Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77Dossier : Représentations littéra...Chemins vers soi passant par l’au...

Dossier : Représentations littéraires de la différence culturelle

Chemins vers soi passant par l’autre : poétique de la différence chez Monique Proulx

Sylvie Vignes
p. 117-126

Résumé

Dans le recueil de nouvelles Les Aurores montréales, comme dans ses deux derniers romans – Champagne et Ce qu’il reste de moi –, l’écrivaine québécoise Monique Proulx met sans arrêt en scène la question de l’altérité et de possibles conflits. À regarder la table des matières du recueil de nouvelles, on pourrait même croire qu’elle orchestre une véritable guerre des mondes entre les sexes, les milieux économiques et culturels, les ethnies, les langues... En fait, intéressée par la manière dont cohabitent plus ou moins harmonieusement au Québec les êtres les plus divers, elle s’attache surtout à montrer que les nuances et les surprises du vivant ont peut-être plus souvent le dernier mot que les idées préconçues et les principes figés. L’emploi constant du présent de l’indicatif dans ce recueil contribue justement à conjurer tout immobilisme artificiel : la vie est là, ni simple ni tranquille, mais en train de se frayer un chemin. Proche en cela des idées de l’anthropologue Marc Augé, Monique Proulx, bien qu’elle ne minimise pas les difficultés, suggère en outre au fil de ses nouvelles qu’un pays ne peut faire l’économie d’une rencontre avec l’altérité pour construire sa culture, et qu’un individu ne peut davantage s’en passer pour construire sainement son identité.

Haut de page

Texte intégral

1Le 21 novembre 2013, Monique Proulx donnait à l’Université de Montréal une conférence intitulée « Le goût de l’autre ». Titre militant qui n’étonnera guère de la part d’une écrivaine dont l’œuvre entière est traversée de problématiques anthropologiques et sociologiques, et construite autour de rencontres capitales entre des êtres de milieux socio-économiques différents et d’horizons contrastés.

2Parlant entre autres, en 1998, de l’homme politique italien Umberto Bossi, un autre Umberto, l’universitaire et écrivain Umberto Eco, précisait :

  • 1 Eco Umberto, « Définitions de l’intolérance », Magazine littéraire, « Les enjeux de la tolérance », (...)

L’intolérance la plus dangereuse est toujours celle qui naît, en l’absence de toute doctrine, des pulsions élémentaires, et c’est pour cela qu’elle est difficile à individualiser et à réfuter à l’aide d’arguments rationnels1.

L’intolérance [ne] se réduit [pas] à ce jeu de nuances entre fondamentalisme, traditionalisme, intégrisme, racisme [ ; elle] est quelque chose de bien plus profond qui se place à la source même de phénomènes très différents entre eux […] [, elle a] des racines qui sont biologiques et qui se manifestent parmi les animaux comme la territorialité, se fondent sur des réactions émotionnelles souvent superficielles. On n’aime pas ceux qui sont différents de nous, parce qu’ils ont une autre couleur de peau, parce qu’ils parlent une langue que nous ne comprenons pas, parce qu’ils mangent des grenouilles, des chiens, des singes, du porc, de l’ail, parce qu’ils se font tatouer…

  • 2 Ibid., p. 19.

L’intolérance du divers est naturelle chez l’enfant comme l’instinct de s’emparer de tout ce qu’il aime. […] [L]a tolérance relève de l’éducation permanente des adultes : dans notre vie quotidienne, on est continuellement exposés au choc de la différence2

3Loin de sous-estimer « l’intolérance sauvage » et le « choc des différences », Monique Proulx les met en scène avec insistance et un réalisme parfois brutal. Il n’est que de lire, dans Champagne, le jugement porté par Lila Szach sur Simon – seul être humain pourtant à échapper à peu près à sa paranoïa – pour en avoir un éloquent aperçu :

  • 3 Monique Proulx, Champagne, Montréal, Boréal, 2008, p. 67. Dorénavant C.

Il allait spontanément vers les inconnus, surtout les plus manifestement exécrables, il connaissait tous les propriétaires des lacs contigus à force de stagner devant leurs chalets et de leur soutirer des conversations. Elle l’aimait bien, ce qui ne l’empêchait pas de le trouver suspect. Pourquoi rendre service à n’importe qui ? Pourquoi s’enticher d’étrangers et leur arracher leurs histoires, si ce n’est par besoin maladif des autres, par autodénigrement, par manque de dignité pour tout dire ? Un faible sous sa toison de fort, Simon3.

4Le soupçon éveillé par celui qui va au-devant des « inconnus » et des « étrangers » est d’autant plus savoureux en l’occurrence que Lila est elle-même d’origine polonaise, et donc bien plus loin de ses racines, au cœur des Laurentides, que la plupart de ses rares voisins. Là n’est d’ailleurs pas un des moindres paradoxes – non dénués de réalisme – de ce roman : c’est l’octogénaire immigrée qui se révèle la plus ardente observatrice et la plus farouche gardienne des merveilles naturelles du lac à l’Oie, tandis que certains des villageois autochtones se conduisent plutôt en simples prédateurs voire en « exterminateur[s] » (C, 69). Il est vrai que Lila a dû se construire une patrie ayant renié la sienne en comprenant que son propre père avait vendu aux Nazis une famille juive – leurs proches voisins –, la privant du même innommable coup du petit Markus, son ami le plus cher : « Depuis la mort de sa mère, elle avait coupé presque tous les ponts, avec son pays, avec sa langue, avec sa famille » (91). Devenue « reine revêche » (84) à la limite de la misanthropie car obsédée par la « malfaisance » (88) potentielle des êtres humains, elle a développé une passion exclusive pour un monde animal devenu « sa vraie famille », auréolé qu’il est à ses yeux de la grâce d’avoir « su échapper à la condition humaine » (88). Malgré la méfiance et l’agacement un peu méprisant que suscite en elle le « goût de l’autre » développé au-delà de toute mesure par Simon, elle est, au fil des années depuis la mort de son compagnon, devenue bien plus proche de lui que de ses anciens compatriotes, partageant avec lui, outre les jeux sensuels, sa passion pour la vie animale. Mais, contrairement à ce qu’elle croit, elle ne sait pas tout à fait tout de Simon. « Seul être humain accepté dans sa cour, le seul vassal à deux pattes trouvant grâce à côté de son peuple quadrupède » (89), il la laisse dans l’ignorance des dimensions de sa propre solidarité avec les êtres humains, élargie, quant à elle, aux dimensions de la planète, alors même qu’il dérive seul dans son kayak sur le petit paradis du lac à l’Oie :

Je vous salue, Ying Tsien et Kwon Do, à qui en ce moment on extrait des organes dans un hôpital militaire de Beijing pour vous châtier d’appartenir au Falungong… Je te salue, Maria Sonaro, survivante du séisme qui a anéanti ta famille à Bogotá… Je te salue, Youssouf Makhtar, coincé entre les raids israéliens et des tirs du Fatah al-Islam. Je te salue, Khaled Mahmoud Assar, enterré vivant dans la prison de Guantanamo. Je vous salue, Sara et Ben Aaron de Tel-Aviv, dont la maison vient d’être pulvérisée par le Hezbollah. Vous êtes avec moi. Ceci est aussi à vous . (C, 96-97)

  • 4 Monique Proulx, Les Aurores montréales [1996], Montréal, Boréal compact, 1997. Dorénavant AM.

5Quant à la métropole telle que la dessine le recueil de nouvelles intitulé Les Aurores montréales4, au moins autant qu’un ensemble architectural, elle apparaît comme patchwork de corps, image d’un kaléidoscope géant où formes et couleurs sont sans cesse agitées, séparées puis réassemblées. Monique Proulx semble avoir à cœur d’imposer à l’imagination visuelle du lecteur l’abondance et la diversité des corps que drainent les rues de Montréal : corps d’enfants, d’adultes et de vieillards, corps d’hommes et de femmes, corps d’Europe, d’Asie ou d’Amérique du Sud, fruits plus ou moins exotiques de l’immigration.

  • 5 Formule empruntée à Jean Giono, Les Vraies richesses est le titre d’un ouvrage publié en 1936.
  • 6 Marcel Mauss, « Les Techniques du corps », Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950.

6Or, de prime abord, il semble n’émerger de ce brassage aucune entité nouvelle et homogène, aucune « vraie richesse5 ». La table des matières du recueil tient en effet du répertoire de clivages, chromatiques, en particulier : « Gris et blanc », « Jaune et blanc », « Rose et blanc », « Noir et blanc », « Rouge et blanc ». Cette série n’apparaît pas en bloc, mais l’œil du lecteur est invité à la reconstituer, car seuls ces titres et ces textes sont affectés d’italiques. Clôturée par le simple titre « Blanc », elle se distingue par une autre particularité : il s’agit presque toujours de lettres postulant une relation entre un « je », fraîchement installé à Montréal, et un « tu » situé hors de la ville, voire hors du monde et peu susceptible de répondre : un enfant écrit à son chien resté au Costa Rica, un chauffeur de taxi haïtien s’adresse à Malcolm X, une jeune Chinoise écrit à une grand-mère mourante, qu’elle sait déjà privée de l’ouïe et de la vue, une jeune Amérindienne adresse une lettre-prière à la déesse Aataentsic… Les couleurs mentionnées dans le titre soulignent parfois, entre autres, des différences ethniques : « Jaune et blanc » pour la lettre de la jeune Chinoise, « Noir et blanc » pour la lettre du chauffeur haïtien, « Rouge et blanc » pour la prière de la jeune Amérindienne… En dédiant, en outre, « Noir et blanc » à Dany Laferrière et « Jaune et blanc » à Ying Chen, Monique Proulx met nettement en avant la question de l’immigration de communautés précises et de leur intégration à Montréal. Certaines nouvelles du recueil surimpriment logiquement à ces clivages ethniques des clivages socio-économiques : le regard des clients d’une banque suffisamment élégante et luxueuse pour orner ses murs d’un authentique Riopelle sur un travailleur immigré dans « Tenue de ville » et celui du narrateur très huppé de « La Classe laborieuse » sur sa femme de ménage haïtienne les transforment ainsi en hideuses erreurs de la nature. Ces « corps étrangers », au sens quasi médical, font littéralement tache dans le territoire de l’autre par leur allure, leur vêture et ce que Marcel Mauss6 appellerait leurs « techniques » corporelles, comme les hyperboles humoristiques de Monique Proulx le soulignent à plaisir : « seul comme une plaie au milieu de la figure » (AM, 70), « sa présence vous agace comme une espèce de furoncle en phase terminale » (154).

7L’impression d’une impitoyable et incessante « guerre des mondes » est confirmée par la méfiance, la haine et la peur de l’Autre que véhiculent le discours et l’attitude corporelle de certains personnages. Dans le malaise identitaire de ses seize ans, Laurel se crispe pour résister aux « marées anglophones et allophones » (AM, 158). Corps à la fois fermé, durci et à vif, il évite les jeunes Grecs de son nouveau quartier dont il redoute la bêtise et l’hostilité, et, décidé « à défendre le Montréal français contre les Envahisseurs » (160), il arpente la ville en dégainant sans cesse son arme symbolique : un stylo avec lequel il « balafre » son cahier, rouge bien sûr, « de phrases vengeresses ».

Sa mère habite le quartier grec limitrophe du quartier hassidim, tient un magasin d’aliments naturels chez les Anglais, fait ses emplettes chez les Italiens et couche avec un Chilien. Dans le livre de Laurel, elle s’appellera Iouniverselle et disparaîtra précocement, victime d’assassinat ou d’assimilation. […] Il a appris à marcher sans repos et sans distraction, fébrile guérillero traquant les indices incriminants. L’avenue du Parc, par exemple, est un champ de bataille linguistique, une micro-Babel où tonitrue la laideur […]. Laurel ralentit invariablement le pas devant les magasins d’ordinateurs où se dénichent toutes sortes de hardwares compatibeuls, les marchands de tapis beautiful où s’entassent les merveilleux carpettes de Turkish. Sont tarés. Sont incrédibeuls. (AM, 158-159)

8S’il ne peut s’empêcher de sourire de l’intransigeance du garçon si plaisamment mise en scène par Monique Proulx, et de la métaphore guerrière filée tout au long de la nouvelle, le lecteur ne peut davantage faire l’impasse sur le malaise que ces excès trahissent. Grand lecteur, Laurel est loin d’être stupide et insensible ; il est moins un xénophobe en herbe qu’un adolescent mal dans sa peau et dans sa ville, se sentant exclu par l’originalité de ses goûts et de ses gestes : « Il est seul, échappant aux statistiques idiotes et aux clichés, il n’est pas cet ado fluo en panne de cause et d’orthographe que les sociologues ont érigé en norme […]. » (AM, 159-160).

9Le mépris, la condamnation sans appel et sans nuances que déclenche en lui le creuset du nouveau Montréal sont liés à une peur presque aussi forte de l’exclusion que de l’assimilation. Compréhensible à son âge, cette peur est, par ailleurs, avivée par sa situation géographique et culturelle. Plusieurs nouvelles reviennent d’ailleurs sur la question de l’identité du Québécois francophone à Montréal. L’histoire de « Oui or no », comme son titre le suggère, se déroule au moment du Référendum de 1995 ; son héroïne est une souverainiste qui vit simultanément une relation électrisante et dangereuse avec un Anglophone : « Éliane connaît les parties froides de Nick Rosenfeld et l’exiguïté de leur territoire commun. » (AM, 175) ; « Il prononce son nom “Alien”, comme le monstre de l’espace, comme l’étranger qu’ils sont l’un pour l’autre. » (172) D’autres nouvelles du recueil reviennent sur la question de « ce terrain mouvant où se côtoient les langues » à Montréal, donnant la sensation qu’une bataille reste à livrer pour « conquérir le sol » (« Jaune et blanc », 56) de son propre pays, ou pire encore le douloureux sentiment de parler un « dialecte de perdants » (« Blanc », 235). On voit ici à quel point la question linguistique est en fait profondément incarnée et se joue, au moins dans l’imaginaire, en termes de corps et de territoires.

10Mais bien plus impitoyable encore apparaît cette guerre des mondes dans « Rouge et blanc ». Conduite à une tentative de suicide par le spectacle quotidien des siens mourant lentement d’humiliation à Kanahwake, une jeune Amérindienne qui se définit elle-même comme « une sauvagesse sans âge ravagée par la haine » (AM, 193), s’installe, au sortir de l’hôpital, à Montréal pour « infiltrer ceux qui n’en finissent pas de [les] conquérir » (194) :

Nous sommes ennemis comme l’eau versée sur le feu qui brûle : c’est une pensée qui ne me quittera jamais, même quand je m’assoirai à leurs côtés dans leurs autobus et leur métro […].

Je veux les contempler, prisonniers du mirage de leurs corps et de leurs biens périssables, en train de planer au-dessus du vide qui remplace leur âme. (AM, 194-195)

11Dans cette nouvelle, la récurrence obsédante du lexique guerrier et du possessif à la troisième personne semble mettre en exergue la plus irréductible des altérités.

12Pourtant, la caractéristique esthétique essentielle des Aurores montréales est l’ouverture. Ouverture aux autres et ouverture aux possibles. La donnée initiale soulignée par Umberto Eco n’est ni éludée ni édulcorée par Monique Proulx, nous semble-t-il, mais c’est la façon dont l’éducation et l’expérience peuvent contrebalancer « l’intolérance sauvage » qui requièrent toute son attention et sa subtilité de créatrice.

13La nouvelle qui clôt le recueil, intitulée « Blanc », nous rappelle opportunément que seule la mort dépouille totalement les êtres de toutes les appartenances qui leur collent à la peau : c’est seulement de l’autre côté du sas de l’agonie que Mister Murphy ne sera pas davantage anglophone, montréalais et homme que « noir, jaune, ou vert martien » (« Noir et Blanc », AM, 141), mais « essence volatile » et « page blanche » (239). Vivant, le corps ne se laisse totalement détacher ni de ses origines, ni de ce « social incorporé » que Bourdieu appelle son habitus, ni de ses attributs conjoncturels, ni de ce que Jung appelle la persona, et qui est moins masque que construction d’un moi social. Mais, au-delà ou en deçà de tous les clivages qu’elles ont d’abord exhibés, les nouvelles des Aurores montréales nous rappellent aussi que les corps humains, comme tout le domaine du vivant, justement, sont soumis et promis à des changements, pour le meilleur et pour le pire. Elles nous apprennent toutes les ruses et tous les miracles de l’adaptation : la jeune étudiante d’origine italienne se voit ainsi comme une « mutant[e] » (« Rose et blanc », AM, 97) et même la jeune suicidaire de Kanahwake projette, pour réussir à vivre, d’« enfouir » à Montréal « de nouvelles racines » (« Rouge et blanc », 196).

