Navigation – Plan du site
Comptes rendus

Yves Le Pestipon « Je plie et ne romps pas » : essai de lecture ininterrompue du livre I des Fables de La Fontaine

Mont-Saint-Aignan, PURH, 2011, 174 p.
Philippe Chométy
Référence(s) :

Yves Le Pestipon « Je plie et ne romps pas » : essai de lecture ininterrompue du livre I des Fables de La Fontaine, Mont-Saint-Aignan, PURH, 2011, 174 p.

Texte intégral

1Selon Yves Le Pestipon, auteur d’une thèse sur les relations de pouvoir dans l’œuvre de La Fontaine et d’une édition des Fables dans la collection « Garnier-Flammarion » (avec une introduction et une chronologie par Alain-Marie Bassy), il convient de lire les Fables dans leur ordre. La question n’est pas de démontrer que le recueil reflète un souci de composition ordonnée mais de proposer un modèle de lecture et d’analyse de la « pratique lafontainienne » qui donnerait sa place au continu dans la diversité, à l’enchaînement dans la disparité, à la cohésion dans la variété même.

2Son hypothèse est que « diverses liaisons » (selon l’expression employée par La Fontaine à propos d’Ovide dans un texte méconnu : l’avant-propos à une « Inscription tirée de Boissard », publié en 1685 dans les Ouvrages de prose et de poésie des sieurs de Maucroix et de La Fontaine) s’établissent entre les fables, et qu’elles s’expriment par les sons, les lettres, les mots, les étymologies, les symétries, les images, les ruptures apparentes, les sauts de fable en fable. En d’autres termes, une « chaîne secrète » (comparable à celle dont parle Montesquieu dans ses « Quelques réflexions sur les Lettres persanes ») relie les fables entre elles à travers les méandres du recueil. Si la mise en recueil a vraisemblablement été pensée par La Fontaine après la rédaction des fables, son désordre apparent n’en est pas moins un ordre « qui cache ce qu’il est » et qui « ressemble au hasard ».

3Certes des « analyses brillantes » ont déjà été consacrées à l’étude du « phénomène de la fable double » (Patrick Dandrey), des effets de rapprochement et d’éloignement des fables (Marc Escola), de la présence de « cycles » (Pierre Bornecque), de « parcours » (Marlène Lebrun) ou du « fil » supposé guider le lecteur dans le dédale des Fables (Randy Runyon). Mais elles n’ont jamais acquis la portée d’un principe de méthode herméneutique. C’est donc ce que présente l’auteur : lire les fables de proche en proche, par « plis », c’est-à-dire une fable après l’autre, ou plus exactement une fable par l’autre, « par avant et par retour arrière », en essayant de penser le livre comme une totalité. Dès lors, comme le souligne Yves Le Pestipon, on gagne à se représenter l’agencement du recueil des Fables non pas comme un jardin (Patrick Dandrey) ou comme un labyrinthe (Randy Runyon), mais bien plutôt comme un tourbillon, un flux, voire une rivière. C’est ainsi que cet essai convie le lecteur à se lancer dans le « courant du livre I » pour en percevoir les « longs replis », les « tournoiements », « ceci en tout sens ». L’image du Roseau qui « plie et ne rompt pas », qui donne son titre à l’ouvrage, peut également « s’entendre comme un moment du programme poétique de La Fontaine ».

4Cette approche sensible et novatrice est étayée par une intuition forte : en produisant « l’univers divers » des Fables, La Fontaine imiterait la nature, accordant poésie et physique, dans un mouvement de pensée qui l’entraîne vers l’atomisme antique. La Fontaine, qui « n’hésite pas à se déclarer « disciple de Lucrèce une seconde fois »» dans le Poème du Quinquina, privilégie un processus de création qui met en relation plusieurs fables, les met en mouvement, produisant des « replis », des « divergences », des « écarts » qu’Yves Le Pestipon justifie par la notion lucrétienne de clinamen – ce qui d’ailleurs n’exclut peut-être pas, de la part de La Fontaine, une certaine forme de « bricolage » en fonction de la position des fables dans le livre. En conséquence, le recueil invite à lire les fables « de vers en vers, de texte en texte » et à construire « des sens obliques ».

5Du même coup, on peut dire qu’on ne se baigne jamais deux fois dans les mêmes fables parce que leurs « eaux » changent et que l’interprétation n’est pas moins labile et fluide que leur sens : « chaque fable est aussi, dans le livre dont elle est le moment, animée par ce qui la précède et ce qui la suit ». Ce dispositif dynamique, au cœur du principe d’écriture et de composition des Fables, est essentiel au plaisir du lecteur. Il rend possible un « jeu divertissant », qui « ouvre l’esprit », celui de l’appréhension des « infinis potentiels » des Fables.

6Parce qu’il serait précisément « infini et illisible » de proposer une lecture d’ensemble des douze livres, et qu’il serait « peu convaincant » de se contenter de « quelques coups de sonde », Yves Le Pestipon choisit d’appliquer sa « lecture ininterrompue » à un seul livre des Fables : le premier. Il s’attarde notamment sur La Cigale et la Fourmi qu’il se donne pour objectif de lire par Le Corbeau et le Renard, La Grenouille qui veut se faire plus grosse que le Bœuf, Les Deux Mulets etc., et surtout par Le Chêne et le Roseau, et réciproquement. L’analyse est subtile et la démonstration des « implications » (au sens d’entrelacement du sens et d’enchaînement des fables) est magistrale.

7D’un point de vue méthodologique, le risque serait de systématiser, selon un « mode d’emploi lafontainien du langage », toutes les recherches autour des deux notions clés de « chaîne secrète » et de décryptage, et de tirer les analyses vers l’extrapolation. Yves Le Pestipon le reconnaît lui-même : « Pareilles liaisons sont innombrables. Qui s’y intéresse en repère partout. » Mais c’est un écueil que l’auteur a évité avec une maîtrise toute particulière.

8L’étude très savante d’Yves Le Pestipon, qui est également écrivain et poète, prend le parti de « céder l’initiative aux mots » (Stéphane Mallarmé) et récuse l’érudition du spécialiste. Elle s’adresse à un « lecteur sensible et imaginatif ». Car « sentir et imaginer sont des verbes importants pour caractériser le lecteur que désire rencontrer La Fontaine ». Outre une bibliographie indicative, qui fait notamment le point sur les « travaux intéressant particulièrement la composition des livres des Fables », l’auteur a ajouté un « supplément à la lecture du livre I » qui ouvre des perspectives dans le livre II, les premières fables du livre III et le livre VI. C’est un utile et précieux supplément.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Chométy, « Yves Le Pestipon « Je plie et ne romps pas » : essai de lecture ininterrompue du livre I des Fables de La Fontaine »Littératures [En ligne], 67 | 2013, mis en ligne le 27 décembre 2013, consulté le 07 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/259

Haut de page

Auteur

Philippe Chométy

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Littératures est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaire du Midi
  • OpenEdition Journals