Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78Comptes rendusMireille Dottin-Orsini et Daniel ...

Comptes rendus

Mireille Dottin-Orsini et Daniel Grojnowski, L’Imaginaire de la prostitution. De la Bohème à la Belle Époque

Paris, Hermann, 2017
Guy Larroux
p. 222-225
Référence(s) :

Mireille Dottin-Orsini et Daniel Grojnowski, L’Imaginaire de la prostitution. De la Bohème à la Belle Époque, Paris, Hermann, 2017, 267 p.

Texte intégral

1Ce n’est pas un coup d’essai pour les deux auteurs qui, séparément et de longue date, se sont intéressés à la question. Ensemble en 2008 ils ont publié chez Laffont (coll. « Bouquins ») une anthologie Un joli monde, romans de la prostitution. Récemment, ils ont collaboré à deux publications du musée d’Orsay : Splendeurs & misères de la prostitution. Images de la prostitution, 1850-1910 et Prostitutions. Des représentations aveuglantes (M’O / Flammarion, 2015). C’est à peu près la même découpe qu’ils ont conservée pour cet ouvrage qui, en dix chapitres alertes, couvre près d’un siècle, des années 1830 aux années 1900 et même au-delà, c’est-à-dire de l’Esther de Balzac et de « La femme sans nom » des Français peints par eux-mêmes au Livre de Monelle de Marcel Schwob et aux chansons d’Aristide Bruant. Un tel parcours préserve des simplifications. Car il y a loin de « la prostituée au grand cœur » (la Marguerite Gautier de Dumas fils) aux héroïnes naturalistes victimes des fatalités de la chair, et de celles-ci aux pauvres petites putains symbolistes que l’on rencontre chez Octave Mirbeau, Marcel Schwob, Jean de Tinan ou Charles-Louis Philippe (Bubu de Montparnasse). Une même prudence est à observer dans les désignations : le terme commode de « prostituée » ne saurait réunir deux mondes que presque tout sépare, celui des filles publiques et celui des courtisanes, nommées parfois « grandes horizontales », qui en un sens sont des femmes libérées.

2Le premier intérêt de ce livre est précisément d’élargir le champ – un champ que l’on aurait tendance à limiter au roman et au « moment naturaliste », pic du thème prostitutionnel. Celui-ci occupe dans l’ouvrage la place qu’il mérite, importante, parce qu’il a correspondu à une stratégie d’occupation de l’espace des lettres, qu’il fut un passage obligé pour au moins deux générations d’écrivains (les maîtres et les épigones) et parce qu’il a donné lieu à des chefs-d’œuvre qui ont imposé des figures telles la Boule de-suif et les pensionnaires de la Maison Tellier. C’est aussi le moment où les écrivains (Maupassant en tête, mais aussi Daudet, l’auteur de La Doulou) furent touchés dans leur chair même par le mal vénérien, qui est la grande menace pesant également sur les prostituées et leurs clients. Mais, très étrangement, la syphilis, dont le nom n’est presque jamais prononcé, s’apparente à un « brevet de virilité » (p. 131).

3Les prostituées prennent corps ailleurs que dans le roman. Dans la presse (notamment Le Courrier français, le Gil Blas illustré) ; si la note dominante des chroniques et faits divers est grivoise, l’illustration pratique parfois « une certaine gravité visuelle » (p. 86), notamment chez Steinlen et Forain. En musique, le répertoire est nettement dédoublé : celui, élevé, du livret d’opéra avec, dans le fil de La Traviata de Verdi, la Carmen de Bizet et les différentes Manon ; celui de la chanson de goguette et du café-concert, Aristide Bruant popularisant les filles publiques et le parler des faubourgs. On mesure l’importance d’un corpus capital, celui des images « en noir et en couleurs » (titre du chapitre IX), connues et moins connues : monotypes de bordels de Degas, photos obscènes, dessins, gravures, illustrations, mais aussi aquarelles de Constantin Guys, Olympia scandaleuse de Degas, tableaux de Toulouse-Lautrec en quête de nouveaux motifs et du vrai nu (contre les roses nudités académiques), œuvres allégoriques de Félicien Rops (comme sa gravure Pornocrates de 1878 qui figure la prostitution menant le monde). Vu la richesse du matériau et des supports, on ne s’étonne pas que cet imaginaire de la prostitution se soit si fortement imposé et qu’il se soit même transmis, sinon en bloc, du moins dans telle ou telle de ses composantes. On songe en particulier à ce « creuset des fantasmes » qu’est la maison close : « espace de rêve, de liberté et de pouvoir » (p. 30) réunissant tous les types de femmes et objet d’une nostalgie durable. Pour les hommes, s’entend.

4Car, évidemment – et c’est un autre enseignement qui se dégage du livre – il y a une énorme inégalité dans cette affaire. Le discours social au sens large, c’est-à-dire ce qui s’écrit, se publie, mais aussi ce qui est montré (dans les journaux, les expositions officielles) est d’origine masculine. À commencer par le plus puissant des discours d’autorité, celui de la science, spécialement médicale. Le ton est donné par l’étude de Parent-Duchâtelet, De la prostitution dans la ville de Paris, qui date de 1836 mais a conditionné les esprits durant un demi-siècle. C’est un passionné d’hygiène (il s’est intéressé au traitement des eaux et à ce qu’on appellerait aujourd’hui le recyclage des déchets) et, à la suite d’une enquête poussée, documentée, il préconise de se protéger de l’ordure morale qu’est la prostitution, et bien sûr du péril vénérien : surveillance, mise en carte et maisons de tolérance, répression des insoumises. Comme il a laissé un tableau de cette population, bien des traits de caractère ou du pittoresque de la vie des filles seront ultérieurement repris par les écrivains. Au-delà de Parent-Duchâtelet, et des travaux de Cesare Lombroso sur la « prostituée-née », et susceptible de s’étendre au-delà (à la femme « normale »), s’impose une interprétation du pathologique féminin. Les auteurs font un sort particulier au tableau monumental d’André Brouillet, « Une leçon clinique à la Salpêtrière », qui à son heure fixe les positions respectives, la femme à moitié déshabillée, cambrée, exposée à un public d’hommes en noir, remplit ici une fonction : celle de « montrer in vivo les différents stades d’une crise, tels qu’il [Charcot] les a préalablement fixés, comme une comédienne répétant un rôle devant son metteur en scène » (p. 63).

5La femme pathologique entre les mains de la science, la femme publique instrument du plaisir pour l’homme et objet de son regard. Détail significatif (chez Forain, Toulouse-Lautrec, dans plusieurs monotypes de Degas) : « De très nombreuses scènes peintes, dessinées ou gravées relèguent le client sur la droite, parfois sa silhouette est coupée par le cadre » (p. 211). Les hommes habillés, les femmes dévêtues, comme dans Le Déjeuner sur l’herbe de Manet. Parmi ces exercices du regard, celui de Toulouse-Lautrec semble à part : pas de voyeurisme chez lui (d’ailleurs les filles ne sont pas totalement dévêtues), pas de sentimentalisme ni de morale non plus. « L’œuvre expose ce qu’on ne voit jamais : le privé des filles publiques, qui ont une vie bien à elles, avant et après la passe – des êtres humains comme les autres » (p. 216).

6Il faut donc chercher la vérité (ou quelque vérité) des filles ailleurs que dans les journaux car « la presse fait l’autruche » – omerta au masculin (p. 87) : c’est-à-dire ne veut pas voir le fond des choses ou préfère s’en tenir à l’aspect plaisant de la chose. Ailleurs que dans les discours autorisés de la science et de la police, ou dans les fictions qui les plient sinon à la démonstration (La Fille Elisa d’Edmond de Goncourt), du moins à la vision dominante, aux fantasmes et phobies d’époque, aux alternatives terribles que résume le titre du chapitre VII de l’ouvrage : « De la boue à l’évangile ». Restent deux points de vue qui seraient très précieux. Le premier est celui des clients. Mais ils s’expriment peu et en circuit privé, celui des correspondances, journaux, confidences crues entre compagnons de vadrouille. Octave Mirbeau est un des rares à avoir témoigné (tardivement dans L’Amour de la femme vénale, paru en 1922) sur « l’attrait magnétique » de la prostituée et sur le sens de la relation sexuelle tarifée, rien de moins que l’achat d’un « espace de liberté à nul autre pareil » (p. 60). Il faudra attendre les surréalistes pour retrouver une telle franchise. L’autre point de vue qui manque cruellement, et dont les auteurs prennent acte dès l’avant-propos de leur livre, est celui de « ces femmes qu’on appelle des filles » (p. 9), à quelques exceptions près (telles missives utilitaires adressées par elles à des tenancières ou à des « placeuses »). Cela aggrave leur qualité de « femmes sans » (p. 160) : sans véritable nom, sans attaches, vouées à l’abandon, et donc sans parole.

7Apparemment, cet imaginaire dix-neuviémiste, lato sensu, n’est plus le nôtre, appartient à un passé révolu. Et pourtant, on s’y retrempe volontiers comme l’a montré le succès de la récente exposition sur le sujet au musée d’Orsay (22 septembre 2016-17 janvier 2017). Il ne manque pas de resurgir à l’occasion des débats sur la prostitution, son contrôle, sa pénalisation ou sur le statut des « travailleuses du sexe » (une appellation que Mirbeau eût sans doute approuvée). Une chose du moins a changé, c’est l’accès au moyen d’expression. La prostituée, professionnelle ou occasionnelle, l’escort girl ont pris la parole et la plume si bien que la représentation dérangeante et interrogeante de la sexualité revient à l’actrice principale de la relation, qui non seulement témoigne par l’écrit mais parfois, à l’image de Nelly Arcan dans Putain (2001), fait œuvre véritablement littéraire, et cela pour une identité féminine désaliénée. Autre fait inimaginable au temps de Parent-Duchâtelet qui n’approchait les prostituées qu’accompagné, un dialogue à égalité est possible entre la professionnelle du sexe et l’homme de science (celle qu’on dit sociale) – voir Daniel Welzer-Lang et Albertine, Le Sociologue et la putain, La Musardine, 2014. Quant au débat sur la signification humaine et sociale de la prostitution, il reste évidemment libre et ouvert, mais les deux auteurs osent s’avancer. « Par la prostitution est préservé un ordre tout à la fois social et libidinal » affirment-ils au terme de leur parcours, allant jusqu’à désigner pour celle-ci un horizon : « elle ne serait pas l’exutoire préconisé jadis pour les désirs masculins, mais deviendrait l’expérience partagée d’un corps à l’autre » (p. 246). Le conditionnel est en effet de mise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Larroux, « Mireille Dottin-Orsini et Daniel Grojnowski, L’Imaginaire de la prostitution. De la Bohème à la Belle Époque »Littératures, 78 | 2018, 222-225.

Référence électronique

Guy Larroux, « Mireille Dottin-Orsini et Daniel Grojnowski, L’Imaginaire de la prostitution. De la Bohème à la Belle Époque »Littératures [En ligne], 78 | 2018, mis en ligne le 23 juillet 2019, consulté le 17 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/1935 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.1935

Haut de page

Auteur

Guy Larroux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search