Navigation – Plan du site

AccueilNuméros81Dossier : Écrire les homosexualit...Introduction

Dossier : Écrire les homosexualités au XIXe siècle

Introduction

Stéphane Gougelmann et Jean-Marie Roulin
p. 9-21

Texte intégral

  • 1 Donatien Alphonse François de Sade, La Philosophie dans le boudoir [1795], in Œuvres, M. Delon (éd. (...)
  • 2 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, I, La Volonté de savoir, Paris, Gallimard, « tel », 1976 (...)

1Dans La Philosophie dans le boudoir, Sade dépeint Dolmancé comme un homme à qui « les délices de Sodome […] sont aussi chers comme agent que comme patient », et qui consent néanmoins à « essayer des femmes1 ». Un siècle plus tard, le baron de Charlus incarne dans À la Recherche du temps perdu la figure essentialisée de la « tante ». Ces personnages littéraires ne se distinguent pas seulement par leurs caractères ou par leur manière de vivre leur sexualité, mais aussi et surtout par l’épistémologie qui sous-tend la description de leurs préférences sexuelles. Différence d’épistémè qui, pour Foucault, est le fruit d’une mutation historique : « L’homosexuel du xixe siècle est devenu un personnage : un passé, une histoire et une enfance, un caractère, une forme de vie ; une morphologie aussi, avec une anatomie indiscrète, et peut-être une physiologie mystérieuse […]. Le sodomite était un relaps, l’homosexuel est maintenant une espèce2. » Le terme de « personnage » fait signe vers la littérature : c’est par et dans la fiction que l’homosexuel·le acquiert une existence et une essence, un corps et une âme, une identité et une histoire. De la Révolution à la Grande Guerre, la littérature a reconfiguré le désir pour le même sexe. Elle a imaginé le récit de vie des homosexuel·les, en a dessiné les portraits moraux et physiques. Mais l’écriture est prise entre deux écueils : celui de la censure, qui vise à anéantir une réalité en lui déniant un nom, et celui d’un vocabulaire, qui nomme celle ou celui qui désire ou aime un être de son sexe par les mots de la damnation (sodomite) ou de l’opprobre (gouine, gougnotte), puis de la pathologie (inverti). Aussi ce numéro de Littératures interroge-t-il la manière dont la littérature, de la fiction à la correspondance, élabore le personnage de la femme ou de l’homme qui engage une relation amoureuse ou/et sexuelle avec un individu du même sexe – qui sera ici la définition d’« homosexuel ».

« Homosexuel » et « homosexualité » : le choix des mots

  • 3 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, éd. J.-Cl. Bonnet, Paris, Mercure de France, 1994, t. (...)

2Notre choix d’avoir recours aux termes d’« homosexualité » et d’« homosexuel·le » mérite un éclaircissement méthodologique. Ils constituent, en effet, un anachronisme et une incongruité épistémique, qui applique une catégorie médicale, avec ses implicites et ses connotations, à des êtres ou des comportements qui ne relèvent pas de la médecine, ou qui n’en ont relevé que par un coup de force. Au xixe siècle, comme à d’autres époques, les mots pour le dire manquent. On emprunte à la Grèce le mot de « pédéraste » en dérivant le sens premier vers celui, bien différent, de relations sexuelles entre hommes, et en inversant les signes : d’une pratique éducative valorisée dans l’Antiquité, la pédérastie devient un vice ; à la tradition judéo-chrétienne celui de « sodomite » qui désigne un individu par une métonymie – la pratique sexuelle spécifique et non exclusivement homosexuelle étant mentionnée en lieu et place de la personne –, et qui appelle le feu de la colère du Dieu de l’Ancien Testament. Plus souvent et plus perversement, on recourt au silence, pour ne pas accorder l’être à l’innommable. Louis-Sébastien Mercier légitime ce silence dans un chapitre du Tableau de Paris, explicitement désigné comme « Sans titre », et pour cause : « Il est des vices sur lesquels la censure doit se taire, parce qu’elle risquerait de les dévoiler sans les corriger3. »

  • 4 Régis Révenin en fait de même dans une approche historique du phénomène : Homosexualité et prostitu (...)

3Face à l’absence concertée de mots pour dire des relations qui existent et se vivent au xixe siècle, ce serait introduire une fausse perspective que de choisir les termes en usage à l’époque4. Si on a usé du mot « nègre », il n’y a aucune raison de le constituer en notion dans une réflexion scientifique, car, loin de garantir un respect de l’historicité, il introduirait un point de vue et une connotation contraires à la visée d’objectivité. Au reste, le reproche d’anachronisme, quand il s’agit de nommer, est peu pertinent : « électricité » est entré dans la langue en 1720, mais les phénomènes électriques ont existé bien avant le mot par lesquels les hommes les désignent. Il convient du moins de définir le terme, et de circonscrire ses connotations.

  • 5 Voir par exemple la récente mise au point d’Éric Bordas dans son introduction au numéro que Romanti (...)
  • 6 Dr Chatelain, « Compte rendu de Psychopathia sexualis mit besonderer Berücksichtigung der contraren (...)

4Homosexualität a été proposé en allemand par Karl-Maria Kertbeny en 1869, dans un libelle anonyme – comme si l’anonymat était la seule manière de nommer ce qui devrait rester innommable – qui plaidait pour la dépénalisation dans le code pénal prussien des rapports sexuels entre personnes de même sexe5. « Homosexualité » et « homosexuels » sont attestés en français à partir de 18916. Néologisme hybride, doublement. En premier lieu, il mêle le grec avec le préfixe d’« homo » et le latin de « sexualité ». Cette étymologie convoque la caution de l’antique et, surtout, répond à une aspiration d’objectivation scientifique, comme deux principes de légitimation. Nulle surprise dès lors qu’il ait été très vite repris par le discours médical qui en a fait une pathologie. En deuxième lieu, il conjoint le même et la séparation, car le « sexe » dérive étymologiquement de la coupure : associée au même (« homo- »), la coupure y est niée, dans un rêve de complétude androgynique.

  • 7 Gustave Flaubert, Le Dictionnaire des idées reçues, in Bouvard et Pécuchet, Paris, Gallimard « Foli (...)

5« Homosexualité », « homosexuel », « homosexuelle », donc. Nous emploierons ces termes parce que ce sont les plus courants et les plus commodes, mais en les libérant de la dimension essentialisante qu’ils ont prise. Pour nous, ils désignent des actes, des gestes, des habitudes de vie, mais non une identité. Bref, l’homosexuel avant que le xixe siècle n’en fasse une « espèce ». Ou plutôt dans toute l’étendue de sens, qui va de la définition circonstancielle donnée à « pédérastie » par Flaubert (« maladie dont tous les hommes sont affectés à un certain âge7 ») à l’identité courante du personnage essentialisé par des préférences sexuelles, figé dans une identité configurée et stigmatisée.

La parole et les normes

  • 8 Michel Foucault, op. cit., p. 58.
  • 9 Encyclopédie, Paris, 1765, t. XV, p. 266.

6Dès l’époque des Lumières, l’homosexualité est l’objet d’un « éréthisme discursif généralisé8 » et d’une préoccupation sociale qui cherchent à la cerner pour mieux l’anéantir. Sur le plan juridique tout d’abord. En 1765, l’Encyclopédie rappelait que « la loi cum vir au code de adult. veut que ceux qui sont convaincus de ce crime [sodomie] soient brûlés vifs9 ». La Révolution a certes apporté un progrès décisif sur ce plan, puisque dans le code pénal adopté en 1791, et au contraire des autres pays d’Europe, la sodomie n’est plus un acte interdit. Mais cette dépénalisation a pour revers une coercition d’un tout autre ordre, la contrainte matrimoniale. Le Code civil (1804) inscrit dans la juridiction le modèle patriarcal, vénérant la famille, protégeant la filiation, veillant à l’égale transmission de l’héritage entre les enfants. L’homosexualité, même dépénalisée, reste donc reléguée dans les marges obscures où la maintenait la vindicte des religions du Livre : sans but procréatif, vouée aux vertiges de la chair et exposant les patrimoines aux risques de stériles jouissances, elle ne peut que fragiliser le dogme du bon citoyen, procréateur et monogame.

  • 10 Ibid.
  • 11 Denis Diderot, Rêve de d’Alembert, in Œuvres, Paris, Gallimard « Pléiade », 1951, p. 939.

7Ce paramètre juridico-social va ensuite trouver un allié et une caution scientifique dans le discours médical, figure d’un pouvoir qui s’étend progressivement au fil du siècle. La « sodomie » était classée dans l’Encyclopédie dans les catégories de « Gram. & Jurisprud. », et définie comme le « crime de ceux qui commettent des impuretés contre la nature10 ». La définition était si extensive que « sodomie » incluait même « le crime que l’on commet sur soi-même », à savoir la masturbation. Dans Le Rêve de d’Alembert, Diderot établissait un dialogue entre Mlle de Lespinasse, d’Alembert et le médecin, Bordeu, sur la question de savoir si les diverses formes de la sexualité sont contre la nature ou dans la nature. Le fondement épistémologique y était plus philosophique que médical, comme le montre cette conclusion formulée par Bordeu : « Tout ce qui est ne peut être ni contre nature ni hors de nature11. » À partir du mitan du xixe siècle, la médecine s’empare des discours sur la sexualité, édicte des normes et catalogue les dérives. Progressivement, l’orientation affective et sexuelle pour son semblable devient une pathologie, une « perversion » ou une « inversion » : le qualificatif scientifique d’« inverti », qui suppose une inversion psychique autant que physique et accrédite l’idée d’une contrenature, tend à concurrencer, dans le second xixe siècle, celui, plus culturel, de pédéraste qui faisait référence aux mœurs grecques, avant que n’apparaisse en français le terme d’homosexuel. Ce germanisme vient, pour un temps du moins, résoudre un conflit de définitions qui court tout au long du siècle : l’homosexualité finit par désigner toute attraction affective ou sexuelle, réalisée ou non, voire consciente ou non, pour un individu de même sexe.

  • 12 Traduit en français par M. Gauthier : La Fabrique du sexe : essai sur le corps et le genre en Occid (...)
  • 13 Alfred de Musset, La Confession d’un enfant du siècle [1836], Paris, Gallimard « Folio », 1973, p.  (...)
  • 14 Stendhal, Le Rouge et le Noir, in Œuvres romanesques complètes, Paris, Gallimard « Pléiade », 2005, (...)

8Enfin, au croisement du médical et du social, le xixe siècle se caractérise par le renforcement de la frontière dressée entre les hommes et les femmes. Dans Making sex. Body and Gender from the Greeks to Freud (199012), Thomas Laqueur a posé l’hypothèse du passage, au cours du xviiie siècle, du modèle unisexué qui prévalait à la Renaissance et l’Âge classique à un modèle bisexué. La femme et l’homme sont dès lors conçu·es comme des êtres de natures différentes. Socialement, le xixe siècle a vu se renforcer la barrière qui sépare les femmes et les hommes, ainsi que le relève Alfred de Musset dans le deuxième chapitre de La Confession d’un enfant du siècle : « Mais il est certain que tout d’un coup, chose inouïe dans les salons de Paris, les hommes passèrent d’un côté et les femmes de l’autre ; et ainsi les unes vêtues de blanc comme des fiancées, les autres vêtus de noir comme des orphelins, ils commencèrent à se mesurer des yeux13. » Dans cette société, les sexes sont cloisonnés, les interversions de rôles et les troubles dans le genre condamnés : les hommes étudient dans les villes, sont à l’armée ou rêvent, nostalgiques, de l’héroïsme napoléonien et les femmes au couvent rejouent La Religieuse avant d’être cantonnées dans l’espace domestique. Le renforcement de la frontière entre hommes et femmes exacerbe le désir, conforté par l’injonction sociale, d’un sexe pour l’autre. Il a pour envers la constitution d’espaces homosociaux, plaçant les hommes et les femmes face à une injonction paradoxale : forcé·es de fréquenter des milieux unisexués et des êtres du même sexe, elles/ils se trouvent cependant confronté·es à l’interdit de la relation homosexuelle. Symétriquement, le mariage bourgeois offre un possible modèle du couple de même sexe et de la vie à deux. Ainsi, dans Le Rouge et le Noir, Julien Sorel interprète la proposition que lui fait Fouqué de devenir son associé et de rester avec lui comme l’invitation à une forme de vie conjugale : « c’est dans l’espoir de se faire un compagnon qui ne le quitte jamais14. » La description de la soirée qu’ils passent ensemble offre une synecdoque de cette conjugalité : « Pendant tout le souper qu’ils préparèrent eux-mêmes, comme des héros d’Homère, car Fouqué vivait seul […]. » La comparaison avec Achille et Patrocle auréole ce compagnonnage d’un héroïsme épique, comme le choix de l’épisode particulier met en relief l’envers de la geste guerrière, en évoquant la quotidienneté et la simplicité ménagères. Stendhal ouvre, dans ce chapitre, un possible narratif qui est aussi un possible de la vie sociale du xixe siècle.

  • 15 Laure Murat, La Loi du genre. Une histoire culturelle du « troisième sexe », Paris, Fayard, 2006, p (...)
  • 16 Comme le montre dans ce numéro l’analyse de Stéphane Gougelmann.
  • 17 Charles Baudelaire, « Lesbos » (v. 17), in « Pièces condamnées tirées des Fleurs du mal », Œuvres c (...)

9Il n’en demeure pas moins que, dans la plupart des esprits, l’homosexualité est jugée hors-norme, contre-nature et antisociale : c’est un « monde à l’envers », résume Laure Murat15. Dans une société où la distinction des rangs est un peu moins marquée que sous l’Ancien Régime, où des passages sont possibles, où les braises révolutionnaires menacent constamment l’ordre bourgeois, le désir homosexuel rend poreuse la frontière entre les classes et induit un risque de désordre social. Ainsi, la relation homosexuelle se glisse au cœur des mariages comme en témoignent romanesquement les « deux inséparables », Mme la marquise d’Espanet et Mme Haffner, femmes mariées qui, au début de La Curée (1871), affichent publiquement leur liaison amoureuse. Figure particulière de l’adultère, elle sème le trouble, menaçant la mission procréatrice de l’union conjugale, comme dans le roman d’Adolphe Belot, Mademoiselle Giraud, ma femme16. L’homosexuel·le, dans un siècle où l’ordre bourgeois est constamment remis en cause, incarne une des figures de la révolte, dans des formes variées : Vautrin, chez Balzac, fasciné par Lucien ou Eugène, est le hors-la-loi qui déconstruit les rouages des hiérarchies sociales pour conquérir le pouvoir ; la « stérile volupté17 » des femmes de Lesbos, chez Baudelaire, est une insulte à l’impératif de reproduction matrimoniale.

  • 18 Jean-Martin Charcot et Valentin Magnan, Inversion du sens génital et autres perversion sexuelles, A (...)
  • 19 Émile Zola, Paris [1898], Paris, Gallimard, « Folio classique », 2002, p. 431.
  • 20 Sur les rapports complexes de Zola aux homosexualités, nous renvoyons au dossier de Michael Rosenfe (...)
  • 21 Émile Zola, Paris, op. cit., p. 653.
  • 22 Voir Gabrielle Houbre, « Prémices d’une éducation sentimentale : l’intimité masculine dans les coll (...)

10Le bourgeois ne redoute pas seulement cette « décadence » pour la pérennité de ses valeurs et de ses biens, mais aussi pour lui-même et ses enfants : la vogue des travaux sur la dégénérescence insuffle l’idée que la dépravation ne gît pas seulement dans les bas-fonds, mais peut être aussi une tare héréditaire susceptible d’affecter toute lignée (Jean-Martin Charcot et Valentin Magnan, en 1882, défendent ainsi cette thèse à propos de « l’inversion du sens génital18 »). Maxime Saccard dans La Curée ou Hyacinthe Duvillard dans Paris (1898) en offrent une illustration romanesque : ces fils de famille dont le « dégoût pour la fécondité19 », cette loi unique de vie naturelle et sociale selon Zola, témoigne de l’épuisement de la « race », ont une âme de femme dans un corps d’homme20. Mais une telle perversion des fonctions génésiques a besoin d’un terreau pour se développer : « ce Paris de luxe et de joie21 » multiplie les occasions de débauches et peut inciter les cœurs innocents à se dévergonder. On craint la contagion par émulation et mimétisme ou par envie de braver les interdits. La promiscuité entre individus de même sexe inquiète aussi et l’on subodore, non sans fondement (les gazettes s’en font parfois l’écho), quelque rapprochement suspect entre sœurs dans les couvents ou filles dans les bordels, pensionnaires dans les écoles ou soldats dans les casernes22.

  • 23 Cesare Lombroso, L’Homme criminel (criminel-né, fou moral, épileptique), trad. française, Paris, Fé (...)
  • 24 Se rendant à un rendez-vous donné par un soldat, Custine était tombé dans un guetapens. Voir Marie- (...)
  • 25 Voir Emmanuel Fureix, « “La porte de derrière”. Sodomie et incrimination politique :
  • 26 Voir Régis Revenin, Homosexualité et prostitution masculines à Paris, 1870-1918, op. cit..
  • 27 Patrick Cardon, Discours littéraires et scientifiques fin de siècle, Paris, Orizons, 2008, p 12.
  • 28 Pour un aperçu des différentes théories sur l’homosexualité, voir Marc Angenot, Le Cru et le faisan (...)
  • 29 C’est une dénomination de Paul Devaux, alias Dr Luiz. Voir Dr Luiz [Paul Devaux], Les Fellatores, m (...)
  • 30 Ambroise Tardieu, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Paris, Baillière [1857], 1859, p (...)
  • 31 Ibid., p. 120.

11Qu’elles soient considérées comme acquises (comme le pense Ludwig Casper dans son traité sur les Rapports sexuels contre-nature en 1852) ou innées (c’est l’opinion majoritaire qu’un Cesare Lombroso radicalise en 1876 en inventant le « criminel-né23 »), les orientations homosexuelles masculines font l’unanimité contre elles. Les satiristes se gaussent des scandales qu’elles suscitent, tel celui qui frappe le marquis de Custine en 182424, les caricaturistes éreintent les mœurs « déviantes » – Cambacérès en fit ainsi les frais25 – et les moralistes de tous bords fustigent sa force corruptrice. La maréchaussée traque sans relâche toute manifestation de racolage, souvent à la suite de dénonciations ou de pétitions, comme celles de commerçants des galeries du Palais-Royal dans les années 187026 (preuve, s’il en faut une, de la vivacité de ces pratiques clandestines). Et si la science ausculte de si près l’homosexualité dans la seconde partie du siècle, c’est en grande partie parce que les tribunaux font appel à la médecine légale pour établir les preuves d’une relation consentie (dans les pays, comme le Royaume-Uni, où l’homosexualité est illégale) ou forcée en cas d’abus sexuel. C’est dans ce cadre que se multiplient les « discours d’emprise par nomination, classification et surveillance27 », traités anthropologiques, psychiatriques et médicaux28 qui visent à embrasser pour mieux l’étouffer ce « troisième sexe » (expression du xviiie siècle que Balzac popularise). L’un d’eux a fait date, l’Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs d’Ambroise Tardieu, sept fois rééditée entre 1857 et 1878, traduite en plusieurs langues, qui dégage un « syndrome pédérastique » dont les caractéristiques physiques seront enseignées pendant près d’un siècle aux étudiants de médecine légale : postérieurs féminins et rectums en entonnoir des passifs, pénis de chien, ou en forme de gourdin ou de tire-bouchon des actifs, bouches des fellatores29 en suçoir, tordue avec des petites dents et de grosses lèvres… On en passe, mais nous voilà prévenus : « Le but est d’offrir au médecin légiste les moyens de reconnaître les pédérastes à des signes certains, et de résoudre ainsi, avec plus de sûreté et d’autorité qu’il n’avait pu le faire jusqu’à présent, les questions sur lesquelles la justice évoque son assistance pour poursuivre et extirper, s’il est possible, ce vice honteux30. » Et la police a tout intérêt à rester vigilante car « la pédérastie est l’école à laquelle se forment les plus habiles et les plus audacieux criminels31 ». Il s’agit donc de faire honte, de faire taire et, in fine, de faire disparaître.

  • 32 Alexandre Parent-Duchâtelet, De la Prostitution dans la ville de Paris, considérée sous le rapport (...)
  • 33 Cette remarque de Tardieu apparaît dans la réédition de 1862 de l’Étude médico-légale sur les atten (...)
  • 34 Voir Marie-Jo Bonnet, Les Relations amoureuses entre les femmes, xvie-xxe siècle, Paris, Odile Jaco (...)
  • 35 Voir Jean-Pierre Jacques, Les Malheurs de Sapho, Paris, Grasset, 1981.
  • 36 Le tableau, destiné à la collection privée du diplomate turc Khalil-Bey, était trop audacieux pour (...)
  • 37 Jacques-Philippe Saint-Gérand, « Homosexualité des alphadécédets : remarques sur un innommable des (...)
  • 38 Les Archives d’anthropologie criminelle (1886-1914) ont été fondées par Alexandre Lacassagne. Sur l (...)

12Les femmes homosexuelles, que Parent-Duchâtelet repère en nombre chez les prostituées32, présentent un danger moindre que leurs homologues masculins : hormis cas de violence, « [l]a justice n’a pas, le plus souvent, à pénétrer dans ces mystères et dans ces hontes33 », estime Ambroise Tardieu, à propos des « attentats commis par des femmes sur des personnes de leur propre sexe ». Pendant une grande partie du siècle, la médecine ne s’intéresse à elles qu’à l’occasion d’études sur le « clitorisme » (une hypertrophie et un durcissement pathologique du clitoris qui permet à la malade de pénétrer sexuellement d’autres femmes). Elle s’emploie parfois à les traiter (Cesare Lombroso, en asile d’aliénées, cherche à les soigner par cautérisation du clitoris). Il faudra attendre la fin de siècle pour qu’elles fassent l’objet d’un regain d’attention et de soin34. Affublées d’une féminité hypertrophiée, voire de la « beauté du diable », il arrive qu’elles deviennent source de fantasmes masculins35. Elles se parent alors d’une aura érotico-esthétique qui place leur représentation picturale dans les limites du tolérable – on pense, entre autres, au Sommeil (1866) de Courbet36, ou aux Deux Amies de Toulouse-Lautrec (1895) – et littéraire : de La Fille aux yeux d’or (1835) de Balzac à Claudine à l’école (1900) de Colette et Willy, la lesbienne a droit de cité pour exciter les lecteurs las d’une conjugalité « pot-au-feu ». Elle dégage néanmoins un parfum de scandale dont les effluves capiteux peuvent indisposer les gardiens de la bonne moralité : les pièces de Baudelaire, condamnées pour outrage aux bonnes mœurs, ne contiennent-elles pas « Lesbos » et « Femmes damnées » ? Le « bougre », quant à lui, enfreint trop les canons de la virilité pour espérer bénéficier d’une quelconque visibilité : il est voué au « gémonies du lexique37 », cantonné aux pages d’archives d’anthropologie criminelle38, ou condamné au silence. Ceux qui en sont se taisent, ceux qui en parlent s’expriment à mots couverts. « Je suis l’Amour qui n’ose pas dire son nom » (« I am the Love that dare not speak its name »), résume Alfred Douglas dans Deux amours (Two Loves, 1894). Le vers est resté célèbre : périphrastique et négatif, il conteste l’hégémonie de la norme hétérosexuelle, pose une alternative, mais exprime aussi cette difficulté de la parole ordinaire à dire l’homosexualité. Il dit tout le poids du tabou.

L’amour qui ose dire son nom ?

13Si le discours littéraire a joué un rôle déterminant dans la construction de l’homosexualité et de l’homosexuel·le, c’est par la nouvelle mission assignée à la fiction. Pour Germaine de Staël, la littérature – terme qui se substitue vers 1800 à « belles-lettres », dessinant un nouveau champ – a pour fonction de saisir l’individu dans son rapport avec le contexte social. Elle est pour Stendhal la « chronique », pour reprendre un terme du sous-titre du Rouge et du noir, du monde actuel. Dès lors, le roman, la poésie ou le théâtre élaborent cet « état-civil » que visait Balzac. À la littérature est assignée la tâche de saisir et de comprendre la société issue de la Révolution. Pour remplir cet objectif, le discours de la fiction se nourrit tant de la référence, dans une perspective réaliste, que de l’imaginaire, en construisant le monde tel qu’il pourrait être. Aussi l’habitus homosexuel s’élabore-t-il dans les textes, tant par références aux mots, aux lieux, aux mœurs de la société française de l’époque, que par reprises intertextuelles de textes divers, de l’Antiquité aux traités de médecine.

14Mais prises entre les non-dits ou les mal-dits de la parole commune et les dits catégorisants et culpabilisants des discours moraux et savants, quelles voix ces représentations littéraires font-elles alors entendre ? Sont-elles toujours la chambre d’écho des orthodoxies dominantes, ou bien créent-elles une autre façon de dire, de connaître et faire connaître les homosexualités, voire une autre façon d’être – pour reprendre le verbe de Douglas – homosexuel·le qui ne soit réduite ni à une mécanique déréglée du vivant ni à la manifestation d’un péché ? En composant nécessairement à partir d’un idiome contraint ou empêché, ne tendent-elles pas à déplacer la dimension homosexuelle sur des formes d’affections permises et apparemment chastes (compagnonnage, amitié, fraternité, sororité, etc.), rendant critique la frontière entre le licite et l’illicite, la socialité et le désir, la philia et l’eros, l’homo- et l’hétérosexualité ?

  • 39 Voir, par exemple, Jean-Marie Roulin, « La Camera oscura d’André Gide, ou l’écriture du plaisir hom (...)

15C’est à ce questionnement que se consacre principalement le présent dossier en proposant des contributions centrées sur l’analyse de textes littéraires français du xixe siècle dans lesquels les homosexualités sont abordées plus ou moins explicitement : entre le Code civil et le Corydon (1920) de Gide, qui rejette le discours médical pour appréhender l’homosexualité à nouveaux frais39 ou Sodome et Gomorrhe (1921-1922) de Proust, se dessine une période où la littérature met en place des stratégies d’écriture, présente une pluralité de points de vue et développe des représentations spécifiques (du poncif à l’image inédite) pour écrire ces homosexualités, c’est-à-dire pour écrire ce qui ne se dit pas ou ne se dit que dans les mots de l’abjection.

  • 40 Gretchen Schultz, Sapphic Fathers : Discourses of Same-Sex Desire from Nineteenth- Century France, (...)
  • 41 Lawrence R. Schehr, The Shock of Men. Homosexual Hermeneutics in French Writing, Palo Alto, Stanfor (...)
  • 42 Dominique Fernandez, L’Amour qui ose dire son nom. Art et homosexualité, Paris, Stock, 2001 ; Amant (...)

16Homosexualités au pluriel, car il paraît d’autant plus intéressant de rassembler dans une même série d’études les hommes et les femmes que la critique académique – et cette remarque ne vaut pas seulement pour le xixe siècle – a tendance à disjoindre les homosexualités, sans doute pour mieux faire apparaître les spécificités de chacune, sans doute aussi parce que l’une et l’autre ne sont pas entièrement superposables. Certes, tous les critiques ne procèdent pas ainsi (par exemple, un important numéro de la revue Romantisme dirigé par Éric Bordas est consacré à Sodome et à Gomorrhe), mais force est de constater que le séparatisme domine. Ainsi Gretchen Schultz40 ou Nicole G. Albert décortiquent les représentations lesbiennes, tandis que Lawrence Schehr41 ou Dominique Fernandez42 se concentrent exclusivement sur les histoires entre garçons. Or, loin de vouloir minorer l’importance de ces travaux, on a tenu, pour notre part, à sortir de l’exclusive, dans l’espoir de faire apparaître des convergences ou des asymétries de traitement entre les deux homosexualités.

  • 43 Pour le xixe siècle, on citera, par exemple, les thèses en français de Nicole G. Albert, Saphisme e (...)
  • 44 Pour une bibliographie des analyses critiques concernant les domaines dix-neuviémistes, de 1968 à 2 (...)

17Nous insistons également sur la dimension littéraire pour au moins deux raisons. En premier lieu, dans la compréhension des homosexualités, le corpus fictionnel au xixe siècle (le roman, la poésie, le théâtre, etc.), semble être un peu moins sollicité43, du moins pour la période et l’aire culturelle qui nous occupent, que d’autres champs du savoir, comme l’histoire et la sociologie, ou l’histoire des idées (par exemple par l’examen des théories médicales de l’époque), ou encore la lexicologie44. Il entretient, à l’évidence, des rapports consubstantiels avec l’histoire et avec la langue et l’on ne saurait l’étudier en le coupant de son contexte, mais il n’est pas interdit de l’envisager aussi dans son écart formel et sémantique par rapport à d’autres types de discours quand, à travers lui, s’élabore et s’énonce une conscience propre des homosexualités. Cette conscience, qui s’exprime à travers des tropes, des personnages ou des récits, n’est pas forcément indemne de tout préjugé. Certaines œuvres tendent même à les renforcer et l’on en connaît qui ont solidifié certains stéréotypes : les figures androgynes de Maxime et de Renée dans La Curée doivent beaucoup, par exemple, aux thèses sur l’inversion et ont contribué à les diffuser. Mais elles peuvent tout aussi bien les mettre à distance, les défaire, les dépasser. En la matière, il n’y a pas d’univocité, d’autant que l’originalité du style et la capacité à se démarquer de la doxa prégnante sont valorisées au xixe siècle. Il existe donc autant d’écritures des homosexualités qu’il y a d’écrivain·es : certaines partisanes ou indulgentes, d’autres ambiguës ou contradictoires, d’autres, enfin, sans doute les plus nombreuses, outragées et véhémentes. Se concentrer sur un corpus littéraire oblige ainsi à considérer les homosexualités non pas seulement comme une production idéologique ou une réalité sociale mais aussi comme des faits poétiques.

  • 45 Joseph Méry, Monsieur Auguste [1859], Paris, Michel Lévy, 1871, p. 1.
  • 46 Éric Bordas, art. cité, p. 14, note 43.

18En second lieu, l’écriture des homosexualités, du moins dans les livres qui n’ont pas la vocation confidentielle à n’être lus que d’une main, est toujours soumise à une forme d’autocensure (l’espace littéraire est un espace de médiation publique, partant, au xixe siècle, un espace politiquement et moralement sous contrôle). Repoussées dans les marges de la société comme dans celles des livres non spécialisés, les homosexualités ne jouissent que rarement d’un luxe de détails : l’écrivain esquisse, suggère, est, comme le dit Joseph Méry dans la préface de Monsieur Auguste, contraint de « pécher par trop d’obscurité45 » : « Il ne faut rien dire donc ne rien nommer, mais tout laisser entendre46. » D’où le recours aux figures d’atténuation ou d’ironie, aux métaphores, aux allusions, mais aussi, comme dit Baudelaire, dans « Lesbos », aux « jeux latins et [aux] voluptés grecques », paravent culturel bien utile, autrement dit à l’invention de tout un réseau textuel d’indices et d’astuces qui pourront mettre le lecteur sur la voie d’une réalité sexuelle occultée. Les contorsions discursives de ces œuvres, mêmes les plus médiocres stylistiquement, obligent donc à des trouvailles. C’est la raison pour laquelle la plupart des contributions rassemblées dans ce numéro de Littératures se concentre sur un auteur ou une autrice : cette approche monographique permet de mettre au jour la pluralité des points de vue, la liberté d’imaginer et les ruses du style qui évitent de nommer ce qui n’a pas de nom ou de recourir aux habituels anathèmes.

  • 47 Pour une mise au point récente, voir A. Badin, S. Genetti, F. Libasci et J.-M. Roulin (éd.), La Lit (...)

19Mais si le signifiant est flottant pour cause d’une double tension entre explicite et implicite, stéréotypie et originalité, le signifié lui-même semble labile. Les textes abordés dans ce volume, précisément parce qu’ils sont littéraires, donnent, si ce n’est du mot homosexualité au moins de la chose ou de l’idée, un aperçu plus vaste et plus ouvert que la vision essentialiste inhérente au lexème scientifique : la littérature peut restituer les sentiments et les sensations, montrer la perméabilité et la versatilité des désirs, brouiller les frontières qui séparent l’homo- et l’hétérosexualité, le normal et le pathologique, le bien et le mal, le féminin et le masculin, l’amour et d’autres formes de compagnonnage entre gens de même sexe (fraternité, amitié, etc.). La prudence est cependant de mise : il serait préjudiciable de plaquer sur les textes des conceptions queer anachroniques. Mais la prudence n’est pas la pruderie : certains énoncés nous font bel et bien signe sous les signes, incitent à soupçonner derrière ce qui se dit cet amour ou ces élans qui n’osent pas dire leur nom. Il nous semble même qu’ils sont, malgré leur discrétion, souvent les plus aptes à contredire les normes genrées et sexuelles. Devenu « personnage » au xixe siècle, l’homosexuel·le trouve aussi sens et existence dans la littérature. C’est cependant à partir du Corydon de Gide – plus courageux que Proust en la matière – et des romans de Colette que la parole se libère progressivement, non sans quelques périphrases sirupeuses (« les amitiés particulières » de Roger Peyrefitte ou « le rapt de Ganymède » de Dominique Fernandez). La littérature aborde alors frontalement les homosexualités, mais souvent en explorant les espaces en marge, comme l’univers de la prison chez Jean Genet, ou de la crise, comme dans le récit de la maladie chez Hervé Guibert et les écrivains confrontés au Sida47, par exemple. C’est là une autre histoire.

Haut de page

Notes

1 Donatien Alphonse François de Sade, La Philosophie dans le boudoir [1795], in Œuvres, M. Delon (éd.), Paris, Gallimard « Pléiade », 1998, t. III, p. 6.

2 Michel Foucault, Histoire de la sexualité, I, La Volonté de savoir, Paris, Gallimard, « tel », 1976, p. 59.

3 Louis-Sébastien Mercier, Tableau de Paris, éd. J.-Cl. Bonnet, Paris, Mercure de France, 1994, t. I, p. 609.

4 Régis Révenin en fait de même dans une approche historique du phénomène : Homosexualité et prostitution masculines à Paris, 1870-1918, Paris, L’Harmattan, 2005.

5 Voir par exemple la récente mise au point d’Éric Bordas dans son introduction au numéro que Romantisme a consacré à « Sodome et Gomorrhe » (2013/1, n° 159), p. 3-17.

6 Dr Chatelain, « Compte rendu de Psychopathia sexualis mit besonderer Berücksichtigung der contraren Sexualempfindung, […] par le Dr R. de Krafft-Ebing, 6e éd. augmentée et remaniée, Annales médico-psychologiques », t. XIV, 1891, p. 330.

7 Gustave Flaubert, Le Dictionnaire des idées reçues, in Bouvard et Pécuchet, Paris, Gallimard « Folio », 1979, p. 546.

8 Michel Foucault, op. cit., p. 58.

9 Encyclopédie, Paris, 1765, t. XV, p. 266.

10 Ibid.

11 Denis Diderot, Rêve de d’Alembert, in Œuvres, Paris, Gallimard « Pléiade », 1951, p. 939.

12 Traduit en français par M. Gauthier : La Fabrique du sexe : essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard, 1992.

13 Alfred de Musset, La Confession d’un enfant du siècle [1836], Paris, Gallimard « Folio », 1973, p. 28.

14 Stendhal, Le Rouge et le Noir, in Œuvres romanesques complètes, Paris, Gallimard « Pléiade », 2005, t. I, p. 415.

15 Laure Murat, La Loi du genre. Une histoire culturelle du « troisième sexe », Paris, Fayard, 2006, p. 109.

16 Comme le montre dans ce numéro l’analyse de Stéphane Gougelmann.

17 Charles Baudelaire, « Lesbos » (v. 17), in « Pièces condamnées tirées des Fleurs du mal », Œuvres complètes, Paris, Gallimard « Pléiade », 1975, t. I, p. 150.

18 Jean-Martin Charcot et Valentin Magnan, Inversion du sens génital et autres perversion sexuelles, Archives de neurologie, 3, 1882.

19 Émile Zola, Paris [1898], Paris, Gallimard, « Folio classique », 2002, p. 431.

20 Sur les rapports complexes de Zola aux homosexualités, nous renvoyons au dossier de Michael Rosenfeld dans son édition des Confessions d’un homosexuel à Émile Zola, Paris, Nouvelles Éditions Place, 2017.

21 Émile Zola, Paris, op. cit., p. 653.

22 Voir Gabrielle Houbre, « Prémices d’une éducation sentimentale : l’intimité masculine dans les collèges (1815-1848) », Romantisme, n° 68, 1990, Paris, p. 9-22 ; Anne-Marie Sohn, “Sois un homme ! La Construction de la masculinité au xixe siècle, Paris, Seuil, 2009.

23 Cesare Lombroso, L’Homme criminel (criminel-né, fou moral, épileptique), trad. française, Paris, Félix Alcan éditeur,1887.

24 Se rendant à un rendez-vous donné par un soldat, Custine était tombé dans un guetapens. Voir Marie-Bénédicte Diethelm, « La boue de Saint-Denis (1824) : Astolphe de Custine, “un homme marqué du sceau de la réprobation” », Romantisme, n° 159, 2013, p. 41-58, et Andrew Counter, « Olivier in the Closet : Gossip, Scandal, and the Novel in the 1820s », in The Amorous Restoration. Love, Sex, and Politics in Early Nineteenth-Century France, Oxford University Press, 2016, p. 142-173.

25 Voir Emmanuel Fureix, « “La porte de derrière”. Sodomie et incrimination politique :

des caricatures contre Cambacérès (1814-1815) », Annales historiques de la Révolution française, n° 361, 2010, p. 109-130.

26 Voir Régis Revenin, Homosexualité et prostitution masculines à Paris, 1870-1918, op. cit..

27 Patrick Cardon, Discours littéraires et scientifiques fin de siècle, Paris, Orizons, 2008, p 12.

28 Pour un aperçu des différentes théories sur l’homosexualité, voir Marc Angenot, Le Cru et le faisandé. Sexe, discours social et littérature à la Belle Époque, Bruxelles, Labor, 1986 ; Christian Bonello, « Du médecin légiste à l’aliéniste. L’homosexualité sous le regard de la médecine au xixe siècle », in Louis-Georges Tin et Geneviève Pastre (éd.), Homosexualité : expression / répression, Paris, Stock, 2000, p. 65-81 ; Laure Murat, La Loi du genre, op. cit. ; Régis Revenin, « Conceptions et théories savantes sur l’homosexualité masculine en France, de la Monarchie de Juillet à la première guerre mondiale », Revue d’Histoire des sciences humaines, n° 17, 2007, p. 23-45 ; Patrick Cardon, Discours littéraires et scientifiques fin de siècle, op. cit. ; Sophie Chaperon, Les Origines de la sexologie, 1850-1900, Paris, Payot, 2012.

29 C’est une dénomination de Paul Devaux, alias Dr Luiz. Voir Dr Luiz [Paul Devaux], Les Fellatores, mœurs de la décadence [1888], Marseille, GayKitschCamp, 2011.

30 Ambroise Tardieu, Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Paris, Baillière [1857], 1859, p. 191.

31 Ibid., p. 120.

32 Alexandre Parent-Duchâtelet, De la Prostitution dans la ville de Paris, considérée sous le rapport de l’hygiène publique, de la morale et de l’administration [1836], Paris, Seuil, « Point histoire », 2008.

33 Cette remarque de Tardieu apparaît dans la réédition de 1862 de l’Étude médico-légale sur les attentats aux mœurs, Paris, Baillière, p. 57.

34 Voir Marie-Jo Bonnet, Les Relations amoureuses entre les femmes, xvie-xxe siècle, Paris, Odile Jacob, 1995, p. 294-320.

35 Voir Jean-Pierre Jacques, Les Malheurs de Sapho, Paris, Grasset, 1981.

36 Le tableau, destiné à la collection privée du diplomate turc Khalil-Bey, était trop audacieux pour concourir au Salon.

37 Jacques-Philippe Saint-Gérand, « Homosexualité des alphadécédets : remarques sur un innommable des dictionnaires conformes, et recours aux excentriques », Romantisme n° 159, « Sodome et Gomorrhe », op. cit. p. 22.

38 Les Archives d’anthropologie criminelle (1886-1914) ont été fondées par Alexandre Lacassagne. Sur l’intérêt du Professeur Lacassagne et de ses élèves pour l’homosexualité, voir Philippe Artières, « Lacassagne : Le professeur et l’inverti », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie, 2. Thématiques et théories, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 11 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ criminocorpus/120

39 Voir, par exemple, Jean-Marie Roulin, « La Camera oscura d’André Gide, ou l’écriture du plaisir homosexuel », Studi francesi, 170, 2013, p. 385-395.

40 Gretchen Schultz, Sapphic Fathers : Discourses of Same-Sex Desire from Nineteenth- Century France, Toronto, University of Toronto Press, 2015.

41 Lawrence R. Schehr, The Shock of Men. Homosexual Hermeneutics in French Writing, Palo Alto, Stanford University Press, 1995 et Alcibiades at the door : gay discourses in French literature, Stanford, Stanford University Press, 1995.

42 Dominique Fernandez, L’Amour qui ose dire son nom. Art et homosexualité, Paris, Stock, 2001 ; Amants d’Apollon : l’homosexualité dans la culture, Paris, Grasset, 2005.

43 Pour le xixe siècle, on citera, par exemple, les thèses en français de Nicole G. Albert, Saphisme et Décadence dans Paris fin-de-siècle, Paris, La Martinière, 2005 ; Myriam Robic, « Femmes damnées ». Saphisme et poésie (1846-1889), Paris, Classiques Garnier, 2012 ; Romain Courapied, Le Traitement esthétique de l’homosexualité dans les œuvres décadentes face au système médical et légal : accords et désaccords sur une éthique de la sexualité, Rennes, Thèse de l’Université de Rennes 2, 2014 ; Przemysław Szczur, Produire une identité. Le Personnage homosexuel dans le roman français de la seconde moitié du xixe siècle (1859-1899), Paris, L’Harmattan, 2014.

44 Pour une bibliographie des analyses critiques concernant les domaines dix-neuviémistes, de 1968 à 2012, voir la recension d’Éric Bordas, Romantisme, n° 159, « Sodome et Gomorrhe », op. cit., p. 102-107.

45 Joseph Méry, Monsieur Auguste [1859], Paris, Michel Lévy, 1871, p. 1.

46 Éric Bordas, art. cité, p. 14, note 43.

47 Pour une mise au point récente, voir A. Badin, S. Genetti, F. Libasci et J.-M. Roulin (éd.), La Littérature du Sida, alors et encore, CRIN (Cahiers de recherche des instituts néerlandais de langue et de littérature françaises), Leiden – Boston, Brill – Rodopi, no 62, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Gougelmann et Jean-Marie Roulin, « Introduction »Littératures, 81 | 2019, 9-21.

Référence électronique

Stéphane Gougelmann et Jean-Marie Roulin, « Introduction »Littératures [En ligne], 81 | 2019, mis en ligne le 19 octobre 2020, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/2397 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.2397

Haut de page

Auteurs

Stéphane Gougelmann

Stéphane Gougelmann, Maître de conférences en littérature française à l’Université de Lyon-Saint-Étienne, membre de l’UMR IHRIM, travaille principalement sur la seconde moitié du xixe siècle, en particulier sur l’œuvre de Jules Renard. Il a notamment dirigé, avec Jean-Louis Cabanès, le numéro de la revue Europe (novembre-décembre 2015) consacré aux frères Goncourt et à Jules Renard et fait paraître chez Classiques Garnier, en 2017, Jules Renard, écrivain de l’intime. Il s’intéresse également aux représentations du genre et des sexualités en littérature dans une perspective poétique et historique. Aux Publications de l’Université de Saint-Étienne (PUSE), il a ainsi dirigé avec l’historienne Anne Verjus Écrire le mariage en France au xixe siècle (2017). Il a participé, sous la direction de Christine Planté et Damien Zanone, au numéro 179 de Romantisme « Questions de genre au xixe siècle » (2018) et a créé la collection « le genre en toutes lettres » aux PUSE.

Articles du même auteur

Jean-Marie Roulin

Jean-Marie Roulin, auteur de Chateaubriand, l’exil et la gloire (Champion, 1994) et de L’Épopée de Voltaire à Chateaubriand : poésie, histoire et politique (Oxford, 2005), est professeur à l’Université de Lyon-Saint-Étienne et membre de l’UMR CNRS IHRIM. Ses travaux portent sur les représentations de la société, du genre, du politique et de l’histoire dans la littérature française des xviiie et xixe siècles. Il a entre autres dirigé Masculinités en Révolution de Rousseau à Balzac (PUSE, 2013, avec D. Maira) et La Littérature du Sida, alors et encore (C.R.I.N., 2016, avec St. Genetti).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search