Navigation – Plan du site

AccueilNuméros81Comptes rendusNikol Dziub, Voyages en Andalousi...

Comptes rendus

Nikol Dziub, Voyages en Andalousie au xixe siècle

Droz, 2018, 441 p.
Nathalie Solomon
p. 209-211
Référence(s) :

Nikol Dziub, Voyages en Andalousie au xixe siècle, Droz, 2018, 441 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage propose une utile et inédite entreprise de synthèse des voyages en Andalousie au xixe siècle. Il a le mérite d’inclure des auteurs peu travaillés en France dans la perspective du voyage en Andalousie, comme Botkine, Andersen ou Somerset Maugham. L’intérêt du projet est d’être transeuropéen, mêlant Walter Scott, Byron, Taylor, Nodier, des premiers romantiques aux années 1860-70. Il s’intéresse aussi aux illustrations, aux guides de voyage, à la photographie, ce qui lui donne une ambition universelle assez impressionnante.

2Plutôt qu’un panorama de la représentation de l’Andalousie au xixe siècle, l’auteur choisit de proposer une série d’études d’œuvres dont le choix, pour être fort varié, n’en paraît pas moins arbitraire parce qu’il n’est pas clairement justifié. Cette démarche, qui a le mérite de faire la synthèse d’un grand nombre de textes, très divers, se paie au prix d’une certaine confusion : en mêlant récits de voyages, travaux historiques et évocations romanesques, l’ouvrage ne prend pas la peine de proposer des typologies, ni de se référer aux travaux qui ont travaillé à penser ces différents genres et à poser la question de la définition du récit de voyage dans son rapport au roman ou à l’autobiographie – l’ouvrage fondateur de Philippe Antoine sur la définition du récit de voyage à l’époque romantique, par exemple, n’est pas cité dans la bibliographie, contrairement à un autre de ses livres, beaucoup moins pertinent pour le propos.

3L’organisation des chapitres laisse également perplexe : à peu près diachronique mais sans périodisation claire, pas vraiment historique, mêlant les nationalités des auteurs, avec des thématiques jamais complètement explicitées, on a du mal à s’orienter dans un essai qui donne des exemples de voyages et d’œuvres littéraires, de Swinburne à Potocki, un peu dans le désordre et sans jamais poser directement la question du genre, ni justifier le choix des auteurs (pourquoi par exemple faire l’impasse sur Custine ?).

4L’indéniable ambition du propos entraîne ainsi un certain nombre d’inconvénients, donnant lieu à un regard émietté qui choisit d’associer dans les différents chapitres des œuvres particulières sans établir de réels rapports entre elles. Bien informé, l’ouvrage apporte peu d’idées neuves sur le voyage de l’époque : par exemple l’introduction rappelle des choses bien connues sur les tensions qui existent à l’époque romantique entre réalité du terrain et caractère purement littéraire du voyage. La question du pittoresque est abordée à plusieurs reprises, mais à chaque fois effleurée et non problématisée dans une interrogation qui tenterait de déterminer s’il existe un pittoresque propre à l’Andalousie. Un chapitre sur la presse revient sur le contexte éditorial autour du voyage en Andalousie. Là encore une explication aurait été intéressante concernant l’imbrication dans la première moitié du siècle entre presse et récits de voyage, publication des articles de Mérimée, Dumas ou Gautier et publication en recueil.

5La fin de l’ouvrage fait le choix judicieux d’étudier l’Andalousie par le prisme de supports divers, le guide de voyage, la photographie et l’Exposition universelle (mais le choix des Caprices et zigzags de Gautier semble un peu étrange pour rendre compte de cette dernière, dans la mesure où il s’agit moins d’un compte-rendu que d’un pur exercice littéraire), ou d’ouvrages britanniques destinés au grand public. Il s’agit de montrer par quels moyens l’Andalousie fut rendue populaire et comment ces médias inédits contribuèrent aux clichés qui la concernent dans l’esprit du public. On trouve en particulier une intéressante réflexion sur le rapport entre photographie et littérature à propos du pittoresque et des poncifs culturels. Un chapitre est consacré à Botkine et surtout à Andersen et au regard « périphérique » (au sens où les cultures qu’ils représentent sont éloignées et permettent de poser la question de l’identité) qu’ils portent sur l’Andalousie. Le regard politique est ainsi interrogé, ainsi que la démystification des illusions romantiques.

6Dans l’ensemble, ces chapitres mettent sur le même plan des supports dont la nature est fortement dissemblable, ce qui est stimulant mais demanderait une distinction théorique plus claire : ainsi, le dernier chapitre est consacré au voyage journalistique et graphique de Gustave Doré et Charles Davillier et à celui du reporter Edmondo de Amicis. Là encore l’impression est confuse, celle d’une organisation arbitraire de l’ouvrage sans vraiment de justification, ni chronologique ni générique, alors que le littéraire et le journalistique se croisent et se confondent chez bon nombre d’auteurs tout au long du siècle : pourquoi faire surgir tout à coup la distinction à la fin de l’ouvrage ? Si l’évocation du Tour du monde et de revues comparables, comme le Magasin Pittoresque, est intéressante, la question du support n’est jamais interrogée de manière globale en rapport avec celle du voyage en général et du voyage en Andalousie en particulier. On aurait aimé par exemple un chapitre synthétique sur les illustrateurs plutôt que de voir traiter Doré sur le même plan et avec les mêmes outils d’analyse que les auteurs.

7Mais la principale question qu’on se pose en lisant cette vaste étude sur l’Andalousie au xixe siècle est celle de la spécificité du territoire par rapport aux autres pays européens du Sud, et surtout au reste de l’Espagne : on ne cerne pas ce qui fait la particularité de l’objet andalou. Par exemple, au chapitre consacré à Washington Irving, rempli de détails pertinents, il manque une histoire de l’importante postérité et du retentissement du voyage de l’Américain qui « invente » une Andalousie qu’il contribue largement à mettre à la mode. On aimerait comprendre encore en quoi la partie andalouse du Voyage en Espagne de Gautier se distingue (ou non) du reste du long texte de 1843. On ne voit pas bien en quoi la couleur locale de cette partie du voyage est différente de celle de Madrid ou de Burgos par exemple. Même chose pour Goya : « C’est à Madrid que Gautier est pour la première fois en mesure de confronter Goya au monde qu’il a peint, mais c’est à Grenade qu’il décrit ses impressions qui sont foudroyantes » : en quoi Goya est-il andalou ? Rien n’est expliqué à cet égard et l’affirmation est pour le moins contestable. Tous les chapitres laissent l’impression qu’ils auraient pu aussi bien porter sur l’Espagne en général que sur la seule Andalousie tellement aimée des voyageurs du xixe siècle.

8L’ouvrage est accompagné d’une bibliographie importante, très utile pour les textes sources. Pour le reste, il faudrait la mettre à jour, elle demeure incomplète.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Solomon, « Nikol Dziub, Voyages en Andalousie au xixe siècle »Littératures, 81 | 2019, 209-211.

Référence électronique

Nathalie Solomon, « Nikol Dziub, Voyages en Andalousie au xixe siècle »Littératures [En ligne], 81 | 2019, mis en ligne le 19 octobre 2020, consulté le 28 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/2501 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.2501

Haut de page

Auteur

Nathalie Solomon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search