’une certaine liberté de mœurs dans la colonie. À la mort de son mari en 1748, Bégon quitte Trois-Rivières pour Montréal ; selon Benoît Melançon, elle est « une notable de la colonie3 », alliée de diverses familles importantes et apparentée au gouverneur de la Nouvelle-France par intérim, Bassin La Galissonnière. Les Bégon ont contribué à initier une vie mondaine dans la colonie. À Trois-Rivières, « leur maison devient vite un relais naturel pour les visiteurs qui vont de Montréal à Québec par la nouvelle route carrossable, ouverte depuis 1735 » écrit Nicole Deschamps4. C’est avec la famille de La Galissonnière que Bégon, son père et sa petite-fille quittent Montréal en octobre 1749, pour s’installer en France. Bégon meurt à Rochefort en 1755.

3De 1748 à 1753, elle écrit des lettres à son gendre, Honoré-Michel de Villebois de la Rouvillière, né à Toulon en 1702, donc de six ans seulement son cadet, veuf de sa fille Marie-Catherine Bégon ; Bégon élève leur enfant, Marie-Catherine-Élisabeth de Villebois. Michel de Villebois, commissaire à la marine de Montréal depuis 1730, est nommé commissaire général et ordonnateur de Louisiane en 1747. Il meurt à la Nouvelle-Orléans en décembre 1752 (Bégon ignore son décès et lui écrit encore une lettre en 1753). On ne dispose pas des lettres de Villebois mais Bégon fait allusion à certaines, toujours trop rares à son goût.

  • 5 Donald J.  Horton, « Michel de Villebois de la Rouvillière, Honoré », in Dictionnaire biographique (...)

4Le portrait de Michel de Villebois que l’histoire a retenu est assez sombre ; la synthèse qu’en propose Donald J. Horton dans le Dictionnaire biographique du Canada retrace une carrière assez terne, marquée par diverses querelles et dont l’avancement laborieux serait surtout dû aux appuis de sa famille et des Bégon5. Selon Nicole Deschamps :

  • 6 Nicole Deschamps, « Avant-propos », op. cit., p. 23-24.

Physiquement, il est laid, obèse et de santé fragile. Moralement, il a un caractère ombrageux. […] À la fin de sa vie, sombrant apparemment dans le délire de la persécution, il multiplie les démarches intempestives contre ses protecteurs à la cour, se brouille avec ses parents et amis, devient injuste, voire odieux, envers sa « mère » à qui il retire même la garde de l’enfant qu’il lui a confiée et la gestion de ses affaires6

5Avant d’en être elle-même victime, Bégon, dans ses lettres, tente d’apaiser ses colères et ses rancœurs et lui donne aussi des conseils, tant diplomatiques – lui enjoignant de bien s’entendre avec les puissants qui peuvent lui être utiles : « Je te demande également de faire l’impossible pour bien vivre avec M. et Mme de Vaudreuil. » (Lettres, 372) – que diététiques, lui rappelant qu’il est « de taille à se passer de souper » (243).

Le texte

  • 7 Patricia Smart, « Chapitre 3: “Te dire que je suis là” : la correspondance d’Élisabeth Bégon », De (...)
  • 8 Élisabeth Bégon, « Correspondance de Madame Bégon, née Rocbert de la Morandière », Rapport de l’Arc (...)

6La correspondance de Bégon comprend soixante-et-une lettres conventionnelles et neuf cahiers, dans lesquels elle reliait ses lettres presque quotidiennes et qu’elle expédiait quand les transports, interrompus l’hiver, pouvaient reprendre. Cinq cahiers ont été rédigés à Montréal entre le 18 novembre 1748 et le 14 juin 1749 ; quatre en France, du 14 octobre 1749 au « début de l’année 1753 ». Ces lettres ont été retrouvées en 1932, dans la région de Blois, « dans le grenier de la comtesse de Rancougne, une descendante française de la famille Bégon7 » par Claude de Bonnault, historien français, spécialiste de l’histoire des colonies et correspondant en France pour les Archives de la Province de Québec. Une sélection de ces lettres a été publiée une première fois au Québec en 1935, dans le Rapport des Archives de la Province de Québec par Pierre-Georges Roy, historien et archiviste, fondateur des Archives nationales du Québec8.

  • 9 L’édition de 1994 constitue la réédition, augmentée de deux lettres, de Lettres au cher fils. Corre (...)
  • 10 Benoît Melançon, op. cit., p. 71-73.

7L’édition de Nicole Deschamps9 contribue à faire des lettres de Bégon un classique des écrits de la Nouvelle-France et confirme leur place fondatrice dans l’histoire de la littérature québécoise comme le rappelle Benoît Melançon dans son analyse des différentes lectures dont elles ont fait l’objet10. La préface de Nicole Deschamps opère en effet une « littérarisation » de la correspondance à la fois par de nombreuses références qui la relie à la littérature ultérieure du Québec, et par la tournure romanesque qu’elle donne à la biographie des épistoliers. Ainsi, après Claude de Bonnault, leur premier éditeur, et comme aussi le Dictionnaire biographique du Canada, elle accrédite, quoiqu’avec prudence, l’hypothèse d’un amour inavoué de Bégon pour Villebois :

  • 11 Nicole Deschamps, « Avant-propos », op. cit., p. 35.

Est-il naturel qu’au xviiie siècle, une belle-mère bien élevée appelle son cher fils « mon ange bouffi » et mon « gros cochon » ? Il paraît douteux qu’une adepte du Tiers-Ordre de Saint-François (elle en parle dans sa lettre du 5 octobre 1750) ait cultivé consciemment un amour illicite pour son gendre. Mais qui sait ? D’ailleurs, le plus triste de cette aventure est peut-être justement son caractère larvé11

  • 12 Catherine Rubinger, « Love, or Family Love, in New France. A New Reading of The Letters of Madame B (...)
  • 13 Patricia Smart, op. cit., p. 113.

8Si la non réciprocité à laquelle se seraient heurtés les sentiments de Bégon sert l’interprétation littéraire de ses lettres, en 1992, dans son article « Love, or Family Love, in New France. A New Reading of The Letters of Madame Bégon12 », Catherine Rubinger avait contesté cette lecture en montrant comment les indices sur lesquels elle s’appuie (le tutoiement et les formules d’affection, notamment l’usage fréquent du syntagme « je t’aime ») relèvent des codes de l’épistolarité privée de l’époque et aussi de la flatterie familiale et amicale plutôt qu’amoureuse. Mais la rumeur d’un amour malheureux a résisté et en 2014, Patricia Smart qui cite pourtant l’article de Rubinger, intitule une section du chapitre qu’elle consacre aux lettres de Bégon dans son essai sur l’écriture intime « Aimer sans raison : Élisabeth et Michel13 ».

  • 14 Cette dimension sociologique est l’objet de la lecture proposée par Benoît Melançon dans « La confi (...)

9L’intérêt historique de cette correspondance est évident. La position sociale d’Élisabeth Bégon la place au centre de l’administration coloniale dont elle fournit l’une des rares descriptions laïques dont nous disposons. Bégon est une femme cultivée qui fait des traductions de l’anglais pour le Gouverneur La Galissonnière, enseigne les premiers rudiments de latin à sa petite-fille et lui fait lire « tout Corneille ». Ses lettres renseignent sur la vie matérielle et quotidienne de la fin du régime français, sur l’immobilier (elle loue puis vend sa maison de Montréal à l’intendant Bigot), les règles domestiques, la gestion de la santé. Elles donnent aussi de nombreux détails sur la socialité de la colonie ; Bégon qui ne cesse de manœuvrer pour obtenir des avantages à l’un ou l’autre de ses proches14, est au fait des codes, des alliances et des brouilles. Elle est critique et souvent narquoise. Elle appelle les dignitaires de la colonie qu’elle fréquente « les grosses têtes ». On apprend par elle que les administrateurs coloniaux n’appliquent pas à la lettre les règles du clergé puisque les bals, interdits par l’Église, sont très fréquentés et que les élites ne donnent pas forcément l’exemple de la modération : « M. de Longueuil qui se mit à table avec nous et mangea comme un démon et but de même, si bien qu’il était plus que gris. » (Lettres, 98). Surtout, elle se plaint de la vie dans la colonie (des inconforts du climat, de l’absence de moralité, de la corruption qui lui semble endémique, du coût de la vie, des menaces d’attaques des Iroquois et des Anglais).

