Navigation – Plan du site

AccueilNuméros77Varia« Recourir à la détestable beauté...

Varia

« Recourir à la détestable beauté des phrases » : les enjeux de « l’inflation verbale » dans la prose de Louis-René des Forêts

Vivien Matisson
p. 153-164

Résumé

Cet article s’intéresse au sentiment qui lie Louis-René des Forêts à sa langue, en particulier à travers l’analyse stylistique de certains fragments d’Ostinato. Nous insistons sur la dimension socio-politique de la langue, délaissée par la critique, qui se développe chez cet auteur par une sensibilité à l’inflation verbale, caractéristique du monde contemporain (saturation due à la propagande, surenchère médiatique, violence guerrière). La langue de l’écrivain doit lutter contre ces excès pour espérer retrouver une « scansion de l’être », une énergie rythmique et mélodique, que des Forêts assimile à la « toute-puissante sauvagerie » de l’enfance, quitte à tomber dans une misologie paralysante.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Louis-René des Forêts, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Quarto », 2015, p. 1042. Toutes les ré (...)

1Au travers des « fuyantes lignes de vie1 » d’Ostinato et de ses « brûlantes images » (OC, 1121), Louis-René des Forêts met en scène et exhibe le sentiment violent et dramatisé qui le lie à sa langue : « Dénaturer avec art sa mémoire obscurcie, recourir à la détestable beauté des phrases, s’abandonner à un vocabulaire d’emprunt pour dissimuler sa misère… » (1139) Par cette série de phrases infinitives, il semble désigner cette force contraignante, parfois paralysante de la langue qui traverse toute son œuvre depuis les années quarante. La langue impose un ordre, une cadence et une posture énonciative que des Forêts contourne ici par la disparition du sujet, par l’asyndète et par ces infinitifs dont nous ne savons pas s’ils sont des injonctions ou des anathèmes pesant sur l’écrivain. Ils dessinent en tout cas les contours de la poétique de des Forêts : cette fiction nécessaire au cœur de la prise de parole : « dénaturer avec art » ses propres souvenirs, d’où découle cet abandon de soi dans la beauté trompeuse, « la détestable beauté des phrases ». L’écriture se transforme en un jeu dangereux qui donne le goût de l’imposture grisante : on devient ce bavard qui manipule avec brio le vide des tournures de phrases que l’on vole aux autres. L’oxymore « détestable beauté » traduit bien le paradoxe de la prose de des Forêts qui n’a jamais renoncé à la phrase ample, étirée, il n’est pas Beckett et sa syntaxe syncopée – Beckett avec qui pourtant il partage beaucoup de traits communs – mais il a toujours tenu à glisser dans cette belle armature classique un mouvement contraire, un reniement, une rébellion nécessaire un peu à la manière de l’enfant récalcitrant qu’il a été dans l’apprentissage scolaire :

Vocabulaire en main, lentement on se met en route. Deux pas en avant, un pas en arrière. Très laborieusement on se fraye un chemin dans les broussailles du premier savoir pour déboucher au prix de bien des pleurs sur un jardin dessiné avec un art si parfait que quiconque y accède est tenu d’en respecter l’ordonnance séculaire. (1044)

2La langue est une matière sinueuse et indéfinie aux multiples ramifications, incises, subordonnées, parenthèses dont des Forêts retarde comme il peut le point final. La période ne peut s’écrire car elle est volontairement déséquilibrée, parasitée par un ajout, une hyperbate ou un manque, un blanc. Ostinato devient cette quête impossible de l’adulte pour retrouver ce « pas en arrière » salutaire et vivifiant que l’enfant se sentait le devoir d’accomplir : une énergie originelle qui apparaît comme une injonction, un cri sans lequel l’écriture n’a aucun sens : « Que jamais la voix de l’enfant en lui ne se taise, qu’elle tombe comme un don du ciel offrant aux mots desséchés l’éclat de son rire, le sel de ses larmes, sa toute-puissante sauvagerie. » (1158) Le danger de l’académisme, Louis-René des Forêts l’a ainsi très tôt intégré, depuis son enfance passée dans un pensionnat religieux dont il ne supportait pas la rigueur ni surtout l’hypocrisie. Dans les fragments de cette étrange autobiographie sans « je », il décrit cette éducation repoussoir qu’il a reçue et assimilée comme une oppression linguistique :

Étudiant taciturne tout barbouillé de faux savoir, haïssant la compétition et les titres, juché en exil sur le plus haut gradin des salles ouvertes au verbiage des docteurs qui s’écoutent parler en parlant pour les autres. (1073)

3Il repère rapidement avant de le repérer en lui-même l’orgueil de l’illusion de maîtrise, du bavardage pédant qui fait basculer la langue dans la sclérose. Contre le barbouillage agressif, l’enfant se réfugie dans le silence, dans la « toute-puissante sauvagerie » que des Forêts ne cesse de représenter dans son œuvre, en particulier dans la nouvelle « Une mémoire démentielle » du recueil La Chambre des enfants dans laquelle le vœu de silence de l’enfant se poursuit sur plusieurs mois malgré la pression des autres enfants et des maîtres du pensionnat. La hantise du « verbiage » entraîne une intransigeance qui ne quittera pas l’écrivain et qui déjà se manifestait par ce « mutisme tyrannique » (1101) dont il parle dans Ostinato. La prose de des Forêts n’existe que par cette délicate négociation entre deux excès sans cesse rejoués : un mouvement d’ivresse verbale et un mouvement de négation, de restriction, voire d’abandon de l’écriture. Il résume lui-même ce conflit : « Qu’on se taise faute de savoir que dire ou qu’on prenne la parole faute de pouvoir se taire, c’est du pareil au même : anorexie et boulimie langagière, deux symptômes d’un mal identique conditionné par une aveugle crédulité. » (1167-1168) C’est cette tension qui constitue le fil directeur de ma réflexion dont le but est de cerner au plus près ce « sentiment de la langue » propre à des Forêts que Gilles Siouffi définit comme

  • 2 Gilles Siouffi « Sentiment de la langue et diachronie », in Gilles Siouffi (dir.), Diachroniques, R (...)

[…] l’instance de compréhension et d’appropriation des faits mi consciente, mi inconsciente susceptible de donner naissance à des explications […] allant […] jusqu’à d’« authentiques » raisonnements linguistiques – et impliquant en tout cas une modification des usages2.

4Dans le cas de des Forêts, cette appropriation n’est jamais acquise. Elle affronte le point délicat de la légitimité de toute expression : l’amour pour la langue des écrivains se mesure à la détestation de « l’inflation verbale » qui se répand dans le monde moderne. Nous verrons comment dans le style même de des Forêts ce conflit se résout : le goût pour l’hypotaxe s’accompagne d’une perpétuelle autocritique, d’un mouvement réflexif qui doute de ses prétentions et s’intègre au sein d’une certaine rigueur rhétorique. Il semble ainsi que l’écriture de des Forêts pose avec acuité la question de la singularité de l’écriture au sens que Laurent Jenny a développé dans La Parole singulière. C’est en effet contre le « je » autobiographique et ses prestiges supposés qu’Ostinato a été conçu, dans l’espoir que « dans un excès de mots fébrilement jetés sur la page comme autant de coups de dés malchanceux » (1069) puisse se faire entendre la « pleine résonance émotive » (1164) de l’enfance.

  • 3 L’édition des Œuvres complètes, publiée en 2015, ouvre des pistes intéressantes à ce sujet, grâce à (...)
  • 4 Dominique Rabaté, Vers une littérature de l’épuisement, Paris, José Corti, 1991 ; Poétiques de la v (...)

5D’abord, il me semble utile de mettre l’accent sur la dimension éthique et socio-politique de la langue chez des Forêts. En effet, contrairement à l’image de l’écrivain silencieux, replié sur son œuvre hors du monde et des contingences matérielles, que la critique des années soixante-dix a contribué à édifier, plusieurs écrits, dont certains publiés à titre posthume, montrent une sensibilité de des Forêts au « vacarme du monde » (1117) qu’il s’agisse de l’« inflation verbale » de la propagande nazie dès les années trente ou de l’emphase des hommes politiques, des médias, et même des écrivains. Il y a là un angle mort de la critique3 sur des Forêts qui n’a jamais mis en relation son engagement dans la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale, son regard sur la guerre, sur la modernité dans son ensemble et sa dénonciation, dans la fiction, des jeux de pouvoir portés par les voix des personnages. Il est en cela très proche de Beckett et de ses voix sans origine, comme l’a montré notamment Dominique Rabaté dans ses travaux4. Ainsi, ce que perçoit des Forêts dans la société moderne, ce sont quatre dérives principales portées par la langue : l’orgueil, la vulgarité, l’hystérie collective et le bruit assourdissant. Il est intéressant de noter que le sentiment de la langue chez des Forêts se définit grâce à un lexique emprunté à la musique et au rythme : il est question d’harmonie, de scansion ou d’assourdissement. Ce n’est pas surprenant lorsque l’on sait que des Forêts aurait voulu être musicien, et en particulier compositeur. Il avoue d’ailleurs, à propos de ses traductions des lettres du poète anglais Gérard Manley Hopkins, avoir toujours rêvé d’un phrasé musical : « cette recherche d’un accord musical des mots et de la grammaire m’a fasciné. Je me suis senti une parenté avec lui et, grâce à cette expérience, j’ai retrouvé la foi dans le langage. » (82) Deux paragraphes d’Ostinato réunissent ainsi les quatre dérives langagières en évoquant une sorte de marche militaire hallucinatoire de fanatiques qui retracent l’horreur de la Seconde Guerre mondiale de 1940 à 1945. Ce passage se compose d’une succession de phrases nominales, en parataxe, qui produit un effet inquiétant d’emballement et d’épuisement renforcé par l’hypotypose :

Cérémonies sabbatiques rituellement célébrées aux sombres musiques de cuivres, faux bergers affamés de puissance qui fanfaronnent et pérorent, tout un peuple soumis en extase à leurs pieds dans l’odeur fauve de la haine, nations démembrées par les pas du vainqueur […] bourreaux besogneux qui redoutent la clarté du jour, renégats dont la langue s’embrouille à mentir… (1089)

  • 5 Ses remarques rejoignent les analyses de Victor Klemperer sur la langue du IIIe Reich (LTI) : Victo (...)

6Le souvenir de la guerre surgit dans un concert assourdissant de voix et de rumeurs : l’hystérie des voix qui fanfaronnent complète les cuivres et se règle sur le rythme des pas qui traversent les charniers de l’Europe. Quelques éclaircissements biographiques s’imposent ici. En 1938, des Forêts séjourne trois mois en Autriche au moment de l’Anschluss et il assiste, sidéré, à l’influence de la propagande nazie sur la population. Dans une lettre envoyée à son père, il dénonce « la vulgarité sans nom et atrocement primaire » du régime hitlérien et l’organisation de la propagande qui provoque « l’atmosphère d’exaltation hystérique5 » dans laquelle, dit-il, « on vit sans cesse ici » (193). Ensuite, il fait la campagne des Ardennes et de la Belgique en 1940 avant d’être démobilisé. Il rejoint la Résistance en 1943, par l’intermédiaire d’un réseau belge, Comète, qui s’occupait de protéger et de faire évader des aviateurs alliés tombés en territoire occupé. Il prend des risques importants et échappe de peu à la Gestapo. Il parle de son expérience au camp de la forêt de Fréteval dans le récit autobiographique Un malade en forêt publié en 1948. À travers ses récits et ses entretiens évoquant cette période, il insiste sur le rôle de la langue dans l’asservissement de l’homme ou dans l’acceptation de l’idéologie nauséabonde qui conduit au meurtre :

Monde meurtrier qui mêlant le sang à l’encre travaille dans le mensonge, si peu innocent qu’il se dénonce lui-même en dénombrant ses morts dont la trace pour beaucoup s’est perdue quelque part en des terres incultes et sans douceur où furent brisés par balle devant la fosse ou réduits en fumée noire tant de cris bouleversants. (1088)

  • 6 Lire en particulier à ce sujet l’entretien avec Jean-Louis Ézine (OC, 125) : « Je passais alors mes (...)
  • 7 En 1958, par exemple, il propose un article pour le premier numéro du 14 juillet, « une revue d’opp (...)

7Cette image du sang et de l’encre réunis pour décrire cette mort bureaucratique et administrative caractéristique de la Shoah se retrouve presque dans les mêmes termes chez Camus notamment. Des Forêts aura l’occasion de préciser l’importance de la découverte de l’horreur des camps6 dans ses engagements politiques et publics après la guerre, en particulier lorsqu’il s’exprimera sur Mai 68. Ses déclarations et ses récits démontrent l’intérêt constant qu’il porte à la langue en tant que « fait social » et force politique qu’il ne dissocie pas d’emblée de la langue de l’écrivain7. C’est peut-être par la figure de l’orateur que le lien s’effectue entre l’exhibition sociale et la représentation fictionnelle de la langue dans l’écriture.

8En effet, l’orateur et les figures qui gravitent autour : le maître, le bavard, l’homme politique sont essentiels pour comprendre la poétique de des Forêts. Pour Le Bavard, il s’est inspiré d’un texte de Kleist intitulé L’Élaboration progressive de la pensée par le discours par lequel il avait été fortement marqué dans les années trente. Kleist prend à rebours la tradition occidentale de l’antériorité de la pensée, de l’idée sur le langage et défend la puissance en acte de la langue capable de produire elle-même la pensée. L’objectif est pour lui thérapeutique et pragmatique : Kleist ne prétend pas fonder une nouvelle théorie du langage mais plutôt délivrer des conseils pratiques à destination de ceux qui ne parviennent pas à formuler leur pensée. Des Forêts pousse à bout la logique de l’essai de Kleist en créant le personnage du bavard qui est vide de toute pensée et improvise ses mots en pillant le discours des autres : « Cet individu n’a strictement rien à dire et cependant il dit mille choses » (529) ; « […] je me trouve écrire avec un style qui n’est pas le mien » (528). Par une sorte de mise en abyme ironique, des Forêts met dans la bouche de son bavard les mots de Kleist :

  • 8 Heinrich Von Kleist, L’Élaboration de la pensée par le discours, Paris, Editions Allia, 2016, p. 5. (...)

Je vois que maint grand orateur, en ouvrant la bouche, ne sait pas encore ce qu’il dira. Mais la conviction qu’il trouvera l’abondance d’idées nécessaires dans les circonstances et dans l’excitation qu’elles provoquent en lui, lui donne la hardiesse de commencer au petit bonheur8.

9L’orateur tombe dans le bavardage si son discours se fait le creuset de paroles convenues, apprises ou mensongères comme celui de l’homme politique ou la surenchère verbale diffusée par les médias selon des Forêts :

La société […] est fondée sur une parole brouillée, faussaire ou convenue, dont l’abondance est orchestrée par le pouvoir des médias. Cette hystérie m’impressionne […]. La majorité de ce qui se dit ne semble avoir pour objet que d’augmenter le brouhaha. Et dans le brouhaha on est passif. (135)

10On retrouve cette sensibilité acoustique aux bruits environnants, à la confusion idéologique et sonore qu’il voyait déjà dans la propagande politique. Cette mise en scène fictionnelle de l’emphase verbale a une fonction cathartique pour des Forêts : il s’agit de fuir une tentation, cette « vigueur séductrice » (1120) de la langue comme il la nomme dans Ostinato. L’écrivain n’est donc pas à l’abri de la performance orgueilleuse, du bavardage, il appartient au « monde discoureur ».

  • 9 L’image de l’écriture comme une activité mécanique erratique est déjà présente dans la bouche du ba (...)
  • 10 Alain Duault, « Louis-René des Forêts : “Il y a danger à trop écrire” », L’Événement du jeudi, 19-2 (...)

11Pourtant, la langue littéraire que manie l’écrivain semble à l’opposé de l’improvisation oratoire du bavard. Évidemment, des Forêts en est bien conscient. Mais la confrontation des deux modes d’expression, de la profération anarchique et de la maturation lente, est nécessaire : les excès du bavard révèlent les dangers et les insuffisances de la langue de l’écrivain qui se croit à l’abri des bruits du monde. À au moins deux reprises, des Forêts a considéré que l’œuvre qu’il écrivait ne valait rien. Il a détruit un manuscrit de six cents pages auquel il avait consacré cinq années de sa vie après la guerre, qu’il avait nommé « Le Voyage d’hiver ». Dans Ostinato, certains passages évoquent les pages jetées au feu : « Les pages embrasées par liasses comme on se dépouille d’un habit impur. » (1040) ; « Au feu donc tout ce fatras. » (1113) Il n’est pas innocent que des Forêts désigne l’échec de ce projet dans des termes liés à la communication orale, au débit et à l’inflation verbale qui rappelle l’inanité du bavard : « […] la machine9 depuis longtemps en moi tournait à vide et ne produisait plus qu’un bavardage oiseux […]. Tout s’est passé comme si l’ambition et l’ampleur de mon dessein l’avaient rendu par elles-mêmes caduc […]. » (883-884) ; « […] la fertilité est un leurre. » (1113) Cette expérience personnelle le conduit plus tard à un jugement général sur ce risque qui menace tous les écrivains, comme on peut le voir dans un entretien en 1987 : « Il y a danger à trop écrire et l’inflation d’écriture à laquelle on assiste aujourd’hui me paraît assez déprimante10 […]. »

12Ce danger au cœur de l’entreprise littéraire provient d’un paradoxal abandon à la langue chez des Forêts, à son mouvement imprévisible, dans l’espoir de faire surgir la « toute puissante sauvagerie » de l’enfance. Ce souffle originel ne se manifeste que si les prérogatives de l’intelligence, de la maîtrise rationnelle sont laissées de côté : « Si je ne suis pas conduit par le langage, je ne fais rien de bon, rien qui me paraisse valoir d’être dit ou qui soit au plus près de ma vérité propre. » (54) Si cette démarche peut s’apparenter à celle des surréalistes, notamment à l’écriture automatique, elle diffère par la conviction que, malgré tous nos efforts, nous ne pouvons pas échapper à la rhétorique, à la convention, aux lieux communs. L’écrivain est ainsi voué à l’inconfort, à un « état d’insécurité permanente » (882) : « Je me dis parfois que cette subordination de la pensée au langage a quelque chose de dément, d’autant qu’elle s’accompagne chez moi d’une grande défiance du langage. » (54) Cette intransigeance se ressent dans le style même de des Forêts qui ne renonce jamais à la « détestable beauté » des phrases mais cherche à épuiser leur raideur, leur force de conviction par une réflexivité maximale qui est présente dans toute l’œuvre de l’écrivain, jusqu’à Ostinato.

  • 11 Jean Paulhan, Les Fleurs de Tarbes ou la Terreur dans les Lettres [1941], Paris, Gallimard, 1990.

13Pour des Forêts, nous l’avons dit, le style est avant tout une question d’agencement de la phrase, d’énergie rythmique et mélodique. Contrairement au bavard qui fanfaronne et récite « tous ces mots sans vie qui semblent perdre jusqu’au sens de leur son éteint » (601), le grand écrivain pour lui est celui qui s’arrête sur la matière des mots, fait entendre l’écho d’ « une modulation secrète » (880) qui échappe à la tyrannie du sens : « Il y aurait d’ailleurs beaucoup à dire sur la valeur concrète des mots, sur leur faculté de créer eux aussi une musique indépendamment de la signification, et qui peut même aller contre elle. » (880) Il trouve cette beauté rythmique chez Breton, qu’il compare au style de Bossuet et chez Hopkins qui semble avoir trouvé cette « scansion de l’être » (879) qu’il désespère de trouver pour lui-même : il évoque sa « syntaxe hardie », « son rythme abrupt et syncopé, avec quelque chose de vivifiant comme un air marin » (76). Dans sa prose, des Forêts choisit stratégiquement l’exténuation de la phrase qui s’enroule autour de longues propositions hypotaxiques dans l’espoir d’un surgissement inopiné d’« images brûlantes » gorgées de « sève fertilisante » (1169) : « […] toutes ces brûlantes images comme surgies à l’état brut d’un foyer souterrain proliférant avec la force d’une épidémie […]. » (1121) Il y a donc une forme de misologie chez des Forêts au sens que Jean Paulhan a développé dans Les Fleurs de Tarbes11, une haine de son propre style, de cette raideur syntaxique qui semble devenue l’enjeu d’Ostinato : « Condamné à enfiler des phrases, il en rit cependant pour marquer qu’il n’est pas dupe d’une rhétorique vicieuse qui reste sans effet sur l’orientation de sa vie. » (1153) Le fonctionnement en hypotaxe permet de lier dans un même mouvement l’assertion et sa dénégation, de piéger l’exigence rhétorique et périodique que des Forêts cherche à combattre en lui. L’effet sur le lecteur est saisissant : le mouvement de la phrase imite une structure réglée et argumentative pour finalement imposer un suspens, un doute absolu sur la possibilité d’une stabilité énonciative ou sémantique. Reste un ton reconnaissable, un souffle que seul le blanc typographique vient interrompre. De nombreux fragments se présentent ainsi sous la forme d’auto-commentaires qui sont autant de mises en garde contre l’admiration béate du style : « Toute affirmation apporte avec elle sa réfutation. Sitôt énoncée, on cesse de la tenir pour une vérité incontestable, mais sans avoir à se déjuger tant sa remise en cause semble aller de soi. » (1161)

14Je m’arrête plus longuement sur un passage intéressant, une longue phrase de dix lignes, qui installe une polyphonie intérieure dans laquelle une voix surgit pour nuancer l’autre :

Une mystérieuse fusion s’opère ainsi entre le doute et la certitude qui les fait s’annuler l’un l’autre, laissant l’esprit momentanément comme figé sur place dans l’attente d’une décision dont il ne se juge plus le maître, alors qu’en vérité elle ne peut venir que de lui, si tant est que pareil dilemme soit autre chose qu’un leurre, un prétexte à différer la reprise d’un mouvement où trop de forces ont été engagées pour qu’il décide ou accepte jamais de s’en dessaisir, à moins qu’avec l’âge ou la maladie le déclin de ses facultés ne l’y contraigne. (1098-1099)

  • 12 Bernard Dupriez, Gradus, les procédés littéraires (dictionnaire), Paris, Editions 10/18, 1984, p. 1 (...)

15Des Forêts semble nuancer, voire contredire syntaxiquement ce qu’il énonce sémantiquement : sur une assertion incertaine de départ – la fusion du doute et de la certitude qui s’annulent – la phrase se prolonge en reprises et en nuances avec la conjonction « ou » : « décide ou accepte jamais » « l’âge ou la maladie », et avec les épanorthoses12 « alors qu’en vérité », « si tant est », « à moins que » qui retardent volontairement le point final. Le lecteur se trouve alors confronté au paradoxe d’un discours en mouvement, qui se déploie longuement, avec comme objet le blocage et le figement, c’est-à-dire l’impossibilité d’écrire : « comme figé sur place », « prétexte à différer la reprise d’un mouvement ». Le dédoublement par l’usage de la troisième personne « il ne se juge plus le maître » accentue l’impression d’irréalité et d’abstraction portée par la phrase. Ces voix qui s’affrontent en vain sont peut-être celles qui forment le titre d’une des sections du livre : « voix bonnes mauvaises conseillères » (1147). Ainsi la solidité de l’armature syntaxique chez des Forêts a une « portée tactique » comme il l’exprime dans Voies et détours de la fiction : « Il n’est donné au langage l’ordonnance et la solennité d’une rhétorique que pour mieux faire apparaître au détour la menace d’une rupture d’équilibre. » (890)

  • 13 Dominique Rabaté, Louis-René des Forêts, Louis-René des Forêts : la voix et le volume, Paris, José (...)
  • 14 Maurice Blanchot, L’Écriture du désastre, Paris, Gallimard, 1980.
  • 15 Dominique Rabaté, Louis-René des Forêts, Louis-René des Forêts : la voix et le volume, op. cit., p. (...)

16C’est donc bien par la syntaxe et sa rigueur paradoxale que s’exprime ce rapport délicat à la langue qu’expérimente l’écrivain. Dominique Rabaté dans Louis-René des Forêts : la voix et le volume, propose de définir le style d’Ostinato par le contraste entre le flux incontrôlable des images et le blanc qui sépare chaque fragment et ruine l’espoir de totalisation. Il choisit l’expression de « syntaxe de la catastrophe » qui désignerait la « tentative dramatique pour rejoindre l’événement13 ». Cette syntaxe qui cherche l’irruption de la beauté dans l’urgence et le doute s’opposerait à l’écriture du désastre de Blanchot14, plus assurée et plus distante. Il place également la phrase de des Forêts dans une histoire du style au xxe siècle : il la rapproche de Proust pour ce « déploiement » de la mémoire qui s’observe et s’analyse, au travers d’une syntaxe à la limite de l’anacoluthe, mais aussi de Faulkner et de Simon pour cette « voix envahie par des images traumatiques, flux difficiles à maîtriser se chevauchant et embrayant d’autres plans temporels15 ». En effet, la prose de des Forêts est proche à certains moments de celle de ces auteurs phares du xxe siècle avec malgré tout une différence majeure : une misologie plus profonde, plus désespérée aussi qui passe par une mise en question radicale de ses propres moyens d’expression et une douloureuse « contestation ironique de soi » (890). La langue ne fait jamais l’objet d’une appropriation intime ou immédiate pour des Forêts. Elle n’est pas comme une seconde peau que l’écrivain porterait pour exprimer sa nature profonde. Elle reste souvent extérieure, belle chez Breton ou Saint-Simon par son rythme et son énergie, mais elle reste inatteignable. Pourtant, des Forêts semble à chaque fragment d’Ostinato rejouer l’espoir d’un surgissement épiphanique, au détour d’une incise ou d’une subordonnée. C’est ce mystère de l’obstination chez des Forêts qui m’intéresse maintenant.

  • 16 Terme-clé que nous retrouvons à de nombreuses reprises dans le texte.
  • 17 Laurent Jenny, La Parole singulière, Paris, Belin, 1990, p. 14.
  • 18 Ibid., p. 18.
  • 19 Ibid., p. 14.

17En effet, malgré les doutes persistants sur une publication éventuelle d’Ostinato, des Forêts a continué d’écrire mais en refusant jusqu’au bout de s’exprimer à la première personne. Il me semble que ce choix correspond à une impossibilité d’assumer une autorité énonciative, qui reste attachée pour lui à l’idée d’imposture16, même pour évoquer le récit ou les moments de sa propre vie. Laurent Jenny, dans La Parole singulière, décrit le drame de l’événement figural qui se joue au moment de chaque prise de parole, « cette reconduction du discours à la puissance de l’actualité17 ». Cet événement creuse une distance entre le moi et les signes que des Forêts nomme « dédoublement » (881) et qui produit une obscurité et un trouble provisoires : « “Mes” signes me demeurent toujours largement inappropriables. Leur objectivité, leur “extériorité”, peut en un point me les faire contempler comme des choses ou des natures mortes18. » Pour Laurent Jenny, ce rapport d’étrangeté à la langue n’est qu’une étape vers la singularité, vers la figure. On peut émettre l’hypothèse que des Forêts refuse de franchir ce moment transitoire parce que ce pas en avant signifierait pour lui céder au mensonge de la transparence. Le secret de l’intimité ne passe jamais dans les signes, ou seulement par erreur, par effraction, ce que « la langue en quête d’un foyer a inscrit comme par fraude et du dehors19 ». C’est pourquoi l’autobiographie comme « récit rétrospectif » à la première personne est impensable pour lui. Dès Le Bavard, il fait dire à son personnage qu’il déteste les « maniaques de la confession », « […] ceux qui succombent à la tentation de livrer leurs pensées les plus secrètes […] » (563). Lorsqu’il évoque des souvenirs personnels, ceux-ci apparaissent par le filtre de la fiction, comme dans le récit Un malade en forêt. La relation d’amitié qui unit Rudy au personnage principal dans ce texte ne s’exprime jamais à travers l’échange verbal : « […] nous n’avions jamais peur du silence quand nous étions ensemble. » (673) Cette extrême pudeur se retrouve dans Ostinato où aucun nom propre n’apparaît même lorsqu’il s’agit d’êtres chers. La troisième personne n’est pourtant pas qu’un masque posé sur l’intimité, elle a pour fonction de capter les éclats d’une mémoire défaillante ou mensongère, de faire parler le monde à travers soi, même si cela doit s’éprouver par le prisme de la fiction verbale : « La troisième personne pour s’affirmer contre le défaut de la première. […] Non, ce n’est ni lui, ni moi, c’est le monde qui parle. C’est sa terrible beauté. » (1075)

  • 20 Bruno Blanckeman, « Là où la fiction se substitue au réel… », Critique, n° 668-669, janvier-février (...)

18Il faut ainsi peut-être mettre en relation l’expression de « détestable beauté des phrases » et celle de « terrible beauté » du monde, cette beauté extérieure au sujet mais qui parle à travers lui. Les deux oxymores placent la beauté en porte-à-faux avec le « je » qui tente de l’embrasser. Pourtant, les deux formules se rejoignent pour évoquer cette émotion transcendante, cette source incorporelle qui n’est peut-être pas si éloignée de la pensée mystique. Il avoue d’ailleurs rechercher une méthode pour se « mettre en disposition mentale d’accueillir le tout-venant » (1153-1154). De cette façon, l’amour pour l’harmonie des phrases, lorsqu’il échappe à l’artifice et à l’ego, laisse vivre « la part la plus élémentaire – couleurs, odeurs, rumeurs » (1042) qui parcourent aussi le livre. La phrase procède alors « par bonds » comme celle de ses auteurs de prédilection : Rimbaud, Pascal, Shakespeare, Hopkins qui possèdent « l’éclat, l’audace et la densité abrupte de langue » (61). Nous découvrons alors une profusion qui n’a plus de rapport avec « l’inflation verbale » si longtemps décriée. Cet élan vital, des Forêts a l’espoir de le voir proliférer « avec la force d’une épidémie » détruisant les scories rhétoriques (1121). Cette fertilité n’est plus une projection, une performance sociale ou extérieure comme celle de l’orateur, elle est invisible, souterraine, elle appartient à une source secrète comme « le centre actif, la substance souterraine dont l’être se nourrit » (1122). Bruno Blanckeman souligne à juste titre que « dans Ostinato, le poétique piège le rhétorique20 ».

19En approchant le sentiment de la langue propre à Louis-René des Forêts, l’écrivain du silence se révèle être aussi un homme de combat, d’engagement, comme le démontrent son parcours et ses différentes interventions publiques à des moments-clés de l’histoire. Il est sensible à la violence verbale qui domine le monde moderne, l’écrivain n’étant pas à l’abri. Pour des Forêts, la langue est cette « réalité matérielle » qui fascine et dont l’orateur peut s’emparer pour emporter l’adhésion des foules, pour le meilleur et surtout pour le pire. Mais elle est aussi une matière sensible et surtout musicale dans laquelle coule une « sève fertilisante » susceptible de rendre de l’éclat aux souvenirs enfouis. L’œuvre de des Forêts suggère à sa façon que l’écriture doit déjouer les ruses de l’égotisme liées à la performance pour parvenir à la source d’une impulsion esthétique universelle. C’est cette énergie primordiale qu’il cherche à transmettre, par le heurt des phrases et des fragments, car elle se rapproche de celle de l’enfance, d’une révolte instinctive et obstinée, se manifestant encore et encore – à l’image du terme Ostinato, qu’Emmanuelle Rousselot propose d’entendre comme une formule musicale possédant des propriétés lui conférant l’aura du mythe et de la légende :

  • 21 Emmanuelle Rousselot, Ostinato de Louis-René des Forêts, l’écriture comme lutte, Paris, L’Harmattan (...)

[…] le perpétuel et le précaire ont partie liée et reliée dans cette sorte de liturgie originelle et universelle qu’est l’ostinato. Et cette liturgie a sa part de deuil et de mort, inhérente à la nature. Les divers sens de l’ostinato s’enroulent l’un dans l’autre comme un corps en gestation de vie ou de mort21.

Haut de page

Notes

1 Louis-René des Forêts, Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « Quarto », 2015, p. 1042. Toutes les références dans le corps du texte aux œuvres et aux différents entretiens de Louis-René des Forêts renvoient, sauf mention contraire, à cette édition, abrégée OC.

2 Gilles Siouffi « Sentiment de la langue et diachronie », in Gilles Siouffi (dir.), Diachroniques, Revue de linguistique diachronique, Paris, PUPS, 2012, p. 13.

3 L’édition des Œuvres complètes, publiée en 2015, ouvre des pistes intéressantes à ce sujet, grâce à des lettres inédites, notamment celles concernant son voyage en Autriche en 1938 (OC, 187).

4 Dominique Rabaté, Vers une littérature de l’épuisement, Paris, José Corti, 1991 ; Poétiques de la voix, Paris, José Corti, 1999.

5 Ses remarques rejoignent les analyses de Victor Klemperer sur la langue du IIIe Reich (LTI) : Victor Klemperer, LTI, la langue du IIIe Reich, Paris, Albin Michel, 1996, p.47 : « Le style obligatoire pour tout le monde était donc celui de l’agitateur charlatanesque. »

6 Lire en particulier à ce sujet l’entretien avec Jean-Louis Ézine (OC, 125) : « Je passais alors mes journées à l’hôtel Lutetia, où étaient accueillis les déportés, et c’est là que j’ai pris conscience de la nécessité de réagir à l’horreur, et même le plus violemment possible. »

7 En 1958, par exemple, il propose un article pour le premier numéro du 14 juillet, « une revue d’opposition au général de Gaulle au pouvoir depuis le 1er juin ». À cette occasion, nous retrouvons la même critique de la parole creuse et excessive, qu’il développe grâce à une ébauche d’analyse linguistique : « Tout se passe, à un certain échelon du pouvoir, comme si le signe survivait misérablement à la chose signifiée : on n’y parle plus que pour séduire, flatter, corrompre. » Il évoque alors la nécessité de « ruiner cette monstrueuse inflation verbale » (OC, 66) qui domine dans le monde contemporain.

8 Heinrich Von Kleist, L’Élaboration de la pensée par le discours, Paris, Editions Allia, 2016, p. 5. À comparer avec ces pages du Bavard : « En ouvrant la bouche, vous ne savez peut-être pas ce que vous direz, mais la conviction que vous trouverez l’abondance de mots nécessaires dans les circonstances et dans l’excitation qu’elles provoquent en vous, vous donne la hardiesse de continuer au petit bonheur… » (OC, 594-595)

9 L’image de l’écriture comme une activité mécanique erratique est déjà présente dans la bouche du bavard : « […] la machine tourne sans nécessité, impossible d’en contrôler les mouvements désordonnés. » (OC, 530)

10 Alain Duault, « Louis-René des Forêts : “Il y a danger à trop écrire” », L’Événement du jeudi, 19-25 mars 1987, p. 91.

11 Jean Paulhan, Les Fleurs de Tarbes ou la Terreur dans les Lettres [1941], Paris, Gallimard, 1990.

12 Bernard Dupriez, Gradus, les procédés littéraires (dictionnaire), Paris, Editions 10/18, 1984, p. 189 : « Revenir sur ce qu’on dit, ou pour le renforcer, ou pour l’adoucir, ou même pour le rétracter tout à fait. »

13 Dominique Rabaté, Louis-René des Forêts, Louis-René des Forêts : la voix et le volume, Paris, José Corti, 2002, p. 217.

14 Maurice Blanchot, L’Écriture du désastre, Paris, Gallimard, 1980.

15 Dominique Rabaté, Louis-René des Forêts, Louis-René des Forêts : la voix et le volume, op. cit., p. 208.

16 Terme-clé que nous retrouvons à de nombreuses reprises dans le texte.

17 Laurent Jenny, La Parole singulière, Paris, Belin, 1990, p. 14.

18 Ibid., p. 18.

19 Ibid., p. 14.

20 Bruno Blanckeman, « Là où la fiction se substitue au réel… », Critique, n° 668-669, janvier-février 2003, p. 87.

21 Emmanuelle Rousselot, Ostinato de Louis-René des Forêts, l’écriture comme lutte, Paris, L’Harmattan, 2010, p. 223.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Vivien Matisson, « « Recourir à la détestable beauté des phrases » : les enjeux de « l’inflation verbale » dans la prose de Louis-René des Forêts »Littératures, 77 | 2017, 153-164.

Référence électronique

Vivien Matisson, « « Recourir à la détestable beauté des phrases » : les enjeux de « l’inflation verbale » dans la prose de Louis-René des Forêts »Littératures [En ligne], 77 | 2017, mis en ligne le 21 juillet 2019, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/1765 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.1765

Haut de page

Auteur

Vivien Matisson

Vivien Matisson est doctorant en Lettres Modernes à l’Université de Toulouse-2 Jean Jaurès. Il a obtenu un contrat doctoral en 2014. Ses travaux portent sur le sentiment de la langue après la Seconde Guerre mondiale chez Samuel Beckett, Maurice Blanchot, Albert Camus et Louis-René des Forêts, à travers la notion de « monstruosité ». Il dispense actuellement des cours à l’Université et à l’E.S.P.E de Toulouse.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search