Navigation – Plan du site

AccueilNuméros81Dossier : Écrire les homosexualit...De l’homosexualité chez Dumas ou ...

Dossier : Écrire les homosexualités au XIXe siècle

De l’homosexualité chez Dumas ou l’art des allusions

Laurent Angard
p. 23-34

Résumé

Parodiant la célèbre formule des Trois Mousquetaires, Michel de Decker sous-titre audacieusement son ouvrage, « un pour toutes, toutes pour un », mettant ainsi en lumière, comme bon nombre de biographes, le rôle que les femmes ont joué dans la vie d’Alexandre Dumas. Seul Daniel Zimmerman s’interroge sur les images des jeunes hommes dans les œuvres du romancier et parle d’une homosexualité qui ne se dit pas. Charles Grivel balaie l’idée et la place dans le tricot d’articles, de livres qui construisent la légende dumasienne. Pourtant, il serait tout de même intéressant de la reconsidérer et de saisir cet « amour qui n’ose pas dire son nom » dans les œuvres d’Alexandre Dumas. Ainsi cet imaginaire homosexuel ambigu qui se dit dans les interstices des récits procède-t-il par allusions et insinuations. Les descriptions masculines, les éloges de la virilité, la théâtralisation d’instants intimes où l’homosexualité – réelle ou non – émerge des lignes ainsi que les déguisements de l’amour homosexuel sous les traits de l’amitié fraternelle ou sororale éclairent cette présence in absentia dans les œuvres de Dumas. Si ces images ambiguës, parfois d’Épinal, traversent le Grand œuvre, à aucun moment l’homme de lettres ne juge cet amour qui n’ose pas se dire. Pas de condamnation, ni de défense, d’ailleurs, mais peut-être un simple statu quo, pour croquer cette si humaniste condition humaine (Montaigne).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Du 19 au 26 août 2019 s’est tenu à Cerisy un colloque international qui questionne « l’Éros dumasie (...)
  • 2 Le terme est à-propos anachronique.
  • 3 Le rapprochement n’est pas le nôtre, mais celui de Dumas lui-même. Voir Les Compagnons de Jéhu [185 (...)
  • 4 Le romancier avait même imaginé en 1856, dans un tout autre registre, montrer les grands hommes de (...)
  • 5 Alexandre Dumas, Le Sphinx rouge [1866], Paris, éd. Radu Portocala, Le Cherche midi, 2018, p. 329.

1À lire les œuvres d’Alexandre Dumas, l’on penserait, avec raison, que le romancier préfère les mises en scène où s’ébattent et se discutent les amours hétérosexuelles difficiles ou impossibles, toujours, semble-t-il, contrariées par la société1. Or, plusieurs scènes romanesques nuancent, voire infirment, ce constat et montrent que Dumas s’intéresse aux formes sociales qui façonnent les relations entre les personnes de même sexe, fussent-elles des relations interdites. Quelle en pourrait être la raison ? Une première hypothèse nous ferait considérer Dumas comme un « sociologue2 de son temps » par la médiation du tableau historique, qui tenterait de comprendre son époque en esthétisant dans ses romans toute la palette des amours possibles de cette Comédie humaine3. Une seconde hypothèse signerait un double acte de transgression : insérer dans le roman historique des scènes à caractère illégal et refuser une écriture historiographique conventionnelle dictée par les bonnes convenances4. De cette audace littéraire et historique, il répondrait alors à ce qu’il considérait être de son devoir : « Notre prétention, en faisant du roman historique, est non seulement d’amuser une classe de nos lecteurs qui sait, mais encore d’instruire une autre qui ne sait pas, et c’est pour celle-là particulièrement que nous écrivons5. »

2Comment le romancier parvient-il à décrire les relations sexuelles et/ou amoureuses entre personnes de même sexe ? Subséquemment, de quelle manière arrive-t-il à faire comprendre à ses lecteurs une réalité humaine qui leur est soit peu familière soit totalement inconnue ?

  • 6 Michel Foucault, Histoire de la sexualité I. La Volonté de savoir, Paris, Gallimard, « Tel », 1976, (...)

3Dans un grand nombre de romans ainsi que dans ses Mémoires c’est par « une rhétorique de l’allusion6 » et par une poétique de l’ambiguïté qu’Alexandre Dumas suggère cet amour dont le nom est tu : il met discrètement en scène hommes et femmes dont la description des comportements indique des rapprochements intimes avec des personnes de même sexe. Certains passages romanesques permettent de saisir des allusions à l’homosexualité à travers tout un réseau lexical qui reflète les mots de son temps et où il réfléchit aux fondements de sa société au prisme de l’indicibilité des amours homosexuelles. Enfin, si cette homosexualité est définitivement innommable, elle peut être montrée à travers des mises en scène dans lesquelles héros et héroïnes dévoilent leurs désirs sexuels et leur sexualité.

Rhétorique de l’allusion et poétique de l’ambiguïté

  • 7 Alexandre Dumas, Mes Mémoires [1852-1856], t. I, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1989, p. 933.

4Dans ses Mémoires, Dumas revient sur une anecdote qui relève du régime allusif à l’homosexualité. L’auteur de Henri III et sa cour doit distribuer les rôles et connaît la légende qui s’est construite autour des amours du dernier roi des Valois. « Mademoiselle Mars voulait Armand pour Henri III », écrit Dumas, parce qu’il « était encore beau, paraissait encore jeune, et était le plus élégant des comédiens français », ce qui préjuge un lien particulier entre Henri III et l’acteur. Mais l’écrivain refuse de lui donner le rôle, sous prétexte qu’« Armand jouant Henri III, il n’y avait qu’Armand qui pût y songer » ! L’engager eût été en quelque sorte redondant. Pourtant, si cela paraît une évidence pour Mlle Mars et Armand lui-même, pour le dramaturge rien n’est moins sûr : il préférerait Michelot pour le rôle – il n’en donne cependant pas les raisons. Embarrassé, Dumas se justifie, car « la raison de [s]on refus […] était plus difficile à donner ». Armand « convenait trop bien au rôle, et que c’était pour cela que je ne voulais pas le lui donner7 », se souvient-il. En d’autres termes, Dumas redoute la transparence entre son héros et l’acteur et craint de donner dans l’immédiateté scénique les clefs de son personnage à travers l’identité sexuelle « visible » de l’acteur. Or, il souhaite donner une autre image du roi Henri III, une image moins stéréotypée, qui laisse aussi la possibilité au public d’en découvrir progressivement un nouvel aspect, qu’il juge important.

  • 8 Alexandre Dumas, La Comtesse de Charny [1853], éd. Claude Schopp, Paris, Robert Laffont, « Bouquins (...)
  • 9 Adélaïde d’Orléans (1698-1743), seconde fille du Régent, Philippe d’Orléans, 17151723.
  • 10 Alexandre Dumas, Le Chevalier d’Harmental [1842], Paris, Phébus, « Libretto », 2006, p. 237. Dans s (...)

5Plusieurs termes chez Dumas participent de cette rhétorique de l’allusion qui fait jaillir des interstices textuels le sens à donner à ce que Dumas ne nomme pas. Ainsi, dans La Comtesse de Charny, le narrateur évoque « un être amphibie », « dont on peut bien reconnaître l’espèce, mais dont il est difficile de distinguer le sexe. C’était un homme ou une femme8 ». Ce personnage n’est autre que le duc d’Aiguillon (1761-1800) que les caricaturistes de la Révolution s’amusaient à représenter dans des médaillons réversibles à la fois homme (le noble) et femme (la poissarde). L’ambiguïté sexuelle si marquée par les mots n’est pourtant pas associée à l’orientation sexuelle du personnage. Dumas ne retranscrit lexicalement que l’image caricaturale. Notons l’importance de la conjonction ou qui mime alors la réversibilité de l’image (l’emploi du et aurait orienté le discours vers une image androgynique qui n’aurait pas correspondu au travestissement du duc). Dans Le Chevalier d’Harmental, en revanche, en décrivant Mademoiselle de Chartres9, Dumas fait correspondre l’ambiguïté identitaire et l’orientation sexuelle, car son « caractère avait pris un développement bien plus masculin que féminin [ :] elle avait semblé, en se faisant pour ainsi dire homme elle-même, oublier que les hommes existassent10 ».

  • 11 Très vite « femmelette » désignera un homme homosexuel ; « virago », une femme aux penchants homose (...)

6Tout ce réseau lexical disloque les discours sur l’homosexualité au moyen d’une rhétorique de l’allusion. Si ces mots désignent des rapports entre personnes de même sexe (ou en voie de le signifier11), ils ne recouvrent pourtant pas la même réalité. Si l’époque essentialise l’homosexualité – lexème qui n’existe pas encore, Dumas, à travers ses écrits et ses mises en scène fictionnelles, croque plusieurs types d’homosexuels/homosexuelles, et dessine non pas une homosexualité, mais des homosexualités. De l’allusion lexicale à l’ambiguïté sexuelle, une passerelle peut donc être tendue.

  • 12 Alexandre Dumas, La Guerre des femmes [1845-1846], Paris, Phébus, « Libretto », 2003.
  • 13 Ibid., p. 105. Le dialogue qui s’instaure dans la chambre est accordé au masculin.

7L’ambiguïté sexuelle est par exemple suggérée dans La Guerre des femmes12, où la trame narrative embarque le lecteur dans une situation délicate. La vicomtesse de Cambes doit se déguiser en homme pour accomplir une mission diplomatique que lui a confiée la princesse de Condé. Ainsi travestie, elle attend dans une auberge où, sous l’habit d’homme, elle rencontre le baron de Canolles. L’ambiguïté fait que Canolles est intrigué par l’androgynie du personnage, mais il ne sait rien et tente de comprendre pourtant ses pulsions. Le vicomte de Cambes (qui est en réalité la vicomtesse) devient progressivement l’objet de tous les fantasmes de Canolles, qui tente de percer son identité trouble : « on ne rencontre pas tous les jours des gentilshommes de votre façon13 », lui dit-il.

  • 14 La Guerre des femmes, op. cit., p. 113.
  • 15 Un noël est une chanson satirique, chantée sur les rythmes des cantiques de Noël.
  • 16 En effet, dans la Bible, et selon une tradition plutôt païenne, la ville de Sodome et Gomorrhe, la (...)
  • 17 Dans À la recherche du temps perdu. La Prisonnière, t. V, éd. Luc Fraisse, Paris, Classiques Garnie (...)
  • 18 Alexandre Dumas aurait pu trouver cette formule dans les très nombreuses rééditions des Mémoires d’ (...)
  • 19 Voir la synthèse de Maurice Lever, Les Bûchers de Sodome, Paris, Fayard, 1985.

8Plus loin, une nouvelle scène s’ouvre sur le duo formé par Canolles et Richon, l’émissaire des Frondeurs auprès du vicomte de Cambes. En guise d’introduction à la conversation, Canolles qualifie le vicomte de « bélître », mais il se reprend rapidement, sous-entendant que Richon pourrait être son amant. Astucieusement, il le requalifie en des termes plus nobles. Il devient par conséquent « un charmant garçon », « ce joli vicomte » et enfin « ce ravissant Ganymède », l’amant de Zeus, comme le raconte la légende grecque. Il conclut sa tirade par un bon mot qui devra bien, d’une manière ou d’une autre, faire réagir son compagnon : « Ah ! Richon ! Vous m’avez bien l’air d’être ce que l’on dit, c’est-à-dire le vrai serviteur de M. de Condé. » La formule semble anodine. Et pourtant la phrase n’est pas si innocente et sous-entend l’idée d’une homosexualité qui ne se dit toujours pas. Dumas questionne ici l’illusion, mais la révélation des amours de Richon ne se réalise pas ; pis, les paroles du baron provoquent chez lui l’hilarité : « — Allons donc ! baron, s’écria Richon en éclatant. N’ayez pas de ces idées-là, vous me feriez mourir de rire. — Mourir de rire ! vous ? Allons donc ! non pas, très-cher. Igne tantum perituri Quia estis… Landeriri. Vous connaissez la complainte, n’est-ce pas14 ? » Le baron, se faisant historien, lui apprend que sa citation est « un noël15 de [son] patron, fait sur le fleuve germain Rhenus, un jour qu’il rassurait un de ses compagnons qui craignait de mourir par l’eau16 ». Tout cela pourrait passer pour un simple remplissage de la part de Dumas (payé à la ligne), mais en réalité, la traduction du segment latin est intéressante pour notre problématique, si l’on veut bien le replacer dans son intégralité17. Pendant une terrible tempête, le compagnon de voyage de Condé, Amaury de la Moussaye, de peur de mourir par l’eau, s’écrie : « Securae sunt nostrae vitae / Sumus enim Sodomitae / Igne tantum perituri / Landeriri. » [« Nos vies sont en sécurité / Car nous sommes sodomites / Et seul le feu peut nous faire périr / Landeriri18. »] Mais pour ne pas être trop explicite, pour ne pas écrire le mot transparent Sodomitae, Dumas tronque la citation et ne garde in fine que la référence au feu qui a détruit Sodome et les Sodomites19. Aux lecteurs de faire le reste. La stratégie du baron pour connaître les orientations amoureuses de Richon (est-il l’amant de ce ravissant Ganymède ?) tombe… à l’eau.

  • 20 Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo [1844-1845], Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1993.
  • 21 « — Et cette femme, monsieur Lucien, dit Eugénie, avez-vous remarqué comme elle est belle ? — En vé (...)
  • 22 Plus loin, finalement, les deux hommes seront accueillis par les deux femmes : « La baronne l’accue (...)
  • 23 Id.
  • 24 Id.
  • 25 Dates des début et fin du roman.
  • 26 Ibid., p. 587.

9Dans Le Comte de Monte-Cristo20, la fille du baron Danglars, Eugénie, est d’une clarté sans faille : elle n’aime pas les hommes. Ses répliques21, ses attitudes marquent le sens de ses préférences. Quand Mme Danglars et sa fille voient à l’opéra Albert de Morcef, l’éventuel futur mari, la baronne le salue alors qu’Eugénie « ce fut à peine si ses grands yeux noirs daignèrent s’abaisser jusqu’à l’orchestre22 ». Château-Renaud, surpris de la réaction étrange de la jeune fille, interroge Albert, car il ne comprend pas son attitude, d’autant plus qu’elle est « une fort belle personne23 ». La réponse ne se fait pas attendre de la part de Morcef : « — Fort belle, certainement, […] mais je vous avoue que […] j’aimerais mieux quelque chose de plus doux, de plus suave, de plus féminin, enfin24. » De nouveau, Dumas introduit le régime de l’ambiguïté dans son récit : si Mlle Danglars est belle, et donc bourgeoisement mariable, pour le futur mari cela ne suffit pas, car elle ne présente pas les critères de la féminité qu’il espère. Elle ne correspond pas aux attentes d’Albert de Morcef. C’est comme si, sans le dire, son homosexualité lui enlevait tout ce que la femme devait avoir pour le mariage. En modulant la force de l’ambiguïté discursive, Dumas traduit la prescription que la société du début du xixe siècle (1815183825) avait de l’identité sexuelle, en niant à la fois la femme, ses envies et ses désirs. Quand Eugénie refuse de rencontrer le si populaire Comte de Monte-Cristo, parce qu’elle n’est pas aussi curieuse que sa mère, celle-ci ne murmure-t-elle pas ce jugement terrible : « Étrange enfant26 ! » ?

  • 27 Ibid., p. 580.
  • 28 Id.
  • 29 Ibid., p. 581. Nous soulignons.
  • 30 Id. Nous soulignons. Comment ne pas soupçonner ici l’influence, ou tout au moins une lecture de Pla (...)
  • 31 Dans un brouillon de Sodome et Gomorrhe, une note de Proust cite le roman Splendeurs et misères des (...)

10Dumas use donc d’un discours ambigu, parfois à la limite du caricatural. Ainsi Eugénie devient-elle « cette Diane chasseresse, toujours au milieu de ses nymphes27 », image masculinisée de la femme pour Château-Renaud, alors qu’elle devrait être pour Albert de Morcef, « la Vénus de Milo ou de Capoue28 », représentation parfaite de la femme et de la féminité. Le romancier fait aussi montre d’une grande connaissance et d’une conscience aiguë des identités sexuelles humaines bafouées par la bourgeoisie qui nie complètement les différences et mercantilise les rapports humains. La suite du récit propose de l’héroïne un portrait tout en oppositions, qui dénature le féminin et aboutit à cette remarque nourrie d’implicite : « C’était, comme l’avait dit Château-Renaud, la Diane chasseresse, mais avec quelque chose encore de plus ferme et de plus musculeux dans sa beauté29. » Il n’a suffi à Dumas que d’ajouter à Eugénie un attribut masculin, le muscle, pour en faire un être ambigu, androgyne, et de conclure : « Comme certains points de sa physionomie, elle semblait un peu appartenir à un autre sexe30. » Et c’est bien le futur mari, le bourgeois, qui est « épouvanté » par le spectacle de cette femme-homme. Remarquons aussi l’ambiguïté qu’implique l’article indéfini « un autre sexe » : de quel sexe s’agit-il ? Dumas, se souviendrait-il de l’expression « troisième sexe » que Balzac avait insérée dans Splendeurs et misères des courtisanes31, sans vouloir faire référence explicitement à son contemporain ? Ou finalement, est-ce que Dumas nous dit sans le formuler que le désir pour le même sexe est capable d’ôter à l’individu aimé sa masculinité ou sa féminité ? Reprise balzacienne ou erreur involontaire de Dumas, l’expression « un autre sexe » appelle une nouvelle identité genrée qui échappe à la bicatégorisation.

  • 32 Dans son étude L’Androgyne décadent. Mythe, figure, fantasmes, Grenoble, ELLUG, 1996, Frédéric Monn (...)
  • 33 Voir Alexandre Dumas, La Roman de Violette, éd. Claude Schopp, Paris, Mercure de France, 1992, p. 4 (...)
  • 34 Voir ibid., p. 100 : « Cet ornement bizarre montait jusqu’à la gorge, où il se glissait comme un fe (...)
  • 35 Ibid., p. 101.

11La figure de l’androgyne ou de l’hermaphrodite devient sous la plume de Dumas un moyen détourné d’évoquer la femme homosexuelle32. D’ailleurs, la pauvre Violette, l’héroïne du Roman de Violette, troublée à la lecture de Mademoiselle de Maupin, de Théophile Gautier, se le fait expliquer par son amant Christian qui, partant de la biologie animale en arrive à l’anatomie féminine33. Poussant la leçon théorique jusqu’à l’exemple, Dumas met en scène à la fin du roman, la nouvelle maîtresse de la comtesse Mainfroy, Florence, dont la particularité est non pas d’avoir un aspect « musculeux », mais d’avoir sur tout le devant du corps une pilosité sur- abondante34. Cette parure naturelle, dont elle est très fière, fait d’elle « un composé des deux sexes35 ».

12Ainsi, Dumas ne dit jamais réellement les choses en ce qui concerne les relations homosexuelles qui se construisent dans ses narrations : il les suggère par la voix de son narrateur, il les fait comprendre ou juger par les propos de ses personnages, qui deviennent littéralement les porte-parole de la doxa, et c’est aux lecteurs de déchiffrer les ambiguïtés et les sous-entendus. Toute une poétique de l’ambiguïté se met en place pour dire ce qui existe dans les sociétés humaines sans à avoir à affirmer ce que l’on ne peut pas dire.

L’innommable comme réflexion sur la société du xixe siècle

  • 36 Voir Jacques Mulliez, « Révolutionnaires, nouveaux pères ? Forcément nouveaux pères ! Le droit révo (...)
  • 37 Voir Maxence Rodemacq, « L’industrie de l’obscénité à Paris (1855-1930) », Romantisme 2015/1, op. c (...)
  • 38 Id.
  • 39 Id.
  • 40 Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo, op. cit., p. 624-625.
  • 41 Alexandre Dumas, Le Roman de Violette, op. cit., p. 70.

13La société du xixe siècle reposait sur un consensus clair : la loi se fondait sur la moralité, et la moralité imposait aux individus des comportements qui pussent répondre, à la fois à un sentiment individuel et collectif36. Le Code civil de 1804 a favorisé l’individualisme bourgeois né de la Révolution. Les lois résultaient donc de cette doxa et « les bonnes mœurs » reflétaient le plus souvent la loi37. Les citoyens devaient alors se plier à ses règles, car le bien civil était impérieux et souverain. Désirs et volupté devaient donc être passés sous silence. Cependant, pour Dumas, la volupté, cette « aimable science », fût-elle homosexuelle, ne doit justement pas être réprimée. Dans La San Felice, Emma Lyonna et la reine Marie-Caroline d’Autriche, seules dans la chambre de la souveraine, se laissent emporter par leur volupté. Dans cette intimité, et seulement à ce moment précis, Caroline « oubliait qu’elle était reine, mais encore parfois ne se souvenait point assez qu’elle était femme38 ». Dans La Guerre des femmes, le baron de Canolles est prêt à tout, même à se rendre « ridicule » (le terme est de Dumas) pour assouvir son désir de posséder le vicomte de Cambes. Apercevant l’objet de son désir, il « tressaillit et se retourna : un frisson de plaisir courut dans ses veines ». Et quand le doute s’immisce dans son esprit, la raison reprend ses droits : il ne peut pas être amoureux d’un homme, mais seulement d’une femme, car il aime les femmes. Mais Canolles est « amoureux […] et par conséquent déjà aveugle39 », à bas la raison. Quant à Mlle Danglars, elle avoue à son amie Valentine son « horreur » pour le mariage40 qui la priverait de la volupté des sens. Dans Le Roman de Violette, c’est par choix et par haine des hommes que la comtesse de Mainfroy s’est acceptée telle qu’elle se sentait41.

  • 42 Voir Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo, op. cit., p. 1002 : « C’est malgré moi, vous le com (...)

14L’homosexualité ici représentée est alors l’expression de la liberté de ces femmes et de cet homme qui ne désirent pas suivre les lois que la société leur impose, libres de leurs pensées et libres de leurs désirs. Leur différence sexuelle produit une dissonance qui fait naître chez elles et chez lui une conscience critique de leur position sociale ; Eugénie Danglars est la fille d’un bourgeois qui ne perçoit la vie que par « l’arithmétique » ; elle, elle est « artiste », comme Emma Lyonna qui est une grande comédienne, sensible aux « impressions ou sensations42 » : la seule voie qui s’ouvre à elle, c’est la fuite vers sa liberté, laissant libre expression à ses choix, ce qu’elle fera avec Louise d’Armilly.

15Le baron de Canolles, quant à lui, est téméraire et courageux, nouveau chevalier Bayard, sans peur et sans reproche qui protège le vicomte de Cambes alors même qu’il s’oppose à la politique des Frondeurs. Dumas, en les hissant au plus haut point de la bravoure et des arts, montre que l’homosexualité n’enlève rien aux qualités humaines de ces héros et héroïnes. Leur différence met en lumière leur talent. Se dévoiler, montrer ses préférences ouvertement comme le fait Eugénie, sans être pourtant entendue des autres personnes qui ne comprennent rien ou qui ne veulent pas saisir la réalité, c’est aussi une leçon de morale, au sens cette fois-ci, du bien et du mal. Si Dumas suggère plus qu’il ne montre dans ces quelques mises en scène romanesques, va-t-il jusqu’à représenter en actes « la sexualité qui n’ose pas dire son nom » ?

Montrer les sexualités ?

  • 43 Alexandre Dumas, Mes Mémoires, t I, op. cit., p. 340.
  • 44 Id.
  • 45 Alexandre Parent-Duchâtel, De la prostitution dans la ville de Paris […], Paris, J.-B. Baillière, 1 (...)
  • 46 Ibid., p. 11.
  • 47 Alexandre Dumas, Filles, lorettes et courtisanes, op. cit., p. 18.

16Alexandre Dumas s’est toujours intéressé aux « livres obscènes43 », donc « défendus44 », et à la sexualité sous toutes ses formes, y compris à celle des Filles, lorettes et courtisanes pour lesquelles il consacre une étude, nourrie de celle du médecin et hygiéniste Alexandre Parent-Duchâtelet45. Si la tâche lui paraît « difficile » et surtout « scabreuse », il l’accepte à la manière d’« un grand-reporter » qui ferait découvrir à ses lecteurs et à ses lectrices46 « cette Gomorrhe47 », ce Paris obscène et licencieux. Si son étude sur les prostituées de Paris lui permet de parler de sexualité, qu’en est-il dans ses romans ?

  • 48 Alexandre Dumas, La Reine Margot [1845], Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1992,
  • 49 Ibid., p. 129.
  • 50 Ibid., p. 375.
  • 51 Ibid., p. 500.
  • 52 Id.
  • 53 Id.

17À y regarder de plus près, Dumas se risque à de surprenantes scènes où ses personnages frôlent l’inconvenant (qui n’est pourtant ni l’obscène ni le pornographique), où les corps de même sexe se frôlent, agissent et se rapprochent. Dans La Reine Margot, l’héroïne, « cet esprit viril48 », embrasse à plusieurs reprises madame de Nevers sur la bouche, en guise de connivence et d’amitié féminines49. Dans le même roman, que dire de la préférence du protestant Coconnas pour son ami catholique La Mole alors qu’il passe une douce soirée avec sa maîtresse qui « supportait impatiemment cette rivalité de La Mole50 » ? Plus loin, dans leur cellule, La Mole, les os rompus sous la torture, attend la mort. Il est recueilli par Coconnas qui a été épargné par le bourreau. Celui-ci s’allonge près de lui et « effleur[e] son front avec ses lèvres51 ». La Mole le supplie de fuir, vers une liberté possible. Réitérant alors son serment d’union, Coconnas lui glisse à l’oreille : « N’ai-je pas juré de vivre et de mourir avec toi52 ? » Au moment fatidique, la tête de son ami roule à ses pieds : il la ramasse, la presse contre lui, et dépose délicatement un dernier baiser non plus sur le front, mais « sur ses lèvres violettes53 ».

  • 54 Alexandre Dumas, Le Collier de la reine [1849-1850], Paris, Gallimard, « Folioclassique », 2002.
  • 55 « Cette référence est étrange dans ce contexte de plaisir solitaire », ibid., p. 1001.
  • 56 Ibid., p. 330.
  • 57 Ibid., p. 331.
  • 58 Id.
  • 59 Ibid., p. 331-332. Nous soulignons.

18Certes, rien n’est encore « innommable » et d’aucuns, avec raison, n’y voient que l’expression d’une amitié fraternelle et fusionnelle telle que l’imagine la littérature romantique au xixe siècle. Pourtant, les rapprochements des corps nous permettent de réinterroger ces scènes. Dans Le Collier de la reine54, Sylvie Thorel-Cailleteau se demande pour quelle raison le chapitre XXV s’intitule justement « Sapho55 ». Dans cette scène, Mme de La Motte est seule, habillée d’un seul peignoir de satin « qui caressait son sein et sa taille56 ». Femme libérée des contraintes sociales, « il ne lui restait plus à admirer qu’elle-même57 ». Alors que l’homme-amant est suggéré par une statue d’Endymion, en marbre, immobile et froid, « les deux yeux de Jeanne frappèrent Jeanne au plus profond du cœur ; elle se trouva belle, elle se sentit jeune et ardente58 ». Elle tente alors d’animer le marbre froid, sans résultat, et se masturbe en appuyant « ses lèvres sur sa chair palpitante, et comme elle n’avait pas cessé de plonger son regard, à elle, dans les yeux qui l’appelaient dans la glace, tout à coup ses yeux s’alanguirent, sa tête roula sur sa poitrine avec un soupir et Jeanne alla tomber endormie, inanimée, sur le lit59 ». On comprend mieux dès lors la raison du titre de ce chapitre.

  • 60 Nous prenons le mot dans son acception la plus générale.
  • 61 Alexandre Dumas, Filles, lorettes et courtisanes, op. cit., p. 11.

19Ces scènes qui relèvent de l’amour homosexuel sont-elles pour autant obscènes60 / ob-scènes ? Clairement non pour des lecteurs du xxie siècle, mais pour l’époque de Dumas, elles pouvaient émoustiller les sensibilités comme il l’avait prétendu à propos de son étude sur les prostituées : « Il est vrai […] que […] je me suis, en songeant aux pudibondes susceptibilités de l’époque, senti quelque repentir de m’être avancé ainsi61. » D’autant plus aussi que les scènes où l’amour lesbien était représenté pouvaient assouvir les fantasmes masculins, parce que propres à exciter les hommes contrairement aux scènes entre hommes, clairement prohibées. Ces épisodes avaient aussi pour rôle, dans une certaine mesure, de former l’esprit du lecteur et de la lectrice à l’idéologie humaniste (sociale ? pour certains anarchistes) de Dumas. Ce que parvient à faire Dumas dans sa génération, après Balzac mais avant Proust et ses Charlus et Saint-Loup, c’est réussir à intégrer dans un genre littéraire en marge, mais à la mode, le roman (de surcroît le roman historique), des scènes marginales qui font de l’homosexualité une sexualité parmi d’autres.

Haut de page

Notes

1 Du 19 au 26 août 2019 s’est tenu à Cerisy un colloque international qui questionne « l’Éros dumasien dans ses divers aspects et ses multiples enjeux », Dumas amoureux. Formes et imaginaires de l’éros dumasien, organisé par Julie Anselmini et Claude Schopp, https://cerisy-colloques.fr/dumas2019/

2 Le terme est à-propos anachronique.

3 Le rapprochement n’est pas le nôtre, mais celui de Dumas lui-même. Voir Les Compagnons de Jéhu [1857], Paris, éd. Claude Schopp, Phébus, 2006, p. 522.

4 Le romancier avait même imaginé en 1856, dans un tout autre registre, montrer les grands hommes de l’histoire française « en robe de chambre. » (César, Henri IV, Louis XIII et Richelieu).

5 Alexandre Dumas, Le Sphinx rouge [1866], Paris, éd. Radu Portocala, Le Cherche midi, 2018, p. 329.

6 Michel Foucault, Histoire de la sexualité I. La Volonté de savoir, Paris, Gallimard, « Tel », 1976, p. 26.

7 Alexandre Dumas, Mes Mémoires [1852-1856], t. I, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1989, p. 933.

8 Alexandre Dumas, La Comtesse de Charny [1853], éd. Claude Schopp, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », p. 22.

9 Adélaïde d’Orléans (1698-1743), seconde fille du Régent, Philippe d’Orléans, 17151723.

10 Alexandre Dumas, Le Chevalier d’Harmental [1842], Paris, Phébus, « Libretto », 2006, p. 237. Dans ses Chroniques de la Régence (1849), éd. C. Schopp, Paris, Vuibert, 2013,

p. 64-65, Dumas surenchérit : « D’ailleurs, ayant “tous les goûts d’un homme”, aimant les épées, les fusils, les pistolets, les chiens et les chevaux, maniant la poudre comme un artilleur, faisant des feux d’artifice qu’elle tirait elle-même, n’ayant peur de rien au monde, dédaigneuse de la toilette, des bijoux, des fleurs, délestant enfin tout ce qui d’ordinaire plaît aux femmes. »

11 Très vite « femmelette » désignera un homme homosexuel ; « virago », une femme aux penchants homosexuels.

12 Alexandre Dumas, La Guerre des femmes [1845-1846], Paris, Phébus, « Libretto », 2003.

13 Ibid., p. 105. Le dialogue qui s’instaure dans la chambre est accordé au masculin.

14 La Guerre des femmes, op. cit., p. 113.

15 Un noël est une chanson satirique, chantée sur les rythmes des cantiques de Noël.

16 En effet, dans la Bible, et selon une tradition plutôt païenne, la ville de Sodome et Gomorrhe, la ville des débauches, des impies, des infâmes et des homosexuels ainsi que ses habitants ont été détruits par le feu, voir Genèse, 19, 24-25.

17 Dans À la recherche du temps perdu. La Prisonnière, t. V, éd. Luc Fraisse, Paris, Classiques Garnier, p. 541-542, Proust fait discuter Charlus, ouvertement homosexuel, avec Brichot, « professeur de Sorbonne ». Le premier, surpris de l’inculture du second sur la question des grands hommes homosexuels, tente, non sans une certaine condescendance (« Mais, cher maître, vous êtes ignorant comme une carpe »), de lui en dresser une liste à partir de Saint-Simon. Brichot, non sans un certain « pédantisme du lettré », lui répond qu’il n’y connaît pas grand-chose, mais qu’il se souvient justement « d’une chanson de l’époque qu’on fit en latin macaronique sur un certain orage qui surprit le Grand Condé comme il descendait le Rhône en compagnie de son ami le marquis de La Moussaye ». Proust, contrairement à Dumas, cite dans son intégralité les vers « en latin macaronique ».

18 Alexandre Dumas aurait pu trouver cette formule dans les très nombreuses rééditions des Mémoires d’hommes et de femmes d’Ancien Régime, notamment dans Mémoires inédits de Louis-Henri de Loménie, comte de Brienne, secrétaire d’État sous Louis XIV, Paris, Ponthieu et Cie, 1828, t. 1, p. 369. Dans le roman, la traduction n’est pas donnée. Elle se trouve dans les notes de l’édition, sans doute reprise du texte de Proust, voir note 59, p. 630.

19 Voir la synthèse de Maurice Lever, Les Bûchers de Sodome, Paris, Fayard, 1985.

20 Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo [1844-1845], Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1993.

21 « — Et cette femme, monsieur Lucien, dit Eugénie, avez-vous remarqué comme elle est belle ? — En vérité, mademoiselle, je ne connais que vous pour faire si bonne justice aux personnes de votre sexe. », op. cit., p. 586.

22 Plus loin, finalement, les deux hommes seront accueillis par les deux femmes : « La baronne l’accueillit avec un charmant sourire, et Eugénie avec sa froideur habituelle. », op. cit., p. 580.

23 Id.

24 Id.

25 Dates des début et fin du roman.

26 Ibid., p. 587.

27 Ibid., p. 580.

28 Id.

29 Ibid., p. 581. Nous soulignons.

30 Id. Nous soulignons. Comment ne pas soupçonner ici l’influence, ou tout au moins une lecture de Platon qui, dans Le Banquet (189c-192b), par la voix d’Aristophane explique le mythe de l’androgyne, en offrant une place supérieure aux femmes. Le philosophe sera de nouveau invoqué pour justifier l’homosexualité d’Eugénie et sa haine pour Lucien Debray, l’amant de sa mère : « Eugénie détestait Debray, non point parce qu’il était dans la maison paternelle une pierre d’achoppement et de scandale, mais parce qu’elle le rangeait tout bonnement dans la catégorie de ces bipèdes que Diogène essayait de ne plus appeler des hommes, et que Platon désignait par la périphrase d’animaux à deux pieds et sans plumes. », op.cit., p. 1035.

31 Dans un brouillon de Sodome et Gomorrhe, une note de Proust cite le roman Splendeurs et misères des courtisanes, de Balzac, où lord Durham à Paris entend employer le mot tante et demande : « — Hao, fit Lord Durham, et qu’est-ce ? — C’est le troisième sexe, Milord », cité dans À la recherche du temps perdu, édition réalisée sous la direction de Jean-Yves Tadié, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 4 vol. , 1987-1989, t. III, p. 955 ; La Comédie humaine, édition réalisée sous la direction de Pierre-Georges Castex, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », t. VI, p. 840. Je remercie le professeur Luc Fraisse de cette précieuse référence.

32 Dans son étude L’Androgyne décadent. Mythe, figure, fantasmes, Grenoble, ELLUG, 1996, Frédéric Monneyron analyse ce glissement de sens entre l’androgyne et l’homosexuel. Il en fait d’ailleurs l’argument principal pour développer l’idée de la décadence fin-de-siècle. Il poursuit en cela les idées avancées par Nelly Emont, « Les aspects religieux du mythe de l’androgyne dans la littérature de la fin du xixe siècle », dans Cahiers de l’Hermétisme. L’Androgyne dans la littérature, Paris, Albin Michel, 1990, p. 40.

33 Voir Alexandre Dumas, La Roman de Violette, éd. Claude Schopp, Paris, Mercure de France, 1992, p. 46 : « Je lui expliquai que de même que chez les mollusques et chez les plantes il y avait des individus hermaphrodites, c’est-à-dire réunissant les deux sexes, il y avait dans le règne animal, chez la femme surtout, la réunion des deux sexes, sinon réels, du moins grâce à un prolongement du clitoris, ayant cette apparence. »

34 Voir ibid., p. 100 : « Cet ornement bizarre montait jusqu’à la gorge, où il se glissait comme un fer de lance entre les deux tétons. »

35 Ibid., p. 101.

36 Voir Jacques Mulliez, « Révolutionnaires, nouveaux pères ? Forcément nouveaux pères ! Le droit révolutionnaire de la paternité », dans Michel Vovelle (dir.), La Révolution et l’ordre juridique privé. Rationalité ou scandale ?, Actes du colloque d’Orléans, 11-13 septembre 1986, Paris, Presses universitaires de France, 1988, p. 375.

37 Voir Maxence Rodemacq, « L’industrie de l’obscénité à Paris (1855-1930) », Romantisme 2015/1, op. cit., p. 14.

38 Id.

39 Id.

40 Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo, op. cit., p. 624-625.

41 Alexandre Dumas, Le Roman de Violette, op. cit., p. 70.

42 Voir Alexandre Dumas, Le Comte de Monte-Cristo, op. cit., p. 1002 : « C’est malgré moi, vous le comprenez bien, que j’entre dans ces explications arithmétiques, avec une artiste comme vous, qui craint d’entrer dans le cabinet d’un banquier pour y percevoir des impressions ou des sensations désagréables et antipoétiques. »

43 Alexandre Dumas, Mes Mémoires, t I, op. cit., p. 340.

44 Id.

45 Alexandre Parent-Duchâtel, De la prostitution dans la ville de Paris […], Paris, J.-B. Baillière, 1836.

46 Ibid., p. 11.

47 Alexandre Dumas, Filles, lorettes et courtisanes, op. cit., p. 18.

48 Alexandre Dumas, La Reine Margot [1845], Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 1992,

p. 363. Milady a, elle, une « âme virile », voir note 15.

49 Ibid., p. 129.

50 Ibid., p. 375.

51 Ibid., p. 500.

52 Id.

53 Id.

54 Alexandre Dumas, Le Collier de la reine [1849-1850], Paris, Gallimard, « Folioclassique », 2002.

55 « Cette référence est étrange dans ce contexte de plaisir solitaire », ibid., p. 1001.

56 Ibid., p. 330.

57 Ibid., p. 331.

58 Id.

59 Ibid., p. 331-332. Nous soulignons.

60 Nous prenons le mot dans son acception la plus générale.

61 Alexandre Dumas, Filles, lorettes et courtisanes, op. cit., p. 11.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Angard, « De l’homosexualité chez Dumas ou l’art des allusions »Littératures, 81 | 2019, 23-34.

Référence électronique

Laurent Angard, « De l’homosexualité chez Dumas ou l’art des allusions »Littératures [En ligne], 81 | 2019, mis en ligne le 19 octobre 2020, consulté le 18 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/2402 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.2402

Haut de page

Auteur

Laurent Angard

Laurent Angard est doctorant en littérature française à l’Université de Haute-Alsace de Mulhouse, sous la direction de Luc Fraisse. Chargé de cours à l’université de Strasbourg et professeur de Lettres, il s’intéresse aux rapports entre la Renaissance et les représentations qu’Alexandre Dumas en donne dans ses œuvres. Spécialiste de Marguerite de Valois (la Reine Margot de Dumas), il a écrit plusieurs articles sur elle, par exemple « Alexandre Dumas et “sa” Margot » (2019), et a participé à l’émission de Stéphane Bern, Secrets d’histoire qui lui a consacré un numéro (2017). Il a écrit aussi de nombreux articles sur Dumas, dont « Dumas et la Renaissance » (2013), « Dumas et Agrippa d’Aubigné » (2015), « Dumas et Proust » (2017) ou « Du songe au cauchemar dans les œuvres d’Alexandre Dumas » (2019).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search