  • 15 Patricia Smart, op. cit., p. 110.

10Patricia Smart souligne les particularités de la socialité coloniale dans cette évocation de la vie en Nouvelle-France : « On sent dans la société que dépeint Élisabeth Bégon le malaise d’une colonie pas très sûre d’elle-même, se sachant pas tout à fait “civilisée” selon les standards de la métropole, mais aspirant à le devenir15. » Quand la correspondance commence, quelques mois après la mort de son mari, Bégon a déjà le projet de « passer » en France où elle n’est jamais allée mais où elle souhaite s’installer. Ce projet semble répondre d’abord à un vif sentiment d’insécurité personnelle consécutif à son veuvage : privée de la protection de La Galissonnière dont le mandat de Gouverneur se termine, elle craint manifestement que sa situation sociale en Nouvelle-France se dégrade. L’installation en France, d’emblée postulée comme un projet commun avec Villebois destiné à réunir la famille, se présente à ses yeux avec une telle évidence que Bégon ne s’interroge pas sur les réticences de son père qui, pourtant né en métropole, ne souhaite pas quitter Montréal. L’assurance d’une vie meilleure en France semble si forte pour elle qu’il n’est pas nécessaire de l’exprimer ; du point de vue de Bégon, c’est toute sa vie en Nouvelle-France depuis son veuvage qui apparaît comme un accommodement temporaire aux circonstances. On retrouve, dans cette position, une situation sans doute assez typiquement coloniale où les élites, même nées sur place, n’y vivent que dans une perspective provisoire et continuent d’identifier leur stabilité sociale et familiale à la métropole.

Lettres de Montréal et lettres de France

  • 16 Jean Éthier-Blais, « Madame Bégon – Sévigné du désert – », Signets II, Ottawa, Le cercle du livre d (...)

11On peut s’étonner de la lecture que fait Jean Éthier-Blais, cité par Benoît Melançon, pour qui Bégon « est une petite bourgeoise canadienne, disons même, montréalaise déjà, attachée par toutes ses fibres au sol canadien, à ses habitudes de vie canadienne, au climat, aux amis de son enfance, à un certain panorama, qui est aussi le nôtre16 », alors que les quatre cahiers écrits à Montréal expriment une vision totalement négative de la colonie, fondée sur la certitude, dont l’épistolière est sûre que son destinataire la partage, que rien de bon ne peut survenir en pareil endroit. À ses yeux, vivre en Nouvelle-France est une épreuve. Le coût de la vie est un de ses griefs persistants : « […] il n’est plus possible de vivre en Canada. Le bois à quinze et vingt la corde ; le blé à trois, les veaux à trente, la dinde à cinq pièce, les chapons vingt-cinq pièce, et le reste à proportion. » (Lettres, 159) Le 26 décembre 1748, elle écrit : « Je voudrais, cher fils, être en France avec cent coups de pied dans le ventre. Au moins ne serais-je pas exposée à geler et à périr dans un tas de neige. » (76) Bégon est intarissable sur le temps, topos de la correspondance privée et principale difficulté d’adaptation des Européens en Nouvelle-France ; non seulement, elle redoute le froid mais elle craint les incendies causés par l’excès de chauffage (crainte justifiée puisque plusieurs incendies majeurs détruisent en partie Montréal au xviiie et xixe siècles). Le 13 mai 1749, elle note : « Il fait un temps, cher fils, à faire pleurer ceux qui sont obligés d’habiter ce pays. » (170) Elle ne voit, dans la rigueur climatique, qu’un argument propice à lever les dernières réticences de son père : « […] je ne crois pas que l’on ait vu, depuis bien des années, un hiver aussi rude qu’il commence ; ce qui dans le fond de mon âme ne me fâche point, dans l’espérance que ce vilain temps dégoûtera tout à fait mon cher père et le déterminera à venir en France », écrit-elle le 12 janvier 1749 (89).

12Mais c’est l’ensemble de la vie dans la colonie, frappée pour elle d’une indépassable médiocrité, qui lui inspire le désir de plus en plus pressant de partir. Le 4 juin de la même année, dans une période d’accalmie des affrontements avec les Amérindiens, elle note : « […] tout est assez tranquille dans les pays d’en Haut. Dieu veuille que cela soit et que nous puissions nous tirer de ce pays avant que la guerre recommence. » (Lettres, 185). Elle n’exprime aucun espoir de voir les choses s’améliorer : « ici tout est dans une parfaite stérilité » (10 mars 1749, 128), et, quelques jours plus tard : « Je ne crois pas qu’il y ait rien de plus stérile que notre pauvre pays. » (17 mars, 132) À plusieurs reprises, rapportant la maladresse ou la vénalité des administrateurs qui gouvernent la colonie (particulièrement le commandant de Longueuil et l’intendant Bigot), elle affirme que « ce pays ne mérite pas mieux ». On notera qu’à bien des égards, l’opinion de Bégon correspond à la réaction des élites qui, à l’exception de quelques familles, s’empresseront de quitter la colonie après la Conquête de 1760, abandonnant rapidement un projet d’établissement auquel ils n’ont manifestement pas beaucoup adhéré.

  • 17 Patricia Smart, op. cit., p. 118.

13Or, quand elle réalise enfin son projet de s’installer en France, à l’automne 1749, Bégon se retrouve « [e]n exil dans la mère patrie » selon la formule de Patricia Smart17 ; elle éprouve rapidement de nombreuses difficultés sociales, financières, et se met à exprimer une nostalgie de la colonie qu’elle a tellement voulu quitter. Dès les premières lettres du premier cahier écrit en France, alors qu’elle est encore en route, entre Brest et Rochefort, Bégon déchante brutalement à la fois sur le climat et sur le coût de la vie :

Je me donnerais, cher fils, pour deux liards, je crois, et me trouver avec toi, car je meurs d’ennui. Être dans une maison à la glace où il faut monter et descendre toujours, point de feu presque ! J’ai fait chercher du bois, mais qu’il est effrayant de payer vingt-quatre livres pour un cent de bûches qui fait à peine notre demi-corde ! Voilà de quoi mourir de faim ou de froid. (Lettres, 203)

14Cette comparaison des mesures et du prix du bois de chauffage constitue, dans la correspondance, la toute première formulation d’une différence entre la Nouvelle-France et la France, à l’avantage de la première. Le 10 janvier 1750, déjà, Bégon craint « d’être à portée de regretter le Canada bien des fois par les duretés que je vois ici » (Lettres, 204). La morgue avec laquelle elle est traitée chez les de Tilly – « Il paraît que je ne sais point la façon dont on doit vivre et que je ne suis qu’une Iroquoise. » (205) – lui inspire une amertume qui ne va plus la quitter. Retrouvant en France la même frivolité qu’elle reprochait à l’élite coloniale de la Nouvelle-France, elle écrit le 20 janvier 1750 : « Tout conspire, mon fils, à m’ennuyer dans ce pays. On ne parle que de danse, de bals, de mascarades. » (205) Et elle constate, le 3 février : « Je vois que l’on est à peu près aussi sot ici que dans notre pays. » (205) Le 4, elle décrit sa situation avec lucidité : « Je me regarde ici comme tombée des nues, ne trouvant pas plus de secours dans mes proches que dans les étrangers. » (209) Elle interpelle alors directement Villebois : « Je ne puis revenir de t’avoir tant ouï vanter la France et à tant d’autres. Je me repentirais volontiers d’y être, si je ne croyais que tu fusses longtemps sans y venir, car je ne vois aucune ressource pour moi. » (207) Cette dernière occurrence marque une extériorité nouvelle dans le discours de Bégon où la France change de statut : elle n’est plus le refuge évident de ceux qui ont le malheur d’en être loin, mais un territoire étranger qu’elle a « ouï vanter ».

15Dans la lettre du 10 mars 1750, alors qu’elle est maintenant installée à Rochefort, on lit : « J’aimerais autant être en Canada. J’aurais du moins avec qui parler de toi et me désennuyer. » (Lettres, 211) La phrase revient régulièrement désormais au fil des lettres, pour déplorer la vanité d’un déracinement épuisant et inutile. Peu à peu, sous la plume de Bégon, c’est la France qui devient « ce pays » où tout l’irrite et l’épuise, tandis que « notre pays » renvoie au Canada. Très vite, elle regrette sa décision : « Mon cher père regrette souvent le pays et je fais semblant d’être très flattée d’en être sortie. Cependant je le regrette aussi » écrit-elle le 10 avril 1750 (217). Le 13 octobre 1750, elle ne cherche plus à donner le change : « Que j’ai, cher fils, d’occasions à me faire regretter le Canada et le temps que j’y ai passé ! » (292).

  • 18 Jean Éthier-Blais qui a lu la correspondance de Bégon dans l’édition de Céline Dupré (Textes choisi (...)

16Décrivant pour son correspondant la vie sociale à Rochefort, Bégon l’évalue par rapport à celle de Montréal et Trois-Rivières, dans une comparaison toujours défavorable18 : les parades militaires pour accueillir le nouveau commandant de Rochefort n’ont pas la discipline et la dignité de celles qu’elle a connues et les fêtes religieuses manquent de faste : « Je n’ai rien vu de si pauvre que cette procession. Point de clergé, point d’honnêtes gens, et enfin rien que la populace, voilà tout ce qui est un peu dévôt ici. » (Lettres, 236) Moins d’un an après son arrivée, elle est aussi sévère sur la métropole qu’elle l’a été sur la colonie. Le 5 mai 1750, elle écrit :

Car ce pays-ci n’a d’aimable que le climat. Du reste, il est pire que le Canada pour la gloire, l’envie, la jalousie et tout ce qu’il y a de moins bon dans la société. On n’y aime que l’argent et ceux qui sont riches : ceux qui ne le sont pas maudissent les autres, ce qui fait un pauvre petit endroit d’où je sortirais avec grand plaisir sans mon fils. (Lettres, 223)

17Faire de la métropole un « pauvre petit endroit » inverse radicalement la perception coloniale traditionnelle. Bégon n’est pas dupe, cependant, de la mauvaise foi de sa nouvelle attitude :

Je suis en colère, cher fils, contre tout ce que l’on m’a tant prôné de la France. Tout ce qui m’arrive de travers, je dis : « Si j’étais en Canada, cela ne m’arriverait pas. » Je suis, comme Mme Trémont, aujourd’hui à chercher partout une servante et ne trouve que des torchons qui sont friponnes, ivrognesses, etc., voilà comme on est ici. (Lettres, 295)

18On mesure l’idéalisation de la métropole par les élites coloniales à l’énergie que Bégon met désormais à la déconstruire :

Je trouve tous les jours, cher fils, des sujets de faire des reproches à tous ceux à qui j’ai tant ouï dire qu’en France on fait tout dans un ordre sans égal ; en France, on a tout aisément ; en France, on est bien servi, et enfin en ce pays je croyais qu’avec de l’argent, on avait tout à souhait. Mais, en vérité, si j’eusse été assez dupe pour le croire, je serais bien trompée, car je ne vois rien de ce que j’ai entendu dire et ne trouve ici de mieux qu’en Canada que décembre, janvier et février, car tout le reste est pire. Il n’y a pas, dans cette ville, un ouvrier qui vaille Labrosse, ni Durye. (Lettres, 301)

19Dans la lettre du 8 décembre 1750, Bégon qui, de nouveau, reproche à Villebois sa description faussée de la France, distingue, pour la première fois de leur correspondance, le pays de chacun : « Va, tu es bien idolâtre de ta patrie [je souligne] de me l’avoir si souvent vantée, car je n’y vois rien qui ne fasse regretter mon pays. » (Lettres, 306) Que Bégon, qui dit pourtant ne vivre que pour la réunion prochaine de leur famille, associe son gendre à la France où il est né en identifiant le Canada comme « son pays » à elle, indique que sa référence a changé de pôle : le Canada est devenu la norme par rapport à laquelle elle mesure les écarts ; ainsi la colonie définit-elle, quoiqu’à retardement et par défaut, le point de vue qui lui dicte sa compréhension du monde.

La conscience de la différence

  • 19 Benoît, Melançon, op. cit., p. 76-77.

20Bien sûr, il faut faire droit aux circonstances : après son veuvage et son installation en France, la vie de Bégon, telle que sa correspondance la donne à lire, correspond à un lent déclassement dont elle a parfaitement conscience : « Ah ! qu’il est triste, cher fils, après avoir été servie comme je l’ai été, de me voir comme je le suis ! », écrit-elle le 19 décembre 1750 (Lettres, 312). Bien qu’elle ait craint que sa situation en Nouvelle-France se dégrade une fois privée de la protection de La Galissonnière, ses lettres manifestent qu’elle y était « proche du pouvoir par ses liens d’amitié » comme l’écrit Benoît Melançon qui rappelle que les réseaux dans lesquels elle évoluait en Nouvelle-France cessent d’exister lorsqu’elle s’établit en France19 ; elle y est doublement exclue de sa famille et de sa classe par son origine coloniale et par son éloignement des cercles du pouvoir. De plus, ses relations avec Villebois se dégradent et elle perd le réconfort que lui assurait la présence de sa petite-fille quand il lui en retire la garde. L’hôtesse joyeuse et spirituelle de la maison du Gouverneur des Trois-Rivières est devenue une vieille femme, aux ennuis de santé de plus en plus fréquents, isolée et appauvrie. Son adaptation à la vie française est évidemment compromise par ces difficultés.

  • 20 Jean Le Moyne, « La femme dans la civilisation canadienne-française », Convergences. Essais, Montré (...)
  • 21 Jean Le Moyne, op. cit., p. 84.

21Mais il est significatif que ce déclassement, qui lui fait revoir sous un jour heureux sa vie en Nouvelle-France – « mon cœur est bien gros, ayant passé ma vie avec autant d’agrément, de me voir comme je suis », écrit-elle le 26 octobre 1750 (Lettres, 299) – soit l’occasion pour elle d’exprimer un sentiment d’appartenance à la colonie. Dans un texte de 1953, inspiré par les lettres publiées en 1935 et signe de leur circulation dans le milieu littéraire québécois, l’essayiste Jean Le Moyne identifie bien l’enjeu colonial qui en est le centre : « On saisit en elle, à l’état brut pour ainsi dire, la dualité que nous sommes, cette hésitation foncière entre nos pôles de permanence et de différenciation20 », mais n’en rattache pas moins Bégon à l’identité française : « Si marquée qu’elle soit par le Canada, Mme Bégon n’offre rien cependant de spécifiquement canadien : nous étions encore en son temps, du moins les citadins, Français cousus de fil blanc21. » Un tel jugement minimise la transformation qui s’opère chez Bégon après son installation en France. Ainsi, le 16 mai 1752, elle écrit : « Nous sommes cher fils, dans l’attente de M. Duquesne, notre général du Canada, car je me regarde toujours de ce pays et y prends toujours part ». (394) Bien qu’à quelques reprises, apprenant les tensions politiques qui secouent la Nouvelle-France ou les épidémies qui l’affectent, Bégon se dise soulagée de ne plus y être, ses lettres de France sont essentiellement composées des nouvelles du Canada qu’elle recueille pieusement pour les transmettre à son gendre, et qui semblent, avec sa santé et celle des siens, concentrer tout son intérêt.

22Les lettres de Bégon n’étaient pas destinées à la publication (elle demande à plusieurs reprises à Villebois de les détruire), leur « littérarité » ne va pas de soi, mais elles n’en constituent pas moins l’un des premiers écrits en français dans lequel le Canada apparaît comme le pays de quelqu’un. Bégon se découvre Canadienne, plus qu’elle ne le pense et en quelque sorte malgré elle, dans la confrontation avec la France réelle, faisant l’expérience de l’exil là où elle pensait trouver refuge. Ses lettres fournissent ainsi, sur le terrain privé, familial, dans le cadre d’un destin individuel que tout destinait à rester obscur, un exemple du processus de différenciation par lequel la colonie s’éprouve autre, à distance de la métropole.

23Il est intéressant que cette différenciation se réalise non dans l’expression des idées et la constitution d’un récit, mais à l’épreuve du quotidien. Bégon est moins convaincante, en effet, dans ses déclarations d’appartenance au Canada que dans le récit qu’elle fait de sa laborieuse adaptation à des réalités très concrètes (climat, habitat, coût de la vie) et à des règles du jeu social (cercle des relations, hiérarchies, code de conduite) dont elle constate qu’elles lui sont étrangères. C’est peut-être justement ce décalage, cette inadéquation permanente qui lui fait projeter sa vie en France lorsqu’elle est au Canada puis regretter sa vie au Canada lorsqu’elle est en France, qui donne à la correspondance de Bégon ses résonnances contemporaines.

Haut de page

Notes

1 Élisabeth Bégon, Lettres au cher fils. Correspondance d’Élisabeth Bégon avec son gendre (1748-1753), 2e Édition, Nicole Deschamps (éd.), Montréal, Boréal, « Boréal compact classique », 1994. Dorénavant Lettres, suivi du numéro de page pour les références (dans un même paragraphe, seule la page est indiquée quand il y a plusieurs références).

2 Nicole Deschamps, « Avant-propos », ibid., p. 19-20.

3 Benoît, Melançon, « La configuration épistolaire : lecture sociale de la correspondance d’Élisabeth Bégon », in Lumen : Selected Proceedings from the Canadian Society for Eighteenth-Century Studies / Lumen : travaux choisis de la Société canadienne d’étude du dix-huitième siècle, vol. 16, 1997, p. 71-82 : p. 75. URL : http://id.erudit.org/iderudit/1012440arDOI:10.7202/1012440ar

4 Nicole Deschamps, « Avant-propos », op. cit., p. 22.

5 Donald J.  Horton, « Michel de Villebois de la Rouvillière, Honoré », in Dictionnaire biographique du Canada, vol. 3, Université Laval/University of Toronto, 2003, (http://www.biographi.ca/fr/bio/michel_de_villebois_de_la_rouvilliere_honore_3F.html).

6 Nicole Deschamps, « Avant-propos », op. cit., p. 23-24.

7 Patricia Smart, « Chapitre 3: “Te dire que je suis là” : la correspondance d’Élisabeth Bégon », De Marie de L’Incarnation à Nelly Arcan. Se dire, se faire par l’écriture intime, Boréal, Montréal, 2014, , p. 103-127 : 104.

8 Élisabeth Bégon, « Correspondance de Madame Bégon, née Rocbert de la Morandière », Rapport de l’Archiviste de la Province de Québec, 1934-1935. Pierre-Georges Roy (Présentation). Claude de Bonnault, (Translation). Texte modernisé, p. 5-186 et texte original, p. 187-277.

9 L’édition de 1994 constitue la réédition, augmentée de deux lettres, de Lettres au cher fils. Correspondance d’Elisabeth Bégon avec son gendre (1748-1753), Claude de Bonnault (éd.), Nicole Deschamps (préface), Montréal, Hurtubise, 1972. Le titre « Lettres au cher fils » est donné par Nicole Deschamps.

10 Benoît Melançon, op. cit., p. 71-73.

11 Nicole Deschamps, « Avant-propos », op. cit., p. 35.

12 Catherine Rubinger, « Love, or Family Love, in New France. A New Reading of The Letters of Madame Bégon », Man and Nature / L’homme et la nature, vol. 11, 1992, p. 187-199.

13 Patricia Smart, op. cit., p. 113.

14 Cette dimension sociologique est l’objet de la lecture proposée par Benoît Melançon dans « La configuration épistolaire », op. cit..

15 Patricia Smart, op. cit., p. 110.

16 Jean Éthier-Blais, « Madame Bégon – Sévigné du désert – », Signets II, Ottawa, Le cercle du livre de France, 1967, p. 65-69, cité dans Benoît Melançon, op. cit., p. 72.

17 Patricia Smart, op. cit., p. 118.

18 Jean Éthier-Blais qui a lu la correspondance de Bégon dans l’édition de Céline Dupré (Textes choisis, Céline Dupré et Nicole Deschamps éd., Montréal, Fides, « Les classiques canadiens », 1960) atténue le sens de la comparaison : « Mme Bégon, lors de son séjour à Rochefort (où elle mourra) fera des comparaisons entre le “monde” de Rochefort et celui de Montréal, qui ne sont pas toutes à l’avantage de la province française. » (Jean Éthier-Blais, op. cit., p. 68).

19 Benoît, Melançon, op. cit., p. 76-77.

20 Jean Le Moyne, « La femme dans la civilisation canadienne-française », Convergences. Essais, Montréal, Éditions HMH, , « Constantes », 1961, p. 69-100. Benoît Melançon cite également ce passage (op. cit., p. 84).

21 Jean Le Moyne, op. cit., p. 84.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Élisabeth Nardout-Lafarge, « Ici et là-bas : la Nouvelle-France et la France dans Lettres au cher fils d’Élisabeth Bégon »Littératures, 77 | 2017, 67-77.

Référence électronique

Élisabeth Nardout-Lafarge, « Ici et là-bas : la Nouvelle-France et la France dans Lettres au cher fils d’Élisabeth Bégon »Littératures [En ligne], 77 | 2017, mis en ligne le 21 juillet 2019, consulté le 01 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/1713 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.1713

Haut de page

Auteur

Élisabeth Nardout-Lafarge

Élisabeth Nardout-Lafarge est professeur au Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal (Canada) depuis 1990 et membre du Centre de recherche interuniversitaire sur la littérature et la culture québécoises (CRILCQ). Parmi ses publications : Histoire de la littérature québécoise avec Michel Biron, François Dumont et la collaboration de Martine-Emmanuelle Lapointe (2007), Interférences. Autour de Pierre L’Hérault, avec Alessandra Ferraro (2010), Nom propre et écriture de soi, avec Yves Baudelle (2011), L’Hiver de force à pas perdus avec Gilles Lapointe et Sylvie Readman (2013) et Polygraphies. Les frontières du littéraire, avec Jean-Paul Dufiet (2015). Depuis 2014, elle dirige la revue Études françaises.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search