Skip to navigation – Site map

HomeNuméros66Comptes rendusAdelphiques, sœurs et frères dans...

Comptes rendus

Adelphiques, sœurs et frères dans la littérature française du xixe siècle, textes réunis par Claudie Bernard, Chantal Massol et Jean-Marie Roulin

Paris, édition Kimé, coll. « Détours littéraires », 2010, 397 p.
Stéphane Gougelmann
Bibliographical reference

Adelphiques, sœurs et frères dans la littérature française du xixe siècle, textes réunis par Claudie Bernard, Chantal Massol et Jean-Marie Roulin, Paris, édition Kimé, coll. « Détours littéraires », 2010, 397 p.

Full text

1L’histoire des hommes est affaire de familles, de lignées et de parentés. Or, depuis la mise à mort du couple royal sous la Révolution, la société française se définit moins par un rapport vertical à une autorité transcendante que par une chaîne horizontale unissant des citoyens égaux devant la loi. La littérature du xixe siècle témoigne de ce changement de paradigme en même temps qu’elle aide à le comprendre : les figures patriarcales y perdent de leur superbe, les liens au sein d’une même génération, en particulier, entre frères et sœurs, y apparaissent renforcés et la fraternité s’y éprouve en tant que valeur collective. Mais l’avènement des frères et le déclin des pères ne se font pas sans heurts : le vacillement des tutelles est facteur de désordre et la fraternité républicaine, au vu des immenses disparités sociales, peut n’être qu’un universel abstrait.

2C’est à ce problème tel qu’il semble se poser dans certaines œuvres littéraires françaises du xixe siècle que se confronte cet ouvrage collectif. Constatant le caractère limitatif des substantifs fratrie et fraternité, souhaitant notamment réfléchir à la place des femmes que ces termes semblent exclure de leur champ, les auteurs optent pour un lexème qui sonne aussi joliment que le nom d’une fleur et qui offre un bouquet fourni de sens : l’adelphie. Ils l’obtiennent essentiellement à partir du mot philadelphie. L’adelphie couvre « pareillement le masculin et le féminin », est « bi- ou pluricéphale », renvoie aux liens du sang, mais peut s’étendre aussi aux frères et sœurs de lait et s’appliquer à ce qui suppose une forme d’élection, les confréries et la fraternité. La plasticité sémantique du terme permet donc d’envisager la question sous de très nombreux aspects. Et si les contributions constituant le livre sont rassemblées en trois parties distinctes, beaucoup d’entre elles excèdent le domaine dans lequel elles sont rangées et finissent par former des entités autonomes.

3Dans la première partie (« L’Adelphie : stratégies auctoriales et constructions narratives »), l’adelphie est envisagée principalement comme source d’inspiration fictionnelle, matière à poétisation. Gisèle Séginger s’attache ainsi à montrer que Paul est présenté par Alfred de Musset comme une muse et une mère et que, d’une façon générale, la fraternité est « un modèle auquel comparer toute relation humaine », à tel point que Musset propose à Sand, en guise d’amour, « une camaraderie fraternelle ». Pourtant, dans l’univers sandien, il ne fait pas toujours bon vivre en Adelphie, comme le prouve Damien Zanone dans son étude sur le statut d’Hippolyte et de Caroline dans Histoire de ma vie. Le demi-frère et la demi-sœur sont « marqués et définis par des scènes d’exclusion », non seulement parce qu’ils s’éloignent, à des degrés divers, de Nohant, mais aussi parce qu’ils sont peu à peu rejetés en lisière du récit, comme si leur éviction narrative était pour l’écrivain condition d’accès à « la plénitude du sentiment de soi ». La transposition romanesque dans Les Frères Zemganno de « l’extraordinaire binôme charnel, spirituel et littéraire » construit par les frères Goncourt est également hautement révélatrice de la manière dont Edmond concevait sa relation avec Jules. Le décryptage que Claudie Bernard lui consacre est lumineux. Sur la piste de cirque décrite dans le roman se joue le théâtre intérieur du romancier et permet la catharsis. La complicité fusionnelle des deux acrobates traduit ainsi le caractère homophile et incestueux de la relation adelphique. On adhère à l’hypothèse selon laquelle la Tomkins – cette écuyère jalouse de l’amour que se vouent mutuellement les Zemganno et qui provoque l’accident de Nello – est l’allégorie de la syphilis qui a emporté Jules, de même qu’il paraît probable que l’écriture de ce roman cherche à ressusciter le frère perdu.

4Par ailleurs, la représentation littéraire de l’adelphie s’appuie souvent sur des savoirs extralittéraires. Dominique Massonnaud relit ainsi Balzac à la lumière des théories de Geoffroy Saint-Hilaire qui postulent un type unique ayant subi des variations organiques fondamentales au gré du temps, mais qui excluent tout écart de nature au sein des genres et des espèces. Ce principe unitaire informe considérablement la vision du monde et le style de Balzac. En particulier, les frères et sœurs y apparaissent comme des êtres régis par le pouvoir du même. Dans cette perspective aussi, tout relâchement des attaches familiales et sociales – ce qui semble être le cas dans les années 1830 où domine l’individualisme – constitue un parjure aux lois de la nature. A contrario, l’adelphie fournit, contre l’atomisation, une « voie du salut », intime et politique, fondée sur le sentiment de communauté. Le postulat idéologique est tout autre chez Zola, mais non moins fondamental : Marta Caraion montre que Fécondité, ce roman de la progéniture nombreuse, « milite […] contre les doctrines néo-malthusiennes, contre les pratiques anticonceptionnelles ». La prolifération adelphique est garante de prospérité économique tant au niveau familial que national, selon une logique que tend à démontrer le récit. Or la narration des enfantements à répétition induit « une architecture musicale des chapitres », un rythme litanique. Dans l’œuvre de Victor Hugo, ce n’est pas à une doctrine scientifique mais à une philosophie de l’Histoire qu’il faut se référer pour comprendre les enjeux des relations adelphiques. Delphine Gleizes pointe cependant les ambivalences de ces représentations. Si dans la poésie, l’adelphie est dépendante de la figure du père, dans les romans, elle est surtout fruit d’une « adhésion consentie : celle des individus en une communauté politique ».

5La deuxième partie, qui traite de l’adelphie à la façon des gender studies (« Sœurs et frères : une mise en question du genre et des rapports sexués »), offre une approche originale et fructueuse des questions de sexuation et de sexe au xixe siècle. En effet, d’une part, le couple frère/sœur témoigne de la suprématie masculine dans la France révolutionnée, d’autre part, les médiations affectives adelphiques s’appuient sur des désirs complexes. Ainsi, Christine Planté, avant même son exposé sur « frère et sœurs dans la poésie de Marceline Desbordes-Valmore », dresse le constat d’une domination des sœurs dans le langage, le droit, la société et la littérature. En matière de poésie, les rôles sont bien marqués : les sœurs sont des muses inspiratrices, au mieux peuvent-elles écrire d’aimables vers, mais, selon la doxa prégnante, les vrais créateurs et les bons lecteurs restent les hommes. On comprend mieux pourquoi la poétesse exprime parfois son sentiment d’exclusion. Dans son œuvre, elle évoque souvent son enfance passée auprès de son frère et de ses sœurs. Elle fait du rapport adelphique une source d’apprentissage, une clef pour se comprendre elle-même mais aussi pour comprendre le monde et décider d’une posture humaniste, notamment en matière de solidarité féminine (« Vous surtout qui souffrez, je vous prends pour mes sœurs », dit-elle).

6Tandis que Lucy Garnier met en évidence les inversions « genrées » dans les romans de Stendhal (frères féminins et sœurs masculines), Marie-Rose Corredor montre que Beyle a joué les mentors autoritaires auprès de sa sœur bien-aimée, Pauline. Mais il finit par la rejeter, en 1825, parce qu’il la jugeait incapable de répondre aux programmes qu’il lui avait fixés. Dans la fiction, il existe aussi de semblables figures oblatives. Ainsi Ève, dans Illusions perdues. La sœur de Lucien est la bonne fée du héros, sage et maternelle. Mais l’ambition sociale de Rubempré se solde par une mise à distance de sa famille : le jeune homme pactise avec les démons de Paris et finit par ne plus entendre son ange gardien d’Angoulême. Le roman s’achève au moment où Ève renonce à cumuler les rôles de sœur et de mère et qu’elle épouse David, en d’autres termes, dès que la verticalité d’une famille à créer évince l’horizontalité d’une relation adelphique hors norme. Xavier Bourdenet énonce cette morale des Illusions perdues et étudie son expression quasi mythographique.

7Évelyne Ender rappelle d’ailleurs que la représentation adelphique se forge souvent au creuset des grands mythes. Antigone sert ainsi de substrat à la réflexion politique de Ballanche qui conçoit la violence révolutionnaire comme une guerre fratricide et aspire à une réconciliation nationale. Elle est utilisée par Nerval dans un sens plus personnel et métaphysique : l’auteur des Filles du feu s’identifierait à Antigone, figure de révolté, personnage clivé entre violence et amour. Cette réflexion sur l’usage du mythe nous invite à sauter plusieurs pages et à évoquer les deux dernières contributions de l’ouvrage, qui portent sur la réécriture de la fable caïnite, pour l’une, dans Pierre et Jean, pour l’autre, dans les Rougon-­Macquart. Le propos de Chantal Massol, remarquable d’érudition et de finesse, met en lumière le détournement par un Maupassant pessimiste des mythèmes de l’histoire biblique : c’est le triomphe d’Abel-Jean, le bourgeois, fade et médiocre, et la défaite de Pierre-Caïn, dont la révolte paraît stérile. Cette déligitimation du modèle fraternel fait alors de Pierre et Jean « un véritable récit de dé-fondation démocratique ». En ce qui concerne le cycle de Zola, Corine Saminadayar-Perrin décèle une logique caïnite sous-jacente dans l’évolution de la famille, commandée par l’économie propre du roman mais répondant aussi à un principe anthropologique, voire une caractéristique politique du second Empire : les forts éliminent les frères rivaux pour capter l’argent ou le pouvoir.

8On pourra trouver surprenant de trouver Proust parmi les écrivains étudiés. Est-ce à dire que les adelphies proustiennes relèvent d’une conception propre au xixe siècle ? Rien n’est moins sûr. Mais il est vrai que La Recherche contient « une multitude de petits romans adelphiques », dont Stéphane Chaudier s’emploie à donner une interprétation fouillée. De sa contribution, on retient notamment l’idée qu’en faisant choix d’un narrateur hétérosexuel et fils unique, Proust semble s’éliminer lui-même et se substituer à son frère. Au sein du roman, les parentés adelphiques sont souvent consubstantielles à des questions de mondanité, de pouvoir et de sexualité. L’homosexualité notamment creuse la différence entre M. de Charlus et son frère, le duc de Guermantes. Chez Zola, en revanche, elle semble facteur de rapprochement, du moins tend-elle à créer des fraternités électives. En effet, dans La Débâcle, Jean et Maurice entretiennent une amitié oscillant entre « homosocialité et fraternité », selon Nicolas White, mais qui ne résiste pas à la césure politique. C’est dans la « guerre fratricide » que se livrent, pour finir, Jean le modéré et Maurice le révolutionnaire que réside l’ultime débâcle.

9La dernière partie considère l’adelphie comme lieu de réflexion de ce qui la dépasse : « politique, société, histoire ». Elle se concentre sur la notion de fraternité héritée de la Révolution et mise à l’épreuve dans la littérature du xixe siècle. À cet égard, la parenté de lait qui unit sous un même sein des enfants d’origine sociale différente apparaît comme un fidèle « baromètre de la solidarité entre les individus occupant le bas et le haut de la hiérarchie ». Julia Przybos, s’appuyant sur l’examen de textes grand public et mélodramatiques, estime que, dans la littérature populaire, persiste l’idée conservatrice d’un peuple doté d’une nature : la fille misérable ne se confond jamais avec la fille aux nobles ascendances. À propos d’œuvres de meilleur aloi (Indiana, On ne badine pas avec l’amour et Sylvie), Jean-Marie Roulin constate, pour sa part, que « la fraternité vient mettre au jour le caractère utopique de l’égalité » : Noun, sœur de lait, est aussi la femme de chambre d’Indiana ; Camille et Perdican adoptent une attitude de domination vis-à-vis de Rosette. Chez Nerval, le déséquilibre entre le narrateur et le Grand Frisé est moins saillant. Il n’en reste pas moins que le retour raté dans le Valois signe un échec autant personnel que politique : l’utopie rousseauiste est « perdue à jamais ».

10Dans « Les Jumeaux littéraires au xixe siècle, entre merveille et monstruosité, l’exemple du Masque de Fer », J. Anselmini rappelle l’histoire et les différentes versions du mythe du Masque de Fer et confronte Les Jumeaux de Hugo, Le Vicomte de Bragelonne de Dumas et La Prison de Vigny. Chez Vigny, le sort du Masque est celui de « l’homme désespéré, confronté à l’injustice des hommes et au silence de Dieu ». Chez Hugo et Dumas, la gémellité, par sa dimension monstrueuse, stimule l’imaginaire créateur. Cependant, si Hugo fait du frère de Louis XIV une figure emblématique des victimes de l’absolutisme, Dumas se montre plus ambigu : le Masque, proche de Fouquet, est aussi coupable d’avoir voulu conspirer contre le roi. Ambiguïté également chez Sue. Aude Déruelle explique ainsi que, dans Les Mystères du Peuple, deux causes de légitimation du peuple s’affrontent, l’une horizontale, l’autre verticale : d’une part, l’affirmation politique d’une fraternité entre le peuple et la bourgeoisie, d’autre part, la référence à une origine ancestrale gauloise sur le modèle de la lignée aristocratique.

11On le voit, la prise en compte de configurations adelphiques variées dans des œuvres d’époques, de styles et de genres très divers permet de mieux cerner une vérité psychologique propre à un type de relation familiale, mais aussi d’approcher le xixe siècle par un biais inusité. Le rapport entre frères et sœurs contient de nombreux enjeux idéologiques, historiques et sociaux que ces Adelphiques contribuent très nettement à mettre au jour.

Top of page

References

Electronic reference

Stéphane Gougelmann, Adelphiques, sœurs et frères dans la littérature française du xixe siècle, textes réunis par Claudie Bernard, Chantal Massol et Jean-Marie RoulinLittératures [Online], 66 | 2012, Online since 26 December 2013, connection on 23 June 2021. URL: http://journals.openedition.org/litteratures/204; DOI: https://doi.org/10.4000/litteratures.204

Top of page

About the author

Stéphane Gougelmann

By this author

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search