Navigation – Plan du site
Dossier - XVIe-XVIIIe siècles, l’« indivision » des savoirs en question
Lettres et Sciences

La République des Lettres et la structuration des savoirs à l’époque moderne1

Jérôme Lamy
p. 91-108

Résumé

L’article propose un aperçu historiographique des formes de structuration des savoirs et des pratiques savantes, tout au long de l’époque moderne. Si la notion de discipline n’est pas un outil heuristique consensuel, elle permet toutefois de proposer un cadre d’intelligibilité capable de rendre compte d’une structuration fine des savoirs dès le xvie siècle. Émergence disciplinaire et spécialisation scientifique ; coagulation des communautés et localisation des pratiques définissent les nouvelles formes d’organisation des manières de connaître. La République des Lettres et la disciplinarisation des savoirs ne s’affrontent pas dans un processus conflictuel : elles articulent au contraire, de façon différente, les aspects cognitifs, collectifs et situés des opérations de connaissance. Les possibilités d’un dialogue entre histoire des sciences et littérature sont ouvertes notamment en direction d’une analyse grand angle des échanges, des croisements et des torsions entre ces grands domaines.91-106

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie Fanny Népote pour ses conseils avisés et ses commentaires sur les versions précédentes de ce texte.

Texte intégral

  • 1 Je remercie Fanny Népote pour ses conseils avisés et ses commentaires sur les versions précédentes (...)
  • 2 Pour un aperçu général des transformations de l’histoire et de la sociologie des sciences, et l’éme (...)

1Cet article propose un aperçu historiographique des formes de structuration des savoirs et des pratiques savantes, tout au long de l’époque moderne. La Révolution scientifique engagée à la Renaissance a parfois pu laisser croire à un vaste mouvement d’harmonisation des activités de connaissance. L’activité scientifique serait devenue une pratique socialement définie et identifiable. Les études récentes d’histoire des sciences, profondément remaniée depuis les années 19702, remettent en question cette perspective quelque peu idéalisée.

  • 3 Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, « La frontière comme enjeu. Les Annales et la sociologie », Rev (...)

2Le travail d’organisation des savoirs à l’époque moderne s’articule à un ensemble de termes et d’expressions qui rendent compte des phénomènes contradictoires de coalition et de division des aires cognitives. La République des Lettres envisage une unité des lettrés dont il convient d’esquisser les origines, les usages et les effets. La notion de discipline qui relève à la fois de la catégorie des acteurs et de celle de l’analyse, met au jour les processus de division des savoirs. Dans cette perspective, nous envisagerons ces deux phénomènes – en apparence contradictoires – comme des processus sociaux relevant du travail de traçage des frontières ou d’indication des démarcations. L’historiographie désormais classique de l’histoire sociale des sciences est particulièrement abondante sur ces questions horographiques, c’est-à-dire le traçage des frontières institutionnelles et cognitives3. En revanche, elle envisage peu ou pas, la question des échanges entre pratiques littéraires et pratiques scientifiques. Nous dégagerons en conclusion, les conditions d’un possible dialogue entre ces champs historiographiques pour l’instant trop faiblement reliés.

Cartographie dynamique de la République des Lettres

  • 4 Françoise Waquet, « Qu’est-ce que la République des Lettres ? Essai de sémantique historique », Bib (...)

3Parmi les notions qui désignent les modes de structuration des communautés de savoirs à l’époque moderne, la République des Lettres constitue un syntagme particulièrement riche de sens. Dans un article intitulé « Qu’est-ce que la République des Lettres ? Essai de sémantique historique4 », Françoise Waquet a proposé une étude tout à la fois érudite et épistémologique sur les origines et les usages de l’expression. La généalogie reconstituée de cette catégorie d’acteurs nous permettra, dans un premier temps, d’en saisir l’importance historiographique dans les études récentes. Nous insisterons ensuite sur les processus sociaux à l’œuvre dans cette aire des pratiques lettrées. Enfin, nous interrogerons les processus de fragmentation et de division qui affecte la République des Lettres, notamment à partir du xviie siècle.

Généalogie de la République des Lettres

  • 5 Fritz Schalk, « Erasmus und die Res publica literaria », Actes du Congrès Erasme, Rotterdam, 27-29 (...)
  • 6 Fr. Waquet, art. cité, p. 474.
  • 7 Ibid., p. 475.

4Françoise Waquet prend pour point d’appui les analyses, déjà anciennes, de Fritz Schalk et de Reinhart Koselleck5. Elle remarque que la thèse du premier, qui envisage la République des Lettres comme le décalque de l’Académie platonicienne, se heurte à une absence de « preuves documentaires6 ». Quant à la proposition de R. Koselleck, centrée sur l’articulation d’une organisation des lettrés au cadre politique de l’État absolu, elle ne rend pas compte de la « forme de sociabilité savante » que recouvre l’expression République des Lettres7.

  • 8 Ibid., p. 477.
  • 9 Simone Mazauric, Histoire des sciences à l’époque moderne, Paris, Armand Colin, 2009, p. 88.

5La première mention connue de la République des Lettres (Respublica literaria) date de 1417, dans une lettre de Francesco Barboro. Le sens de l’expression n’est bien sûr pas immédiatement figé, il évolue même sans cesse tout au long de l’époque moderne et selon les auteurs. Cet opportunisme notionnel n’est toutefois pas sans limite. Deux grands pôles organisent les usages de l’expression République des Lettres et engagent des pratiques de structuration des savoirs. Il s’agit d’une part de regrouper « des acceptions plutôt vagues et générales telles que les savants, les gens de lettres, le savoir, les ‘lettres’ […] » ; d’autre part, la notion renvoie à « une signification à la fois plus précise et plus riche – [une] communauté internationale des savants8 ». Le premier pôle de signification renvoie à un ensemble d’acteurs aux pratiques très variées : « savants, […] lettrés, […] doctes, […] érudits, […] beaux-esprits, […] virtuoses […] réunis par une même passion pour le savoir, pour la connaissance, et désireux d’œuvrer à son avancement9 ».

  • 10 Cité par Françoise Waquet, art. cit., p. 478.
  • 11 Ibid.

6La capacité de structuration d’un groupe d’individus mus par des intérêts, des valeurs et des pratiques communes est à l’œuvre dans ce deuxième pôle de signification. Il s’agit de désigner des territoires, des espaces cognitifs et matériels, des frontières et des séparations. Françoise Waquet constate à ce propos que République des Lettres peut parfois désigner l’université ou l’académie. Le Florentin Anton Maria Salvini parle ainsi, à la fin du xviie siècle, de « notre République des Lettres » pour désigner l’Académie de la Crusca10. Johann Freidrich Schneider évoque, en 1726, la « forme de la République des Lettres » pour parler de l’université11. Même si ces désignations sont peu fréquentes, notons qu’elles envisagent un travail de démarcation et d’organisation des savoirs.

  • 12 Ibid., p. 478-482.

7Le plus souvent, la République des Lettres « est un terme collectif désignant les individus qui s’intéressent aux lettres », qui « cultivent le savoir », ou bien se référant « au savoir lui-même » et à ses productions12. Cette polysémie assure la pérennité de la notion tout au long de l’époque moderne.

La République des Lettres, un espace social ?

8La République des Lettres n’est pas seulement une notion abstraite engageant des définitions plus ou moins précises de ce qu’elle inclut ou exclut. Elle recouvre aussi un ensemble de pratiques sociales qui ont évolué tout au long de l’époque moderne.

9Elizabeth Eisenstein, dans son maître ouvrage La révolution de l’impri­mé, relativise la généralisation imprécise de la notion de République des Lettres. Tout en reconnaissant une typologie insaisissable et une cartographie aléatoire de cet espace cognitif, l’historienne insiste sur le fait que les membres de cette communauté aux formes floues

  • 13 Elizabeth L. Eisenstein, La révolution de l’imprimé. À l’aube de l’Europe moderne, Paris, La Découv (...)

étaient […] des êtres humains bien vivants et complexes. […] En outre, des bâtiments bien concrets : fonderies, ateliers, bureaux, étaient édifiés pour répondre aux besoins de ce royaume apparemment imaginaire ; l’exploitation des compétences gravitant autour de lui assurait de sérieux bénéfices.13.

  • 14 Fr. Waquet, art. cité, p. 484.

10Évitant le piège d’une interprétation trop strictement épistémologique, la proposition d’E. Eisenstein a le mérite d’envisager une histoire sociale de la République des Lettres qui tienne compte des conditions matérielles de son existence. Désigner l’imprimerie comme l’élément structurant les communautés de savoirs, à l’époque moderne, fournit un critère d’intelligibilité large ; dans le même temps, cette articulation de la notion de République des Lettres à la presse d’impression ne permet pas de rendre compte des évolutions historiques à plus long terme. Françoise Waquet remarque ainsi qu’à partir du xviie siècle, « la République des Lettres devient un objet d’interrogation et de définition […] ». Ce mouvement réflexif ne vise pas tant à introduire des catégories sociologiques pour distinguer les membres d’une communauté qu’à renforcer la « dimension collective » d’une organisation sociale calquée sur celle, commune sous l’Ancien Régime, de corps14. Les définitions de la République des Lettres puisent dans le registre lexical du politique. Quelques traits essentiels émergent ; il se dégage l’idée d’une

  • 15 Ibid., p. 487.

communauté originale et ce, à plusieurs égards ; par son extension géographique : universelle ; par sa composition : des citoyens égaux, des hommes de confessions et d’opinions diverses ; par son organisation interne : chacun y est tout à la fois souverain et indépendant d’autrui ; par son but : le progrès du savoir sous l’égide de la raison.15.

  • 16 Norbert Elias, La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1975, Norbert Elias, La civilisatio (...)
  • 17 Simone Mazauric, Histoire des sciences à l’époque moderne, Paris, Armand Colin, 2009, p. 92.
  • 18 Ibid.

11Simone Mazauric relie l’éthique cimentant la République des Lettres au processus de civilisation des mœurs décrit par Norbert Elias16. La transformation des règles de comportement en société, marquant le passage de l’État féodal à l’État monarchique désormais seul détenteur de la capacité de violence, organise un « idéal de civilité, de politesse mondaine, de courtoisie, d’honnêteté17 ». Cette politique des mœurs a notamment été codifiée par Érasme en 153018 ; plus globalement, « ce processus de ‘civilisation des mœurs’ a pour effet de relever les valeurs de l’intellectualité du discrédit dans lequel l’aristocratie, le plus souvent, les tenait » et, dans le même temps, de diffuser auprès des lettrés de nouvelles règles de comportement fondées sur la courtoisie, la coopération et l’entraide.

  • 19 Fr. Waquet, art. cit., p. 490.
  • 20 Paolo Rossi, Aux origines de la science moderne, Paris, Le Seuil, 1994, p. 314.

12La recherche d’une unité et d’une référence à une communauté d’intérêts s’affirme, à partir du xvie siècle, avec l’idée que « le savoir ne peut plus être l’œuvre d’un seul ; il dépasse les forces de l’homme isolé ; il postule la collaboration »19. Des initiatives émergent, notamment au xviiie siècle, pour institutionnaliser dans sa totalité la République des Lettres. Le juriste hollandais Hendrik Brenkmam a diffusé un projet de societas literaria afin de regrouper l’élite intellectuelle européenne en 1712 puis en 1721 ; en 1747, le Projet pour l’établissement d’un Bureau général de la République des Lettres est annoncé dans la Bibliothèque des ouvrages des savants de l’Europe. Ces projets unitaires n’ont certes pas connus de suite, mais ils traduisent l’idéal d’une communauté informelle cherchant des formes structurées. Le mouvement académique, ébauchée en Italie au xvie siècle, s’étend ensuite dans toute l’Europe. Ces nouveaux espaces savants de discussion, d’échange et d’analyse s’organisent peu à peu et se dotent de règles spécifiques de fonctionnement20. Bien sûr l’idéal unitaire de la République des Lettres est mis à mal par cette fragmentation en une myriade d’académies couvrant toute l’Europe et se concurrençant même parfois ; il n’empêche, ces institutions stabilisées donnent corps à un territoire intellectuel aux contours souvent flous.

13Les échanges écrits fournissent un autre aperçu du fonctionnement concret de la République des Lettres. Si les académies – comme nous venons de le voir –, les sociétés savantes, les salons, les cabinets de curiosité, les imprimeries, les bibliothèques, les laboratoires, les observatoires et les collections ont constitué, tout au long de l’époque moderne, les points nodaux de la République des Lettres, les correspondances ont toujours formé la substance irriguante de cet espace cognitif. Daniel Roche a montré l’importance de la correspondance savante à l’époque moderne :

  • 21 Daniel Roche, Les Républicains des lettres. Gens de culture et Lumière au xviiie siècle, Paris, Fay (...)

le rôle des échanges épistolaires est l’une des traditions qui organise le plus fortement la notion même de « République des Lettres ». C’est un élément indispensable de la circulation des informations et écrire des lettres, en recevoir, y répondre constitue l’une des tâches principales des érudits et des savants. Le commerce des postes permet de rester en contact et de transmettre comme de réceptionner savoirs et nouvelles.21

  • 22 Pierre-Yves Beaurepaire, « Introduction », dans P.-Y. Beaurepaire (dir.), La plume et la toile. Pou (...)

14La circulation des écrits et la transmission des informations donnent corps à une communauté dont les membres sont disséminés sur le territoire, elle délimite, « un espace […] d’échanges et de transactions symboliques et matériels22 ». Car avec les lettres ce sont des expériences, des manuscrits, des brochures et des livres qui circulent mais également des soutiens, des reproches, des exclusions, des faveurs et des honneurs. L’économie des échanges contribue à définir un réseau de valeurs qui trament et définissent la République des Lettres jusque dans ses évolutions.

  • 23 Hans Bots et Françoise Waquet, La République des Lettres, Paris, Belin, De Boeck, 1997, p. 95.
  • 24 Fr. Waquet, art. cit., p. 500.

15Idéalement unifiée et constituée d’égaux, la République des Lettres vise à l’universalisme et semble produire la réduction des idiosyncrasies. Pourtant, comme le rapportent Hans Bots et Françoise Waquet cette communauté n’est qu’une « fiction démocratique » qui ne doit pas cacher « une réelle hiérarchie de fait » entre ses membres. Érasme se voit attribuer le titre de « monarque de toute la République des Lettres » et Vossius en est désigné comme le prince23 La conscience d’appartenir à une élite et de constituer une aristocratie participe aussi de la structuration des savoirs à l’époque moderne. Les effets de seuil sont puissants : pour intégrer la République des Lettres, il est nécessaire de produire des écrits, mais aussi des lettres de recommandation. Plusieurs auteurs, comme le médecin Guy Patin, souhaitaient que les épreuves à soumettre aux candidats soient longues et difficiles24.

Fragmentations

16La République des Lettres constitue donc une notion complexe, plastique et polysémique ; il faut également tenir compte de son évolution conceptuelle tout au long de la période moderne. Les transformations notionnelles qu’elle subit travaillent puissamment, surtout à partir du xviie siècle, à sa fragmentation progressive.

17L’expression n’est pas figée dans le temps et le mot même de « lettres », comme le remarque Françoise Waquet, subit des transformations sémantiques sous l’Ancien Régime. Au xviiie siècle, Voltaire, dans l’article « gens de lettres » de l’Encyclopédie voyait en celles-ci les connaissances que nous qualifions aujourd’hui de générales : « la science universelle n’est plus à la portée de l’homme », observait-il, avant de poursuivre :

les véritables gens de lettres se mettent en état de porter leurs pas dans ces différents terrains, s’ils ne peuvent les cultiver tous. Leur savoir, toutefois devait être éclairé par la possession de « l’esprit philosophique ».

18Ici la République des Lettres est d’abord la République des Philosophes. La notion est travaillée par un processus de fragmentation et de spécialisation qui s’intensifie à partir du xviie siècle. Claire Salomon-Bayet, dans un ouvrage sur L’institution de la science et l’expérience du vivant soutenait qu’avec l’apparition des publications scientifiques spécialisées,

  • 25 Claire Salomon-Bayet, L’institution de la science et l’expérience du vivant, Paris, Flammarion, 197 (...)

la république des sciences se démarque désormais de la république des lettres ; mais jusqu’à la fin du xviiie siècle, elle est restée une espèce dans un genre ; au début du xixe siècle, les spécificités conquises, les vocabulaires constitués et distincts, les organes séparés, il s’agira de deux espèces différentes […].25

  • 26 Irène Passeron, « La République des sciences. Réseaux des correspondances, des académies et des liv (...)
  • 27 Ibid., p. 25-26.
  • 28 Ibid., p. 27.

19Irène Passeron explore, dans un article récent, cette notion aux contours flous, difficile à saisir, et dont la conceptualisation apparaît plus fermement élaborée à la fin du xviiie siècle sous la plume de Condorcet. L’auteur du Tableau historique des progrès de l’esprit humain décrit une « république des sciences universelles » organisée autour de la vérité26. Réfléchissant sur l’irruption de cette expression à la fin du xviiie siècle et au début du xixe siècle, Irène Passeron interroge la pertinence d’une analogie entre la République des Sciences et la République des Lettres. Réseaux de correspondance, nœuds académiques, épreuves d’entrée, circulation des imprimés indiquent clairement que le territoire des sciences n’est guère différent, dans ses modes de structuration, de celui de la République des Lettres. La soudaine émergence de la République des Sciences peut en revanche être interprétée comme un mouvement d’autonomie des pratiques scientifiques. « L’emprise du style physico-mathématique et des protocoles expérimentaux sur toutes les formes d’analyse et de description de la Nature […] », ainsi que sa subjectivation par les savants à la fin du xviiie siècle indiquent nettement l’expansion du territoire « appartenant aux sciences et qui est l’objet de toutes les querelles de pouvoir […]27 ». Irène Passeron souligne que l’expression « République des sciences » point au crépuscule des Lumières mais qu’elle ne s’impose pas encore, car « la figure du savant n’est pas encore constituée en identité professionnelle […]28 ». Parallèlement à cette très progressive autonomie des pratiques scientifiques, la spécialisation du terme « Lettres » réduit d’autant l’étendue de la République du même nom. Dans l’article « Lettres » de l’Encyclopédie, rédigé par le chevalier de Jaucourt, elles sont définies comme

  • 29 Cité par Hans Bots et Françoise Waquet, op. cit., p. 17.

les lumières que procurent l’étude et, en particulier, celle des belles-lettres ou de la littérature. Dans ce dernier sens, on distingue les gens de lettres qui cultivent l’érudition variée […] de ceux qui s’attachent aux sciences abstraites et à celles d’une utilité plus sensible.29

20Une brèche semble ouverte qui brise une unité séculaire : la République des Lettres insularise des pratiques scientifiques qui la constituaient autrefois et balise désormais le territoire plus étroit de la littérature.

21Ainsi, la force et l’ambiguïté historiographique de la notion de République des Lettres résident autant dans sa puissance heuristique que dans son usage par les acteurs tout au long de l’époque moderne. Participant à la représentation que les doctes, savants et érudits se font d’eux-mêmes, elle offre une perspective analytique incomparable : elle rend compte des modes de subjectivation d’une catégorie sociale particulière, les lettrés, à l’aube de l’époque moderne. Les évolutions de sens et de pratiques ont, tout au long de l’Ancien Régime, produit des effets de fragmentation qui engagent, à la fin des Lumières, une autonomie progressive des sciences.

Partage disciplinaire

22La notion de discipline n’en finit pas d’être discutée. La profusion historiographique à son endroit indique assez l’ambivalence des historiens et des sociologues. L’une des principales difficultés dans l’usage de la ‘discipline’ comme outil heuristique pour étudier l’époque moderne réside dans sa double appartenance, au registre des acteurs (i.e. employé par les représentants de la République des Lettres) et à celui de l’analyse (i.e. auquel les historiens ont aujourd’hui recours). J’envisagerai ici deux propositions historiographiques radicalement opposées. La première consiste à poser a priori une définition de la notion de discipline. Il en résulte un travail heuristique qui se décline, des usages les plus rigoristes aux définitions les plus extensives. La seconde proposition historiographique envisage la ‘discipline’ comme un outil heuristique à construire et à mettre en œuvre dans des études de cas.

La discipline définie a priori

  • 30 Cité par Claude Blanckaert, « La discipline en perspective. Le système des sciences à l’heure du sp (...)
  • 31 Ibid., p. 124.
  • 32 Rudolph Stichweh, « The Sociology of Scientific Disciplines : on the Genesis and Stability of the D (...)
  • 33 Ibid. p. 5.
  • 34 Rudolph Stichweh, Études sur la genèse du système scientifique moderne, Villeneuve d’Asq, Presses U (...)

23L’historicisation rigoureuse de la catégorie ‘discipline’ interdit – sous peine d’anachronisme – l’emploi du terme avant l’étude du xixe siècle. Claude Blanckaert relève que dans l’article « Art » rédigé par l’Abbé Mallet pour l’Encyclopédie, ‘discipline’ et ‘science’, élevées en synonymes sont définies comme « un point de réunion auquel on a rapporté les observations qu’on avoit faites pour en former un système ou de règles ou d’instruments […] tendant à un même but […])30 ». Toutefois cette allusion prophétique s’est peu répandue dans le vocabulaire scientifique. Claude Blanckaert soutient que la présence du terme discipline n’est pas « massive avant la Seconde Guerre mondiale »31. L’enquête lexicographique de Rudolf Stichweh, plus précise, confirme cette approche. L’historien et sociologue allemand assure que « les disciplines scientifiques sont une ‘invention’ de la fin du xviiie siècle et du début du xixe siècle32 ». Le terme même de discipline est présent dès le Moyen Âge et désigne la relation pédagogique, du point de vue de l’élève. En miroir, le corps de savoirs transmis par l’enseignant est désigné part le mot ‘doctrine’. L’articulation discipline/doctrine ne constitue pas un système de savoirs scientifiques : l’organisation des connaissances ne repose donc pas sur leur propre dynamique, mais reste ici orientée par un objectif didactique précis33. Rudolf Stichweh exclut également les systèmes de classification du processus disciplinaire de séparation des savoirs et des pratiques savantes. Les exercices de taxinomie – fort nombreux à l’époque moderne – ne correspondent en fait qu’à des « traditions de problèmes […] assez lâchement constituées, que tel ou tel érudit adopte et perpétue ici ou là ». R. Stichweh remarque ainsi que l’aérométrie, depuis le traité de Christian Wolff paru sur ce sujet en 1709, s’est ajoutée, dans les systèmes de classification, aux disciplines des mathématiques appliquées, quand bien même elle n’a pas été développée et n’a donné lieu à aucune découverte34. Pour R. Stichweh « la réalité communicationnelle de la science » n’est pas constituée dans ce jeu classificatoire de l’époque moderne :

  • 35 Ibid., p. 18-19.

les hommes de science tracent des voies individuelles à travers l’ensemble non structuré des problématiques possibles. Cela engendre […] une propension à construire un système, c’est-à-dire à essayer de reconstruire individuellement une portion suffisamment grande de la science dans sa totalité.35

  • 36 Talvott Parsons, The Structure of Social Action, New York, McGraw Hill, 1937.

24La démarche du critique emprunte au fonctionnalisme de Talcott Parsons36 et tend à subordonner le découpage des savoirs et des pratiques scientifiques à des instances logiques globales. Pour l’historien et sociologue allemand, il ne peut y avoir de discipline scientifique à l’époque moderne, puisqu’il n’existe pas de système réflexif pensant les connaissances dans leurs segmentations et leurs articulations concrètes. Tout au plus les classifications donnent-elles à voir une mise à plat de pratiques et de contenus hétérogènes. L’approche fonctionnaliste maintient la distinction entre catégorie d’acteurs et catégorie d’analyse : la notion de discipline – puisqu’elle n’est pas théorisée à l’époque moderne – ne peut servir d’appui à l’analyse.

  • 37 Donald Kelley « Le problème du savoir et le concept de discipline », dans J. Boutier, J.-C. Passero (...)

25À l’opposé de cette démarche fonctionnaliste, les analyses de Donald Kelley insistent au contraire sur la permanence des partages disciplinaires dans l’ordre des savoirs, depuis l’époque médiévale. L’historien américain refuse de considérer la théorie et la pratique pédagogique qui ont présidé à la transmission des connaissances comme étrangères à toute épistémologie37. Cette perspective élargie lui permet d’envisager une fresque continuiste des partages disciplinaires et de la division des savoirs :

  • 38 Ibid., p. 114.

À l’intérieur de la tradition occidentale, les principales disciplines sont enracinées dans les arts et les sciences de l’éducation classique […] ; elles ont été remodelées dans les universités de la fin du Moyen âge ; et elles ont subi des transformations remarquables depuis leur déploiement dans le studium médiéval et leur réorganisation dans les classifications modernes du savoir. Les mathématiques, par exemple, ont émergé des profondeurs du quadrivium pour rejoindre la philosophie dans l’œuvre de Galilée, tandis que l’art de la grammaire, issu du trivium, était transformé par le travail des humanistes en une science critique – la « philologie », comme elle fut appelée – qui dans la scienza nuova de Vico, s’associe également de façon non conventionnelle à la philosophie. L’histoire de la philosophie a été un autre hybride interdisciplinaire qui a cherché sa légitimité entre deux approches divergentes de la connaissance – l’une rationaliste et conceptuelle et l’autre littéraire et mathétique.38

26La fécondité d’une approche historiquement et heuristiquement large comme celle de D. Kelley est indéniable : système faiblement réflexif ou corps de savoirs précisément délimité, la discipline constitue ici avant tout une matrice intellectuelle organisée par des institutions, des programmes, des ensembles de références, des valeurs sociales et des réseaux de relations.

Construire empiriquement la notion de discipline

  • 39 L’ensemble du développement qui suit est fondé sur le chapitre de Paula Findlen, « The formation of (...)

27La variété historiographique des approches concernant la notion de discipline oblige à la prudence. Les conceptions de R. Stichweh ou de D. Kelley, si opposées soient-elles, reposent d’abord sur des perspectives historiques très larges scandées par quelques références documentaires. Des études plus fines et plus restreintes, adossées à des corpus archivistiques conséquents enrichissent encore l’historiographie. Elles proposent de construire empiriquement la notion de discipline. Je ne prendrai ici, dans la masse des analyses produites, que deux études de cas. La première, menée par Paula Findlen39, relate la formation de l’histoire naturelle comme discipline dans l’Italie du xvie siècle. Les universités de la péninsule sont le siège, dès le début de ce siècle, de transformations importantes dans les cursus de médecine. Pise, Rome, Parme, Sienne et Salerne intègrent l’histoire naturelle dans les études médicales. Chaque établissement produit un enseignement spécifique, parfois appuyé sur un travail au jardin des plantes ou au muséum. Le nombre de publications et celui des élèves croissent sans cesse tout au long du xvie siècle. Les cursus universitaires ont rompu avec la tradition aristotélicienne qui plaçait l’étude des animaux avant celle des plantes. L’histoire naturelle en dominant la culture médicale italienne du début de l’époque moderne engage un renouvellement des pratiques et des savoirs. Cependant, Paula Findlen note que ces transformations universitaires ne sont pas à même de forger une discipline. La formation d’une communauté de savants suppose également l’exercice auto-réflexif de définition critériologique de ses pratiques, de ses usages et de ses acteurs. Dans le cas de l’histoire naturelle italienne du début de l’époque moderne, c’est la traduction et le commentaire du De materia medica de Dioscoride, par Pier Andrea Mattiolo qui opère en catharsis disciplinaire. L’ouvrage, d’abord publié en italien, en 1544, est traduit en latin dix ans plus tard. Sa vision idéale de la communauté botaniste vise à la restauration de l’Italie triomphante de Pétrarque et de Machiavel. La correspondance et les éditions successives du De materia medica, de 1544 à 1568, permettent de tracer les contours de ce groupe de naturalistes porteurs de pratiques communes. Mattioli distingue trois grands types de naturalistes : les commentateurs des Anciens, tels Ermalao Barbaro et Euricus Cordus, les fondateurs institutionnels, au premier rang desquels se place Ghini détenteur de la première chaire de simples médicinaux à Bologne, en 1526, et enfin les empiristes. Ce dernier groupe fluctue dans les différents écrits de Mattioli. Il en exclut d’abord les apothicaires avant de les intégrer, en 1568. Toutefois, sa hiérarchie des pratiques reflète une prédilection marquée pour les travaux écrits. Paula Findlen remarque que la culture de l’imprimé, l’organisation de collections, les nouveaux cursus universitaires et le foisonnement des correspondances ont joué un rôle important dans l’émergence de l’histoire naturelle dans l’Italie du xvie siècle. Mais aucune de ces pratiques ne permet de qualifier l’histoire naturelle de discipline. En revanche le travail de recension et de définition entrepris par Mattioli a suscité de nombreuses réactions et discussions ; il a ouvert un « forum » pour penser l’état d’un champ de savoirs. Il a mis sur le papier un état des relations qui existaient, non une pure fantaisie de communauté idéale, mais la cartographie d’un réseau intellectuel organisant le savoir naturel au xvie siècle.

  • 40 Isabelle Pantin, « L’astronomie et les astronomes à la Renaissance : les facteurs d’une mutation », (...)
  • 41 Ibid., p. 66.
  • 42 Ibid.
  • 43 Ibid., p. 71.
  • 44 ibid., p. 69.
  • 45 Ibid., p. 73.

28La deuxième étude que j’exposerai a été menée par Isabelle Pantin à propos des astronomes européens à la Renaissance. L’historienne note qu’il est plus facile « d’aborder l’économie de la discipline en ­réfléchissant à partir des fonctions (professeur de mathématiques à l’université, astrologue d’un prince) qu’à partir des personnes40 ». Le terme de mathematici désigne dans l’Europe de la Renaissance des individus « au moins potentiellement compétents dans l’ensemble des disciplines mathématiques et de leurs sciences annexes » ; il rassemblait, depuis le Moyen Âge des savants spécialisés dans le mouvement des astres. Cependant, ces derniers ne détiennent pas le monopole cognitif des pratiques astronomiques : des médecins, des ingénieurs, des moines se réclament également de la science des astres41. L’université reste néanmoins un foyer important pour cette pratique astronomique, l’enseignement se faisant à la Faculté des Arts. Les cours princières sont également des espaces de civilité savante dans lesquels l’astronomie a partie liée avec l’astrologie42, tandis que les observatoires, à partir de la fin du xvie siècle, constituent un nouveau lieu de sciences. L’établissement personnel de Regiomontanus et la construction d’Uraniborg par Tycho Brahé indiquent assez clairement la multiplication des espaces d’observation. La production des tables astronomiques est florissante mais – et c’est le point essentiel de la démonstration d’Isabelle Pantin – l’astronomie comme discipline connaît une profonde crise qui conduit à sa réorganisation à la fin du xvie siècle. Tout d’abord, nombre d’astronomes reconnaissent leur incapacité à accomplir la « tâche primordiale » d’obtenir une « précision exacte des mouvements célestes43 ».Parallèlement, la certitude des mathématiques et leur rigueur s’imposent comme des axes épistémologiques majeurs. De manière générale, des exigences épistémologiques plus élevées entraînent peu à peu « la disparition des mathématiciens polyvalents […]44 ». Les ouvrages et les correspondances des astronomes étudiés par Isabelle Pantin révèlent la mise en place d’un système de défense des valeurs et des méthodes qui leur sont propres et qui leur permettent de « se dégager de la tutelle de la philosophie et de la théologie scolastique45 ». Les linéaments de circuits éditoriaux et de réseaux d’échange des observations fournissent une armature plus substantielle à cette communauté astronomique du début de l’époque moderne. Les envois mutuels et croisés d’ouvrages définissent une société des pairs tout à fait informelle. La publication du premier périodique astronomique en 1596, l’Epistolæ astronomicæ, par Tycho Brahé, marque la volonté d’institutionnaliser et de publiciser les échanges d’observations. La démonstration, à l’intérieur du périodique, de l’indispensable argumentaire soutenant la résolution des calculs participe également d’une homogénéisation plus large des pratiques, par la diffusion de règles d’usage et de rapport d’observation.

29Les deux études de cas présentées ont en commun de ne pas définir a priori la notion de discipline. Elles ne cherchent pas non plus à trancher sur la nature anachronique de la notion. En revanche, elles définissent des traits saillants pour évoquer la manière dont s’opère le partage des savoirs et des pratiques savantes. Tout d’abord, dans l’astronomie comme dans l’histoire naturelle, des lieux institués (les Universités, les cours princières ou les observatoires) sont le siège de renouvellement des pratiques. La botanique prend une place prééminente dans le cursus des études médicales ; les pratiques observationnelles régulières excluent les mathématiciens polyvalents de la communauté astronomique. Surtout, les mécanismes de reconnaissance et les exercices de réflexivité permettent de dessiner la cartographie d’une discipline. L’ouvrage de Matteoli fournit un répertoire des naturalistes dont la critériologie s’affine peu à peu : les compétences et leurs hiérarchies organisent un espace cognitif cohérent et discuté par les différents acteurs. À la fin du xvie siècle, l’envoi réciproque d’ouvrages, et la publication d’un périodique astronomique délimitent également une communauté rassemblée par des pratiques relativement homogènes.

30À défaut de constituer un outil heuristique consensuel, la notion de discipline offre un cadre d’intelligibilité permettant de rendre compte d’une structuration fine des savoirs à l’époque moderne. J’ai insisté (dans les exemples choisis notamment) sur le début de cette période afin de mettre l’accent sur les processus d’émergence ou de reconfiguration des disciplines ; plus généralement les disciplines mettent en œuvre, pour les pratiques scientifiques, des processus de spécialisation (sur un objet précis ou un ensemble de savoirs), de coagulation (d’un ensemble d’individus se dotant de règles de fonctionnement) et de localisation (d’abord les universités, et plus tard les académies). C’est cette articulation des aspects cognitifs, collectifs et situés des partages disciplinaires qui opère, parallèlement à la convergence souhaitée au sein de la République des Lettres.

Porosités et échanges entre sciences et littérature : quelques pistes en guise de conclusion

31La constitution d’une République des Lettres comme espace cognitif structurant les communautés lettrées ainsi que le rôle joué par les disciplines dans la démarcation des pratiques scientifiques forment deux axes heuristiques particulièrement discutés par les historiens des sciences. Ils ressortissent d’une histoire sociale des sciences qui insiste sur les mécanismes d’organisation et de mise en ordre des savoirs en fonction des conditions politiques, économiques, scientifiques et techniques. En revanche, la plupart des études menées par les historiens sur les pratiques de démarcation et de découpage des aires cognitives à l’époque moderne insiste peu sur les circulations, les échanges et les porosités entre la sphère des pratiques relevant des sciences et celles relevant de la littérature. Les travaux qui ont saisi cette question sont davantage l’apanage des spécialistes de la littérature. Je ne me substituerai certainement pas à eux, mais je propose, en guise de conclusion, d’évoquer quelques pistes novatrices sur l’articulation des sciences et de la littérature à l’époque moderne. Ces approches complètent les études sociales des sciences sur la mise en ordre des savoirs ; elles pourraient nourrir un dialogue interdisciplinaire particulièrement fructueux.

  • 46 Fernand Hallyn, La structure poétique du monde : Copernic, Kepler, Paris, Le Seuil, 1987, p. 16.
  • 47 Ibid., p. 299.

32Les recherches de Fernand Hallyn sur la structure poétique du monde, menées à partir des textes de Copernic et de Kepler ont constitué un jalon important. Par « poétique », Hallyn entend « un ensemble de choix faits à différents niveaux (style, composition, thématique, etc.) par un auteur ou un groupe […]46 ». L’hypothèse de Copernic, c’est-à-dire la révolution de la Terre et des planètes autour du Soleil, repose sur « la conviction que l’ordre du monde peut être connu de l’homme dans sa réalité et sa totalité47 ». La

  • 48 Ibid., p. 300.

poétique de Copernic l’oriente également vers l’organicisme et le formisme en tant que schèmes présupposés de l’ordre à découvrir. […] L’organicisme s’exprime concrètement dans l’exigence de « symétrie », le formisme dans la thèse de la propension universelle à la forme circulaire.48

F. Hallyn remarque que les catégories utilisées par Copernic sont

  • 49 Ibid.

étroitement liées au champ intertextuel de la Renaissance. Les présuppositions qui informent la démarche de Copernic, la forme des solutions qu’il propose, tout cela est en rapport avec des idées défendues et des réponses adoptées ailleurs dans la philologie, la théorie de l’art, etc.49

  • 50 Ibid., p. 301.
  • 51 Ibid.

33Ainsi, c’est par métaphore que Copernic a recours à l’exigence de symétrie « répandue déjà dans l’art de la Renaissance »50. L’opération métonymique permet d’interpréter « la perception empirique du mouvement du Soleil […] comme un effet qui se substitue à sa cause (le mouvement de la Terre) »51. En envisageant les substrats poétiques des schèmes qui informent l’hypothèse copernicienne du décentrement de la Terre, F. Hallyn rompt avec l’idée positiviste d’une séparation a priori des pratiques scientifiques et littéraires. Saisie dans ses instants de formation, la théorie de Copernic laisse apparaître le travail d’intertextualité qui préside à la pratique scientifique.

  • 52 L. Rauline, Br. Roche et O. Roux (éds.), « Science et Littérature à l’Âge classique », Libertinage (...)
  • 53 Jackie Assayag, « Métamorphoses et anamorphoses des ‘miroirs transatlantiques’« , L’Homme, n° 187-1 (...)

34Bien des travaux envisagent désormais l’étude littéraire des textes scientifiques (je pense ici en particulier au numéro spécial de la revue Libertinage et philosophie consacré à la science et à la littérature à l’Âge classique52). Les recherches menées dans cette perspective ont encore peu d’écho dans la communauté des historiens des sciences. Les conditions d’un dialogue sont cependant réunies pour explorer, au-delà des mécanismes socio-historiques dont on a vu à quel point ils saturent l’historiographie, les seuils, les sédimentations, les échanges, les réceptions croisées, les malentendus (qui peuvent être féconds53) entre pratiques scientifiques et pratiques littéraires.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Fanny Népote pour ses conseils avisés et ses commentaires sur les versions précédentes de ce texte.

2 Pour un aperçu général des transformations de l’histoire et de la sociologie des sciences, et l’émergence du champ autonome et interdisciplinaire des Science and Technology Studies, voir Terry Shinn et Pascal Ragouet, Controverses sur la science. Pour une sociologie transversaliste de l’activité scientifique, Paris, Raisons d’agir, 2005, p. 101-143.

3 Jérôme Lamy et Arnaud Saint-Martin, « La frontière comme enjeu. Les Annales et la sociologie », Revue de Synthèse, t. 131, 6e série, n° 1 (2010), p. 99-127.

4 Françoise Waquet, « Qu’est-ce que la République des Lettres ? Essai de sémantique historique », Bibliothèque de l’École des Chartes, t. 147 (1989).

5 Fritz Schalk, « Erasmus und die Res publica literaria », Actes du Congrès Erasme, Rotterdam, 27-29 octobre 1969, Amsterdam, Londres, 1971, p. 14-28, Reinhart Koselleck, Kritik und Krise. Eine Beitrag zur Pathogenese der bürgerlichen Welt, Fribourg-en-Brisgau et Munich, Alber, 1959.

6 Fr. Waquet, art. cité, p. 474.

7 Ibid., p. 475.

8 Ibid., p. 477.

9 Simone Mazauric, Histoire des sciences à l’époque moderne, Paris, Armand Colin, 2009, p. 88.

10 Cité par Françoise Waquet, art. cit., p. 478.

11 Ibid.

12 Ibid., p. 478-482.

13 Elizabeth L. Eisenstein, La révolution de l’imprimé. À l’aube de l’Europe moderne, Paris, La Découverte, 1991, p. 126-127.

14 Fr. Waquet, art. cité, p. 484.

15 Ibid., p. 487.

16 Norbert Elias, La dynamique de l’Occident, Paris, Calmann-Lévy, 1975, Norbert Elias, La civilisation des mœurs, Paris, Calmann-Lévy, 1969.

17 Simone Mazauric, Histoire des sciences à l’époque moderne, Paris, Armand Colin, 2009, p. 92.

18 Ibid.

19 Fr. Waquet, art. cit., p. 490.

20 Paolo Rossi, Aux origines de la science moderne, Paris, Le Seuil, 1994, p. 314.

21 Daniel Roche, Les Républicains des lettres. Gens de culture et Lumière au xviiie siècle, Paris, Fayard, 1988, p. 264.

22 Pierre-Yves Beaurepaire, « Introduction », dans P.-Y. Beaurepaire (dir.), La plume et la toile. Pouvoirs et réseaux de correspondance dans l’Europe des Lumières, Arras, Artois Presses Université, coll. « Histoire », 2002, p. 26.

23 Hans Bots et Françoise Waquet, La République des Lettres, Paris, Belin, De Boeck, 1997, p. 95.

24 Fr. Waquet, art. cit., p. 500.

25 Claire Salomon-Bayet, L’institution de la science et l’expérience du vivant, Paris, Flammarion, 1978, p. 115.

26 Irène Passeron, « La République des sciences. Réseaux des correspondances, des académies et des livres scientifiques. Introduction », Dix-huitième siècle, n° 40 (2008), p. 9.

27 Ibid., p. 25-26.

28 Ibid., p. 27.

29 Cité par Hans Bots et Françoise Waquet, op. cit., p. 17.

30 Cité par Claude Blanckaert, « La discipline en perspective. Le système des sciences à l’heure du spécialisme (xixe-xxe siècle) », dans J. Boutier, J.-C. Passeron et J. Revel, (éds.), Qu’est-ce qu’une discipline ?, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2006, p. 124.

31 Ibid., p. 124.

32 Rudolph Stichweh, « The Sociology of Scientific Disciplines : on the Genesis and Stability of the Disciplinary Structure of Modern Science », Science in context, vol. 5, n° 1 (1992), p. 4.

33 Ibid. p. 5.

34 Rudolph Stichweh, Études sur la genèse du système scientifique moderne, Villeneuve d’Asq, Presses Universitaires de Lille, 1991, p. 18.

35 Ibid., p. 18-19.

36 Talvott Parsons, The Structure of Social Action, New York, McGraw Hill, 1937.

37 Donald Kelley « Le problème du savoir et le concept de discipline », dans J. Boutier, J.-C. Passeron et J. Revel, (éds.), op. cit., p. 100.

38 Ibid., p. 114.

39 L’ensemble du développement qui suit est fondé sur le chapitre de Paula Findlen, « The formation of a scientific community natural history in sixteenth-century », dans A. Grafton et N. Siraisi, Natural Particulars. Nature and the Discipline in Renaissance Europe, Cambridge (Mass.), MIT Press, 1999, p. 369-400.

40 Isabelle Pantin, « L’astronomie et les astronomes à la Renaissance : les facteurs d’une mutation », Nouvelle Revue du Seizième Siècle, n° 20/1 (2002), p. 65.

41 Ibid., p. 66.

42 Ibid.

43 Ibid., p. 71.

44 ibid., p. 69.

45 Ibid., p. 73.

46 Fernand Hallyn, La structure poétique du monde : Copernic, Kepler, Paris, Le Seuil, 1987, p. 16.

47 Ibid., p. 299.

48 Ibid., p. 300.

49 Ibid.

50 Ibid., p. 301.

51 Ibid.

52 L. Rauline, Br. Roche et O. Roux (éds.), « Science et Littérature à l’Âge classique », Libertinage et philosophie au xviie siècle, n° 10, numéro spécial Science et Littérature à l’Âge classique, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2008.

53 Jackie Assayag, « Métamorphoses et anamorphoses des ‘miroirs transatlantiques’« , L’Homme, n° 187-188, Miroirs transatlantiques : circulation des savoirs et malentendus féconds entre les États-Unis et la France, 2008, p. 7-32.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Lamy, « La République des Lettres et la structuration des savoirs à l’époque moderne »Littératures, 67 | 2013, 91-108.

Référence électronique

Jérôme Lamy, « La République des Lettres et la structuration des savoirs à l’époque moderne »Littératures [En ligne], 67 | 2013, mis en ligne le 27 décembre 2013, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/243 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.243

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Jérôme Lamy est postdoctorant à l’Université Toulouse II-Le Mirail. Ses recherches portent sur les relations entre les universités et les observatoires, les instruments scientifiques et la recherche spatiale au vingtième siècle. Il est l’auteur de l’ouvrage : L’observatoire de Toulouse aux xviiie et xixe siècles. Archéologie d’un espace savant (2007, Presses Universitaires de Rennes). Il a également dirigé La Carte du Ciel. Histoire et actualité d’un projet scientifique international (2008, EDP Sciences).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals