Navigation – Plan du site

AccueilNuméros79Dossier : Chateaubriand et le mon...Quelle valeur a la beauté de la n...

Dossier : Chateaubriand et le monde sensible

Quelle valeur a la beauté de la nature dans l’œuvre de Chateaubriand ?

Piero Toffano
p. 85-94

Résumé

Quel rôle joue la beauté de la nature dans l’œuvre de Chateaubriand, à partir des premiers essais poétiques jusqu’à l’Itinéraire de Paris à Jérusalem ? Au début, la nature est identifiée à la solitude, elle n’est qu’un refuge contre la société. Puis, dans le dernier chapitre de l’Essai sur les révolutions et au début des Natchez, le rêve est caressé d’une société plus naturelle, dans les forêts de l’Amérique sauvage, parmi les Indiens. Dans la conclusion des Natchez et dans Atala la nature révèle une dangereuse solidarité avec les passions des hommes, qui sont un principe de désordre et de destruction. Le Génie du christianisme sauve la nature en la détachant de l’homme, et en la rattachant à Dieu (« la nature primitive lavée de la tache originelle »). Ce qui provoque, dans les œuvres suivantes, une fracture entre la nature et l’histoire des hommes : dans le Voyage en Italie, la nature est la vie qui lutte victorieusement contre les monuments, qui sont la mort ; dans Les Martyrs, elle affirme sa beauté, indifférente aux convulsions et à la méchanceté de l’histoire ; dans l’Itinéraire, seules les régions sans histoire, ou avec une histoire qui n’est pas la nôtre, sont belles. La nature désormais n’est plus un lieu où vivre, mais un spectacle à contempler.

Haut de page

Texte intégral

1Si la description de la nature prend, dans la prose du xixe siècle, une importance toujours grandissante, l’œuvre de Chateaubriand, après celles de Rousseau et de Bernardin de Saint-Pierre, y joue sans aucun doute un rôle de premier plan si ce n’est de pionnier. Je voudrais dans cet article essayer de comprendre quelle valeur Chateaubriand accorde à la nature (et à sa description) dans son œuvre, depuis ses premières œuvres jusqu’à l’Itinéraire de Paris à Jérusalem. J’ai exclu de ma recherche les Mémoires d’outre-tombe, à cause de l’étendue de l’ouvrage, qui aurait requis une étude que je ne suis pas en mesure de mener à bien aujourd’hui, et vu aussi la somme formée par cet ouvrage, dans lequel se retrouvent et se côtoient, sans par ailleurs s’annuler, toutes les différentes positions et évolutions de la pensée de Chateaubriand. Cela ne m’empêchera pas de citer par la suite des passages des Mémoires, dans le but d’illustrer divers moments de la production de leur auteur.

  • 1 .François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, Paris, Bordas, Classiques Garnier, 1989, I (...)
  • 2 .Ibid., p. 234.
  • 3 .François-René de Chateaubriand, Voyage en Amérique, Paris, Didier, « Société des Textes Français M (...)
  • 4 .François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, op. cit., p. 349.
  • 5 .Ibid., p. 333.
  • 6 .Ibid., p. 335.

2À Saint-Malo, Chateaubriand enfant se trouve face à face avec son premier paysage, qui est la mer ou mieux encore la grève, frontière entre la terre et l’eau et lieu où il joue en compagnie de ses premiers camarades. Il me semble que la mer représente toujours, dans l’œuvre de l’auteur, l’idée de seuil, un lieu de passage existentiel. Avec beaucoup d’emphase, les châteaux de sable emportés par les marées deviennent un emblème de toute sa vie : « Depuis cette époque, écrit-il, j’ai souvent cru bâtir pour l’éternité des châteaux plus vite écroulés que mes palais de sable1 » ; ailleurs, il compare « l’arène qui vit [ses] châteaux de sable » aux « campos ubi Troja fuit2 » (Enéide, III, 11). La traversée qui le portera en Amérique joue le rôle d’une nouvelle naissance : au bateau sont attribuées des caractéristiques maternelles (« c’était, pour ainsi dire, être porté dans mon premier voyage par ma nourrice3 » ; les voiles « ressemblent aux mamelles d’une sirène4 ») ; son arrachement aux racines familiales (sont nommés en peu de lignes « ma mère toute en larmes » et « mon toit paternel5 ») survient au cours de son sommeil, dans une cabine-berceau : « je me couchai, balancé dans mon hamac […] et quand je montai sur le tillac le lendemain matin, on ne voyait plus la terre de France6. »

  • 7 .Ibid., p. 217.
  • 8 .Ibid., p. 169.
  • 9 .François-René de Chateaubriand, La Forêt, poème publié dans le Mercure de France en 1801, et puis (...)

3Mais la véritable rencontre avec la nature a lieu dans le parc de Combourg, comme nous le disent les Mémoires d’outre-tombe : c’est ce paysage qui servira par la suite de pierre de touche pour tous les autres lieux qu’il visitera, aussi bien par analogie que par contraste. C’est à ce moment-là que semble naître sa vocation poétique : « Ce fut dans mes promenades que Lucile, m’entendant parler avec ravissement de la solitude, me dit : tu devrais peindre tout cela. Ce mot me révéla la Muse7. » Remarquons bien que ce dont l’adolescent parle « avec ravissement » n’est pas tant la beauté de la nature que « la solitude ». Dans les Mémoires d’outre-tombe en effet les heures passées dans le parc de Combourg sont décrites comme « [son] avènement à la solitude8 ». Nous tenons ici la première qualité que Chateaubriand accorde à la nature. La nature est le lieu où l’on peut rester seul ; elle est donc opposée à la vie en société. L’on évite le contact avec les autres hommes quand on se promène dans la forêt, comme le disent les premiers poèmes (plutôt médiocres) écrits en réponse à l’invitation de Lucile et recueillis par la suite dans un volume (de 1828) des Œuvres complètes publiées par l’éditeur Ladvocat : « Forêt silencieuse, aimable solitude, […] / Oh ! Que ne puis-je, heureux, passer ma vie entière / Ici, loin des humains9 ! »

  • 10 .François-René de Chateaubriand, Essai sur les révolutions, dans Essai sur les révolutions. Génie d (...)
  • 11 .Ibid., p. 312.
  • 12 .Cf. Jean. Pommier, « Chateaubriand en Amérique et le Cycle de Chactas », in Dialogues avec le pass (...)
  • 13 .François-René de Chateaubriand, Les Natchez, dans Œuvres romanesques et voyages, Paris, Gallimard, (...)
  • 14 .Ibid., p. 244.

4Dans l’Essai sur les révolutions (1797) et précisément dans le chapitre où l’auteur, exilé à Londres, adresse à ses compagnons de mésaventure une liste de « conseils pour survivre », l’exhortation à se rendre dans « un bois de sapins, planté à quelque deux milles de la ville10 » n’est pas justifiée par une quelconque beauté du lieu (sur laquelle il ne dit mot) mais par la nécessité pour ceux qui souffrent d’« éviter la société », de « s’isoler entièrement11 ». Un épisode des Natchez, si nous en croyons Jean Pommier, qui avance une hypothèse qui me semble convaincante12, fut écrit avant le voyage aux États-Unis. Le « cycle de Chactas » raconte le séjour de l’Indien en France, prisonnier tout d’abord aux galères, puis, une fois libéré, en visite à Paris. Lorsque Chactas narre aux autres galériens sa vie passée dans les forêts américaines, il ne met pas l’accent sur la beauté des lieux mais sur le sentiment de liberté qu’on y éprouve : « Je leur disais comment nous poursuivions les élans dans nos forêts, comment nous nous plaisions à errer dans la solitude avec nos femmes et nos enfants. À ces peintures de la liberté, je voyais des pleurs couler sur toutes les mains enchaînées13. » Ici aussi, la nature signifie la libération de toute contrainte inhérente à la vie en société ; parallèlement, lors de sa visite à Paris et à Versailles, Chactas est dégoûté par « l’air d’esclavage14 » qu’il remarque autour de lui, et il croit que les paysans sont un peuple vaincu et soumis à l’esclavage par les vainqueurs.

  • 15 .François-René de Chateaubriand, Essai, op. cit., p. 442.
  • 16 .Id.

5De la même façon, dans le chapitre final de l’Essai, intitulé « Nuit chez les Sauvages de l’Amérique », les sentiments que Chateaubriand dit avoir éprouvés dans les forêts américaines sont évoqués en ces termes : « Ici, plus de chemins à suivre, plus de villes, plus d’étroites maisons, plus de Présidents, de Républiques, de Rois, surtout plus de Lois, et plus d’Hommes15. » Et quelques lignes plus loin : « Délivré du joug tyrannique de la société, je compris alors les charmes de cette indépendance de la nature16. »

  • 17 .Id.
  • 18 .J’ajouterai en passant que cette solution était en partie déjà anticipée ou ébauchée dans le chapi (...)

6Une fois encore, liberté et solitude ; mais quelque chose va changer à ce moment-là : Chateaubriand raconte avoir rencontré un soir un groupe d’Indiens auxquels il demande « la permission de passer la nuit avec eux, ce qui fut accordé sur-le-champ17 » ; ils partagent la nourriture tout en improvisant une conversation faite surtout de gestes, après quoi, ils s’endorment ensemble. D’être accueilli pour un instant dans une communauté non oppressive mais unie et solidaire (une famille élargie) remplit d’émotion le jeune Français. C’est à ce moment-là que fait son apparition la première grande description de la nature américaine par Chateaubriand, description célèbre qu’il reprendra avec quelques variantes dans d’autres ouvrages, notamment dans le Génie du christianisme et dans les Mémoires. Dans cette description la nature cesse d’être seulement opposée à la société ; elle est contemplée dans sa beauté profonde et émouvante. Mais cela est possible seulement parce que Chateaubriand a entrevu à l’intérieur de cette nature la possibilité de se réinsérer dans une communauté différente et alternative, sans les défauts de la vie civile18.

  • 19 .François-René de Chateaubriand, Les Natchez, op. cit., p. 183.
  • 20 .Ibid., p. 184.

7Nous retrouvons cette double présence d’une nature belle et d’une société accueillante et libre au début des Natchez. René vient de passer sa première nuit parmi les Indiens qui l’ont accueilli et adopté : « Les premiers objets qui s’offrirent à sa vue, en sortant d’un profond sommeil, furent la vaste coupole d’un ciel bleu où volaient quelques oiseaux, et la cime des tulipiers qui frémissaient au souffle des brises du matin19. » J’abrège la description pour passer directement à sa conclusion : « Le frère d’Amélie s’était endormi l’homme de la société, il se réveillait l’homme de la nature. […] des hommes libres, des femmes pures entouraient la couche du jeune homme20. » Ici aussi, l’entrée dans une communauté libre et hospitalière justifie l’abandon descriptif ; une fois encore, la nature américaine paraît belle parce qu’elle est accueillante.

  • 21 .François-René de Chateaubriand, Atala, dans Œuvres romanesques et voyages, op. cit., p. 60.
  • 22 .François-René de Chateaubriand, Les Natchez, op. cit., p. 407.

8La situation change cependant dans la suite des Natchez. Il devient clair que René ne peut pas s’intégrer, même pas parmi les Indiens, dont certains subissent l’influence négative des colons blancs corrompus (avidité, ambition) ; partout autour de lui se développent des passions destructrices. Le plus intéressant pour nous, c’est le fait que dans la nature se révèle une solidarité sécrète avec ces passions ; ainsi Chactas peut dire à René : « […] si tu crains les troubles du cœur, défie-toi de la solitude : les grandes passions sont solitaires, et les transporter au désert, c’est les rendre à leur empire21. » Au fur et à mesure que l’histoire se rapproche de la catastrophe, les descriptions naturelles deviennent plus sombres, plus « gothiques » : songeons par exemple à la caverne remplie d’ossements dans laquelle René aime se retirer, ou à l’atmosphère de l’assemblée nocturne des Indiens, qui a lieu dans un endroit sauvage et escarpé, illuminé de feux qui semblent ensanglanter les troncs des arbres. L’on finira par dire de René : « […] la beauté des rivages, le premier éclat du printemps dans les forêts, ne faisait pas diversion à sa tristesse22. »

  • 23 .François-René de Chateaubriand, Atala, op. cit., p. 56.
  • 24 .Ibid, p. 60-61.

9Ce passage d’une nature paradisiaque, protective et accueillante, à une nature dangereuse et hostile est évident dans Atala, et plus précisément dans le récit de la fuite des deux protagonistes dans la forêt. Au début, la nature leur offre un abri, les arbres sont comparés a de « riantes hôtelleries, préparées par le Grand Esprit23 », où les fugitifs reposent à l’ombre, trouvent facilement de la nourriture et de quoi se vêtir, où ils n’ont besoin que de se laisser aller au courant d’une rivière pour se déplacer. Cependant, parallèlement aux troubles intérieurs qui assaillent de plus en plus Atala, la description de la nature change radicalement, quand le terrain devient marécageux : « Nous avancions avec peine […] parmi des ceps de vignes, des indigos, des faséoles, des lianes rampantes qui entravaient nos pieds comme des filets. […] Des insectes sans nombre, d’énormes chauves-souris nous aveuglaient ; les serpents à sonnettes bruissaient de toutes parts24 », etc. À la fin d’Atala, la nature est représentée par l’eau qui submerge sournoisement les restes de la mission du père Aubry en la transformant en un marécage, et par la fureur incontrôlable des cascades du Niagara. Cela advient, comme je le disais, par une sorte de solidarité, que Chateaubriand découvre avec effroi, entre la nature extérieure et la nature humaine, siège de pulsions elles aussi incontrôlables et destructrices.

  • 25 .François-René de Chateaubriand, Génie du christianisme, dans Essai sur les révolutions. Génie du c (...)
  • 26 .Ibid., p. 599.
  • 27 .Ibid., p. 589.
  • 28 .J’ai commenté plus longuement la relation entre ces deux versions dans P. Toffano, « Retour sur le (...)
  • 29 .François-René de Chateaubriand, Génie du christianisme, op. cit., p. 592.

10Si telle est la conclusion à laquelle aboutissent les écrits américains, qu’advient-il du concept de nature dans le Génie du christianisme ? En simplifiant un peu, l’on peut affirmer que, dans le Génie, la nature est sauvée puisqu’elle est la création de Dieu mais aussi parce que l’homme y est absent. À ce propos, la clef de voûte de l’ouvrage apologétique célébrant les « harmonies de la religion et de la nature25 » me semble la suivante : « La religion chrétienne, bien entendue, n’est que la nature primitive lavée de la tache originelle26. » Au centre du Génie nous trouvons deux grandes scènes descriptives, « l’une marine et l’autre terrestre ; l’une, au milieu des mers Atlantiques ; l’autre, dans les forêts du Nouveau Monde, afin qu’on ne puisse attribuer la majesté de ces scènes aux monuments des hommes27 ». Cette précision me semble fondamentale, si l’on comprend que l’absence de l’homme ne concerne pas seulement les monuments produits par la civilisation, mais exclut aussi les désordres passionnels (« la tache originelle »). La deuxième scène n’est autre que celle qui est décrite dans la Nuit chez les Sauvages de l’Amérique, reproduite avec quelques variantes qui en altèrent complètement le sens28. Dans l’Essai, la beauté de la nature est contemplée par un personnage auquel le monde paraît soudainement à nouveau habitable et accueillant (l’hospitalité offerte par les Indiens), personnage qui est donc placé au centre de la scène et qui, en effet, l’habite. Dans le Génie, la description devient impersonnelle : la nature est contemplée de l’extérieur, avec le regard de Dieu, pourrait-on dire ; ou en tout cas par un narrateur extra-diégétique qui évite de se mêler aux phénomènes décrits dans lesquels il découvre, en contrepartie, la présence de leur créateur : « […] dans ces régions sauvages, l’âme se plaît […], pour ainsi dire, à se trouver seule devant Dieu29. »

11 Si cette solution permet de sauver la nature, elle l’éloigne cependant de l’homme, mettant à découvert le paradoxe de toute pensée primitiviste : la beauté, la valeur de la nature existent uniquement jusqu’au moment où l’homme y fait son apparition en détruisant cette beauté et cette valeur. Mais c’est dans les ouvrages se déroulant dans un cadre méditerranéen que la confrontation de l’homme avec la nature se fera beaucoup plus dramatique : dans le Voyage en Italie, dans Les Martyrs et dans l’Itinéraire de Paris à Jérusalem. Le problème de la valeur que peut conserver la nature dans un monde déjà plein des œuvres de l’homme prendra un caractère plus aigu et plus inévitable dans ces ouvrages-là.

  • 30 .François-René de Chateaubriand, Voyage en Italie, dans Œuvres romanesques et voyages, op. cit., t. (...)
  • 31 .Ibid., p. 1496.

12Dans les paysages romains du Voyage en Italie, les traces de l’activité des hommes sont surtout des ruines. Puisqu’il décrit même la ville moderne dans une optique sépulcrale (« la seconde Rome tombe à son tour » ; « Rome chrétienne redescend peu à peu dans les catacombes d’où elle est sortie30 »), Chateaubriand peut d’autant plus définir alors la Rome ancienne comme un « monceau de ruines31 ». Des ruines sur lesquelles triomphe la vitalité de la nature qui les recouvre, qui s’en empare, les absorbe, rivalisant victorieusement avec leur beauté passée. C’est le cas notamment dans cette description de la villa Adriana :

  • 32 .Ibid., p. 1485.

Les fragments de maçonnerie étaient tapissés de feuilles de scolopendre, dont la verdure satinée se dessinait comme un travail en mosaïque sur la blancheur des marbres. Ça et là de hauts cyprès remplaçaient les colonnes tombées dans ce palais de la mort ; l’acanthe sauvage rampait à leurs pieds, sur les débris, comme si la nature s’était plu à reproduire sur les chefs-d’œuvre mutilés de l’architecture, l’ornement de leur beauté passée32.

  • 33 .Ibid., p. 1445.
  • 34 .Ibid, p. 1468.

13Soulignons le caractère agressif de l’activité de la nature s’exerçant en quelque sorte contre les créations de l’homme, les rapetissant et les annulant. Raison pour laquelle les plantes qui envahissent les ruines « charment les yeux et attristent le cœur33 ». Si, du moins au début, les forêts américaines étaient belles puisqu’elles offraient à l’homme un refuge face aux maux de la vie en société, ici la nature reste belle même hostile à l’homme, comme en témoignent les pentes du Vésuve : « la nature sait répandre des grâces jusque sur les objets les plus horribles. La lave en quelques endroits est peinte d’azur, d’outre-mer, de jaune et d’orangé34 […]. » Il est bien clair qu’il ne s’agit plus ici d’une beauté habitable, mais d’une beauté qui attriste le cœur tout en charmant les yeux.

  • 35 .François-René de Chateaubriand, Les Aventures du dernier Abencérage, dans Œuvres romanesques et vo (...)
  • 36 .Voir, justement à l’Alhambra, la fontaine qui « reçut les têtes défigurées des Abencérages » (ibid (...)

14Dans Les Aventures du dernier Abencérage, le protagoniste dit, à propos de l’Alhambra en ruines et envahi par la végétation : « […] ces palais n’ont jamais été aussi beaux dans leur jeunesse, qu’ils le sont aujourd’hui dans leurs ruines35. » Si, d’un côté, les ruines, état actuel du palais, font oublier son passé fait des guerres, des violences et des massacres dont il a été le théâtre36, de l’autre, elles le rendent inhabitable. De même, les deux amants parviennent à neutraliser les rivalités de religion, de race et de famille qui les divisent, mais à la seule condition de ne pas consommer leur amour et de ne pas mettre des enfants au monde.

  • 37 .François-René de Chateaubriand, Les Martyrs, dans Œuvres romanesques et voyages, op. cit., t. II, (...)

15Dans Les Martyrs, à l’époque de Dioclétien, les monuments de l’Antiquité ne sont pas encore réduits à l’état de ruines et il existe encore des Arcadies. Mais le monde romain au sommet de son pouvoir ressemble de façon sinistre au monde moderne. L’épopée offre donc comme un tableau des différentes natures que nous avons rencontrées dans les ouvrages précédents. En premier lieu, il y a l’enchantement nocturne qui préside à la première rencontre, en Messénie, entre Cymodocée et Eudore, dans une nature douce, qui n’a rien d’hostile : « C’était une de ces nuits dont les ombres transparentes semblent craindre de cacher le beau ciel de la Grèce […]. L’air était doux comme le lait et le miel, et l’on sentait à la respirer un charme inexprimable37 […]. » (Ici, encore une fois, la rencontre entre les deux jeunes gens leur dévoilera l’existence de familles et de communautés vertueuses et heureuses, comme parmi les Indiens). Puis, il y a le charme déjà plus ambigu de Baïes, lieu aussi bien de plaisirs que de vices, et enfin les paysages ossianiques de la Bretagne, dont la beauté orageuse est la toile de fond, dans l’épisode de Velléda, de passions incontrôlables et destructrices menant au péché et à la mort (comme dans les derniers épisodes des Natchez et d’Atala). Mais ce qui me semble absolument remarquable, c’est l’une de dernières pages de l’ouvrage, contenant cette description de l’aube :

  • 38 .Ibid, p. 484.

[…] déjà les flots jaunissant du Tibre, les coteaux d’Albe, les bois de Lucrétile et de Tibur, souriaient aux feux naissants de l’aurore. La rosée brillait suspendue aux plantes comme une manne : la campagne romaine se montrait tout éclatante de la fraîcheur, et pour ainsi dire de la jeunesse de la lumière. Les monts lointains de la Sabine qu’enveloppait une vapeur diaphane, se peignaient de la couleur du fruit du prunier, quand sa pourpre est légèrement blanchie par sa fleur. On voyait la fumée s’élever des hameaux, les brouillards fuir le long des collines, et la cime des arbres se découvrir : jamais plus beau jour n’était sorti de l’Orient pour contempler les crimes des hommes38.

16Ce jour est en effet celui où Eudore et Cymodocée seront martyrisés dans le cirque. D’une part, la jeunesse et la virginité de la nature, de l’autre, les convulsions coupables d’une civilisation sur le point de tomber dans la barbarie (comme la nôtre, suggère Chateaubriand). Jamais, me semble-t-il l’écrivain n’éloigne et n’oppose de façon si grinçante la nature au monde humain.

  • 39 .François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, Paris, Gallimard, « Folio classiq (...)
  • 40 .Ibid., p. 124.

17Dans l’Itinéraire de Paris à Jérusalem ne sont beaux que les lieux privés d’histoire ou privés d’une histoire les reliant à notre civilisation. En Grèce et en Terre Sainte, sur ces terres originelles de la civilisation occidentale, le sentiment d’une décadence irrémédiable est partout : « Autour de moi étaient des tombeaux, le silence, la destruction, la mort39 » ; de Sparte, qui est « morte, morte toute entière40 », nous avons cette description hallucinée :

  • 41 .Ibid., p. 133.

Tout cet emplacement de Lacédémone est inculte : le soleil l’embrase en silence, et dévore incessamment le marbre des tombeaux. Quand je vis ce désert, aucune plante n’en décorait les débris, aucun oiseau, aucun insecte ne les animait, hors de millions de lézards qui montaient et descendaient sans bruit des murs brûlants41.

  • 42 .Ibid., p. 298.
  • 43 .Ibid., p. 448.
  • 44 .Ibid., p. 325.
  • 45 .Ibid., p. 251.

18La Terre Sainte respire « les épouvantements de la mort42 », et Jérusalem est comparée à « un cimetière au milieu d’un désert43 ». Le Jourdain est « un fleuve jaune » que Chateaubriand « [a] peine à distinguer de l’arène de ses deux rives44 » ; le Granique, célèbre grâce à une victoire d’Alexandre le Grand, est « un fleuve qui n’a rien de remarquable45 ».

  • 46 .Ibid., p. 244.
  • 47 .Ibid., p. 245.
  • 48 .Avec de nombreuses ambiguïtés : il s’agit d’une dictature militaire comme celle de Napoléon : les (...)
  • 49 .François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, op. cit., p. 257.

19De l’Anatolie en revanche, dont la mémoire historique ne lui dit pas grand-chose, le voyageur peut dire : « […] tout ce pays est magnifique46 » ; et encore : « En général, toute cette terre d’Asie me parut fort supérieure à la terre de la Grèce47. » Comme en Amérique (ce n’est pas un hasard s’il en parle beaucoup dans l’Itinéraire), les paysages sont beaux parce qu’ils sont en dehors de l’Histoire ou, en tout cas, en dehors de notre histoire. De la capitale de l’empire ottoman, qu’il déteste et considère comme étranger à l’Occident48, Chateaubriand peut dire qu’elle offre « le plus beau point de vue de l’univers49 ».

  • 50 .Ibid., p. 474.
  • 51 .Ibid., p. 458.
  • 52 .Ibid., p. 462.
  • 53 .À l’origine de cette image il y a sans doute Rousseau : « je me laissois aller et dériver lentemen (...)

20L’Égypte est terre de traditions et de monuments millénaires, mais son rapport avec notre culture est tellement éloigné que l’écrivain peut se permettre de s’y laisser aller sans trop de scrupules au plaisir de l’exotisme. L’Égypte aussi est donc « le plus beau pays de la terre50 », et ressemble, en outre, à l’Amérique : « […] c’étaient absolument là mes rivières de la Louisiane et mes savanes américaines51 » ; « Ces plages ressemblaient aux lagunes de la Floride ; l’aspect en était tout différent de celui des côtes de la Grèce et de la Syrie52. » En s’abandonnant à la beauté de ces lieux ressentis comme étrangers à notre civilisation, Chateaubriand n’y cherche plus, comme il l’avait fait en Amérique, un modèle de vie alternative. Le plaisir qu’ils apportent est délesté de responsabilité, il est gratuit, désintéressé. Mais, à bien y songer, le jeune homme qui fuyait la Révolution et qui était encore incertain sur son avenir, aura probablement connu un plaisir semblable lorsqu’il parcourait les forêts américaines. Une description en particulier procède d’une même disposition de la sensibilité : l’écrivain, en décrivant le paysage, ne le fait pas sien, en le parcourant, mais le contemple à distance, dans un bateau au milieu du Nil. Ce n’est pas un lieu pour y vivre mais un spectacle, un tableau. Nous ne serons pas surpris de la réapparition, à cette occasion, d’une des images les plus charmantes de ce laisser-aller, de cette jouissance passive de la richesse du monde sensible que nous offrent les écrits américains : celle d’un bateau qui glisse paresseusement le long d’un fleuve53.

  • 54 .François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, op. cit., p. 466.

Le Nil qui était alors comme une petite mer ; le mélange des sables du désert et de la plus fraîche verdure ; les palmiers, les sycomores, les dômes, les mosquées et les minarets du Caire ; les pyramides lointaines de Sacarah, d’où le fleuve semblait sortir comme de ses immenses réservoirs ; tout cela formait un tableau qui n’a point d’égal sur la terre54.

Haut de page

Notes

1 .François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, Paris, Bordas, Classiques Garnier, 1989, I, p. 150.

2 .Ibid., p. 234.

3 .François-René de Chateaubriand, Voyage en Amérique, Paris, Didier, « Société des Textes Français Modernes », 1964, p. 76.

4 .François-René de Chateaubriand, Mémoires d’outre-tombe, op. cit., p. 349.

5 .Ibid., p. 333.

6 .Ibid., p. 335.

7 .Ibid., p. 217.

8 .Ibid., p. 169.

9 .François-René de Chateaubriand, La Forêt, poème publié dans le Mercure de France en 1801, et puis dans le volume XXII des Œuvres complètes, Paris, Ladvocat, 1828, section Tableaux de la nature, p. 306.

10 .François-René de Chateaubriand, Essai sur les révolutions, dans Essai sur les révolutions. Génie du christianisme, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1978, p. 315.

11 .Ibid., p. 312.

12 .Cf. Jean. Pommier, « Chateaubriand en Amérique et le Cycle de Chactas », in Dialogues avec le passé, Paris, Nizet,1967 (essai publié à l’origine dans la Revue de littérature comparée en 1938).

13 .François-René de Chateaubriand, Les Natchez, dans Œuvres romanesques et voyages, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1969, I, p. 236.

14 .Ibid., p. 244.

15 .François-René de Chateaubriand, Essai, op. cit., p. 442.

16 .Id.

17 .Id.

18 .J’ajouterai en passant que cette solution était en partie déjà anticipée ou ébauchée dans le chapitre « Aux infortunés » de l’Essai, lorsque l’on conseillait à l’infortuné de se retirer dans quelque bois aux alentours de la ville : « Là, il trouve une société paisible, qui comme lui cherche le silence et l’obscurité. Ces Sylvains solitaires veulent bien le souffrir dans leur république, à laquelle il paie un léger tribut, tâchant ainsi de reconnaître, autant qu’il est en lui, l’hospitalité qu’on lui a donnée » (François-René de Chateaubriand, Essai sur les révolutions, op. cit., p. 315). Ici aussi l’accent est mis sur l’hospitalité reçue qui rend accueillant et embellit la nature.

19 .François-René de Chateaubriand, Les Natchez, op. cit., p. 183.

20 .Ibid., p. 184.

21 .François-René de Chateaubriand, Atala, dans Œuvres romanesques et voyages, op. cit., p. 60.

22 .François-René de Chateaubriand, Les Natchez, op. cit., p. 407.

23 .François-René de Chateaubriand, Atala, op. cit., p. 56.

24 .Ibid, p. 60-61.

25 .François-René de Chateaubriand, Génie du christianisme, dans Essai sur les révolutions. Génie du christianisme, op. cit., p. 888.

26 .Ibid., p. 599.

27 .Ibid., p. 589.

28 .J’ai commenté plus longuement la relation entre ces deux versions dans P. Toffano, « Retour sur les réécritures de la Nuit chez les Sauvages », in Patrizio Tucci (dir), Chateaubriand reviseur et annotateur de ses œuvres, Paris, Champion, 2010.

29 .François-René de Chateaubriand, Génie du christianisme, op. cit., p. 592.

30 .François-René de Chateaubriand, Voyage en Italie, dans Œuvres romanesques et voyages, op. cit., t. II, p. 1438 et 1458.

31 .Ibid., p. 1496.

32 .Ibid., p. 1485.

33 .Ibid., p. 1445.

34 .Ibid, p. 1468.

35 .François-René de Chateaubriand, Les Aventures du dernier Abencérage, dans Œuvres romanesques et voyages, op. cit., t. II, p. 1378.

36 .Voir, justement à l’Alhambra, la fontaine qui « reçut les têtes défigurées des Abencérages » (ibid., p. 1377).

37 .François-René de Chateaubriand, Les Martyrs, dans Œuvres romanesques et voyages, op. cit., t. II, p. 112.

38 .Ibid, p. 484.

39 .François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, Paris, Gallimard, « Folio classique », 2005, p. 213.

40 .Ibid., p. 124.

41 .Ibid., p. 133.

42 .Ibid., p. 298.

43 .Ibid., p. 448.

44 .Ibid., p. 325.

45 .Ibid., p. 251.

46 .Ibid., p. 244.

47 .Ibid., p. 245.

48 .Avec de nombreuses ambiguïtés : il s’agit d’une dictature militaire comme celle de Napoléon : les pages de l’Itinéraire sur la foule muette et effrayée d’Istanbul ressemblent beaucoup aux pages qui décrivent les Parisiens pendant la Terreur dans les Mémoires d’outre-tombe.

49 .François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, op. cit., p. 257.

50 .Ibid., p. 474.

51 .Ibid., p. 458.

52 .Ibid., p. 462.

53 .À l’origine de cette image il y a sans doute Rousseau : « je me laissois aller et dériver lentement au gré de l’eau » (Jean-Jacques Rousseau, Les Rêveries du promeneur solitaire, dans Œuvres complètes I Les Confessions. Autres textes autobiographiques, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1959, p. 1044).

54 .François-René de Chateaubriand, Itinéraire de Paris à Jérusalem, op. cit., p. 466.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Piero Toffano, « Quelle valeur a la beauté de la nature dans l’œuvre de Chateaubriand ? »Littératures, 79 | 2018, 85-94.

Référence électronique

Piero Toffano, « Quelle valeur a la beauté de la nature dans l’œuvre de Chateaubriand ? »Littératures [En ligne], 79 | 2018, mis en ligne le 01 octobre 2020, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/2586 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.2586

Haut de page

Auteur

Piero Toffano

Né en 1953, Piero Toffano a étudié à la Faculté de Lettres de Venise, sous la direction de Francesco Orlando. Il est professeur de Littérature française à l’Université d’Urbino, où il a toujours enseigné (hormis une parenthèse à Palerme, 1992-1995). Il a été Directeur de Département de 2012 à 2018. Il a écrit trois monographies, sur les maximes de La Rochefoucauld, sur Salammbô de Flaubert, sur le mythe de l’Amérique sauvage dans l’œuvre de Chateaubriand, et des essais sur la littérature française du xviie siècle (Racine, La Bruyère, les mémorialistes), du xixe siècle (Chateaubriand, Hugo, Nerval, Baudelaire, Flaubert), avec des incursions dans le xxe siècle (France, Proust, Larbaud, Houellebecq).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search