Navigation – Plan du site
Musset un romantique né classique

La Confession d’un enfant du siècle : un romantisme de façade ?

Gilles Castagnès
p. 87-101

Résumé

C’est sur une notion clé du romantisme, le « mal du siècle », que s’interroge cet article dont le point de départ est le fameux deuxième chapitre de La Confession d’un enfant du siècle. Si ce passage est considéré à juste titre comme un texte majeur de la littérature romantique, sa fonction dans l’ensemble du roman est loin d’être évidente. Prenant le contre-pied de nombreuses études qui ne considèrent l’histoire d’Octave que comme une illustration larmoyante du mal du siècle, l’article s’intéresse au mal même dont souffre le personnage principal, en s’appuyant sur la psychologie descriptive et la psychanalyse, pour tenter de comprendre ce que peut cacher le lyrisme exacerbé de l’ouverture de La Confession.

Haut de page

Texte intégral

1Si l’on sait que le deuxième chapitre de La Confession d’un enfant du siècle de Musset constitue l’une des illustrations les plus célèbres du « mal du siècle » romantique, le rapport entre le cataclysme historique décrit, la perte de toutes les valeurs dans une société qui n’a plus d’illusions, et la douleur personnelle d’Octave, au début du chapitre suivant, laisse cependant perplexe plus d’un lecteur.

  • 1 Alfred de Musset, La Confession d’un enfant du siècle, éd. Frank Lestringant, Paris, Librairie Géné (...)
  • 2 George Sand disait de Musset : cet homme « si athée en amour » (Correspondance, Paris, Garnier, éd. (...)
  • 3 Paul Bénichou, Romantismes français II. Les Mages romantiques. L’École du désenchantement, Paris, G (...)
  • 4 Ou par Musset lui-même : on pense notamment à Rolla, personnage éponyme du poème écrit en 1833.

2Comment expliquer ce « changement brusque de focale »1, d’un effet saisissant ? On suppose que, comme l’ensemble de la jeunesse qui a vu partir Napoléon en exil, le protagoniste se trouve lui aussi seul et désemparé, du jour au lendemain, abandonné par l’être en qui il avait le plus confiance ; on comprend également que cette femme qui le trompe effrontément a perdu non seulement tout sens des valeurs, mais aussi toute foi en l’amour, et que son attitude est à l’image de ce monde où les hommes et les femmes, à jamais séparés, s’enfoncent dans la débauche pour masquer leur vide existentiel et leur « athéisme » en amour2. Mais on se rappelle aussi, comme l’a fait remarquer Paul Bénichou, que la jeunesse de l’auteur s’est déroulée « peu avant et après 1830 »3, et que la génération perdue dont il est question au début de La Confession n’est pas la sienne : il n’avait que cinq ans à la chute de l’Empereur. La perte de la figure mythique de Napoléon apparaît pourtant à Musset comme l’une des causes essentielles du vide dans lequel se trouve plongée sa génération. Enfin, après l’envolée lyrique du chapitre II, on imaginerait volontiers l’entrée en scène d’un héros désespéré, mais grand dans son désespoir même : il n’en est rien. Non seulement, comme nous le rappelle encore Bénichou, Musset déteste cet état d’esprit de désespérance et rejette toute idéalisation de la mélancolie romantique, mais son Octave n’est en rien l’épigone de ces fameux héros créés par Goethe, Byron, Chateaubriand ou encore Vigny4 : sa première déception sentimentale reste, somme toute, des plus communes, tandis que le grand amour qu’il croira connaître enfin avec Brigitte sortira par la petite porte.

3La question soulevée par ce passage de l’Histoire à l’individu est primordiale car elle entraîne avec elle une série d’interrogations qui touchent à la valeur littéraire profonde de l’œuvre : en quoi consiste véritablement ce « mal du siècle » dans La Confession ? Pourquoi, pour en parler, Musset a-t-il choisi d’écrire à la première personne un récit à michemin entre la fiction et l’autobiographie ? C’est, en définitive, sur le « romantisme » même de l’auteur que nous aurons à nous interroger.

4Le narrateur affirme d’abord que sa souffrance trouve son origine profonde dans ce mal moral qui a envahi l’ensemble de la société : la suite confirme-t-elle ce diagnostic ? Ce que l’on constate, tout au long du récit, c’est que les explications avancées sont pour le moins fluctuantes. Dès la première page, le ton est donné :

Ainsi, ayant été atteint, dès la première fleur de la jeunesse, d’une maladie morale abominable, je raconte ce qui m’est arrivé pendant trois ans. Si j’étais seul malade, je n’en dirais rien ; mais comme il y en a beaucoup d’autres que moi qui souffrent du même mal, j’écris pour ceux-là, sans trop savoir s’ils y feront attention […] (57).

5Cette maladie terrifiante ne frappe pas un individu isolé, elle a d’emblée une réalité collective ; c’est une donnée importante sur laquelle nous reviendrons plus tard. Immédiatement après ce bref préambule se développent l’explication et l’illustration du mal historique. Le lien entre les deux premiers chapitres est clair, et l’on attend l’exposé de la souffrance du héros ; la phrase lapidaire introduisant le chapitre III nous annonce le début des confidences personnelles :

J’ai à raconter à quelle occasion je fus pris d’abord de la maladie du siècle (80).

6On pense alors découvrir un personnage en proie à ce sentiment philosophique du vide de l’existence, au mal de vivre, dans la continuité du chapitre II. Mais il ne s’agit pas de cela. Le chapitre III associe la révélation de cette « maladie du siècle » à la découverte d’une trahison, celle de la femme aimée : en définitive, à une banale histoire de tromperie amoureuse. Le mal abominable dont souffre Octave serait-il donc simplement apparu à la découverte de cette trahison ? Est-ce suffisant pour révéler cette « maladie du siècle » dont souffre la jeunesse désemparée décrite au chapitre II ? Dans les premiers chapitres, c’est bien à la perfidie de sa maîtresse qu’Octave relie invariablement sa souffrance.

  • 5 Voir par exemple Marion, dans le poème « Rolla ».
  • 6 George Sand avertissait déjà Musset en ces termes : « Ne t’abandonne au plaisir que quand la nature (...)

7Au chapitre IX, alors qu’il s’apprête à passer sa première nuit avec une prostituée, les symptômes réapparaissent : « C’était la maladie du siècle. Ou plutôt cette fille l’était elle-même » (133). Si elle lui rappelle son mal, c’est d’abord parce qu’« elle portait sur son visage la ressemblance fatale de [s]a maîtresse » (Ibid). Mais ce n’est plus seulement à l’affreuse trahison que ce mal est alors relié : cette jeune femme est une incarnation du vice de la société, et la « maladie du siècle » se révèle dans la jeunesse dépravée par la misère, thème fréquent dans l’œuvre de Musset5, et qui était déjà ébauché au chapitre II (70). La deuxième partie du livre relate la plongée dans la débauche qui constitue, d’après le narrateur, une première tentative de guérison ; cercle vicieux parfait, si l’on peut dire, le personnage tournant dès lors dans des contradictions insurmontables : au milieu des plaisirs organisés par son ami Desgenais, il transporte son spleen, la douleur de la perte de son amante qu’il ne peut oublier, à laquelle vient se mêler le sentiment de l’horreur de cette débauche, qui redouble son mal6. Tandis que la troisième partie constitue une rémission importante de la maladie, consécutive à la mort du père qui lui fait prendre conscience de l’erreur dans laquelle il vivait et à la rencontre avec Brigitte, le « mal » éclate de nouveau dès le début de la quatrième partie ; mal violent, incontrôlable, que le narrateur relie désormais non seulement au premier choc vécu, mais à tout ce qu’il a subi par la suite, c’est-à-dire, précisément, à tout ce qu’il a tenté pour se guérir :

Mais les souffrances que j’avais endurées, le souvenir des perfidies dont j’avais été le témoin, l’affreuse guérison que je m’étais imposée, les discours de mes amis, le monde corrompu que j’avais traversé, les tristes vérités que j’y avais vues, celles que, sans les connaître, j’avais comprises et devinées par une funeste intelligence, la débauche enfin, le mépris de l’amour, l’abus de tout, voilà ce que j’avais dans le cœur sans m’en douter encore, et au moment où je croyais renaître à l’espérance et à la vie, toutes les furies engourdies me prenaient à la gorge et me criaient qu’elles étaient là (259).

8Le style énumératif nous présente confusément les différentes sources de ce mal actuel, qui se sont accumulées et superposées : de toutes ces causes évoquées, laquelle fut déterminante dans l’apparition de ce nouveau mal, la jalousie délirante ? Depuis qu’il est l’amant de Brigitte, il est en effet en proie à cette maladie, plus terrible encore que les autres dans ses manifestations. Peut-on encore voir là un lien avec l’Histoire et le chapitre II ? En quoi ce mal obsessionnel serait-il lié au « mal du siècle » ? A cet instant du récit, il semble bien que l’aspect personnel ait pris le pas sur la portée collective envisagée au début, et c’est l’histoire d’une pathologie individuelle qui nous est à présent racontée : on peut penser alors que toutes les autres manifestations de la « maladie » n’étaient que les prémices du véritable dérèglement psychique qui se manifeste dans cette quatrième partie. Le lien avec le « mal du siècle » est oublié : seule la tromperie originelle de la femme aimée, parfois démultipliée en autant de « perfidies monstrueuses » (267), s’avère être la cause de l’état actuel du personnage.

  • 7 On connaît « Le paradoxe de la connaissance jalouse » : « Faisant mine de rechercher la vérité, il (...)

9Dans la relation avec Brigitte, la maladie se développe violemment, prenant la forme d’une jalousie furieuse qui s’amplifie dans la quatrième partie. Le mal, en effet, a franchi une étape supplémentaire, le sujet ayant perdu le contrôle de lui-même : « Qu’on ait si peu d’empire sur soi, n’est-ce pas la pire des maladies ? » (272), doit-il déjà reconnaître au chapitre II, et un peu plus loin : « Cependant les jours s’écoulaient, et mon mal empirait sans cesse » (303). Après la violence délirante de la quatrième partie, le début de la cinquième est d’une sérénité inespérée : le narrateur voue à présent un véritable culte à Brigitte, de qui il tente d’obtenir le pardon. Mais suite à cette courte période de calme, pendant laquelle, étrangement, il ne voit pas l’évidence qui se déroule sous ses yeux7, Octave est rapidement repris par ses vieux démons : il se rend compte enfin que Brigitte a changé, et il est torturé par le désir de comprendre. La « curiosité » le saisit, un besoin irrépressible de connaître la vérité, assimilé à cet instant à une plongée dans les eaux du mal, comme l’illustre l’anecdote du noyé au chapitre IV (341). Cette nouvelle manifestation du mal, qui ne lui laisse pas plus de répit que les autres, ne se transformera pas cependant en violence, alors que la jalousie est à présent motivée : aucun désir de vengeance contre ce Smith, lors même qu’il saura que celui-ci est l’amant de Brigitte ; il abandonnera simplement la partie, restant le seul « malheureux » des trois (394).

10On voit donc que le mal d’Octave est changeant, protéiforme, et que plus on avance dans le récit, plus le lien avec l’Histoire collective s’affaiblit ; c’est bien la question de la place de ce chapitre II dans l’économie du récit qui se trouve une nouvelle fois posée.

  • 8 Rappelons qu’il existe une certaine tradition critique concernant La Confession d’un enfant du sièc (...)
  • 9 Daniel Lagache, La Jalousie amoureuse. Psychologie descriptive et psychanalyse, Paris, Presses Univ (...)

11Il convient de se pencher sur la manifestation la plus violente de la maladie, dans la quatrième partie, pour tenter de trouver une réponse8. Musset nous facilite le travail, car les différentes phases de la jalousie telles qu’il nous les expose sont d’une précision étonnante, et correspondent parfaitement aux études cliniques qui ont pu être faites de cette pathologie. La psychologie descriptive, telle que l’a menée Lagache à propos des nombreux cas qu’il a analysés, nous permet de caractériser précisément la maladie dont souffre le personnage9.

  • 10 Cité par Lagache, p. 306.
  • 11 Voir notamment p. 255.
  • 12 Lagache rappelle les différences entre « délire d’interprétation » et « délire de revendication » ( (...)

12Dans sa Médecine des passions10, Descuret affirmait déjà, au début du XIXe siècle, que les différentes « passions », dont la jalousie, ne diffèrent de la folie que par la durée, et que le patient en proie à ce dérèglement est sujet à des hallucinations, à une altération des traits, ainsi qu’à une agitation convulsive des membres ; tout comme Octave, dont les changements de physionomie, annonciateurs des crises, effraient Brigitte11. Chez lui, la « passion » jalouse se manifeste par un comportement délirant et inattendu parce que non motivé : rien dans l’attitude de Brigitte ne permet en effet de l’expliquer au moment où il se déclare. Lagache étudie, dans un premier groupe de patients, « deux cas où la jalousie se constitue d’emblée sous une forme délirante », et explique qu’il s’agit là d’une actualisation des « possibilités propres de la personne » (45). Il y aurait ainsi, chez les malades qui souffrent de ce type de jalousie, de manière sous-jacente, la possibilité de ce délire, qui s’exprime pleinement à un moment où l’on ne l’attend pas, et c’est précisément ce qui se passe dans le cas d’Octave. Il s’agit bien chez lui d’une jalousie passionnelle morbide, caractérisée par un « délire d’interprétation »12, qui révèle les « possibilités » du sujet. Ce comportement, qualifié d’« hyperesthésie jalouse » ou encore de « délire passionnel » nous est décrit ainsi par Lagache :

[…] tout se passe comme si le jaloux ne cherchait que la violence subie ou infligée, il s’abandonne à la jalousie, sa conduite n’est plus accommodée à la situation et à autrui, la concentration sur le conflit et le rétrécissement spatio-temporel restreignent son contact avec le monde (362).

13Qu’est-ce qui peut donc faire naître ce sentiment de jalousie excessive à un moment précis ? Celui-ci est le résultat d’une frustration, consécutive elle-même à une trop grande idéalisation de l’amour, qui se projette sur l’être aimé (Lagache 407). Mais le jaloux, en réalité, ne valorise pas le partenaire, bien au contraire : il refuse sa différence, tout en recherchant constamment auprès de lui, de manière frénétique, une union parfaite qui ne peut être qu’une illusion :

La structure de l’amour jaloux est donc bien égocentrique, on peut dire qu’il est négation d’autrui ; et cependant l’amour jaloux est en même temps un mouvement violent ‘vers l’être’ […]. Les grands jaloux restent donc orientés par l’aspiration à l’union et à la fusion amoureuse (Lagache, 395‑396).

  • 13 Voir au début du livre l’image tragique de la séparation des hommes et des femmes, p. 69.

14On notera, là aussi, combien ces propos peuvent s’appliquer au personnage d’Octave, qui nie immédiatement l’altérité de Brigitte : dès les premiers jours de leur amour, il lui demande de supprimer de chez elle tout ce qui ne correspond pas à ses propres goûts (253). On sait également que la recherche de la fusion parfaite est une constante chez Musset, qui s’exprime souvent par le mythe de l’Androgyne, cet être originel perdu que les amoureux tentent sans cesse de recréer13. Le partenaire, excessivement idéalisé par le jaloux, est alors exclu du monde de la réalité, et se trouve placé dans une sphère irréelle, inaccessible :

  • 14 Le lien avec la névrose peut déjà être soulevé : « L’incapacité de satisfaire aux exigences réelles (...)

Mais il ne suffit pas de dire que le partenaire visé par l’amour jaloux est un partenaire idéal ; c’est un partenaire imaginaire. En effet, seul un partenaire imaginaire peut correspondre aux exigences de l’amour jaloux et en particulier se donner en totalité […] (Lagache 409)14

15Tel est bien là encore le problème d’Octave, qui ne pourra jamais se satisfaire du monde réel que lui propose Brigitte, et qui cherchera donc tous les moyens d’évasion vers l’imaginaire, tous aussi illusoires les uns que les autres : travestissements, dessins sur l’album de Brigitte, et surtout projet de voyage, toujours repoussé parce que n’ayant d’existence que dans la pensée de celui qui ne tient pas à le concrétiser. Comme le remarque Lagache, le jaloux s’enferme dans son propre monde d’illusion, et le roman de Musset illustre parfaitement cette concentration de l’espace et du temps, niant toute évasion possible : seuls le double suicide ou l’effacement d’un des protagonistes seront envisageables pour achever cette histoire.

  • 15 Voir notamment l’article de Camille Dumoulié cité ci-dessus : les cinq « paradoxes » énoncés s’appl (...)

16Il serait possible de détailler les faits et gestes d’Octave dans ses phases de jalousie délirante, et d’approfondir ainsi son comportement à la lumière des analyses de la psychologie descriptive15 : on constaterait que les diverses attitudes que nous présente Musset ont toutes été répertoriées par la médecine, et que le comportement d’Octave envers Brigitte relève bien d’une véritable pathologie. Que peut-on en conclure ? Soit que Musset s’appuie sur une observation très précise de cas réels, soit qu’il a peint avec beaucoup de lucidité son propre état maladif ; c’est vers cette deuxième hypothèse que nous conduisent les nombreux témoignages de ses proches. Que l’on relise simplement cette lettre désespérée de George Sand :

  • 16 G.S., Corr., t. II, Lettre 896 à Alfred de Musset, [Paris, 22 ou 23 ( ?) février 1835], p. 812.

Ta conduite est déplorable, impossible. Mon Dieu à quelle vie vais-je te laisser ! L’ivresse le vin ! les filles, et encore, et toujours ! [...] Ta folle jalousie à tout propos, au milieu de tout cela ! plus tu perds le droit d’être jaloux, plus tu le deviens ! Cela ressemble à une punition de Dieu sur ta tête16.

  • 17 Par opposition à l’amour « oblatif » qui est don de soi, l’amour « captatif », fondamentalement égo (...)
  • 18 Mentionnons simplement Hetzel et Buloz, qui ont soutenu George Sand lors de la parution du roman El (...)
  • 19 Voir Denise Lachaud : « Cette émotion qu’est la jalousie permet, dans la cure, une vraie lecture de (...)

17Une punition de Dieu… Cette image de la main divine, posée comme une fatalité sur la tête de l’auteur, ne peut manquer de retenir notre attention : l’amour « captatif »17, se traduisant par une jalousie excessive, serait une punition divine dont il ne pourrait se délivrer, qu’il doit assumer, jusqu’à l’expiation totale de la faute. George Sand – et avec elle de nombreuses personnes qui connaissaient bien Musset18 – avait senti la gravité du mal dont celui-ci était atteint. Nous devons envisager la cause profonde de ce mal, inavouée dans La Confession, si nous voulons comprendre, en définitive, la stratégie littéraire adoptée par Musset, consciemment ou non, et en particulier l’utilisation qu’il fait de cette notion romantique de « mal du siècle ». Cette jalousie délirante, sur laquelle s’attarde longuement l’auteur, n’est peut-être que la partie visible de l’iceberg19.

  • 20 Freud, La Vie sexuelle, « Chapitre IV. Contribution à la psychologie de la vie amoureuse. I Un type (...)

18C’est dans un chapitre de La Vie sexuelle20 que Freud étudie un type d’amour qui, bien que déconcertant par le « choix d’objet » (48) amoureux, va trouver « une explication psychanalytique simple ». Ce type d’amour répond tout d’abord à deux conditions, que Freud nomme condition du « tiers lésé », et condition de « l’amour de la putain » (48‑49). La première des deux suppose que l’amoureux fait porter son choix sur une femme qui n’est pas libre. La deuxième, la plus surprenante, « s’énonce ainsi » :

[…] la femme chaste et insoupçonnable n’exerce jamais l’attrait qui l’élèverait au rang d’objet d’amour ; seule l’exerce la femme qui d’une façon ou d’une autre a une mauvaise réputation quant à la vie sexuelle, celle dont on peut douter qu’elle soit fidèle ou digne de confiance. […] les hommes qui appartiennent à notre type ne sauraient se passer de quelque chose de ce genre (49).

  • 21 Denise Lachaud confirme : « […] la jalousie se nourrit d’interprétations. Le jaloux accumule des si (...)

19A priori, cela ne concerne pas le personnage de Brigitte, jeune veuve sans amant, réputée pour sa vertu. Mais l’imagination d’Octave va se charger, précisément, de créer les conditions énoncées plus haut : Brigitte est libre au moment où Octave la rencontre, mais celui-ci suppose très rapidement un rival, l’énigmatique M. Dalens, créant ainsi un « tiers lésé » indispensable à son amour. Quant à la deuxième condition, elle se trouve presque immédiatement placée au centre même du délire jaloux d’Octave : Brigitte, ancienne rosière, modèle de vertu et de chasteté, est métamorphosée en son contraire par la folie de son amant, transformée en fille de joie, et cet avilissement donne prise à la jalousie sans laquelle l’amour lui-même serait impossible. En lui faisant jouer le rôle d’une prostituée, Octave donne libre cours à cet « amour de la putain » dont il ne peut se passer ; son imagination délirante transforme la vertu de Brigitte en son contraire, les signes mêmes de cette vertu devenant source de suspicion : ses longues promenades dans la campagne à la rencontre des malheureux ne seraient qu’un prétexte lui laissant tout le loisir de se livrer aux plaisirs, et Octave se souviendra que, dès leur première rencontre, elle lui a offert bien facilement son bras : cette marque spontanée de confiance sera pour lui, rétrospectivement, le signe d’une fille facile (262‑263)21.

20Freud insiste sur le fait que l’« amour de la putain » est « en rapport avec la participation active de la jalousie, qui, pour les amants de ce type, paraît être un besoin » (49). Mais il précise aussi que, paradoxalement, les femmes ainsi dévalorisées se trouvent ensuite traitées avec le plus grand respect, « comme des objets d’amour de la plus haute valeur » (Ibid.), et l’on pense alors au culte que voue Octave à Brigitte dans la cinquième partie du récit. Freud ajoute :

  • 22 On notera une fois encore que, au-delà du personnage d’Octave, ces propos s’appliquent à Musset lui (...)

[…] ce sont les seules personnes que l’on puisse aimer et l’exigence de fidélité que le sujet s’impose est chaque fois renouvelée aussi souvent qu’elle puisse être battue en brèche dans la réalité. Les traits de relations amoureuses que nous décrivons sont marqués, très manifestement, d’un caractère compulsif […] (49‑50)22.

21Freud tente alors de dégager une explication à ce type de comportement amoureux, valable dans tous les cas qu’il a pu observer, aussi variés soient-ils : il aurait son origine dans un complexe d’Œdipe mal surmonté, les différentes femmes aimées n’étant que la représentation toujours identique de la mère (50‑51). L’assimilation paradoxale de l’amante, substitut de la mère, à la putain, trouverait sa source dans la découverte soudaine, par le sujet enfant, de la sexualité des parents, qui atténue la différence entre l’image pure de la mère et celle de la prostituée, « puisqu’en définitive elles font la même chose » (52). Comme toutes les autres femmes, la mère peut ainsi être objet de désir, et objet du désir de l’enfant lui-même. On peut alors recouper ces analyses de La Vie sexuelle avec d’autres remarques de Freud concernant la jalousie, qui est liée à

  • 23 Freud, Névrose, psychose et perversion, Paris, PUF, 1973, p. 273.

des fantasmes inconscients d’infidélité chez le jaloux lui-même. Les choses s’aggravent avec la jalousie de la troisième couche, celle qui est proprement délirante. Elle aussi provient de tendances à l’infidélité qui ont été refoulées, mais les objets de ces fantasmes sont du même sexe que le sujet. La jalousie délirante correspond à une homosexualité en fermentation et peut prétendre légitimement tenir sa place parmi les formes classiques de la paranoïa23.

  • 24 Voir Pierre Odoul, Le Drame intime d’Alfred de Musset, Paris, La pensée universelle, 1976 ; Viguier (...)
  • 25 Voir en particulier Loïc Chotard, « Confession à la marraine. Les lettres de Musset à Caroline Jaub (...)

22Des analyses de la névrose de Musset ont déjà été tentées24 ; je me contenterais de noter ici la concordance entre les données biographiques dont nous disposons, et la création du personnage d’Octave dans La Confession, dont le comportement a pu être éclairé plus haut. Il ne nous appartient pas de dire si la jalousie délirante de Musset et celle de son personnage trouvent leur source dans des pulsions homosexuelles « en fermentation », mais nous pouvons simplement remarquer que cela n’est pas en contradiction avec la féminité reconnue de l’auteur, qui a été souvent soulignée25. Ce qui nous intéresse davantage, c’est de voir comment ce rapport à la mère, déterminant d’après Freud dans la constitution de ce comportement amoureux particulier, se présente dans le livre qui nous occupe.

  • 26 Ce n’est que dans le journal du père que la mère apparaît (p. 205). Ce principe de la famille monop (...)

23Dans La Confession d’un enfant du siècle, la mère brille par son absence : à aucun moment il n’est question d’elle, sauf à travers l’amour que lui portait le père26. Et cependant, elle n’est absente qu’en surface : elle apparaît en réalité dès le début, à travers une allégorie de la Nature, plus précisément de la terre, qui sera filée au cours du récit. Ce que nous révèle cette figure a priori très banale de la terre personnifiée en mère est en fait fort intéressant, et vient confirmer ce qui a été supposé plus haut :

Ô peuples des siècles futurs ! lorsque par une chaude journée d’été, vous serez courbés sur vos charrues dans les vertes campagnes de la patrie ; lorsque vous verrez sous un soleil pur et sans tâche, la terre, votre mère féconde, sourire dans sa robe matinale au travailleur, son enfant bien aimé […] (80).

24C’est par cette évocation de la mère-nature que se conclut le  II, et l’on notera de quelle manière le complexe d’Œdipe y est transparent : le travailleur de la terre, le laboureur qui creuse son sillon, c’est l’enfant lui-même, et la mère lui sourit. Plus loin, lors de l’évocation d’un souvenir d’adolescence, les symboles sont tout aussi clairs, du peuplier qui s’érige en mât, à la terre qui bouge comme un navire et porte l’enfant nu :

Il me sembla tout à coup que je sentais la terre se mouvoir, et que la force sourde et invisible qui l’entraîne dans l’espace se rendait saisissable à mes sens ; je la voyais monter dans le ciel ; il me semblait que j’étais comme sur un navire ; le peuplier que j’avais devant les yeux me paraissait comme un mât de vaisseau […]. Je jetai mes vêtements comme par un mouvement involontaire, et ainsi nu je me prosternai, en répétant : « Je serai un homme ! » [§] Tel était le premier vœu qu’à l’âge de quatorze ans j’avais prononcé en face de la nature ; et depuis ce temps je n’avais rien essayé que par obéissance pour mon père [...] (93).

25Et c’est en toute ingénuité que le narrateur avoue, à la page suivante, que « le spectacle de la nature dans sa grandeur [a] toujours été pour [lui] le plus puissant des aphrodisiaques » (94). Mais cette mère-nature a disparu, ne le reconnaît plus ou ne lui parle plus. La recherche de l’amour idéal dans le roman se présente aussi comme une quête impossible de la mère :

[...] la nature, ma mère chérie, depuis que j’étais seul, me semblait [...] plus vaste et plus vide que jamais (96) [...]. La nature elle-même sent reculer autour de toi ses entrailles divines ; les arbres et les roseaux ne te reconnaissent plus ; tu as faussé les lois de la mère, tu n’es plus le frère des nourrissons, et les oiseaux des champs se taisent en te voyant (194).

26Les différentes femmes aimées ne seraient ainsi que des substituts maternels, la jalousie éprouvée envers Brigitte – mais le sentiment serait le même avec n’importe quelle autre femme – recouvrant une jalousie inconsciente envers une mère qui ne peut que lui échapper. Et si Octave explique son incrédulité, en religion comme en amour, par le fait qu’il a été « empoisonné dès l’adolescence de tous les écrits du siècle dernier », c’est la métaphore du lait maternel qui lui vient ensuite naturellement à l’esprit : « j’y avais sucé de bonne heure le lait stérile de l’impiété » (386). On ne peut s’empêcher de rapprocher alors cette image de certains vers du poème « Portia », que Musset avait écrit à l’âge de vingt ans seulement, et qui évoquait déjà, plusieurs années avant la rencontre avec George Sand, le sentiment de jalousie en des termes très violents :

  • 27 « Portia », Poésies complètes, Paris, Librairie Générale Française, « Le Livre de Poche classique » (...)

Ce poison florentin qui consume une veine,
La dévore, et ne veut qu’un mot pour arracher
D’un cœur d’homme dix ans de joie, et dessécher
Comme un marais impur ce premier bien de l’âme,
Qui fait l’amour d’un homme, et l’honneur d’une femme !
Mal sans fin, sans remède, affreux, que j’ai sucé
Dans le lait de ma mère, et qui rend insensé.
[…] C’est quand on dit d’un homme
Qu’il est jaloux27.

  • 28 Denise Lachaud, avec les psychanalystes modernes, fait remonter la jalousie à une phase préœdipienn (...)

27Avec cette image du poison sucé au sein de la mère, les psychanalystes eux-mêmes n’auraient su mieux décrire la naissance chez un individu de la jalousie délirante28.

  • 29 Cette disparition du père (ou de la mère pour la fille) comme condition préalable à l’émancipation (...)
  • 30 La Confession peut se lire comme le désir de retrouver cette Loi, ou plutôt de la trouver : « Ce qu (...)

28On aura remarqué que les évocations de la mère sont liées généralement à la présence du père, c’est-à-dire du représentant de la Loi, qui est aussi le « tiers lésé » dont parle Freud. D’où cette figure complexe qui apparaît dans la Confession : le père disparu – celui de Musset était mort en 1832 – est d’abord celui à qui il faut rendre hommage, et cette volonté se montre clairement dans la structure du roman, qui rapproche dans la partie centrale le décès du père et la rencontre avec Brigitte : Musset exprime son regret et sa souffrance de n’avoir su apprécier à sa juste valeur l’être qui n’est plus. Il s’agit alors de le faire revivre, et Octave va calquer sa vie dans la troisième partie sur celle de son père, grâce à un journal intime qui lui sert de guide. Ainsi renaît le Père. Mais cet hommage qui lui est rendu relève également d’un processus inconscient que Freud a analysé : dans le cas d’un individu n’ayant pu surmonter le complexe d’Œdipe, la rivalité avec le père passe d’abord par un désir de le sauver, c’est-à-dire de lui rendre d’une certaine façon ce qu’il a légué, de manière à payer sa dette envers lui. On sauve celui qui a donné la vie, pour ne plus rien lui devoir : écrire La Confession d’un enfant du siècle, c’est aussi tuer définitivement son image. Cette mort du père est la condition nécessaire à l’émancipation de l’individu, et c’est pour cette raison que le protagoniste éprouve une joie paradoxale dans la douleur causée par le deuil : en calquant sa vie sur celle du défunt, Octave prend sa place, devient lui-même le père. « Pour la première fois de ma vie, j’étais heureux » (206), ne peut-il s’empêcher d’avouer alors29 ; en agissant de la sorte, il retrouve un équilibre, celui d’un nécessaire retour à la Loi30. Ainsi peuvent s’expliquer les images du double dans le roman, comme ce rival provoqué en duel au début, celui qui a volé sa maîtresse, et qu’il faut éliminer. Le personnage de Desgenais est aussi une image dégradée du père, celle du « Père jouisseur ». Il faut que ces mauvaises images, ces mauvais doubles, disparaissent pour laisser place au « Père selon la Loi », pour reprendre les termes de Lacan : c’est le personnage de Smith à la fin, autre double d’Octave, mais positif celui-ci, qui symbolise par sa vie bien réglée et sa vertu sans faille, le retour à la Loi.

29Rendre hommage de manière si ostensible au père disparu constitue donc la meilleure façon de supprimer son image obsédante. Bien avant sa mort dans la fiction, au début de la troisième partie, le père d’ailleurs est déjà décédé en pensée, comme nous le révèle un lapsus prononcé par le narrateur devant sa maîtresse :

  • 31 Maleval explique, en reprenant les analyses de Lacan : « Pour l’inconscient, celui qui instaure la (...)

[…] devant Dieu qui nous voit, par l’âme de mon père, je te jure que je te tue tout à l’heure et moi aussi (89)31.

  • 32 Voir Lacan : « Le névrotique aussi [comme le psychotique] est un témoin de l’existence de l’inconsc (...)
  • 33 Voir les nombreuses lettres de George Sand à ce sujet, notamment « A François Buloz, [Venise], 4 [e (...)
  • 34 Correspondance d’Alfred de Musset. 1/1826‑1839, établie par Marie Cordroc’h, Roger Pierrot et Loïc (...)

30Nous entrevoyons un peu mieux à présent comment a pu s’élaborer cette semi-fiction qu’est La Confesssion d’un enfant du siècle. Au départ, un prétexte avoué : rendre hommage à George Sand en prenant tous les torts pour soi. Venant compléter la figure d’une amante parfaite, l’image du père récemment décédé, également idéalisée. Et puis, derrière ces prétextes généreux, des motifs inconscients, inavouables parce que ignorés en grande partie, qui relèvent de la névrose de l’auteur32, une folie profonde, se manifestant par une jalousie morbide délirante. Musset n’a pas choisi le récit autobiographique, il ne dit rien ou presque de l’alcoolisme, et reste bien en deçà de la réalité des crises qui l’anéantissaient, lors de son séjour à Venise33. En revanche, la narration distanciée, les commentaires permanents du narrateur qui condamnent le comportement d’Octave, entraînent l’aversion du lecteur pour le protagoniste, mais sa sympathie envers celui qui se confesse avec tant de sincérité. Et c’est bien là toute l’habileté de Musset, qui serait parfaitement cynique si elle n’était en grande partie inconsciente : concentrer la noirceur sur un comportement spécifique pour éviter de trop en dire sur le reste, et sortir ainsi blanchi par le lecteur. Il y a du Rousseau dans cette manière de procéder, dont la façon de « dire les choses », dans Les Confessions, « dégoût[ait] » Musset34 : ne sentait-il pas là, confusément, une certaine affinité avec lui-même ?

31Que dire, alors, de ce deuxième , dont nous étions partis ? Ce célèbre passage est l’évocation d’un avant, d’un moment où le Père se caractérisait à la fois par son absence (celle des soldats à la guerre), et par une présence envahissante, celle de sa Loi : le monde était ordonné et semblait répondre à une volonté et à un but précis, les enfants n’avaient qu’à se plier à cet ordre qui les dépassait. Or, il se trouve que les différentes images du père qui apparaissent dans ce s’éclairent également à la lumière du comportement décrit plus haut, comme nous le précise Freud :

  • 35 La Vie sexuelle, p. 54.

Ce fantasme [celui de sauver le père] se déplace souvent sur l’empereur, le roi ou quelque grand homme ; cette déformation le rend capable de devenir conscient et même utilisable pour le poète35.

32Dans le deuxième , le fantasme amené à la conscience s’incarne en Napoléon, bien sûr, mais également dans les pères littéraires, Goethe et Byron, à qui il faut aussi rendre hommage pour mieux les supprimer :

Pardonnez-moi, ô grands poètes, qui êtes maintenant un peu de cendres et qui reposez sous la terre ; pardonnez-moi ! vous êtes des demi-dieux, et je ne suis qu’un enfant qui souffre. Mais en écrivant tout ceci, je ne puis m’empêcher de vous maudire (72‑73).

  • 36 Que ce chapitre ait d’abord été publié seul dans La Revue des Deux Mondes du 15 septembre 1835 alor (...)
  • 37 On peut penser au pélican de la « Nuit de mai », mais les symboles christiques abondent également d (...)

33C’est donc à rebours de ce que l’on fait habituellement que je proposerais de lire le  II de La Confession d’un enfant du siècle. Plutôt que d’y voir un tableau du « mal du siècle » qui éclairerait la souffrance individuelle d’Octave, je le considérerais comme une tentative de justification a posteriori36 d’une névrose bien réelle de l’auteur, profonde, et dont on a pu voir les différentes manifestations au cours de cette étude. En d’autres termes, ce ne serait pas au « mal du siècle » qu’Octave serait en proie dans La Confession : c’est parce que Musset souffrirait sans en connaître la cause qu’il se rattacherait à cette notion romantique, qu’il a déjà exploitée. Sans cette planche de salut, la maladie serait encore plus « abominable ». Voilà pourquoi également le premier s’adressait à la jeunesse dans son ensemble : tenter de sauver les autres par le récit de sa propre souffrance, se sacrifier en s’automutilant (c’est l’image de l’amputation), relève d’un fantasme aux allures christiques37, et permet de se rassurer en créant une communauté d’individus liés par une même souffrance.

  • 38 « La jalousie pousse, elle aussi, à lire, à découvrir, à déchiffrer. Elle peut donc aussi être un p (...)
  • 39 Frank Lestringant, préface, p. 42.
  • 40 « […] malgré des paroxysmes et des rémissions, le délire d’interprétation est permanent, au moins p (...)
  • 41 Voir notamment le témoignage de Mme Martellet (née Adèle Colin), la gouvernante : Dix ans chez M. A (...)

34Rédiger La Confession d’un enfant du siècle est bien une entreprise salvatrice38 ; et en ouverture de cette confession, le deuxième constitue ce que l’on pourrait appeler une récupération inconsciente d’un mythe collectif à des fins personnelles. En cela aussi ce roman est bien un véritable « testament littéraire »39 : dans l’œuvre en prose postérieure de Musset, six « nouvelles » et six « contes », la passion amoureuse, sous la forme maladive de la jalousie délirante, disparaîtra totalement et – ce qui ne peut plus être considéré comme un hasard –, les références au « mal du siècle » aussi. Assagis, les héros de ces récits en prose vivront « sainement » leurs aventures amoureuses, qu’elles aient une issue heureuse ou non : les personnages des Nouvelles et des Contes renverront cette image d’un auteur qui s’est débarrassé d’une partie de lui-même, le mal du siècle n’étant plus alors un thème littéraire à exploiter. La guérison, espérée au premier chapitre de La Confession d’un enfant du siècle, aurait ainsi été accomplie par l’écriture même de ce livre. Voire… car le « délire d’interprétation » d’un jaloux est le plus souvent incurable, comme nous l’explique Lagache40, et les dernières années de la vie de Musset seront encore ponctuées de crises violentes41, l’auteur n’ayant même plus la force de transférer son mal sur des personnages de fiction. On peut alors se demander si l’écriture très classique adoptée dans les Nouvelles et dans les Contes, contrastant si singulièrement avec le romantisme de La Confession, ne serait pas elle aussi, autant qu’une autre facette de l’art de Musset, une autre façade de sa personnalité.

Haut de page

Notes

1 Alfred de Musset, La Confession d’un enfant du siècle, éd. Frank Lestringant, Paris, Librairie Générale française, « Le livre de poche classique », 2003, note 1, p. 81. C’est mon édition de référence.

2 George Sand disait de Musset : cet homme « si athée en amour » (Correspondance, Paris, Garnier, éd. Georges Lubin, t. II, 1966, Lettre 765 à Jules Bocoiran, Venise, 6 avril [1834], p. 554. Abréviation utilisée pour la suite : G.S., Corr., suivie du n˚ du volume). Voir aussi les propos d’Octave, qui établit un lien direct entre le scepticisme religieux et les doutes de l’amoureux (p. 301).

3 Paul Bénichou, Romantismes français II. Les Mages romantiques. L’École du désenchantement, Paris, Gallimard (« Quarto »), 2004, p. 1636.

4 Ou par Musset lui-même : on pense notamment à Rolla, personnage éponyme du poème écrit en 1833.

5 Voir par exemple Marion, dans le poème « Rolla ».

6 George Sand avertissait déjà Musset en ces termes : « Ne t’abandonne au plaisir que quand la nature viendra te le demander impérieusement, mais ne le cherche pas comme un remède à l’ennui et au chagrin, c’est le pire de tous quand ce n’est pas le meilleur » (G.S., Corr., t. II, Lettre 768 à Alfred de Musset, [Venise], 29 avril [1834], p. 569).

7 On connaît « Le paradoxe de la connaissance jalouse » : « Faisant mine de rechercher la vérité, il [le jaloux] fait tout pour la manquer » (Camille Dumoulié « Les cinq paradoxes de la jalousie », dans L’Ecriture romanesque de la jalousie, sous la direction de Pierre Brunel, Paris, Didier-Erudition – CNED, 1996, p. 82).

8 Rappelons qu’il existe une certaine tradition critique concernant La Confession d’un enfant du siècle : de nombreux commentateurs considèrent que l’ouvrage ne vaut que par son 2e chapitre, tout le reste relevant du remplissage larmoyant, voire d’une « illustration insupportable de tout le mussétisme » (Pierre Laforgue, « La Confession d’un enfant du siècle ou histoire, fiction, Œdipe », dans L’Œdipe romantique, Grenoble, Ellug, 2002, p. 161 ; voir aussi Roger Bellet, « La confession politique des enfants malades du siècle », Europe, novembre-décembre 1977, p. 127). En mettant l’accent sur le récit lui-même, j’aboutirai à des conclusions fort différentes.

9 Daniel Lagache, La Jalousie amoureuse. Psychologie descriptive et psychanalyse, Paris, Presses Universitaires de France, 1947.

10 Cité par Lagache, p. 306.

11 Voir notamment p. 255.

12 Lagache rappelle les différences entre « délire d’interprétation » et « délire de revendication » (p. 39).

13 Voir au début du livre l’image tragique de la séparation des hommes et des femmes, p. 69.

14 Le lien avec la névrose peut déjà être soulevé : « L’incapacité de satisfaire aux exigences réelles de l’amour est un des traits caractéristiques de la névrose ; ces malades sont sous l’empire de l’opposition qui existe entre la réalité et les fantasmes de leur inconscient. Ce à quoi ils aspirent le plus ardemment dans leurs rêveries, ils le fuient dès que la réalité le leur offre et c’est quand aucune réalisation n’est plus à craindre qu’ils s’adonnent le plus volontiers à leurs fantasmes » (Sigmund Freud, « Dora », Cinq psychanalyses, Paris, PUF, 15e édition 1989, p. 82‑83).

15 Voir notamment l’article de Camille Dumoulié cité ci-dessus : les cinq « paradoxes » énoncés s’appliquent parfaitement à Octave.

16 G.S., Corr., t. II, Lettre 896 à Alfred de Musset, [Paris, 22 ou 23 ( ?) février 1835], p. 812.

17 Par opposition à l’amour « oblatif » qui est don de soi, l’amour « captatif », fondamentalement égoïste, considère l’autre comme un objet qu’il faut s’approprier.

18 Mentionnons simplement Hetzel et Buloz, qui ont soutenu George Sand lors de la parution du roman Elle et lui, attaqué par Paul de Musset. Quant à Gorge Sand elle-même, l’image qu’elle garde de Musset vingt-cinq ans après leur liaison est sans appel : « Il avait été bien, bien impossible. Mais la raison était-elle saine ? […] Non, allez ! Il était fou, et méchant dans la folie, vraiment fou ! » (G.S., Corr., t. XV, 1981, Lettre 8233 à Hetzel, 1859).

19 Voir Denise Lachaud : « Cette émotion qu’est la jalousie permet, dans la cure, une vraie lecture de l’inconscient, du refoulé, voire du refoulé primordial, lorsque le sujet accepte de s’en donner la peine » (Jalousies, Paris, Hachette littératures, 2000, p. 150).

20 Freud, La Vie sexuelle, « Chapitre IV. Contribution à la psychologie de la vie amoureuse. I Un type particulier de choix d’objet chez l’homme », Paris, PUF, 1969, p. 47.

21 Denise Lachaud confirme : « […] la jalousie se nourrit d’interprétations. Le jaloux accumule des signes comme autant de pièces à conviction. Pour le délirant, il n’y a pas de preuve à décharge : tout conspire pour accuser l’autre » (131).

22 On notera une fois encore que, au-delà du personnage d’Octave, ces propos s’appliquent à Musset lui-même : la longue litanie des femmes aimées apparaît comme la répétition compulsive d’un désir inassouvi, toujours identique, et qui se manifeste invariablement avec la même sincérité dans l’instant.

23 Freud, Névrose, psychose et perversion, Paris, PUF, 1973, p. 273.

24 Voir Pierre Odoul, Le Drame intime d’Alfred de Musset, Paris, La pensée universelle, 1976 ; Viguier (Dr Gaston), Du sentiment de la solitude morale et de quelques états névropathiques chez Alfred de Musset, Thèse pour le doctorat en médecine, Bordeaux, 1933.

25 Voir en particulier Loïc Chotard, « Confession à la marraine. Les lettres de Musset à Caroline Jaubert », Approches du XIXe siècle, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2000, p. 171. Précisons, avec Denise Lachaud : « L’homosexualité est souvent associée à la jalousie et, curieusement, là encore, chez l’homme. […] Nous dirons plus exactement que la jouissance recherchée par le jaloux ou la jalouse est la jouissance féminine » (120).

26 Ce n’est que dans le journal du père que la mère apparaît (p. 205). Ce principe de la famille monoparentale sera généralisé dans les œuvres en prose de Musset, dans les Nouvelles comme dans les Contes (voir G. Castagnès, « Les paradoxes de l’écrivain : les Nouvelles et les Contes d’Alfred de Musset », Nineteenth-Century French Studies, vol. 34 nºs 3 et 4, 2006, pp. 262‑275).

27 « Portia », Poésies complètes, Paris, Librairie Générale Française, « Le Livre de Poche classique », p. 134.

28 Denise Lachaud, avec les psychanalystes modernes, fait remonter la jalousie à une phase préœdipienne (53).

29 Cette disparition du père (ou de la mère pour la fille) comme condition préalable à l’émancipation de l’individu sera un thème essentiel dans plusieurs autres récits en prose écrits ultérieurement (voir G. Castagnès, article cité).

30 La Confession peut se lire comme le désir de retrouver cette Loi, ou plutôt de la trouver : « Ce que nous observons le plus souvent chez le jaloux est que son père n’a pas fait don à l’enfant de la loi […] » (Lachaud, 26‑27). On sait que pendant l’enfance de Musset, le père, occupé par ses travaux littéraires, fut très souvent absent du domicile. En revanche, les rapports entre Alfred et sa mère furent fusionnels, comme nous le rapporte Paul de Musset : « Tant qu’il resta sous l’aile maternelle, – et il y demeura très longtemps, – Alfred de Musset eut pour sa mère une soumission extrême. Il craignait par-dessus tout de lui déplaire ou de l’affliger » (Œuvres complètes, Paris, Charpentier, 1865‑1866, notice sur la vie d’Alfred de Musset, t. X, p. 6).

31 Maleval explique, en reprenant les analyses de Lacan : « Pour l’inconscient, celui qui instaure la Loi est toujours déjà mort : son héritage est transmis par un Nom séparé de la voix qui l’énoncerait. Il n’y a pas à le tuer : le signifiant s’en est déjà chargé » (Jean-Claude Maleval, La Forclusion du Nom-du-Père, Paris, Seuil, p. 86). Pour Lacan, si le meurtre primordial « est le moment fécond par où le sujet se lie à vie à la Loi, le Père symbolique en tant qu’il signifie cette Loi est bien le Père mort » (Lacan, « D’une question préliminaire à tout traitement possible de la psychose », Ecrits, Paris, Seuil, 1966, p. 556).

32 Voir Lacan : « Le névrotique aussi [comme le psychotique] est un témoin de l’existence de l’inconscient, il donne un témoignage couvert qu’il faut déchiffrer » (Jacques Lacan, Le Séminaire III. Les Psychoses, Paris, Seuil, 1947, p. 149).

33 Voir les nombreuses lettres de George Sand à ce sujet, notamment « A François Buloz, [Venise], 4 [et 5] février [1834] », 742, p. 491 ; « A Pietro Pagello, [Venise, 5 ( ?) février 1834] », 744, p. 496, (Traduction) ; « A Pietro Pagello, [Venise,… mars 1834] » 760, pp. 538‑539 » ; « A Gustave Papet, Venise, 8 mai [1834] », 771, p. 580 (G.S., Corr., t. 2).

34 Correspondance d’Alfred de Musset. 1/1826‑1839, établie par Marie Cordroc’h, Roger Pierrot et Loïc Chotard, Paris, PUF, 1985, lettre 36‑13 à Franz Listz, p. 184.

35 La Vie sexuelle, p. 54.

36 Que ce chapitre ait d’abord été publié seul dans La Revue des Deux Mondes du 15 septembre 1835 alors que le livre n’était pas encore achevé (il ne paraîtra qu’en février 1836), ne change rien à ces considérations : l’idée d’écrire La Confession date de plus d’un an, comme nous le confirment les lettres à George Sand (A. de M., Corr., lettres 34‑9 du 30 avril 1834 et 34‑22 du 23 août 1834), et Musset y travaille pendant l’été 1835.

37 On peut penser au pélican de la « Nuit de mai », mais les symboles christiques abondent également dans La Confession (voir la préface de Frank Lestringant dans l’édition de référence).

38 « La jalousie pousse, elle aussi, à lire, à découvrir, à déchiffrer. Elle peut donc aussi être un pousse-à-la-création. Elle peut donc servir le sujet dans le sens où, grâce à elle, il pare au manque et au vide. [§] Passer le fantasme et fissurer le narcissisme sont les conditions essentielles de toute création, que l’on soit homme ou femme. Voie douloureuse s’il en est » (Lachaud, 149).

39 Frank Lestringant, préface, p. 42.

40 « […] malgré des paroxysmes et des rémissions, le délire d’interprétation est permanent, au moins pour un certain noyau délirant […] le délire d’interprétation se caractérise par un état délirant chronique » (39).

41 Voir notamment le témoignage de Mme Martellet (née Adèle Colin), la gouvernante : Dix ans chez M. Alfred de Musset, Paris, Chamuel, 1889. Mme Allan-Despréaux, la célèbre actrice qui fut la maîtresse de l’auteur, se plaignait encore en 1849 de la jalousie délirante de celui-ci (voir Léon Séché, Alfred de Musset. II. Les Femmes, Paris, Société du Mercure de France, 1907, p. 183‑184).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Castagnès, « La Confession d’un enfant du siècle : un romantisme de façade ? », Littératures, 61 | 2009, 87-101.

Référence électronique

Gilles Castagnès, « La Confession d’un enfant du siècle : un romantisme de façade ? », Littératures [En ligne], 61 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/2039 ; DOI : 10.4000/litteratures.2039

Haut de page

Auteur

Gilles Castagnès

Gilles Castagnès est professeur associé de littérature française à l’université Sogang de Séoul. Il a consacré un livre à Alfred de Musset (Les Femmes et l’esthétique de la féminité dans l’œuvre d’Alfred de Musset, Peter Lang, 2004), ainsi que de nombreux articles. Il s’intéresse en particulier à l’œuvre en prose de l’auteur, dont il réédite les Contes et les Nouvelles aux éditions Classiques Garnier, en collaboration avec le professeur Lestingant.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals