Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78Comptes rendusRégine Borderie, Fiction et dicti...

Comptes rendus

Régine Borderie, Fiction et diction de la peur dans les récits du XIXe siècle

Chêne-Bourg, La Baconnière, coll. « Langages », 2017
Marine Le Bail
p. 217-220
Référence(s) :

Régine Borderie, Fiction et diction de la peur dans les récits du XIXe siècle, Chêne-Bourg, La Baconnière, coll. « Langages », 2017, 221 p.

Texte intégral

1La tradition critique dans son sens le plus large a, on le sait, volontiers fait du XIXe siècle un âge d’or de la littérature fantastique en y voyant un moment de fascination collective pour les phénomènes a priori irréductibles à l’analyse rationnelle. Que ce soit par le recours à une veine surnaturelle propre à séduire un public friand de fantômes, spectres et apparitions en tous genres, ou par l’exploration des voies méconnues de l’esprit humain, la prolifération des fictions se rattachant à ces thématiques témoigne de la prégnance des catégories de l’incompréhensible et du mystérieux dans l’imaginaire collectif dix-neuviémiste.

2Toutefois, ce n’est pas directement sur le terrain de la littérature fantastique que se place l’ouvrage de Régine Borderie, lequel s’intéresse plus largement à l’expérience de la peur, qu’elle soit individuelle ou collective, comme « trait caractéristique » de la société française au XIXe siècle (p. 7) et, partant, comme élément incontournable dans la production littéraire du temps. Rappelant au cours d’une introduction efficace la puissance des hantises persistantes au cœur de ce siècle qui s’est construit dans l’ombre portée de la Terreur et de ses excès sanguinaires, l’auteure souligne également le rôle joué par la diffusion de nouveaux modèles esthétiques associant horreur et sublime (Burke) dans l’émergence de la peur comme objet littéraire à part entière. Plutôt que de s’inscrire dans la lignée d’une « histoire de la représentation des objets » susceptibles d’engendrer l’effroi, ou de réfléchir à la question de la peur comme « expérience du lecteur » programmée par le texte (p. 8-9), Régine Borderie se propose ainsi plutôt de s’interroger « sur sa place [de la peur] en tant que passion dans la fiction narrative du XIXe siècle, sur sa fécondité pour celle-ci » (p. 9). C’est donc bien à une réflexion d’ordre poétique que nous sommes invités, dans la lignée des théories genettiennes auxquelles le titre de l’ouvrage fait explicitement référence (Gérard Genette, Fiction et diction, 1991). De fait, Régine Borderie s’efforce à la fois de cerner la place de la peur, entendue comme « passion » au sens le plus large du terme, dans les représentations fictionnelles de l’époque, mais aussi de mettre en lumière les enjeux poétiques et stylistiques liés au déploiement de ces représentations.

3Afin de rendre pleinement justice à cet objet protéiforme qui ne cesse de hanter, au propre comme au figuré, les auteurs du XIXe siècle, Régine Borderie choisit de mobiliser un corpus essentiellement composé de fictions narratives – romans, contes et nouvelles – couvrant un large empan chronologique, puisque seront tour à tour convoquées les figures de Benjamin Constant, Dumas, Hugo, Balzac, Maupassant, Barbey d’Aurevilly ou encore Zola, pour ne citer qu’eux. Bien que toute prétention à l’exhaustivité s’avère d’emblée vouée à l’échec, ce dont l’auteure se montre d’ailleurs parfaitement consciente, ce n’est donc pas le moindre mérite de l’ouvrage que de mettre en regard des œuvres représentatives des divers courants esthétiques qui se sont croisés ou succédés au cours de la période, depuis les récits marqués par l’héritage du roman gothique anglais dans les années 1820 jusqu’aux explorations des névroses fin-de-siècle.

4Le propos, servi par une structure clairement annoncée, obéit à une progression rigoureuse que l’on pourrait analyser comme un passage gradué du stade de la « fiction » à celui de la « diction ».

5Dans un premier temps, Régine Borderie s’intéresse au personnage, conçu à la fois comme sujet et objet de la peur. Situant pour commencer sa réflexion dans le cadre individuel, elle envisage la forme du portrait romanesque comme moment privilégié de révélation de la peur éprouvée par le personnage, dont le sentiment d’horreur devient à la fois visible et lisible aux yeux du lecteur grâce à quelques symptômes aisément identifiables – pâleur, sensation de froid ou, au contraire, sudation, cheveux dressés, etc. L’éclairage apporté par la convocation de divers traités de physiognomonie s’avère ici particulièrement précieux, et permet de mieux comprendre le rôle du portrait comme outil de révélation d’une peur qui se donne à voir sur le mode du spectaculaire. Mais le personnage peut également faire l’expérience de la peur sur un mode collectif, ainsi que le montrent les pages consacrées aux manifestations de panique généralisée fondées sur un mécanisme mimétique assimilant la peur à un phénomène hautement contagieux.

6La seconde partie explore quant à elle les différents espaces susceptibles de favoriser l’émergence de la peur chez les personnages. Le début de cette section n’apporte rien de véritablement nouveau par rapport à la critique existante ; ainsi, l’étude menée sur les motifs de la forêt et du château recoupe des considérations déjà maintes fois développées, en particulier autour du roman gothique ou horrifique. En revanche, la suite procède à un élargissement bienvenu de la réflexion en proposant de voir dans les « lieux de la peur » bien plus qu’une simple toile de fond : de fait, « […] le lieu n’a pas seulement une fonction de complément circonstanciel de lieu, mais de cause, du point de vue du sens : on a peur dans le lieu, mais aussi à cause du lieu » (p. 87). C’est alors la question du rôle fondamental de la perception de son environnement par le personnage (perception lucide ou déviante, motivée ou déréglée) qui se pose. La troisième partie, plus proprement narratologique, amène Régine Borderie à se pencher sur la peur considérée non plus comme simple circonstance, mais bien comme élément à part entière du schéma actantiel des récits étudiés, que ce soit « comme cause ou but ou moyen de l’action » (p. 107). La peur est en effet susceptible de faire partie intégrante de la dynamique du récit en servant, notamment, de justification aux actes des personnages, mais aussi en prenant une valeur proprement événementielle, ce que démontrent les dernières considérations de cette partie autour de la notion de crise.

7C’est toutefois la quatrième et dernière partie qui emporte le plus volontiers l’adhésion. L’auteure nous y invite à éviter l’erreur de perspective qui consisterait à opérer un raccourci entre le matériau thématique lié à la peur et des formes littéraires telles que le conte fantastique ou le roman naturaliste, certes incontournables, mais insuffisants pour rendre compte de la remarquable plasticité de cet objet et de ses représentations. Régine Borderie souligne en particulier la permanence, tout au long du XIXe siècle, d’une tradition théâtrale au sein de laquelle le type du poltron fait l’objet d’un traitement volontiers ludique, voire franchement cocasse. La figuration fictionnelle de la peur, si elle emprunte sans surprise les voies de l’horrifique et du fantastique, trouve donc également à s’épanouir à travers l’exploitation d’une veine grotesque, burlesque ou parodique. En abordant de front des questions de poétique parfois plus lointaines dans les autres parties, cet ultime chapitre consacré aux « tonalités » de la peur a par conséquent le mérite de mettre à l’honneur un corpus comique et de le mettre en regard avec des textes plus couramment associés à l’effroi, considérée comme un phénomène essentiellement « sérieux ».

8D’une manière générale, l’ouvrage, écrit avec une grande clarté, a le mérite d’embrasser de manière extrêmement synthétique un objet foisonnant, qui dépasse bien souvent les frontières du seul fait littéraire pour aborder plus largement des questions de société ou d’histoire culturelle – les incursions menées du côté des arts visuels, à travers la référence aux traités de représentation allégorique par exemple (p. 29), ou les détours opérés en direction de la mythologie avec la figure de Méduse (p. 26), en témoignent. Si le détail de l’analyse laisse parfois la sensation un peu frustrante de rester à la surface des textes, il importe de pondérer cette impression en prenant en compte l’importance du spectre chronologique retenu et la diversité du corpus mobilisé. Loin de s’adresser exclusivement aux spécialistes de la littérature du XIXe siècle, cet ouvrage concis révèle en outre d’importantes qualités de synthèse qui lui permettront sans nul doute de toucher un public plus large. Ajoutons, ce qui n’est pas sans importance, que le texte de Régine Borderie est servi par une mise en page soignée et aérée, un format agréable et un papier de qualité, considérations pratiques qui ne sont pas sans influence sur le confort de lecture, d’autant que le prix de l’ouvrage (20 €) reste tout à fait abordable.

9On pourra en revanche s’étonner de certaines redites et répétitions qui nuisent à l’ensemble de la démonstration, notamment en ce qui concerne les citations mobilisées pour étayer le propos. Ainsi, le même passage des Misérables mettant en scène une Cosette apeurée dans la forêt se trouve cité à la fois p. 68 et 181, de même qu’un paragraphe de Han d’Islande se voit convoqué de manière identique aux p. 24 et 130 ; on pourrait évoquer d’autres exemples en pensant, entre autres, à La Débâcle, abondamment citée dans chaque partie. Certes, ces lignes sont convoquées dans le cadre de démonstrations bien distinctes, mais il n’en reste pas moins que la récurrence du phénomène, ramenée au volume textuel relativement réduit de l’ouvrage, génère une fâcheuse impression de ressassement.

10En-dehors de cette réserve, on ne peut que saluer le remarquable travail de synthèse opéré par Régine Borderie, nourri par une documentation solide et variée, et rédigé dans une langue toujours claire et agréable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marine Le Bail, « Régine Borderie, Fiction et diction de la peur dans les récits du XIXe siècle »Littératures, 78 | 2018, 217-220.

Référence électronique

Marine Le Bail, « Régine Borderie, Fiction et diction de la peur dans les récits du XIXe siècle »Littératures [En ligne], 78 | 2018, mis en ligne le 23 juillet 2019, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/1917 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.1917

Haut de page

Auteur

Marine Le Bail

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search