Navigation – Plan du site
Dossier - XVIe-XVIIIe siècles, l’« indivision » des savoirs en question
Lettres et Droit

Les influences du judiciaire sur le travail de l’écriture et du champ littéraire d’après l’œuvre de Dame Cornet (Marseille, seconde moitié du xviiie siècle)

Christophe Regina
p. 133-151

Résumé

Cet article propose d’aborder les influences et les connivences de la littérature sur l’écriture judiciaire. Intrigues, trames narratives, constructions romanesques peuplent en effet les récits judiciaires et plus particulièrement les factums qui arment leur efficacité des charmes de la littérature pour conférer à leurs discours plus de force et d’intérêt. L’exemple d’une guerre conjugale au xviiie siècle entre des membres issus de l’élite marseillaise montre de façon éclairante les liens étroits que justice et littérature entretiennent aussi bien sous la plume des greffiers que dans la bouche des justiciables.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Christian Jouhaud, Dinah Ribard, Nicolas Schapira, Histoire, Littérature, Témoignage, Paris, Gallim (...)
  • 2 Lise Andries, La Bibliothèque bleue au xviiie siècle : une tradition éditoriale, Oxford, Voltaire F (...)
  • 3 Christian Biet, Droit et littérature sous l’Ancien Régime : le jeu de la valeur et de la loi, Paris (...)
  • 4 Voir les travaux de Richard A. Posner, Droit et littérature, Paris, PuF, 1996 [Traduit de l’américa (...)

1L’utilisation, par les historiens, de la littérature en tant que source est aujourd’hui monnaie courante, et ce en dépit de tous les préalables méthodologiques et analytiques que ce type de documentation impose1. La littérature de colportage, par exemple, particulièrement bien étudiée par Lise Andries2, est une littérature qui puise son inspiration dans l’ensemble des faits divers et autres grands procès qui défraient la chronique. Cette littérature de proximité, très largement accessible et bon marché, permet de diffuser à large échelle, des faits, des idées, des rumeurs. La bibliothèque bleue est à la fois lue par ceux et celles qui maîtrisent la lecture, mais elle est surtout et davantage entendue par l’ensemble d’une population encore largement analphabète. Autour de la littérature de colportage se développe une culture de groupe, un système pluriel de représentation, bref, autant de possibilités de réappropriation de la connaissance placée sous le signe de la diversité. C’est la confrontation des savoirs, des idées, des points de vue, qui alimente une très large partie de la sociabilité d’Ancien Régime3. Cette influence de l’exceptionnel ou du fait divers, et davantage encore du judiciaire, a fait l’objet de travaux et d’analyses, tant de la part d’historiens que de littéraires. La réciproque en revanche, à savoir l’influence de la littérature sur les autres savoirs scientifiques a été jusqu’ici quelque peu laissée de côté. L’écriture judiciaire, qui se veut par excellence l’écriture de la vérité et la formalisation la plus claire possible des faits, serait-elle une écriture à l’abri de l’influence des autres écrits que sont la littérature, la philosophie, l’histoire4 ? L’écriture judicaire n’est pas une écriture aussi performative et normée qu’il paraît et, par bien des aspects, elle partage avec la littérature plus que ce que l’on pourrait penser.

  • 5 Richard H. Weisberg, « Wigmore, and the Law and Literature Movement », Cardozo Legal Studies Resear (...)
  • 6 Voir Ronald Myles Dworkin, L’empire du droit, Paris, PuF, 1994 [Traduit de l’américain Law‘s Empire(...)
  • 7 Pascal Bastien, « Criminel par infamie : les effets sociaux de l›infamie pénale dans la France du x (...)
  • 8 Lucie Desjardins, « Dévoiler l’intime : la savante éloquence des passions au xviie siècle », dans É (...)
  • 9 Sur la question des factums ou mémoires judiciaires, voir les travaux de Sarah Maza, Vies privées, (...)

2Les liens entre justice et littérature font partie, depuis longtemps, des préoccupations des chercheurs anglo-saxons. Ainsi John Wigmore5, déjà au début du xxe siècle, s’intéressa à la façon de modifier l’écriture judiciaire réputée austère pour l’égayer des délices de la littérature. Dostoïevski qui commenta les grands procès criminels pour la presse, en tira l’intrigue de nombre de ses romans. Cette proximité entre littérature et justice n’est pas une nouveauté. Comme nous allons essayer de le montrer aujourd’hui, l’écriture judicaire est fortement influencée par la littérature qui instille dans la pratique d’écriture des agents du pouvoir, non seulement des modèles et des trames narratives, mais encore bon nombre de procédés littéraires, fruits d’une culture rhétorique double, propre à l’écriture judiciaire et à l’écriture elle-même6. Pascal Bastien7 et Lucie Desjardins8, ont ouvert un programme de recherche qui tente de réfléchir aux points de convergence et d’influence de la pratique littéraire et de la pratique judiciaire, principalement à partir de la littérature de colportage. À la littérature de colportage, ajoutons également les factums dont abondent tous les fonds d’archives, qui sont pourtant peu ou pas étudiés par les historiens, alors qu’ils sont particulièrement instructifs et d’une grande richesse9. De façon encore plus proche, des historiens, qui exploitent les procédures judiciaires, plaintes et autres témoignages, nous renseignent sur la société qui les engendre, l’influence du littéraire sur le judiciaire s’y faisant également sentir.

  • 10 Les trois imprimés sont conservés dans les fonds patrimoniaux de la bibliothèque municipale, dite L (...)

3Il est impossible d’épuiser, dans le cadre d’un article, un travail qui mériterait à lui seul des études approfondies. Je me propose donc de donner, dans la mesure du possible, des pistes de recherche plus que des conclusions : ainsi ai-je choisi de présenter, à titre d’exemple, trois mémoires judiciaires, ceux de la Dame Rose Reynoir, épouse Cornet, qui fut en procès avec son mari, un consul vénitien, pendant presque trente ans. L’œuvre de Rose Cornet se compose d’une « dénonciation faite à la municipalité de Marseille », du « triomphe de la vérité et de l’innocence ou l’infortunée Reynoir, victorieuse des calomnies et des criminelles manœuvres du Sr Cornet son époux » et, enfin, de « l’époux qui veut se faire déclarer cocu, et la suite de la demande en divorce de la ci-devant Dame Cornet10 ». Trois récits qui composent la trame du procès, trois temps d’écriture, de l’adresse officielle à la dénonciation personnelle, pour resituer et restituer, sur le temps long, une trentaine d’années de guerre judicaire. Ces trois œuvres sont conservées dans les fonds patrimoniaux de la bibliothèque Méjanes, mais l’essentiel du procès se trouve dans les fonds de la Sénéchaussée de Marseille tant au civil qu’au criminel, ainsi que dans les fonds de l’amirauté et du parlement d’Aix-en-Provence.

4Nous envisagerons les influences respectives du judiciaire sur le travail de l’écriture et du champ littéraire au travers de l’œuvre de la Dame Cornet, et l’effet en retour. Nous évoquerons très brièvement les origines de cette guerre conjugale, en réinscrivant cette dernière dans l’histoire de Marseille, guerre qui débute sous la monarchie absolue et se poursuit jusque sous la Constituante et la Convention. En effet, c’est le conflit qui alimente la prise de plume de Rose Cornet et qui stimule sa prose. Notre attention se portera ensuite sur l’utilisation du récit judiciaire et du récit littéraire qu’établit la Dame Cornet pour imposer son point de vue, en tentant un prudent travail comparatif entre ses deux formes de récit et sur l’intertextualité des œuvres. Enfin, nous tenterons de mettre en évidence les points qui permettent au judiciaire et au littéraire de se rencontrer en dégageant les éléments qui les lient au sein de ces mémoires judiciaires, véritables laboratoires littéraires.

La muse de la Dame Cornet : la guerre conjugale

5Il s’agit d’une affaire tentaculaire, tant du point de vue des juridictions sollicitées que des moyens employés pour triompher. Ce procès, qui pourrait être aisément comparé de façon anachronique à un roman-fleuve, doit sa richesse et sa longueur à ses protagonistes, un couple fortuné, membre des élites marseillaises. La portée et la publicité d’une telle affaire est possible, parce que les parties ont les moyens matériels et relationnels de la populariser. De quoi s’agit-il ? Nous sommes dans un cas de figure d’inadéquation des caractères et des sensibilités qui précipitent un couple sur les chemins de la discorde. À cela s’ajoutent des enjeux financiers, le patrimoine mobilier et immobilier, le procès engagé prenant alors tous les aspects d’une guerre judiciaire. Tous les coups sont permis, à charge aux juges de s’y retrouver dans ce foisonnement de témoignages contradictoires et de publication de mémoires judiciaires. Rose Reynoir-Cornet, riche héritière, largement dotée avec ses 80 000 livres, était un excellent parti pour un ambitieux, désireux de gagner reconnaissance sociale et autorité à Marseille. Mariage de raison, mariage des intérêts, tels étaient les soubassements d’une union mal assortie entre Rose Reynoir, la fille d’un riche armateur marseillais, et Barthélemy Cornet, consul de la République de Venise.

  • 11 Furetière dans son article « Procureur », indique qu’un procureur est celui qui est « chargé de la (...)
  • 12 Une « requête remonstrative » qualifie un mémoire dans lequel on formule des remontrances. Les requ (...)

6L’affaire est particulièrement complexe. Rose accuse son époux de l’avoir dépossédée de tous ses biens, alors que l’époux affirme avoir été doublement trompé, aussi bien avec des hommes qu’avec des femmes, et avoir une épouse incestueuse, puisque l’un de ses amants, un juif converti du nom de Xavier Sacerdoty, était le filleul de son épouse. En effet, à en croire les accusations conjointes du sieur Lejourdan et de Barthélemy Cornet, Rose aimait partir à la campagne en compagnie de Xavier son premier amant, et du nommé Fabre, le second, accompagnés de leurs épouses respectives, pour se livrer à des orgies. Ces problèmes-là sont, dirons-nous, les arbres qui cachent la forêt, les véritables enjeux étant ailleurs, à savoir dans la maîtrise d’un patrimoine considérable, source de pouvoir. Au duo litigieux formé par le couple s’ajoute le sieur Lejourdan, procureur de son état11, ami intime de Barthélemy Cornet, et autre adversaire de Rose, laquelle se bat sur deux fronts, à la fois contre son époux et contre son procureur. Chaque partie dans une série de requêtes remonstratives12 s’acharne à démontrer à grand renfort d’accusations et de brillantes argumentations, preuves à l’appui, que l’autre qu’on accuse est coupable. Nous n’entrerons pas dans le détail du procès qui en dépit de sa complexité se cristallise sur trois points fondamentaux : l’adultère incestueux, la vente illégale des biens de la dame Cornet, et la prévarication dont est accusé le procureur Lejourdan, tous ouvrant à justifications morale et sociale.

La Dame Cornet, une femme de lettres ?

  • 13 Jean Marquiset, Les Gens de justice dans la littérature, Paris, Librairie générale de droit et de j (...)
  • 14 Christophe Regina, « Élites, secrets de famille et publicité à Marseille au xviiie siècle », Rives (...)

7Si nous avons fait le choix de nous concentrer sur les trois œuvres conservées à la Méjanes, c’est parce qu’elles sont, à notre avis, les plus représentatives de l’implication personnelle de la Dame Cornet dans leur rédaction. En effet, la plupart des pièces, tant manuscrites qu’imprimées, versées au procès sont le fruit du travail d’écriture des avocats respectifs des parties, dont l’analyse elle-même pourrait aussi faire l’objet d’une analyse stylistique et littéraire. Depuis l’ordonnance de Villers
Cotterets (1539), il n’est plus guère question d’éloquence pour les avocats13. Le passage à la procédure inquisitoire prive en effet ces derniers de la possibilité de plaider au criminel. La production des mémoires judiciaires constitue donc une alternative à la défense. À titre d’exemple, la justification rédigée par le procureur Lejourdan destinée à réfuter les accusations de Rose qui l’accuse de prévarication et d’être un scélérat, fait indubitablement penser aux Confessions de Rousseau, tant par la forme que par les idées, ayant comme ligne directrice la prétendue volonté de tout dire et de ne rien taire14. Au moment où Rose rédige partiellement ou entièrement ses trois œuvres, plus de vingt ans se sont déjà écoulés depuis la sentence qui l’a déboutée en 1771. C’est la rupture induite par la Révolution française qui la pousse à reprendre les armes et à espérer. L’œuvre de Rose, du moins celle dont nous avons retrouvé la trace, s’inspire elle aussi d’une démarche éminemment littéraire dont le substrat narratif épouse le cheminement de l’affaire judiciaire. Non sans ironie, l’époux ne manque pas, d’ailleurs, de souligner que les délits dont il charge son épouse, sont dignes d’illustrer les plus belles pages d’un roman. Ce dernier

  • 15 A.D. B.D.R. 9 F 34. Voir Nathalie Kremer, Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable. La not (...)

avoue que l’histoire de ses malheurs & des crimes de son épouse, se présente d’abord comme une de ces fictions faites pour charmer l’ennui des lecteurs oisifs ; mais si l’habileté des Auteurs donne quelques fois aux Romans le mérite de la vraisemblance, ils n’ont jamais celui de la vérité. Ici, au contraire, c’est la vérité qui se montre avec tant de force, qu’elle auroit besoin du masque de la vraisemblance. Heureusement pour le sieur Cornet, (si un pareil sort peut tenir en quelque chose au bonheur) il n’a que trop de preuves des crimes de son épouse.15

8Ce genre de considérations émaille l’ensemble de la procédure. Grâce à Barthélémy Cornet, il est possible d’apprendre que l’entreprise littéraire de son épouse ne fut pas un projet élaboré dans l’urgence, mais, au contraire, un processus créatif inscrit dans le temps long. Là où le premier voit matière à rire, la seconde voit un exutoire aux injustices dont elle se dit la victime. Lorsque Rose, avec l’aide de son avocat, entreprend la rédaction des trois œuvres, elle a été déboutée en justice vingt ans auparavant, et elle s’est même retrouvée, pendant un temps, en prison. Le temps de la détention fut savamment utilisé par la Dame Cornet qui, affairée à sa défense, et à obtenir sa libération, entreprit la rédaction d’un mémoire qui, à ce jour, m’échappe encore. Son mari indique en effet qu’elle a

  • 16 A.D. B.D.R 9 F 34. Il est fait référence à l’ouvrage de Richardson. L’ouvrage publié au cœur du pro (...)

composé ou fait composer dans les prisons une espèce de roman en forme de lettres qui contient son histoire, & la réponse aux prétentions de son mari : chaque lettre débute par une réflexion morale tirée de quelques romans, tels que Clarisse, la Nouvelle Héloïse, Candide &c. viennent ensuite les détails sur la dot, le trousseau. Nous ignorons si cette production d’un genre nouveau et tout à fait extravagant, verra le jour de l’impression, mais la Dame Cornet, l’a répandue en manuscrit dans un certain public ; elle a fait l’admiration de la Conciergerie, de quelques personnes telles que la Demoiselle Agnel fripière, & ne sera peut être pas indigne des nouveaux protecteurs de l’accusée.16

  • 17 Samuel Richardson, Lettres angloises, ou Histoire de Miss Clarisse Harlove, Londres, chez Nourse, l (...)
  • 18 On peut lire, par exemple dans un autre imprimé de Rose, intitulé « La demande en divorce de la ci- (...)

9On retrouve ici tout d’abord, l’éternel doute que suscite la prise de plume par les femmes. Si nous retrouvions ce fameux manuscrit, il serait dès lors possible de pousser plus avant la recherche de tous les intertextes qui alimentent cet écrit. Cependant même sans avoir ce manuscrit, les références ici rapportées sont riches de sens. Il s’agit d’œuvres parmi les plus célèbres et les plus populaires au xviiie siècle. La mention de « Clarisse », fait référence à l’œuvre de l’Anglais Samuel Richardson, Clarissa Harlowe, publiée en 1748, et traduite en français dès 1751 par l’abbé Prévost17. Les similitudes entre la vie fictive de Clarisse et celle de Rose Cornet sont évidentes. Rose s’identifie à Clarisse, modèle de vertu et de beauté, victime de l’avidité de sa famille riche et ambitieuse qui souhaite par un mariage de raison accroître ses intérêts en unissant pouvoir et argent. Clarisse refuse et se retrouve en prison, tout comme Rose qui, elle, n’avait accepté le mariage que pour plaire à son père. Le manuscrit de la Dame Cornet se calque sur le genre épistolaire de Clarisse, ou encore de La Nouvelle Héloise de Rousseau. On peut également supposer sans trop se tromper qu’il y a une identification du destin de la Dame Cornet à celui de Cunégonde dans Candide. De même que Cunégonde, fille du baron Thunder-ten-tronckh, finit « bien laide et pâtissière » au chapitre 30, de même la dame Cornet, issue d’une des plus puissantes familles marseillaise connaît un déclassement social18.

10C’est une nouvelle fois avec morgue que le sieur Cornet ou, devrions-nous dire, Lejourdan, moque l’entreprise créative de Rose. Lejourdan, en indiquant qu’elle a pu composer ou faire composer son espèce de roman, renvoie dos à dos la Dame Cornet et son avocat, le premier comme piètre homme de loi, la seconde comme pseudo-écrivain. Le cynisme de Lejourdan se porte même jusqu’à comparer des œuvres à succès avec le roman de Rose, en soulignant avec dédain la nature du lectorat de ce livre, à savoir des gens de peu, comme par exemple une fripière du quartier. Mépris de la féminité, mépris de son écriture, bref mise à mal de l’entreprise narrative par la déconsidération du beau sexe. On sait cependant que Rose prend une part active à la rédaction de ces mémoires judiciaires. Elle indique dans l’un de ses textes qu’elle doit

  • 19 Ibid.

à l’Assemblée Nationale Constituante des remerciements. Je m’acquitterai de cette dette sacrée par des observations importantes pour le peuple Français, dans la crise inquiétante où il se trouve. Je parlerai donc le langage de la Plaideuse infortunée et de la vraie Citoyenne française, dans le Mémoire que m’aide à rédiger M. Sauvaire, Homme de Loi. Je dirai dans ce Mémoire, ce qui peut être utile à ma Cause et à ma Patrie. Quand on idolâtre sa Patrie, et qu’on n’est pas attaché à la vie, on ne craint pas les suites de la manifestation des grandes vérités.19

11L’œuvre de Rose Cornet est hybride, ce qui est propre au genre du mémoire judiciaire. Le mémoire judiciaire permet en effet toutes les précisions et, surtout, toutes les digressions, considérations personnelles et autres artifices littéraires que la plainte ne permet pas toujours d’exposer. Il y a, malgré tout, rigueur temporelle à valeur démonstrative et recours à divers procédés littéraires et stylistiques pour donner plus de force au propos. Si le propre d’une plainte est de donner à voir au juge le crime par le détail, la précision des circonstances, voire des postures pour lui permettre d’accéder à l’essence même d’une affaire, le mémoire judiciaire, pour sa part, se révèle beaucoup plus complexe. Le xviiie siècle est encore un siècle dans lequel l’image tient une place importante, il faut voir pour croire. Il faut garder à l’esprit que ce type d’imprimés que sont les mémoires judiciaires avait vocation à être diffusé, afin de convaincre et de ranger l’opinion publique derrière l’auteur du mémoire et, surtout, d’alimenter la rumeur. On donne aussi à voir en dehors de la cour de justice. Les références et la culture livresque de la Dame Cornet sont fréquemment mises à profit dans les mémoires judiciaires où il importe de se distinguer par l’éloquence, et surtout par l’esprit. Cette culture permet de dynamiser l’approche juridique de l’affaire qui, grâce au soutien de la littérature acquiert une efficacité remarquable.

Rose, son époux, Lejourdan et l’Enfer de Dante

12Dans le premier texte intitulé Dénonciation faite à la Municipalité de cette ville de Marseille, assez bref, puisqu’il ne compte que huit pages, il y a dans la rédaction de ce qui est un véritable réquisitoire, l’utilisation de l’enfer dantesque pour localiser et qualifier tant son époux que son procureur sur les cercles de l’infamie. Parmi la liste des qualificatifs nombreux employés par la Dame Cornet, on peut remarquer que le premier qu’elle emploie est celui de « traître », puis « d’imposteur », respectivement les 9e et 8e cercles de l’enfer, bref les plus proches de Lucifer. La jonction des deux est établie par l’utilisation des adjectifs « scélérat » et « barbare assassin » au 7e cercle. Tout l’arsenal rhétorique employé pour ‘détracter’ ces ennemis se réfère à ces trois cercles. Nous avons fait un relevé systématique des termes employés pour qualifier ces autres diabolisés

Qualificatifs employés pour désigner l’époux, Barthélemy Cornet

Qualificatifs employés pour désigner Lejourdan

Traître (premier terme employé)
Scélérat
Barbare assassin
Imposteur
Calomniateur sacrilège
Monstre
Suborneur
Perfide imposteur
Violateur des droits sacrés
Infâme époux
Voleur
Cruelle avidité
Usurpation civile
Criminel citoyen
Homme odieux
Barbare mari
Barbare athlète.

Parjure
Calomniateur
Prévaricateur
Scélérat
Perfide conseiller
Homme le plus indigne.

Qualificatifs employés pour les désigner ensemble

Deux monstres de nature
Voleurs de grands chemins
Deux vampires

  • 20 François de Rosset, Histoires Tragiques, Paris, Livre de Poche « Bibliothèque classique », 1994. Pa (...)
  • 21 Thierry Pech, Conter le crime. Droit et littérature sous la Contre-Réforme : droit et littérature : (...)

13L’utilisation anaphorique de l’expression « Je le dénonce comme », employée douze fois sur 8 pages, introduit dans le discours une obsession, provoque un effet musical propre à l’anaphore, communique plus d’énergie au discours et suggère aussi une incantation, une urgence. Incantation, c’est-à-dire ritualisation de la parole par le biais de l’écrit afin d’établir par le beau récit la laideur du délit. Syntaxiquement, l’anaphore permet de créer un effet de symétrie dans la démonstration entreprise. Le registre du diabolique fait directement écho au genre très en vogue au siècle précédent des histoires tragiques, dont Rosset20, Poissenot, et Camus, pour ne citer qu’eux, furent les grands maîtres. Thierry Pech21, qui a travaillé sur ces histoires, a établi la proximité et les correspondances induites entre la formation juridique de ces auteurs et leur pratique littéraire. La mise en perspective des valeurs et des qualités morales des parties qui s’opposent est une permanence rhétorique propre à l’ensemble des discours à valeur dénonciatrice. Il faut donc, à défaut des juges en robes noires de l’ancienne tyrannie, s’en remettre à un arbitre noble et pur, quitte à ce qu’il ne soit qu’un symbole. Aussi peut-on lire :

  • 22 A.D. B.D.R. Marseille 9 F 34. Il est fait référence à l’ouvrage de Jean-André Perreau, Clarisse, dr (...)

Marseille, ô ma Patrie ! Voilà le portrait de ce coupable mari, qui veut mériter ta protection & ton estime, après que je l’ai voué à ton indignation & à ton courroux. Digne fille de la Grèce ! Héritière de ses vertus aimables, & bienfaisantes ! Protège ma destinée civile, la paix & le bonheur de mes jours, hélas ! Jusqu’ici tristes & malheureux, contre un assassin qui médita ma mort […].22

  • 23 Ibid., p. 8.

14Il s’agit de diaboliser son ennemi pour faire rejaillir sur soi les feux de la vertu. Parlant de son époux, n’indique-t-elle pas que « Le titre qu’il se donne est une usurpation civile, qu’il fait à ma patrie ; j’aime à le publier »23. L’adresse à Marseille, figurée dans le texte sous les traits d’une divinité, s’appuie sur les nouvelles valeurs citoyennes et la pureté d’âme qu’est censé induire ce changement d’état, celui de sujet à citoyen. La diabolisation de l’étranger dans un contexte trouble n’est pas innocente. Il s’agit de suggérer que la traîtrise conjugale dont elle a été la victime pourrait annoncer la trahison de la Révolution. Il faut dénoncer l’autre de toutes les façons possibles et imaginables.

L’écriture, dénonciation sociale et morale de l’autre

15La suite de l’œuvre de Rose Reynoir emprunte à différents genres littéraires. Elle rapporte dans ses écrits les événements politiques en cours qui autorisent un retour de l’espoir et une ultime confrontation avec ses ennemis. Le mémoire judiciaire se situe donc au carrefour de plusieurs influences littéraires.

La chronique

  • 24 Ibid., p. 7.

16Les mémoires judiciaires peuvent être tout d’abord rapprochés du genre de la chronique. Rose indique, « Enfin la chronologie en est-elle fausse ? Non : c’est la vérité qui en traça l’ordre, & qui en dicta toutes les idées »24. En effet, la temporalité du procès qui court sur plus de trente ans s’y prête. La chronique de Rose fait non seulement état des différentes étapes de la procédure, mais rapporte et commente également les bouleversements politiques que connaissent les dernières décennies de l’Ancien Régime. La Révolution Française, dont l’importance et les conséquences n’ont pas échappé à Rose Cornet, est non seulement évoquée mais au-delà, glorifiée. Ainsi peut-on lire sous la plume de Rose :

  • 25 Ibid., p. 7-8.
  • 26 Ibid., p. 4.
  • 27 Ibid, p. 25.

Mais aujourd’hui que le Dieu vengeur de crimes est venu par la médiation de l’auguste Assemblée Nationale au secours des opprimés, je vous supplie de vous unir à moi pour réclamer aux pieds de l’Assemblée Nationale la restitution de mes biens, la punition des coupables […].25
Depuis cette heureuse révolution, arrivée dans mon fatal destin, il m’a semblé n’avoir plus de disgrâces à déplorer, et que ma misère […].26
On ne prévoyoit pas sans doute le trépas du despotisme qui peuploit la France de milliers de malheureux, qui ruinoit & qui renversoit tant d’honnêtes familles dont la puissance n’étoit que le crédit de leurs vertus, & la naissance de cette bienfaisante révolution, qui devoit rendre à la vérité, à l’innocence & à la justice, des droits sacrés, ravis par nos races de tyrans […].27

Tout est savamment orchestré. La démarche de Rose est prudente. Elle établit concrètement et solidement la situation dans laquelle elle se trouve pour justifier son acte.

Le pamphlet

  • 28 Bibliothèque Méjanes, Dénonciation faite à la municipalité de cette ville [...], opuscule cité, p. (...)

17Outre la condamnation de la monarchie absolue, c’est aussi à ses symboles que la Dame Cornet s’en prend, et notamment à la justice qu’elle critique par le biais de « ces anciens despotes à robbe noire »28. Il y a une association constante entre l’Ancien Régime, ses lois source de tous ses malheurs, et son époux qui est un homme modelé et corrompu par la tyrannie qui vient d’être jetée à bas. Elle préfigure la modernité portée par la Révolution et renvoie à l’archaïsme des valeurs monarchiques désuètes, et sans crédit. La justice d’Ancien Régime est donc l’objet de sa dénonciation, d’ailleurs elle ne dit pas autre chose lorsqu’elle indique que :

  • 29 Ibid, p. 17.

n’écrivant pas précisément pour ces Jurisconsultes qui ne savent jamais opiner que d’après leurs gothiques Auteurs, mais pour des hommes qui, en ignorant les sérieuses radoteries de nos Commentateurs & de nos Juristes, connoissent fort bien les loix de la nature, ces loix bienfaisantes qui dirigèrent les premières sociétés, & qui dirigeront bientôt notre chère France. Nous supprimerons donc ici le faste judiciaire, qui n’entoure pas toujours la vérité, & qui est assez souvent un luxe dont la vanité s’embellit aux yeux des sots.29

  • 30 Bibliothèque Méjanes, Le triomphe de la vérité et de l’innocence, […], opuscule cité, p. 7 : « on s (...)

18La Dame Cornet fait ici clairement référence à Rousseau, à sa théorie de l’état de nature et au discours sur l’origine des inégalités. Rousseau plaida d’ailleurs avec éloquence pour la liberté du mariage. Elle fait aussi explicitement référence à Helvétius qu’elle cite pour moquer son époux qui se prétend citoyen de Marseille, alors qu’il ne maîtrise pas les codes de la langue30. Elle raille aussi la prétendue prise de plume de son époux qui a « déparé ses phrases, par des méprises grammaticales, ignorant les premiers éléments de notre langue […] il est vrai qu’un sot est toujours présomptueux ».

Le drame bourgeois

  • 31 Jean Hamard, Le Drame bourgeois : l’influence de Lillo, Paris, M. Didier, 1965.
  • 32 Denis Diderot, Œuvres complètes. Tome X, Le Drame bourgeois. Éd. critique et annotée par Jacques et (...)
  • 33 Anthony R. Pugh, « Beaumarchais, the Drame Bourgeois, and the Pièce Bien Faite », The Modern Langua (...)
  • 34 Catherine François-Giappiconi, « Des éléments nouveaux sur Nivelle de la Chaussée », Revue d’Histoi (...)

19Le troisième mémoire, intitulé L‘époux qui veut se faire déclarer cocu, et la suite de la demande en divorce, sonne comme le titre d’une comédie. Mais là encore on constate une utilisation de codes littéraires familiers détournés, pour revenir à nouveau, point par point, sur les différents éléments de l’affaire. Rose se réapproprie les codes du drame bourgeois31, très en vogue au xviiie siècle, qui fut élaboré par Diderot32 et Beaumarchais33. Il s’agissait alors de remplacer à la fois la comédie et la tragédie, en mettant en scène les conflits de la vie quotidienne, familiale et sociale. Le drame bourgeois répond au goût nouveau d’un siècle qui délaisse la tragédie et ne prise plus le gros rire de la farce. La « comédie larmoyante », créée par Nivelle de La Chaussée34, dès 1735, lui a préparé la voie, en exprimant déjà ce qui sera son double but : émouvoir le spectateur et satisfaire ses exigences morales. Rose annonce la division de son drame après un avertissement aux lecteurs :

  • 35 Bibliothèque Méjanes, L’époux qui veut se faire déclarer cocu […], opuscule cité, p. 4.

Lisez, chers Lecteurs, la pièce suivante, en attendant mon mémoire où tous les faits seront classés en cinq époques, qui pourront former dans la suite la matière de cinq actes d’un excellent drame, intitulé : l’épouse malheureuse, redevenue libre et fortunée par le divorce.35

Si l’œuvre de Rose a pour finalité de plaire, elle ne doit pas moins en demeurer juridiquement sûre. Rose respecte les grands principes du genre que sont la vérité, la sensibilité, et la moralité. Il s’agit d’attiser l’empathie du lecteur ou du public. Aussi poursuit-elle en indiquant que,

  • 36 Ibid.

dans le premier acte, on verrait les agréments du mariage pour une Demoiselle qui sort du couvent, et qui aime sincèrement son mari, composé de tartuferie et d’avidité. Dans le second, les nuages d’un mariage mal assorti. Dans le troisième, ses tempêtes. Dans le quatrième, les suites funestes de cette tempête. Et dans le cinquième, l’Assemblée Nationale constituante, représentant une divinité qui descend du Ciel, et qui fait aux mortels le présent du divorce, et des juges patriotes qui, appliquant la loi, prononcent la dissolution du fatal hyménée, redonnent à la femme une partie de ses biens, et renvoient couvert de honte l’infâme ami qui professait la plus douce et la plus tendre des unions ; Cette pièce patriotique sera à la fois l’école des maris et des femmes ; les Demoiselles même y trouveront des instructions pour éviter un mauvais choix.36

Fiction littéraire et pratique judiciaire : influence, ­correspondances et résonances

  • 37 Joëlle Gardes-Tamines, La grammaire, tome II : la syntaxe, Paris, Armand Colin, « Cursus », 2008.

20Nous venons de voir que le mémoire judiciaire emprunte à plusieurs genres les éléments de sa construction rhétorique tant du point de vue de l’elocutio que dans la façon de présenter les faits. Le récit, au cœur de toute démonstration judiciaire, épouse la logique narrative de la plainte. Dans la rhétorique classique, et plus particulièrement chez Quintilien, la narratio préfigure la preuve, et la probatio n’est que la simple confirmation appuyée sur des arguments juridiques de la narratio. Une bonne narration est la condition sine qua non d’un discours efficace37. Les structures narratives et argumentatives sont unies par une communauté d’intérêts. On retrouve dans l’œuvre de la dame Cornet le grand style cicéronien, celui qui ne craint pas de recourir au pathos voire au tragique. En effet, et comme nous allons essayer de le montrer dans cette dernière partie, il y a unité dans l’utilisation des récits, quel que soit le domaine envisagé.

Le roman au xviiie siècle

21Le roman du xviiie siècle est marqué par le renouvellement des formes et des contenus qui préfigurent le roman moderne considéré comme une œuvre de fiction en prose, racontant les aventures et l’évolution d’un ou de plusieurs personnages. Le genre, en plein développement avec un lectorat élargi, est caractérisé par l’exploitation de la sensibilité, par le souci d›une apparence d’authenticité (avec le procédé du manuscrit trouvé, l’emploi de la première personne, de l’échange épistolaire ou des dialogues) et par l’esprit des Lumières en prenant en compte les valeurs nouvelles d’une société qui change. Néanmoins, le roman reste, au cours du xviiie siècle, un genre en quête de légitimation et de définition, comme le montrent les nombreuses réflexions qu’il suscite. Il est en effet un véritable laboratoire littéraire, laboratoire qui ne semble pas soumis à des codes ou à des règles anciennes. Il n’est pas cependant une création littéraire qui se construit ex nihilo. En effet, le genre romanesque, empreinte à diverses autres formes de discours, et notamment au discours et à la rhétorique judiciaire. Le discours judiciaire est l’un des trois discours de l’éloquence. Cet aspect de la rhétorique classique est aussi bien visible dans les plaintes que dans les romans. Le registre épidictique par exemple, forgé dans l’Antiquité pour célébrer les héros ou dénoncer les méfaits, est repris dans les mémoires judiciaires, tout autant que dans les romans, pour valoriser ou déprécier les protagonistes de l’intrigue. Il donne souvent lieu à un éloge ou, au contraire, à un discours dépréciatif reposant sur l’emploi de modalisateurs parfois hyperboliques.

  • 38 Pascal Quignard, Albucius, Paris, P.O.L., 1990.

22L’utilisation de ce registre pourrait trahir la véritable identité de l’auteur, à savoir l’avocat de la Dame Cornet, formé à cette culture rhétorique classique. Or, nous l’avons dit, la Dame Cornet, rompue à la pratique de la scène judiciaire, a suffisamment été imprégnée de cette culture juridique pour se la réapproprier. On peut également penser que la lecture régulière et soutenue des romans, traditionnellement considérés comme une littérature féminine a contribué à former sa pensée à cette rhétorique qui ne fait pas partie de l’éducation des jeunes filles des élites, retirées dans les couvents. Quels sont donc les liens qui peuvent s’imposer entre l’apparent rigorisme d’un acte normé et normatif que sont les plaintes, et des pages de romans ? Le point de convergence est à rechercher dans la structure même des récits qui, aussi bien en justice qu’en littérature, partagent des similitudes remarquables. Le genre judiciaire et le genre romanesque sont tous les deux centrés sur la narration. Le récit judiciaire doit être un récit bref, clair et vraisemblable. Comme l’a montré l’écrivain Pascal Quignard à propos du rhéteur romain Albucius, les exercices rhétoriques liés au genre judiciaire sont une des sources possibles de la fiction narrative, et les canevas légués par la tradition sont souvent des esquisses d’intrigues romanesques38. Le mémoire judiciaire figure comme un entre-deux littéraire, fruit d’une rhétorique judiciaire et du genre romanesque.

Analogies entre plainte et récit

  • 39 Philippe-Antoine Merlin, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence, Paris, Bertin et Danel, (...)

23La plainte doit être énoncée d’une manière « claire & intelligible, bien circonstanciée, sans aucune équivoque ni obscurité ; & elle doit contenir l’exposition du fait, & les conclusions du plaignant […]39 ». L’exploitation des fonds criminels de la sénéchaussée permet d’établir la carte d’identité de la plainte d’Ancien Régime. La pratique régulière de la plainte favorise l’assimilation et la compréhension des logiques internes de ce type de document. Il est possible de schématiser comme suit les points de rencontre entre plainte et récit romanesque :

Définition de la plainte

Définition du roman

Une succession de faits rapportés

Idem

Un enchevêtrement de discours

Idem

Un produit rhétorique

Idem

Du sensible

Idem

De la justification morale et sociale

Roman autobiographique

Du récit / narration

idem

Polyphonie / diversité des tons

Idem

Une formalisation systémique du récit

Idem

Une mise en scène de soi et du « je » social

Utilisation du discours direct

La maîtrise d’un savoir judiciaire

Une maîtrise de l’invention

Adéquation entre singularité du crime et justice

 ?

                               ↓                                         ↓

Le schéma narratif d’un récit (concept issu de la linguistique structurale, née dans les années 1960). Dans le cas d›un récit d›aventure, il est constitué des éléments suivants :

   • Situation initiale.

   • Élément déclencheur dit aussi élément perturbateur qui modifie la situation initiale.

   • Péripéties (toutes les actions) qui sont les événements provoqués par l’élément modificateur et qui entraînent la ou les actions entreprises par le(s) héros pour atteindre son (leur) but.

   • Dénouement (élément de résolution) qui met un terme aux actions et conduit à la situation finale.

   • Situation finale qui est le résultat, la fin du récit.

                                        ↓

La plainte, ancêtre du Roman policier ?

Dans un récit policier, on trouve les éléments suivants :

   • crime

   • enquête

   • indices

   • suspects

   • coupable

   • traque du coupable

   • arrestation

   • peine

  • 40 Pierre Ayrault, Les Plaidoyers faits en la Cour de Parlement par Monsieur Ayrault, Rouen, J. Besong (...)
  • 41 Nathalie Zemon-Davis, Stéphane Geonget, Bruno Méniel (dir.), Littérature et droit du Moyen Âge à la (...)

24La similitude des récits est probablement à rechercher du côté de l’ars narrandi qui est l’un des ressorts essentiels de la rhétorique judiciaire. L’essor des recueils de jurisprudence dont les volumes d’arrêts notables font partie, révèlent l’utilisation didactique des schémas narratifs grâce à la multiplication des exempla. Dès le xvie siècle en effet, les références de Pierre Ayrault40 dans ses plaidoyers montrent que les frontières qui séparent justice et littérature sont perméables : Démosthène, Ovide, Guevara, Du Bellay, Montaigne, Ronsard, Garnier et bien d’autres encore participent à la construction de ses plaidoyers. Natalie Zemon-Davis soutient l’hypothèse selon laquelle, dans un univers où les études juridiques ne comportaient aucun volet pratique et où le récit en prose demeurait le parent pauvre des poétiques, la littérature pouvait offrir des modèles narratifs précieux41.

••

En guise de conclusion, j’aimerais citer un passage des Œuvres choisies de Jean-François Marmontel :

  • 42 Jean-François Marmontel, Œuvres choisies de Marmontel X – éléments de littérature, Paris, Verdière, (...)

Je ne prétends pas comparer en tous points le mérite d’un beau roman avec celui d’un beau poème : mais qu’il me soit permis de demander pourquoi certains romans nous touchent, nous remuent, nous attachent, et nous entraînent jusqu’à nous faire oublier (je n’exagère pas) la nourriture et le sommeil ; tandis que nous lisons d’un œil sec, je dis plus, tandis que nous lisons à peine sans une espèce de langueur les plus beaux poèmes épiques. C’est que dans ces romans le pathétique règne d’un bout à l’autre ; au lieu que dans ces poèmes il n’occupe que des intervalles, et qu’il y est souvent négligé. Les romanciers en font l’âme de leur intrigue42.

25Marmontel compare ici les charmes de la poésie et du roman, pour finalement reconnaître la supériorité du roman. L’entreprise de la Dame Cornet, dans ses mémoires judiciaires qu’elle rédige dans une perspective juridique avec tous les attraits du littéraire, rend hommage d’une certaine manière, d’abord à la littérature, ensuite au roman. Son œuvre n’est pas non plus sans évoquer les plaideurs et leurs fameuses harangues cicéroniennes. Il est dès lors légitime de se demander si cette confusion apparente des genres, fortement soumise à une pratique d’écriture classique et rhétorique, a eu les effets escomptés. On sait que le procès eu un grand écho en Provence et que nombre des mémoires judiciaires qui circulèrent contribuèrent à le faire connaître : à Marseille et jusqu’à Saint Maximin, ce qui pour une procédure de divorce n’est pas anodin. On trouve par ailleurs un exemplaire de l’œuvre de la Dame Cornet à la British Library et on sait également, d’après le catalogue des livres de la bibliothèque de Jacques Thomas Bory, avocat au barreau de Marseille, que ce dernier possédait aussi une copie de ce mémoire.

26Le but de cette présentation très sommaire était d’attirer l’attention sur les influences réciproques du littéraire et du judiciaire qui évoluent de façon concomitante, s’enrichissant mutuellement des subtilités respectives propres à chacun des genres. Les vœux de Wigmore ont été exaucés, puisque, aujourd’hui comme hier, les avocats ne manquent jamais de convoquer le génie littéraire pour soutenir leur plaidoirie. Justice et littérature sont un seul et même miroir de la société qui les produit, et il est possible d’interroger l’un à la lumière de l’autre.

Haut de page

Notes

1 Christian Jouhaud, Dinah Ribard, Nicolas Schapira, Histoire, Littérature, Témoignage, Paris, Gallimard, Folio/Histoire-inédit, 2009.

2 Lise Andries, La Bibliothèque bleue au xviiie siècle : une tradition éditoriale, Oxford, Voltaire Foundation, 1989, ainsi que Geneviève Bollème et Lise Andries (dir.), La Bibliothèque Bleue. Littérature de colportage, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », 2003. Voir aussi Alexandre Assier, La Bibliothèque Bleue depuis Jean Oudot 1e jusqu’à M. Baudot : 1600-1863, [Paris, 1874], Nîmes, C. Lacour, 1991. Marie-Dominique Leclerc et Alain Robert, La Bibliothèque bleue xviie-xixe siècles : des éditions au succès populaire. Présentation, anthologie, catalogue, Troyes, centre départemental de documentation pédagogique, 1986.

3 Christian Biet, Droit et littérature sous l’Ancien Régime : le jeu de la valeur et de la loi, Paris, H. Champion, 2002.

4 Voir les travaux de Richard A. Posner, Droit et littérature, Paris, PuF, 1996 [Traduit de l’américain Law and Literature : a misunderstood relation, 1988, par Christine Hivet et Philippe Jouary]. Voir également Philippe Malaurie, Droit et littérature : une anthologie, Paris, Cujas, 1997, et Annie Prassoloff & alii, Droit et littérature, Paris, Actes : les cahiers d’action juridique, n° 43/44 (1984).

5 Richard H. Weisberg, « Wigmore, and the Law and Literature Movement », Cardozo Legal Studies Research Paper, n° 177 (2006), p. 1 à 15. Voir aussi Jane B. Baron, « Law, Literature, and the Problems of Interdisciplinarity », The Yale Law Journal, 108-5 (1999), p. 1059-1085.

6 Voir Ronald Myles Dworkin, L’empire du droit, Paris, PuF, 1994 [Traduit de l’américain Law‘s Empire, 1986, par Élisabeth Soubrenie]. Pour Dworkin le droit est « un concept d’interprétation ». Chaque construction d’un jugement relève d’une opération créatrice et non reproductive. Les juges se rapprochent ainsi des romanciers.

7 Pascal Bastien, « Criminel par infamie : les effets sociaux de l›infamie pénale dans la France du xviiie siècle », dans Le criminel endurci. Récidive et récidivistes du Moyen Âge au xxe siècle. Études réunies et présentées par Michel Porret et Françoise Briegel, Genève, Droz, 2006, p. 111-122. Du même auteur, « Les arrêts criminels et leurs enjeux sur l›opinion publique à Paris au xviiie siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 53-1 (2006), p. 34-62. Les travaux de Pascal Bastien montrent à quel point la criminalité publicisée rend problématiques les liens sociaux et la vie en communauté. L’infamie exclut de facto ceux et celles dont la bonne réputation, ou fama publica, est attaquée. Les affaires scandaleuses préfigurent la prise de plume et la translation du judiciaire au littéraire.

8 Lucie Desjardins, « Dévoiler l’intime : la savante éloquence des passions au xviie siècle », dans Érudition et passions dans les écritures intimes, (sous la direction de Manon Brunet), Québec, Éditions Nota bene, coll. « Littérature[s] », 1999, p. 169-182.

9 Sur la question des factums ou mémoires judiciaires, voir les travaux de Sarah Maza, Vies privées, affaires publiques : les causes célèbres de la France prérévolutionnaire, [1993], Paris, Fayard, 1997. Voir également l’article de Jérôme-Luther Viret, « Le pouvoir dans la famille. Un mémoire judiciaire du Velay en 1787 », Histoire & Sociétés Rurales, 26-2 (2006), p. 169-192. Maurice Daumas, « Les conflits familiaux dans les milieux dominants au xviiie siècle », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 42-4 (1987), p. 901-923.

10 Les trois imprimés sont conservés dans les fonds patrimoniaux de la bibliothèque municipale, dite La Méjanes, à Aix-en-Provence, cote : in  pièce 1929.

11 Furetière dans son article « Procureur », indique qu’un procureur est celui qui est « chargé de la procuration d’autruy, qui traite en son nom ». Procureur « se dit aussi d’un Officier creé pour se presenter en Justice, & instruire les procés des parties qui le voudront charger de leur exploit, ou de leur procuration ». Antoine Furetière, Dictionnaire universel […], La Haye, A. et R. Leers, 1690. Un procureur est un officier chargé de conseiller les parties en justice et de suivre le déroulement des procédures.

12 Une « requête remonstrative » qualifie un mémoire dans lequel on formule des remontrances. Les requêtes, qui désignent les demandes déposées en justice, sont ensuite soumises à la Sénéchaussée chargée d’étudier ces remontrances qui sont des accusations.

13 Jean Marquiset, Les Gens de justice dans la littérature, Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence, 1967.

14 Christophe Regina, « Élites, secrets de famille et publicité à Marseille au xviiie siècle », Rives méditerranéennes, n° 2-33, UMR 6570 Telemme / MMSH, Aix-en-Provence, 2009, p. 45-67 : « Dans une comparaison prudente, l’opposition de la Dame Cornet et du sieur Lejourdan n’est pas sans évoquer celle de Rousseau et de la marquise d’Épinay, qui opposa aux Confessions du philosophe genevois son Histoire de Mme de Montbrillant », p. 51. Voir sur la question : Odette David, L’autobiographie de convenance de Madame d’Épinay, écrivain-philosophe des Lumières : subversion idéologique et formelle de l’écriture de soi, Paris, L’Harmattan, 2007. Le texte original de Mme d’Épinay (1726-1783) fut publié par Georges Roth, Histoire de Madame de Montbrillant : les pseudo-mémoires de Madame d’Épinay, Paris, nrf-Gallimard, 1951.

15 A.D. B.D.R. 9 F 34. Voir Nathalie Kremer, Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable. La notion de vraisemblance au xviiie siècle, thèse soutenue à la Katholieke Universiteit Leuven en 2005 ; « Vraisemblance et reconnaissance de la fiction. Pour une redéfinition de la vraisemblance dans le cadre d’une poétique romanesque », Fictions classiques (publié sur Acta Fabula le 29 avril 2006).

URL : http://www.fabula.org/colloques/document128.php; Les genres littéraires et l’ambition anthropologique au dix-huitième siècle : expériences et limites. Actes des journées d’études à l’Université François Rabelais de Tours, 18-19 juin 2003. Études réunies et présentées par Alexandre Duquaire, Nathalie Kremer et Antoine Eche, Louvain-Paris, Dudley (Ma.), Peeters, 2005.

16 A.D. B.D.R 9 F 34. Il est fait référence à l’ouvrage de Richardson. L’ouvrage publié au cœur du procès montre que la Dame Cornet suit l’actualité littéraire.

17 Samuel Richardson, Lettres angloises, ou Histoire de Miss Clarisse Harlove, Londres, chez Nourse, libraire, dans le Strand [i.e. Paris, Pierre-Nicolas Delormel], 6 tomes, 1751.

18 On peut lire, par exemple dans un autre imprimé de Rose, intitulé « La demande en divorce de la ci-devant Dame Cornet en 1795 », (B.M. L’Alcazar, Marseille, cote : 4717 T.30) : « La France entière a souvent retenti de ma trop célèbre et triste affaire, et conséquemment de mes malheurs. L’hymen le plus fatal m’a liée jusqu’à ce jour, à l’époux le plus injuste, le plus fourbe et le plus vil. Les crimes de cet homme avaient nécessité notre séparation. Il jouissait de mes biens, il nageait dans l’abondance, il en faisait l’emploi le plus scandaleux ; et moi ! Je manquais de pain ; et moi ! Je traînais la vie la moins supportable ; et moi ! J’étais réduite à désirer la mort ! Combien de fois […] je ne sais comment j’ai pu ne pas exécuter ce suicide projet ».

19 Ibid.

20 François de Rosset, Histoires Tragiques, Paris, Livre de Poche « Bibliothèque classique », 1994. Par exemple « Des amours incestueuses d’un frère et d’une sœur, et de leur fin malheureuse et tragique », s’inspire de l’affaire de Julien et Marguerite de Ravalet, 1603. Voir également l’étude de Michel Carmona, Une Affaire d’inceste : Julien et Marguerite de Ravalet, Paris, Perrin, 1987.

21 Thierry Pech, Conter le crime. Droit et littérature sous la Contre-Réforme : droit et littérature : les « histoires tragiques (1559-1644), Paris, Honoré Champion, 2000.

22 A.D. B.D.R. Marseille 9 F 34. Il est fait référence à l’ouvrage de Jean-André Perreau, Clarisse, drame en cinq actes, et en prose, Paris, 1771. L’ouvrage publié au cœur du procès montre que la Dame Cornet suit l’actualité littéraire. « C’est en qualité de citoyenne que je vous supplie de recevoir ma dénonciation. Je dénonce le sieur Cornet comme un fourbe, un scélérat qui a sans cesse puisé chez le Jourdan son ami toutes les subtilités, ruses, bassesses, pour se partager entr’eux deux la fortune immense que mes père, oncle & tante m’avoient donnée. ».

23 Ibid., p. 8.

24 Ibid., p. 7.

25 Ibid., p. 7-8.

26 Ibid., p. 4.

27 Ibid, p. 25.

28 Bibliothèque Méjanes, Dénonciation faite à la municipalité de cette ville [...], opuscule cité, p. 7.

29 Ibid, p. 17.

30 Bibliothèque Méjanes, Le triomphe de la vérité et de l’innocence, […], opuscule cité, p. 7 : « on sait qu’il fut originairement un petit commis de Venise ; trottant journellement sur les quais de cette Ville, pour remplir les services extérieurs & subalternes d’un comptoir de commerce ; enfin issu d’une famille ruinée par ses prodigalités & décréditée par des banqueroutes trop souvent répétées : une origine si défavorable & une existence si rétrécie, ne pouvoient vouer sa jeunesse qu’à l’ignorance des sciences & des langues. L’étude de notre langue est très coûteuse sur les rives baltiques, & ce n’est que dans les maisons opulentes de ce pays qu’on trouve des Maîtres françois. Mais, il est bien étonnant qu’un étranger dédaigne la plume d’un avocat (Je n’ai pas besoin de recourir à la plume d’un avocat, dit Mr. Cornet dans sa justification, page I), qui eût été sans doute plus puriste que la sienne, tandis que nos savants ne rougissent pas d’en invoquer les secours. Il est vrai qu’un sot est toujours présomptueux & fat ; c’est ainsi qu’un fameux politique l’a observé (Helvetius dans son Ouvrage de l’Esprit) dans un ouvrage qui vivra autant que la société ». La dame Cornet fait référence à l’ouvrage de Claude Adrien Helvétius, De l’Esprit, Paris, Durand Librairie, 1758.

31 Jean Hamard, Le Drame bourgeois : l’influence de Lillo, Paris, M. Didier, 1965.

32 Denis Diderot, Œuvres complètes. Tome X, Le Drame bourgeois. Éd. critique et annotée par Jacques et Anne-Marie Chouillet, Paris, Hermann, 1979.

33 Anthony R. Pugh, « Beaumarchais, the Drame Bourgeois, and the Pièce Bien Faite », The Modern Language Review, 61-3 (1966), Modern Humanities Research Association, p. 416-421.

34 Catherine François-Giappiconi, « Des éléments nouveaux sur Nivelle de la Chaussée », Revue d’Histoire Littéraire de la France, 102-6 (2002), p. 907-919.

35 Bibliothèque Méjanes, L’époux qui veut se faire déclarer cocu […], opuscule cité, p. 4.

36 Ibid.

37 Joëlle Gardes-Tamines, La grammaire, tome II : la syntaxe, Paris, Armand Colin, « Cursus », 2008.

38 Pascal Quignard, Albucius, Paris, P.O.L., 1990.

39 Philippe-Antoine Merlin, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence, Paris, Bertin et Danel, 1807-1808, 3e édition, p. 449.

40 Pierre Ayrault, Les Plaidoyers faits en la Cour de Parlement par Monsieur Ayrault, Rouen, J. Besongne, 1614.

41 Nathalie Zemon-Davis, Stéphane Geonget, Bruno Méniel (dir.), Littérature et droit du Moyen Âge à la période baroque : le procès exemplaire, Paris, Honoré Champion, 2008.

42 Jean-François Marmontel, Œuvres choisies de Marmontel X – éléments de littérature, Paris, Verdière, t. III, 1825, p. 295.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Regina, « Les influences du judiciaire sur le travail de l’écriture et du champ littéraire d’après l’œuvre de Dame Cornet (Marseille, seconde moitié du xviiie siècle) », Littératures, 67 | 2013, 133-151.

Référence électronique

Christophe Regina, « Les influences du judiciaire sur le travail de l’écriture et du champ littéraire d’après l’œuvre de Dame Cornet (Marseille, seconde moitié du xviiie siècle) », Littératures [En ligne], 67 | 2013, mis en ligne le 27 décembre 2013, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/247 ; DOI : 10.4000/litteratures.247

Haut de page

Auteur

Christophe Regina

Christophe Regina, allocataire de recherches, puis ATER à Aix-Marseille Université, a récemment soutenu une thèse consacrée aux expressions de la conflictualité féminine à Marseille au siècle des Lumières à l’Université d’Aix Marseille sous la direction de Martine Lapied et la présidence d’­Arlette Farge. Ses travaux portent sur le rapport des femmes à la violence au xviiie siècle, qu’elles en soient actrices ou bien victimes, sur les liens entre littérature et droit, ainsi que sur les gens de justice et leur formation. Il est co-auteur de Lucifer au couvent. La femme criminelle et l’institution du refuge au siècle des Lumières, avec Philippe Gardy (CNRS-LAHIC, 2009). Il a co-dirigé avec Lucien Faggion : La violence. Regards croisés sur une réalité plurielle (CNRS Éditions, 2010). On lui doit encore un essai sur La violence des femmes. Histoire d’un tabou social (Max Milo, 2011). Il prépare actuellement plusieurs autres ouvrages sur la justice et un dictionnaire de la méchanceté.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals