Navigation – Plan du site
Musset un romantique né classique

Musset et Voltaire

Valentina Ponzetto
p. 15-27

Résumé

Les invectives de Musset contre Voltaire, qu’il considère comme à l’origine des malheurs de son siècle, sont bien connues. Il se révèle toutefois beaucoup plus voltairien qu’il n’y paraît, tant en matière de transcendance que de poétique. Bon connaisseur de l’œuvre de Voltaire, il le cite souvent de manière directe ou allusive, le prenant même parfois pour modèle. L’ironie du patriarche de Ferney, ses libertés prosodiques, ses réflexions théoriques en matière de dramaturgie, nourrissent notamment l’écriture de Musset d’une manière constante quoique discrète. Il en retient surtout une invitation à l’esprit critique et à la prise de distance envers les excès du romantisme.

Haut de page

Texte intégral

1L’attitude du jeune Musset face à l’encombrante mais incontournable mémoire de Voltaire est fort polémique, à la limite du ressentiment personnel. On s’attendrait à une révolte de romantique frondeur contre le style classique du patriarche de Ferney, ses alexandrins sages et ses tragédies normatives. Or, c’est un malaise plus profond et existentiel qu’exprime notamment la célèbre apostrophe de Rolla, passée presque en proverbe :

  • 1 Alfred de Musset, Rolla, Poésies complètes, éd. M. Allem, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pl (...)

Dors-tu content, Voltaire, et ton hideux sourire
Voltige-t-il encor sur tes os décharnés ?
Ton siècle était, dit-on, trop jeune pour te lire ;
Le nôtre doit te plaire, et tes hommes sont nés1.

  • 2 Ibid., p. 285.
  • 3 Ibid., p. 274.
  • 4 Ibid., p. 286.
  • 5 Sur ce thème cf. Frank Lestringant, Musset, Paris, Flammarion, 1999, p. 130.
  • 6 Paul Bénichou, L’École du désenchantement, Paris, Gallimard, 1992, n. 1, p. 167.

2L’homme du xixe siècle, façonné par la lecture du « vieil Arouet », est résolument matérialiste, pragmatique, désabusé. Il a fait de l’incrédulité une science, et, face au ciel vide, « rien ne peut lui donner ni consolation ni lueur d’espérance »2. C’est ainsi que Jacques Rolla planifie de sang-froid son suicide à l’aube d’une dernière nuit d’orgie, après avoir mangé sa fortune en trois ans de fêtes et de plaisirs éphémères. Enfant exemplaire d’un « siècle sans crainte » né « d’un siècle sans espoir »3, incapable de croire comme d’aimer, il représente aux yeux de Musset « l’homme tel que [Voltaire] l’[a] voulu » 4, mécréant et cynique. Certes, c’est attribuer au philosophe des intentions qu’il n’a jamais eues, sans doute sous l’impulsion d’une légende noire contre-révolutionnaire encore fort répandue dans les années 1830. Du reste, pour se rendre compte de la déformation opérée par le poème il suffit de lire la suite de l’apostrophe, où, dans un envol de plus en plus délirant, Voltaire apparaît sous les traits d’une créature surnaturelle et malfaisante, dont le « souffle » a dépeuplé couvents et châteaux et qui parfois quitte encore sa tombe, où il se livre à des macabres ébats avec la Mort, pour venir se complaire de son œuvre destructrice. Ricanant, persifleur, son spectre, figé dans le marbre par Houdon, devient une sorte de double laïque de la statue du Commandeur, surgissant face au nouveau libertin à son heure dernière5. À juste titre Paul Bénichou a parlé d’« application arbitraire à Voltaire des obsessions du romantisme noir »6.

  • 7 Musset, La Confession d’un enfant du siècle, OCP, p. 67.
  • 8 Ibid., p. 71.
  • 9 « Voltaire jette à bas tout ce qu’il voit debout » écrit-il encore en 1838 (L’Espoir en Dieu, PC, p (...)
  • 10 La Confession d’un enfant du siècle, OCP, p. 115.
  • 11 Fantasio, I, 2, TC, p. 112.
  • 12 Sur la célèbre chanson de Béranger, ainsi que sur ses antécédents et sa reprise par Victor Hugo, vo (...)

3Au-delà de cette imagerie grand-guignolesque à souhait, on retiendra le désenchantement et le pessimisme tout romantique de Musset, qui érige le spectre ricanant de Voltaire en interlocuteur symbolique pour déplorer la perte de valeurs et de repères de sa propre génération. Le malheur des « enfants du siècle », comme il le dit dans la Confession, est de vivre dans « un monde en ruines »7, auquel l’œuvre de sape méthodique des philosophes des Lumières, Voltaire en tête, n’a laissé que « l’astre glacial de la raison »8, après avoir détruit toute croyance capable d’apporter chaleur et réconfort9. Encore faut-il dire que, loin des nobles combats contre la superstition et l’intolérance, la raison semble se réduire, pour la bonne bourgeoisie louis-philipparde, à croire « qu’il n’y a de vrai ici-bas que les agiotages de la Bourse, […] le vin de Bordeaux à table, une bonne santé au corps, l’indifférence pour autrui, et le soir, au lit, des muscles lascifs recouverts d’une peau parfumée »10. Autrement dit, la lutte contre les préjugés a entraîné la perte des illusions, la critique de la religion a détruit aussi toute transcendance, toute foi et pas seulement religieuse. Par conséquent l’amour lui-même est comme vidé de toute substance, désacralisé, réduit à une pure mécanique. « L’amour est une hostie qu’il faut briser en deux au pied d’un autel et avaler ensemble dans un baiser ; il n’y a plus d’autel, il n’y a plus d’amour »11, dit Fantasio. À qui la faute ? Gavroche des lettres, Musset est prêt à chanter, en une provocation empreinte d’amertume, que « c’est la faute à Voltaire »12. On peut le lire littéralement dans la quatrième des Lettres de Dupuis et Cotonet :

  • 13 Musset, Lettres de Dupuis et Cotonet, OCP, p. 862.

Il n'y a plus, en France, de préjugés. Voilà un mot terrible, et qui ne plaisante guère […] Qu’est-ce enfin que d’être sans préjugés ? Je ne sais ; Voltaire en avait-il ? Malgré la chanson de Béranger, si 89 est venu, c’est un peu la faute de Voltaire13.

  • 14 Alphonse de Lamartine, Ressouvenir du Lac Léman, Œuvres poétiques, éd. M.-F. Guyard, Paris, Gallima (...)
  • 15 Villemain, Cours de littérature française. Tableau du XVIIIe siècle, « Préface » de la nouvelle édi (...)
  • 16 Cf. Les Vies de Voltaire : discours et représentations biographiques, XVIIIe-XXIe siècles, éd. C. C (...)
  • 17 Victor Hugo, « Regard jeté dans une mansarde », Les Rayons et les ombres, Œuvres poétiques I, éd. P (...)
  • 18 Id., Notre Dame de Paris, III, 2, éd. Jacques Seebacher, Roman I, Paris, Laffont, 1985, p. 588.
  • 19 Honoré de Balzac, Gobseck, éd. P. Citron, La Comédie humaine, t. II, Paris, Gallimard, « Bibliothèq (...)
  • 20 Joseph de Maistre, Les Soirées de Saint-Pétersbourg, Paris, Librairie grecque, latine et française, (...)
  • 21 Ibid., p. 274.

4L’allusion au refrain populaire le suggère et les recherches sur la réception de Voltaire au xixe siècle le confirment : par les griefs qu’il impute à Voltaire et par la manière de voir en lui un résumé quintessencié du xviiie siècle Musset se montre bien homme de son temps. Depuis la Restauration, Voltaire, ce « siècle fait homme »14, était entouré d’une aura mythique et sulfureuse, démonisé avec une rhétorique qui invite à relativiser les exagérations de Rolla. Villemain souligne qu’« on le rendait responsable de plus de choses même qu’il n’en avait fait, et qu’on lui imputait à faute ou à gloire, non seulement ses écrits, mais les actes de son temps »15. Mazure et Lepan, deux biographes des années 1820, s’acharnent à en brosser le portrait en antéchrist et en « suppôt de Satan »16. Hugo, dont le jugement est ailleurs beaucoup plus nuancé, le traitait dans Les Rayons et les ombres de « singe de génie/Chez l’homme en mission par le diable envoyé »17 et évoquait dans Notre Dame de Paris, son « rire diabolique »18. Toujours dans le registre de la déformation physique et morale, on le retrouve aussi, chez Balzac, comme terme de comparaison pour décrire l’usurier Gobseck, aussi redoutable par sa ruse et son ironie que par son âpreté au gain19. Quant à Joseph de Maistre, horrifié par l’« impiété réfléchie »20 de Voltaire, il semble ne pas pouvoir disjoindre un jugement négatif sur son œuvre, qu’il considère toujours comme dictée par le « blasphème » ou l’« insulte », de la vision cauchemardesque de son sourire, un « rictus épouvantable courant d’une oreille à l’autre » sur des « lèvres pincées par la cruelle malice comme un ressort prêt à se détendre pour lancer le blasphème ou le sarcasme »21. L’apostrophe de Rolla avait donc de nombreux et illustres antécédents. Le mérite de Musset est d’avoir trouvé, pour exprimer un malaise assez répandu, une formule particulièrement efficace et mémorable.

  • 22 Musset, Sur la paresse, PC, p. 413. L’allusion aux pamphlétaires et à leur livrée se trouve dans la (...)
  • 23 Id., La Confession d’un enfant du siècle, OCP, p. 114.
  • 24 Id., Louison, I, 4, TC, p. 479. Cf. Voltaire : « En vain des vanités l’appareil nous surprend :/Les (...)

5Il a su aussi faire la différence entre l’œuvre ou la pensée de Voltaire et l’usage plus ou moins bon ou détourné qui en a été fait par la suite. Ainsi, il s’en prend aux pamphlétaires, « courtisans crottés » du « peuple souverain », faisant parade de certaines « maximes/qui ne sont même pas de vieilles vérités » et qui passent pour la « défroque de Voltaire », toujours bonne à revêtir à défaut d’autre livrée22. Ou encore aux « hommes du siècle » qui le soir, « pour [s’]endormir », lisent avec une indifférence et une superficialité suggérés par la circonstance et par la simple juxtaposition des termes « quelque blasphème usé du vieux Voltaire, quelque badinage raisonnable de Paul-Louis Courier, quelque discours économique d’une commission de nos Chambres »23. Face à la désolante réalité de la France issue de la Révolution, l’œuvre de Voltaire semble avoir perdu tout pouvoir subversif ou critique pour devenir tout simplement désuète et galvaudée. Il n’y a que le bon Berthaud de Louison, ancien berger devenu clerc d’apothicaire, pour se souvenir d’avoir « lu dans les écrits de monsieur de Voltaire », en l’occurrence le premier Discours en vers sur l’homme ou la tragédie Mahomet, « que les mortels entre eux sont égaux sur la terre » et en avoir tiré la conclusion qu’« il ne faut mépriser personne »24. Et encore, comme souvent chez Musset, l’énoncé demeure-t-il ambigu, sa valeur étant fort compromise par le caractère niais du personnage qui le prend en charge.

  • 25 Musset, Mardoche, PC, p. 97.
  • 26 Ibid. Sur la question de la religion de Voltaire voir René POMEAU, La Religion de Voltaire, Paris, (...)
  • 27 Frank Lestringant, Musset, op. cit., p. 84.

6Une bonne dose d’ambiguïté et un soupçon de moquerie planent aussi sur la référence à Voltaire que fait Mardoche dans sa conversation avec son oncle. Bedeau de son état, celui-ci fait la morale à son débauché de neveu, qui se croit autorisé à séduire dames et demoiselles « sans offenser Dieu »25. Forcé d’avouer s’il croit à ce Dieu dont il semble faire si peu de cas, Mardoche répond simplement : « Voltaire y croyait »26. Est-ce une pirouette du jeune homme pour se tirer d’affaire ? Un pied de nez au rigorisme passablement bigot de son interlocuteur ? Ou bien la sincère revendication d’une foi semblable à celle du seigneur de Ferney, délivrée de la stricte orthodoxie d’une confession quelconque ? Il est vrai que, comme l’écrit Frank Lestringant, Dieu fait ici « de la figuration, indifférent au malheur et plus encore à l’immoralité des hommes »27.

  • 28 Cf. Maxine G. Cutler, Evocations of the eighteenth century in French poetry : 1800-1869, Genève, Dr (...)
  • 29 Musset, La Confession d’un enfant du siècle, OCP, p. 104.
  • 30 Id., L’Espoir en Dieu, PC, p. 343.

7Ce qui implique tout de même que, à différence de bon nombre de ses contemporains, Musset est loin d’accuser Voltaire d’athéisme. Au contraire, il apparaît souvent bien plus mécréant que lui, incapable qu’il est d’accepter un déisme serein issu des Lumières28. Entre la foi chrétienne la plus traditionnelle et sa négation absolue, Musset ne voit pas de troisième voie. Or, son scepticisme et sa méfiance toute voltairienne envers l’Église et ses ministres ne le portent certes pas vers la première. D’où son attitude de révolte et de désespoir, qui balance entre le blasphème de Rolla, du Tableau d’église ou d’Octave de T***, seul face au ciel (« est-ce donc vrai que tu es vide ? »29), et la nostalgie d’un temps révolu, où l’on pouvait croire avec abandon. « Ma raison révoltée/Essaye en vain de croire et mon cœur de douter »30 résume-t-il dans L’Espoir en Dieu.

8Il serait pourtant vain de chercher chez Musset une formulation théorique de ces questionnements en termes de philosophie ou moins encore de théologie. Son anticléricalisme se traduit plutôt dans la représentation d’ecclésiastiques corrompus et redoutables, voire même criminels, comme le Cardinal Cibo et les abbés libertins de Suzon, ou ridicules et incompétents, comme Blazius et Bridaine de Badine ; ses doutes s’expriment de préférence par la tirade dramatique. Ainsi Octave de T***, prenant à témoin « ceux qui ne croient pas au Christ », déplore son éducation trop éclairée :

  • 31 Id., La Confession d’un enfant du siècle, OCP, pp. 282-283.

ma religion, si j’en avais une, n’avait ni rite ni symbole, et je ne croyais qu’à un Dieu sans forme, sans culte et sans révélation. Empoisonné, dès l’adolescence, de tous les écrits du dernier siècle, j’y avais sucé de bonne heure le lait stérile de l’impiété. L’orgueil humain, ce dieu de l’égoïste, fermait ma bouche à la prière31.

  • 32 Id., On ne badine pas avec l’amour, II, 5, TC, p. 277.
  • 33 « Ne tuez pas Rosette, Dieu juste ! Je lui trouverai un mari, je réparerai ma faute ; elle est jeun (...)
  • 34 Voltaire, Poème sur le désastre de Lisbonne, v. 4, éd. D. Adams et H.T. Mason, Les Œuvres complètes (...)

9Lorsque Perdican, l’« homme qui ne croit à rien »32, adresse enfin à Dieu un appel désespéré, lui demandant d’épargner l’innocente Rosette et de bénir le mariage de la jeune fille ainsi que celui entre lui-même et Camille, sa prière apparaît cruellement dérisoire, puisque Rosette meurt à l’instant même sans qu’aucun « Dieu juste » n’intervienne33. La question du mal et notamment de la mort et de la souffrance des innocents semble d’ailleurs tarauder Musset à la manière du Voltaire du Poème sur le désastre de Lisbonne, avec la différence notable que jamais l’enfant du siècle n’a cru aux « Philosophes trompés qui cri[ent] : "Tout est bien" »34. Joignant au matérialisme des Lumières un pessimisme tout romantique, il offre par contre, par le biais d’Octave, la vision d’un univers absurde, régi par le hasard plutôt que par la Providence, où la foi et la raison sont renvoyées dos à dos comme également insensées :

  • 35 Musset, Les Caprices de Marianne, II, 4, TC, p. 98.

pourquoi la fumée de cette pipe va-t-elle à droite plutôt qu’à gauche ? Voilà la raison de tout – Fou ! trois fois fou à lier, celui qui calcule ses chances, qui met la raison de son côté ! La justice céleste tient une balance dans ses mains. La balance est parfaitement juste, mais tous les poids sont creux. Dans l’un il y a une pistole, dans l’autre un soupir amoureux, dans celui-là une migraine, dans celui-ci il y a le temps qu’il fait, et toutes les actions humaines s’en vont de haut en bas, selon ces poids capricieux35.

  • 36 Id., Fantasio, II, 1, TC, p. 120.
  • 37 Voltaire, Le Mondain, éd. H.T. Mason, Les Œuvres complètes de Voltaire, vol. 16, Oxford, Voltaire F (...)
  • 38 Musset, Sur trois marches de marbre rose, PC, p. 454.
  • 39 Id., Les Secrètes pensées de Rafaël, PC, p. 123
  • 40 Id., Lettres de Dupuis et Cotonet, OCP, p. 846.
  • 41 Id., Namouna, PC, p. 239.
  • 42 Ibid., p. 241.
  • 43 Id., Après une lecture, PC, p. 423.

10Toutefois Musset est au fond plus voltairien qu’il n’y paraît, et non seulement en matière de transcendance. Fantasio, fort de son habit de bouffon, joue le philosophe avec la princesse Elsbeth. « Le monde entier se métamorphose sous les mains de l’homme », dit-il à propos des progrès de la botanique, et d’ajouter : « Croyez-vous que ça sentît la rose dans le paradis de Moïse ? ça ne sentait que le foin vert. La rose est fille de la civilisation ; c’est une marquise, comme vous et moi »36. Comment ne pas songer au Mondain de Voltaire, cette brillante satire qui, sur un ton d’aimable badinage, décrie « l’état de pure nature », où tout n’était en réalité que saleté et inconfort ? Musset se souvient certainement de ces « jardins d’Eden » si peu attrayants, où les premiers hommes, appelés cavalièrement « mon bon père » Adam et « madame Ève », couchaient « sur la dure » et se nourrissaient d’eau, millet et glands37. En 1849 il reprendra d’ailleurs le même ton irrévérencieux pour chanter, sur des vers encore plus courts et sautillants que les décasyllabes voltairiens, « Adam, ce cruel homme », ayant « perdu son fameux jardin,/Où sa femme, autour d’une pomme,/Gambadait sans vertugadin »38. Malgré l’éducation d’un père admirateur et éditeur de Rousseau, Musset n’a jamais cru à la perfection de l’état de nature, ni condamné le luxe comme l’auteur du Discours sur les sciences et les arts. Bien au contraire. La défense de la civilisation moderne et de ses raffinements prônée dans Le Mondain n’était certes pas pour déplaire à ce dandy grand amateur de beaux habits et de vins choisis, chantre « du punch, du vin de France,/Et du cigarero »39, de parfums musqués, « robes de Palmire » et « boudoir en lampas » 40, de sofas « moelleux »41 et de salles de bain dernier cri, aux « robinets d’airain »42 ou « doré [s] »43.

  • 44 Id., Lettres de Dupuis et Cotonet, OCP, p. 849.
  • 45 Voltaire, Le Mondain, op. cit., p. 303.

11Sa confiance dans le progrès reste toutefois nuancée et ambiguë, puisqu’on peut rencontrer dans son œuvre les extrêmes opposés : depuis les sarcasmes de Dupuis et Cotonet, persuadés de l’impossibilité de perfectionner les hommes, qui sont et resteront « hommes, c’est-à-dire singes, plus la parole, dont ils abusent »44, jusqu’à l’optimisme vraiment digne des Lumières de Pierre et Camille, histoire à happy end de deux sourds-muets, qui exalte les découvertes de l’abbé de l’Épée et la valeur de l’éducation. Ce n’est sans doute pas un hasard si ce conte se passe au xviiie siècle, que Musset idéalise comme une sorte de paradis perdu, alors que Voltaire proclamait fièrement : « Le paradis terrestre est où je suis »45.

  • 46 Musset, Margot, OCP, p. 536.

12Le Voltaire du Mondain revêt aux yeux de Musset un autre rôle aussi : celui du poète de cour, élégant, spirituel, en un mot… mondain. Non le conseiller de Frédéric II de Prusse, mais l’ami du duc de Richelieu, l’auteur de petits vers de circonstance, le témoin privilégié de « ces soixante années de folie où régna le roi bien-aimé »46. Avec une solennité toute burlesque mais sans méchanceté, il lui adresse une autre apostrophe – si différente de celle de Rolla – dans le petit poème Stances sur le costume « Pompadour » de Miss Schepaert :

  • 47 Id., Stances sur le costume « Pompadour » de Miss Schepaert, PC, p. 500.

Voltaire, ombre auguste et suprême,
Roi des madrigaux à la crème
Des vermillons et des paniers47

  • 48 Id., Sur trois marches de marbre rose, PC, p. 457.
  • 49 Id., La Mouche, OCP, p. 669.

13Le grand écrivain, ravalé au rang d’amuseur frivole, est pris à témoin pour détailler les charmes d’une jeune personne parée pour un bal masqué. La même légèreté, la même ironie bienveillante, caractérisait déjà l’évocation de Sur trois marches de marbre rose où, parmi les silhouettes de l’ancienne cour, se détache « le puissant Voltaire,/ Ce grand frondeur des préjugés,/ Avocat des gens mal jugés,/ Du Christ ce terrible adversaire », métamorphosé en « Bedeau du temple de Cythère,/ Présentant à la Pompadour/Sa vieille eau bénite de cour »48. La bonne connaissance que Musset avait des petits vers de circonstance du « bedeau du temple de Cythère » est du reste démontrée par la citation qu’il en fait dans La Mouche. Lorsque le héros du conte aperçoit pour la première fois la Pompadour, « elle donnait la main à un seigneur tout à l’ambre, comme dit Voltaire, et lui parlait tout bas derrière son éventail »49. L’expression, outre qu’elle évoque les modes d’Ancien Régime, sert aussi au lecteur averti à identifier sans faute le gentilhomme en question comme le duc de Richelieu, car c’est lui qu’elle décrit chez Voltaire dans l’Impromptu à madame la duchesse de Luxembourg, qui devait souper avec M. le duc de Richelieu :

  • 50 Voltaire, Poésies mêlées, Œuvres complètes de Voltaire, t. XIV, [Kehl], De l’Imprimerie de la Socié (...)

Un dindon tout à l’ail, un seigneur tout à l’ambre,
A souper vous sont destinés :
On doit quand Richelieu paraît dans une chambre,
Bien défendre son cœur, et bien boucher son nez50.

  • 51 « Le badinage poétique était vacant, il prit le badinage comme autrefois Hamilton, Saint-Evermond, (...)
  • 52 Charles-Augustin de SAINTE-Beuve, « Chronique de la quinzaine », Revue des Deux Mondes, 1er juillet (...)
  • 53 Cf. René Bourgeois, L’ironie romantique, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1974.
  • 54 Cf. Pierre Schoentjes, Poétique de l’ironie, Paris, du Seuil, 2001.
  • 55 Pierre Gastinel, Le Romantisme d’Alfred de Musset, Paris, Hachette, 1978. p. 267.

14De toute évidence, Musset prise chez Voltaire la légèreté, le badinage, l’esprit, le sens de la formule, l’ironie mordante, qualités qu’on retrouve souvent sous sa propre plume, comme ses contemporains l’ont fait parfois remarquer. Lamartine a en effet comparé le ton badin des premiers vers de Musset avec celui des poèmes du jeune Voltaire51 et Sainte-Beuve a écrit en 1840, à propos de la première édition des Poésies complètes de Musset : « Depuis Voltaire, on a trop oublié l’esprit, en poésie ; M. de Musset lui refit une large part »52. Certes, il n’est pas nécessaire de s’inspirer de Voltaire pour faire de l’ironie, et il existe maint exemple d’ironie romantique53. Toutefois, si Pierre Schoentjes a pu classer Stendhal et Musset parmi les rares cas d’écrivains romantiques français enclins à l’ironie, leur regard critique envers le romantisme et volontiers tourné vers le siècle précédent compte sans doute pour quelque chose54. Que l’on songe, notamment, à Histoire d’un merle blanc, ce conte animalier qui épingle avec brio les défauts et les poses des écrivains romantiques, à commencer par Musset lui-même, ou aux Lettres de Dupuis et Cotonet, fondées sur le procédé classique de faire ressortir la critique de la société contemporaine à travers les remarques de quelque personnage faussement ignare et naïf. Déjà Pierre Gastinel avait fait remarquer que l’écriture de Musset est en réalité rattachée à celle de Voltaire par « mille liens » : « son appétit de vérité et de clarté ; la lucidité de son jugement ; son don d’observation et d’ironie ; le sens du ridicule ; le goût du trait brillant ; le respect du bon goût, et du goût »55.

  • 56 L’Universel, feuilleton du 3 février 1830.
  • 57 Musset, Dédicace de La Coupe et les lèvres, PC, p. 157.
  • 58 Charles-Augustin de Sainte-Beuve, Poètes et romanciers modernes de la France : Alfred de Musset, Re (...)
  • 59 Musset, lettre à Stephen Guyot-Desherbiers, 7 janvier 1830, Correspondance d’Alfred de Musset, t. I (...)
  • 60 ID., Revue fantastique, 1er février 1831, OCP, p. 763.

15N’en déplaise au feuilletoniste de L’Universel qui, à la parution des Contes d’Espagne et d’Italie, les avait traités d’« épouvantable baragouin », en avait stigmatisé « les solécismes, voire les barbarismes les plus grossiers ; les hiatus et les enjambements les plus intolérables », les « rimes fausses comme aujourd’hui avec je ne puis », et aurait souhaité voir l’auteur condamné « à faire amende honorable aux pieds de la statue de Voltaire, la corde au cou, […] et à effacer ses vers avec sa langue, depuis le premier jusqu’au dernier »56, à y regarder de plus près, les rimes de Musset, si pauvres et désinvoltes, s’inscrivent en réalité dans un sillage ouvert par Voltaire en personne et profitent, comme il est dit dans La Coupe et les lèvres, de la « vieille liberté par Voltaire laissée »57. Ce qui n’avait pas échappé au fin Sainte-Beuve dans sa critique du Spectacle dans un fauteuil (poésie). À propos des rimes « partout réduites à leur minimum » de son ami il écrit en effet : « le poète en cela a trouvé moyen de renchérir sur Voltaire. De plus, grâce à l’emploi de rimes entrecroisées comme dans Tancrède, on croirait de temps à autre lire des vers blancs »58. Musset se tournerait donc vers Voltaire comme vers un antidote contre les excès du romantisme, pour se démarquer de l’« école rimeuse »59 de 1830, qui rime « de deux lettres de plus que les gens d’autrefois »60. Dans ses lettres sur Œdipe de 1719 Voltaire écrivait en effet :

  • 61 Voltaire, Lettres sur Œdipe, Ve lettre, éd. David Jory, Les Œuvres complètes de Voltaire, vol. 1A, (...)

Je ne puis souffrir qu’on sacrifie à la richesse de la rime toutes les autres beautés de la poésie, et qu’on cherche plutôt à plaire à l’oreille qu’au cœur et à l’esprit […] Il me paraît que la poésie française y gagnerait beaucoup, si on voulait secouer le joug de cet usage déraisonnable et tyrannique. […] J’ai tâché de regagner un peu de liberté ; et si la poésie occupe encore mon loisir, je préférerai toujours les choses aux mots, et la pensée à la rime.61

  • 62 ID., Discours sur la tragédie et Brutus, éd. John Renwick, Œuvres complètes de Voltaire, vol. 5, 17 (...)

16De plus, en dédiant Brutus à Lord Bolingbroke, il poussait plus loin encore ses pensées subversives en matière de prosodie, regrettant la « sévérité » de la poésie française et « l’esclavage de la rime » qui la domine, comparée à « cette heureuse liberté » qu’ont les Anglais « d’écrire [leurs] tragédies en vers non rimés […] de faire enjamber les vers les uns sur les autres, et de créer, dans le besoin, des termes nouveaux »62.

  • 63 MUSSET, De la tragédie, OCP, p. 889.
  • 64 Ibid.
  • 65 Ibid., p. 888.
  • 66 Id., Après une lecture, PC, p. 423.

17Un tel discours avait de quoi charmer Musset. Pourtant son appréciation des vers de Tancrède, les seuls de Voltaire sur lesquels il se soit prononcé explicitement, est plus que mitigée : « tout le monde convient malheureusement que la versification est lâche, commune, écrite à la hâte, et que la déclamation y usurpe la place de la vérité »63, écrit-il en 1838. Seuls quelques vers d’Aménaïde semblent trouver grâce à ses yeux, car, quoique « ordinaires » et même « prosaïques », ils « n’en expriment pas moins un sentiment vrai »64. « On pleure à Tancrède »65, c’est un fait. Et c’est sans doute le plus grand mérite aux yeux de celui qui a pu écrire : « vive le mélodrame où Margot a pleuré »66.

  • 67 Id., Concert de Mademoiselle Garcia, 1er janvier 1839, OCP, p. 993.

18Au-delà de l’instinctive adhésion émotionnelle, il est bon de noter que le domaine de la dramaturgie est celui où Musset a consacré à son illustre devancier la réflexion la plus approfondie et la plus articulée, essentiellement dans l’essai De la tragédie. À propos des débuts de Mademoiselle Rachel paru dans la Revue des Deux Mondes le 1er novembre 1838. Tout est dit dans le titre. En 1838 le drame romantique, depuis longtemps persiflé par Musset, est en train de s’essouffler, tandis que s’élève sur les scènes parisiennes l’astre éblouissant de la jeune tragédienne Rachel, sublime interprète de Racine et de Voltaire. L’auteur du Spectacle dans un fauteuil, qui n’écrit que pour la lecture depuis l’échec de La Nuit vénitienne en 1830, songe donc à un renouveau du théâtre, et notamment à l’opportunité de proposer une tragédie moderne, moins guindée sans doute que celle du grand siècle, mais propre à mettre un frein au « débordement romantique », en un mot « dégagée de l’exagération de la licence comme des entraves de la convention »67.

  • 68 Id., De la tragédie, OCP, p. 894.
  • 69 Ibid., p. 896.

19Opposée à la tragédie antique gréco-latine, la tragédie moderne se fonde sur la triade canonique Corneille-Racine-Voltaire. Son trait distinctif, selon Musset, réside dans le fait que l’homme y est « conduit au malheur seulement par ses passions »68, et non plus par les Dieux irrités ou la Destinée. Or, les affres d’une passion sous la plume inimitable de Racine suffisent à faire l’intérêt d’une pièce, mais il faut bien admettre qu’il « a laissé une détestable école de bavardage, et, personne ne pouvant parler comme lui, ses successeurs ont endormi tout le monde »69. Pour plaire, il faudrait à la tragédie moderne plus d’action, souhait déjà exprimé en toutes lettres par Voltaire dans son Discours sur la tragédie :

  • 70 Voltaire, Discours sur la tragédie, op. cit., p. 164.

Nous avons en France des tragédies estimées, qui sont plutôt des conversations qu’elles ne sont la représentation d’un événement […] Notre délicatesse excessive nous force parfois à mettre en récit ce que nous voudrions exposer aux yeux. Nous craignons de hasarder sur la scène des spectacles nouveaux devant une nation accoutumée à tourner en ridicule tout ce qui n’est pas d’usage.70

  • 71 Ibid., p. 172.

20Le modèle à suivre ? le théâtre anglais, que Voltaire connaissait bien depuis son exil à Londres, à peine corrigé par un peu de bienséance à la française pour éviter que « la scène devienne un lieu de carnage, comme elle l’est dans Shakespeare et dans ses successeurs »71. Le seul obstacle que Voltaire voyait au déploiement de l’action sur la scène française était la présence des fameuses banquettes, et donc d’un public d’aristocrates arrogants, sur le plateau, comme il l’explique dans plusieurs passages du Discours sur la tragédie déjà cité et de la Dissertation sur la tragédie qui précède Sémiramis. Obstacle qui a disparu depuis 1759 grâce à l’intervention du comte de Lauraguais, fait remarquer Musset après avoir scrupuleusement recopié ces passages de Voltaire dans son article. En 1838 la voie serait donc libre pour l’essor d’une nouvelle tragédie moderne, dont le modèle ne peut logiquement être que Voltaire.

  • 72 « Les contemporains de Musset ou de Chateaubriand […] ne lisaient pas le même Voltaire que nous », (...)
  • 73 « Tancrède est une des pièces préférées de Mme de Staël, au point qu’il en est question dans De la (...)
  • 74 De 1830 à 1850 on compte, par ordre décroissant, 52 représentations de Tancrède, 42 de Mahomet, 39 (...)

21Il est vrai qu’à l’époque la proposition n’était pas si étonnante qu’elle peut le paraître aujourd’hui. Malgré la flambée du drame romantique, les tragédies de Voltaire n’avaient jamais disparu de l’affiche et, comme le rappelle André Billaz dans sa thèse sur Les écrivains romantiques et Voltaire, elles étaient même parmi ses œuvres les plus connues72. Un coup d’œil dans les registres de la Comédie Française confirme que en pleine période romantique, dans les années 1830 et 40, Tancrède, dont raffolait déjà Mme de Staël73, restait un franc succès, suivi de près par Mahomet et Œdipe74. Le talent incomparable de Rachel, qui tint le rôle d’Aménaïde dans les représentations de Tancrède de 1838-39, venait de plus de remettre furieusement à la mode la pièce et de subjuguer Musset. On est donc obligé de constater que l’actualité théâtrale et le charme charismatique d’une femme avec laquelle il ne tarda pas à nouer une liaison orageuse, ont compté pour beaucoup dans ce retour de Musset vers la dramaturgie classique.

  • 75 Musset, De la tragédie, OCP, p. 898.

22Il n’en est pas moins vrai qu’il trouve à Tancrède, premier essai d’« une tragédie vraiment moderne », des qualités précieuses pour le renouveau du théâtre : « son sujet est l’un des plus beaux, des plus pathétiques qu’on ait vus au théâtre ; son plan est simple, hardi, tracé de main de maître »75. Un sujet issu de l’histoire, et non plus du mythe, ancré dans un Moyen Âge chrétien et mêlant la passion amoureuse aux conflits de la politique et de la foi dans l’espace d’une journée scandé par les cinq actes et les alexandrins classiques : voilà le modèle que Musset propose et que probablement il garde à l’esprit en commençant à composer La Servante du Roi. Même si la tragédie projetée pour Rachel ne vit jamais le jour, s’arrêtant à l’état de simple ébauche, on retiendra la volonté de Musset de s’inspirer de Voltaire pour concilier des exigences de modernité devenues incontournables après la révolution romantique avec un besoin de rigueur et de simplicité d’empreinte classique.

23Romantique révolté et pleinement homme de son temps par les déclarations fougueuses de sa jeunesse, Musset se révèle donc étonnamment classique et voltairien dans le fond de sa pensée et dans certains choix esthétiques. Ou plutôt il sélectionne soigneusement chez Voltaire, dont il révèle une profonde connaissance, ce qui se rapproche le plus de ses propres goûts pour en nourrir sa réflexion et son écriture. Il en retient surtout une invitation à l’esprit critique et à la prise de distance envers les excès d’un romantisme dont il a toujours été l’impitoyable censeur autant que le brillant interprète.

Haut de page

Notes

1 Alfred de Musset, Rolla, Poésies complètes, éd. M. Allem, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1957, p. 283. Sauf mention contraire toutes les citations des œuvres de Musset font référence à l’édition « Pléiade » : OCP : Œuvres complètes en prose, éd. M. Allem et P. Courant, 1960 ; TC : Théâtre complet, éd. S. Jeune, 1990 ; PC : Poésies complètes.

2 Ibid., p. 285.

3 Ibid., p. 274.

4 Ibid., p. 286.

5 Sur ce thème cf. Frank Lestringant, Musset, Paris, Flammarion, 1999, p. 130.

6 Paul Bénichou, L’École du désenchantement, Paris, Gallimard, 1992, n. 1, p. 167.

7 Musset, La Confession d’un enfant du siècle, OCP, p. 67.

8 Ibid., p. 71.

9 « Voltaire jette à bas tout ce qu’il voit debout » écrit-il encore en 1838 (L’Espoir en Dieu, PC, p. 343).

10 La Confession d’un enfant du siècle, OCP, p. 115.

11 Fantasio, I, 2, TC, p. 112.

12 Sur la célèbre chanson de Béranger, ainsi que sur ses antécédents et sa reprise par Victor Hugo, voir Jeroom Vercruysse, « C’est la faute à Voltaire, c’est la faute à Rousseau », Studies on Voltaire and the Eighteenth Century, volume XXIII, Genève, Institut et musée Voltaire, 1963, pp. 61-76.

13 Musset, Lettres de Dupuis et Cotonet, OCP, p. 862.

14 Alphonse de Lamartine, Ressouvenir du Lac Léman, Œuvres poétiques, éd. M.-F. Guyard, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1963, p. 1181.

15 Villemain, Cours de littérature française. Tableau du XVIIIe siècle, « Préface » de la nouvelle édition, Paris, Didier, 1846, p. II.

16 Cf. Les Vies de Voltaire : discours et représentations biographiques, XVIIIe-XXIe siècles, éd. C. Cave et S. Davies, Oxford, SVEC, 2008 : 04, notamment les articles de R. Trousson et J.-N. Pascal.

17 Victor Hugo, « Regard jeté dans une mansarde », Les Rayons et les ombres, Œuvres poétiques I, éd. Pierre Albouy, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1964, p. 1041.

18 Id., Notre Dame de Paris, III, 2, éd. Jacques Seebacher, Roman I, Paris, Laffont, 1985, p. 588.

19 Honoré de Balzac, Gobseck, éd. P. Citron, La Comédie humaine, t. II, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1976, p. 990.

20 Joseph de Maistre, Les Soirées de Saint-Pétersbourg, Paris, Librairie grecque, latine et française, 1821, 4e entretien, p. 272.

21 Ibid., p. 274.

22 Musset, Sur la paresse, PC, p. 413. L’allusion aux pamphlétaires et à leur livrée se trouve dans la variante manuscrite des fonds Tattet relevée par M. Allem (Ibid., n. 15, p. 817).

23 Id., La Confession d’un enfant du siècle, OCP, p. 114.

24 Id., Louison, I, 4, TC, p. 479. Cf. Voltaire : « En vain des vanités l’appareil nous surprend :/Les mortels sont égaux ; leur masque est différent » (Discours en vers sur l’homme, Premier discours : De l’égalité des conditions, vv. 7-8, éd. H.T. Mason, Les Œuvres complètes de Voltaire, vol. 17, Oxford, Voltaire Foundation, 1991, p. 458) ; « Les mortels sont égaux ; ce n’est pas la naissance,/C’est la seule vertu qui fait la différence » (Mahomet, I, 4, vv. 213-214, éd. C. Todd, Les Œuvres complètes de Voltaire, vol. 20B, Oxford, Voltaire Foundation, 2002, p. 183).

25 Musset, Mardoche, PC, p. 97.

26 Ibid. Sur la question de la religion de Voltaire voir René POMEAU, La Religion de Voltaire, Paris, Nizet, 1969.

27 Frank Lestringant, Musset, op. cit., p. 84.

28 Cf. Maxine G. Cutler, Evocations of the eighteenth century in French poetry : 1800-1869, Genève, Droz, 1970, p. 37 : « Too lucid to accept God on faith, too critical to accept other systems, Musset has absorbed Voltaire’s skepticism, but without a corresponding deism ».

29 Musset, La Confession d’un enfant du siècle, OCP, p. 104.

30 Id., L’Espoir en Dieu, PC, p. 343.

31 Id., La Confession d’un enfant du siècle, OCP, pp. 282-283.

32 Id., On ne badine pas avec l’amour, II, 5, TC, p. 277.

33 « Ne tuez pas Rosette, Dieu juste ! Je lui trouverai un mari, je réparerai ma faute ; elle est jeune, elle sera riche, elle sera heureuse ; ne faites pas cela, ô Dieu ! vous pouvez bénir encore quatre de vos enfants » (Ibid., III, 8, p. 298).

34 Voltaire, Poème sur le désastre de Lisbonne, v. 4, éd. D. Adams et H.T. Mason, Les Œuvres complètes de Voltaire, vol. 45A, Oxford, Voltaire Foundation, 2009, p. 335.

35 Musset, Les Caprices de Marianne, II, 4, TC, p. 98.

36 Id., Fantasio, II, 1, TC, p. 120.

37 Voltaire, Le Mondain, éd. H.T. Mason, Les Œuvres complètes de Voltaire, vol. 16, Oxford, Voltaire Foundation, 2003, pp. 297-299.

38 Musset, Sur trois marches de marbre rose, PC, p. 454.

39 Id., Les Secrètes pensées de Rafaël, PC, p. 123

40 Id., Lettres de Dupuis et Cotonet, OCP, p. 846.

41 Id., Namouna, PC, p. 239.

42 Ibid., p. 241.

43 Id., Après une lecture, PC, p. 423.

44 Id., Lettres de Dupuis et Cotonet, OCP, p. 849.

45 Voltaire, Le Mondain, op. cit., p. 303.

46 Musset, Margot, OCP, p. 536.

47 Id., Stances sur le costume « Pompadour » de Miss Schepaert, PC, p. 500.

48 Id., Sur trois marches de marbre rose, PC, p. 457.

49 Id., La Mouche, OCP, p. 669.

50 Voltaire, Poésies mêlées, Œuvres complètes de Voltaire, t. XIV, [Kehl], De l’Imprimerie de la Société littéraire typographique, 1784, p. 280. Pour les lecteurs qui ne connaîtraient pas leur Voltaire sur le bout des doigts, Musset délivre la clé de lecture deux chapitres plus loi, lorsque la marquise, en se rappelant leur première rencontre, dit au héros : « C’est vous que j’ai vu hier, après la comédie, avec M. de Richelieu » (La Mouche, OCP, p. 679).

51 « Le badinage poétique était vacant, il prit le badinage comme autrefois Hamilton, Saint-Evermond, Chaulieu, Voltaire l’avaient pris en commençant » (Alphonse de Lamartine, Cours familier de littérature, XVIIIe entretien : « Littérature légère, Alfred de Musset », [juin 1857], vol. III, Paris, [Didot], 1857, p. 443).

52 Charles-Augustin de SAINTE-Beuve, « Chronique de la quinzaine », Revue des Deux Mondes, 1er juillet 1840, p. 179.

53 Cf. René Bourgeois, L’ironie romantique, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1974.

54 Cf. Pierre Schoentjes, Poétique de l’ironie, Paris, du Seuil, 2001.

55 Pierre Gastinel, Le Romantisme d’Alfred de Musset, Paris, Hachette, 1978. p. 267.

56 L’Universel, feuilleton du 3 février 1830.

57 Musset, Dédicace de La Coupe et les lèvres, PC, p. 157.

58 Charles-Augustin de Sainte-Beuve, Poètes et romanciers modernes de la France : Alfred de Musset, Revue des Deux Mondes, 15 janvier 1833, p. 183. Et aussi : « ce jeune homme en vint, chose monstrueuse en 1829, à admirer et à préconiser les vers de Voltaire » (Ibid., p. 176).

59 Musset, lettre à Stephen Guyot-Desherbiers, 7 janvier 1830, Correspondance d’Alfred de Musset, t. I : 1826-1839, éd. Marie Cordroc’h, Roger Pierrot et Loïc Chotard, Paris, PUF, 1985, 30-1, p. 35.

60 ID., Revue fantastique, 1er février 1831, OCP, p. 763.

61 Voltaire, Lettres sur Œdipe, Ve lettre, éd. David Jory, Les Œuvres complètes de Voltaire, vol. 1A, Oxford, Voltaire Foundation, 2001, pp. 372-373. Voltaire ici revendique surtout le droit à se servir des rimes pour l’oreille, même quand elles ne fonctionnent pas pour l’œil.

62 ID., Discours sur la tragédie et Brutus, éd. John Renwick, Œuvres complètes de Voltaire, vol. 5, 1728-1730, Oxford, Voltaire Foundation, 1998, p. 159.

63 MUSSET, De la tragédie, OCP, p. 889.

64 Ibid.

65 Ibid., p. 888.

66 Id., Après une lecture, PC, p. 423.

67 Id., Concert de Mademoiselle Garcia, 1er janvier 1839, OCP, p. 993.

68 Id., De la tragédie, OCP, p. 894.

69 Ibid., p. 896.

70 Voltaire, Discours sur la tragédie, op. cit., p. 164.

71 Ibid., p. 172.

72 « Les contemporains de Musset ou de Chateaubriand […] ne lisaient pas le même Voltaire que nous », privilégiant avant tout La Henriade, les tragédies et les poèmes »(André Billaz, Les écrivains romantiques et Voltaire, Lille, Atelier de reproduction des thèses, 1974, pp. 4-8).

73 « Tancrède est une des pièces préférées de Mme de Staël, au point qu’il en est question dans De la littérature et dans De l’Allemagne, qu’une scène capitale de Delphine se déroule pendant une représentation de Tancrède et qu’on en peut lire des extraits dans Corinne » (ibid. p. 57).

74 De 1830 à 1850 on compte, par ordre décroissant, 52 représentations de Tancrède, 42 de Mahomet, 39 d’Œdipe, 33 de Mérope, 32 de Zaïre, 9 d’Adélaïde Duguesclin, 6 de Nanine, 2 de L’Orphelin de la Chine, 1 d’ALzire et de Sémiramis (Dépouillement des pièces de Voltaire à la Comédie Française, registre manuscrit par Jacqueline Razgonnikoff).

75 Musset, De la tragédie, OCP, p. 898.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valentina Ponzetto, « Musset et Voltaire », Littératures, 61 | 2009, 15-27.

Référence électronique

Valentina Ponzetto, « Musset et Voltaire », Littératures [En ligne], 61 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/1997 ; DOI : 10.4000/litteratures.1997

Haut de page

Auteur

Valentina Ponzetto

Valentina Ponzetto est Docteur en littératures française et comparée des Universités de Turin et Paris IV-Sorbonne. Ses recherches portent sur Alfred de Musset, George Sand, les romanciers libertins du xviiie siècle, et plus en général sur l’héritage du xviiie siècle chez les écrivains romantiques. Elle est l’auteur de Musset ou la nostalgie libertine (Genève, Droz, 2007).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals