Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78Dossier : Territoires autobiograp...Une « bande dessinée » autobiogra...

Dossier : Territoires autobiographiques : récits-en-images de soi

Une « bande dessinée » autobiographique d’Alfred de Musset

Mireille Dottin-Orsini
p. 95-107

Résumé

Alfred de Musset utilisa en 1840 le médium de la future « bande dessinée » (appelée alors «Histoire en estampe» par son inventeur le suisse francophone Rodolphe Töpffer, son modèle), pour raconter à sa manière une déconvenue amoureuse. La jeune cantatrice Pauline Garcia, sœur de la défunte Malibran, avait repoussé les avances du poète et, conseillée par son amie George Sand, préféra épouser le sage Louis Viardot. Les dessins, faits en collaboration avec le sculpteur Auguste Barre et légendés comme ceux de Töpffer, abondent en trouvailles ingénieuses, mettant en scène le poète souvent malade et déconfit, et lui permettant de tirer un trait (humoristique) sur l’une de ses nombreuses entreprises galantes.

Haut de page

Texte intégral

1Au XIXe siècle, il était courant que les hommes de lettres sachent, non seulement bien écrire, mais aussi dessiner, voire chanter ou jouer d’un instrument. Ils déployaient ces violons d’Ingres en société, devant des amis qui pouvaient collaborer à des productions collectives, conçues comme des divertissements entre pairs. Leur correspondance pouvait se ponctuer de dessins, la plume passant spontanément de l’écriture à l’image dans le même geste.

  • 1 Dessins de Victor Hugo, Paris, éd. Castel, 1863, début de la Préface de Gautier.

2Parmi les écrivains dessinateurs, se détachent les productions de Victor Hugo, par exception célèbres de son vivant : un choix gravé de ses œuvres graphiques fut publié en 1863 à l’instigation de Théophile Gautier qui préfaça ces « caprices fortuits de la main inconsciente1 ». On connaît celles de Baudelaire, moins celles de Jules Laforgue, qui illustrait ses manuscrits et ses lettres. Il s’agissait le plus souvent de petites œuvres privées réservées aux proches ou à la famille, dénuées de toute ambition artistique, affranchies de tout code, non destinées à la publication. Ce statut leur confère la pleine liberté de la fantaisie personnelle, en dehors des codes et des genres. Fourmillant de trouvailles et d’invention, elles rafraîchissent notre image des auteurs, nous les rendant plus familiers et plus intimes.

  • 2 Dessins d’écrivains français au XIXe siècle, Maison de Balzac, catalogue préfacé par Claude Pichois (...)
  • 3 Cette histoire dessinée avait été montrée en 1929 à la Galerie Charpentier pour l’exposition du « C (...)
  • 4 Le catalogue de cette exposition reproduit également une « bande dessinée » de Mallarmé de 1888, pe (...)

3Une ancienne exposition à la Maison de Balzac, Dessins d’écrivains français au XIXe siècle, avait révélé en 1983-1984 bien des coups de crayon intéressants de poètes et de romanciers français, de Balzac à Vigny en passant par Corbière, Jules de Goncourt, Remy de Gourmont, Loti, Mallarmé, Mirbeau, Nerval, George Sand, Verlaine, Vigny2… Il s’agissait le plus souvent de dessins humoristiques isolés ou en marge d’écrits – mais une production d’Alfred de Musset, reproduite dans le catalogue, sort du lot. C’est une histoire en images complète, celle du « Mariage de Pauline Garcia avec Louis Viardot », datée de 18403 sans plus de précision, qui se déploie en dessins au crayon sur dix-sept pages contenant chacune deux à quatre vignettes légendées à la main, le tout racontant un échec amoureux du poète4.

  • 5 Paul de Musset, Biographie de Alfred de Musset, sa vie, ses œuvres (1884), Paris, Charpentier, 1888 (...)
  • 6 La « bande dessinée » de Musset fut donnée par lui à Caroline Jaubert, chez qui elle a sans doute é (...)

4À l’origine, la série comprenait, d’après le témoignage de Paul de Musset5, « cinquante et un croquis », contre quarante-cinq conservés ; une lacune étant perceptible dans le récit entre la onzième et la douzième planche, il est possible que deux ou trois pages en aient été détruites ou égarées. Le tout, n’ayant pas bénéficié de la protection et de la conservation des musées, pâtit de taches brunes d’humidité ; de plus, le trait ayant tendance à s’effacer, plusieurs parties ont été postérieurement repassées au crayon gras, estompant les finesses6.

  • 7 Par Pierre Nouilhan (Pin-Balma, Editions Sables, 2000), avec une présentation de Christian Bernadac (...)

5Une autre « bande dessinée » a été attribuée à Alfred de Musset, mais est en fait de la main de son frère Paul : « Le Voyage en Sicile ou la belle Messinienne » (1843), une autre histoire d’échec amoureux, n’a ni l’humour ni le trait d’Alfred ; son trait est raide et enfantin, son humour élémentaire. Elle a cependant été éditée7, au contraire du « Mariage de Pauline Garcia avec Louis Viardot », pourtant bien supérieure. Sans doute était-elle en meilleur état.

  • 8 Le terme générique de « bande dessinée », d’ailleurs impropre puisqu’il ne vise que les brèves prod (...)

6À nos yeux d’aujourd’hui, l’histoire d’Alfred de Musset est une « bande dessinée autobiographique », mais bien sûr le terme n’existait pas au XIXe siècle8 : cette forme d’expression mêlant texte et image cherchera encore longtemps son identité.

7À l’époque, on ne sait comment nommer ces productions dessinées qui racontent une histoire suivie en plusieurs images juxtaposées, et dont les personnages sont récurrents et reconnaissables. Le terme qui revient le plus souvent est « caricatures ». Il a été ajouté au crayon sur la première page : « caricatures et textes d’Alf. de Musset ». Le mot « caricature » désigne à l’époque tout croquis humoristique sans prétention, mais ne rend pas compte de l’aspect séquentiel de l’histoire graphique. Paul, dans la biographie de son frère cadet, parle d’« album de caricatures », d’autres de « roman en caricatures », de « spirituelle suite de caricatures », de « suite satirique », de « saynètes satiriques », de « suite de scènes grotesques », etc.

  • 9 « Quelques caricaturistes français », Curiosités esthétiques, éd. M. Lévy frères, 1868, p. 412.

8Il faut rappeler que ce qu’on appelle aujourd’hui les « bulles » ou les « ballons », absents de l’album par le choix de Musset qui préfère un texte sous l’image, ne représentent nullement un critère de la bande dessinée : les phylactères des fresques romanes, plus tard les caricatures politiques anglaises du XVIIIe siècle (« speech balloons »), sans parler des rébus, les utilisaient depuis longtemps pour faire parler les personnages représentés. Les dessins que fit Musset lors de son voyage en Italie, comme ceux que fit George Sand, comportent des bulles. Dans ses Curiosités esthétiques, Baudelaire critique chez Grandville ce « vieux procédé qui consiste à attacher aux bouches de ses personnages des banderoles parlantes9 », qui pour lui est un fâcheux amalgame de littérature et de dessin.

  • 10 Voir Töpffer. L’Invention de la bande dessinée, textes réunis et présentés par Thierry Groensteen e (...)
  • 11 Dans son Essai de physiognomonie (1845), réédité par Th. Groensteen et B. Peeters, L’Invention de l (...)
  • 12 La « Ligne claire » désigne un type de bande dessinée qui s’épanouit en Belgique dans les années 19 (...)

9Musset avait un modèle, qui inspira aussi, parmi bien d’autres, Cham et Gustave Doré dans leurs « bandes dessinées » humoristiques des années 1850. Paul précise dans sa biographie que « Le mariage de Pauline Garcia avec Louis Viardot » est « un album dans le goût de Töpffer ». Le Genevois Rodolphe Töpffer (1799-1846), appelé « le Hogarth suisse », qu’on estime aujourd’hui être l’inventeur de la bande dessinée10, parlait d’« histoires en estampes » (« estampe » désignant alors toute imagerie populaire). Le dessinateur Christophe, Alfred Jarry et Jean Cocteau apprécièrent ses dessins ou s’en inspirèrent. Admirateur de Molière, Töpffer croque avec verve les aventures de personnages ridicules, comme Mr. Vieux Bois ou Mr. Jabot. Il ne fut pas seulement l’inventeur, mais aussi le théoricien11 de ce genre nouveau, déclarant dans la préface de Mr Jabot : « Les dessins, sans le texte, n’auraient qu’une signification obscure ; le texte sans les dessins ne signifierait rien. Le tout ensemble forme une sorte de roman d’autant plus original qu’il ne ressemble pas mieux à un roman qu’à autre chose ». Il était conscient du potentiel de ce nouveau mode d’expression, et certains voient en lui un lointain précurseur de la « ligne claire12 ».

  • 13 Conversations de Goethe pendant les dernières années de sa vie, recueillies par Eckermann, traduite (...)
  • 14 Töpffer énumère les avantages de l’autographie, « considérée jusqu’ici comme le plus grossier des p (...)

10Fils de peintre et caricaturiste, Töpffer renonça à la peinture en raison de problèmes de vue, et ouvrit un pensionnat familial inspiré des méthodes de Rousseau dans lequel il accueillait surtout des garçons étrangers (anglais, américains, allemands, russes, français). Il les emmenait dans de longues randonnées et les distrayait avec ses récits illustrés et ses histoires dessinées. Il connaissait la « bulle », que son père utilisait pour ses caricatures, mais y renonce volontairement pour un texte « récitatif » aussi humoristique que son trait. Ami d’Eckermann, il lui fit montrer ses « estampes » en 1831 à Goethe (âgé alors de quatre-vingts ans), qui les apprécia, l’engagea à les publier, et devint ainsi le premier intellectuel de renom à défendre la « bande dessinée » et à percevoir son avenir. Il déclara dans ses Conversations avec Eckermann, feuilletant les Aventures du docteur Festus de Töpffer : « c’est vraiment trop fou ! […] tout pétille de talent et d’esprit ! Il y a quelques pages insurpassables […] Si j’ai jamais vu un talent original, c’est bien le sien13. » Il s’émerveilla, entre autres, de l’habileté à reproduire, d’image en image, le même personnage, différent mais toujours identifiable. Töpffer se décida à faire imprimer ses productions sous forme d’albums, et le succès fut immédiat. Mr Jabot parut en 1833, Mr Crépin et Mr Vieux Bois en 1837, Mr Pencil et Dr Festus en 1840. Musset put voir des œuvres de Töpffer dans Le Charivari de Charles Philipon, journal parisien humoristique et abondamment illustré. Mais l’ensemble avait été redessiné, car Töpffer utilisait l’autographie sur papier spécial qui permet au dessinateur d’écrire et dessiner sur la même page et dans le même geste, en obtenant un dessin à l’endroit14. Les journaux parisiens utilisaient pour leur part la xylographie, qui assombrit le dessin et lui ajoute des valeurs : ce n’est plus la « ligne claire » d’origine, à laquelle tenait Töpffer. Philipon publie Mr. Jabot dans le Charivari en février 1839, et la même année des éditions pirates redessinées mais imitant le dessin d’origine de Mr Crépin et Mr Vieux Bois.

  • 15 Le Yellow Kid de Richard Felton Outcault, paru dans le New York World de Pulitzer en 1896, a été lo (...)

11Töpffer est en effet l’inventeur du genre, et Musset s’inspire ainsi des tout débuts de la « bande dessinée » au niveau mondial : l’album Mr Vieux Bois fut piraté aux États-Unis dès 1842, soit cinquante-quatre ans avant la naissance officielle de la bande dessinée américaine15. Un très long article élogieux d’une Mrs H.M. Fletcher dans l’Atlantic Monthly, « Töpffer, the genovese caricaturist », lui rend hommage en novembre 1865. Mais l’article en question, sans illustrations, s’il mentionne les dessins du Genevois, parle surtout de sa carrière littéraire, comme celui que lui avait consacré Sainte-Beuve (Revue des Deux Mondes, 15 mars 1841).

12Musset reprend de Töpffer l’histoire comique dessinée au trait, sans ombres ni valeurs, en images juxtaposées séparées par des lignes tracées à main levée, possédant chacune un court texte (deux ou trois lignes) écrit à la main au-dessous. Il lui emprunte le retour de personnages reconnaissables, la simplification des décors, le procédé des gags récurrents et certaines trouvailles graphiques, comme celle d’un homme courant au-dessus du sol, les jambes en grand écart, les basques de son habit flottant à l’horizontale, comme dans Mr Vieux Bois.

13Mais « Le mariage de Pauline Garcia avec Louis Viardot » a été dessiné à plusieurs mains, comme un « cadavre exquis », même si celle de Musset prédomine, ce que prouve une confrontation avec les dessins de ses lettres ou ceux qu’il fit pour l’album de George Sand. C’est une production collective, et les disparités de crayon sont visibles sur les originaux. Le sculpteur Auguste Barre, ami de Musset, fut le principal collaborateur après le poète, et est aussi un des personnages de l’histoire ; on a coutume de lui attribuer les images au trait plus fin et garnies de détails décoratifs.

  • 16 Il fit ainsi, en 1834, une caricature de Sainte-Beuve en « Bedeau du Temple de Cnide canonisant une (...)

14Le dessin n’était pas seulement un art d’agrément pour Musset : il avait songé à devenir peintre vers 1827, avait suivi des cours de dessin et copié, entre autres, des gravures de Goya. Comme beaucoup d’hommes de lettres, il fréquentait les ateliers d’artistes, se lia avec Eugène Delacroix et les frères Devéria, fit le compte rendu du « Salon de 1836 » pour la Revue des Deux Mondes. George Sand, alors maîtresse du poète, raconte dans son Journal intime qu’elle montra les dessins de Musset lorsqu’elle posait pour Delacroix, et le peintre intéressé demanda à les copier, affirmant qu’il eût fait un bon peintre. Comme cela se faisait alors, Musset emportait en voyage un carnet à dessin, et croqua le fameux voyage à Venise avec George Sand en utilisant des « bulles » pour les paroles. Il s’y montre gémissant en proie au mal de mer, ou rabrouant sa compagne qui s’extasie devant des colifichets pour touristes ; il s’y moque de Stendhal ivre mort, dansant de façon grotesque. On ne sait pourquoi Musset brûla ses dessins en 1852. Seuls ceux qui avaient été donnés ou envoyés survécurent. Il ne chercha jamais à illustrer ses propres œuvres et n’a représenté aucun des personnages de ses poèmes, de ses contes ou de son théâtre. Il faisait le portrait de ses amis (ou de ses ennemis16), fixait le visage de ses maîtresses successives, comme aujourd’hui les photographies, amusait ses intimes. Mais sa « bande dessinée » a une autre ampleur : mettant en scène de nombreux personnages, pleine de traits d’humour récurrents et d’auto-ironie dans l’image comme dans le texte, elle raconte comment le célèbre poète de trente ans, prématurément vieilli, porté sur l’alcool et souvent malade, échoua à séduire la jeune cantatrice de dix-neuf ans Pauline Garcia, qui était à l’aube de sa célébrité parisienne.

15Pauline, d’une famille espagnole vouée à la musique, était la sœur cadette de la belle Malibran, cantatrice dont la mort prématurée en pleine gloire inspira à Musset de célèbres « Stances ». Le poète rencontre Pauline en 1838 dans le salon de son ancienne maîtresse et confidente Caroline Jaubert, qu’il appelle sa « marraine », alors que, déjà appréciée en Europe, elle s’apprête à conquérir la scène parisienne. Lancée d’abord comme le double de sa sœur défunte dont on lui fait chanter les rôles et porter les costumes, elle souhaite imposer sa voie et sa voix personnelles. Paul de Musset rapporte que, dans ce salon où l’on fait beaucoup de musique, se forma une ligue d’admirateurs pour assurer le triomphe de la jeune cantatrice dans l’espoir de la fixer en France. Pauline, qu’Alfred appelle « Paolita », « Paulette » ou « Paulinette », était extrêmement douée, mais étroitement surveillée par sa famille que le calamiteux mariage de la Malibran, qui avait épousé un aventurier pour fuir les sévérités familiales, avait échaudée. Le père, Manuel Garcia, ténor reconnu, créa en 1816 le rôle du Comte Almaviva dans Le Barbier de Séville. Mais il maltraitait quelque peu ses enfants pour la plus grande gloire de la musique, au point que des témoins voulurent plusieurs fois intervenir.

  • 17 Bien plus tard, Edmond écrira dans son Journal, le 8 décembre 1893 : « si on avait fait l’autopsie (...)

16Pauline avait alors la fraîcheur de la jeunesse, mais nullement la beauté de sa sœur : tableaux et photographies la montrent très brune, les yeux gros et à fleur de tête, la bouche large, le menton en retrait ; elle était jugée au mieux d’une « laideur intelligente ». Les frères Goncourt, dans leur Journal (3 juin 1862), lui voient la « figure large, le nez grand, les yeux bridés, les pommettes saillantes », et voulant la prendre comme modèle d’un roman de l’Actrice, la jugent « hystérique », ce qu’elle n’était sûrement pas17. Musset a dessiné le portrait de « Paulinette » qu’il conservera toujours, et dans lequel ressort une particularité des yeux de la cantatrice, de larges yeux un peu tombants, tristes et sérieux, dont l’iris étroit semble nager dans le blanc.

  • 18 Cécilia Bartoli a enregistré ses chansons (Decca, 1996).
  • 19 Une importante correspondance entre les deux femmes a été conservée (Thérèse Marix-Spire, Lettres i (...)

17Sa voix était d’une étendue exceptionnelle ; excellente pianiste (élève de Liszt), elle jouera avec Clara Schumann. Elle composait aussi, mit en chansons des poèmes de Tourgueniev, écrivit des opérettes et un opéra18. Parlant couramment quatre langues, bonne cavalière et escrimeuse, elle réalisait elle-même ses costumes de scène et n’hésitait pas à prendre le balai pour nettoyer son intérieur. Elle dessinait bien, et Delacroix lui demanda, lors d’un séjour commun à Nohant, de croquer pour lui des costumes de paysannes du Berry qu’il utilisera pour son tableau Sainte Anne. George Sand, qui rencontra Pauline dès 1836, l’avait prise en amitié et sous son aile ; elle en fit le modèle de Consuelo19. Elle s’entremit pour faciliter son mariage, s’opposant ainsi aux espoirs de Musset.

18Celui-ci appréciait les brunes aux grands yeux et au teint pâle, mais il fut surtout séduit par l’intelligence et l’art de la jeune fille. D’après son frère, il

  • 20 Paul de Musset, op. cit., p. 198.

[…] s’empressa de faire causer la jeune fille sur des questions d’art de l’ordre le plus élevé ; il la trouva – comme il se plaisait à le dire – aussi ferrée qu’un vieux professeur. Il revint de cette séance ivre de joie et répétant sans cesse : « La charmante chose que le génie ! Qu’on est heureux de vivre dans un temps où il en existe encore et de le voir de près20!

19Il tomba aussitôt amoureux d’elle, en même temps que de la jeune tragédienne Rachel, autre étoile montante, qui avait le même âge que Pauline à un an près. Il dessina Rachel dans une lettre à Mme Jaubert (24 novembre 1842), de profil, lui lançant depuis la scène « un coup d’œil à la Hermione », dotée d’un très long cou, le poing levé. Les deux jeunes filles incarnaient pour lui une jeunesse douée d’un exceptionnel talent ; il rêva de participer activement à leur future gloire, de se rajeunir à leur contact, de retrouver ainsi l’inspiration, comme si le génie était contagieux. Il publia dans la Revue des Deux Mondes un article élogieux « Sur les débuts de Mesdemoiselles Rachel et Pauline Garcia » (1er janvier 1839) qui s’achevait sur des vers qui les saluent comme enfants des Muses :

Ô jeunes cœurs remplis d’antique poésie,
Soyez les bienvenus, enfants aimés des dieux,
Vous avez le même âge et le même génie.
     La douce clarté soit bénie
     Que vous ramenez dans nos yeux !

  • 21 Il avait aidé à rompre le calamiteux mariage de Maria et avait connu Pauline fillette.
  • 22 Il se peut en fait que ce mariage ait nui à la carrière française de la jeune cantatrice : Viardot, (...)
  • 23 « Savant historien, écrivain politique, / Feuilletoniste aimable, érudit en musique, / Traducteur d (...)

20Rachel cède bientôt au poète, mais Pauline, qui était une vraie jeune fille, travailleuse et peu coquette, le repousse en se moquant de son alcoolisme invétéré. Il ne reste plus à Musset qu’à la demander en mariage. Mais il n’avait rien du gendre idéal, et la famille de Pauline s’alarme pour la vertu de la jeune cantatrice. Elle décide de la marier au plus vite avec quelqu’un de plus solide qui la protégerait et lui apporterait la tranquillité nécessaire à son art. Louis Viardot, qui connaissait déjà la famille Garcia21, était un grand ami de George Sand, alors séparée de Musset depuis cinq ans, avec qui il partageait des convictions républicaines22. Homme de quarante ans sérieux et rangé, lettré, traducteur de Don Quichotte, féru d’Espagne, de musique, de peinture et de musées, il avait paraît-il un grand nez dont Le Charivari, sous prétexte de louer son érudition, s’était moqué en vers : « Disons qu’il en sait presqu’aussi long que son nez » (avril 1838)23. Musset ne l’oubliera pas. Mais surtout, Viardot est le nouveau directeur du Théâtre des Italiens ; il engage Pauline, la fait débuter officiellement dans Otello, s’en éprend et demande sa main. Il abandonne ensuite toute occupation pour suivre sa femme en tournée dans diverses villes étrangères et en profitera pour écrire de nombreux ouvrages érudits. Le couple eut quatre enfants, tous musiciens. Plus tard, Viardot se liera d’amitié avec Ivan Tourgueniev, grand ami de cœur de Pauline, avec lequel il traduira de la littérature russe (sans connaître la langue) et s’éteindra près de sa femme en 1883.

  • 24 Voir la biographie de Frank Lestringant, Musset, Paris, Flammarion, « Grandes biographies », 1999. (...)

21Musset24 avait vingt ans de plus que Pauline et sa santé n’était pas fameuse : il est en proie à des épisodes dépressifs, souffre de moments de stérilité littéraire dans lesquels il se compare au Misanthrope de Molière ou à « un poisson au milieu d’un champ de blé », donc à sec. Il subit de plus des fluxions de poitrine à répétition, pour lesquelles il est soigné par une religieuse prénommée Marceline. Repoussé par Pauline, il écrit des stances amères (« À Mlle ** », mars 1839) dans lesquelles il se plaint de son orgueil et de son « regard distrait ou moqueur ». Ses projets matrimoniaux – un grand poète époux d’une grande cantatrice – n’avaient rien de sérieux : il avait l’habitude de quitter ses maîtresses dès qu’elles parlaient mariage. Sa « bande dessinée » est une forme de vengeance humoristique sans méchanceté, sinon pour Louis Viardot.

  • 25 Son mari était conseiller à la Cour de cassation, mais elle aussi était friande d’histoires d’amour (...)

22Elle met en scène les divers protagonistes du mariage de Pauline : outre les futurs époux (« Mlle G. et « M. V. »), on y voit Musset lui-même (Alfred de M.), Paul de Musset (« monsieur son frère »), la mère de Pauline et leur groom anglais, le sculpteur Barre (« M. B. »), Caroline Jaubert (« Mme la conseillère de la Verdrillette »25), George Sand (« Indiana », d’après le titre de son premier roman), des admirateurs de la cantatrice comme le Baron Deniez (« M. le baron D. »), sœur Marceline, un Figaro géant qui apparaît dans un cauchemar de Viardot, enfin les trois sœurs de celui-ci, trois vieilles filles au long nez que Pauline, qui avait de l’humour, appelait ses « pas trop belles-sœurs ». Musset les dessine en escalier, identiques et parallèles, procédé graphique qui fait penser aujourd’hui aux frères Dalton de Lucky Luke.

23Il présente Viardot à demi-chauve, traînant les sous-pieds de ses pantalons invariablement craqués, et surtout doté de ce nez fâcheux qui, s’il ne se voit guère dans les portraits que nous avons de lui, devait être un sujet de plaisanteries habituel pour ceux qui ne l’aimaient guère. L’histoire traite en fait des aventures de ce nez (on songe au Nez de Gogol, 1836), dont Viardot change sans cesse, craignant qu’il ne lui porte tort aux yeux des dames ; s’il le choisit pointu, il le plante par mégarde dans l’œil du groom des Garcia. La conseillère de la Verdrillette fait échouer une première fois le projet de mariage à cause de ce fameux nez, mais Indiana-George Sand le renoue en faisant « entendre à la famille un langage plein de calme et de dignité ». Quand Viardot est « dégommé » de son poste aux Italiens (il avait en fait démissionné), le dessin devient fou : le nez s’allonge et gonfle démesurément, difficile à porter pour le corps chétif. Viardot va le déposer sur le pupitre d’Indiana-George Sand qui décide de livrer bataille pour son protégé : elle prend le nez en main, le met sur son épaule, et part sabre au clair, des galons d’officier à sa manche, des éperons fixés à ses fines chaussures. Le mariage est enfin décidé, Indiana ayant convaincu les dames Garcia, dont le nez encombre le tric-trac, avec des mots définitifs : « plus un homme n’a rien plus on doit lui donner sa fille ». Comme dans les contes, l’appendice géant tombe aussitôt en poussière. Viardot met ses restes dans une urne pour chanter au-dessus, avec Pauline, le « duo de : Felicita » puis s’envoler vers le septième ciel.

24Le nez permet de nombreux calembours : Viardot « montre son nouveau nez à sa famille », la conseillère de la Verdrillette pense finalement qu’il « a eu bon nez », c’est-à-dire du flair, en épousant Pauline. Surtout, ce nez qui s’allonge renvoie à l’expression figurée qui désigne quelqu’un de dépité, en la montrant très concrètement. Ce procédé, parfois appelé « calembour graphique », se trouve chez Grandville et chez Töpffer : Elvire, dans Mr Cryptogame, « éclate de jalousie et de rage », et dans le dessin explose en menus morceaux. Enfin, ce grand nez gonflé peut avoir des significations grivoises traditionnelles (qu’on pense à frère Jean des Entommeures dans Gargantua de Rabelais, à Tristram Shandy de Sterne), et Musset appréciait les sous-entendus graveleux.

25Parallèlement aux aventures du nez et aux péripéties du mariage plusieurs fois annulé ou re-décidé, l’histoire suit les heurs et malheurs concomitants de deux prétendants de la jeune chanteuse : Musset lui-même et Auguste Barre, qui fit, outre des statuettes de Rachel et de Pauline, le buste du poète pour son tombeau au Père-Lachaise. À chaque nouvel espoir de Viardot, Musset tombe malade « d’amour et d’une fluxion de poitrine », « refuse », puis « rerefuse » tout remède, veillé par sœur Marceline un clystère à la main, le pot de chambre bien visible sous son lit. Quant à Barre, suivant les aléas du mariage, il jette la statuette de Pauline posée sur son chevalet, puis la remet en place, puis la « redécroche ». Pour finir, au-dessous de la lune de miel vers laquelle s’envolent les époux, Barre se console avec un pâté et une bouteille de vin, tandis qu’Alfred « fait un sonnet à une inconnue ». Au centre, la conseillère de la Verdrillette se fait une raison : Caroline Jaubert étant de très petite taille, elle est dessinée disparaissant dans un fauteuil dont n’émerge que sa tête, ses pieds posés devant l’âtre ; le décor, fouillé pour une fois (et sans doute d’une autre main), nous renseigne sur son intérieur : lourds rideaux bouillonnés aux fenêtres, lampe de style Empire, plantes en pot, un tableau italien au mur qui ressemble à la Joconde, épais tapis, jusqu’à l’aérateur en forme de fleur de la cheminée.

26Pauline, que l’on voit répéter chez elle Tancrède de Rossini (qu’elle a effectivement interprété en 1840), un balai à la main, a des bandeaux noirs et une longue natte de jeune fille dans le dos ; elle « guigne à la fenêtre » pour admirer le cabriolet de Viardot, puis pour regarder Indiana sabre en main et nez sur l’épaule ; elle se laisse « embobiner » par elle, puis verse une grosse larme quand son mariage est rompu. Sa mère recevant Viardot « commence à s’endormir », puis « continue à s’endormir », ne se réveillant en sursaut qu’aux « mots de cent écus prononcés par mégarde ». Musset laisse entendre que la famille Garcia, y compris Pauline, n’est pas indifférente à l’argent.

27Indiana, qui fait le mariage, a le rôle le plus spectaculaire. Elle apparaît, fumant la pipe, dans la planche neuf, quand Viardot débouté, dont le long nez dégouline de larmes, lui raconte ses malheurs. Un long glaive oriental à la ceinture, elle jure sur sa chibouque (un petit narguilé) de renouer le mariage grâce à son éloquence. On connaît la force de persuasion de George Sand : elle avait réussi à convaincre la mère de Musset, qui ne l’aimait guère, d’accepter le voyage à Venise des deux amants. Elle a de grands yeux sombres, des bandeaux arrondis, la bouche pulpeuse ; on la voit à trois reprises le sabre à la main. Elle a fière allure, même quand elle fume au nez des dames Garcia. Assistant au mariage (civil, étant donné les opinions du marié), elle est particulièrement belle, son profil se détachant sur ses longs cheveux noirs répandus sur son épaule. Si Pauline paraît parfois niaise, aucune caricature dans le cas d’Indiana, bien au contraire. Musset avait pourtant de bonnes raisons de lui en vouloir. Mais sa petite production dessinée nous laisse le portrait le plus vivant et le plus amusant qui soit de l’énergique romancière.

28La « bande dessinée » du mariage de Pauline est sans doute à prendre, plutôt que comme une vengeance, comme une manière d’exorcisme à plusieurs d’un épisode douloureux pour l’amour-propre de Musset, sinon pour son amour tout court. Deux ans après le mariage, il rêve encore à elle, plein de regrets, et écrit à sa marraine : « Mais aussi, quelle idée de se marier ? » Son orgueil a cruellement souffert, et peut-être pas seulement son orgueil. Se plaindre en souriant de ses mésaventures, le crayon à la main, entouré d’amis, était sans doute le moyen le plus efficace de mettre à distance avec humour ce piteux épisode. On ignore si Pauline a vu l’album de Musset traitant de son mariage, mais c’est peu probable, sa famille n’y étant guère flattée. Le poète la rencontrera encore plusieurs fois, à une séance de magnétisme chez Caroline Jaubert, à une soirée de bienfaisance salle Pleyel où l’on joue On ne saurait penser à tout, et où Rachel est aussi présente. Il lui annonce même, en 1849, qu’il écrit pour elle une Sainte Cécile qui restera à l’état de projet.

29La conclusion de l’histoire, deux ans après le mariage qui fera de la cantatrice Pauline Garcia Madame Viardot, est encore un dessin. Musset se plaint, dans une lettre à sa marraine, de « l’ingrate, l’absurde Pauline ». Il affirme qu’il ne l’aime « plus du tout, mais du tout, du tout, du tout, comme disait la sœur Marceline. Dès que j’y pense, voici ce qui se dessine dans mon cœur. » Au-dessous, une caricature très drôle montre, émergeant d’une baignoire qui n’est pas d’opéra, mais « baignoire à domicile », une Pauline à grande bouche près d’un Viardot au grand nez. Le poète se permet désormais de critiquer la voix de la cantatrice qui ne lui paraît plus aussi puissante : « il lui est probablement resté un peu de sa voix au bout du nez de Viardot comme un fil de macaroni ». Effet fâcheux de la consommation du mariage… Mais il demande dans la même lettre une place de théâtre pour pouvoir l’entendre chanter.

30En 1851, Musset fit paraître puis jouer une comédie en un acte et en prose, Bettine, bien oubliée aujourd’hui. La pièce est officiellement écrite pour l’actrice Rose Chéri, qui créa le rôle-titre à vingt-sept ans, mais d’autres souvenirs plus anciens semblent bien s’y mêler. Bettine est une jeune cantatrice très douée et très sage, qui a chanté Tancrède, La Cenerentola et Otello, comme Pauline. Elle est amoureuse d’un baron de Steinberg, joueur invétéré, avec qui elle a voyagé en Italie et qui a composé pour elle une romance qu’ils chantent à deux voix (restée au répertoire comme « Cantate de Bettine », mise en musique par Rignani). La pièce fait allusion au « vieux Garcia » chantant Rossini et à la Malibran. Mais le baron exige qu’elle cesse de chanter : « avec quel visage irais-je subir ce rôle d’un mari qui vit d’une fortune qui n’est pas la sienne, et promener par toute l’Italie une femme que je ne ferais que suivre ? » et lui préfère une soi-disant comtesse qui tient un salon de jeu. Il finit par fuir avec l’argent de Bettine et l’aventurière, et Bettine revient à son chant, grâce à un vieil ami fidèle qui veut l’épouser et lui faire reprendre la scène : « Est-ce qu’on résiste au talent ? […] Vous reprendrez la harpe de Desdémone ». La pièce n’est pas du niveau des grandes comédies de Musset, mais il est curieux de voir, trente ans plus tard, comment le poète a vengé Louis Viardot de ses propres moqueries dessinées.

Haut de page

Notes

1 Dessins de Victor Hugo, Paris, éd. Castel, 1863, début de la Préface de Gautier.

2 Dessins d’écrivains français au XIXe siècle, Maison de Balzac, catalogue préfacé par Claude Pichois, Paris, Les Presses artistiques, 1983. Ce catalogue, malheureusement épuisé, reproduit l’intégralité de la « bande dessinée » de Musset.

3 Cette histoire dessinée avait été montrée en 1929 à la Galerie Charpentier pour l’exposition du « Centenaire de la Revue des Deux-Mondes » : « dix-sept dessins humoristiques sur le mariage de Pauline Garcia avec M. Viardot, par Alfred de Musset », catalogue préfacé par Louis Gillet, éd. de La Revue. Puis en 1957 par la Bibliothèque nationale de France, exposition « Alfred de Musset », catalogue préfacé par Julien Cain, éd. de la BNF, et en 1977, toujours par la BNF, mais au Musée de la Vie romantique, dans l’exposition « George Sand. Visages du romantisme », éd. de la BNF, sous le titre « Les Péripéties du mariage de Pauline Garcia avec Louis Viardot », mais ces deux catalogues dont le texte est identique ne la reproduisent pas (sauf, en 1957, en frontispice, la vignette centrale de la dernière page représentant Mme Jaubert). Pauline Garcia se maria le 16 avril 1840. La bande dessinée est datée de 1840 en 1957 et 1977, et du printemps 1841 dans le catalogue de la Maison de Balzac. Le livre d’Ariane Charton Alfred de Musset (Paris, Gallimard, 2010) la date de mars 1840.

4 Le catalogue de cette exposition reproduit également une « bande dessinée » de Mallarmé de 1888, petite histoire drôle (et autobiographique) en une page, « le voyage du Paon », qui est loin d’avoir la virtuosité et l’invention de celle de Musset.

5 Paul de Musset, Biographie de Alfred de Musset, sa vie, ses œuvres (1884), Paris, Charpentier, 1888, p. 248 (Troisième partie).

6 La « bande dessinée » de Musset fut donnée par lui à Caroline Jaubert, chez qui elle a sans doute été composée, à la grande fureur de son frère. Passée en vente à Drouot en 1946, elle fut achetée par la famille de Grandcourt de Musset qui la possède encore. Les planches montrant George Sand sont parfois exposées, encadrées, au Musée de la Vie romantique de Paris. On peut voir sur Internet, entre autres sur le site « Rubrique à Brac », les pages de l’histoire de Musset, parfois dans le plus grand désordre. La Bibliothèque de l’Institut de France en réserve les droits.

7 Par Pierre Nouilhan (Pin-Balma, Editions Sables, 2000), avec une présentation de Christian Bernadac.

8 Le terme générique de « bande dessinée », d’ailleurs impropre puisqu’il ne vise que les brèves productions horizontales des journaux (« strips » humoristiques de deux à six vignettes) et non les histoires de plus grande ampleur, ne s’imposa que vers 1940-1950, après celui d’« illustrés ».

9 « Quelques caricaturistes français », Curiosités esthétiques, éd. M. Lévy frères, 1868, p. 412.

10 Voir Töpffer. L’Invention de la bande dessinée, textes réunis et présentés par Thierry Groensteen et Benoît Peeters, Paris, Hermann, 1994. Voir aussi « La littérature en estampes », préface de François Caradec à l’édition de Pierre Horay des Histoires en images de Töpffer (Lausanne, 1975) et Les Origines de la bande dessinée, numéro hors-série du Collectionneur de bandes dessinées, publication du C.N.B.D.I. d’Angoulême, 1996.

11 Dans son Essai de physiognomonie (1845), réédité par Th. Groensteen et B. Peeters, L’Invention de la bande dessinée, op. cit., p. 185.

12 La « Ligne claire » désigne un type de bande dessinée qui s’épanouit en Belgique dans les années 1950, refusant le dessin « joli » et fouillé et soumettant tout à la clarté de l’histoire. Le graphisme de Töpffer est tout différent de celui d’Hergé, Edgar-Pierre Jacobs ou Jacques Martin, mais pour lui « le trait graphique […] suffit, et au-delà, à toutes les exigences de l’expression, comme à toutes celles de la clarté. » (op. cit., p. 191).

13 Conversations de Goethe pendant les dernières années de sa vie, recueillies par Eckermann, traduites par Émile Délerot, Introduction de Sainte-Beuve, Paris, Charpentier 1863, p. 239. Il s’agit de l’« histoire en estampes » du docteur Festus, qui sera suivie d’une version uniquement textuelle.

14 Töpffer énumère les avantages de l’autographie, « considérée jusqu’ici comme le plus grossier des procédés de gravure », dans ses Essais d’autographie (1842), reproduits dans L’Invention de la bande dessinée, op. cit. p. 171.

15 Le Yellow Kid de Richard Felton Outcault, paru dans le New York World de Pulitzer en 1896, a été longtemps considéré comme la première « bande dessinée ». Au contraire de celle de Töpffer, la bande dessinée américaine est étroitement liée aux journaux.

16 Il fit ainsi, en 1834, une caricature de Sainte-Beuve en « Bedeau du Temple de Cnide canonisant une demoiselle infortunée » (le temple de Cnide était le temple d’Aphrodite) et une d’Alfred de Vigny en « Vieux cygne constipé sur le point d’accoucher d’un proverbe après de laborieux efforts ».

17 Bien plus tard, Edmond écrira dans son Journal, le 8 décembre 1893 : « si on avait fait l’autopsie des femmes ayant un talent original, comme Mme Sand, Mme Viardot, etc., on trouverait chez elles des parties génitales se rapprochant de l’homme, des clitoris un peu parents de nos verges. »

18 Cécilia Bartoli a enregistré ses chansons (Decca, 1996).

19 Une importante correspondance entre les deux femmes a été conservée (Thérèse Marix-Spire, Lettres inédites de George Sand et de Pauline Viardot, 1839-1849, Paris, Nouvelles Editions latines, 1959). George Sand pour sa part laisse également une œuvre graphique, des dessins humoristiques utilisant des « bulles », sans compter ses « dendrites », paysages utilisant des taches abstraites de couleurs délayées sur papier.

20 Paul de Musset, op. cit., p. 198.

21 Il avait aidé à rompre le calamiteux mariage de Maria et avait connu Pauline fillette.

22 Il se peut en fait que ce mariage ait nui à la carrière française de la jeune cantatrice : Viardot, républicain, anticlérical et libre penseur convaincu, était mal vu des autorités.

23 « Savant historien, écrivain politique, / Feuilletoniste aimable, érudit en musique, / Traducteur d’espagnol et directeur lyrique / […] / Mais pour faire en un mot tout son panégyrique, / Disons qu’il en sait presqu’aussi long que son nez ». Le poème accompagnait une caricature de Viardot.

24 Voir la biographie de Frank Lestringant, Musset, Paris, Flammarion, « Grandes biographies », 1999. Pour Pauline Garcia-Viardot, dans la même collection, Nicole Barry, Pauline Viardot, l’égérie de George Sand et de Tourgueniev, 1990.

25 Son mari était conseiller à la Cour de cassation, mais elle aussi était friande d’histoires d’amour, sollicitait les confidences et conseillait volontiers les amoureux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Dottin-Orsini, « Une « bande dessinée » autobiographique d’Alfred de Musset »Littératures, 78 | 2018, 95-107.

Référence électronique

Mireille Dottin-Orsini, « Une « bande dessinée » autobiographique d’Alfred de Musset »Littératures [En ligne], 78 | 2018, mis en ligne le 23 juillet 2019, consulté le 29 juin 2022. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/1841 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.1841

Haut de page

Auteur

Mireille Dottin-Orsini

Mireille Dottin-Orsini est professeur émérite de littérature comparée à l’Université Toulouse-Jean-Jaurès. Elle s’intéresse aux rapports entre texte et image et vient de publier, en collaboration avec Daniel Grojnowski, Imaginaire de la prostitution, de la Bohème à la Belle Époque, Paris, Hermann, 2017 (lire le compte rendu de l'ouvrage dans ce numéro).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search