14Les nouveaux arrivants échouent souvent dans un premier temps à apprécier un monde trop différent du leur : ainsi, le petit Costaricain de la première nouvelle du recueil, consterné par le gris uniforme de la métropole et trouvant ce qu’il appelle « la mer de Montréal » trop « moderne » pour contenir des « choses vivantes » (AM, 8) avant que la neige, « beauté blanche […] tomb[ant] à plein ciel » (« Gris et blanc », 9) vienne inverser tous les signes. Ils échouent souvent d’abord à trouver de l’aide auprès des autochtones, les différences de codes culturels s’avérant une barrière plus infranchissable que celle que constituent les différences de langues maternelles. Ainsi, celle qui se désigne elle-même comme « un arbuste chinois fraîchement transplanté en Amérique du Nord » (« Jaune et blanc », AM, 55) et qu’une visite au Canadian Tire pour chercher – clin d’œil de la romancière – « un tuteur » (53) pour ses dahlias a complétement tétanisée : « je n’en suis ressortie que trois heures plus tard, l’esprit ployant sous l’encombrement et les mains vides. » Mais, au fil des jours et des mois, elle va réussir à faire un pas vers l’autre, puis un autre, prenant en compte les différences sans pour autant renier sa culture d’origine :

Je ne dis plus « non merci » pour signifier « oui s’il vous plaît ». Tout doit être exprimé avec force et clarté, ici, et les gestes et les mots suivent une ligne droite rapide qui exclut la poésie du non-dit. J’arrive maintenant à embrasser les amis québécois qui m’embrassent, puisqu’il n’y a que cette étreinte excessive pour les convaincre de ma réelle affection. (AM, 56)

15Elle peut même terminer la lettre à sa grand-mère par des mots de triomphe tranquille : « J’ai trouvé mon lieu, grand-mère, celui au centre de moi qui donne la solidité pour avancer, j’ai trouvé mon milieu. » (AM, 57) Il ne s’agit pas, comme cette très subtile formulation le souligne, de valoriser le monde occidental et l’économie libérale aux dépens de la Chine – les excès et dérives des deux systèmes politiques sont épinglés et finalement renvoyés dos à dos dans la nouvelle – mais de signifier que pour devenir soi-même la confrontation avec l’autre est loin d’être néfaste.

  • 7 François Laplantine, Le Social et le Sensible. Introduction à une anthropologie modale, Paris, Téra (...)
  • 8 Ibid., p. 11.

16Monique Proulx ne s’en tient pas à la rigidité de clivages répertoriés, et choisit de laisser le dernier mot à la vie dans ce qu’elle a de protéiforme, d’incessamment changeant. En cela, elle se rapproche d’une mouvance actuelle de l’anthropologie qui propose de remplacer l’approche structurale par une approche « modale ». Dans son ouvrage de 2005, François Laplantine, prône, en effet, pour appréhender au mieux le social, de prendre en compte la fluidité du sensible, le vécu émotif et corporel des individus, les vibrations du mouvant, les modifications telles que genèses, maturations et déclins. Il y a, selon lui, « un caractère physique de la pensée en train de se faire7 » : « L’expérience du terrain est une expérience de partage du sensible8. »

17Dans les nouvelles de Monique Proulx, l’emploi massif du présent de l’indicatif contribue justement à conjurer tout immobilisme artificiel : la vie est là, ni simple ni tranquille, mais en train de se frayer un chemin. Souvent, dans Les Aurores montréales, Monique Proulx déjoue ainsi les prévisions et les certitudes de ses personnages, et, par ricochet, se joue de l’horizon d’attente du lecteur : cocasses quiproquos et mystifications mais également méprises et surprises d’une plus belle eau, plus profonde. Prisonnier de ses a priori et de ses peurs, Laurel se trompe à deux reprises de façon spectaculaire sur les attitudes corporelles des autres. La première fois dans une pâtisserie syrienne où sa gourmandise l’a entraîné, à son cœur de croisé défendant. C’est en effet la cuisine du Moyen-Orient et de l’Extrême-Orient qui joue les chevaux de Troie pour Laurel, venant vaincre sa résistance et sa méfiance de l’intérieur, entre papilles et palais. Ainsi dans le restaurant japonais :

« Ils sont ici comme ils seraient partout », écrit Laurel dans son cahier rouge. Et il renchérirait, il trouverait d’autres mots plus durs pour condamner leur impénétrabilité, mais voilà que le garçon dépose avec un sourire les joyaux délicats devant lui, et voilà qu’il referme son cahier et oublie tout, les œufs de poisson volant explosent sur sa langue contre le jaune d’œuf de caille et le sel du pétoncle, il ferme les yeux et il oublie la ville cafardeuse, la bouche remplie de déflagrations savoureuses […], en état de jouissance extrême, il oublie que la vie est moche et qu’il a des ennemis.(AM, 167)

18Mais c’est le dénouement de la nouvelle qui apporte la surprise à la fois la plus drôle et la plus significative : approché par la bande de jeunes Grecs de son nouveau quartier, il reçoit, à la place des coups attendus, un souriant « Bienvenue à Montréal » (AM, 168), en français, de surcroît ! Rude secousse pour le « guérillero », déterminant cette fois une vraie remise en question : jetant son cahier rouge, il réapprend le sensible, en commençant par revoir sa mère telle qu’elle est – aimante et malheureuse, faisant ce qu’elle peut – et non comme une traîtresse victime d’assimilation mondialiste ; Pauline et non « Iouniverselle ». Il semble sur le chemin d’une sagesse que l’anthropologue Marc Augé a très éloquemment formulée :

  • 9 Marc Augé, « Culture et déplacement », in Michaud Yves (dir.), L’Université de tous les savoirs, Qu (...)

Il n’y a pas au sens strict de culture individuelle ; toute culture est une culture d’emprunt : il faut l’acquérir. Elle est le résultat d’une sorte de négociation. La culture, par définition, implique le rapport à autrui : le rapport à l’histoire, à l’entourage, à la société et au monde. On peut dire de la culture ce que l’on peut dire de toute identité individuelle ou collective : elle se construit à l’épreuve des autres. Pas de culture sans emprunt ; l’élitisme individuel devient donc contradictoire s’il est poussé à l’extrême. Mais il n’y a pas de culture nature non plus : pas de culture par simple imprégnation, pas de culture empreinte, pas de culture qui doive tout aux cieux d’Île-de-France ou de la Loire, à la lumière méditerranéenne ou aux couleurs des Tropiques... Ce spontanéisme culturel n’est au contraire évoqué dans les pires cas, que pour s’opposer à d’autres, les nier ou les éliminer et interrompre ainsi le processus infini de mise à l’épreuve de la différence, de l’altérité et de l’ailleurs qui est constitutif de toute identité culturelle. […] La vie de la culture, sous quelque angle qu’on l’envisage, est animée par le déplacement qu’elle ne cesse d’effectuer [...]. Ce déplacement, c’est le double déplacement de soi vers l’autre et de l’autre vers soi faute duquel il n’y a plus ni soi ni autre9.

19Nul doute que Monique Proulx partage ces convictions qu’elle semble même avoir vocation d’illustrer. Ses derniers ouvrages suggèrent tous, en effet, qu’un pays ne peut faire l’économie d’une rencontre avec l’altérité pour construire sa culture, et qu’un individu ne peut davantage s’en passer pour construire sainement son identité.

20Comme le rappelle à si juste titre Le Dictionnaire de l’altérité de Ferréol et Jucquois :

  • 10 Gilles Ferréol, Guy Jucquois (dir.), Dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles, (...)

La réalité empirique montre que l’universalisme peut se dégrader en assimilationnisme, tandis que la tolérance à l’égard d’autrui peut se pervertir en différentialisme. Il faut, par conséquent, échapper à l’alternative suivante : soit l’exaltation exclusive de la différence, soit l’universel abstrait de toute appartenance collective10.

21L’usage subtil que Monique Proulx fait de la fiction lui permet, nous semble-t-il, de se faufiler entre ces deux écueils sans les heurter mais sans les perdre pour autant de vue. Des outils plus facilement mobilisables dans un roman que dans un essai théorique, comme l’illustration concrète, les changements de registre et l’humour, l’aident dans cette périlleuse navigation.

22Son dernier roman – Ce qu’il reste de moi – ne dément pas son « goût pour l’autre », loin de là. Il fait en effet dialoguer deux époques et plusieurs mondes. Des passages en italiques content la fondation en 1641 de cette Ville-Marie qui deviendra Montréal. Jeanne Mance, l’intrépide infirmière partie à la rencontre de ceux qu’on lui avait peints comme « aussi sauvages que les bêtes11 », vivant dans un « territoire chaotique où le premier jour de la création n’est pas encore survenu12 » ne pouvait que fasciner Monique Proulx par la « Folle entreprise » à laquelle elle s’attelle avec Paul Chomedey de Maisonneuve : fonder une ville « mixte » où Européens immigrés en Nouvelle-France et Amérindiens christianisés auraient vécu ensemble, dans l’harmonie et la solidarité. « Ça été leur grand échec », convient Monique Proulx lors d’une interview. Non sans tout de suite ajouter un joli : « Mais n’empêche13… »

  • 14 Monique Proulx, Ce qu’il reste de moi, op. cit., p. 92.

23Alternant avec cette épopée des origines, Ce qu’il reste de moi présente aussi des rencontres bien plus proches de nous, au sein de l’actuelle Montréal. Entre un « robineux » inuit, un jeune Québécois rentrant d’un ashram dans le Nord de l’Inde, un shaman amérindien, une fervente Hassidique, son fils en rupture de ban, tant d’autres identités contrastées, les points de contact et les occasions de partage semblent a priori bien moins nombreux que les points de friction et les motifs d’aversion. Mais c’est peut-être une remarque de l’Inuit Charlie Putulik qui, finalement, reste à l’esprit : « Entre ceux de même sang que nous et ceux qui ont la générosité de nous offrir leurs différences, on ne peut pas choisir14. »

24Ajoutons que, dans le monde de Monique Proulx, ce ne sont pas toujours les premiers qui aident le mieux à guérir et à grandir.

Haut de page

Notes

1 Eco Umberto, « Définitions de l’intolérance », Magazine littéraire, « Les enjeux de la tolérance », n° 363, mars 1998, p. 20.

2 Ibid., p. 19.

3 Monique Proulx, Champagne, Montréal, Boréal, 2008, p. 67. Dorénavant C.

4 Monique Proulx, Les Aurores montréales [1996], Montréal, Boréal compact, 1997. Dorénavant AM.

5 Formule empruntée à Jean Giono, Les Vraies richesses est le titre d’un ouvrage publié en 1936.

6 Marcel Mauss, « Les Techniques du corps », Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, 1950.

7 François Laplantine, Le Social et le Sensible. Introduction à une anthropologie modale, Paris, Téraèdre, 2005, p9.

8 Ibid., p. 11.

9 Marc Augé, « Culture et déplacement », in Michaud Yves (dir.), L’Université de tous les savoirs, Qu’est-ce que la culture ?, Paris, Odile Jacob, 2001.

10 Gilles Ferréol, Guy Jucquois (dir.), Dictionnaire de l’altérité et des relations interculturelles, Paris, Armand Colin, 2003, p. 92-93.

11 Monique Proulx, Ce qu’il reste de moi, Montréal, Boréal, 2015, p. 10.

12 Ibid., p. 12.

13 http://www.lapresse.ca/arts/livres/entrevues/201504/24/01-4864006-monique-proulx-les-visages-de-montreal.php

14 Monique Proulx, Ce qu’il reste de moi, op. cit., p. 92.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Vignes, « Chemins vers soi passant par l’autre : poétique de la différence chez Monique Proulx »Littératures, 77 | 2017, 117-126.

Référence électronique

Sylvie Vignes, « Chemins vers soi passant par l’autre : poétique de la différence chez Monique Proulx »Littératures [En ligne], 77 | 2017, mis en ligne le 21 juillet 2019, consulté le 17 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/1736 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.1736

Haut de page

Auteur

Sylvie Vignes

Sylvie Vignes est professeur de littérature française à l’Université Toulouse-Jean Jaurès, où elle dirige le master Création littéraire. Elle a consacré une thèse à Julien Gracq et une thèse à Jean Giono. Ses ouvrages et travaux portent essentiellement sur l’œuvre de ces deux auteurs, sur celle de Jean Proal et sur la littérature française et francophone des années 1980 à nos jours. Elle dirige la série « Littératures francophones au présent » de la revue RLM-Minard.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search