Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78Comptes rendusGiono et les Méditerranées. Renco...

Comptes rendus

Giono et les Méditerranées. Rencontre autour de Juan Ramón Jiménez, Dominique Bonnet et André-Alain Morello (éds)

Huelva, UHU.ES Publicaciones, Universidad de Huelva, 2017
Jean-Yves Casanova
p. 225-228
Référence(s) :

Giono et les Méditerranées. Rencontre autour de Juan Ramón Jiménez, Dominique Bonnet et André-Alain Morello (éds), Huelva, UHU.ES Publicaciones, Universidad de Huelva, 2017, 210 p.

Texte intégral

1Le sujet de ces rencontres universitaires qui se sont déroulées en 2015 à Huelva et à Moguer aurait pu sembler rebattu, déjà étudié et analysé par divers colloques et publications, car tout ce qui concerne Giono et la Méditerranée n’est pas un thème nouveau. L’originalité de ces rencontres est d’avoir établi un parallèle entre Giono et Jiménez, lien qui s’impose, car le Manosquin s’est de lui-même intéressé à l’œuvre de l’Espagnol, semblant y rechercher si ce n’est un alter ego, du moins un frère en paysages méditerranéens. En 1959, Giono a accepté de travailler à l’adaptation cinématographique de Platero et moi de Jiménez et pour cela, il l’a lu, puis s’est déplacé à Moguer, en Andalousie. L’idée, souvent fausse, d’un Giono immobile, enfermé à Manosque – idée que l’écrivain a lui-même propagée – est battue en brèche par ce voyage espagnol et tous les autres séjours que le romancier a effectués en Espagne, principalement à Majorque. Il est donc tout à fait justifié de parler d’une représentation de l’Espagne chez Giono, même si elle tient une place minorée dans son œuvre, le Provençal rapatriant le plus souvent dans ses propres collines ce qu’il avait pu observer ailleurs, « provençalisation » de son imaginaire et de ses découvertes. Le séjour à Moguer procède d’une justification élémentaire : Giono ne peut pas travailler sur l’adaptation de Jiménez sans se rendre compte par lui-même, de visu, de ce qu’il en est de ce paysage et de ces hommes, l’écrivain se révélant finalement beaucoup plus tactile, charnel et perceptif que ce que l’on aurait pu croire. Savoir ne suffit pas : il faut voir, observer, sentir et encore ressentir.

2Les actes de ce colloque sont divisés en cinq parties distinctes : un premier article de Dominique Bonnet figure une juste et nécessaire introduction au propos, à cette présence gionienne à Moguer, et nous livre les clés d’une compréhension indispensable aux études qui suivent. Quatre domaines sont explorés : « L’Espagne de Giono », « Giono sans frontières », « Regard méditerranéens », « Giono, Jiménez et la mer ». Un très instructif relevé des références hispaniques de la bibliothèque de Giono figure en annexe : nous y découvrons – on pouvait s’en douter – que ce domaine est présent, abondant, non seulement en ce qui concerne les auteurs classiques (Cervantès, Lope de Vega, Tirso de Molina, Montemayor…), mais aussi des écrivains contemporains (Vargas Llosa, Asturias, Borges…). L’Espagne et l’ensemble des mondes hispaniques ne sont pas terra incognita quand Giono visite Moguer ; il en possède une expérience intellectuelle, livresque ; il y séjournera quelques mois plus tard.

3Cette Espagne gionienne est étudiée et analysée par Denis Labouret et Jean-Yves Laurichesse. Denis Labouret revient sur la vision que Giono a de Barcelone dans une communication instructive, car elle nous permet non seulement de connaître cette représentation, mais également de la confronter aux images de l’urbanité dans l’œuvre. À cet égard, il semble bien que Barcelone soit sœur de Marseille dans la répulsion qu’elle suscite chez Giono, répulsion des ports où la mer n’est somme toute pas assez présente. Barcelone ne possède néanmoins pas – mais Giono n’y a pas séjourné assez longtemps pour cela – ce qui fait le charme de Marseille, ce côté mystérieux et inquiétant que Noé restitue merveilleusement. Occasion manquée entre la capitale catalane et Giono ? Oui, mais sans aucun doute la même méfiance qui animait le Provençal au sujet des éléments identitaires et régionalistes d’oc a-t-elle pu jouer un rôle dans l’appréhension d’une réalité catalane clairement affichée malgré le franquisme. Cette identité urbaine proclamée, Giono ne la retrouve pas dans « l’Arcadie majorquine », comme l’écrit Jean-Yves Laurichesse. Giono n’y est pas qu’un simple vacancier, mais transporte avec lui les images d’une Provence singulière – bien plus ténébreuse que l’on croit – dans le drame solaire des Baléares, tout en y trouvant un havre de paix et de tranquillité, une sorte de locus amœnus bien sûr fantasmatique, s’accordant sans aucun doute avec ces paysans et ces pêcheurs pas encore touchés par l’industrie touristique qui, il faut bien le dire, a quasiment détruit les cadres d’une vie somme toute encore hésiodique en ces temps. Cette Espagne vue par Giono est empreinte de représentations – et comment ne pourrait-elle pas l’être ? –, mais elle est indispensable à la compréhension d’une rencontre.

4La deuxième partie, « Giono sans frontières » confronte les thèmes gioniens avec les mondes hispaniques. André-Alain Morello et Jacques Mény nous entraînent tour à tour dans les images floues, mais persistantes, de ce Hussard que l’on croirait d’Italie, mais qui est également d’Espagne. Préoccupé par l’histoire et la connaissance de la culture espagnole chez Giono, Morello montre bien dans son article que la vision gionienne est à la fois réelle – ses positions pendant la Guerre civile espagnole furent des plus claires, aux côtés des antifascistes – même si l’écrivain ressent déjà une certaine forme de lassitude devant les entreprises des uns et des autres, entre un Aragon manipulateur et un Malraux affabulateur, méfiance bien justifiée qui lui vaudra l’inimitié de certains –, puis dans la découverte toujours inégalée de la littérature espagnole. On peut à cet égard se demander, comme le fait Morello, si le Hussard est un picaro, thème déjà traité que l’influence du Quichotte et sur lequel des conclusions définitives ne peuvent pas être édictées. Jacques Mény, toujours bien informé, s’interroge sur la vision gionienne du Nouveau Monde, article instructif qui ouvre grand la bibliothèque de l’écrivain, mais nous transporte auprès d’un autre Giono, celui semblable aux découvreurs du Nouveau Monde, dimensions transcendées de l’espace et du temps, toujours repoussées, hors du cadre. Qui pourrait prétendre que Giono fut un écrivain enfermé dans sa ville natale ? Il suffit de constater l’étendue de sa bibliothèque et de mesurer ce que furent ces voyages gioniens, loin des tapages et des bruits assourdissants de ceux qui ont tout vu en peu de temps.

5Les « regards méditerranéens » donnés par Sylvie Vignes et Claude Benoît Morinière ouvrent le regard du lecteur vers la mer Méditerranée dont on sait qu’elle a joué un rôle non négligeable dans l’œuvre. Certes Giono n’est pas Conrad, mais son insistance auprès de Melville laisse transparaître bien plus qu’une attirance vers ce qui est caractérisé comme une projection, la mer devenant l’océan. Sylvie Vignes reconstitue l’histoire de ces Méditerranées, des occasions réelles et parfois fantasmatiques, à la fois dans l’œuvre et chez l’homme. C. B. Morinière tisse un parallèle entre Giono et Le Clézio, nous donnant à lire ce qui est de l’ordre de la matière d’un « chant du monde » qui ne peut être identique pour les deux écrivains, mais qui recentre le propos sur un souffle intérieur, quasi faulknérien chez Giono, ce « ventre de la terre où le sang bout », comme l’écrit le romancier américain dans Tandis que j’agonise.

6La dernière partie, plus spécifiquement consacrée à la mer chez Giono et Jiménez, nous entraîne dans l’œuvre de l’écrivain andalou, réminiscences et présences de la mer relevées et analysées par Daniel Lecler. Enfin, Alicia Piquer Desvaux compare ces deux espaces marins, ceux de Giono et de Jiménez, en mettant l’accent sur la représentation du paysage, mais pas seulement, retrouvant dans ces images celles plus fondatrices d’une humanité parfois troublée.

7Les actes de ce colloque viennent donc à point afin de pouvoir confronter l’œuvre de Giono de deux façons différentes. La première confrontation se situe à l’intérieur même de l’œuvre gionienne, dans le mouvement créatif qui l’anime et dans lequel l’Espagne, sa langue, sa culture et surtout sa littérature jouent un rôle que l’on avait peut-être trop négligé. Giono est un écrivain qui rapatrie en lui, dans son propre imaginaire, ce qu’il a trouvé ailleurs, et ce qu’il puise en Espagne nous permet de mieux comprendre les interactions s’instituant à l’intérieur d’une œuvre. La deuxième confrontation est celle de Giono et de Jiménez. En est-ce une ou devrions-nous parler de reconnaissance ? Certes, comme toujours, Giono s’approprie l’œuvre de Jiménez pour donner matière « à du Giono », mais de quoi nous plaindrions-nous ? Il y a là, sans aucun doute, présence d’une lecture heureuse, celle d’un chant du monde ouvert à tous les vents marins, baigné de soleil, et qu’importe qu’il soit andalou ou provençal, l’important consistant dans la trace qu’il laisse sur nos corps et nos esprits. Les organisateurs et éditeurs de ce colloque ont donc réussi une entreprise quelque peu difficile ; Huelva est géographiquement assez éloignée de Manosque, mais l’imagination et la littérature ne sont pas corsetées par la géographie. Giono et Jiménez nous le prouvent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Casanova, « Giono et les Méditerranées. Rencontre autour de Juan Ramón Jiménez, Dominique Bonnet et André-Alain Morello (éds) »Littératures, 78 | 2018, 225-228.

Référence électronique

Jean-Yves Casanova, « Giono et les Méditerranées. Rencontre autour de Juan Ramón Jiménez, Dominique Bonnet et André-Alain Morello (éds) »Littératures [En ligne], 78 | 2018, mis en ligne le 23 juillet 2019, consulté le 13 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/1945 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.1945

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search