Navigation – Plan du site

AccueilNuméros81Dossier : Écrire les homosexualit...Lettres androgynes, ou l’amour de...

Dossier : Écrire les homosexualités au XIXe siècle

Lettres androgynes, ou l’amour des mélanges dans la Correspondance de George Sand et Marie Dorval

Marjolaine Forest
p. 49-60

Texte intégral

1La correspondance entre George Sand et la comédienne Marie Dorval est constituée de trente-deux lettres échangées du 26 janvier 1833 au 16 juin 1848. Elle est suscitée par l’admiration réciproque qu’inspirent à chacune le talent mais aussi l’indépendance de l’autre. Le lien qui se noue très vite entre celles que leur époque surnomme « les inséparables » apparaît si serré qu’il alimente tout aussi rapidement la rumeur de leur liaison, rumeur répandue par des jalousies professionnelles et sentimentales.

  • 1 Simone André-Maurois (éd.), George Sand-Marie Dorval. Correspondance inédite, Paris, Gallimard, « N (...)
  • 2 Ibid., p. 201.
  • 3 Id.
  • 4 Id.
  • 5 Ibid., p. 199.

2Les lettres proviennent principalement de trois sources : la première est la collection personnelle réunie par le vicomte Charles Spœlberch de Lovenjoul ; léguée par celui-ci à l’Institut de France en 1905, cette collection rassemble plusieurs documents littéraires concernant divers auteurs français du xixe siècle, dont Sand. Mais Lovenjoul interdit dans son testament que soit diffusée la correspondance entre celle-ci et Dorval, la jugeant immorale. Grâce à Marcel Bouteron, conservateur du musée Lovenjoul, qui lui donne accès à ces lettres, la romancière Simone André-Maurois les publie chez Gallimard en 1953 ; s’affirmant conduite par un souci de « réhabilitation1 » et par un onzième commandement de son cru, « tu n’interpréteras point2 », elle s’efforce d’y démontrer l’expression d’une « amitié pure3 » exempte d’un « sentiment anormal4 » ou d’une « particulière forme de perversité5 ». Vient enfin l’édition scientifique de l’intégralité de la correspondance de Sand réalisée entre 1964 et 1991 par Georges Lubin chez Classiques Garnier ; cette édition a été complétée en 2004 par celle de Thierry Bodin sous le titre Lettres retrouvées, chez Gallimard également.

3Outre son parti pris idéologique, le discours de Simone André-Maurois révèle le pouvoir de déstabilisation de ces lettres sur des lecteurs possédés par le goût de l’identification, le besoin de classification, convaincus de la nécessité de catégoriser. À ces lecteurs, la correspondance de Sand et Dorval oppose en effet l’entremêlement quasi constant de deux régimes énonciatifs distingués par le champ des représentations mentales communes, celui de l’amour et celui de l’amitié : unies jusqu’à se fondre, les représentations discursives de ces deux modes de rapport à l’autre ne laissent plus apparaître que la proclamation d’un vif attachement entre deux êtres, accru par le contexte politique et sociohistorique de son écriture.

4Toutefois, le lien que ces lettres transcrivent relie non seulement deux femmes mais encore deux imaginaires artistiques empreints par l’art théâtral : la pratique scénique de l’une et la réflexion menée par l’autre sur les enjeux du théâtre et la notion de théâtralité engagent ainsi jusque dans leur relation personnelle les rapports de chacune à la fiction et au réel. La véritable difficulté interprétative posée par ces lettres consisterait dès lors à évaluer la part de mise en scène d’une relation indéfinissable par une correspondance énigmatique.

Entremêlement des discours amoureux et amical

  • 6 Lettre de George Sand à Marie Dorval, 1847, in Georges Lubin (éd.), Correspondance de George Sand, (...)
  • 7 Lettre de Marie Dorval à George Sand, 1er janvier 1846, in Simone André-Maurois (éd.), George Sand- (...)

5Les deux épistolières jouent fréquemment de termes effusifs pour exprimer les sentiments inspirés par leur destinataire ; certes, Sand comme Dorval recourt à certaines formules de congé codifiées par l’usage, telles : « Je vous aime de toute mon âme », « À toi / à vous de cœur », « Je t’embrasse de toute mon âme ». Mais d’autres formulations excèdent ce cadre coutumier des codes épistolaires, outrepassant par là-même les convenances d’une sociabilité amicale « de bon ton ». L’ardeur du sentiment est en effet traduite sur la page par divers procédés qui revivifient aussi l’affadissement et le figement de la langue : les lettres sont ainsi scandées par des répétitions (« Je t’embrasse et je t’aime toujours, toujours, toujours6 »), des effets d’insistance (« […] je t’aime tant7 ! »), des variations sur le thème de la déclaration d’amour (« […] Adieu, chère aimée. Je voudrais bien que quelqu’un m’aimât comme je vous aime », 1833, GL, vol. II, 1966, 251), ou encore le soulignement concret sur la page (« Adieu ; je t’aime, toi », 1833, SA, 211).

  • 8 Voir les Lettres de Sand à Pauline Viardot in Thierry Bodin (éd.), George Sand. Lettres retrouvées, (...)

6L’hypothèse d’un lien irréductible à quelque classification est permise encore si l’on procède par comparaison avec d’autres correspondances sandiennes ouvertes à la postérité et contemporaines de celle entretenue avec Marie Dorval : l’on ne s’attardera pas sur les lettres échangées avec Marie d’Agoult, dictées par l’ethos littéraire et, du côté de Marie d’Agoult, dévoyées par une rivalité perfide. Nous semblent plus éclairantes les lettres écrites par Sand à son amie d’enfance Laure Decerfz ou à la cantatrice Pauline Viardot : s’y découvre un régime d’adresse plus aisément attribuable à un discours amical, parfois quasi maternel ; Laure Decerfz est pour Sand une « chère enfant » à laquelle l’auteur veut « parler comme une mère » (1er avril 1833, GL, vol. II, 287-292) et Pauline Viardot est le plus souvent la « chère fille » ou encore la « chère mignonne » de sa « vieille8 ». L’articulation de l’ardeur du dit et de l’inventivité du dire dans les lettres entre Sand et Dorval apparaît ainsi comme une effraction des règles sociales et mentales contemporaines. De surcroît, ces règles sont parfois soumises au régime de l’emphase (« Adieu, grande et belle », 26 janvier 1833, GL, vol. II, 242 ; « Adieu, belle entre toutes », mars 1833, GL, vol. II, 286).

7La proximité avec le discours amoureux ici suggérée est amplifiée par le recentrement fervent du propos de la destinatrice sur la destinataire (« Je ne vis pas les jours où je ne vous vois pas, chère âme », 1er février 1833, GL, vol. II, 248 ; « Voici mon bouquet : je veux qu’il aille mourir chez toi. Il te dira que je t’aime jusqu’à mon dernier jour », 1845, SA, 245).

8De telles formules travaillent l’écart avec le discours amical, en particulier tel qu’il est perçu par l’idéologie bourgeoise émergente, structurée par une exigence d’ordre et de tempérance.

  • 9 Magali Le Mens, « L’hermaphrodisme de George Sand. Perceptions et imaginaires des identités sexuées (...)

9La difficulté interprétative tout comme la réputation scandaleuse de ces lettres aux yeux de leurs premiers lecteurs au xxe siècle sont peut-être enfin nourries par plusieurs emprunts sandiens au régime énonciatif de la passion masculine : Sand contrevient de la sorte aux représentations mentales de son propre siècle, pour lesquelles « il fallait que les sexes soient le plus différents possible pour qu’ils puissent trouver un équilibre et laisser agir une loi de l’attirance par les contraires9 ». Dès sa toute première lettre à Dorval, Sand use d’un vocabulaire qui n’est pas sans évoquer la littérature courtoise et par lequel elle reprend la posture identitaire de l’amant soumis à la femme aimée :

Dites ce que je dois faire pour vous être le moins incommode possible. Croyez-vous que vous pourrez me supporter ? […] Moi, je sens que je vous aime d’un cœur tout rajeuni, tout refait à neuf par vous. (26 janvier 1833, GL, vol. II, 242)

10Sand joue également de l’autodésignation masculine : « Si vous n’avez pas trouvé mieux, acceptez-moi pour votre cavalier et j’irai vous prendre entre six et sept. […] Je vous aime. » (2 février 1833, GL, vol. II, 249)

11L’auteur fait encore entendre le chant rhapsodique de l’amour mélancolique, de la déploration de l’absence et de la passion fougueuse :

Où es-tu ? Que deviens-tu ? […] tu es belle, tu es ange et tout ce qui te voit doit t’admirer et t’adorer. […] Pourquoi es-tu partie, méchante, sans me dire adieu, sans me donner un itinéraire de tes courses pour que je puisse courir après toi ? […] Où faut-il que j’aille ? Ne t’ennuierai-je pas ? […] As-tu des commissions à me donner ? Je t’apporterai tout Paris, si j’ai de quoi l’acheter. […] écris-moi une ligne et je pars. [...] Si tu me réponds vite en me disant pour toute littérature : Viens ! je partirai, eussé-je le choléra ou un amant. (18 juillet 1833, GL, vol. II, 369-371)

12La frontière entre amitié et amour est enfin déplacée par l’emploi d’une tonalité proche du badinage, servant à formuler des éloges dont le corps de la destinataire est l’objet (« Je ne regretterai certainement pas Don Giovanni. À eux tous ensemble, ils ne valent pas un de vos yeux », 26 janvier 1833, GL, vol. II, 242 ; « J’embrasse vos jolies pattes », 1er février 1833, GL, vol. II, 248).

13C’est parfois la même lettre qui tantôt suggère la passion, tantôt évoque la dimension prosaïque d’une relation amicale : l’on se convie à dîner chez soi, l’on s’entretient de la nourriture que l’on prévoit d’y consommer, l’on évoque les progénitures respectives, l’on se confie ses tracas de santé. Il s’agit dès lors d’une correspondance qui, simultanément, contrarie et satisfait un horizon d’attente préoccupé d’ordre et de normes, tout comme la relation qui s’y écrit perturbe probablement ses contemporains. Toutefois, une constante de cette correspondance demeure dans l’intimité créée par ce partage des quotidiens et des confidences. Offrant la douceur de lire et d’écrire l’amour, l’échange de ces lettres possède en ce cas les vertus d’une relation par laquelle apaiser les maux causés par des circonstances biographiques adverses et un contexte sociohistorique défavorable.

La lettre d’amour comme refuge

  • 10 Sand a fait confidence à Dorval des piètres performances érotiques de Mérimée.

14Ces lettres répondent à l’une des visées d’une correspondance intime qu’est la demande d’un soutien dans l’épreuve ou dans la peine : frappe ainsi la récurrence de l’expression par chacune des épistolières d’un « besoin » de l’autre. À l’approche de la première de Lucrèce Borgia, Dorval écrit à Sand : « Je vous en prie, soyez-y. J’aurai besoin de sentir qu’il y aura là quelqu’un qui m’aime. » (1833, SA, 210) De son côté, lors de sa rupture avec Jules Sandeau, Sand écrit à Dorval : « […] Voulez-vous que j’aille causer avec vous ce soir ? J’en ai besoin ; je suis bien affligée. » (mars 1833, GL, vol. II, 274-275) C’est encore la blessure amoureuse qui motive de la part de l’écrivain un billet similaire, à propos d’une calamiteuse nuit passée avec Mérimée10 et peut-être surtout à propos de son retentissement public : « Chère amie, viens me voir aujourd’hui, je t’en prie. On dit des choses qui m’affligent. J’ai besoin de te voir, de m’en rapporter à toi seule. […] Viens si tu m’aimes. » (mars 1833, GL, vol. II, 320-321)

15L’on songe surtout à la lettre qu’envoie Dorval à Sand à la mort de son petit-fils :

[...] j’ai eu besoin absolument de t’écrire, pour obtenir de toi quelques paroles pour ma pauvre âme désolée. […] je viens à toi que j’aime tant ! qui a toujours été si bonne pour moi ! […] Je viens encore à toi pour que tu m’écrives une lettre qui donne un peu de force à mon âme ! Je te demande du secours à ma douleur […]. (12 juin 1848, SA, 247-249)

  • 11 En 1847 elle rompt avec Chopin puis se brouille avec sa fille, et en mars 1848 sa petite-fille Jean (...)

16Elle-même alors éprouvée par les nombreux malheurs qui se sont abattus sur elle les mois précédents11, Sand sait tout de même exprimer sa compassion et s’efforce d’adoucir la douleur de Dorval :

[…] je comprends ton désespoir et je pleure avec toi. […] Si mon amitié pour toi peut compter pour quelque chose dans une vie aussi agitée, aussi désolée que la tienne, souviens-toi […] qu’elle a résisté à des luttes, à des calomnies, à des méchancetés sans nombre et qu’elle est toujours pure et entière. […] Écris-moi et, si parler de ton chagrin te soulage, ne crains jamais de m’ennuyer. Mon cœur est toujours ouvert à tes plaintes, tu le sais. (16 juin 1848, GL, vol. VIII, 1971, 519-521)

17Cependant la compassion n’est pas complaisance, et Sand tente dans sa lettre d’amener Dorval à la raison :

  • 12 René et Caroline Luguet sont les parents de l’enfant décédé.

Et Caroline, tu ne m’en parles pas ? Et Luguet12 ? Ils doivent être bien malheureux aussi ? Sois forte pour tous […] afin qu’ils souffrent moins et que ta douleur ne soit pas le comble de leur infortune ! (GL, vol. VIII, 520)

18Les deux femmes sont encore soudées par leur goût de l’activité intellectuelle. Si ce goût est chez Sand encouragé dès l’enfance par son environnement social et familial, il n’en va pas de même pour Dorval, enfant de la balle dont les aspirations sont davantage à souligner. Cette affinité les unit dans leur travail sur Cosima, pièce que Sand écrit en 1840 et dont Dorval crée le rôle-titre. Ainsi écrit Sand à celle qu’elle promeut sa collaboratrice :

Le manuscrit […] est entre mes mains. Dès que vous serez levée chère amie, venez chez moi. Nous prendrons le café tête-à-tête et nous lirons. […] J’ai fait la correction du deuxième acte, et j’ai trouvé encore mieux que nous ne pensions. (mars 1840, GL, vol. IV, 1968, 883)

19La correspondance entre Sand et Dorval indique de surcroît une solidarité sociohistorique :

  • 13 Francis Ambrière, Mademoiselle Mars et Marie Dorval au théâtre et dans la vie, op. cit., p. 258.

Outre qu’elles avaient pareillement à se plaindre des hommes, inépuisable thème de confidences mutuelles, les deux nouvelles amies s’entretenaient avec fièvre de leurs problèmes, à vrai dire ceux de toute leur génération. Nées […] à une époque où la Révolution commençait d’affranchir les femmes, et quoique le Code Napoléon eût procédé à une brutale reprise en main, elles s’affirmaient bien décidées à ne jamais retourner à l’antique condition de leur sexe13.

  • 14 Cette différenciation est observée par Musset : « […] la vie intérieure de la société prenait un as (...)
  • 15 George Sand, Histoire de ma vie, vol. 9, Paris, Michel Lévy Frères, 1856, p. 123-124.
  • 16 « Il ne semble pas que les deux femmes se voient très souvent. » Georges Lubin (éd.), Correspondanc (...)

20De fait, l’une et l’autre assurent seules leur subsistance : Sand tire certes une part de ses revenus de son aristocratique et fortunée famille paternelle mais elle recueille aussi les fruits de son labeur littéraire, tandis que la profession de comédienne confronte Dorval à un dénuement croissant. Elle préfèrera pourtant la précarité professionnelle à la prostitution ainsi qu’aux perspectives étriquées d’un destin d’épouse ou d’une « carrière » de femme entretenue. Comme Sand, elle se heurte à une indifférence professionnelle masculine qui s’explique en partie par la différenciation radicale des sexes imposée par le contexte historique14. L’entre-soi auquel sont ainsi contraints les rapports de sexe trouve cependant parfois en lui-même son dédommagement : lorsqu’elle quitte Sandeau, Sand écrit à Dorval : « Me condamnerez-vous parce que je suis à plaindre ? Non, les femmes sont justes entre elles quand elles se comprennent comme nous le faisons et, dans mes douleurs, vous n’avez pas songé à me blâmer. » (février 1833, GL, vol. II, 259) Dans Histoire de ma vie, Sand affirmera que « les âmes se cherchent toujours dans une sorte d’alliance intellectuelle et morale où chaque sexe apporte ce qui est le complément de l’autre15 » : l’échec de la plupart de ses liaisons masculines et l’épanouissement qu’elle trouve auprès de Dorval nous semblent nuancer quelque peu cette assertion. À cet égard, on remarquera le silence quasi complet de cette correspondance sur les liaisons orageuses entretenues par les épistolières avec Musset, Chopin et Vigny – liaisons dont aucune n’a survécu à la relation entre les deux femmes. Mais on remarquera également que ces liaisons masculines se font dans l’expérience, certes parfois jusqu’à la confrontation, de la réalité de l’autre : or, l’amour partagé par Sand et Dorval, s’il apparaît dans leurs lettres affermi par une compréhension, une confiance et une tendresse constantes, est nourri par l’écriture plus que par la présence16. Dès lors, cet amour vécu le plus souvent à distance semble traversé parfois par diverses dissonances, elles-mêmes amplifiées par une commune fascination pour l’univers du théâtre.

Entre la scène et le réel

21C’est par la médiation du théâtre joué que se fait la première rencontre, en janvier 1833. Le désir de cette rencontre est en effet éveillé chez Sand par le jeu de Dorval qu’elle a vivement admiré dans plusieurs pièces, l’incitant à écrire à la comédienne. Dès cette première lettre, l’une des conditions concrètes de la représentation théâtrale que constitue l’obtention de billets commence de saturer l’échange épistolaire : Sand les demande, Dorval les octroie ou les propose, on s’entretient de leur prix, on s’inquiète de leur réception.

22S’interposent ensuite dans la relation certains rituels de la représentation théâtrale elle-même : la salle de spectacle qui réunit les deux femmes n’est pas le cadre privé du théâtre de société – forme et espace permettant la réversibilité des fonctions et des statuts acteur/spectateur – mais le cadre formel de théâtres parisiens. Celui-ci, par la séparation des corps qu’il impose entre spectateurs et comédiens, interdit la communication des émotions et des réflexions suscitées par un spectacle vécu ensemble. Différant cette immédiateté de la coprésence et du dialogue, la re-présentation théâtrale reconduit le régime épistolaire fondé sur la séparation et l’absence.

23C’est Dorval comédienne que vient admirer Sand au théâtre, ce sont ses personnages qu’elle vient rencontrer par l’entremise de la scène, c’est la présence symbolique qui est en ces circonstances l’objet du désir sandien. Cette distance entre scène et salle non seulement éloigne les corps et les consciences, mais encore souligne la dissymétrie des fonctions regardée/ regardante : l’une évalue le travail de l’autre, se présente en sujet pensant, l’autre en objet du jugement critique. Ainsi s’estompe le « nous » qui disait l’intimité quotidienne ou l’activité intellectuelle menée en commun.

24L’imprégnation de l’imaginaire par l’univers théâtral vient en ce cas soumettre l’amour à la tentation de la mise en scène de l’autre et de soi. Cette déliaison du réel apparaît facilitée par la discontinuité de cette relation pour partie épistolaire, qui semble parfois s’employer à faire coïncider une construction idéalisée avec l’être réel qui lui donne corps. À cette fin concourt peut-être en partie chez Sand la désignation de Dorval par le nom des héroïnes que celle-ci incarne : ainsi Sand écrit-elle à sa « chère Lucrèce » (avril 1843, GL, vol. VI, 1969, 106), à sa « […] chère Lady Seymour » (16 mars 1845, GL, vol. VI, 823) ou encore à sa « […] sublime Marie-Jeanne » (1er janvier 1846, GL, vol. VII, 235).

  • 17 Voir Brigitte Diaz, « Avant-propos », in Brigitte Diaz et Jürgen Siess (éd.), L’Épistolaire au fémi (...)
  • 18 Lettre du 27 août 1833, in Madeleine Ambrière (dir.), Correspondance d’Alfred de Vigny. vol. 2 (aoû (...)

25Les lettres sont aussi parfois pour chacune l’instrument d’une reconfiguration de soi : suivant l’entreprise de réélaboration identitaire chère à l’écrivain, tout comme Aurore Dupin de Francueil s’est réinventée en George Sand, celle-ci se réinventerait dans ces lettres en amant de Dorval17. S’entrevoit chez celle-ci une inclination pour l’auto-héroïsation, redoublée chez une comédienne accoutumée à être acclamée par le public, encensée par la critique et magnifiée par son amant écrivain. S’impose ici un détour par les lettres de Dorval à Vigny, précieux éclairage à la compréhension des lettres de Dorval à Sand : dépeignant à Vigny ses spectatrices de province, la comédienne écrit : « […] elles m’adorent, elles me trouvent charmante, elles n’en reviennent pas […] qu’on ait tant de talent (ce sont elles qui parlent) et qu’on soit si simple, et si bonne18. »

  • 19 Ibid., p. 269.

26Cette perception de soi orientée par le tropisme théâtral est sans doute aussi entretenue par la tyrannie ambivalente de l’adulation collective dont, dans la même lettre, la comédienne se dit la victime non consentante : « Je suis pour eux un être imaginaire idéal. Ils me veulent passionnée toujours19. » Les lettres écrites à Vigny lui-même abondent en exemples de ce goût de la démesure animant celle qui semble ne connaître d’autre mode de relation à son amant que filtré par la dramatisation au double sens du terme, comme dans ce passage à propos d’un soupirant importun qui a attisé la jalousie de Vigny :

  • 20 Lettre du 21 février 1833, in Correspondance d’Alfred de Vigny. vol. 2, Madeleine Ambrière (éd.), o (...)

Je le tuerai cet homme qui t’a fait tant de mal. J’aurais voulu l’étrangler quand il s’est approché de moi ainsi. […] Je devrais mourir pour expier ce bal […]. Tous les mots de ta lettre sont autant de coups de couteau dans mon cœur20.

27Emblématisée par la scène et la salle de théâtre, symbolisée par l’idéalisation de l’autre et la fiction de soi, la distance entre les deux épistolières est creusée par certaines attitudes attribuables à Dorval. Se remarque un déséquilibre dans les formulations adoptées de part et d’autre pour dire l’amour : la monotonie des termes employés par Dorval contraste avec la tendresse animant les lettres de Sand. La lettre envoyée à celle-ci par la comédienne pour lui apprendre la mort de son petit-fils révèle en outre un recentrement sur soi : pas un mot n’est écrit par Dorval sur la détresse de sa propre fille et de son gendre. De surcroît, le propos de cette même lettre n’est pas sans convoquer une rhétorique proche de l’(auto)hagiographie :

[…] je ne sens que de la colère et de la révolte dans mon cœur. […] que je suis malheureuse ! […] Je croyais que c’était ma récompense pour avoir été bonne fille, et bien dévouée toujours à toute ma famille dont la charge était bien chère ! mais aussi bien lourde à mes pauvres épaules… […]. Je luttais avec courage, dans une profession haïssable que je remplissais de mon mieux, et quand la maladie ne m’arrêtait pas, dans l’idée de rendre tout mon monde plus heureux autour de moi. (SA, 248)

28Par ailleurs, apparaissent les seules réactions sandiennes aux pièces jouées par l’une et vues par l’autre :

[…] je ne vous ai jamais trouvée si belle, si intelligente et si admirable qu’hier soir. Vous savez que je suis un des plus touchés et des plus reconnaissants qui s’inclinent devant vous. La pièce est extrêmement belle, touchante, exquise de sentiment. J’en suis sortie en larmes, sans vouloir dire un mot à personne, parce que je ne pouvais pas parler. (février 1835, GL, vol. II, 807-808)

  • 21 Au siècle de Sand, « les œuvres d’art n’ont plus seulement pour but d’être agréables à regarder : e (...)

29À ces vibrants éloges répond le silence de celle qui en est l’objet. Or, dans cet épanchement de la sensibilité artistique de Sand se donnent à saisir ses convictions politiques et éthiques21. S’entrevoit alors un difficile ajustement entre ces convictions de l’une et les capacités limitées de l’autre à les partager et à collaborer à leur mise en œuvre. Une lettre à Vigny, écrite durant une longue tournée imposée par des nécessités financières, éclaire peut-être ces silences :

  • 22 Lettre du 29 août 1833, in Madeleine Ambrière (dir.), Correspondance d’Alfred de Vigny. T. 2, op. c (...)

Ce sont des fanatiques, c’est un culte. Eh bien […] cela me fait peu de plaisir […]. J’ai l’émotion du moment le temps de remonter à ma loge, la rampe éteinte, tout est dit. […] J’en veux à ce public des efforts que je fais pour lui. Et puis il est odieux pour moi de penser que je me tue pour les autres, sans profit pour moi, et que c’est là ma destinée jusqu’à ce que je meure22.

  • 23 Olivier Bara, Le Sanctuaire des illusions. George Sand et le théâtre, Paris, PUPS, « Theatrum mundi (...)

30Entre sans doute ici une part d’affectation, dictée par le désir de correspondre à l’image de l’artiste immolée à son art qu’a forgée Vigny ; mais entre peut-être aussi une part de sincérité dans ce rejet d’une profession souvent matériellement angoissante, parfois artistiquement ingrate et rendue psychiquement éprouvante par les exigences d’un public idolâtre. Suivant l’analyse d’Olivier Bara, « il n’est pas d’énergie du désir sans théâtralisation de la rencontre, mystère identitaire, étrangeté et interdit : sans cette distance morale et sociale que symbolisent la rampe et ses feux ; mais il n’est pas de communauté sans réduction de la distance, levée des interdits et renversement des masques : établissement de la circularité en-deçà et au-delà de la rampe23 » : si l’on se rappelle que la correspondance comme la relation s’interrompent juste après la mort du petit-fils de Dorval, doit-on déduire l’échec d’une « communauté » sentimentale entre Sand et Dorval, la défaite de la « circularité » et le triomphe de la « distance » et du « masque » ?

  • 24 « On assiste […] dans les années 1830 […] au retour d’une érotique Régence, amatrice de corps ambig (...)

31En 1835, Sand écrit à Marie d’Agoult : « J’aime mes amis […] avec engouement, avec aveuglement » (avril 1837, GL, vol. III, p. 808) ; du côté de Dorval, ses lettres à Sand et à Vigny tendent à suggérer que c’est aussi sur ce mode de l’élan que se réalise son rapport à un être aimé. Posture ou idiosyncrasie, tempérament ou goût de l’artifice ? Il nous semble inopérant de tenter de déterminer cela, ou de tenter de catégoriser l’amour qui s’exprime dans les lettres ici étudiées : il s’agit, selon notre lecture, non pas d’un amour « qui n’ose pas dire son nom » mais qui ne se soucie pas de dire son nom. Cependant, la relation qui s’écrit se construit le plus souvent dans la discontinuité et la distance. Si l’on admet la part de théâtralisation de cette correspondance, l’amour qui s’y déclare engendre alors de nouvelles interrogations sur les enjeux de son écriture : pour Dorval, s’agirait-il du plaisir de se mettre en scène dans une relation lesbienne, à la « mode » des années 1830 fascinées par l’ambiguïté sexuée24 ? S’agirait-il d’un moyen « publicitaire » d’entretenir sa carrière ? Pour Sand, les interrogations apparaissent plus nombreuses et plus complexes : les lettres écrites à Dorval sont-elles un moyen pour l’insoumise de défier les prédéterminations de ses contemporains ? Pour l’individu en quête de soi, de réinventer sa propre identité ? Pour l’écrivain, de jouer avec le mot qui dit l’amour ? Pour la dramaturge, d’imaginer les possibles de la mise en scène de soi et de l’autre ? Pour l’intellectuelle, de (re)penser les divers modes du lien affectif à l’autre ?

  • 25 Christine Planté, in Christine Planté (éd.), L’Épistolaire, un genre féminin, Paris, Honoré Champio (...)

32Peut-être importe-t-il en définitive de se rappeler que, comme pour toute correspondance objet d’une diffusion publique, « [les] lecteurs n’accèderont pas à la “réalité” d’une époque ou à la vérité intime des esprits et des cœurs, mais bien à une construction, d’autant plus efficace qu’elle est moins visible25 ». Néanmoins, la correspondance entre Sand et Dorval incite ses lecteurs à engager ou développer une réflexion sur les rapports affectifs à autrui, leur diversité, leur variété, et à interroger la nécessité ou la pertinence de leurs définitions et délimitations.

Haut de page

Notes

1 Simone André-Maurois (éd.), George Sand-Marie Dorval. Correspondance inédite, Paris, Gallimard, « Nrf », 1953, p. 202.

2 Ibid., p. 201.

3 Id.

4 Id.

5 Ibid., p. 199.

6 Lettre de George Sand à Marie Dorval, 1847, in Georges Lubin (éd.), Correspondance de George Sand, Paris, Classiques Garnier, « Bibliothèque du xixe siècle », vol. VII, 1970, p. 629. Nous désignerons désormais entre parenthèses dans le corps du texte les Lettres de Sand à Dorval sous l’abréviation GL ; la date qui précèdera cette abréviation sera celle de l’écriture de la Lettre étudiée, les chiffres qui suivront cette abréviation renverront au numéro du volume qui contient cette lettre, au numéro de la page sur laquelle elle figure, ainsi qu’à l’année d’édition dudit volume pour les premières occurrences.

7 Lettre de Marie Dorval à George Sand, 1er janvier 1846, in Simone André-Maurois (éd.), George Sand-Marie Dorval. Correspondance inédite, op.cit., p. 245. Les Lettres de Dorval à Sand seront désormais abrégées par « SA » ; la date indiquera celle de la rédaction de la lettre et le chiffre après l’abréviation : le numéro de la page.

8 Voir les Lettres de Sand à Pauline Viardot in Thierry Bodin (éd.), George Sand. Lettres retrouvées, Paris, Gallimard, « Nrf », 2004.

9 Magali Le Mens, « L’hermaphrodisme de George Sand. Perceptions et imaginaires des identités sexuées », in Olivier Bara et Catherine Nesci (dir.), Écriture, performance et théâtralité dans l’œuvre de George Sand, Grenoble, ELLUG, « Bibliothèque stendhalienne et romantique », 2014, p. 174.

10 Sand a fait confidence à Dorval des piètres performances érotiques de Mérimée.

11 En 1847 elle rompt avec Chopin puis se brouille avec sa fille, et en mars 1848 sa petite-fille Jeanne meurt à l’âge de sept jours.

12 René et Caroline Luguet sont les parents de l’enfant décédé.

13 Francis Ambrière, Mademoiselle Mars et Marie Dorval au théâtre et dans la vie, op. cit., p. 258.

14 Cette différenciation est observée par Musset : « […] la vie intérieure de la société prenait un aspect sombre et silencieux […] ; tout d’un coup, chose inouïe […], les hommes passèrent d’un côté et les femmes de l’autre ; et ainsi […], ils commencèrent à se mesurer des yeux. » Alfred de Musset, Les Confessions d’un enfant du siècle [1836], Paris, Gallimard, « Folio classiques », 1973, p. 28.

15 George Sand, Histoire de ma vie, vol. 9, Paris, Michel Lévy Frères, 1856, p. 123-124.

16 « Il ne semble pas que les deux femmes se voient très souvent. » Georges Lubin (éd.), Correspondance de George Sand, vol. II, op. cit., p. 301.

17 Voir Brigitte Diaz, « Avant-propos », in Brigitte Diaz et Jürgen Siess (éd.), L’Épistolaire au féminin. Correspondances de femmes (xviiie-xxe siècles), Caen, Presses Universitaires de Caen, « Colloques de Cerisy », 2006, p. 8-9 : « L’espace épistolaire est un terrain d’expérimentation où s’essayer […], mais c’est aussi une scène […] où l’on s’expose devant le regard de l’autre, convoqué tout exprès pour assister à ce spectacle. »

18 Lettre du 27 août 1833, in Madeleine Ambrière (dir.), Correspondance d’Alfred de Vigny. vol. 2 (août 1830-septembre 1835), Paris, PUF, 1991, p. 276.

19 Ibid., p. 269.

20 Lettre du 21 février 1833, in Correspondance d’Alfred de Vigny. vol. 2, Madeleine Ambrière (éd.), op. cit., p. 220-221. « On reconnaîtra dans les lettres [de Dorval] les inflexions sentimentales, les antithèses brutales et les périodes passionnées héritées de la langue de ses héroïnes de théâtre », dit Olivier Bara, in « Le texte épistolaire comme source historique : les lettres de Marie Dorval à Alfred de Vigny (1833-1837), tableau de la vie théâtrale en province », Le Public de province au xixe siècle, Actes de la Journée d’étude organisée le 21 février 2007 par Sophie-Anne Leterrier à l’Université d’Artois (Arras), Publications numériques du CÉRÉdI, Actes de colloques et journées d’étude, n° 2, 2009, p. 6.

21 Au siècle de Sand, « les œuvres d’art n’ont plus seulement pour but d’être agréables à regarder : elles doivent édifier, toucher les cœurs et ainsi transformer les êtres. […] George Sand souligne […] la fonction de l’art apte à exprimer une vérité sociale qui […] découle à la fois de la politique et du sentiment, les deux sphères se trouvant unies chez Sand », note Françoise Guillebaert, in « L’artiste selon Sand », Performance et Théâtralité, op. cit., p. 341-342.

22 Lettre du 29 août 1833, in Madeleine Ambrière (dir.), Correspondance d’Alfred de Vigny. T. 2, op. cit., p. 276.

23 Olivier Bara, Le Sanctuaire des illusions. George Sand et le théâtre, Paris, PUPS, « Theatrum mundi », 2010, p. 134.

24 « On assiste […] dans les années 1830 […] au retour d’une érotique Régence, amatrice de corps ambigus. […] Cette androgynie troublante, séduisante […] est source pour l’esprit romantique d’un étonnement fait d’un mélange d’horreur et de séduction […] », estime François Kerlouégan, in Ce fatal excès du désir. Poétique du corps romantique, Paris, Honoré Champion, « Romantisme et modernité », 2006, p. 365.

25 Christine Planté, in Christine Planté (éd.), L’Épistolaire, un genre féminin, Paris, Honoré Champion, « Champion Varia », 1998, p. 15.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marjolaine Forest, « Lettres androgynes, ou l’amour des mélanges dans la Correspondance de George Sand et Marie Dorval »Littératures, 81 | 2019, 49-60.

Référence électronique

Marjolaine Forest, « Lettres androgynes, ou l’amour des mélanges dans la Correspondance de George Sand et Marie Dorval »Littératures [En ligne], 81 | 2019, mis en ligne le 19 octobre 2020, consulté le 19 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/2417 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.2417

Haut de page

Auteur

Marjolaine Forest

Marjolaine Forest est chercheuse au sein de l’équipe xixe siècle de l’UMR IHRIM-Université Lyon II. Ses travaux et publications concernent essentiellement le théâtre et l’opéra romantiques, à travers lesquels elle s’intéresse notamment à l’histoire et à la sociocritique des représentations mentales, sociales et culturelles, en particulier celles de l’intime, des canons et des normes. Elle termine actuellement la rédaction d’un ouvrage dans lequel elle s’emploie à créer le concept de somatisation du social appliqué à diverses formes romantiques d’expression scénique.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search