Navigation – Plan du site
Compte rendu

Écrire le mariage en France au xixe siècle, sous la direction de Stéphane Gouglemann et Anne Verjus

Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2016
Nathalie Solomon
p. 167-169
Référence(s) :

Écrire le mariage en France au xixe siècle, sous la direction de Stéphane Gouglemann et Anne Verjus, publications de l’Université de Saint-Etienne, 2016, 462 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif constitue les actes d’un colloque qui s’est tenu à l’Université Jean Monnet à Saint-Étienne en octobre 2013. Il réunit les travaux de chercheurs en littérature, histoire et histoire de l’art avec une dominante nettement littéraire, balayant le xixe siècle depuis l’Empire et son Code civil jusqu’à la Belle Époque. L’ambition réussie de l’entreprise est d’examiner les dimensions sociale, économique, culturelle, religieuse et affective du mariage, qui non seulement structure la société mais « imprègne les imaginaires » (p. 8). Évoquant les lois qui organisent l’institution tout en faisant une part importante à la vie privée, le recueil propose une approche ponctuelle de l’imaginaire conjugal et de nombreux aspects de la condition féminine, tout en montrant comment s’instaure une contestation grandissante de l’institution au cours du siècle dans le sens d’une « dévalorisation progressive de la norme conjugale au profit de l’individualisme genré » (p. 23). L’hypothèse de lecture est revendiquée par les auteurs de la préface qui rappellent qu’il n’y a jamais eu d’approche synthétique de la question en littérature.

2La première partie, « Former les liens du mariage », est placée sous le signe du Code civil de 1804 et de son ambition de servir de fondement social grâce à la glorification d’une conjugalité qui consacre l’inégalité entre les époux. Ainsi des romans militants de l’ère révolutionnaire aux romans défavorables au divorce des années 1800 où est faite la part des idéaux des Lumières et des enjeux pro ou contre-révolutionnaires, de la question de l’adultère et de celle de la liberté (Paul Kompanietz). L’idéal conjugal est ainsi interrogé, à travers des Codes et manuels conjugaux normatifs ou au contraire subversifs, presque toujours une défense de l’institution, mais aussi témoignages plus ou moins involontaires d’une forme d’empêchement du discours (François Kerlouégan). On trouve des traces de ces fonctionnement dans un roman comme Valérie de Mme de Krüdener, plaidoyer pour la vie conjugale contre les tentations romanesques et leurs influences malheureuses, mais aussi « roman de l’intime » qui permet d’ébranler l’idéalisme vertueux qui fait le fond de l’œuvre (Fabienne Bercegol). La mise en relation de la crise des genres au théâtre et de celle des modèles sociaux montre que le mariage peut être un danger pour l’ordre social quand il en bouleverse les hiérarchies et offre la possibilité d’une identité politique à la femme (Maurizio Melai). Du côté de l’histoire des jeunes filles, l’étude de trois négociations de contrats de mariage dans une même famille, prend en compte la position sociale, les conditions matérielles et géographiques, le goût des jeunes gens aussi, car le sentiment est un facteur important de la transaction. Ce qui ressort est la différence d’enjeu et de stratégie entre les hommes et les femmes (Jennifer Popiel). Les mémoires d’aristocrates nées sous l’Ancien régime jusqu’au début de l’Empire montrent de leur côté combien les désastres de la révolution font plus que jamais du mariage le lieu d’une confrontation d’intérêts qui doivent permettre la survie (Claudine Giachetti). Les beaux-arts ne sont pas oubliés dans cette partie avec une évocation de l’adultère dans la peinture de la fin du xviiie siècle jusqu’à la caricature des années 1830 (Patricia Mainardi).

3La deuxième partie, « Desserrer les liens du mariage » montre comment la question du sentiment et celle du bonheur s’invitent dans la conception du mariage au cœur du siècle. C’est ainsi que dans les années 1820, quand le roman noir devient roman frénétique, le promis protecteur devient le scélérat qui opprime l’héroïne, ce qui n’empêche pas certains auteurs de défendre le conformisme social en faisant du persécuteur un ennemi du mariage (Émilie Pézard). En reconnaissant les malheurs de la femme, le roman du xixe siècle contribue à renforcer sa position de faiblesse : dans le Malheur d’Henriette Gérard de Duranty, le chantre du réalisme utilise les types du roman pour mieux les mettre à distance (Claudie Bernard), mais on peut aussi définir un roman du mariage qui serait l’équivalent du roman d’éducation, de l’attente passive du mariage à un accomplissement forcément malheureux, contraste éternel entre les illusions et la réalité (Brigitte Diaz). De son côté Stendhal se penche sur les différences anthropologiques de la conception du mariage, ses conséquences économiques, l’action néfaste du clergé, le danger de l’amour dans le mariage vu par lui comme un rapport de force au « caractère foncièrement politique » (Philippe Bertier), alors que Balzac ne fige pas les époux dans leur fonction sexuée, non seulement parce que le romancier assume successivement les points de vue des parties, mais aussi parce que la fluidité entre ces fonctions permet de donner toute sa dimension au personnage insaisissable qu’est la femme et sa profondeur à l’entreprise romanesque (Véronique Bui). Le roman n’est du reste pas le seul lieu où s’exposent ces débats, témoin les Comédies et proverbes de Musset qui tentent de concilier mariage et amour (Valentina Ponzetto). La question de la domination et du rapport de force est omniprésente dans les articles : par exemple, à propos de l’article du code civil stipulant la domination du mari sur l’épouse, les illustrations de Daumier dans Le Charivari proposent le plus souvent des caricatures d’inversion des rôles dans le couple (Catherine Nesci).

4Cette deuxième partie fait aussi largement sa place à la réalité et aux débats dans la société : on songe aux subtilités des saint-simoniens sur la question, et la complexité des controverses sur le mariage, le divorce, la filiation et l’amour libre (Philippe Régnier), ou à Michelet décrivant le couple comme une entité créatrice d’un organisme nouveau au-delà de la conjonction du masculin et du féminin, d’où l’analogie politique entre la solidarité des époux et celle des classes sociales (Paule Petitier). Des cas particuliers mettent en évidence la perspective féminine, avec la confrontation des points de vue protestant et musulman d’après une voyageuse au Levant (Sarga Moussa) ou des journaux de jeunes filles de la deuxième moitié du siècle qui fonctionnent comme un récapitulatif des conditions dans lequel s’accomplit l’union (Caroline Muller).

5La dernière partie, « Rompre les nœuds du mariage ? » évoque les interrogations et controverses de la dernière partie du siècle, quand le renforcement de l’individualisme accompagne les réflexions sur le célibat, le féminisme, l’harmonie des sentiments dans le mariage. La figure de la femme dominatrice permet ainsi à Paul de Kock de dénoncer les féministes en défendant une vision « conjugaliste » de la société contre ce qui est présenté comme une menace sérieuse (Marion Mas). Conservateurs comme progressistes manifestent leur effroi devant les conséquences d’une éducation féminine qui amène la guerre dans les foyers et le dévergondage des jeunes filles : une sexualité féminine menaçante est l’instrument de cette domination inversée dans les « fictions du mari malheureux » (Stéphane Gougelmann) et, au théâtre, la réalité informe des situations en apparence délirantes ou bouffonnes, jusqu’à s’attaquer à la dignité de l’institution, même si le mariage-obligation à l’époque de Labiche est décliné de manière plus désinvolte chez Feydeau (Violaine Heyraud). Maupassant est naturellement sollicité : à propos du retournement des topoï du conte, le mariage se transforme en piège, ce qui pose la question de la possibilité même du bonheur (Pascale Auraix-Jonchière), ou bien l’exemple de la Maison Tellier permet de réfléchir à la « mésalliance » de pratiques endogames ou homogames dans le cadre romanesque (Sophie Ménard). En prenant l’exemple d’une feuille anarchiste du début du xxe siècle on voit aussi comment l’époque a pu émettre des propositions diverses permettant de rationnaliser la vie sociale, amoureuse et sexuelle dans la défiance de la norme bourgeoise (Sarah Al-Matary).

6Riche et ambitieux, l’ouvrage met en valeur la complexité d’une thématique favorite de l’époque, dont on redécouvre bien des aspects qu’on croyait connaître. En replaçant les œuvres littéraires dans le contexte historique, social, anthropologique et politique et surtout en esquissant une chronologie raisonnée des phénomènes conjugaux, il intéressera les dix-neuviémistes désireux de renouveler leurs perspectives.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Solomon, « Écrire le mariage en France au xixe siècle, sous la direction de Stéphane Gouglemann et Anne Verjus », Littératures, 77 | 2017, 167-169.

Référence électronique

Nathalie Solomon, « Écrire le mariage en France au xixe siècle, sous la direction de Stéphane Gouglemann et Anne Verjus », Littératures [En ligne], 77 | 2017, mis en ligne le 21 juillet 2019, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/1779

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals