Navigation – Plan du site
Musset un romantique né classique

Présentation

Sylvain Ledda et Frank Lestringant
p. 5-14

Texte intégral

  • 1 Voir l’article de Steve Murphy, « Musset, quatorze fois exécrable ? », Études françaises, vol. 41, (...)
  • 2 Musset, « À mon ami Édouard B. », Poésies complètes, éd. F. Lestringant, LGF, « Le Livre de poche c (...)

1À la Belle Époque, il était de bon goût d’offrir des calendriers joliment décorés, des cartes de vœux Alfred de Musset ornées de vers aux longues hastes et aux jambages précieux. Des couples enlacés, des roses effeuillées, des sous-bois au clair de lune et des larmes en forme de perle illustraient les morceaux choisis du poète, déclinant les mois et les saisons au rythme des « Ô » et des « Ah ! » du Pélican et de ses Muses. Ces volutes sentimentales sont aujourd’hui de charmants bibelots kitsch, mais elles dévoilent à rebours l’image de Musset qui a longtemps prévalu : accusé d’être le gandin de l’école « mélancolico-farceuse », il a incarné une poésie romantique mièvre, honnie par Baudelaire puis par Rimbaud1. Comment résister au réquisitoire des deux génies de la poésie moderne ? Leurs jugements sont exécutoires : Musset est condamné à poser pour l’éternité entre une muse et un saule. Pire : Musset poète est insincère, Musset est à la poésie ce que Richard Clayderman est au piano, l’interprète d’un romantisme en similor, celui des rêveuses, des grisettes, des amoureux transis, des sentimentaux éplorés. C’est la fameuse souffrance du poète et toutes les rémanences de sa vie amoureuse qui entretiennent le mythe. « Ah ! frappe-toi le cœur, c’est là qu’est le génie »2, voilà le genre de formules qui a exaspéré Rimbaud. Tel est revers d’une médaille ciselée par Musset lui-même.

  • 3 Guillaume Apollinaire, Le Guetteur mélancolique, Poésies, éd. Michel Décaudin, Gallimard, « Bibliot (...)

2Toute cette imagerie cède devant l’étude de détail et la prise en compte de l’ensemble de l’œuvre. Tel vers perd une partie de son sens quand on l’extrait de sa gangue – et l’effet de citation a fait beaucoup de tort à Musset, puisqu’il exclut la part ludique de sa poésie, son humour, sa révolte même. Baudelaire, Rimbaud, puis d’autres détracteurs, en isolant certaines formules, ont partiellement décrédibilisé Musset poète qui peine à sortir de ce purgatoire. Car aujourd’hui, c’est grâce à son théâtre et non à sa poésie que Musset est considéré comme un classique du patrimoine littéraire français, c’est-à-dire un auteur étudié dans les classes, du collège à l’université. Certaines dates de l’histoire du théâtre le confirment. Quand meurt Gérard Philipe le 25 novembre 1959, Louis Aragon entonne un thrène funèbre, évoque la folle jouvence de Fanfan-Fantasio et titre son article nécrologique avec une formule choc qui résume le lien que Musset établit avec son public : « Perdican ne peut pas vieillir ». Testament de l’Orphée de Ramatuelle, le théâtre de Musset incarne l’éternelle jeunesse – Gérard Philipe a achevé sa fulgurante carrière en jouant Octave dans Les Caprices de Marianne, Perdican dans On ne badine pas avec l’amour et le rôle-titre de Lorenzaccio, drame qui le hante et dont il reprend la mise en scène de 1952. Musset dramaturge parle avec sincérité, cœur à cœur, et le soleil noir de Lorenzo éclipse le romantisme rose tendre des vers supposés faciles. Grâce à la magie de la scène, le projecteur est braqué sur le désespoir du héros moderne et révolté ; digne de Caligula de Camus ou de Don Juan (La Mort qui fait le trottoir) de Montherlant, deux pièces à l’ironie noire, le théâtre de Musset lève le voile sur un autre visage du romantisme. Musset est le funambule blafard, le « guetteur mélancolique qui observe la nuit et la mort »3, l’icône romantique d’une jeunesse ténébreuse : un « cœur navré de joie » en somme, qui exprime dans ses dialogues la nostalgie d’un idéal déchu auquel le mystère de l’incarnation scénique donne chair et sang. Musset parle à la jeunesse de cette jeunesse qui fuit trop vite, de ces passions trop vite éteintes, de la mort qui fauche brutalement l’élan de vie : un romantisme lucide et lyrique tout ensemble.

3« L’effet Musset » se produit au-delà des frontières. En 1947, alors que la nouvelle génération japonaise est sans espoir après les tragédies nucléaires, Lorenzaccio est traduit et joué sous le titre de L’Homme des masques. Pour les Japonais, c’est une révélation. L’on s’identifie à ce héros conscient que tout est vain, y compris le geste politique. D’une scène à l’autre, d’un continent à l’autre, c’est Musset l’incandescent. De son théâtre jaillit l’éclat personnel des passions transcendées. Musset ou la jeunesse brisée, Musset notre contemporain.

  • 4 Frank Lestringant a ouvert la voie avec sa biographie, Alfred de Musset, parue chez Flammarion en 1 (...)

4Romantique pour de mauvaises ou de bonnes raisons, Musset semble empiégé dans l’ambivalence d’une image contrastée. D’un côté, un poète méjugé, mal compris ; de l’autre, un dramaturge de premier ordre, auteur d’un théâtre atemporel. À ce déséquilibre s’ajoutent les aléas de la réception critique. Certaines pages de Musset servent en effet de modèles aux histoires littéraires qui définissent le romantisme, mouvement complexe s’il en est. Tel monologue de Lorenzaccio, telle tirade d’On ne badine pas avec l’amour, telle page de La Confession d’un enfant du siècle sont sans cesse cités dans les anthologies pour illustrer les déflagrations du mal du siècle après 1830. Ces moments de bravoure font partie des incontournables du romantisme. Mais ces éléments faussent aussi la réalité de l’œuvre car ils masquent une production influencée par la culture classique de Musset. Certains travaux récents ont en effet souligné le classicisme de Musset, selon des perspectives et des orientations différentes4. Musset est certes un romantique, mais il se nourrit de lectures et d’influences qui s’enracinent dans le Grand Siècle et s’étendent à la prose et à la poésie du xviiie siècle. Balzac, dans sa critique des Nouvelles publiée dans la Revue de Paris, notait le premier cet héritage et concluait sur « l’esprit français » de Musset, en établissant une généalogie de La Fontaine à Stendhal. Si le romantisme de Musset est fait de contrastes, son classicisme n’est pas moins complexe.

5Dans Le Romantisme d’Alfred de Musset, paru en 1933, Pierre Gastinel tentait déjà de briser l’image d’un Musset tout uniment scellé à la « nouvelle école » de 1830 ; il insistait sur les prises de position du poète des Vœux stériles à l’égard des querelles littéraires de son temps. Mais surtout, Gastinel notait l’évolution de la poétique de Musset, et selon lui, des choix artistiques auraient éloigné Musset des turbulents Contes d’Espagne et d’Italie, même si ce génial premier coup de dés cachait déjà une satire à l’égard du romantisme. Le chapitre intitulé « vers le classicisme » signalait clairement l’une des orientations majeures l’œuvre : Musset, d’abord romantique, serait devenu classique après sa grande passion douloureuse pour Sand. Or la chronologie n’est pas si nette, ni l’attitude de Musset à l’égard des classiques et des modernes.

  • 5 Nodier est né en 1780 ; Musset-Pathay en 1768, comme Chateaubriand.

6En 1829, Musset a dix-huit ans. Il est rapidement intégré à différents cercles littéraires, fréquente le Cénacle de Hugo ou l’Arsenal de Nodier. Des aînés qui ont déjà fait leurs armes sous la Restauration le parrainent, en particulier Vigny et Mérimée. Cette intronisation n’est pas sans conséquences sur l’identité du romantisme de Musset. Il préfère d’abord l’aristocrate Vigny ou Mérimée le railleur à Victor Hugo, issu d’une famille fraîchement anoblie. Mais surtout, il choisit très vite la compagnie de Nodier, qu’il juge plus curieux et moins dogmatique que les hôtes du Cénacle. L’affinité s’explique par la double nature de l’auteur de Smarra. Le bibliothécaire de l’Arsenal possède en effet une vaste culture, classique et moderne, populaire et folklorique. Comme Victor-Donatien de Musset-Pathay, le père d’Alfred, Nodier est un homme entre deux siècles5, marqué par l’épisode révolutionnaire et par la Terreur. Ces deux modèles, le père et Nodier, doivent être pris en compte dans la structuration intellectuelle de Musset qui, en revanche, ignorera le petit Doyenné de Nerval et Borel, trop canaille et trop bohème pour son dandysme. Musset passe à côté du romantisme frénétique, malgré la bluette fantastique La Quittance du diable.

  • 6 Pierre Laforgue, Romanticoco. Fantaisie, chimère et mélancolie (1830‑1860), Presses universitaires (...)

7Avec Charles Nodier, Théophile Gautier et Sainte-Beuve, Musset aurait incarné, selon Paul Bénichou, la fameuse « école du désenchantement ». Cette appartenance invite à quelques nuances, surtout dans le cas de Musset dont l’humour et la fantaisie surgissent parallèlement au lyrisme éloquent : ce sont deux armes contre la désespérance. Selon Pierre Laforgue, Musset est en effet un « romanticoco », néologisme qui « désigne plutôt la part de fantaisie, de bizarrerie, de bariolé qu’il y a dans le romantisme, la part irréductible de l’autre. »6 Musset appartient aussi à « l’école du divers » (et du divertissement) ; rappelons qu’il écrit Le Chandelier et La Nuit de décembre à l’automne 1835, La Lettre à Lamartine et Il ne faut jurer de rien en 1836. L’esprit de comédie ne quitte jamais Musset qui n’est d’aucun clan et ne s’attache à aucun modèle littéraire fixe. Il imite, puis jette le moule ou le modèle : après Byron, Hoffmann ; après Heine, Rousseau ; après Carmontelle, Leopardi. Musset est le Protée des sources littéraires. Il se fait classique quand on l’associe aux romantiques, et redevient romantique quand les classiques sont trop « perruques » à son goût. Les mômeries de Fantasio, qui harponne le toupet du prince de Mantoue avec sa canne à pêche, sont une façon de jouer avec les symboles. Classiques et romantiques ont le grotesque en partage. C’est pourquoi Fantasio est sans doute la comédie qui illustre le mieux les rapports de Musset au romantisme ; tout y est distance, ironie, jeu sur les codes, les formes et les genres. Comme son héros, Musset n’est pas à une forfanterie ni à contradiction près. Absent lors de la bataille d’Hernani, le 25 février 1830, il se plaindra à Buloz d’avoir été oublié pour la première des Burgraves, en 1843. Il réclamera une stalle au titre de « vétéran du romantisme ». Très tôt cependant Musset se désengage du mouvement romantique ; dès 1830 il pose en artiste isolé, et dans Les Vœux stériles, s’interroge sur sa condition d’écrivain :

  • 7 Les Vœux stériles, v. 44, dans Premières poésies, éd. Patrick Berthier, Paris, Gallimard, coll. « P (...)

Qu’ai-je fait ? qu’ai-je appris ? – Le temps est si rapide7 !

8Comme Hugo, Schumann, Gautier, Chopin, Nerval, Liszt ou Delacroix, Musset vit de l’intérieur la révolution qui se produit dans les arts autour de 1830. Il entre dans l’arène à la fin de la Restauration, quand s’abolit l’idéal d’unité de goût et de ton instauré par les Classiques. Maintenu artificiellement en vie par de nombreux Campistron, ce système où Bon et Beau s’harmonisent se délite dès le xviiie siècle ; la fin de la Restauration et les premières années de la monarchie de Juillet parachèvent la déstructuration des codes. Le temps est au doute, au mélange des genres, et Musset le perçoit qui imite, plagie et parodie les modèles littéraires du passé. Car pour lui, les règles sont intéressantes dans la mesure où elles peuvent être transgressées. Ainsi sa première pièce, Les Marrons du feu est un drame comique, décalque bouffon d’Andromaque de Racine.

9Un fond de scepticisme philosophique influence Musset dans ses premières compositions et lui inspire une vision parodique de la littérature, manière indirecte de s’affirmer face à l’éducation intellectuelle qu’il a reçue. Son père, Musset-Pathay, est un libre-penseur qui se passionne pour l’œuvre de Rousseau, au point d’en fournir une édition de référence sous la Restauration. Or Musset est fortement marqué par les goûts familiaux. Du côté paternel, c’est Rousseau, Voltaire et l’esprit des Lumières. Le grand-père maternel, Guyot-Desherbiers, lui donne le goût des proverbes à la manière de Carmontelle et distille dans son esprit le sens de la raillerie, du divertissement mondain, de la littérature comme jeu. Musset est ainsi l’enfant de ses parents et de son siècle. L’ironie, le jeu avec les genres, avec les époques de la fiction sont le fruit de cette culture hybride, voire hétéroclite. Cette double influence est une double nature : jeu et sérieux se manifestent durant toute sa carrière littéraire par une volonté d’interroger son époque et de la mettre à distance en se tournant vers un patrimoine historique et littéraire que bien souvent il idéalise. Quand il admire Louis XV ou cite Laclos, c’est une manière détournée de parler de son temps. Le recul dans le passé correspond chez Musset à une prise de conscience artistique, comme en témoignent les Secrètes Pensées de Rafaël, André del Sarto ou Le Fils du Titien. À plusieurs reprises, Musset fait preuve de lucidité à l’égard des conflits littéraires, en superposant les strates de sa culture. Dans Un caprice, proverbe ancré dans son temps, c’est tout l’esprit musqué du siècle passé qui flotte dans la chambre de Mathilde. Moderne par son propos, la pièce est old fashion par son atmosphère.

10Pour Musset, les sources étrangères (donc modernes) ne sont pas incompatibles avec l’esprit français de La Fontaine et de Molière : c’est là sa singularité. C’est moins en les opposant qu’en les assimilant que le poète accorde ses lectures romantiques à sa culture classique ; ce syncrétisme esthétique constitue très tôt un credo littéraire, formulé dans Les Secrètes Pensées de Rafaël, la « Dédicace » de La Coupe et les lèvres, repris dans ses Nouvelles. Musset réconcilie plus qu’il n’oppose.

11Pour des raisons chronologiques évidentes, l’histoire littéraire a fait de Musset l’un des fers de lance du romantisme et il ne s’agit pas de remettre cela en cause. Toutefois, confrontée à l’attitude même de Musset dans les années 1830, l’œuvre ressortit davantage à un chemin solitaire qu’à une révolte contre la doxa littéraire. Très tôt Musset a pris ses distances, et un décalage s’est créé entre sa posture auctoriale et la manière dont son œuvre a été associée aux pires clichés du romantisme. L’isolement de Musset tient à sa position dans la chronologie du romantisme. À la suite d’illustres prédécesseurs, Constant, de Staël, Chateaubriand, Lamartine, Vigny ou même Hugo, de huit ans son aîné, Musset est resté l’enfant terrible du romantisme. Il ne sera jamais vraiment pris au sérieux par ses pairs et le poète du Lac n’entendra l’appel déchirant de la Lettre à Lamartine (1836) que bien plus tard, sans comprendre vraiment ce que lui voulait Musset. La réponse de Lamartine, pour le moins condescendante, résume à elle seule l’incompréhension de toute une part de l’intelligentsia littéraire qui voit en lui un histrion : il ne porte pas le feu sacré qui anime Lamartine, Hugo ou Sand. En 1848, il ne dira pas grand-chose.

12Musset nage à contre-courant. De manière générale, il ne choisit pas les formes à la mode, préfère la comédie et le proverbe au drame, le conte au roman-feuilleton. Relégué au rang des minores par les grands (Lamartine, Hugo), Musset a cependant été très bien compris par d’autres artistes, au premier rang desquels Théophile Gautier ou Prosper Mérimée qui défendront son œuvre, notamment son théâtre, avant qu’il ne soit joué. À l’inverse, Musset n’a pas été tendre à l’égard de la littérature de son temps, même s’il ne confond pas le talent de ceux qu’il considère comme de « vrais artistes » avec les faiseurs de feuilletons, genre qu’il déteste par-dessus tout. La seule lecture des Lettres de Dupuis et Cotonet ou du Poète déchu montre à quel point Musset se défie des « nouveautés » de son époque et à quel point il est fataliste sur les modes éditoriales. Les progrès de la librairie l’inquiètent, il ne suit pas l’air du temps, ne veut pas que son œuvre soit illustrée, refuse de se faire feuilletoniste. Histoire d’un merle blanc, qui paraît en octobre 1842 dans le Journal des Débats, décrit la situation de Musset, à plusieurs niveaux : il pose en poète maudit, abîmé par la littérature d’un siècle qu’il n’aime guère, trompé par une fausse merlette blanche. C’est Musset le poète incompris et le mal-aimé. Emblématique de son isolement et de son décalage, le conte est une goutte d’eau tombée entre deux bras du fleuve des Mystères de Paris d’Eugène Sue.

  • 8 La formule, qui serait due à Augustin Filon, est reprise par Arvède Barine, alias Louise-Cécile Bou (...)

13Revenons une dernière fois, et pour conclure, sur la formule d’Arvède Barine, à laquelle nous sommes redevables du titre de ce numéro consacré à Musset : « Un romantique né classique »8. Si l’on comprend bien cette formule, Musset aurait d’abord été classique avant que de devenir romantique. Or Pierre Gastinel, on l’a vu, propose l’évolution inverse, en croyant voir se dessiner chez lui un glissement du romantisme de la jeunesse vers le classicisme de la maturité. Dans quel sens trancher ? Le fond est-il classique ou romantique ? Le romantisme serait-il une simple fioriture, un ornement superficiel, une teinture d’époque que le temps effacerait, pour révéler en définitive le substrat classique ? Ou, pour le dire en termes marxistes, une superstructure, plaquée sur une infrastructure classique, et la dissimulant ? Le plus simple serait de conclure à une concomitance ou à une superposition. D’ascendance classique par son éducation et le milieu familial ; d’inclination romantique par ses lectures, ses fréquentations et sa situation socio-historique, Musset serait placé entre deux chaises, entre deux siècles, entre deux esthétiques. L’ouverture célèbre de La Confession d’un enfant du siècle (I, II) esquisse ce diagnostic, en situant le moment du désenchantement après Goethe, considéré en Allemagne comme un grand classique, et Byron, ce parangon du romantisme qui lui-même parodie le romantisme et en moque les excès.

  • 9 Musset, « Rolla », v. 55, dans Poésies complètes, LGF, « Le Livre de poche classique », 2006, p. 37 (...)
  • 10 La Bruyère, Les Caractères, I, I, « Des ouvrages de l’esprit », éd. Emmanuel Bury, Paris, LGF, « Le (...)

14La deuxième idée de cette conclusion est que le romantisme chez lui se coule dans un moule classique, un moule tout à la fois prosodique et conceptuel. Prenons par exemple le fameux vers de Rolla : « Je suis venu trop tard dans un monde trop vieux »9. En apparence, rien de plus romantique que ce constat et que cette plainte. C’est l’exhalaison du mal du siècle, le témoignage par excellence de l’inadaptation de l’individu à la société, ou plus largement d’une génération sacrifiée à laquelle aucune place, aucune chance ne sont laissées dans le monde en train de se faire. Or, à y bien réfléchir, c’est là au départ une idée typiquement classique, une simple variation sur la réflexion fameuse de La Bruyère qui ouvre Les Caractères : « Tout est dit, et l’on vient trop tard depuis plus de sept mille ans qu’il y a des hommes, et qui pensent »10. C’est l’éternel argument des Anciens dans la sempiternelle Querelle des Anciens et des Modernes. Musset, de ce point de vue, est sans conteste un Ancien. Rien à dire, puisque tout a été dit mille fois : « Sur ce qui concerne les mœurs », comme sur le reste, « le plus beau et le meilleur est enlevé ; l’on ne fait que glaner après les anciens et les habiles d’entre les modernes », dit ensuite La Bruyère, constat avec lequel Musset serait pleinement d’accord, s’agissant de la littérature et des arts dans leur ensemble.

  • 11 Gide, Essais critiques, éd. Pierre Masson, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1999, (...)

15Tout a été dit. À quoi bon dire de nouveau ? Les chefs-d’œuvre indépassables sont ceux du passé. On ne saurait leur ajouter que des variations insignifiantes ou anecdotiques ; au mieux, « quelques belles pièces d’anthologie », comme le disait Jean-Marc Bernard, jeune adhérent de L’Action française dans Les Guêpes, un organe éphémère auquel Gide, vers 1910, prit la peine et le temps de répondre11.

16Or de ce constat pourtant traditionnel, Musset fait un témoignage personnel et l’expérience particulière, unique, de sa génération. Il lui suffit de remplacer la généralité ou l’indéfinition du « on », dans la formule de La Bruyère, par le pronom personnel de la première personne, le « je » de l’autobiographie et de la confession, au sens de Rousseau, et le tour est joué. Toute la différence qui sépare le romantique du classique tient ici à un changement de personne, c’est-à-dire de pronom.

17Or Musset, sciemment, joue de l’ambiguïté de sa langue et de son style, pour donner une couleur romantique à une sentence d’inspiration éminemment classique. Mais s’agit-il seulement de cela ? Le romantisme, en tant que tel et ainsi considéré, ne serait-il pas un avatar moderne du classicisme, son éternel rajeunissement ?

  • 12 Articles de Valentina Ponzetto, d’Olivier Bara et de Françoise Court-Pérez.
  • 13 Article de Patrick Berthier.
  • 14 Articles de Laure Pineau, d’Esther Pinon, de Gilles Castagnès et de Sylvain Ledda.
  • 15 Entretien de Frank Lestringant.

18La critique des trente dernières années a remodelé l’image du poète à mesure que les définitions du romantisme ont elles-mêmes évolué. Il n’est pas ici question de faire de Musset un auteur d’un autre siècle que le sien. L’artiste subit en effet les systoles et les diastoles de 1830, il en exprime les élans, les foucades et les désenchantements. Le présent volume ne se fixe pas pour gageure de répondre à la question : Musset est-il le dernier classique ou le véritable romantique ? Il s’agit davantage de comprendre en quoi sa culture et ses goûts influent dès ses premières œuvres sur l’originalité de son style ; il s’agit aussi de voir en quoi ce bagage lui permet d’adopter une attitude parfois distante, souvent contradictoire, à l’égard du mouvement romantique. À l’heure où l’on célèbre le bicentenaire de sa naissance, la mise en perspective avec des auteurs tels que Voltaire, Sand ou Gautier12, la postérité de son romantisme13, la relecture de certains opus14, ou une vision plus synthétique de la culture de Musset15, dévoilent la singularité d’un artiste, dont l’œuvre a encore beaucoup à dire sur la complexité des années romantiques.

Haut de page

Notes

1 Voir l’article de Steve Murphy, « Musset, quatorze fois exécrable ? », Études françaises, vol. 41, n˚ 3, 2005.

2 Musset, « À mon ami Édouard B. », Poésies complètes, éd. F. Lestringant, LGF, « Le Livre de poche classique », 2006, p. 525.

3 Guillaume Apollinaire, Le Guetteur mélancolique, Poésies, éd. Michel Décaudin, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1959.

4 Frank Lestringant a ouvert la voie avec sa biographie, Alfred de Musset, parue chez Flammarion en 1999. Les présentations des éditions qu’il a fournies (La Confession d’un enfant du siècle, Poésies complètes, Il ne faut jurer de rien, Le Chandelier) ont révélé les sources classiques de Musset. Valentina Ponzetto, dans son livre, Musset, ou la nostalgie libertine, a mis en lumière les liens étroits qui unissent l’écrivain au siècle de Louis XV. Dans son édition des Nouvelles et des Contes (GF-Flammarion), Sylvain Ledda a insisté, entre autres, sur l’influence de La Fontaine et de « l’esprit français » dans l’œuvre en prose de Musset.

5 Nodier est né en 1780 ; Musset-Pathay en 1768, comme Chateaubriand.

6 Pierre Laforgue, Romanticoco. Fantaisie, chimère et mélancolie (1830‑1860), Presses universitaires de Vincennes, coll. « L’Imaginaire du texte », 2001, p. 15.

7 Les Vœux stériles, v. 44, dans Premières poésies, éd. Patrick Berthier, Paris, Gallimard, coll. « Poésie », 1976, p. 110 ; Poésies complètes, éd. F. Lestringant, Paris, LGF, « Le Livre de poche classique », 2006, p. 196.

8 La formule, qui serait due à Augustin Filon, est reprise par Arvède Barine, alias Louise-Cécile Bouffé, Mme Charles-Ernest Vincens, Alfred de Musset, Paris, Hachette, 1893, p. 31 : « Il est surprenant que Sainte-Beuve, avec sa pénétration extraordinaire, n’ait pas deviné tout d’abord que Musset était un romantique né classique, autant dire un romantique d’occasion, sur lequel on avait tort de compter absolument, tiraillé qu’il était entre ses instincts et l’influence du milieu ».

9 Musset, « Rolla », v. 55, dans Poésies complètes, LGF, « Le Livre de poche classique », 2006, p. 370.

10 La Bruyère, Les Caractères, I, I, « Des ouvrages de l’esprit », éd. Emmanuel Bury, Paris, LGF, « Le Livre de Poche classique », 1995, p. 124.

11 Gide, Essais critiques, éd. Pierre Masson, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1999, p. 195. Voir Pierre Masson, « L’Abeille et les guêpes, ou Quand Gide flirtait avec les royalistes », Bulletin des amis d’André Gide, n˚ 164, octobre 2009, p. 463‑499, et notamment p. 477‑478.

12 Articles de Valentina Ponzetto, d’Olivier Bara et de Françoise Court-Pérez.

13 Article de Patrick Berthier.

14 Articles de Laure Pineau, d’Esther Pinon, de Gilles Castagnès et de Sylvain Ledda.

15 Entretien de Frank Lestringant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Ledda et Frank Lestringant, « Présentation », Littératures, 61 | 2009, 5-14.

Référence électronique

Sylvain Ledda et Frank Lestringant, « Présentation », Littératures [En ligne], 61 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/1980

Haut de page

Auteurs

Sylvain Ledda

Sylvain Ledda est maître de conférences à l’Université de Rouen, membre du CEREDI. Il est l’auteur d’un ouvrage consacré à la représentation de la mort sur la scène romantique (Des Feux dans l’ombre, Champion, 2009. Prix « Alfred de Vigny » 2009). Il a codirigé Le Théâtre français au xixe siècle (L’Avant-scène, 2008). Spécialiste de Musset, il codirige ses Œuvres complètes et vient de faire paraître, Alfred de Musset, un cœur navré de joie (« Découvertes », Gallimard).

Articles du même auteur

Frank Lestringant

Franck Lestringant, Professeur à la Sorbonne, est spécialiste de littérature française du xvie siècle, mais aussi d’Alfred de Musset auquel il a consacré une biographie (Flammarion, 1999), de nombreux articles et dont il a édité plusieurs œuvres (« Folio », Gallimard, Livre de Poche, Garnier).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals