Navigation – Plan du site
Notes et documents

Une lettre inédite de Jules Laforgue

Mireille Dottin-Orsini
p. 193-205

Texte intégral

  • 1 298 lettres pour les deux premiers tomes, dont une quarantaine d’inédites à la date. Le dernier tom (...)
  • 2 http://www.orsini.net/laforgue/

1Les trois tomes des Œuvres Complètes de Jules Laforgue aux éditions de L’Âge d’Homme (1986, 1995 et 2000) reproduisent trois cents lettres du poète1. Un grand nombre reste à retrouver, dont la correspondance avec Paul Bourget, qui dut être importante, ou avec le peintre Jacques-Emile Blanche. La brève lettre que nous reproduisons ici est inédite. Elle nous a été signalée grâce au site d’Internet sur Jules Laforgue2 qui avait été créé l’année où Les Complaintes figuraient au programme de l’Agrégation de Lettres modernes (2000), et par lequel nous contacta Lucien Lachièze-Rey, dont les archives familiales conservaient cette lettre du poète.

2Nous ne saurions assez remercier la famille Lachièze-Rey de nous avoir autorisée à la publier, et plus particulièrement Lucien Lachièze-Rey de nous avoir donné sur son destinataire et les circonstances de son envoi toutes les précisions nécessaires à sa compréhension, précisions que nous utilisons largement ci-dessous.

3Voici le texte de cette lettre :

« Cher Monsieur Dussuc –
Je veux espérer que la décision pour laquelle je vous écris et que m’impose une fatalité, très-naturelle comme vous allez le voir, ne vous vaudra aucun désagrément.
Je suis obligé de renoncer à l’honneur d’être présenté à Madame Schmidt-Lafourcade. Je ne resterai guère que le mois prochain – et ce sera le dernier – à Berlin.
Ce dernier mois, en outre, ne m’appartient pas ; ma vie en effet devient moins personnelle par un incident qui vous expliquera tout : je me suis fiançé.
Je vous demande la discrétion absolue sur ces confidences que je vous devais à vous pour m’excuser de mon involontaire attitude envers Madame Schmidt-Lafourcade qui sera assez indulgente pour me reléguer parmi les nombreux oubliés qui souhaitèrent être reçus dans son salon et n’en eurent pas l’occasion.
Encore mes excuses pour vous-même, je vous prie, et mes bonnes salutations.
Jules Laforgue »

  • 3 Lucien Lachièze-Rey a publié entre autres, Les Cahiers de doléances du Tiers État de la sénéchaussé (...)

4La lettre, non datée, occupe trois pages, la dernière étant vierge ; elle est écrite à l’encre noire sur papier blanc de format étroit (11,3 × 17,7 cm.) ; l’enveloppe n’a pas été retrouvée. Le décryptage de l’écriture difficile de Laforgue avait été fait par Lucien Lachièze-Rey, familier des manuscrits3.

  • 4 Gallimard, 2009, p. 158 (le nom est omis dans l’Index) : Lanzmann, jeune khâgneux désargenté, entre (...)

5Le destinataire de la lettre, Henri Dussuc, est le grand-père maternel de Lucien Lachièze-Rey, prêtre du diocèse de Cahors, dont le père, le philosophe chrétien (et kantien) Pierre Lachièze-Rey, fut professeur de philosophie de 1932 à 1936 à l’Université de Toulouse, où il connut Paul Dottin (1895‑1965), alors professeur d’anglais, qui sera nommé recteur de l’Académie de Toulouse à la Libération. Pierre Lachièze-Rey a publié entre autres en 1938 Le Moi, le Monde et Dieu. Claude Lanzmann, dans ses mémoires récemment publiés, Le Lièvre de Patagonie, parle de cet ouvrage et de la façon dont il se le procura dans ses jours de « dèche fabuleuse » 4.

  • 5 Jules Laforgue, Œuvres complètes, Lausanne, L’Âge d’Homme, tome III (2000), pp. 721, 761, 1001. Dor (...)
  • 6 O.C. tome III, p. 470 (rectifier le nom : Pablo Sarasate).

6Henri Dussuc (1859‑1931), fils d’un courtier en soieries de Lyon, après avoir séjourné en Irlande et en Angleterre pour parfaire sa formation commerciale et sa pratique de l’anglais, passa deux ans à Berlin pour apprendre l’allemand. Il y fréquenta la cour impériale qu’il fournissait sans doute en tissus lyonnais et où il put rencontrer Jules Laforgue, qui fut durant cinq ans, jusqu’en 1886, le lecteur de français de l’Impératrice Augusta, et avait sensiblement le même âge que lui. Un jeune artiste espagnol présenta Henri Dussuc à Madame Schmidt-Lafourcade, dont le salon élégant recevait, outre les Français éminents de passage à Berlin ou y résidant, des célébrités du monde artistique et scientifique comme le docteur Koch (inventeur du bacille) ou le violoniste et compositeur Pablo de Sarasate. Laforgue mentionne ce dernier plusieurs fois dans Berlin, la Cour et la Ville5 comme « un des virtuoses » jouant régulièrement dans les réceptions impériales : la Carmen-Fantaisie de Sarasate (1883) ne pouvait que plaire à une Impératrice férue de l’opéra de Bizet. Laforgue a pu aussi apprécier le portrait du célèbre violoniste par Whistler, intitulé Arrangement in Black (1884)6.

7La lettre montre qu’à son tour Henri Dussuc proposa à Laforgue de l’introduire dans ce salon réputé, invitation déclinée par le poète. Il était coutumier de ces refus : dès le début de son séjour allemand, il doit avouer à son ancien patron Charles Ephrussi n’avoir pas utilisé ses lettres de recommandation ; à son ami Gustave Kahn, plus tard, il confie n’être heureux que « quand des gens chez qui [il] visite commencent à déloger », c’est-à-dire à quitter Berlin, lassé des obligatoires dîners débilitants, des matinées de bienfaisance, de ceux « à qui on est obligé de refuser, qui vous font des reproches aimables, qu’on doit éviter dans tous les endroits publics où l’on va » (II, p. 838). Mais ici refuser est plus facile, et les raisons en sont trop importantes pour n’être que des alibis. Laforgue vient de prendre deux décisions qui bouleverseront sa vie, quitter définitivement la cour et se fiancer, la première ayant sans doute précédé la deuxième, mais on sait que l’Impératrice n’acceptait pas dans son service les gens mariés. La correspondance du poète, bien avant qu’il ne rencontre sa future fiancée, montre qu’il ressent invariablement son séjour allemand comme un exil : il s’ennuie, se sent coupé de Paris où « tout » se passe, souffre du provincialisme berlinois et aussi, malgré quelques amis proches comme Théo Ysaÿe, de la solitude, sa pratique orale de l’allemand étant insuffisante. Dans une lettre à sa sœur de juillet 1885, il se demande s’il restera un hiver de plus à Berlin : « J’ai déjà dit ici que mon avenir personnel me forçait à quitter l’Impératrice » – mais il ajoute : « Je suis tout à fait irrésolu. […] Je crois que je resterai encore un an » (II, p. 775).

  • 7 Europe, mai 1985, n˚ 673 « Jules Laforgue » : « L’Année 1886 ».
  • 8 O.C. II, Des Fleurs de Bonne Volonté, « Sancta Simplicitas » XLI, p. 230 : « Vaisseaux brûlés ! et, (...)

8Le point essentiel de la lettre à Henri Dussuc est bien sûr la mention de ses fiançailles, bizarrement appelées « fatalité, très-naturelle » puis « incident », ainsi que le secret absolu que Laforgue exige de son correspondant. La lettre date bien évidemment de l’année 1886, ce « point culminant » de la vie de Laforgue suivant David Arkell7. Cette année qui commença par une visite à Elseneur est celle où il rencontra Edouard Dujardin et Teodor de Wyzewa, où fut fondée La Vogue, ce qui exacerba son désir de revenir à Paris ; c’est l’année de composition des Fleurs de Bonne Volonté et de la parution des Moralités légendaires dans La Vogue, l’année où, vers le 10 août, il se lance dans le vers libre : « J‘oublie de rimer, j’oublie le nombre des syllabes, j’oublie la distribution des strophes, mes lignes commencent à la marge comme de la prose […] Je ne ferai plus de vers qu’ainsi » (II, pp. 863‑864). L’année, enfin, où il se fiança et se décida à revenir en France, brûlant doublement ses vaisseaux8.

  • 9 « Mariage, ô dansante bouée,/Peinte d’azur, de lait doux, de rose,/Mon âme de Corsaire morose,/Va, (...)

9C’est en janvier 1886 que Laforgue rencontre Leah Lee, qui lui donne des leçons d’anglais à Berlin deux fois par semaine, et c’est le 8 septembre suivant qu’il annonce par lettre ses fiançailles à sa sœur Marie. Mais entre ces deux dates, le projet de mariage est bien cette « dansante bouée » dont parle un poème des Fleurs de Bonne Volonté9 : ce ne sont qu’hésitations, affirmations suivies de dénégations, elles-mêmes remises en doute, et cela jusqu’au dernier moment. Sa lettre à Henri Dussuc parle du « mois prochain » comme du « dernier » mois passé à Berlin, mais s’agit-il d’août ou de septembre 1886 ? En août, Laforgue suivait habituellement la cour en villégiature, à Hombourg, Bade, Schlangenbad ou Babelsberg, avant de prendre ses vacances à Paris ou à Tarbes. En 1886, il prend des vacances à Paris du 12 juin au 15 juillet, puis revient en Allemagne pour suivre la cour à Schlangenbad puis Babelsberg ; début septembre, il est à Berlin où il retrouve Leah Lee qu’il demande en mariage. Il quitte Berlin le 9 septembre pour revenir définitivement à Paris au début d’octobre, après avoir séjourné à Arlon (Belgique) pour le mariage, le 28 septembre, du violoniste Eugène Ysaÿe, frère de son ami Théo, puis être passé à Verviers pour y retrouver brièvement celle qui est désormais sa fiancée.

  • 10 Lettre à Gustave Kahn, O.C. II, p. 870. Cf. ce titre des Fleurs de Bonne Volonté : « Cas rédhibitoi (...)

10La lettre à Henri Dussuc précède-t-elle l’« annonce faite à Marie » du 8 septembre ou la suit-elle de peu ? Une indiscrétion de son correspondant l’aurait mis dans une position délicate s’il n’avait encore prévenu personne à la cour de sa démission ni de ses fiançailles. Il est d’ailleurs curieux qu’il utilise des révélations aussi personnelles pour décliner une offre mondaine, plutôt que tout autre prétexte moins compromettant. Volonté, là encore, de brûler ses vaisseaux ? Comme on va le voir – et si l’on en croit ses lettres – Laforgue affirmant encore ses fiançailles absolument impossibles cinq jours avant de se déclarer, le 6 septembre 188610, il est peu probable qu’il les ait apprises auparavant à une relation qui n’était pas un ami intime et de plus fréquentait la cour, fût-ce pour se débarrasser poliment d’une corvée. Car la lettre ne parle pas seulement de son départ définitif d’Allemagne, elle mentionne aussi l’« incident » de ses fiançailles pour renchérir sur l’impossibilité d’accepter l’invitation. Cette lettre à Henri Dussuc pourrait donc dater du 6 ou 7 septembre, ou du même jour que la fameuse lettre à sa sœur du 8 septembre, puisqu’il part dès le lendemain pour la Belgique. La disparition de l’enveloppe nous empêche de savoir le lieu de son expédition, mais la mention du « dernier mois à Berlin » rend peu probable qu’elle ait été envoyée plus tardivement : le secret n’aurait plus été nécessaire.

Le mariage de Jules Laforgue

11La première mention de Leah Lee, future madame Laforgue, apparaît dans une lettre aux frères Ysaÿe du 30 janvier 1886 : « Vous ai-je dit que je suis ici [à Berlin] merveilleusement épris d’une jeune Anglaise, mon professeur d’anglais, et que je pourrais bel et bien me fiancer. Ce serait beau, et beau comme une chose définitive » (II, p. 816) ; à Gustave Kahn, peu après, il adresse un vibrant éloge du mariage : « quant à moi j’y songe quotidiennement et franchement », ajoute-t-il, lassé « des après-midi seul parmi mes lambris célibataires » (II, p. 819). Kahn l’ayant pris à la blague, il lui réitère le 10 mars sa conviction personnelle :

« Je ne puis et ne pourrai jamais manger seul. Je ne puis aller seul dans un cirque, etc., dans un musée, une exposition.
[…] Et pour voyager, idem. Il faut, quand j’installerai ma vie, que j’aie un chez moi et que j’y sois retenu ou rappelé (après errer) par un camarade. Et le camarade autant que faire devra alors en outre apporter tout une moitié de choses : être féminin.
[…] Au moment de ma dernière lettre […] j’étais (je ne le suis plus réellement) parfaitement amoureux d’une petite personne absurde et étonnante qui est Anglaise et devant qui tu baisserais tout de suite les yeux » (II, p. 827).

12Dix jours après, au même : « Avec le dernier froid, la tarentule grave du mariage a cessé de me… tarentuler » (II, p. 828). Une lettre à sa sœur Marie de fin mars ou début avril revient sur le « je ne le suis plus réellement » :

« J’ai failli me fiancer avec une petite Anglaise orpheline. Je me suis repris à temps par une simple peur de confier la moitié de ma liberté à un moment où je ne suis pas encore bien installé dans ma carrière d’Homme de lettres. – Mais il n’est pas dit que je ne lui revienne un jour. En tous cas je sens bien que le mariage est une question qui m’attend fatalement et que ce n’est plus qu’une affaire de temps. Je ne supporterai jamais la solitude, et d’autre part je n’ai pas le cœur à la vie faite de petites aventures même romanesques. » (II, p. 832).

  • 11 Voir Jules Laforgue, biographie de Jean-Jacques Lefrère, Paris, Fayard 2005, p. 479, note 25.
  • 12 Des Fleurs de Bonne Volonté, « Dimanches » XXXVI, O.C. II, p. 220.

13C’est à ce moment que se situe peut-être un curieux épisode, rapporté sur le tard par Edouard Dujardin11 : ce poète si timide, ayant posté une demande en mariage à Leah Lee et s’étant aussitôt ravisé, osa utiliser ses relations à la cour (l’Impératrice elle-même, suivant Dujardin) pour récupérer sa lettre dans la boîte avant qu’elle ne parte : « O Poste, automatique Poste » 12

14Puis il écrit à son frère aîné Émile, le 10 avril, qu’il a décidé de revenir définitivement à Paris : « tout plutôt qu’un second hiver à Berlin – j’y perds mon temps sans intérêt, et j’ai par lassitude failli m’y marier. Ce que je n’ai pas encore le droit de faire » (II, p. 834).

15Le 17 avril, il annonce à Kahn « la grande nouvelle et ultra-sérieuse » de sa décision d’abandonner son poste à la cour : il « quitte », avec « un prétexte de famille » qui ne vise pas son mariage, mais plutôt sa nombreuse fratrie, et qu’il répète à Théodore Lindenlaub au début de mai (II, p. 846). Chaque fois, il affirme qu’il arrivera à Paris avec 2 000 francs, ce qui lui permettrait de vivre un an, « ultra-nippé et lingeux ». Mais à sa sœur Marie, il semble n’avoir rien dit de sa volonté de départ : ce n’est que le 1er septembre qu’il lui écrit assez brutalement : « « si je te l’ai déjà dit, je te le répète, je quitte définitivement l’Allemagne – Cinq ans me suffisent – Je m’installe à Paris » (II, p. 871), ajoutant qu’il revient avec « de quoi se meubler, payer un trimestre et vivre un mois », ses espérances comme ses finances ayant pour le moins diminué depuis avril. Ce même 1er septembre, il réaffirme à Kahn sa décision de partir (III p. 870), et le remercie de son « tremblotant conseil » de n’en rien faire. Pour se justifier, il lui dit que s’il restait, il se retrouverait « infailliblement marié avec quelqu’une qui m’est absolument interdite de par moi, elle, et tout » – puis il se déclare le 6 septembre.

  • 13 En fait, Leah, après avoir retrouvé Laforgue à Verviers, partira préparer leur mariage en Angleterr (...)
  • 14 Leah Lee avait en outre douze frères et sœurs.

16Enfin, le 8 septembre, après huit mois de palinodies, Laforgue écrit à sa sœur une lettre de seize pages (III p. 872) qui dut lui coûter bien du temps et des hésitations : il lui apprend ses fiançailles avec la jeune Anglaise, et commence sa missive par un lapsus intéressant : « je t’écris en tremplant ma plume dans une encre desséchée… ». Il présente longuement la jeune fille, en prenant habilement les devants pour tous les points qui pourraient choquer sa sœur : celle qu’il veut épouser est une étrangère de vingt-cinq ans, trilingue, vivant seule et indépendante, loin de sa famille, d’une pension de son père et de leçons particulières d’anglais, ce qui à l’époque pouvait paraître suspect. Il précise donc que Leah n’a pas d’élèves masculins, qu’elle a fait une exception pour lui, « le seul par conséquent qui venait chez elle » ; qu’elle a d’abord rougi et n’a pas répondu quand il a osé lui proposer d’aller au musée avec lui ; qu’il ne lui a pas (encore) dit « je vous aime », et que la demande en mariage, à laquelle « elle a dit oui avec un regard extraordinaire » s’est terminée par « une solide poignée de main ». Il la prévient « qu’elle vit seule et libre depuis deux ans et qu’elle a voyagé seule – chose naturelle aux Anglaises et qui ne tire pas plus à conséquence », qu’elle est protestante mais « ne pratique nullement » ; qu’à leur arrivée à Paris, il la confiera à une pension pour jeunes filles13. En fin de lettre, il spécifie, « par acquit de conscience », qu’elle « n’a aucune espèce de dot »14. Enfin, perpendiculairement, dans la marge : « Écris-moi que tu es contente ». Pour finir, il enveloppe sa missive d’un papier « parce que l’envelope est transparente ».

17Cette nouvelle ne pouvait qu’inquiéter cette famille de dix autres enfants, orphelins, sans grandes ressources, et dont certains, comme Émile ou Charles, posaient divers problèmes quant à leur avenir. Sa sœur Marie s’était mariée en 1885 avec l’architecte tarbais Gustave Labat, qui assurait le tutorat de ses beaux-frères et sœurs encore mineurs ; elle a une fille dont Laforgue est le parrain, et attendra bientôt un deuxième enfant. Tous pensaient que Jules, grâce à son poste à Berlin, était au moins tiré d’affaire sur le plan financier. Lui-même, au soir de son arrivée en Allemagne, écrivait à sa sœur, plein d’enthousiasme : « Je suis sauvé. Je vais me laisser vivre, dans ces opulences. […] mes frères n’ont qu’à se laisser faire, je les caserai tous » (I, p. 716). Mais en dehors du bon salaire de son poste de lecteur, Laforgue n’avait que des espérances, et surtout beaucoup d’illusions.

  • 15 Le candidat qui fut retenu était un normalien, historien d’art (O.C. III, p. 886).
  • 16 En mai 1887, très malade, il écrit encore à Marie : « « sache d’un mot que j’ai le droit d’être fie (...)

18Marie mettra plusieurs semaines à répondre à la longue lettre de son frère, ce qui l’inquiéta fort ; quand sa lettre arrive enfin, il la rassure en énumérant ses projets lucratifs, dont une place d’attaché conservateur au musée de Versailles qu’il donne comme assurée – et pour laquelle, n’ayant pas le bachot, il n’a sans doute pas même candidaté15. Il espère placer à L’Illustration son livre sur Berlin et des articles, pour profiter de la mort de Guillaume 1er que l’on disait imminente – mais il mourra avant l’Empereur. Il annonce un roman, une pièce de théâtre pour la Comédie-Française, il parle de sa « gloire » : « J’ai bien choisi mon moment pour quitter l’Allemagne et me marier – car la voici venir » (II, p. 889)16.

19Il se faisait des illusions sur l’état de ses finances personnelles, comme sur la possibilité de vivre de sa plume à Paris ou sur sa reconnaissance prochaine en tant qu’homme de lettres. À moins qu’il ne présente consciemment de vagues espoirs comme des certitudes, dans le but de faire accepter ses imprudentes fiançailles à sa sœur, pour qui ce projet de mariage et de retour en France pouvait paraître au moins prématuré, sinon une dangereuse folie. Il tient à souligner que son irrévocable volonté de quitter l’Allemagne n’est pas liée à son projet de mariage, mais à sa décision de vivre de sa plume : fiancé ou pas, il devait partir. Cependant, des 2000 francs qu’il annonçait en avril pouvoir rapporter à Paris pour y vivre un an, en septembre 1886, il ne lui reste « plus un sou » (II, p. 880). Pour s’installer à Paris, il devra demander à son beau-frère Gustave Labat un emprunt sur les valeurs immobilières urugayennes dont vivait la famille, en arguant de son sérieux, en demandant à tous de lui faire confiance :

« Ce n’est pas à la légère que j’ai quitté ma place auprès de l’Impératrice, ce n’est pas à la légère que je me marie et avec une personne sans fortune, ce n’est pas à la légère que je demande qu’on me confie de l’argent que je sais être absolument nécessaire à l’existence de mes frères et sœurs »… (II, p. 891).

20Lorsqu’il arriva en Allemagne à la fin de l’année 1881, Laforgue se crut définitivement assuré d’une certaine aisance, et sa famille avec lui : « Je serai heureux, et vous le serez » (I, p. 705). En fait, il y mena une vie fort coûteuse ; l’économie n’était pas son fort, et il dépensa l’essentiel de son salaire sans trop s’en rendre compte, à des voyages dans différentes villes allemandes, à des séjours à Paris et à Tarbes pendant ses vacances, à des virées de célibataires, à des costumes et du linge, car il tenait à l’élégance, à des œuvres et des ouvrages d’art. Il doit souvent emprunter à ses amis, à qui il fait aussi de petits prêts, et fait même appel à un usurier, en juillet 1886, pour régler un tailleur parisien.

  • 17 Cependant, une lettre de sa veuve (II, p. 945) précise que les dernières semaines du poète furent « (...)
  • 18 En fait, sa correspondance le montre, Paul Bourget et Ephrussi l’aideront jusqu’à la fin.

21Illusion, imprévoyance coupable ? On pourrait penser qu’il a précipité sa fin prématurée et pauvre (ses dernières lettres sont des demandes pressantes d’argent)17 en quittant volontairement, malgré tous les conseils de prudence, la niche dorée et confortable de l’exil berlinois où il a rédigé l’essentiel de son œuvre. Il risquait en outre de s’aliéner ainsi ses deux plus profitables appuis, celui de Paul Bourget et celui de Charles Ephrussi, qui lui avaient procuré, grâce à leurs relations, son poste à la cour de Berlin18. Sans compter l’Impératrice Augusta, qui tenait à son lecteur dont elle était fort satisfaite, et ne fut sans doute prévenue qu’au dernier moment.

22Mais Laforgue, en 1886, n’est plus tout à fait le jeune homme timide éperdu de gratitude qu’il était au moment de partir pour l’Allemagne. Il a décidé, non sans hésitations et tourments, de prendre sa vie en mains. Il a désormais conscience de sa valeur, il a publié deux recueils de poèmes (à compte d’auteur), des nouvelles dans La Vogue et de nombreux articles, on lui en demande d’autres, il a de nombreux projets. Il ne veut plus vivre seul, et s’il songe à se marier le plus tôt possible après avoir annoncé ses fiançailles, à une époque où les fiançailles duraient longtemps, c’est aussi à cause de la situation précaire de sa fiancée. Comme il le répète à tous ceux qui s’inquiètent, il est persuadé de réussir à se faire un nom dans le monde des lettres : on lui promet un bel avenir.

23Après bien des difficultés, argent familial qui n’arrive pas, refus des banques, papiers manquants, Laforgue se marie à Londres, « en un quart d’heure sans messe », le 31 décembre 1886 (II, p. 909), souffrant déjà de la phtisie qui l’emportera à vingt-sept ans, le 20 août 1887.

Haut de page

Notes

1 298 lettres pour les deux premiers tomes, dont une quarantaine d’inédites à la date. Le dernier tome y ajoute, dans ses Annexes, outre une lettre de Paul Bourget à Laforgue (avril 1882), quatre lettres du poète à sa sœur Marie (août et 3 novembre 1882, 2 et 24 avril 1883), ainsi que les errata de la correspondance des deux tomes précédents. Les dates des lettres, quand elles n’étaient pas mentionnées, ont été établies par Jean-Louis Debauve avec le concours de David Arkell.

2 http://www.orsini.net/laforgue/

3 Lucien Lachièze-Rey a publié entre autres, Les Cahiers de doléances du Tiers État de la sénéchaussée de Martel pour les États généraux de 1789 (1989). Il possède des archives privées de documents anciens relatifs à sa famille, dont des membres au xviiie siècle furent députés aux États généraux.

4 Gallimard, 2009, p. 158 (le nom est omis dans l’Index) : Lanzmann, jeune khâgneux désargenté, entre autres « frasques », volait aux PUF des livres de philosophie – dont Le Moi, le Monde et Dieu, « car [dit-il] j’étais éclectique ».

5 Jules Laforgue, Œuvres complètes, Lausanne, L’Âge d’Homme, tome III (2000), pp. 721, 761, 1001. Dorénavant : O.C. Pour les citations des lettres de Laforgue, nous mettrons les références de cette édition (tome, page) entre parenthèses.

6 O.C. tome III, p. 470 (rectifier le nom : Pablo Sarasate).

7 Europe, mai 1985, n˚ 673 « Jules Laforgue » : « L’Année 1886 ».

8 O.C. II, Des Fleurs de Bonne Volonté, « Sancta Simplicitas » XLI, p. 230 : « Vaisseaux brûlés ! et, à l’horizon, nul divorce !/C’est ça qui vous donne de la force ! »

9 « Mariage, ô dansante bouée,/Peinte d’azur, de lait doux, de rose,/Mon âme de Corsaire morose,/Va, ne sera jamais renflouée !… », « Dimanches » XXX, O.C. tome II, p. 207.

10 Lettre à Gustave Kahn, O.C. II, p. 870. Cf. ce titre des Fleurs de Bonne Volonté : « Cas rédhibitoire (mariage) », O.C. II, p. 252.

11 Voir Jules Laforgue, biographie de Jean-Jacques Lefrère, Paris, Fayard 2005, p. 479, note 25.

12 Des Fleurs de Bonne Volonté, « Dimanches » XXXVI, O.C. II, p. 220.

13 En fait, Leah, après avoir retrouvé Laforgue à Verviers, partira préparer leur mariage en Angleterre. Voir la biographie de Jean-Jacques Lefrère, op. cit. p. 517.

14 Leah Lee avait en outre douze frères et sœurs.

15 Le candidat qui fut retenu était un normalien, historien d’art (O.C. III, p. 886).

16 En mai 1887, très malade, il écrit encore à Marie : « « sache d’un mot que j’ai le droit d’être fier ; il n’y a pas un littérateur de ma génération à qui on promette un pareil avenir » (II, p. 925).

17 Cependant, une lettre de sa veuve (II, p. 945) précise que les dernières semaines du poète furent « sans souci d’argent », grâce à Teodor de Wyzéwa.

18 En fait, sa correspondance le montre, Paul Bourget et Ephrussi l’aideront jusqu’à la fin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mireille Dottin-Orsini, « Une lettre inédite de Jules Laforgue », Littératures, 61 | 2009, 193-205.

Référence électronique

Mireille Dottin-Orsini, « Une lettre inédite de Jules Laforgue », Littératures [En ligne], 61 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/2082

Haut de page

Auteur

Mireille Dottin-Orsini

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals