Navigation – Plan du site
Notes et documents

L’Interview de Léon Bloy par Georges Le Cardonnel et Charles Vellay (1905), présentée par Émile Van Balberghe

Émile Van Balberghe
p. 207-220

Texte intégral

  • 1 Cf. J.-K. Huysmans, Interviews. Textes réunis, présentés et annotés par Jean-Marie Seillan. Paris, (...)
  • 2 Cf. notre article, « “Je frappe à droite et à gauche, voilà tout.” L’interview de Léon Bloy par Rob (...)
  • 3 Maurice Toussaint, « Courtoise visite au “Mendiant ingrat”. Chez Léon Bloy », L’Intransigeant du 3  (...)

1Contrairement à son contemporain J.-K. Huysmans (1848‑1907)1, pour ne citer qu’un nom, Léon Bloy (1846‑1917) ne fait guère l’objet d’interviews ou de demandes de réponses à des enquêtes. Il n’a été sollicité qu’à une dizaine de reprises. La première interview, il l’accorde à Robert Caze en 1885 ; elle est peut-être le résultat d’une combine entre deux potes2. La dernière, en 1911, est rédigée par Bloy lui-même avec la complicité de son ami le sculpteur Frédéric Brou3.

  • 4 Georges Le Cardonnel (1872‑1941), frère cadet de l’abbé Louis Le Cardonnel, poète (1862‑1936). Crit (...)
  • 5 Charles Vellay (1876‑1953), docteur d’État pour une thèse sur l’histoire de l’antiquité grecque sou (...)
  • 6 Georges Le Cardonnel et Charles Vellay, La Littérature contemporaine (1905). Opinions des écrivains (...)
  • 7 Léon Bloy, Journal inédit. Texte établi par Marianne Malicet, Marie Tichy et Joseph Royer sous la d (...)

2À la date du 2 janvier 1906, lorsqu’il prend connaissance de l’interview que firent de lui deux journalistes, Georges le Cardonnel4 et Charles Vellay5, insérée dans leur volume sorti de presse au dernier trimestre 19056, Bloy écrit dans son journal intime7 :

  • 8 L’un d’eux est sans doute le journaliste André Dupont (1884‑1916), alors sous les drapeaux, ami de (...)
  • 9 Ont alors paru Le Mendiant ingrat (Bruxelles, Deman, 1898) et Mon journal (Paris, Mercure de France (...)

En mon absence, les deux frères Dupont8 sont venus me porter un livre La Littérature contemporaine de Le Cardonnel et Charles Vellay qui vinrent m’interviewer l’été de 1904 rue Girardon. Article sur moi très satisfaisant. Utilisant mon Journal 9, ils me font dire d’excellentes choses sur l’argent et le Pauvre.

  • 10 Paris, Mercure de France, 1909.
  • 11 Léon Bloy, Journal, op. cit., t. 1, pp. 589‑592 (citation p. 589).

3Dans L’Invendable, quatrième volume de son journal édité10, il édite l’interview à la date du 6 janvier 1906, faisant précéder l’édition de ce court commentaire11 :

On m’apporte La Littérature contemporaine. Opinions des écrivains de ce temps, par Georges Le Cardonnel et Charles Vellay, jeunes gens qui vinrent ensemble m’interviewer, il y a quinze ou seize mois. Les pages me concernant sont exactes et j’ai voulu les conserver.

  • 12 Léon Bloy, Journal inédit, t. 3 cité, pp. 499‑500.

4Grâce à l’édition du journal inédit, nous pouvons aujourd’hui savoir quand les deux journalistes rencontrent l’écrivain. On peut en effet lire, à la date du 12 septembre 190412 :

  • 13 L’interview de Bloy par Louis Vauxcelles paraît moins d’un mois plus tard, le 7 octobre 1904, dans (...)

Deux jeunes gens, Georges Le Cardonnel frère du poète et un Charles Vellay viennent m’interviewer pour le Gil Blas devant publier l’ensemble de leur enquête en un volume au Mercure. Comme pour Vauxcelles qui n’a rien fait jusqu’à présent et dont la série paraît même interrompue13, je me prête de bon cœur à l’examen. Ces messieurs encouragés restent plus d’une heure.

5Seules 36 interviews, alors que 97 d’entre elles sont réunies en volume, sont préalablement publiées dans le Gil Blas. L’entreprise est annoncée dans les numéros des 29 juillet et 2 août 1904 du journal, et présentée le 5 août. Enfin, les 36 interviews paraissent de façon intermittente du 7 août 1904 au 28 juin 1905. La première est celle de Maurice Barrès, la dernière celle de Willy.

  • 14 Paul Léautaud, Journal littéraire. Paris, Mercure de France, 1986, 3 vol. + 1 vol. Histoire du Jour (...)

6À propos du volume, le 9 décembre 1905, le grand amateur de Stendhal, Paul Léautaud, écrit dans son journal14 :

  • 15 Remy de Gourmont (1858‑1915) ou son frère Jean (1877‑1928), collaborateur du Mercure ? L’index du j (...)
  • 16 Adolphe Van Bever (1871‑1927), collaborateur du Mercure, puis des éditions Crès où il fera paraître (...)

Gourmont15 arrive. Un exemplaire de l’Enquête Le Cardonnel-Vellay traînait sur le bureau de Van Bever16. Gourmont le prend, et après l’avoir feuilleté, dit : « J’ai peut-être tort de ne pas le lire, ce livre… Il a l’air drôle… » Je devine qu’il cherche à la table les pages dans lesquelles il est nommé. Il trouve ma réponse, et je vois bien qu’il la lit. Quand il a fini, il me dit : « Vous êtes énigmatique, dans votre réponse… C’est curieux, c’est assez bien rendu comme ton de choses dites, de conversation. » Je lui dis que n’étant pas satisfait du ton sérieux avec lequel on avait rapporté mes réponses, j’ai demandé à corriger, qu’on m’a donné des épreuves et que j’ai tout refait moi-même, questions et réponses. Il rit et me dit encore : « Vous êtes énigmatique », en regardant de loin, dans le volume, ma réponse, et d’un air extrêmement rêveur, les yeux dans le vide, il ajoute : « C’est Stendhal, qui était énigmatique ! »

7Ni l’interview de Léautaud ni celle de Bloy ne paraissent préalablement dans le Gil Blas. Mais, bien que collaborateur du Mercure de France et auteur de la maison d’édition, Bloy n’a pas, lui, accès avant la publication aux épreuves de son interview, comme c’est le cas pour Léautaud. Il est vrai que ce dernier appartient vraiment au sérail.

  • 17 98 personnalités et 97 interviews, car les frères Margueritte signent à deux leur réponse. Voici la (...)
  • 18 Georges Le Cardonnel et Charles Vellay, op. cit., pp. 16‑19 (citation : pp. 16 et 17). L’interview (...)
  • 19 Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire. Paris, Bibliothèque Charpentier, 1891, pp. 176‑185 (...)

8Le précieux Index des noms cités permet de constater qu’aucune des 98 personnalités17 du monde littéraire – et non des moindres –, dont l’opinion est sollicitée sur la littérature contemporaine, ne mentionne Bloy. Pas même Huysmans qui prétend ne pas distinguer les tendances du roman actuel18 : « C’est l’anarchie, la confusion… ». Il ajoute même « que les femmes aujourd’hui ont plus de talent que les hommes ». On se rappelle que les deux hommes sont brouillés depuis plusieurs années et une des multiples raisons de cette brouille avait été le silence de Huysmans sur Bloy lors de sa réponse à la célèbre Enquête sur l’évolution littéraire (1891) de Jules Huret à laquelle Bloy n’avait pas été sollicité19. Là aussi, Bloy n’était cité par personne !

  • 20 Georges Le Cardonnel et Charles Vellay, op. cit., p. 6.

9Voici ce que Georges Le Cardonnel et Charles Velay demandaient20 :

Nous demandions aux poètes : « Quelle est selon vous la tendance de la poésie actuelle ? Entrevoyez-vous déjà quelle sera la poésie de demain ? »
Aux romanciers : « Quelle est, selon vous, la tendance dominante du théâtre actuel ? Quel sera le théâtre de demain ? »
Nous posions les mêmes questions aux critiques. Mais pour eux nous ajoutions : « Parmi tant de livres qui chaque matin vous parviennent, vous opérez un choix, car vous ne sauriez certes tout lire. Comment opérez-vous ce choix ? Quelle est votre méthode critique ? »

  • 21 Mercure de France, t. 59, n˚ 207, 1er février 1906, pp. 429‑430 (citation : p. 249).

10Dans la livraison du 1er février 1906 du Mercure de France, Jean de Gourmont donne un compte rendu ironique du volume de Le Cardonnel et Vellay, qui démonte bien le processus de ce type de publication21 :

Ils ont demandé aux poètes, aux romanciers, aux auteurs dramatiques, aux critiques quelles étaient, selon eux, les tendances dominantes de la poésie, du roman, du théâtre, et de la critique. Voici, en gerbe, toutes les réponses des prophètes : elles sont variées et contradictoires. Les tendances de la poésie actuelle ! répondent les poètes : lisez mon dernier volume. Lisez mon dernier roman, disent les romanciers. Les auteurs profitent de l’occasion pour situer un peu leur œuvre, se mettre au point, ce qui est un résultat : l’utilité des enquêtes est en dehors des réponses aux questions posées. Il y aurait même là un nouveau genre de critique où les auteurs nous diraient ce qu’ils pensent de leurs œuvres et comment ils se conçoivent. Je sais au moins deux écrivains philosophes qui seraient les seuls à pouvoir faire la critique de leur œuvre personnelle. Quel service ils rendraient à la critique, impuissante dans sa bonne volonté.

11Qui donc peut parler avec justesse de Léon Bloy, sinon lui-même ?

Haut de page

Annexe

M. Léon Bloy22

C’est derrière Montmartre, dans un quartier de solitude et de misère23, que s’est réfugié l’auteur du Désespéré. Pauvre, il vit au milieu des pauvres, qu’il chérit comme l’image vivante de Jésus-Christ. Son existence tourmentée connaît ici une halte bienfaisante. Entre sa femme et ses filles, il poursuit son labeur ingrat, son œuvre pleine de malédictions, de colères et d’espérances infinies.

M.24 Léon Bloy est le dernier des prophètes. Il a l’âme farouche et simple des nabis25 de l’antique Judée. Chacun de ses livres est un cri de foi, où l’on sent trembler et vivre son cœur. Du Mendiant Ingrat à la Femme pauvre, la même exaltation douloureuse, les mêmes fureurs, les mêmes évocations tragiques sont la nourriture de ce génie amer et désolé.

Debout sur le seuil26, il nous regarde venir vers lui. Et, dès les premières paroles, l’amertume de sa destinée lui monte aux lèvres :

« Vous venez me voir ? Mais ne savez-vous pas que je suis un homme dangereux, qu’il ne faut pas approcher ? »

Nous pénétrons cependant dans la petite pièce, toute simple, qui lui sert de cabinet de travail. Pendant un instant, ses yeux seuls nous interrogent, et il y a entre nous quelques minutes de silence.

Cet écrivain violent a le regard doux et ingénu d’un bon pasteur ; mais les angles de son visage révèlent une volonté vigoureuse. Ses jugements sont tranchants et durs, et il les formule avec passion :

« D’écoles littéraires, il n’y en a pas. La dernière école a été celle de Zola, et il n’y a rien eu depuis.

« D’ailleurs, les écoles ne peuvent que tuer l’art. Je nie l’utilité des écoles.

« Il est bien difficile de distinguer des tendances dans la littérature présente. On parle de la tendance catholique. Mais Huysmans, c’est moi qui l’ai fait, qui l’ai pondu. J’ai passé six ans de ma vie à catéchiser Huysmans. J’ai écrit les Dernières Colonnes de l’Église27. Eh ! bien, si j’ai fait ce livre, c’est parce que ma conscience y était intéressée. On me disait : “Personne n’élève la voix. Voilà Huysmans Père de l’Église. Bourget, Brunetière, Coppée, les voilà, les colonnes de l’Église !” Alors, j’ai fait ce livre. J’ai parlé, parce que j’ai compris que si je ne parlais pas, personne ne parlerait.

« J’ai vu des prêtres qui croyaient que Coppée est un grand chrétien. C’est épatant ! Et ce pauvre Huysmans, qui ne sait même pas le catéchisme ! J’ai relevé, dans un de mes livres, qu’il ne savait pas ce qu’est l’Immaculée Conception, qu’il confond avec le dogme de l’Incarnation. Et cela par ignorance des participes passés. Les textes saints disent : “Marie conçue sans péché…” Les cordonniers comprennent : “Marie conçut…” Huysmans en est là !… Comme Zola !28 »

M. Léon Bloy eut une moue de mépris. Puis il se pencha vers nous, et continua :

« De tendances littéraires, il n’y en a point. Chacun cherche le succès. Où va Lavedan ? Où va un homme comme Lavedan ? Vers l’accumulation des pièces de vingt francs29. Il ne peut que chercher le succès, par les moyens les plus connus.

— Et le roman ?
— Des romans ? Il n’y en a point. Il n’y a que des romans-feuilletons. Un jour, Rictus – le seul poète de génie de notre époque – m’a dit : « Il y a un romancier que je vais vous faire lire. » Et il m’a prêté Bubu de Montparnasse, de Charles-Louis Philippe. Ce livre m’a beaucoup étonné. Cet écrivain n’a pas de talent, il a presque du génie. Du génie dans l’expression. C’est un homme tout à fait remarquable30.

« On m’a parlé de Mme de Noailles31. Ce que j’en ai lu, eh ! bien, vraiment, c’est rien du tout32. D’ailleurs, il y a une loi pour moi : Tout livre où il n’est pas parlé du pauvre, où on ne tient pas compte du pauvre, est un livre à cracher dessus.

« Pour ma part, j’ai en projet un livre – qui sera mon prochain livre – sur l’Argent33.

« Je suis nourri de l’Écriture sainte, et de l’exégèse biblique. C’est mon fonds, mon vrai fonds. J’ai passé dix ans de ma vie à étudier le symbolisme scripturaire. Dans mes livres, vous trouverez cette préoccupation constante de la réalité divine exprimée par un symbole, n’importe où. C’est ainsi que je considère l’Argent comme le symbole de Dieu34.

« Jésus a promis à ses apôtres qu’ils seront les juges de la terre35. Mais, parmi ces apôtres, il y avait Judas. Judas n’a pas cessé d’être un apôtre. Il est devenu le mauvais apôtre, mais il est resté un apôtre. Il est donc de ceux qui jugeront la terre. Et alors, de qui Judas sera-t-il le juge ? Voilà la question.

« Il sera le juge de ceux qui n’auront pas rendu l’argent, parce que lui, Judas, a rendu l’argent. Il sera donc le juge de ceux qui crèvent sur leurs rentes36.

« Ah ! les milliardaires ! Concevez-vous ce que sera l’agonie de ces hommes qui devront expier chaque parcelle de leur homicide richesse et qui verront, à l’heure de la mort, s’avancer sur eux cette montagne de tourments ? On est pénétré de compassion pour ces monstres, comme Pierpont-Morgan37, qui ont gagné tant d’or, alors que Judas, en vendant le sang du Christ, n’avait gagné que trente deniers.

« Tout homme qui s’enrichit vend le Christ. On ne peut être riche qu’en vendant le corps et le sang du Christ. Et c’est pour cela que Jésus-Christ a prononcé cette parole terrible : Væ divitibus !38

« Je vais donc faire ce livre dans une volonté absolue de malédiction et d’exécration pour les riches. »

Deux enfants entrèrent. La colère flamboyante de M. Léon Bloy s’apaisa soudain. Il sourit : « Ce sont mes deux filles, Véronique39 et Madeleine40. Je leur ai dédié le Mendiant ingrat. »

Nous demandâmes : « Que pensez-vous de la critique ?

— La critique ? Il n’y en a pas. Autrefois, il y avait une critique dans chaque journal. Maintenant ça n’existe plus. Il n’y a absolument plus de critique.

« Savez-vous ce qu’un Belge disait de moi, dans un article récent ? Que je suis rongé d’envie, que je meurs de désespoir de n’avoir pas de décorations, et que si on me donnait quelques honneurs on verrait tomber mon hostilité contre les riches…41 »

M. Léon Bloy éclata d’un rire bruyant. Il attira à lui un cahier, qu’il feuilleta :

« Tenez, dit-il, voici une note : “Tout homme, en venant au monde, apporte avec lui son principe de mort. Et cela est absolu. Il y en a qui naissent avec une cheminée sur la tête ou un boulet de canon en pleine poitrine42. On naît avec toute sa destinée43.” »

Le cahier se referma, et M. Léon Bloy, d’un ton plus familier, nous confia quelques-unes de ses rancœurs :

« Il y a cependant une chose que j’ai mal digérée : j’ai fait Sueur de sang44, dont personne ne parle, et les Margueritte sont les seuls qui aient le droit d’écrire sur la guerre de 1870 !45 Cela, je le digère très mal. En dehors de la supériorité du talent sur ces gens-là, qui se mettent à quatre pattes pour écrire un livre, moi, j’ai fait cette guerre et j’ai pu sentir des choses dont ils n’ont aucune idée…

« … J’aime les études d’histoire. En dehors de la Bible, je lis l’histoire du Bas-Empire46, et aussi l’histoire de Napoléon47. Je veux faire un livre sur ce sujet48. Je me suis mis en relation avec Henry Houssaye49. J’ai aussi écrit plusieurs fois à Frédéric Masson ; mais celui-là ne m’a jamais répondu50. »

Et, sur cette dernière amertume, M. Léon Bloy nous tendit la main.

Haut de page

Notes

1 Cf. J.-K. Huysmans, Interviews. Textes réunis, présentés et annotés par Jean-Marie Seillan. Paris, Honoré Champion, « Textes de littérature moderne et contemporaine », n˚ 52, 2002.

2 Cf. notre article, « “Je frappe à droite et à gauche, voilà tout.” L’interview de Léon Bloy par Robert Caze », in L’Écriture du massacre en littérature entre histoire et mythe. Des mondes antiques à l’aube du XXIe siècle. Édités par Gérard Nauroy. Bern…, Peter Lang, « Recherches en littérature et spiritualité », n˚ 6, 2004, pp. 179‑204.

3 Maurice Toussaint, « Courtoise visite au “Mendiant ingrat”. Chez Léon Bloy », L’Intransigeant du 3 mai 1911. Bloy recueille cette interview dans le 6e volume de son journal édité, Le Pèlerin de l’Absolu (Paris, Mercure de France, 1914), à la même date (Léon Bloy, Journal. Édition établie, présentée et annotée par Pierre Glaudes. Paris, Laffont, « Bouquins », 1999, t. 2, pp. 222‑223). Bloy la présente ainsi : « Interview drolatique fabriqué[e] par Brou et par moi-même, en vue de me délivrer de l’obsession d’un reporter enragé que je ne voulais pas laisser pénétrer dans ma maison. » Voir un bref commentaire sur cette interview dans notre article, « La Conspiration du silence », in Sur le « Désespéré ». Dossier 2. Textes réunis par Pierre Glaudes. Caen, Lettres modernes Minard, « La Revue des lettres modernes », série « Léon Bloy », n˚ 8, 2008, pp. 119‑135 (cf. pp. 131‑132).

4 Georges Le Cardonnel (1872‑1941), frère cadet de l’abbé Louis Le Cardonnel, poète (1862‑1936). Critique littéraire et homme de lettres, Georges Le Cardonnel fréquente, entre autres, Gourmont et Huysmans.

5 Charles Vellay (1876‑1953), docteur d’État pour une thèse sur l’histoire de l’antiquité grecque soutenue à Grenoble en 1904, s’intéresse à la Révolution française et publie en 1908 les Œuvres complètes de Saint-Just. L’historien Albert Mathiez crée avec lui la Société des Études robespierristes en 1907, au sein de laquelle Vellay prépare l’édition des œuvres du grand révolutionnaire. Brouillé avec Mathiez, il démissionne deux ans plus tard.

6 Georges Le Cardonnel et Charles Vellay, La Littérature contemporaine (1905). Opinions des écrivains de ce temps accompagnées d’un index des noms cités. Paris, Société du Mercure de France, 1905 (achevé d’imprimer : 15 octobre 1905). L’interview de Bloy se lit aux pp. 218‑221. Une bonne moitié de cette interview est rééditée dans le volume d’hommage au Mercure de France publié par la revue Digraphe : Georges Le Cardonnel et Charles Vellay, « Opinions des écrivains de ce temps », Digraphe, n˚ 73, mars 1995 [ = Hommage au Mercure], pp. 105‑106.

7 Léon Bloy, Journal inédit. Texte établi par Marianne Malicet, Marie Tichy et Joseph Royer sous la direction de Michel Malicet et Pierre Glaudes. Introduction de Michel Malicet et Pierre Glaudes. T. 3 : 1903‑1907. Lausanne, L’Âge d’homme, 2007, p. 845.

8 L’un d’eux est sans doute le journaliste André Dupont (1884‑1916), alors sous les drapeaux, ami de Léon Bloy.

9 Ont alors paru Le Mendiant ingrat (Bruxelles, Deman, 1898) et Mon journal (Paris, Mercure de France, 1904), les deux premiers volumes du journal édité de Bloy. On verra qu’ils sont peu utilisés en fait dans l’interview.

10 Paris, Mercure de France, 1909.

11 Léon Bloy, Journal, op. cit., t. 1, pp. 589‑592 (citation p. 589).

12 Léon Bloy, Journal inédit, t. 3 cité, pp. 499‑500.

13 L’interview de Bloy par Louis Vauxcelles paraît moins d’un mois plus tard, le 7 octobre 1904, dans Le Matin. Cf. notre article, « “Je suis abhorré, maudit, renié, conspué, inaperçu.” [L’]interview de Léon Bloy par Louis Vauxcelles (1904) », Le Livre & l’Estampe, t. 51, n˚ 164, 2005, pp. 139‑158.

14 Paul Léautaud, Journal littéraire. Paris, Mercure de France, 1986, 3 vol. + 1 vol. Histoire du Journal. Pages retrouvées. Index général (citation au t. 1, p. 224).

15 Remy de Gourmont (1858‑1915) ou son frère Jean (1877‑1928), collaborateur du Mercure ? L’index du journal de Léautaud affirme qu’il s’agit de Remy (p. 281), mais alors, pourquoi, comme on le voit plus loin, prendrait-il le volume comme s’il le découvrait quoique son interview y soit éditée (pp. 44‑48) et qu’il doit donc en avoir reçu un exemplaire ? Par ailleurs, d’après Léautaud, il recherche les passages où il est cité. Jean de Gourmont, non seulement n’a pas participé à l’enquête, mais n’est pas cité une seule fois, au contraire de Remy cité à de nombreuses reprises, dont une fois par Léautaud. Par contre, comme nous le verrons plus loin, Jean fait le compte rendu du volume. Nous avouons hésiter entre les deux.

16 Adolphe Van Bever (1871‑1927), collaborateur du Mercure, puis des éditions Crès où il fera paraître en 1913 la réédition du Désespéré.

17 98 personnalités et 97 interviews, car les frères Margueritte signent à deux leur réponse. Voici la liste alphabétique donnée dans la table du volume (pp. 329‑331) : Paul Adam, Maurice Barrès, Henry Bataille, Marcel Batilliat, Maurice Beaubourg, André Beaunier, Louis Bertrand, Ad. Van Bever, Léon Bloy, Jules Bois, Henry Bordeaux, Saint-Georges de Bouhélier, Marcel Boulenger, René Boylesve, [Eugène] Brieux, Ferdinand Brunetière, Jules Claretie, Paul Claudel, Romain Coolus, François Coppée, Léon Daudet, Emmanuel Delbousquet, Eugène Demolder, Gaston Deschamps, Édouard Ducoté, Louis Dumur, George[s] Eekhoud, J. Ernest-Charles, Émile Fabre, Maurice de Faramond, Paul Fort, Anatole France, Jacques des Gachons, Joachim Gasquet, Jules de Gaultier, Gustave Geoffroy, Henri Ghéon, René Ghil, André Gide, Remy de Gourmont, Fernand Gregh, Charles Guérin, Edmond Haraucourt, Myriam Harry, José-Maria de Heredia, A.-Ferdinand Hérold, Paul Hervieu, Charles-Henry Hirsch, J.-K. Huysmans, Edmond Jaloux, Francis Jammes, Jean Jullien, Gustave Kahn, Adolphe Lacuzon, Marc Lafargue, Léo Larguier, Paul Léautaud, Marius-Ary Leblond, Maurice Le Blond, Sébastien Charles Leconte, Jean Lorrain, Pierre Louÿs, Maurice Maeterlinck, Maurice Magre, Maurice Maindron, Paul et Victor Margueritte, Camille Mauclair, Henri Mazel, Catulle Mendès, Louis Mercier, Stuart Merrill, Adrien Mithouard, Albert Mockel, Eugène Montfort, Jean Moréas, Charles Morice, John-Antoine Nau, Charles-Louis Philippe, Maurice Pottecher, Émile Pouvillon, Marcel Prévost, Rachilde, Hugues Rebell, Henri de Régnier, André Rivoire, Édouard Nod, J.-H. Rosny, Camille de Sainte-Croix, Saint-Paul-Roux, Marcel Schwob, Edmond Sée, Paul Souchon, Émile Verhaeren, Francis Vielé-Griffin, Jean Viollis, E.-M. de Vogüé, Willy.

18 Georges Le Cardonnel et Charles Vellay, op. cit., pp. 16‑19 (citation : pp. 16 et 17). L’interview d’Huysmans paraît dans le Gil Blas du 11 septembre 1904. Cf. J.-K. Huysmans, Interviews, op. cit., pp. 424‑429 (citations : pp. 425 et 426).

19 Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire. Paris, Bibliothèque Charpentier, 1891, pp. 176‑185 (deux rééditions dues à Daniel Grojnowski : Vanves, Thot, 1982, et Paris, José Corti, 1999). Cf. J.-K. Huysmans, Interviews, op. cit., pp. 98‑108.

20 Georges Le Cardonnel et Charles Vellay, op. cit., p. 6.

21 Mercure de France, t. 59, n˚ 207, 1er février 1906, pp. 429‑430 (citation : p. 249).

22 Nous suivons le texte de l’édition du volume de Le Cardonnel et Vellay et signalons les quelques variantes textuelles apportées par Bloy dans l’édition de son journal.

23 Lorsque les deux journalistes interviewent Léon Bloy le 12 septembre 1904, ce dernier habite depuis avril pour la première fois à Montmartre, au 13 rue Girardon, c’est-à-dire l’entrée du parc du Château des Brouillards, au fond duquel il y a de petits pavillons dont il occupe avec sa famille le rez-de-chaussée du pavillon n˚ 3. Roland Dorgelès décrit ainsi ce haut lieu montmartrois : « On accédait à la propriété par une rampe pavée que battait une grille et ce grand parc qui dominait la rue Girardon de plusieurs mètres, avait l’air retranché derrière une contrescarpe. Les acacias, les vernis du Japon et les marronniers entremêlaient si bien leurs branches que les maisons disparaissaient dans la verdure ; à gauche, le château proprement dit, vieille demeure du xviiie siècle, restée grande dame sous sa coiffe d’ardoises, à droite, une rangée de pavillons modestes qu’on louait par étages. Renoir avait eu là son atelier, Léon Bloy son logement, et l’on contait que Gérard de Nerval aimait y venir grappiller du raisin. On n’entendait plus, comme au temps de Sylvie, le tic tac des moulins, mais une dernière treille déroulait ses pampres sur la façade de la maison. Qui aurait pu se croire à Paris ? De petites haies villageoises séparaient les enclos et chaque locataire agrémentait son jardin à sa guise, avec une tonnelle, des touffes d’iris, une cascade miniature où l’eau ne coulait pas. » (Roland Dorgelès, Le Château des Brouillards. Roman. Paris, Albin Michel, 1932, pp. 84‑85.) Lorsqu’il prend connaissance de l’interview le 2 janvier 1906, Bloy habite depuis le 23 février 1905 au n˚ 40 de la rue Chevalier-de-la-Barre, toujours à Montmartre. Peu avant de s’installer à cette nouvelle adresse, Bloy écrit dans son journal : « Forcés de fuir la rue Girardon où les puanteurs combinées du propriétaire et de la concierge faisaient inhabitable notre demeure, nous trouvons au sommet de la Butte, parmi les vieux arbres, un pavillon aimable qui semble donné de Dieu, rue de La Barre, dans l’ombre du Sacré-Cœur. Il est vrai qu’il y a l’ignominie de ce nom du triste chevalier de La Barre, substitué par nos canailles à l’ancien et délicieux nom de la rue de la Fontenelle […]. (L’Invendable, à la date du 25 janvier 1905 : Bloy, Journal, t. 1, pp. 555‑556.) Sur Bloy et le chevalier de la Barre, voir notre articulet : « Statues parisiennes compissées », in Paris, sa vie, son œuvre. Textes réunis par Jean-Jacques Lefrère et Michel Pierssens. Huitième Colloque des Invalides, 19 novembre 2004. Tusson, Du Lérot, « En marge », 2005, pp. 9‑14. Sur les différentes habitations de Bloy, voir, bien sûr, l’ouvrage de Pierre Arrou, Les Logis de Léon Bloy. Paris, Crès, « Variétés littéraires », 1931 (même texte : Paris, Éditions du Myrte, 1946).

24 Dans sa transcription, Léon Bloy supprime chaque fois le M[onsieur] devant son nom.

25 Le texte du volume donne « nébis » [sic]. Bloy corrige dans sa transcription. Comme le rappelle Pierre Glaudes : « Terme issu de l’hébreu, à prendre ici au sens étymologique de “prophètes”. » (Dans Bloy, Journal, t. 1, p. 801, n. 1.)

26 Bloy ajoute dans sa transcription « de sa porte ».

27 Léon Bloy, Les Dernières Colonnes de l’Église. Coppée. Le Révérend Père Judas. Brunetière. Huysmans. Bourget, etc. Le dernier poète catholique. Paris, Société du Mercure de France, 1903 (Bloy, Œuvres. T. 4. Paris, Mercure de France, 1965, pp. 229‑313).

28 Les Dernières Colonnes de l’Église, édition originale citée, p. 77 (Bloy, Œuvres, t. 4 cité, p. 258) : « Confondant ce dogme [de l’Immaculée Conception] avec celui de l’Incarnation, il [Huysmans] pense, comme le feu Zola et les autres commis voyageurs, que le Vocable consacré par Pie IX, le 8 décembre 1854, et ratifié à Lourdes, quatre ans après, par la Mère de Dieu, elle-même, est assez traduit, par Vierge-Marie, sans autre éclaircissement. Conférer, pour cette ânerie puissante, lignes 19, 20 et 21, page 77 de La Cathédrale. » Dans le passage auquel renvoie Bloy, Huysmans fait dire par l’abbé Gévresin à Durtal qu’à Chartres « les Druides avaient instauré […] un autel à [suivent ici les trois lignes incriminées] la “Vierge qui devait enfanter” “Virgini Parituræ”. Ils ont eu, par une sorte de grâce, l’intuition d’un Sauveur dont la mère serait sans tache… » (J.-K. Huysmans, La Cathédrale. Paris, Plon, 1898). Quelques mois plus tard, à l’occasion d’une discussion de bistrot, Bloy revient sur cette « [c]onfusion fréquente entre le privilège défini par Pie IX en 1854, selon lequel la Sainte Vierge a été préservée du péché originel (Immaculée Conception) et le dogme affirmant que le “Verbe s’est fait chair” (Joan., I, 14) et que, de ce fait, Marie est mère de Dieu (Incarnation) » (Pierre Glaudes, dans Bloy, Journal, t. 1, p. 794, n. 31) : « Un ami de café se déclare sans hostilité contre le christianisme et déterminé à appeler un prêtre à son lit de mort. Banalité qui fait le trottoir depuis que la sottise et la lâcheté se sont localisées dans le même bordel. Mais le pauvre homme a des objections aussi stupides qu’on peut le désirer. Occasion pour moi d’observer, une fois de plus, la surnaturelle inintelligence de tout le monde, aussitôt qu’il s’agit de l’Immaculée Conception. Mon interlocuteur, qui n’est pourtant pas un âne, croit, comme le premier bourgeois venu, que l’Immaculée Conception, c’est l’Incarnation. / Il n’y a pas de mystère que Dieu ait caché avec tant de soin. “L’Immaculée Conception, m’a dit une âme privilégiée [Jeanne Bloy], c’est le Poids de la Croix.” Ce privilège de Marie a été payé comme tout, par Jésus ; mais c’est ce qui a le plus coûté. C’est pour cela qu’il est si difficile de le comprendre. / Rien n’est plus étrange. On accepte tout : la Trinité, l’Incarnation, la Rédemption, la Transsubstantiation, l’Infaillibilité même. L’Église affirme et enseigne. On l’écoute, on la croit, on sait ce qu’elle dit. Aussitôt qu’elle parle de l’Immaculée Conception, on ne sait plus ce qu’elle dit, on ne veut même plus le savoir et Babel recommence. Qu’importe au Démon d’abandonner tout, s’il gagne cela ? / L’Immaculée Conception est le Mystère des mystères réservé pour la Fin […]. » (Bloy, Journal, t. 1, pp. 561‑562, à la date du 20 mai 1905. Bloy reparle encore de l’Immaculée Conception le lendemain : idem, p. 562.)

29 Bloy garde une dent contre le romancier et auteur dramatique Henri Lavedan (1859‑1940), peintre complaisant de la société parisienne. Sollicité par lettre le 4 juin 1892 de donner une rallonge après avoir acheté le manuscrit du Désespéré quelques années auparavant, ce « brillant monsieur » ne répond pas, ajoutant ainsi « l’usure » au « goujatisme », pour reprendre les termes de Bloy. Cf. Le Mendiant ingrat, aux dates des 4 et 23 juin 1892 (Bloy, Journal, t. 1, pp. 21‑22 et 25 ; voir aussi Journal inédit, t. 1, pp. 84, 85‑86, 112, et 113‑114).

30 En 1902, lorsque Bloy découvre le livre de Charles-Louis Philippe (1874‑1909) grâce à son ami Jehan Rictus, alias Gabriel Randon, il est plus réservé : « Lu un horrible roman prêté par Randon et que j’ai voulu connaître parce qu’il passe pour un chef-d’œuvre : Bubu de Montparnasse, auteur, Charles-Louis Philippe. Talent tout à fait supérieur, jusqu’à donner la sensation du génie, mais quelle ignorance de Dieu et quelle sentimentalité monstrueuse pour le remplacer ! La lecture de ce livre m’a pénétré d’horreur. » (Quatre ans de captivité à Cochons-sur-Marne, à la date du 7 mars 1902 : Bloy, Journal, t. 2, p. 404.) Bloy revient sur l’œuvre de Philippe dans l’interview qu’il accorde à un certain Estienne « À propos du Prix Goncourt. L’enquête du “Gil Blas” », Gil Blas, 27e année, n˚ 9929, 26 décembre 1906, p. 2c (cf. notre article, « “Leur Académie Goncourt, c’est une verrue sur le nez de L’Académie française.” L’interview de Léon Bloy par Estienne (1906) », Cahiers Edmond & Jules de Goncourt, n˚ 12, 2005, pp. 153‑164) : « Léon Bloy se plaît alors à rappeler les visites littéraires que lui firent, il y a deux ans, nos confrères Louis Vauxcelles et Georges Le Cardonnel : / – À ce moment-là, j’avais un nom dans la tête, parce que j’avais lu Bubu de Montparnasse ; ce nom-là, je l’ai donné à vos confrères : c’était celui de Charles-Louis Philippe. Bien que la donnée du livre fût incontestable, l’art de cet homme m’avait étonné. » (Interview recueillie dans L’Invendable, à la date du 26 décembre 1906 : Bloy, Journal, t. 1, p. 627.) Bloy – ou son intervieweur – commet un lapsus : il mélange deux interviews, celle de Le Cardonnel et Vellay et celle accordée la même année à Louis Vauxcelles (Louis Vauxcelles [Louis Meyer], « M. Léon Bloy », Le Matin, 21e année, n˚ 7530, 7 octobre 1904, p. 4a-c, portrait), où ayant critiqué ses contemporains, Bloy parle aussi de Philippe, un des « exceptés » avec Rictus et Marcel Schwob : « Ce garçon a peut-être du génie. D’ailleurs, certains hommes ont du génie comme les éléphants ont une trompe. »

31 Anna de Noailles (1876‑1933). En 1910, dans le fameux texte de Bloy sur le livre Romans à lire et romans à proscrire de l’abbé Louis Bethléem, on retrouve la comtesse parmi les « rufians » ou « imbéciles tels qu’Anatole France, Pierre Loti, Jean Lorrain, Henri Lavedan, Hector Malot, Maupassant, Mendès, Octave Mirbeau, […] Léo Taxil ou Willy » (« Une crue extraordinaire de bêtise », La Flamme littéraire, théâtrale, artistique, musicale, politique, 2e année, n˚ 12, 20 mars 1910, recueilli à la même date, dans Le Vieux de la Montagne : Bloy, Journal, t. 2, p. 129).

32 Le 7 mars 1906, Paul Léautaud note dans son journal : « Dans la Belgique artistique et littéraire, Eugène Gilbert, rendant compte des interviews de Le Cardonnel et Vellay, cite le passage de ma réponse sur Mme de Noailles, et met ma réponse à côté de celles de Huysmans, Bloy et Willy pour le pittoresque, qu’on doit être heureux, dit-il, d’y trouver représenté par elles. » (Paul Léautaud, Journal littéraire, t. 1 cité, pp. 275‑276.) En réalité, c’est dans La Revue générale, que Gilbert, en rendant compte du volume d’interviews, « examin[e] ce que disent quelques bonnes gens de Mme de Noailles » (Eugène Gilbert, « “Les Roquevillard” et quelques autres livres », La Revue générale, 42e année, t. 83, mars 1906, p. 499). La courte recension publiée dans La Belgique artistique et littéraire est de la plume de Paul André et ne parle ni de Noailles ni de Bloy (Paul André, « La Littérature contemporaine », La Belgique artistique et littéraire, 1re année, n˚ 4, janvier 1906, p. 597). Léautaud a commis un lapsus calami, il parle en effet d’un livre de Paul André – « un bel amas de sottises » – quelques lignes plus haut, à la date du 4 mars (p. 275).

33 Ce sera Le Sang du pauvre (Paris, Juven $$$1909£££). Le livre débute ainsi : « Le Sang du Pauvre, c’est l’argent. On en vit et on en meurt depuis les siècles. Il résume expressivement toute souffrance. Il est la Gloire, il est la Puissance. Il est la Justice et l’Injustice. Il est la Torture et la Volupté. Il est exécrable et adorable, symbole flagrant et ruisselant du Christ Sauveur, in quo omnia constant [Col. I, 17 : “En qui toutes choses subsistent”]» (Bloy, Œuvres. T. 9. Paris, Mercure de France, 1969, p. 87.)

34 Bloy écrira dans Le Sang du pauvre : « La Révélation nous enseigne que Dieu seul est pauvre et que son Fils Unique est l’unique mendiant. “Solus tantummodo Christus est qui in omnium pauperum universitate mendicet” disait Salvien [“Le Christ est l’unique mendiant dans la communauté des pauvres”]. Son Sang est celui du Pauvre par qui les hommes sont “achetés à grand prix” [cf. I Cor. VI, 20 : Empti enim estis magno pretio (“Car vous avez été achetés d’un grand prix”)]. Son Sang précieux, infiniment rouge et pur, qui peut tout payer ! / Il fallait donc que l’argent le représentât : l’argent qu’on donne, qu’on prête, qu’on vend, qu’on gagne ou qu’on vole ; l’argent qui tue et qui vivifie comme la Parole, l’argent qu’on adore, l’eucharistique argent qu’on boit et qu’on mange. Viatique de la curiosité vagabonde et viatique de la mort. Tous les aspects de l’argent sont les aspects du Fils de Dieu suant le Sang par qui tout est assumé. » (Bloy, Œuvres, t. 9 cité, p. 87.)

35 Cf. Matth. XIX, 28, et Luc XXII, 30.

36 Le Sang du pauvre : « Jésus qui a donné sa Chair et son Sang a promis à ses Apôtres qu’ils seront les juges de la terre. L’apôtre Judas qui a rendu l’argent sera donc le juge de ceux qui crèvent sans le rendre. La locution crever et même “crever par le ventre” doit avoir son origine dans la mort du Traître et convient admirablement à la mort des riches. » (Bloy, Œuvres, t. 9 cité, p. 101.)

37 John Pierpont Morgan (1837‑1913), fils de banquier, fonde l’United States Steel Corporation en 1901. Philanthrope et grand collectionneur d’œuvres d’art, il fait don de nombreuses œuvres au Metropolitan Museum. Son fils John Pierpont jr. (1867‑1943) prend la direction des affaires à la mort de son père et finance les fournitures et l’aide apportées aux Alliés. Il aide à la reconstruction de l’Europe après la Première Guerre mondiale.

38 Luc VI, 24 : « Malheur aux riches ».

39 Fille aînée de Jeanne et Léon Bloy (1891‑1956).

40 Fille cadette de Jeanne et Léon Bloy (1897‑1990).

41 Bloy paraphrase un passage de l’article intitulé « Léon Bloy », que Georges Rency a écrit dans la revue bruxelloise L’Art moderne (24e année, n˚ 33, 14 août 1904, pp. 263a-265a) : « Au fond, il voudrait être riche, monter en voiture, dîner au restaurant, inviter du monde chez soi, éblouir, faire envie. Il rêve d’une gloire à la Victor Hugo, des rentes magnifiques, les décorations, les honneurs. Et l’on se demande avec inquiétude si quelques millions ne l’auraient pas réconcilié avec la société moderne et si cette haine farouche n’est pas celle du mendiant qu’on a flanqué à la porte ! » Dans son livre de presse, Bloy écrit au-dessus de la coupure de cet article (Bruxelles, Archives et Musée de la Littérature, ML 6352, n˚ 587) : « Article précieux à cause de son excellente / sottise qui ne sera dépassée par aucun virtuose. » Il ponctue le passage incriminé d’un grand point d’exclamation au crayon rouge. Dans le journal édité, il relève également ce passage en le citant en partie et conclut : « Je garde ce précieux article. Les imbéciles ne sont pas toujours aussi amusants. » (L’Invendable, à la date du 18 août 1904 : Bloy, Journal, t. 1, p. 547.) Georges Rency (pseudonyme d’Albert Stassart) est né et mort à Bruxelles (1875‑1951). « Critique littéraire et dramatique de l’Indépendance belge. Romancier, conteur, auteur dramatique et critique littéraire. Il fit également une brillante carrière dans l’enseignement. Durant plus de quarante ans, Rency anima, puis présida l’Association des Écrivains belges. Directeur de Samedi, puis de la Vie intellectuelle. Membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises (1930). » (Lionel Bertelson, Dictionnaire des journalistes-écrivains de Belgique. Bruxelles, Section bruxelloise de l’Association générale de la Presse belge, 1960, p. 97.) Voir aussi Robert Van Nuffel, notice dans Alphabet illustré de l’Académie. Bruxelles, Académie royale de Langue et de Littérature françaises, 1995, pp. 224‑225.

42 Dans sa transcription, Bloy ajoute une phrase : « Moi, je suis né dans un four. » (C’est lui qui souligne.) Cf. note suivante.

43 Ce texte peut se lire à quelques mots près dans L’Invendable (1909), à la date du 6 septembre 1904 : « Tout homme venant au monde apporte son principe de mort. Il y en a qui naissent avec une cheminée sur la tête ou un boulet de canon en pleine poitrine. Moi je suis né dans un four. » (Bloy, Journal, t. 1, p. 548, c’est l’auteur qui souligne.)

44 Paris, Dentu, 1893. Nous bénéficions maintenant de l’excellente édition de Pierre Glaudes (Nantes, Le Passeur, 2000).

45 Bloy songe au cycle romanesque écrit en collaboration par Paul (1860‑1918) et Victor (1866‑1942) Margueritte, Une époque, qui « amèn[e] le roman réaliste de la guerre à un sommet quantitatif avec plus de 2000 pages sur Metz (Le Désastre, 1898), les combats de la Défense nationale (Les Tronçons du glaive, 1901), les autres opérations – Sedan, Strasbourg… – (Les Braves Gens, 1901), la guerre civile (La Commune, 1904) » (Daniel Madelénat, « “Sueur de sang” et les récits de la guerre de 1870 », in Léon Bloy et la guerre de 1870 (autour de « Sueur de sang »), Paris, Minard, « La Revue des Lettres modernes », série « Léon Bloy », n˚ 1, 1989, p. 25). Dans l’envoi figurant sur l’exemplaire de Sueur de sang, que Bloy offre à René Martineau, il écrit : « C’est le moment de ma vie qui m’étonne le plus. Vingt-trois ans s’étaient écoulés depuis le Drame. J’ai pu le revivre, comme par miracle, et je crois vraiment que ce livre est la meilleure histoire qu’il y ait de l’Année terrible. Il est vrai que je ne pouvais avoir – ayant été un combattant – les mêmes impressions que les frères Margueritte qui tétaient encore en 1870. » (Le Pèlerin de l’absolu, à la date du 2 décembre 1910 : Bloy, Journal, t. 2, p. 200.)

46 « L’Histoire du Bas-Empire de Lebeau continuée par Ameilhon, cuistre sans fureur, que les académies elles-mêmes ont oublié, ne cesse, depuis quinze ans, de faire mes délices. » (Quatre ans de captivité à Cochons-sur-Marne, à la date du 5 novembre 1900 : Bloy, Journal, t. 1, p. 362 ; voir aussi Journal inédit, t. 2, p. 961.) L’Histoire du Bas-Empire de Charles Le Beau (1701‑1778), continuée à partir du 22e volume par l’abbé Hubert-Pascal Ameilhon (1730‑1811), est parue de 1757 à 1817 à Paris chez Desaint et Saillant, en 29 volumes, dont 2 volumes de tables.

47 « Pour engourdir mes peines dans le plus beau de tous les rêves, lecture du Napoléon de Norvins dont les sublimes illustrations par Raffet ont tant exalté ma triste enfance. » (Quatre ans de captivité à Cochons-sur-Marne, à la date du 26 juillet 1903 : Bloy, Journal, t. 1, p. 493.) « Jacques Marquet de Montbreton, baron de Norvins, est l’auteur d’une Histoire de Napoléon (Paris, A. Dupont, 1827‑1828, 4 vol. ), illustrée par le célèbre dessinateur Denis Raffet, dont les lithographies retracent fastueusement l’épopée napoléonienne. » (Note de Pierre Glaudes, dans idem, p. 777, n. 152.)

48 Ce sera L’Âme de Napoléon. Paris, Mercure de France, 1912 (Bloy, Œuvres. T. 5. Paris, Mercure de France, 1966, pp. 267‑341).

49 Henry Houssaye (1848‑1911), historien français. Ses ouvrages 1814 (1888) et 1815 (1893‑1905, 3 vol. ) l’ont rendu célèbre. Membre de l’Académie française en 1894. À la date du 14 février 1910, Bloy relatera dans Le Vieux de la Montagne : « Envoi du Sang du Pauvre à Henry Houssaye avec une lettre qui pourrait lui paraître intéressante, ne fût-ce qu’à cause de Napoléon dont il s’est fait l’historien. Pas de réponse. Il est tout à fait académicien. » (Bloy, Journal, t. 2 cité, p. 122.)

50 Frédéric Masson (1847‑1923), historien français. Après avoir publié quelques livres, il consacra son temps à mettre en œuvre les documents qu’il avait accumulés sur Napoléon et sa famille. Membre de l’Académie française en 1903. Bloy avait écrit une lettre à Masson, « académicien fraîchement élu », le 3 février 1904, date à laquelle il l’édite dans Quatre ans de captivité à Cochons-sur-Marne. Il ajoute alors : « Sans réponse. Il y a le goujatisme académique. » (Bloy, Journal, t. 1 cité, pp. 519‑520.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Émile Van Balberghe, « L’Interview de Léon Bloy par Georges Le Cardonnel et Charles Vellay (1905), présentée par Émile Van Balberghe », Littératures, 61 | 2009, 207-220.

Référence électronique

Émile Van Balberghe, « L’Interview de Léon Bloy par Georges Le Cardonnel et Charles Vellay (1905), présentée par Émile Van Balberghe », Littératures [En ligne], 61 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/2084

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals