Navigation – Plan du site
Dossier - XVIe-XVIIIe siècles, l’« indivision » des savoirs en question
Lettres et Droit

Les protecteurs parisiens de Dadine d’Auteserre vus à travers ses épîtres dédicatoires

Cyrille Dounot
p. 109-131

Résumé

L’étude comparée des épîtres dédicatoires des ouvrages juridiques d’un professeur d’Université provincial, le toulousain Dadine d’Auteserre, permet de dégager plusieurs enseignements. L’utilisation des épîtres, conforme à l’idéal des littérateurs, se révèle être une marque de progression dans une carrière, les dédicataires étant placés de plus en plus haut dans la hiérarchie sociale. Ce genre ­littéraire aux règles précises est ici employé selon les canons accoutumés. Il révèle une bonne connaissance des usages de la République des lettres, qui portent l’auteur à s’adresser à un protecteur décrit comme naturel, estimable et, touche propre du juriste, défenseur du droit romain.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « La mode elle-même impose les dédicaces dans la quasi totalité des ouvrages publiés entre 1630 et (...)
  • 2 Ainsi que l’affirme Willbrord-Christian Van Dijk, « Remarques sur les ‘Epîtres dédicatoires’ des xv (...)
  • 3 Sylvie Le Clech-Charton, « Les épîtres dédicatoires et les secrétaires du roi (1515-1547), ou le po (...)
  • 4 Christian Jouhaud et Hélène Merlin, « Mécènes, patrons et clients. Les médiations textuelles comme (...)
  • 5 Toutes ses dédicaces, comme le reste de ses œuvres, sont latines. Nous utilisons notre propre tradu (...)

1Figure majeure de l’université de Toulouse au second dix-septième siècle, Antoine Dadine d’Auteserre fut un auteur prolixe. En moins de quarante ans, ce jurisconsulte mit au jour quatorze savants ouvrages mêlant le droit et l’histoire, qu’elle soit profane ou sacrée. Se conformant à l’esprit du siècle, tous ses ouvrages, et même une de ses lettres de circonstance, sont dédiés à de grands personnages1. Or, ces épîtres dédicatoires recèlent nombre de renseignements sur l’auteur, son milieu social ou ses relations, et nous invitent à scruter ce genre littéraire si riche2. D’une part, « mettant des personnages en relation les uns avec les autres, l’épître débouche sur la notion de « cercles » littéraires, de « milieux intellectuels3 ». D’autre part, « le dédicataire est membre exemplaire du corps politique, métonymie du Public, et c’est en quoi il légitime la publication du livre »4. C’est pourquoi l’importance des dédicataires des œuvres d’Auteserre, allant s’accroissant, donne à penser que la carrière de ce Toulousain suivit le même chemin. Nous tenterons donc une étude exhaustive des dédicaces adressées aux Parisiens, de 1648 à 1682. Et une fois entrevue la percée de ce provincial dans les milieux du pouvoir, nous nous attacherons à étudier ce que révèlent ces épîtres, leur caractère et leur contenu5.

Les protecteurs de la capitale

  • 6 De Ducibus, et Comitibus Provincialibus Galliæ […], Tolosæ, Apud Arnaldum Colomerium […], 1643.

2Auteserre dédie naturellement ses œuvres de jeunesse à des personnages locaux, représentants des milieux intellectuels ou judiciaires toulousains. Ainsi, son premier ouvrage, traitant des Ducs et des Comtes, fut offert, le 13 septembre 1643, à Jean de Bertier, baron de Montrabe, Premier Président du Parlement de Toulouse6. Auteserre ne manquait pas de sacrifier à la coutume spécifique des épîtres dédicatoires, mais il rattachait sa dédicace à Louis « le roi très-juste ». En 1650, il dédiait ses Dissertations de droit canonique à l’archevêque de Toulouse, Charles de Montchal, patron d’un ‘cénacle savant’ auquel collaborait Auteserre, qui prit fin avec la mort du prélat en 1651. La suite des Dissertations sera dédiée à Notre Seigneur Jésus-Christ « Deo optimo maximo », en 1654.

  • 7 Christophe Blanquie, Les Épîtres dédicatoires de Scipion Dupleix, Paris, Kimé, 2008, p. 17.

3Entre-temps, furent imprimés, les cinq premiers livres de son Histoire d’Aquitaine des origines à Clovis, les Rerum Aquitanicarum. C’est une œuvre importante tant par son contenu, riche d’érudition et précurseur d’un genre dans lequel les mauristes allaient bientôt exceller, que par sa dédicace au chancelier Séguier. En effet, datée du 22 mai 1648, elle fut déterminante pour la carrière de notre auteur. Jusqu’ici docteur in utroque jure et avocat inscrit au barreau de Toulouse, Auteserre occupait une charge de juge criminel au présidial de Cahors, ayant échoué quelques années auparavant à une chaire de droit canonique vacante en l’université de sa ville natale. Mais, ainsi que le relève Christophe Blanquie, « la dédicace renvoie au statut de l’auteur7 ». Or Auteserre ne signe pour l’instant ses œuvres que de son nom latinisé, Ant. Dadinus Alteserra. Bien qu’ayant été avocat et juge, il ne trouve pas opportun de préciser cette fonction dans sa signature, se démarquant par là de ses contemporains. Doit-on voir ici le signe d’un emploi qui ne lui convient guère ?

  • 8 Roland Mousnier, Les Institutions de la France sous la monarchie absolue, 1598-1789, t. 1, Paris, P (...)
  • 9 Alain Viala, Naissance de l’écrivain, Paris, éditions de Minuit, 2003, p. 53.
  • 10 Louis Greil (éd.), « Vie de M. d’Hauteserre », Bulletin de la société des études du Lot, t. XXVIII, (...)

4Cette dédicace est pour nous d’une importance capitale. Auteserre n’hésite pas à écrire que « ce don [de l’ouvrage] consacre toute l’Aquitaine et ma personne à la tienne [Séguier] » se veut « un monument de [s]on culte éternel et de [s]on obéissance », jurant d’être désormais « à l’avenir toujours, de [s]a sublimité, très dévot ». C’est l’inauguration d’une relation de fidélité, ou plutôt, si l’on suit Roland Mousnier, d’une relation de « protecteur-créature » qui « triomphait dans le monde du gouvernement, autour du roi » et notamment chez le chancelier Séguier8. Alain Viala le souligne aussi, présentant comme une des formes du clientélisme « l’appui apporté par un grand à son protégé pour lui faire obtenir des charges9 ». Et c’est bien ce qui se passa cette même année 1648. Une chaire de droit vint à vaquer en l’université de Toulouse, qui ne pouvait être remplie que par concours ou postulation, c’est-à-dire, nomination. Devant la brigue des prétendants, le recteur informa « la Reyne mère pour lors Régente […] ce qui obligea cette grande princesse d’envoyer une lettre de cachet aux professeurs de l’université par laquelle il leur est enjoint de le postuler10 ». Mais le chancelier intervint aussi auprès du recteur, pour placer sa créature. Une lettre de remerciement adressée au chancelier l’atteste, en portant toutes les marques extérieures de fidélité.

Monseigneur,
La lettre que vous m’avez fait l’honneur d’escrire en ma faveur à Monsieur du Verger, recteur de ceste Université, ne pouvait pas venir tard. Elle a fait le plus heureux effet que je ne pouvois désirer, puisqu’elle a fait conoistre que vous m’honorés de vostre protection et a estourdi le mauvais courage de deux ou trois qui n’en vouloient pas de moi, et je suis obligé, Monseigneur, de vous rendre ceste juste reconoissance que vous estes l’autheur du bien et de l’honeur que j’ai receu en ceste occasion. La creance qu’on a eu que vous avés receu favorablement mes petits ouvrages m’a concilié des suffrages publics. Je vous proteste aussi, Monseigneur, que je veux tenir ceste place a foy et homage lige de vostre bonté, et que si mes travaux peuvent passer à la postérité, ils porteront de fideles tesmoignages de ma gratitude. La vertu vous a eslevé, Monseigneur, au dessus de la reconoissance des homes, et je ne puis m’acquitter de ce que je doi par de vœux et de bons desirs, mais si un cœur fidele peut satisfaire, je suis asseuré que je ne mourrai pas ingrat. C’est l’unique passion qui me reste, Monseigneur, de vous pouvoir tesmoigner que je suis avec le respect que je doi

  • 11 BnF, Fonds Français, vol. 17390, f°143. Arlette Jouanna rappelle que « la relation de clientèle […] (...)

Monseigneur,
Vostre très humble, très obéissant et très fidelle serviteur
Auteserre
A Tolose, ce 10 novembre 1648.11

La signature d’une lettre est une chose codifiée et très révélatrice, qui mérite notre attention. Ainsi que l’affirmait Grimarest,

  • 12 Jean-Léonor Le Gallois de Grimarest, Considerations sur le stile épistolaire et le cérémonial dans (...)

Quoique l’on doive beaucoup de respect à ses Superieurs, cependant les marques que l’on en donne ne sont pas toûjours égales. Le rang, ou la naissance, rapproche quelquefois l’inferieur du superieur : c’est à celui-ci de se rendre justice, pour n’exiger que ce qui lui est du prècisèment : c’est à celui-là à consulter son interêt, & sa situation, pour ne pas trop accorder. Ainsi les termes, & les intervales changent suivant les personnes qui écrivent, ou qui reçoivent la Lettre.12

  • 13 Curieusement, la lettre originale de dédicace (BnF, Fr. 17395, f°61) fut légèrement modifiée en vue (...)
  • 14 Le 27 octobre 1658, il écrivit à Baluze : « […] je ne perds point de temps à travailler à mon Innoc (...)
  • 15 Le pouvoir dut considérer cet ouvrage plus polémique que le traité des fictions de droit, car pour (...)
  • 16 Lettre VI, 29 avril 1664 (BnF, Fr. 17404, f°60), reproduite dans Philippe Tamizey de Larroque, op.  (...)

5Auteserre attestera de sa qualité de client par les signatures des deux autres épîtres adressées au chancelier : « devotissimus et obsequentissimus cliens » en 1657, et plus sobrement « devotissimus cliens » en 165913. En 1657, Auteserre publie la deuxième partie de son Histoire d’Aquitaine, avec une dédicace datée de Toulouse, du 14 mars. Dans cette épître, Auteserre emploie, comme déjà en 1648, le tutoiement pour s’adresser au chancelier. Ceci changera pour la troisième œuvre dédiée à Séguier, son commentaire des Décrétales d’Innocent III14. Cette publication fut problématique pour Auteserre, qui eut recours au patronage de son illustre protecteur pour urger l’affaire. Quatre lettres subsistent dans les papiers du chancelier qui nous apprennent comment se fit l’impression de son unique et prestigieux in-folio. La dédicace de ce commentaire est datée de Paris, du 1er juillet 1659, mais l’ouvrage ne sortira des presses de la veuve Lamy et de Billaine que sept ans plus tard15. En 1664, l’auteur se plaint auprès du chancelier du « retardement de l’impression » qui le contraint de lui « demander justice contre les héritiers de feu Pierre Lamy […] qui s’estoit chargé de l’impression16 ». Il lui redit sa « gratitude pour les bienfaits [qu’il] a receu de [sa] bonté » et l’implore d’agir sur le destin de cet ouvrage qui est sien. Auteserre se proclame redevable de son protecteur, n’agissant et ne lui offrant ce commentaire que par ce qu’il doit s’acquitter « d’un vœu sain et sacré », jurant d’être « plus que personne du monde » le « très humble, très obéissant et très fidelle serviteur » du chancelier. Cette dernière souscription reviendra systématiquement dans sa correspondance avec Séguier, preuve supplémentaire de la relation liant le Toulousain au Parisien.

  • 17 Lettre VIII, 15 avril 1666 (BnF, Fr. 17408, f°81), reproduite dans Philippe Tamizey de Larroque, op (...)
  • 18 Steeve Uomini, « Enjeux historiographiques des représentations nobiliaires : l’exemple des épîtres (...)

6En 1665, Auteserre lui fit parvenir, en attendant l’ouvrage « qu’on achève enfin d’imprimer », son commentaire des Institutes de Justinien. L’achevé d’imprimer ne date que du 7 avril 1666. Mais par lettre du 15 avril, il annonce au chancelier la présentation de son ouvrage. Il envoie son fils effectuer cette démarche quoi qu’il eût eu « [lui] mesme cet honneur si le peu de considération que l’imprimeur a eu pour un absent, n’en avoit retardé l’impression17 ». Nous savons par cette correspondance que Séguier reçut « les premieres feuilles avec demonstration d’en estre satisfaict », ce qui motiva Auteserre d’en continuer le labeur. Il jugea d’ailleurs que « l’honeur de [son] approbation est le plus agreable fruict [qu’il] puis[se] recueillir de [ses] estudes », n’ayant de « plus grande passion que de faire cognoistre à la postérité » qu’il fut une créature du chancelier. Une dernière lettre adressée de Toulouse le 1er août 1666, nous renseigne sur ce qui aurait pu être la quatrième dédicace offerte à Séguier. En effet, « le nom du dédicataire sert de rempart contre les ravages – jugés évidemment infondés – de toute appréciation censoriale18 ». C’est bien cette raison qui poussa Auteserre à chercher une fois encore le soutien du chancelier. Par vœu du Clergé lors de son assemblée de 1660, Auteserre fut désigné pour réfuter le Traité de l’abus du Dijonnais Charles Févret. Ce travail rapidement terminé fut présenté à l’Assemblée de 1665, qui ne donna pas immédiatement suite à l’œuvre, jugeant ses positions trop romaines. Auteserre dut s’en émouvoir auprès de son patron, puisqu’il lui écrivit ceci :

  • 19 Lettre IX, 1er août 1666 (BnF, Fr. 17402, f°51), reproduite dans Philippe Tamizey de Larroque, op.  (...)

J’obéis avec respect et soumission à la loy que Vostre Grandeur m’impose. Mon fils aura l’honeur de lui remettre mon ouvrage. Je la supplie humblement d’y jetter les yeux, et si je suis assez heureux pour meriter son approbation, je la supplie de m’accorder la permission pour le faire imprimer.19

  • 20 Lettre X, 3 août 1667 (BnF, Fr. 17410, f°7), reproduite dans Philippe Tamizey de Larroque, op. cit.(...)

7Un an plus tard, Auteserre écrivit de nouveau à son protecteur pour le remercier d’avoir fait espérer à son fils le privilège tant attendu, et rapporter le témoignage qu’il reçut de Jean Doujat, censeur imposé par Séguier à cet ouvrage20. Mais la suite n’est pas brillante pour notre Toulousain : l’Assemblée de 1670 écartera le projet d’une publication, et le privilège sera obtenu post mortem par le petit-fils de l’auteur, en 1702. Séguier reste quand même, avec trois épîtres, le plus important dédicataire au même titre qu’un autre Grand de Paris, Guillaume de Lamoignon. Observons en dernier lieu qu’Auteserre emploie systématiquement le vousoiement français, et qu’il traduit cela par un tutoiement latin sauf dans la dernière épître.

  • 21 Du moins, la première fois dans les œuvres imprimées, la dédicace adressée à Séguier du 1er juillet (...)
  • 22 Le fils d’Auteserre évoque le « grand nombre de ses lettres que j’ay trouvées parmi les papiers de (...)

8Mais retournons un peu en arrière, à cette année 1659 où Auteserre se rendit à Paris pour y plaider une affaire personnelle devant le Parlement. En plus d’y fréquenter Séguier, il rencontra et gagna l’estime de Lamoignon, alors premier Président du Parlement, et lui dédia son nouvel ouvrage : un traité sur les fictions de droit, le premier du genre. La dédicace date du 1er août de la même année, signée de Paris, et l’ouvrage fut imprimé dans la capitale par Pierre Lamy. Auteserre dut rentrer dans la clientèle de Lamoignon, car la signature est sans équivoque : « observantissimus cliens ». C’est également la première fois qu’il s’intitule professeur toulousain, « antecessor tolosanus », qualité qu’il affectionne mieux21. Cette relation entre Auteserre et Lamoignon dura de nombreuses années, marquée par un échange épistolaire fourni mais malheureusement perdu22. Auteserre lui dédiera par la suite deux autres œuvres, dont la continuation de ce traité, dédiée en 1676, parue en 1679.

  • 23 Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française, Paris, A. Colin, [1904], rééd. 1966, t. 4, p. 37 (...)
  • 24 Béatrice Coffen, Histoire culturelle des pronoms d’adresse, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 105.
  • 25 Gaspard de Tende, Sieur de L’Estang, De la Traduction ou Règles pour apprendre à traduire la langue (...)
  • 26 Cette signature avait déjà été utilisée, le 3 décembre 1672, dans le libelle de controverse dédié à (...)
  • 27 Lettre non datée, sans autre titre que la mention du destinataire « Ludovico Nubleo in Senatu Paris (...)

9La troisième dédicace concernait une étude historique sur les origines du monachisme, parue en 1674. Or, l’on constate une singularité : dans l’épître dédicatoire datée du 27 mars 1673, Auteserre n’hésite pas à tutoyer le Premier Président dans sa souscription, se proclamant « Celsitudini Tuæ, obsequentissimus et devotissimus », ce qui n’était pas le cas en 1659 (« Amplitudinis Vestræ, observantissimus cliens ») et ne le sera plus en 1676 (« Amplitudinis Vestræ, devotissimus et addictissimus »). Bien évidemment, dans le corps de la lettre, est employée la seconde personne du singulier, le vousoiement n’existant pas en latin. Mais la souscription laisse apparaître un solécisme assez courant dans ce dix-septième siècle, où « l’usage du tutoiement était si complètement abandonné23 », à savoir l’emploi du pluriel latin. Comme l’indique Béatrice Coffen, « l’usage des pronoms allocutoires se résume en peu de mots : l’adresse asymétrique désigne un rapport entre supérieurs et inférieurs en terme de pouvoir social, politique et économique24 ». Était-ce donc de la part du juriste toulousain une marque de « leur grande familiarité, ou leur grande affection » ainsi que le rapporte le sieur de l’Estang25, ou bien une erreur dans l’étiquette, réparée par la suite ? Nous pouvons seulement remarquer ici encore un parallèle avec Séguier. Une deuxième particularité de cette dédicace de 1673 se situe dans la titulature d’Auteserre. Devenu doyen de l’Université de Toulouse en 1671, il modifia son titre d’ « antecessor tolosanus » utilisé en 1659 et en 1669 dans la dédicace de son commentaire des épîtres de saint Grégoire le Grand, offerte au pape Clément IX. Désormais, notre auteur est « U[triusque] J[uris] Professor et Decanus Universitatis Tolosanæ », signature qu’il conservera dans les six autres ouvrages qu’il fera paraître26. L’on voit alors le professeur toulousain accéder au pinacle de la hiérarchie universitaire, car dans l’Université de Toulouse, le doyen de la Faculté de Droit exerçait un rôle prépondérant. Cet ouvrage sur les choses ascétiques fut attaqué par un bénédictin à propos de l’expression « quadrigam mendicantium », ce qui donna lieu à une réponse d’Auteserre. Celle-ci est intéressante par l’indication qu’elle donne de l’utilité d’un protecteur. Dans cette lettre adressée à Louis Nublé, il rappelle qui fut le dédicataire, et s’étonne « qu’une telle puissance n’a[it] pas suffi à me protéger de la violence jalouse de mes détracteurs27 ».

  • 28 Dédicace du Commentaire sur les Institutes, 24 septembre 1664.
  • 29 Brevis et enucleata expositio in Institutionum Justiniani libros quatuor, Autore Ant. Dadino Altese (...)
  • 30 Une curiosité, dont nous ignorons – peut-être crassement – la raison, fait rajouter après le privil (...)
  • 31 Ils s’étaient encore écrits en 1663, à la suite de la mort de Pierre de Marca, ancien archevêque de (...)
  • 32 Lettre XI, 10 mars 1676 (BnF, Baluze, 336, f°74), reproduite dans Philippe Tamizey de Larroque, op. (...)

10Auteserre fut également lié à l’un des plus hauts personnages de l’État, Jean-Baptiste Colbert, pour lors occupé à « la partie la plus difficile des charges publiques, la gestion des finances28 ». C’est l’intendant des finances qui prit les devants en sollicitant le juriste toulousain, dont il lui a été fait « un récit si avantageux de [son] savoir, et de la profonde connoissance » qu’il avait de l’histoire et du droit, au sujet de l’affaire des Droits de la Reine. À cette lettre du 17 septembre 1664, Auteserre répondit aussitôt par une dédicace d’un ouvrage qu’il avait sous la main, le commentaire des Institutes, « rudiments du droit civil naguère expliqués à l’université de Toulouse »29. L’ouvrage reçut son privilège le 9 novembre et fut achevé d’imprimer le 10 décembre, conjointement par Hélie L’Église et Étienne Trevenay30. L’épître dédicatoire laisse songer à une relation de clientèle, de par la souscription « Amplitudini Vestræ, devotissimus et obsequetissimus », et surtout par la demande explicite : « daigne m’admettre au nombre de tes clients ». Ainsi, les liens noués entre eux vont perdurer. Un événement était d’ailleurs venu renforcer cette relation : l’embauche d’Étienne Baluze, ancien élève d’Auteserre, comme bibliothécaire de Colbert, en 166631. Auteserre n’hésitera donc pas à solliciter le nouvel homme fort de l’État en 1676. Par lettre du 10 mars, notre « doyen de l’Université de Tolose » demande grâce d’une taxe de 2000 livres, au motif qu’« il y a de longues années [qu’il] travaille pour le public », et de surcroît, qu’il a « travaillé austrefois par [ses] ordres sur les moyens de restitution contre la renonciation de la Reine32 ». Il signale en outre qu’il lui a envoyé récemment une liste de ses ouvrages « prets à mettre au jour […] dont une partie peut servir à illustrer l’histoire de France […] ». Et jure finalement « une entière soumission et un profond respect », lui qui se veut son « très humble et très obeissant serviteur ». Auteserre mentionnait dans cette missive son ouvrage sur le premier historien français, saint Grégoire de Tours. Nous n’avons pas la réponse de Colbert, mais le 4 octobre 1678, Auteserre lui dédiait cet ouvrage en ces termes :

  • 33 Notæ et observationes in X libros Historiæ Francorum B. Gregorii, Turonensis episcopi, et supplemen (...)

Tu m’as fait souvenir que, s’il se trouvait dans mes études quelques aliments qui pussent servir à l’ornementation de l’histoire des Gaules, dont le soin t’a été confié par le Roi Très-Chrétien, je les produirais. J’ai obéi avec joie et de bon gré, et aussitôt, je t’ai informé de mes travaux [...]
Pour que je ne fisse pas défaut au conseiller du Roi, je donnai tout de suite une œuvre, de sorte que les caractères d’imprimerie frappèrent mes observations sur Grégoire de Tours. J’ai voulu les faire paraître sous tes auspices, espérant t’être reconnaissant […]33.

  • 34 Épître dédicatoire de la traduction de Balthasar Gracian, L’homme de cour, citée par Suzanne Guello (...)
  • 35 Steeve Uomini, art. cit., p. 315.

11Cette épître, et une autre du même jour dont nous parlerons dans un instant, marque le faîte de la gloire d’Auteserre. En effet, outre sa supplique finale au contrôleur général des finances : « daignez admettre l’auteur parmi les dévots observateurs et défenseurs de votre puissance », cette époque est celle de la rencontre avec le sommet du pouvoir, et bientôt du roi lui-même. En cela, il suivait un schéma ascendant, dont le principe est, par exemple, souligné par Suzanne Guellouz dans son étude sur Amelot de La Houssaye ; l’on y voit ce juriste provincial monter « comme par degrès jusques à Votre Majesté34 ». Nous avons bien là une marque de « l’itinéraire socioprofessionnel de l’auteur35 ».

Le biographe d’Auteserre nous apprend que celui-ci rencontra plusieurs fois Colbert durant ce dernier séjour parisien, et que le ministre

  • 36 Louis Greil (éd.), art. cit., p. 103. Nous nous permettons de relever ici une erreur dans la datati (...)

reçut [l’ouvrage en question] de ses mains avec tant de marque d’estime, qu’il voulut bien le présenter au Roy […pour] offrir à sa majesté le premier volume de ses lectures sur le droit civil.36

  • 37 Nous tenons à exprimer notre plus vive reconnaissance à Lindsay Levy, bibliothécaire adjoint en cha (...)

12Car Auteserre avait dédié le même jour d’octobre 1678 – et comment ne pas penser que cela fut fait sur l’ordre, ou avec la permission, de Colbert lui-même ? – ses commentaires de droit romain à Louis XIV. Le privilège accordé pour l’impression de ces commentaires en atteste, s’il était besoin37. Le roi accordait, « par grace speciale, pleine puissance & authorité Royalle », le 9 mars 1679 à son « bien-aimé Antoine Dadine Authesserre » en vue de le « favorablement traiter », le privilège de faire imprimer

tant ledit premier volume de ses Lectures sur le Droit, que ledit volume d’Observations sur l’Histoire de S. Gregoire de Tours, & suplement d’iceluy, que les autres quatre volumes de ses Lectures de Droit.

  • 38 Recitationes quotidianæin varias partes digestorum & codicis, Toulouse, 1684. Dédicace non paginée.

13Si l’on en croit la légende, le roi l’accueillit en « bonté toute généreuse et toute royale qui luy gage aisément la cour et tous ceux qui ont l’honneur de l’approcher et lui […] dit que son nom ne luy étoit pas inconnu ». Légende qui semble corroborée par la seconde épître dédicatoire offerte au Roi-Soleil, datée de Toulouse, du 30 juillet 1682. Auteserre lui offrit le deuxième tome de ses commentaires sur le droit romain, espérant que Sa Majesté le reçoive « avec la même obligeance que le premier. Quel doux prix du labeur que de plaire au Prince, et de se présenter à son regard les mains pleines38 ». La mort d’Auteserre, survenue un mois plus tard, le 29 août, mit fin à cette brillante carrière, et à la protection royale pour les trois derniers tomes de commentaires.

  • 39 Privilège accordé pour les commentaires de droit romain, 9 mars 1679. Cette pratique n’est pas inou (...)

14Il avait cependant pu offrir deux autres ouvrages à de puissants personnages parisiens. D’abord à Michel Le Tellier, chancelier de France depuis la mort d’Aligre en 1677, et qui avait autrefois intégré le jeune Colbert dans sa clientèle. Auteserre lui fit part de ses notes sur la Vie des papes d’Anastase le Bibliothécaire, par une dédicace signée à Paris, le 1er mars 1679. Il reçut pour cet ouvrage, le 23 avril suivant, le privilège personnel de le faire imprimer, et le concéda à Louis Billaine qui acheva de l’imprimer le 23 décembre 1679. Fait significatif, il procédait à l’envoi de son ouvrage à Colbert, par l’entremise de l’avocat Ponsson, le 20 décembre, réservant une sorte de « seconde primeur » à celui à qui il devait « la gratitude et la reconnoissance ». Dans cette épître, une phrase laisse présager les services rendus par le chancelier au doyen toulousain. Celle-ci : « N’était-il pas convenable de t’offrir l’enfant, toi qui a mis au jour l’auteur ? ». Nous pouvons penser qu’il s’agit d’un quelconque bienfait en matière d’obtention de privilège, opinion qui pourrait être renforcée par cette incise d’un autre privilège, obtenu à charge « de fournir deux exemplaires de chacun desdits ouvrages, l’un en nostre Bibliothèque […] & un en la Bibliothèque de nostre amé & feal le Sieur le Tellier Chancelier de France39 ».

  • 40 In libros Clementinarum commentarii, Paris, chez Billaine, 1680. Dédicace non paginée.
  • 41 Le privilège avait été obtenu pour six ans, le 22 février 1680.

15Le dernier haut représentant de l’élite parisienne honoré d’une dédicace est Claude Le Peletier, « pair et conseiller d’Etat », qui était lui-même un protégé du chancelier Le Tellier. Auteserre loue dans cette épître datée du 25 mars 1680 les titres juridiques du futur ministre d’État, et notamment sa participation à la renaissance du droit romain dans la capitale. Mais surtout, et cela nous intéresse plus particulièrement dans cette étude sur les relations, la dernière partie constitue une demande explicite d’intégrer sa clientèle : « Je te prie de recevoir un auteur déjà octogénaire, aspirant de toutes ses forces à entrer dans ton obéissance, et de daigner l’admettre parmi tes clients »40. Nous ne savons rien de plus concernant cette dépendance, sinon que l’ouvrage qui devait « être prochainement édité » le fut un peu tardivement, ayant été achevé d’imprimer le 8 février 1681 à Paris, par Billaine41.

Le caractère des épîtres

  • 42 Sylvie Le Clech-Charton, art. cit., p. 541.
  • 43 Alain Niderst, « Le contexte dans les livres du XVIIe siècle », dans Papers on French Seventeenth C (...)

16Venons-en maintenant à la forme de ces épîtres, à leur caractère. Si le but principal de la dédicace est évidemment de « faire accepter et diffuser l’œuvre imprimée42 », il convient de remarquer avec Alain Niderst que « l’hyperbole s’impose43 ». Cela résume admirablement l’ancien propos de Richelet, qui mérite d’être cité :

  • 44 Pierre Richelet, Les plus belles lettres françoises sur toutes sortes de sujets […] avec des observ (...)

Ce que le Sonnet est dans la Poësie, l’Epître dédicatoire l’est dans la Prose : c’est un chef-d’œuvre, quand elle est bien faite. Il faut, pour y réüssir, trouver aux actions de son Héros, quelque chose de vrai & de grand, qui lui soit particulier, & qui le distingue de quelque autre personne que ce soit. On met en son plus beau jour ce qu’on a trouvé ; parlant d’une manière nouvelle & délicate à celui à qui l’on rend des témoignages publics de son respect. On l’oblige, avec esprit, d’agréer ce qu’on prend la liberté de lui offrir. L’air dont on s’exprime dans les Epîtres dédicatoires, doit n’avoir aucune apparence de flatterie & être plus brillant, plus fleuri, plus éxact & plus soutenu que dans les Lettres ordinaires. Le Panégyrique le demande de la sorte. L’Epître dédicatoire en est un, & c’est tout dire.44

  • 45 Yannick Nexon, art. cit., p. 203. Cette étude se voulait exhaustive (117 dédicaces, de 93 auteurs), (...)

17Ce genre littéraire décrié a pourtant ses mérites, et « au xviie siècle, c’est par l’intermédiaire des ouvrages dédiés qu’apparaît l’importance réelle du mécène dans le monde des lettres »45. En outre, nous glanerons ici ou là de précieuses informations sur la manière dont Auteserre concevait sa charge professorale. Voyons donc leurs caractéristiques, et si elles répondent aux habitudes.

Des protecteurs naturels

  • 46 Steeve Uomini, art. cit., p. 319.
  • 47 Yannick Nexon, art. cit., p. 209.

18Le premier aspect des épîtres est d’« établir un lien thématique entre le dédicataire et le sujet du texte préfacé46 ». En effet, « il s’agit de prouver que l’œuvre revient naturellement à son bénéficiaire, « comme les eaux retournent en la mer d’où elles sont venues » (dédicace de Cardin Le Bret, Œuvres, 1635)47 ». Et ici, Auteserre se plie aux règles du genre. À qui dédier, sinon à Séguier, une histoire d’Aquitaine ?

car elle se souvient de ses origines, et se rappelle qu’il lui a été arraché pour l’heureux destin de la France […]. Qu’elle gémisse l’Aquitaine ! mais elle est consolée de cette perte en raison de ta dignité et du bien public : Que j’en sois privée, dit-elle, pourvu qu’il gouverne.

  • 48 Dédicace du premier tome des Rerum Aquitanicarum, 23 mai 1648.
  • 49 Dédicace du second tome des Rerum Aquitanicarum, 14 mars 1657.
  • 50 Dédicace des commentaires des décrétales d’Innocent III, 1er juillet 1659. Il est à noter que l’inc (...)

19Le tableau ne serait pas complet s’il manquait un bouquet final : « l’Aquitaine te félicite, et exulte comme une mère de la dignité de son enfant48 ». En 1657, l’Aquitaine est celle qui « toute ruinée par les événements, traversée de ruines, n’oubliera jamais qu’elle fut restaurée par la douceur de [s]on gouvernement49 ». Mais outre le lieu de sa naissance, le chancelier influença la carrière d’Auteserre, et le fit nommer professeur. Ainsi donc, le commentaire des Décrétales d’Innocent III, « issu pour la plus grande part de [ses] leçons à l’Université […] ne voit pas d’autre protecteur des études que celui qu’elles ont eues pour père50 ».

  • 51 Dédicace du premier tome des Fictionibus juris, 1er août 1659.
  • 52 Dédicace du second tome des Fictionibus juris, 24 mai 1676.
  • 53 Dédicace de l’Asceticon, 27 mars 1673. Sur la fiction, installée dans le champ non du littéraire ma (...)

20Les fictions du droit, ces « remèdes du droit […] par lesquels les juristes se débarrassent des cas trop difficiles et qui sont les clefs dorées qui ouvrent les secrets de la jurisprudence » trouvent évidemment leur patron en la personne du président du Parlement : « À qui donc sinon toi convenait le mieux cet ouvrage, toi qui cultives au plus haut point la charge sacrée de présider au droit ?51 ». Et « assurément, [il] ne sépare pas les offrandes, car l’œuvre qui a une fois trouvé grâce à tes yeux » se doit d’y revenir52. La suite du traité sur les fictions est naturellement dédiée au même Lamoignon. Ce dernier, tenant une magistrature qui n’est pas « séculière et militaire, mais bien plutôt un sacerdoce ou une institution ascétique », se voit également offrir le traité « des choses monastiques », l’Asceticon53.

  • 54 Dédicace des commentaires sur l’Histoire des Frances de saint Grégoire, 4 octobre 1678.

21Que sont les Institutes de Justinien, sinon « les rudiments du droit civil » ? Et comme « rien ne s’approche tant de la chose publique que la science du droit romain », il convient de chercher un patronage chez celui qui tient « en main le faste des œuvres royales », donne « le ton des réjouissances », et s’occupe du trésor royal. Colbert fera donc l’affaire. Mais ce dernier se verra confier une autre tâche, celle de faire « orner les lettres par l’étude de l’histoire nationale ». Il lui revient alors de patronner ce commentaire des livres historiques de Grégoire de Tours, qui est « utile à l’amélioration et à l’illustration de l’histoire des Francs54 ».

  • 55 Dédicace du premier tome des commentaires de droit romain, 4 octobre 1678.

22La source même du droit ne saurait être négligée, et les commentaires de droit vont trouver en la personne du roi, fons juris, leur seigneur naturel. Cependant, en 1678, alors que le droit romain est encore officiellement exclu de l’Université de Paris, Auteserre éprouve quelque difficulté à ajuster ce lien entre le roi et le droit romain. Le subterfuge employé est à chercher du côté des « bienfaits de la paix, et la pleine restitution des études, qui est l’ornement de la paix55 ». Le second tome, dédié après le rétablissement du droit romain, laisse apparaître l’exultation du professeur :

  • 56 Dédicace du second tome des commentaires de droit romain, 30 juillet 1682.

Il est arrivé opportunément ce jour où, les frontières de la France étant rétablies, Vous avez restitué le Droit civil des Romains avec une telle célérité heureuse, que jamais plus on ne le voie exilé, tant est élevé le pouvoir du Grand Prince !56

  • 57 Dédicace des commentaires sur Anastase, 1er mars 1679.

23Quant au chancelier Le Tellier, lui sont réservées « les notes et observations sur la Vie des papes d’Anastase à plusieurs titres ». D’abord, en vertu de sa « révérence et piété » pour « l’Église romaine et le Siège Apostolique ». Et ensuite, parce qu’il se plaît à observer « les monuments, les traces de la foi gallicane venus de la gloire des temps premiers, de l’antiquité sacrée et profane57 ».

  • 58 Christian Jouhaud et Hélène Merlin, art. cit., p. 47-62 (§7).
  • 59 Dédicace des commentaires sur les Clémentines, 25 mars 1680.

24Seul contre-exemple de cette pratique chez Auteserre, la dédicace de ses commentaires des Clémentines, adressée à Le Peletier. Notre juriste « n’a pas élu d’autre défenseur et patron » que le conseiller d’État car il « aime les lettres et les littérateurs ». Cela semble un peu bref comme justificatif, mais correspond à un enjeu de l’épître, viser « un bien en soi, les Lettres58 ». Il reviendra en fin de lettre sur un second motif, aussi peu probant. Comme Le Peletier fut conseiller dans l’affaire du rétablissement du droit romain, « et pour ne pas croire le Droit canonique condamné », Auteserre entreprit cette œuvre qui touche à la « pratique foraine, laquelle nous utilisons59 ». On le voit, le parallèle est quelque peu boiteux, et la démonstration peu convaincante.

Des protecteurs estimables

  • 60 Wolfgang Leiner, « Du portrait dans les épîtres liminaires », Cahiers de l’Association internationa (...)
  • 61 Id., « Lieux communs et discours encomiastique », CAIEF, 1997, n° 49, p. 89.

25Le deuxième aspect de ces épîtres est le fait d’attirer la bienveillance. Quoique cette mise en bouche ne soit pas propre à ce genre, « l’éloge du protecteur est un élément important mis au service de la captatio benevolentiæ60 ». De fait, nous trouvons chez Auteserre tous les composants de l’éloge, ce que Wolfgang Leiner appelait les lieux communs du discours encomiastique. Ce dernier affirme que « si les auteurs accordent tant de place aux topoi épidictiques, c’est que le genre dédicatoire l’exige61 ». Parmi ceux-ci, nous trouvons l’exaltation de la race, des vertus, de la beauté ou de la force, etc…

  • 62 Dédicace du premier tome des Rerum Aquitanicarum, 23 mai 1648.
  • 63 Dédicace du second tome des Rerum Aquitanicarum, 14 mars 1657.
  • 64 Steeve Uomini, art. cit., p. 325.

26En premier lieu, la réputation de la race, la noblesse de la famille. Ce lieu commun touche d’ailleurs tant aux ascendants qu’aux descendants. Ainsi, s’adressant à Séguier, Auteserre magnifie « les nobles Séguier […] parmi les plus anciens ornements de leur patrie, source d’illustres héros », et flatte « [s]on gouvernement et celui de [s]es ancêtres62 ». Et de manière complémentaire, loue en l’Aquitaine « celle qui montre le berceau séculaire de l’illustre famille, et célèbre la mémoire d’un noble sénéchal cadurcien de [s]es ancêtres63 ». Cela s’apparente à ce que faisait son contemporain Grenaille, qui insistait « d’autant sur la « vertu » de la maison des Séguier qu’elle serait sensiblement améliorée en la personne du garde des Sceaux64 ».

  • 65 Dédicace du premier tome des Fictionibus juris, 1er août 1659.
  • 66 Dédicace du premier tome des Commentaires de droit romain, 4 octobre 1678.

27Offrant à Lamoignon ses premiers traités sur les fictions, il insiste sur « les recommandations de [sa] naissance », puis en vient à louer « les semences de la plus haute vertu [présentes] dans tes enfants […] comblés d’autant de qualités que tu pouvais, et qui en font des héritiers-nés ». Il tempère toutefois son propos en s’exclamant : « Réjouis-toi, père très heureux, de ceux que tu as engendrés pour la République, plus que de tes enfants65 ». S’adressant à Louis XIV, il manie le chiasme et s’exprime de la sorte : « Bienheureux qui est né frère des mérites […]. Bienheureux qui se trouve aidé par un Dauphin, et en même temps qui l’éduque66 ». Enfin, nous le voyons adresser à Le Tellier des compliments pour lui et sa progéniture :

  • 67 Dédicace des commentaires sur Anastase, 1er mars 1679. En effet, deux enfants du chancelier occupai (...)

Tu es né tout entier de la chose publique, et tu exerces avec gloire les plus grandes charges royales, non seulement par toi, mais par tes enfants, et grâce aux vertus de ta semence, tu administres heureusement les plus grandes parts de l’Église et de l’État.67

  • 68 Steeve Uomini, art. cit., p. 326.

Cela corrobore « l’association étroite entre les charges et la naissance », qui s’observe de manière récurrente68.

  • 69 Bernard Bray, « La louange, exigence de civilité et pratique épistolaire au xviie siècle », dans Di (...)
  • 70 Steeve Uomini, art. cit., p. 330.

28En second lieu, il s’agit de démontrer les vertus et qualités, tant physiques qu’intellectuelles, du dédicataire. Les exemples sont trop nombreux pour que nous les puissions tous citer. Voici cependant un florilège de cette « exigence de civilité69 », répartie selon plusieurs thèmes. L’art de diriger est bien entendu une qualité appréciable chez ces hommes de pouvoir : « les caractéristiques intellectuelles ont généralement trait à l’aptitude au gouvernement70 ».

  • 71 Dédicace du premier tome des Rerum Aquitanicarum, 23 mai 1648. Cette citation des Sylves de Stace ( (...)
  • 72 Dédicace des commentaires des décrétales d’Innocent III, 1er juillet 1659.
  • 73 Dédicace du premier tome des Fictionibus juris, 1er août 659.
  • 74 Dédicace de l’Asceticon, 27 mars 1673.
  • 75 Dédicace du commentaire sur les Institutes, 24 septembre 1664.

29Commençons par le chancelier Séguier, qu’Auteserre félicite « du don que l’on t’a fait de l’un et l’autre commandement militaire : et ferrum mulcere toga71 ». Autre part, il souligne qu’il « gère le bien civil comme un sacerdoce, défend l’Église d’un même élan que l’État, et maîtrise le droit pontifical et le droit civil comme un mancipium72 ». Lamoignon quant à lui, est revêtu « au plus haut point [de] la charge sacrée de présider au droit, non seulement par [son] sénat, mais par [sa] connaissance des affaires de la France entière »73. Admirable est donc ce « magistrat qui achève un sacerdoce au tribunal, ne rejette pas le regard de Dieu dans le tumulte des affaires terrestres74 ». Colbert, choisi par le roi pour son « habileté à gouverner », participa « aux affaires, non au cas par cas ou comme un étranger, mais en propre, et après y avoir réfléchi au mieux. Quel fut le jugement du Prince, cela est prouvé par le dénouement des choses dont [il] s’occupe75 ». Il sert « le fisc, non pour [ses] intérêts privés, mais selon les intérêts publics », et « la France entière dit le bien qu’elle pense » de la manière dont il gère ses finances. Ailleurs, Auteserre écrit que Colbert « suffisamment versé dans toutes les affaires […] brûle du désir de tout ce qui a trait à la dignité et à la gloire du Royaume ». Quant à Le Tellier, il loue le « zèle singulier » de ses conseils, sans qu’il y ait lieu de s’en étonner :

  • 76 Dédicace des commentaires sur Anastase, 1er mars 1679.

depuis longtemps déjà nous avons appris combien tu vaux dans la conduite des affaires intérieures et extérieures. À travers tous les grades des dignités, tu es parvenu, méritant au mieux dans chacun, au faîte des honneurs.76

  • 77 Dédicace des commentaires sur les Clémentines, 25 mars 1680.
  • 78 Dédicace du premier tome des commentaires de droit romain, 4 octobre 1678. Effectivement, la Paix d (...)

30Le Peletier, qui s’est acquitté « de diverses charges de l’État : président au Parlement, maire de Paris, conseiller d’État » a partout « prouvé être digne des anciens77 ». Mais le plus apte à gouverner reste encore le roi, surtout dans son rôle de pacificateur : « la France, la Chrétienté entière, rendent grâce à [Sa] Majesté d’avoir rétabli la paix ». Celui-ci sut garder « dans les limites du Royaume, la douceur de vivre, tandis que la guerre était repoussée dans les provinces ennemies78 ».

  • 79 Dédicace du premier tome des Rerum Aquitanicarum, 23 mai 1648.

31Viennent ensuite les qualités morales, de toutes sortes. Le meilleur profil est décerné au chancelier Séguier, en qui réside trois des quatre vertus cardinales, la tempérance étant remplacée par la piété : « Nous louons et admirons les vertus héroïques qui emplissent ton âme dans un accord splendide : la piété, la justice, la sagesse, la force ». Auteserre détaille ensuite les réalisations de son protecteur dans chacune de ces vertus : les richesses « possédées non comme le vulgaire, pour la volupté et les délices, mais comme un viatique de la vertu et un soulagement des pauvres » ; la justice qui, entre autres, « contient les puissants dans leurs offices » ; la sagesse « non feinte mais vraiment naturelle […] qui défend à l’intérieur la tranquillité, propage à l’extérieur […] la majesté du règne, rend à la France ses anciennes frontières et son lustre […] et promet la paix » ; la force qui se joint au conseil « dans les arcanes du Prince […] pour une victoire qui n’a pas coûté de sang79 ».

  • 80 Dédicace du premier tome des Fictionibus juris, 1er août 1659.
  • 81 Dédicace de l’Asceticon, 27 mars 1673.
  • 82 Dédicace du commentaire sur les Institutes, 24 septembre 1664.
  • 83 Dédicace des commentaires sur l’Histoire des Frances de saint Grégoire, 4 octobre 1678.
  • 84 Dédicace des commentaires sur Anastase, 1er mars 1679.
  • 85 Dédicace des commentaires sur les Clémentines, 25 mars 1680.
  • 86 Dédicace du second tome des commentaires de droit romain, 30 juillet 1682.
  • 87 Sylvie Le Clech-Charton, art. cit., p. 540.

32Lamoignon est paré d’une manière sublime : tantôt sont loués « [sa] justice et le renom de [sa] rectitude », lui l’« homme juste et sage80 », tantôt sa piété refait surface, lui à qui « rien [n’est] plus agréable que de parler de Dieu et des choses pieuses », et qui est « la voix de celui qui prie pour l’utilité publique »81. Colbert se voit tour à tour loué pour son honnêteté dans la gestion du fisc royal, aidé par « les origines d’une nature propre et les leçons d’une continence innée82 », puis chanté pour « la science, la diligence, et le sentiment » dont il fait montre83. Le Tellier est successivement pieux, dévot, de bonne volonté, zélé, fidèle, appliqué, méritant, glorieux84. Le Peletier pour sa part, amateur « des lettres et des littérateurs », est doté « de tant de qualités » qu’il est superflu de les mentionner85. Le roi, enfin, possède une « âme magnanime », lui qui conçut « la paix et la discipline des études parmi le tumulte des guerres86 ». Ce rôle d’artisan de paix, tout à la gloire du roi, occupe une place prépondérante dans cette dédicace, et répond au canon littéraire : « les épîtres à de très grands personnages […] rendent compte de ce phénomène, où la mise en exergue de la ‘gloria’ du dédicataire forme l’unique trame du discours87 ».

  • 88 Wolfgang Leiner, « Lieux communs… », art. cit., p. 86.

33Dans ces éloges de grands et surtout de rois, « le topos de comparaison et le topos d’exagération consistent à affirmer que le personnage auquel est rendu hommage égale ou dépasse les grands hommes ayant vécu avant lui88 ». Séguier l’Aquitain « imite le sort ancien » :

  • 89 Dédicace du premier tome des Rerum Aquitanicarum, 23 mai 1648.

[…] l’Aquitaine [le] céda pour [l]’élever à la questure des Gaules et au faîte des honneurs. De la même manière jadis, les légations de Galba et d’Agricola furent suivies, selon la coutume, du consulat et de l’augure.89

  • 90 Dédicace de l’Asceticon, 27 mars 1673.

Lamoignon, « à l’exemple de Moïse », se tient « perpétuellement auprès du Prince comme intercesseur pour le peuple, et, restant sauve l’obéissance due à la Majesté royale, comme un tuteur fidèle90 ». Dans l’épître adressée à Le Tellier, ce sont nos rois de France qui sont à l’honneur :

  • 91 Dédicace des commentaires sur les Clémentines, 25 mars 1680.

L’Italie fut arrachée au joug armé des Lombards par Pépin et Charlemagne, en même temps qu’ils permirent la création du patrimoine de Saint-Pierre ; et le bienfait de nos Rois est plus grand que celui de Constantin.91

  • 92 Dédicace du second tome des commentaires de droit romain, 30 juillet 1682.

34Mais l’apothéose est encore une fois réservée au souverain : « Vous rivalisez avec Justinien, qui, une fois la guerre achevée contre les Perses et les Vandales, une fois reprise la ville de Carthage, composa la grande œuvre du Droit civil92 ».

  • 93 Christophe Blanquie, op. cit., p. 40.
  • 94 Il en donne une troisième, de saint Augustin « una est optima causa studiorum, ut honoretur Deus » (...)

35L’on remarque cependant le « faible nombre de références explicites ». Il ne s’agit jamais de faire assaut d’érudition mais de susciter la connivence en procurant « le plaisir de la reconnaissance93 ». Cela est tellement vrai qu’Auteserre, qui pourtant cite plus de trois cents auteurs dans ses œuvres, ne donne que deux citations94 : Stace, sans mentionner la source, « et ferrum mulcere toga » et Horace : « Notus in fratrem animi paterni » (Carmina 2, 2, 6), ainsi que deux allusions à des lois romaines (L. 2 C. De vet. iur. enucleand. ; L. divi fratres ; Dig. De jure patron.).

Des protecteurs romanistes

  • 95 Il y a exactement sept dédicaces sur douze qui y ont trait : une à Séguier (1659), une à Lamoignon (...)
  • 96 Dédicace du premier tome des Fictionibus juris, 1er août 1659.

36Un aspect particulier des épîtres dédicatoires d’Auteserre mérite d’être souligné, le rattachement à l’étude du droit romain. En effet, plus de la moitié des dédicaces font mention de la science du droit ou de son enseignement. Et de plus, tous les grands sont au moins une fois concernés95. Cet aspect des choses est très révélateur de l’esprit d’Auteserre, professeur des deux droits, attaché à la noblesse du droit romain. Il revient d’ailleurs à deux reprises sur « l’erreur populaire qui imaginait la Majesté royale offensée si l’on entendait la loi romaine, loi étrangère et hostile96 ». Il déclara au roi, dans une magnifique pétition de principe :

  • 97 Dédicace du second tome des commentaires de droit romain, 30 juillet 1682.

Les lois seront entendues même dans la capitale, non en tant qu’étrangères mais en tant que nationales, ou du moins, nées à nouveau avec un fondement solide. L’erreur des anciens est rejetée, qui croyait la Majesté royale heurtée par l’admission d’une loi étrangère. Cette sentence est mieux assise, qui fait sien et propre tout ce qui profite à la République. Et la loi romaine est reçue non à titre de loi, mais comme raison écrite, qui est commune à tous les mortels, qui ne commande pas mais conseille.97

Ainsi, en ce qui concerne la grande affaire du rétablissement de l’enseignement du droit romain à Paris, il loue Lamoignon par qui

  • 98 Dédicace du premier tome des Fictionibus juris, 1er août 1659.

heureusement, le Droit romain exilé hors des frontières françaises a été restitué […] et qui, auparavant à peu près oublié, a ressuscité, et nous a en quelque sorte rendu, non sans augure, l’empire romain.98

Il encense Le Tellier qui s’applique « par un zèle singulier […] à restituer le Droit civil » et apostrophe Le Peletier en ces termes :

  • 99 Dédicace des commentaires sur les Clémentines, 25 mars 1680.

Que s’accroisse de jour en jour la gloire du Droit civil qui nous a été rendu, jusqu’à faire pâlir même les Romains ! Que ta postérité sache que tu fus un des juges donnés par le Prince, et que ton apport à cette affaire ne fut pas mince.99

Si, en 1678, Auteserre espère du roi « les bienfaits de la paix et la pleine restitution des études », en 1682 il ne peut qu’exulter :

  • 100 Dédicace du second tome des commentaires de droit romain, 30 juillet 1682.

par Vous a été instaurée avec succès la méthode d’apprentissage du droit kata πodά, pied à pied, imposée par Justinien, laquelle j’ai toujours suivie et je tenais religieusement, rejetant la masse des commentaires, qui obscurcissent plus l’esprit qu’ils ne l’élèvent, et recouvrent plus les lois de ténèbres que de lumières.100

37Auteserre montre également un côté de sa personnalité, qui se laisse plus facilement cerner par les épîtres que par le reste de son œuvre. C’est son loyalisme envers le roi et l’État. Il procède à un rattachement quasi systématique des faits et gestes aux actions du roi. Même Séguier, qui fut un temps frondeur, reçoit cet éloge : parce qu’il gérait « au mieux le gouvernail de la République », il fut introduit dans « l’œil du Prince ». Auteserre semble tempérer ceci par une louange assez curieuse, qui renverse la hiérarchie : « Qu’il soit permis de dire bienheureux le Prince qui t’a associé à son travail, et fait participer à ses charges ».

38Les preuves de son loyalisme sont plus particulièrement vérifiées au sujet des autres protecteurs, qui apparaissent comme des créatures du monarque. À propos de Lamoignon venant de recevoir, de Mazarin pourtant, la charge de premier Président du Parlement (2 octobre 1658), il s’enthousiasme :

  • 101 Dédicace du premier tome des Fictionibus juris, 1er août 1659.

le fait de ton élection fait célébrer le jugement du Prince qui t’a choisi, et cela nous fait comprendre ce qu’il y a à espérer d’un tel règne […] lui qui nomme, durant la paix, l’homme adéquat pour qu’il rendît aux peuples leurs droits et leur procurât le bienfait si grand de la paix.101

Ou encore quand il s’agit de Le Peletier, que le

  • 102 Dédicace des commentaires sur les Clémentines, 25 mars 1680.

Roi Très-Chrétien associa à ses conseils […] car de droit, toutes les mines d’or et d’argent appartiennent au Prince. Il comprit, ce Roi, que tu es né non pour le Parlement ou pour la ville, mais pour l’État. Que vive le très grand Prince de longues années, et toi aussi, car tu l’as suivi pour le bien des affaires.102

Pareillement à propos de Colbert, « très digne du jugement du Prince », il relate les merveilles qu’il opère

  • 103 Dédicace du commentaire sur les Institutes, 24 septembre 1664.

non pour ses délices propres mais pour le Royaume et la protection de la Chrétienté. Par les forces et dépenses de cette œuvre, l’empire Romain fut défendu contre les Turcs. Par cette action, les mers furent purgées des prédateurs africains, et l’espoir d’un commerce à nouveau florissant restitué. […] Et déjà les mers et les vastes terres, le ciel et les astres, par l’effet d’une réunion désirée, marchent sous un seul maître, Louis. Rien ne doit être tu dans l’éloge de ce grand Prince, et rien ne t’es plus suave que d’entendre le concert des louanges du Roi. Et si dans tout ceci tu as pris une part, elle n’est pas tienne, mais relève plutôt du Prince, car tu es son conseiller, et tu te réjouis d’en recevoir le fer103.

  • 104 Wolfgang Leiner, « Du portrait […] », art. cit., p. 153.

39Comment ne pas penser ici à la réflexion de W. Leiner : « la volonté de flatter des protecteurs oblige les auteurs à un choix circonstancié. L’intention de plaire les contraint à accentuer, à exagérer, à inventer même certains aspects »104.

  • 105 Christophe Blanquie, op. cit., p. 25
  • 106 Dédicace de la Constitutio Constantini de episcopali judicio vindicata. Adversus Jacobum Gothofredu (...)

40L’on peut encore noter chez Auteserre, comme cela fut souligné à propos de Dupleix, « l’absence de dédicataire pour les ouvrages les plus polémiques105 ». S’il ne fut pas polémiste, il publia quand même cinq lettres de riposte, trois contre Jean de Launoy, une contre un bénédictin, et la dernière contre une interprétation erronée de Jacques Godefroy. Seule celle-ci, ne concernant qu’une explication donnée par un juriste trépassé, fut publiée avec dédicace, à l’intendant Guillaume de Sève en 1672. Mais cette dédicace est du plus simple apparat : « Illustrissimo Viro, Domino Guillelmo de Seva, Domino Castellonis, Comiti Consistoriano Magistro libellorum sacri Palatii & Curatori Aquitaniæ106 ».

  • 107 Sylvie Le Clech-Charton, art. cit., p. 540.
  • 108 Dédicace du second tome des Rerum Aquitanicarum, 14 mars 1657.
  • 109 Wolfgang Leiner, « Lieux communs… », art. cit., p. 89.
  • 110 Dédicace du commentaire sur les Institutes, 24 septembre 1664.
  • 111 Dédicace des commentaires sur l’Histoire des Francs de saint Grégoire, 4 octobre 1678.

41En principe, « une dernière captatio benevolentiæ intervient pour demander humblement un bon accueil à l’œuvre, qui n’est toujours qu’un ‘libellum’ ou un ‘opusculum’ indigne de la considération d’un grand personnage tel que le dédicataire107 ». Il espère que « ses études quelconques » ne déplairont pas108. Il parle de ses « petites observations » sur la Vie des papes d’Anastase. De plus, « les auteurs se montrent humbles et modestes109 ». Auteserre fut assurément humble : il se dit « un des plus petits professeurs » de l’Université de Toulouse110 ; il espère, comme « doux prix de [ses] études que cet ouvrage, et bien plus la valeur des choses qu’il contient », plaise à son protecteur111. Il estimait au sujet de ce commentaire sur l’Histoire des Francs : « mon œuvre ne serait pas vaine, si par moi était vengée la renommée de l’évêque, ainsi que la chaire et les mérites du successeur de saint Martin ». Il évoque, au sujet des Clémentines, les précédents commentaires de Jean d’André :

  • 112 Dédicace des commentaires sur les Clémentines, 25 mars 1680.

lui qui fut un des princes du droit canonique », et termine ainsi son propos : « quoique je me sente de loin indigne, cependant je n’ai pas hésité à cueillir un épi dans ce vaste champ. Après la moisson, vient le glanage.112

Enfin, l’aboutissement de la lettre se doit d’être soigné. Comme l’atteste Grimarest :

  • 113 Jean-Léonor Le Gallois de Grimarest, op. cit., p. 109.

c’est une nécessité que la dernière phrase de la Lettre soit en seconde personne afin que le pronom possessif qui accompagne le titre d’honneur qui fait partie de la souscription, ait un antécédent : autrement ce seroit un défaut de construction.113

Auteserre se plie toujours à cette règle de bienséance. Autre règle à observer :

  • 114 [René Milleran], Le nouveau secrétaire du cabinet…, Paris, 1719, p. 30.

ne mettez jamais le mot de Sujet que quand vous écrivez à votre Roi, ou au Prince de qui vous dépendez absolument ; autrement cette trop grande soumission marquant une dependance, lui seroit injurieuse.114

Cette règle fut scrupuleusement observée par Auteserre, qui ne se dit subditus que de Louis XIV.

••

42L’étude des épîtres dédicatoires de ce professeur de droit provincial aboutit à deux résultats. Le premier a trait à l’insertion de l’auteur dans le monde littéraire, qu’il connaît et dont il respecte les cadres. Il sait se montrer digne de la République des lettres, tant par le style châtié d’un latin recherché, que par la soumission aux codes du discours élogieux. Mais il reste juriste, n’oubliant pas de rapporter au droit la gloria de ses protecteurs. Le second résultat lui est peut-être lié, et dénote en tout cas une tendance assez partagée. Les pratiques dédicatoires révèlent l’ascension de cet auteur, qui commence par dédier ses œuvres à des notabilités locales, et finit par les offrir au roi. En définitive, ce genre littéraire suit et accompagne la progression de l’auteur, et révèle à bien des égards l’affermissement d’une carrière. C’est à n’en pas douter un témoignage à ne pas négliger.

Haut de page

Notes

1 « La mode elle-même impose les dédicaces dans la quasi totalité des ouvrages publiés entre 1630 et 1660, provoquant en contrepartie des parodies ou des critiques acerbes », voir Yannick Nexon, « Les dédicaces au chancelier Séguier », xviie Siècle, n° 167, 1990, p. 207.

2 Ainsi que l’affirme Willbrord-Christian Van Dijk, « Remarques sur les ‘Epîtres dédicatoires’ des xviie et xviiie siècles », dans Revue française d’histoire du livre, t. LII, n° 40, 1983, p. 207-208 : « aucune épître dédicatoire n’est insignifiante et […] il y a toujours quelque avantage à en prendre connaissance ». Le même auteur insiste plus loin sur l’intérêt qu’il y aurait « à pousser une étude systématique des épîtres dédicatoires comme source de renseignements sur l’histoire du livre et des mœurs littéraires ». Sur ce dernier point, voir Élie Haddad, dans « Écriture et usages de la dédicace au xviie siècle : autour du Roland Furieux de Jean Mairet (1640) », Temporalités, n° 3, 2006, p. 107-127 ; Laurence Giavarini et Élie Haddad, « L’art de la dédicace selon Jean Mairet », dans Littératures classiques, n° 65, 2008, p. 35-48.

3 Sylvie Le Clech-Charton, « Les épîtres dédicatoires et les secrétaires du roi (1515-1547), ou le portrait de l’honnête homme au siècle de la Renaissance », dans Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. LI, 1989, n° 3, p. 552.

4 Christian Jouhaud et Hélène Merlin, « Mécènes, patrons et clients. Les médiations textuelles comme pratiques clientélaires au xviie siècle », Terrain, n° 21, 1993, p. 47-62 (§26).

5 Toutes ses dédicaces, comme le reste de ses œuvres, sont latines. Nous utilisons notre propre traduction, sans toutefois reproduire le texte original, ce qui augmenterait par trop la longueur de cette étude.

6 De Ducibus, et Comitibus Provincialibus Galliæ […], Tolosæ, Apud Arnaldum Colomerium […], 1643.

7 Christophe Blanquie, Les Épîtres dédicatoires de Scipion Dupleix, Paris, Kimé, 2008, p. 17.

8 Roland Mousnier, Les Institutions de la France sous la monarchie absolue, 1598-1789, t. 1, Paris, PuF, 1974, p. 89-90.

9 Alain Viala, Naissance de l’écrivain, Paris, éditions de Minuit, 2003, p. 53.

10 Louis Greil (éd.), « Vie de M. d’Hauteserre », Bulletin de la société des études du Lot, t. XXVIII, 1903, p. 88.

11 BnF, Fonds Français, vol. 17390, f°143. Arlette Jouanna rappelle que « la relation de clientèle […] s’exprime dans un langage très fortement affectif : l’inférieur proteste de son ‘amour’, de sa ‘passion’ et crie son désespoir s’il s’estime délaissé par son maître », article « Clientèles », dans Dictionnaire de l’Ancien Régime (dir. Lucien Bély), Paris, 2003, p. 268.

12 Jean-Léonor Le Gallois de Grimarest, Considerations sur le stile épistolaire et le cérémonial dans le commerce de Lettres, Nancy, 1745, p. 114, [Kessinger Legacy Reprints, 2009].

13 Curieusement, la lettre originale de dédicace (BnF, Fr. 17395, f°61) fut légèrement modifiée en vue de l’impression, gommant ce caractère de clientèle. La souscription olographe est « Amplitudinis Vestræ, devotissimus cliens », celle qui se retrouve dans l’imprimé est « Celsitudinis vestræ, devotissimus ».

14 Le 27 octobre 1658, il écrivit à Baluze : « […] je ne perds point de temps à travailler à mon Innocent 3. Je suis parvenu au 5e livre », Lettre II, (BnF, Baluze, 361, f°17), reproduite dans Philippe Tamizey de Larroque, Lettres inédites d’A. Dadine d’Auteserre, publiées avec notice, notes et appendice, Paris-Bordeaux, 1876, p. 26.

15 Le pouvoir dut considérer cet ouvrage plus polémique que le traité des fictions de droit, car pour ce dernier, le privilège fut obtenu « die ultima Junii 1659 », la dédicace date du 1er août, et l’achevé d’imprimer du 9 août « Hæc prima editio absoluta fuit die 9. Augusti 1659 ». L’on ne peut sinon s’expliquer une telle différence de traitement entre deux ouvrages d’un même auteur confiés au même imprimeur.

16 Lettre VI, 29 avril 1664 (BnF, Fr. 17404, f°60), reproduite dans Philippe Tamizey de Larroque, op. cit., p. 29-30. Ici, et pour les références suivantes de Ph. Tamizey de Larroque, nous donnons la transcription de ce critique.

17 Lettre VIII, 15 avril 1666 (BnF, Fr. 17408, f°81), reproduite dans Philippe Tamizey de Larroque, op. cit., p. 31.

18 Steeve Uomini, « Enjeux historiographiques des représentations nobiliaires : l’exemple des épîtres dédicatoires », dans Chantal Grell et Arnaud Ramière de Fortanier, Le second ordre : l’idéal nobiliaire. Hommage à Ellery Schalk, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1999, p. 316.

19 Lettre IX, 1er août 1666 (BnF, Fr. 17402, f°51), reproduite dans Philippe Tamizey de Larroque, op. cit., p. 31-32.

20 Lettre X, 3 août 1667 (BnF, Fr. 17410, f°7), reproduite dans Philippe Tamizey de Larroque, op. cit., p. 33.

21 Du moins, la première fois dans les œuvres imprimées, la dédicace adressée à Séguier du 1er juillet ayant connu les déboires que l’on sait.

22 Le fils d’Auteserre évoque le « grand nombre de ses lettres que j’ay trouvées parmi les papiers de mon père », Bibliothèque municipale de Cahors, Fonds Greil, n° 134 Œuvres meslées, f°66, lettre du fils d’Auteserre au fils de Lamoignon, du 2 septembre 1689.

23 Ferdinand Brunot, Histoire de la langue française, Paris, A. Colin, [1904], rééd. 1966, t. 4, p. 375.

24 Béatrice Coffen, Histoire culturelle des pronoms d’adresse, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 105.

25 Gaspard de Tende, Sieur de L’Estang, De la Traduction ou Règles pour apprendre à traduire la langue latine en la langue françoise [], Paris, 1660, p. 57, cité par F. Brunot, op. cit., p. 376.

26 Cette signature avait déjà été utilisée, le 3 décembre 1672, dans le libelle de controverse dédié à l’intendant Guillaume de Sève, Constitutio Constantini […] vindicata.

27 Lettre non datée, sans autre titre que la mention du destinataire « Ludovico Nubleo in Senatu Parisiensi Advocato » et cette signature : « Ant. Dadinus Alteserra S. D. » (Salutem Dicit ?). Le seul exemplaire localisé de cette lettre est inséré à la suite de l’Asceticon, à la bibliothèque de l’Université de Gand.

28 Dédicace du Commentaire sur les Institutes, 24 septembre 1664.

29 Brevis et enucleata expositio in Institutionum Justiniani libros quatuor, Autore Ant. Dadino Alteserra, antecessore Tolosano, Toulouse, 1679, Dédicace datée de Toulouse, du 24 septembre 1664 (non paginée). La lettre de Colbert est retranscrite dans Louis Greil (éd.), « Vie de M. d’Hauteserre », Bulletin de la société des études du Lot, t. XXVIII, 1903, p. 100 ; Antoine de Cathala-Coture, Mélanges de poésie, de littérature et d’histoire, par l’académie des belles-lettres de Montauban pour les années 1747, 1748, 1749 & 1750, Montauban, 1755, p. 301-304.

30 Une curiosité, dont nous ignorons – peut-être crassement – la raison, fait rajouter après le privilège royal le bandeau suivant : « A Tolose, Par Pierre d’Estey, Imprimeur à l’Enseigne de la Presse d’Or, près le Collège de Foix, 1664 ».

31 Ils s’étaient encore écrits en 1663, à la suite de la mort de Pierre de Marca, ancien archevêque de Toulouse duquel Baluze, ayant été le bibliothécaire, devint le biographe. Un détail intéressant est à noter au sujet de leurs rapports : selon La Chétardie, Instructions pour un jeune Seigneur, 1re partie, La Haye, 1710, p. 82 : « il faut toûjours mettre la datte au bas de la feüille, quand on écrit à des Personnes qualifiées », or cette dernière lettre (BnF, Baluze, 364, f°128) ne comporte ni date ni souscription, se rapprochant de l’usage informel de l’écriture « en billet ». Sur Baluze, voir Jean Boutier (dir.), Étienne Baluze, 1630-1718. Érudition et pouvoirs dans l’Europe classique, Limoges, Pulim, 2008.

32 Lettre XI, 10 mars 1676 (BnF, Baluze, 336, f°74), reproduite dans Philippe Tamizey de Larroque, op. cit., p. 33-34.

33 Notæ et observationes in X libros Historiæ Francorum B. Gregorii, Turonensis episcopi, et supplementum Fredegarii, Toulouse, 1679.

34 Épître dédicatoire de la traduction de Balthasar Gracian, L’homme de cour, citée par Suzanne Guellouz, « Du bon usage des textes liminaires. Le cas d’Amelot de La Houssaye », dans Littératures classiques, n° 13, 1990, p. 272.

35 Steeve Uomini, art. cit., p. 315.

36 Louis Greil (éd.), art. cit., p. 103. Nous nous permettons de relever ici une erreur dans la datation proposée par son fils. Celui-ci indique qu’il fit le voyage de Paris en décembre 1679, rentrant à Toulouse en août 1680. Il indique de plus que son père avait pour lors 78 ans, et qu’on venait de restaurer le droit romain dans la capitale. Ces éléments sont contredits par les dates des épîtres ou des lettres, ainsi que par l’édit de Saint-Germain restaurant les études romanistes, donné en avril 1679. Il nous semble qu’il faille remonter d’une année le voyage d’Auteserre à Paris. En effet, le 4 octobre 1678, il dédie depuis Toulouse deux ouvrages. Mais le 1er mars 1679, il dédie depuis Paris, et reçoit deux privilèges à titre personnel les 9 mars et 23 avril, qu’il cède par la suite. Enfin, sa dernière lettre date de Toulouse, du 20 décembre 1679. Le 25 mars 1680, une autre épître est datée de Toulouse, confirmant notre hypothèse. Auteserre fut donc vraisemblablement en la capitale de décembre 1678 à août 1679.

37 Nous tenons à exprimer notre plus vive reconnaissance à Lindsay Levy, bibliothécaire adjoint en charge des livres anciens de la bibliothèque des avocats de la faculté d’Edimbourg, qui nous a transmis les photographies dudit privilège, présent uniquement dans l’édition originale toulousaine, édition qui semble n’être conservée que là.

38 Recitationes quotidianæin varias partes digestorum & codicis, Toulouse, 1684. Dédicace non paginée.

39 Privilège accordé pour les commentaires de droit romain, 9 mars 1679. Cette pratique n’est pas inouïe, on la retrouve par exemple dans le privilège donné pour l’édition des Lettres de la vénérable Mère Marie de l’Incarnation, Paris, Louis Billaine, 1681, privilège imprimé après la p. 675 et dernière.

40 In libros Clementinarum commentarii, Paris, chez Billaine, 1680. Dédicace non paginée.

41 Le privilège avait été obtenu pour six ans, le 22 février 1680.

42 Sylvie Le Clech-Charton, art. cit., p. 541.

43 Alain Niderst, « Le contexte dans les livres du XVIIe siècle », dans Papers on French Seventeenth Century Literature, XVIII-35 (1991), p. 267.

44 Pierre Richelet, Les plus belles lettres françoises sur toutes sortes de sujets […] avec des observations sur l’art d’écrire les lettres [1687], Paris, 1705, t. 1, p. 196-197.

45 Yannick Nexon, art. cit., p. 203. Cette étude se voulait exhaustive (117 dédicaces, de 93 auteurs), mais ne l’est pas. Outre l’ignorance des trois volumes d’Auteserre dédiés au chancelier, Chr. Blanquie rapporte (op. cit., p. 49 n. 17), qu’est omis un ouvrage de Scipion Dupleix.

46 Steeve Uomini, art. cit., p. 319.

47 Yannick Nexon, art. cit., p. 209.

48 Dédicace du premier tome des Rerum Aquitanicarum, 23 mai 1648.

49 Dédicace du second tome des Rerum Aquitanicarum, 14 mars 1657.

50 Dédicace des commentaires des décrétales d’Innocent III, 1er juillet 1659. Il est à noter que l’incise sur l’origine universitaire de ces commentaires a disparu de l’épître imprimée en tête de l’ouvrage ; elle se trouve dans la lettre autographe conservée (BNF, Fr. 17395, f° 61).

51 Dédicace du premier tome des Fictionibus juris, 1er août 1659.

52 Dédicace du second tome des Fictionibus juris, 24 mai 1676.

53 Dédicace de l’Asceticon, 27 mars 1673. Sur la fiction, installée dans le champ non du littéraire mais dans celui du juridique, voir Cyrille Dounot, L’œuvre canonique d’Antoine Dadine d’Auteserre (1602-1682). L’érudition au service de la juridiction ecclésiastique, Thèse droit, Toulouse, 2011, 1re partie, chap. 2, sect. 2, § 2 L’étude des fictions de droit (à paraître en 2012).

54 Dédicace des commentaires sur l’Histoire des Frances de saint Grégoire, 4 octobre 1678.

55 Dédicace du premier tome des commentaires de droit romain, 4 octobre 1678.

56 Dédicace du second tome des commentaires de droit romain, 30 juillet 1682.

57 Dédicace des commentaires sur Anastase, 1er mars 1679.

58 Christian Jouhaud et Hélène Merlin, art. cit., p. 47-62 (§7).

59 Dédicace des commentaires sur les Clémentines, 25 mars 1680.

60 Wolfgang Leiner, « Du portrait dans les épîtres liminaires », Cahiers de l’Association internationale des études françaises (CAIEF) 1966, n° 18, p. 150.

61 Id., « Lieux communs et discours encomiastique », CAIEF, 1997, n° 49, p. 89.

62 Dédicace du premier tome des Rerum Aquitanicarum, 23 mai 1648.

63 Dédicace du second tome des Rerum Aquitanicarum, 14 mars 1657.

64 Steeve Uomini, art. cit., p. 325.

65 Dédicace du premier tome des Fictionibus juris, 1er août 1659.

66 Dédicace du premier tome des Commentaires de droit romain, 4 octobre 1678.

67 Dédicace des commentaires sur Anastase, 1er mars 1679. En effet, deux enfants du chancelier occupaient des postes importants : Charles-Maurice, évêque de Reims depuis 1671, et François-Michel, marquis de Louvois, ministre d’État à la guerre depuis 1677.

68 Steeve Uomini, art. cit., p. 326.

69 Bernard Bray, « La louange, exigence de civilité et pratique épistolaire au xviie siècle », dans Dix-septième siècle, n° 167, 1990, p. 135-153.

70 Steeve Uomini, art. cit., p. 330.

71 Dédicace du premier tome des Rerum Aquitanicarum, 23 mai 1648. Cette citation des Sylves de Stace (I, 4, 48, « adoucir le glaive par la toge ») renvoie aux commandements militaires et civils attribués au Préfet de la ville. Sur cette fonction, voir Sebastian Rucinski, Præfectus urbi. Le Gardien de l’ordre public à Rome sous le Haut-Empire romain, Poznan, 2009, p. 69-71.

72 Dédicace des commentaires des décrétales d’Innocent III, 1er juillet 1659.

73 Dédicace du premier tome des Fictionibus juris, 1er août 659.

74 Dédicace de l’Asceticon, 27 mars 1673.

75 Dédicace du commentaire sur les Institutes, 24 septembre 1664.

76 Dédicace des commentaires sur Anastase, 1er mars 1679.

77 Dédicace des commentaires sur les Clémentines, 25 mars 1680.

78 Dédicace du premier tome des commentaires de droit romain, 4 octobre 1678. Effectivement, la Paix de Nimègue venait d’être signée avec les Provinces-Unies (10 août 1678), mettant fin à la guerre de Hollande.

79 Dédicace du premier tome des Rerum Aquitanicarum, 23 mai 1648.

80 Dédicace du premier tome des Fictionibus juris, 1er août 1659.

81 Dédicace de l’Asceticon, 27 mars 1673.

82 Dédicace du commentaire sur les Institutes, 24 septembre 1664.

83 Dédicace des commentaires sur l’Histoire des Frances de saint Grégoire, 4 octobre 1678.

84 Dédicace des commentaires sur Anastase, 1er mars 1679.

85 Dédicace des commentaires sur les Clémentines, 25 mars 1680.

86 Dédicace du second tome des commentaires de droit romain, 30 juillet 1682.

87 Sylvie Le Clech-Charton, art. cit., p. 540.

88 Wolfgang Leiner, « Lieux communs… », art. cit., p. 86.

89 Dédicace du premier tome des Rerum Aquitanicarum, 23 mai 1648.

90 Dédicace de l’Asceticon, 27 mars 1673.

91 Dédicace des commentaires sur les Clémentines, 25 mars 1680.

92 Dédicace du second tome des commentaires de droit romain, 30 juillet 1682.

93 Christophe Blanquie, op. cit., p. 40.

94 Il en donne une troisième, de saint Augustin « una est optima causa studiorum, ut honoretur Deus » (Lib. 5 contr. Julian.), dans sa dédicace à N.-S. J.-C. de la deuxième partie de ses Dissertations de droit canonique, 15 septembre 1654.

95 Il y a exactement sept dédicaces sur douze qui y ont trait : une à Séguier (1659), une à Lamoignon (1659), une à Colbert (1678), deux à Louis XIV (1678 et 1682), une à Le Tellier (1679) et une à Le Peletier (1680).

96 Dédicace du premier tome des Fictionibus juris, 1er août 1659.

97 Dédicace du second tome des commentaires de droit romain, 30 juillet 1682.

98 Dédicace du premier tome des Fictionibus juris, 1er août 1659.

99 Dédicace des commentaires sur les Clémentines, 25 mars 1680.

100 Dédicace du second tome des commentaires de droit romain, 30 juillet 1682.

101 Dédicace du premier tome des Fictionibus juris, 1er août 1659.

102 Dédicace des commentaires sur les Clémentines, 25 mars 1680.

103 Dédicace du commentaire sur les Institutes, 24 septembre 1664.

104 Wolfgang Leiner, « Du portrait […] », art. cit., p. 153.

105 Christophe Blanquie, op. cit., p. 25

106 Dédicace de la Constitutio Constantini de episcopali judicio vindicata. Adversus Jacobum Gothofredum Antecessorem Genevensem, du 3 décembre 1672.

107 Sylvie Le Clech-Charton, art. cit., p. 540.

108 Dédicace du second tome des Rerum Aquitanicarum, 14 mars 1657.

109 Wolfgang Leiner, « Lieux communs… », art. cit., p. 89.

110 Dédicace du commentaire sur les Institutes, 24 septembre 1664.

111 Dédicace des commentaires sur l’Histoire des Francs de saint Grégoire, 4 octobre 1678.

112 Dédicace des commentaires sur les Clémentines, 25 mars 1680.

113 Jean-Léonor Le Gallois de Grimarest, op. cit., p. 109.

114 [René Milleran], Le nouveau secrétaire du cabinet…, Paris, 1719, p. 30.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cyrille Dounot, « Les protecteurs parisiens de Dadine d’Auteserre vus à travers ses épîtres dédicatoires »Littératures, 67 | 2013, 109-131.

Référence électronique

Cyrille Dounot, « Les protecteurs parisiens de Dadine d’Auteserre vus à travers ses épîtres dédicatoires »Littératures [En ligne], 67 | 2013, mis en ligne le 27 décembre 2013, consulté le 06 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/245 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.245

Haut de page

Auteur

Cyrille Dounot

Cyrille Dounot, docteur en droit (Université Toulouse 1 Capitole), maître de conférences à l’Université de Rouen, est auteur d’une thèse portant sur « L’œuvre canonique d’Antoine Dadine d’Auteserre (1602-1682). L’érudition au service de la juridiction ecclésiastique », à paraître en 2013.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals