Navigation – Plan du site
Comptes-rendus

Verlaine, Jadis et naguère, édition critique établie par Olivier Bivort

Le Livre de poche classique, 2009, 352 p.
Yves Reboul
p. 235-236
Référence(s) :

Verlaine, Jadis et naguère, édition critique établie par Olivier Bivort, Le Livre de poche classique, 2009, 352 p.

Texte intégral

1Olivier Bivort poursuit au Livre de Poche son entreprise d’édition du corpus verlainien. Après les Poèmes saturniens, Fêtes galantes, Romances sans paroles, Cellulairement et Sagesse, voici donc maintenant le tour de Jadis et naguère, certainement un des plus beaux recueils de Verlaine – celui en tout cas qui allait marquer, en 1884, une étape décisive dans une reconquête du champ littéraire qui devait rapidement mener son auteur à la gloire.

2Le principe d’édition de ce volume est le même que celui des précédents : dans le cadre d’une édition de poche, offrir tout ce qu’une édition savante peut donner. Cela implique une parfaite rigueur philologique et elle ne fait pas défaut ici : l’édition proprement dite est précédée de « Notes sur l’établissement du texte » où l’on trouve successivement un historique de la publication, une mise au point sur les divers manuscrits (y compris, quand elle est connue, leur localisation actuelle), une autre sur les « avant-textes et publications préoriginales », une autre enfin sur les éditions publiées du vivant de Verlaine. Les variantes, quant à elles, nombreuses et souvent importantes dans ce recueil, sont reportées en fin de volume : cela peut être une gêne pour la lecture, mais c’est le prix à payer pour la rigueur philologique, la solution du bas de page, d’ailleurs peu praticable dans une édition de poche, conduisant inéluctablement aux fameux « choix de variantes » qui n’a orné que trop d’éditions dans le passé. Quoi qu’il en soit, le travail d’Olivier Bivort est impeccable dans ce domaine et d’une grande lisibilité, ce qui ne gâte rien.

3Les notes proprement dites, quant à elles, visent exclusivement à éclairer la lecture. Comme dans les volumes précédents, elles sont disposées sur une pleine page, en regard des vers concernés (excepté toutefois, sans doute pour des raisons d’épaisseur du volume, en ce qui concerne Les Uns et les autres, cette comédie de ton marivaudien que Verlaine, un peu étrangement, a incorporée à son volume). Ces notes permettent en général au lecteur d’aujourd’hui de triompher des difficultés de sens, qui ne sont pas rares dans le français verlainien et aussi de disposer des données biographiques ou historiques indispensables à la compréhension des poèmes.

4Le volume se complète par une chronologie et un utile dossier sur la réception de l’œuvre, mais au-delà des qualités philologiques ou éditoriales de l’ensemble, l’essentiel est peut-être dans la mise au point à laquelle se livre Olivier Bivort dans sa préface et qui se prolonge d’ailleurs largement dans l’histoire de l’œuvre figurant dans les « Notes sur l’établissement du texte ». Dans la préface en effet, l’éditeur s’emploie à mettre en valeur l’extraordinaire variété de tons, de formes et de styles qui caractérise un recueil dont il a longtemps été à la mode de dire qu’il était une sorte de pot-pourri. En fait, comme il le montre de façon tout à fait convaincante, Verlaine s’acheminait de cette façon vers la liberté d’inspiration qui allait caractériser les années à venir où, promu chef d’école, il n’allait pas cesser d’expérimenter, sans plus tenir compte de contraintes esthétiques et formelles qui lui venaient de l’âge parnassien. Cette problématique, Olivier Bivort montre qu’elle se retrouve dans l’histoire de l’œuvre et sans doute est-ce là, au plan de la compréhension du recueil, l’apport essentiel de cette édition. La critique récente a en effet été tentée de ramener le projet de Jadis et naguère à une sorte de résurgence de celui des Vaincus, ce volume de vers essentiellement politique (dans le sens révolutionnaire) que Verlaine avait conçu autour de 1870 et qu’il ne devait jamais mener à bien. Or Olivier Bivort montre que, si une grande partie des vers qui auraient dû figurer dans Les Vaincus se retrouvent effectivement dans Jadis et naguère, c’est loin d’être le cas de tous cependant que, symétriquement, le recueil nouveau est loin de s’y ramener. En réalité le projet (d’abord appelé Poèmes de jadis et de naguère) n’a cessé d’évoluer, le titre s’appliquant à des ensembles fort différents les uns des autres, à la mesure de cette liberté d’inspiration que Verlaine est en train de conquérir. Jadis et naguère s’il n’est pas cet ensemble hétéroclite qu’on a tendu à décrire, ne se résume donc pas non plus à une formule et on ne saurait surestimer l’importance de cette conclusion.

5Il n’est pas courant qu’une édition de poche marque une date dans l’édition d’une œuvre de premier plan. C’est le cas avec ce volume : on attend avec impatience la suite de cette édition verlainienne vraiment remarquable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yves Reboul, « Verlaine, Jadis et naguère, édition critique établie par Olivier Bivort », Littératures, 61 | 2009, 235-236.

Référence électronique

Yves Reboul, « Verlaine, Jadis et naguère, édition critique établie par Olivier Bivort », Littératures [En ligne], 61 | 2009, mis en ligne le 01 décembre 2018, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/2135

Haut de page

Auteur

Yves Reboul

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals