Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78Comptes rendusLe Bien. Édification, exemple et ...

Comptes rendus

Le Bien. Édification, exemple et scandale dans le roman du XIXe siècle, sous la direction de Mathilde Bertrand et Paolo Tortonese

Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2017
Fabienne Bercegol
p. 220-222
Référence(s) :

Le Bien. Édification, exemple et scandale dans le roman du XIXe siècle, sous la direction de Mathilde Bertrand et Paolo Tortonese, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2017, 275 p.

Texte intégral

1Riche de dix-sept articles, ce volume s’intéresse au défi que représente paradoxalement la mise en scène du bien pour le romancier, censé être plus à l’aise avec la représentation du mal, pourvoyeuse d’une variété infinie d’intrigues et de personnages au fort potentiel dramatique. Dans son introduction, Paolo Tortonese part en effet du constat de l’« inimitié du récit et du bonheur » (p. 8), lequel ne peut régner que dans les commencements, mais alors pour être détruit, et en conclusion, lorsque la crise est résolue et qu’il est rétabli, mais qui ne peut en aucun cas se prêter au développement narratif. Aussi Paolo Tortonese conclut-il au « suicide de la narration » (p. 7) à partir du moment où prennent le dessus des sentiments et des comportements inspirés par le bien. On peut d’emblée remarquer que, s’il est certes pertinent d’envisager le bonheur auquel conduit le bien sous l’angle de la panne narrative, il aurait été également intéressant de le considérer, en prenant l’exemple de Stendhal, l’un des grands oubliés de ce recueil, du point de vue de l’indicible, de ce qu’il faut taire sous peine de le dégrader, de l’avilir, de le banaliser en le confiant aux mots du commun : on se souvient qu’à la fin de la Vie de Henry Brulard, c’est pour ne pas risquer d’altérer un bonheur fou, intime, qui « surpasse le disant », que Stendhal choisit d’interrompre la relation de sa vie. La question de la formulation du bonheur et du bien n’est pas posée dans cette introduction par ailleurs très stimulante, qui se centre sur les schémas narratifs et sur la problématique de la réception pour enquêter sur la compatibilité des héros positifs avec le programme réaliste : quelle place leur trouver dans le roman réaliste fréquemment accusé par ses détracteurs de privilégier la laideur physique et morale, le vice, ou pire, la médiocrité ? comment concilier, pour le plaisir de la lecture, l’impératif mimétique de la littérature réaliste avec le goût de l’extraordinaire, l’envie d’admirer, d’être étonné ? que devient dans ce contexte la mission d’édification longtemps confiée à la littérature ?

2Tournant le dos aux approches formalistes, c’est précisément sur les contenus et sur la finalité morale longtemps assignée au roman que reviennent les contributeurs de la première partie intitulée : « Roman et morale ». En se fondant sur les maximes qui guident les comportements, Thomas Pavel montre comment « l’appel du Bien » peut s’inscrire dans le roman et nourrir l’intérêt de la lecture. Dans un article lumineux, Carole Talon-Hugon analyse les moyens qui ont assuré pendant longtemps l’efficacité morale de la littérature, puis elle s’arrête sur les raisons du divorce entre littérature et édification, dans le sillage des bouleversements esthétiques du XVIIIe siècle, qui conduisent à donner la prééminence à la beauté formelle et à proclamer l’autonomie de l’art. Elle invite à juste titre à ne pas opposer sommairement « une modernité critique à un passé confiant » (p. 41), mais à bien repérer le déplacement du débat, de la réflexion sur la capacité de l’art à édifier à la remise en cause du bien-fondé de cet objectif. Francesco Fiorentino rappelle pour sa part l’influence de Richardson et de Rousseau et il détaille fort utilement les grilles narratives qu’ils ont léguées aux romanciers du début du XIXe siècle assumant une finalité morale.

3La deuxième partie nous fait découvrir les « Visages du bien », dont Antonia Fonyi s’emploie à dévoiler les « racines inconscientes » et Isabelle Daunais la part d’« aléatoire », dans les romans (Flaubert surtout) où il n’est plus le résultat infaillible d’une intention ou d’une action vertueuses, mais le produit du hasard au sein d’une vie imprévisible, où les catégories morales sont le plus souvent brouillées.

4Les modalités de leur présence dans le roman sont au cœur des parties suivantes. Si la pitié était déjà convoquée par Antonia Fonyi, c’est au sort de la bienfaisance et de la philanthropie héritées des Lumières que Patrizia Oppici s’intéresse dans les romans à visée apologétique de Balzac, tandis que Jean-Louis Cabanès prolonge l’enquête chez Dickens, pour encore mieux mettre au jour l’équivoque des vies, des gestes exemplaires racontés dans ces deux massifs romanesques. Éléonore Reverzy trouve dans les « formes et figures de la bonté chez Zola » de quoi montrer comment la morale se maintient comme infra-discours, souvent parodique, puisant dans la tradition romanesque et la sagesse proverbiale. Quant à Henri Scepi, il rencontre chez Hugo un usage spécifique de la bonté comme force de protestation, qui permet que s’accomplisse dans Les Misérables « la marche du mal au bien », selon les propres termes de l’auteur.

5Les écrivains qui continuent, coûte que coûte, à mettre en récit le bien à des fins d’édification n’ont donc pas été oubliés dans ce recueil qui rappelle la fortune de la formule du « roman-journal » : Daniel Compère illustre par ce biais la mobilisation éditoriale des milieux du catholicisme social soucieux de porter la bonne parole au monde ouvrier, et Jean-Marie Seillan poursuit en faisant apparaître la poétique commune des romans à succès « de la bien-pensance » (Octave Feuillet, Ludovic Halevy, Georges Ohnet), dont il traque les contradictions idéologiques.

6On ne s’étonnera pas que Barbey d’Aurevilly soit à l’honneur dans la partie intitulée « Du bien et du mal dans le roman catholique », qui explore les paradoxes de son projet de « moraliser par la terreur » et de donner à ses semblables « l’horreur du vice ». Maud Schmitt réfléchit au fonctionnement des récits exemplaires insérés dans ses fictions, et elle montre que se cache sous leur apparent échec une exemplarité « intuitive » (p. 225) qui parie sur la sidération pour faire entrevoir le surnaturel, tandis que Mathilde Bertrand brosse le portrait d’un auteur qui réclame surtout l’amoralité comme privilège de l’artiste. Alexandra Delattre fait une place dans cette partie à Huysmans et à Bloy, dont elle expose le projet de promotion de la « dévotion virile » pour faire pièce à la féminisation amollissante de la piété.

7Le recueil se termine par deux brèves incursions dans la littérature étrangère, du côté de Tolstoï (Karen Haddad), puis de Stevenson, de Thomas Mann et d’Oscar Wilde, chez qui Jean-Pierre Naugrette répertorie divers avatars du désir, finalement funeste, de perfection.

8Comme annoncé dans l’introduction, c’est donc aux personnages incarnant le bien et aux schémas narratifs qui lui donnent une présence romanesque que s’intéressent en priorité les contributeurs de ce volume. Mais les implications philosophiques et religieuses du sujet ne sont pas pour autant négligées : elles sont dégagées dans une perspective diachronique bienvenue, tandis que ressort nettement la spécificité de l’inscription du bien dans la réalité géographique et sociale de la modernité. D’autres pistes auraient pu être suivies, notamment du côté de la réception, de l’investissement affectif du lecteur et de l’expérience morale qui lui est offerte : il aurait sans doute été intéressant de convoquer les études récentes sur les mécanismes de l’empathie pour cerner le rapport des auteurs et des lecteurs à ces personnages qui agissent au nom du bien. L’enquête appelle des prolongements, par exemple sur l’exemplarité, sur ses nouvelles formes et sur ses finalités, ce qui atteste la pertinence de ce recueil, dont la lecture est à tous égards stimulante.

9Si l’on ne peut attendre l’exhaustivité, on pourra néanmoins être gêné par le corpus ici retenu qui, à quelques exceptions près, revient à réduire « le roman du XIXe siècle » aux fictions réalistes et naturalistes ainsi qu’à leurs détracteurs, et donc à commencer l’enquête à partir de Balzac. Gageons pourtant qu’il y aurait eu beaucoup à dire en s’appuyant par exemple sur Chateaubriand et sur Germaine de Staël, attachée à la finalité morale de la littérature et convaincue que le « don d’émouvoir » est « la grande puissance des fictions » (Essai sur les fictions). On reste surtout très surpris que George Sand, uniquement citée pour sa correspondance avec Flaubert (par Isabelle Daunais, Luca Pietromarchi, etc.), et donc le plus souvent à titre de repoussoir, n’ait pas eu droit à un article : par la tension entre idéalisme et réalisme qui est au cœur de sa poétique, ses romans offraient pourtant un terrain de choix pour explorer les modalités de l’articulation du projet mimétique avec le pari généreux sur la bonté et sur l’efficacité réformatrice de l’amour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabienne Bercegol, « Le Bien. Édification, exemple et scandale dans le roman du XIXe siècle, sous la direction de Mathilde Bertrand et Paolo Tortonese »Littératures, 78 | 2018, 220-222.

Référence électronique

Fabienne Bercegol, « Le Bien. Édification, exemple et scandale dans le roman du XIXe siècle, sous la direction de Mathilde Bertrand et Paolo Tortonese »Littératures [En ligne], 78 | 2018, mis en ligne le 23 juillet 2019, consulté le 18 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/1928 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.1928

Haut de page

Auteur

Fabienne Bercegol

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search