Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82Dossier : Vivre avec le deuil de ...« Nous avons été heureux… » : Ver...

Dossier : Vivre avec le deuil de la Résistance : relectures de l’après-guerre

« Nous avons été heureux… » : Vercors et l’immédiat après-guerre, un goût doux-amer

Lou Mourlan
p. 59-75

Résumé

Vercors est un nom qu’on associe immédiatement à la Résistance et à sa nouvelle Le silence de la mer, faisant de lui un symbole du refus face à l’occupation allemande. Or, s’il est en effet né à l’écriture pendant la guerre et si tout le projet des Éditions de minuit est conçu comme un acte de résistance intellectuelle, regarder son œuvre dans sa globalité – notamment les récits de l’immédiat après-guerre – permet de nuancer cette vision manichéenne de l’homme et de l’auteur. Comme une grande partie de sa génération, il a dû faire le deuil de la Résistance, mais aussi de l’idée qu’il s’en était faite et ses écrits après 1944 offrent une vision plus nuancée, moins partisane, et même parfois amère de l’événement et de la récupération politique de son œuvre et de son image à laquelle il assiste impuissant.

Haut de page

Texte intégral

1Vercors est un nom qu’on associe immédiatement à la Résistance, pourtant, la vision de l’événement historique dans les œuvres de cet auteur est moins univoque que l’on pourrait le croire de prime abord, tant l’étiquette d’écrivain de la Résistance – obtenue avec la publication du Silence de la mer  lui colle à la peau. Si, dans sa première nouvelle, et même ses premières oeuvres, la représentation de la Résistance est au cœur de l’intrigue dans une visée généralement laudative, les nouvelles et romans écrits dans l’immédiat après-guerre proposent une vision plus nuancée, parfois même un peu plus sombre, de la période de l’Occupation ou de la Libération. Le rapport de Vercors à la Résistance ou, plutôt, avec l’imaginaire et le mythe construits après coup évolue avec le temps, notamment après la fin de la guerre, posant la question du deuil de la Résistance dans son œuvre.

Vercors, un écrivain né de la Résistance

2La Résistance a profondément changé tous ceux qui y ont participé. C’est particulièrement approprié en ce qui concerne Vercors – ou plutôt Jean Bruller, puisque Vercors n’existe, du moins dans un premier temps, que par et pour la Résistance. En effet, c’est elle qui fait de Bruller un auteur. Avant 1940, il est ingénieur, dessinateur, graveur, éditeur, publicitaire, critique d’art, mais on peut difficilement le qualifier d’écrivain avant la publication du Silence de la mer en 1942 qui signe la « métamorphose » de Bruller, pour reprendre le titre d’une de ses nouvelles, et la naissance de Vercors. À la fin de l’hiver 1941, avec son ami et mentor littéraire Pierre de Lescure, lassés de s’acharner à essayer de convaincre leurs amis du monde littéraire de ne pas publier sous l’Occupation allemande, ils décident de contre-attaquer en leur offrant un nouvel espace de diffusion pour leurs écrits et pour défendre l’esprit français contre la Collaboration. S’ils reprennent, dans un premier temps, La Pensée Libre, organe du Front National des Écrivains (futur Comité National des Écrivains), l’anéantissement de la revue par la Gestapo au deuxième numéro les pousse dans une autre direction, celle de la création d’une maison d’édition clandestine : les futures Éditions de Minuit. Celles-ci naissent afin de publier la seule nouvelle ayant échappée à la descente des Allemands : Le Silence de la Mer, de Bruller lui-même. Il choisit pour l’occasion un pseudonyme que le hasard a lié irrémédiablement à la Résistance : Vercors, en hommage à ce massif que ses compagnons d’armes de l’infanterie alpine lui ont dépeint comme une forteresse imprenable et qui est devenu pour lui le symbole de la préservation, de la permanence d’un patrimoine français en perdition.

3Dès leur création, les Éditions de Minuit sont conçues comme un geste de résistance, comme une action fondamentalement militante, un pied de nez à l’occupant nazi et un symbole envoyé au monde de la persistance, dans le pays vaincu et occupé, de l’esprit français, du moins de cette légende de l’esprit français qui existe depuis les Lumières et la Révolution française ; un idéal si peu compatible avec la Collaboration mais auquel Vercors continue à croire. Bruller détaille ainsi son projet dans La Bataille du Silence :

  • 1 Vercors, La Bataille du silence [1967], in Le Silence de la mer et autres œuvres, Omnibus, 2002, p. (...)

Une maison d’édition clandestine […] n’était-ce pas, ce qu’il fallait, en fin de compte pour assouvir les écrivains en mal de parution […] ? De plus, la naissance, puis l’existence et la réalité pratique d’une telle maison avec son mouvement de pensée, ne serait-ce pas pour l’étranger la preuve de la survivance sous la botte nazie de la vie spirituelle française ? La preuve qu’elle tenait allumé dans la nuit, comme les moines de jadis, le flambeau dont la flamme se transmettait de main en main, et même s’il le fallait, de génération en génération pour enfin, au bout du tunnel, reparaître vivante au grand jour ? […] Oui, au cœur de la Résistance française en train de naître dans la douleur, j’avais trouvé ma place et ma vocation : non dans l’action, dans ses violences et parfois ses erreurs ; mais dans la sauvegarde, la persistance et l’exactitude de la pensée, à travers l’oppression, l’asservissement, l’intolérance, et les provocations du mal, les embûches de la colère1.

4Vercors, farouche pacifiste dans l’entre-deux-guerres, n’a jamais pu se résoudre à prendre les armes. Il se revendique donc d’une révolte spirituelle, intellectuelle, et à aucun moment il ne fera le choix de la lutte armée, ni même tout à fait de la résistance active. Bien qu’il se soit, fin 1940, rapproché d’un réseau de l’Intelligence Service par le biais de Lescure, le démantèlement de celui-ci en raison d’une trahison met très rapidement fin à la seule tentative de résistance active de Vercors. Mais son activité à la tête de la maison d’édition n’est pas sans danger évidement, et il multiplie les risques pour réussir à créer des ouvrages de qualité alors même que le papier manque aux maisons d’éditions officielles. Il lui faut donc trouver des fournisseurs, une imprimerie et des réseaux de diffusions – tous clandestins – ce qui l’amène à côtoyer les grands réseaux de résistance de Paris dès 1942. En créant les Éditions de Minuit au nez et à la barbe des Allemands il réussit un tour de force, celui d’offrir aux écrivains un espace de lutte intellectuelle, un endroit où laisser éclater encore leur insoumission, adressant un message aux occupés comme aux occupants : même dans la guerre et le sang, le flambeau de l’humanité ne peut s’éteindre, et l’homme pourra retrouver après la guerre, dans chacune des pages imprimées par Minuit, ce qui importe réellement mais ne peut plus exister au grand jour : l’amour de la liberté, la fraternité, l’espoir, la dignité humaine.

5Bruller connaît donc, grâce à la guerre, à l’Occupation et à la Résistance, une véritable métamorphose. Lui, le dessinateur, a fait ce qu’un certain nombre d’écrivains français en zone occupée n’ont pas pu ou pas voulu faire : élever sa voix contre l’occupant, écrire des fictions qui bafouent l’autorité allemande et vichyste, les publier, non pas à la va-vite mais avec un réel souci de qualité et les diffuser largement, en France comme à l’étranger. Il accède ainsi dès sa première nouvelle – et presque indépendamment de sa qualité littéraire pourrait-on dire – à une renommée internationale, comme le souligne Radivoje Konstantinovic :

  • 2 Radivoje D. Konstantinovic, Vercors, écrivain et dessinateur, Klincksieck, 1969, p. 9.

Le succès du livre fut immense. Dans les milieux des intellectuels patriotes, ce fut un des sujets de conversation préférés. La radio de Londres consacra une chronique pleine d’éloges au Silence de la mer et Aragon le qualifia de « livre merveilleux de notre littérature ». Le récit fut bientôt réimprimé en Angleterre puis en Suisse et dès la fin de 1943, on publia les premières traductions en Amérique et en Australie. De nouvelles éditions parurent à Alger, à Québec, à Beyrouth2.

  • 3 Vercors, La Métamorphose [1942], in Le Silence de la mer et autres œuvres, op. cit., p. 127.
  • 4 La liste Otto, dont le nom fait référence à l’ambassadeur allemand Otto Abbetz, est une liste d’ouv (...)
  • 5 Pour préserver pleinement le mystère de l’identité de Vercors, notamment le fait qu’il ne soit pas (...)

6Et ce tour de force, il affirme l’opérer parce qu’il ne peut supporter le silence des écrivains français, et encore moins le fait que certains acceptent de publier sous censure allemande. Il vit cette compromission comme un affront, une humiliation et prend la plume pour la rectifier. Vercors crée lui-même, que ce soit par certaines de ses déclarations dans ses entretiens avec Gilles Plazy, ou dans La Bataille du silence, mais aussi au sein d’une très courte nouvelle écrite en 1942 et justement nommée « La Métamorphose », un véritable mythe autour de sa naissance à l’écriture comme une réponse urgente et irrépressible à l’événement. « La métamorphose » nous plonge dans les pensées du personnage de Brigge, un homme qui s’interroge, incrédule, sur les « crimes » de la Collaboration, chaque paragraphe commençant et se terminant sur les mêmes mots – « Est-il possible […] Oui, c’est possible3 » –, rythmant ainsi cette terrible litanie sur un Paris collabo et corrompu qu’il peine à imaginer. Le dernier des crimes ainsi évoqués est celui du monde littéraire, celui des éditeurs signataires de la liste Otto4, mais aussi celui des auteurs qui continuent de confier leurs manuscrits à ces mêmes éditeurs compromis, et qui, parfois, vendent leur plume à l’occupant ou au régime de Vichy. Face à ce crime, pour Brigge comme pour Vercors, il n’y a pas de choix possible : devant le silence de ceux qui représentent l’esprit français, il se doit de prendre la parole et c’est sur ce devoir, sur cet impératif moral que s’achève la nouvelle qui devait servir de préface à la deuxième édition clandestine du Silence de la mer5 :

  • 6 Vercors, « La Métamorphose », in Le Silence de la mer et autres œuvres, op. cit., p. 128.

Mais si tout cela est possible, si tout cela même n’a qu’un semblant de possibilité, mais alors il faudrait, pour l’amour de tout au monde, que quelque chose arrivât. Le premier venu, celui qui a eu ces pensées inquiétantes, doit commencer à faire quelque chose de ce qui a été négligé ; si quelconque soit-il, si peu désigné, puisqu’il n’y en a pas d’autres. Ce Brigge, cet étranger, ce jeune homme insignifiant, devra s’asseoir et, à son cinquième étage, devra écrire, devra écrire jour et nuit. Oui, il devra écrire, c’est ainsi que cela finira6.

  • 7 Anne Simonin, Les Éditions de Minuit, 1942-1955 : Le devoir d’insoumission, IMEC, 2008, p. 25.

7Vercors décrit ici sa naissance à l’écriture comme un acte nécessaire, un besoin irrépressible de faire entendre une voix dissonante dans le silence compromettant qui s’est emparé des milieux intellectuels français. Il ne se serait pas lancé dans l’écriture par envie, ni même par choix personnel, mais pour obéir à un devoir moral. Il sera l’écrivain de la Résistance, faute de mieux, « puisqu’il n’y en a pas d’autres ». Il faut néanmoins nuancer ce mythe de l’écrivain né de la guerre, né à la Résistance. S’il n’est pas un auteur avant la guerre, Anne Simonin dans son ouvrage somme sur les Éditions de Minuit, rappelle que Bruller avait tenté de publier, dès les années 1930, un roman policier qui ne trouva aucun éditeur, et que la naissance à l’écriture a été un processus plus long que ce que relate la légende : « Vercors est un miracle littéraire ; Jean Bruller, lui, est devenu écrivain au terme d’un apprentissage dans lequel le rôle de Pierre de Lescure fut décisif7. » Lui-même confesse d’ailleurs dans La Bataille du silence que ces années passées aux côté de Lescure lui ont donné envie d’écrire, et qu’avant même Le Silence de la mer, il s’est essayé à l’écriture d’un roman s’inspirant d’un de ses amours de jeunesse. Il faut prendre en compte aussi les longs commentaires, légendes ou historiettes qui accompagnent ses dessins avant-guerre et témoignent déjà d’un goût pour l’écriture qui laisse supposer que Bruller serait sans doute devenu écrivain sans la Résistance.

8Ce qui est probable en revanche, c’est qu’il aurait été un écrivain bien différent sans la guerre. Celle-ci a radicalement changé l’homme et sa manière de voir le monde. Il n’y a qu’à confronter l’humour noir et mordant de ses dessins, presque tous satiriques, et le message d’espoir, d’humanisme porté par chacune de ses fictions pour percevoir sa métamorphose. C’est dans la guerre et la Résistance qu’il a su voir la beauté de l’homme et qu’il a trouvé l’envie de le défendre. Après la défaite de 1940, il a remplacé le cynisme et l’ironie grinçante d’un 21 recettes pratiques de mort violente, par l’affirmation de la dignité humaine et l’injonction à la préserver qui sous-tend l’ensemble de son œuvre fictionnelle.

De l’écrivain-résistant à l’écrivain de la résistance

9Si le fait qu’il devienne écrivain n’est donc pas, comme il aimerait parfois que ce soit le cas, uniquement lié à la guerre et à la Résistance, son œuvre, elle, l’est. Il commence à publier dans le but de combattre l’Occupation, de continuer la guerre, et il écrit comme certains prennent les armes. Son premier sujet est la Seconde guerre mondiale, dans toutes ses dimensions : la défaite, l’occupation, les camps, la Collaboration, la Résistance occupent le devant de la scène dans ses premières œuvres. Toutes ses nouvelles et tous ses récits écrits pendant la guerre et dans l’immédiat après-guerre, sont, sans jugement de valeur, des œuvres de circonstances, provoquées par l’actualité et ne traitant que d’elle, l’interrogeant, la contestant, la sublimant aussi parfois. Il faut attendre Les Animaux dénaturés, en 1952, pour voir Vercors quitter ce rôle d’écrivain lié à l’Histoire et s’affirmer réellement comme auteur de fictions.

  • 8 James Steel, Littératures de l’ombre, Presses de la FNSP, 1991, p. 21.
  • 9 Vercors, La Bataille du silence, op. cit., p. 920.
  • 10 À ce propos, en plus de l’ouvrage de James Steel, voir Anne Simonin, Les Éditions de Minuit, 1942-1 (...)

10Il présente généralement un imaginaire positif de la Résistance : sa toute première œuvre en est une célébration proche d’une forme de propagande, même si ce n’est pas une apologie de la lutte armée, comme peut l’être L’Armée des ombres de Kessel. Elle est en quelque sorte le pendant pacifique du texte de Kessel, une opposition que souligne James Steel pour qui « Le Silence de la mer » « n’en révèle pas moins une attitude remarquablement passive et trahit, dans une certaine mesure, le pacifisme de l’auteur, ainsi que son “internationalisme8” ». Mais même s’il n’appelle pas à prendre les armes, l’appel à ne pas collaborer avec l’occupant est clair, une incitation à résister à sa tentative de séduction, de manipulation des premiers mois de l’occupation, à ce qu’il qualifie de « politique de la courtoisie9 » dans La Bataille du silence. Plus qu’une simple attitude attentiste dû au pacifisme de Vercors – ce qui lui est beaucoup reproché10 – « Le Silence de la mer » est conçu comme un refus qui est le premier pas vers la Résistance. La nouvelle est écrite peu de temps après la défaite, quand la lutte armée n’est encore que très peu organisée. Après la défaite des armes, la reddition physique, Vercors ne voit dans un premier temps, pas d’autres solutions que l’insoumission spirituelle, intellectuelle. Ce point de vue ne sera pas le sien tout au long de la guerre, mais s’il a pu, plus tard, envisager la nécessité d’une lutte armée, il n’a, à aucun moment, accepté de faire des Éditions de Minuit le relais d’un appel aux armes. Cela aurait été, à ses yeux, une perversion de leur dessein originel. Il publiera d’ailleurs ses récits comme ses essais abordant la question de la lutte armée dans d’autres organes d’éditions, Les Lettres françaises pendant la guerre ou la maison d’édition Émile-Paul frères après 1945.

11Toujours est-il qu’avec l’aventure des Éditions de Minuit, il goûte au côté grisant de la clandestinité, à son danger mais aussi surtout à sa camaraderie à toute épreuve. Dans un système de pensée un peu manichéen, elle est ce qui fait ressortir le meilleur des hommes, comme la Collaboration a pu en dévoiler le pire. La Résistance – en tout cas jusqu’en 1944 – est, à ses yeux, le révélateur de la noblesse dont les hommes sont encore capables, à l’exact opposé de la bassesse que dévoilent ceux qui collaborent. Il tient alors un discours très enthousiaste, parfois un peu idéaliste et il écrit en 1944 un texte qu’il intitule « Nous avons été heureux », publié dans Les Lettres françaises, qui revient sur ces quatre dernières années et sur ce qu’il a trouvé dans la Résistance.

Les deuils, la misère, la vie au fond des caves, les larmes, la colère, l’angoisse de chaque jour… et pourtant le bonheur. Oui. Faut-il avoir honte de l’avouer, honte de le proclamer ? Nous avons été heureux. Nos entretiens étaient sombres, traversés de révolte et de rage, parfois de désespoir, sans cesse navigant de l’amertume à la fureur… et pourtant nous portions aussi, au fond du cœur, une chose ample et étrange, une chose vivante et ailée, et cette chose je ne lui trouve pas de nom si ce n’est le bonheur. D’où venait-t-il ? De cette indignation que nous ressentions en commun, de notre résolution, de notre ardeur communes. Oui : de les deviner en chacun de nous, cette révolte et cette ferveur, de les sentir, de les savoir pures et désintéressées, je dis que nous étions heureux. Car il n’est qu’un vrai bonheur au monde et un seul : trouver de la noblesse en ceux qu’on aime. Le reste est vanité.

  • 11 Vercors, « Nous avons été heureux » [1944], in Le Sable du temps, Émile-Paul Frères, 1946, p. 91-92

Notre récompense ce fut ce bonheur-là. Tout autre désormais va nous paraître fade11.

12Ce sentiment d’un bonheur absolu au sein de l’horreur, sublimé dans la fraternité de la Résistance, on le retrouve dans certaines de ses fictions. C’est par exemple le sentiment qu’éprouve Arnaud, le protagoniste de la nouvelle « Le démenti » (1947), lorsqu’il se sacrifie pour tenter d’aider des résistants. Ce ne sont même pas des amis, Arnaud les connaît à peine. Mais ils lui ont fait confiance, ils ont placé leur vie entre ses mains, ils ont eu foi en lui, et ce seul geste, pur et profondément humain, suffit à faire de lui un résistant, un frère d’arme. Quand il est capturé, il sait qu’il ne parlera pas. Il connaît même une forme d’épiphanie qui lui fait toucher du doigt, au moment où il sait qu’il va mourir dans d’atroces souffrances et sous la torture, un bonheur absolu :

  • 12 Vercors, « Le démenti » [1947], in Le Silence de la mer et autres œuvres, op. cit., p. 249.

[…] il ne sentait plus la douleur. Il sut qu’il allait s’évanouir. Dans ses yeux, tout autour de la lune et des étoiles, dansaient des lumières multicolores. Il pensa encore une fois : « Pas un mot ! » avec une surprise, une force et une joie étranges, et une grande lueur blanche éclatante effaça tout, noya tout, les lumières, la lune et le ciel et les étoiles. Et il songea, avec une sorte d’exaltation : « quel démenti ! » et aussitôt : « Mais alors, c’est… » et sa joie et sa surprise et la lueur se confondirent, l’emportèrent, le soulevèrent dans un immense balancement lumineux, et il eut l’impression que la lune, là-haut, lui souriait, et il acheva presque à voix haute : « … c’est donc… qu’il y a… AUTRE CHOSE !... » et il eut envie de crier de joie, et alors il perdit connaissance, et le camion ballotta son corps inerte de droite à gauche. Et sur son visage inanimé, ses lèvres s’écartaient dans un sourire plus heureux qu’il n’en avait montré depuis quinze ans12.

13Si lui, qui s’est toujours tenu loin des hommes qu’il croyait mépriser, qui s’était promis pendant la guerre de rester au-dessus de la mêlée, est prêt à se sacrifier pour des inconnus, à mourir pour la Résistance, alors c’est qu’il y a quelque chose en l’homme – du moins en ces trois résistants – qu’il estime digne d’être sauvé, et qui vaut la peine qu’il donne sa vie pour la préserver : la noblesse et la dignité de l’homme. Cette vision positive de la Résistance, certainement idéalisée, est particulièrement présente dans les premières œuvres. Elle prend tout son sens lorsque l’on remet en perspective le but même des Éditions de Minuit, et le sentiment qui amène à l’écriture du « Silence de la mer ». La nouvelle, comme la maison d’édition, sont une action partisane, un acte de résistance et même, d’une certaine manière, une œuvre de propagande. L’objectivité et la nuance n’y ont alors aucune place, et l’idéalisation de la Résistance est au service d’un message, d’une idéologie. On peut souligner que dans la même période, il accepte de ne pas publier certains textes, comme la nouvelle « Le Songe », ou l’essai Le Nord abordant respectivement les premières rumeurs sur la sordide réalité des camps et les questionnements autour de la légitimité de la lutte armée – pour ne pas affaiblir le mouvement, ne pas décourager ceux qui se battent. Il faut attendre la fin de la guerre, la fin de l’Occupation et de la clandestinité, pour voir émerger sous la plume de Vercors un discours plus nuancé.

L’après-guerre, le temps des désillusions

  • 13 Vercors, La Bataille du silence, op. cit., p. 1030.

14En effet, malgré cette vision positive, Vercors n’est pas à l’abri des déceptions qui touchent de nombreux résistants dans l’après-guerre. Très vite, il sent que le vent tourne et il voit s’effriter une partie de l’image qu’il s’était faite de la Résistance. Lorsqu’il endosse ouvertement le rôle de Vercors, délaissant l’anonymat et la clandestinité, il comprend rapidement qu’ils seront nombreux à essayer de récupérer le symbole qu’il est devenu, au point d’en faire, selon ses propres termes : « le président potiche et le bouc émissaire13 » du CNE. Amer, il voit également renaître les conflits d’intérêt, l’égoïsme, la vanité, la quête du pouvoir, toutes ces bassesses humaines que la Résistance semblait, dans un premier temps, avoir mises de côté. Il assiste impuissant à l’ascension fulgurante des résistants de la dernière heure alors que les résistants de longue date sont renvoyés à l’oubli de leur province ou de leurs tombes. Dans les derniers mois de la guerre et l’immédiat après-guerre, l’imaginaire de la Résistance dans ses fictions se fait plus nuancé, et aussi plus ambigu.

15Si Vercors encense parfois la Résistance, dans laquelle il a pu retrouver la noblesse de l’homme, il sait aussi qu’elle a pu, par ce qu’elle a d’extrême et de violent, déshumaniser les hommes. Une fois que le conflit touche à sa fin, il n’en véhicule pas, ou peu, une image idyllique. Sans cesse confrontés à l’horreur, à la mort, à la violence, les résistants ont aussi perdu une partie de leur sensibilité, et donc de leur humanité. Fondamentalement, cela pose un problème moral au pacifiste que fut Vercors, parce que ses membres en sont réduits à user des mêmes armes que ceux qu’ils combattent. Sans doute est-ce cette aporie, en partie débattue dans Le Nord, qui empêche longtemps Vercors de prendre ouvertement le parti de la lutte armée. Cette déshumanisation est exprimée dans une nouvelle publiée en 1946 : « Agir selon sa pensée ». Le narrateur, qui semble un avatar de Vercors, y déplore l’inhumanité de Frank, la métamorphose – cette fois-ci négative – qu’a opéré sur lui son engagement :

  • 14 Vercors, « Agir selon sa pensée » [1946], in Le Silence de la mer et autres œuvres, op. cit., p. 21 (...)

Il avait vu trop d’horreur, trop d’inexpiables crimes. Mon vieux Frank intègre et pur, épris de justice, ennemi de la violence et des passions, avait cédé la place à un homme plein de froide colère et pétri de haine et prêt à tous les excès14.

16Frank illustre la difficulté rencontrée par nombre de résistants : pour défendre un idéal juste, ils ont dû faire taire leur éthique, et parfois leur bonté, s’abandonner à la haine et user des mêmes armes que l’ennemi, de la même violence, du même caractère impitoyable. Ce faisant, ils sont devenus parfois presque aussi inhumains que leurs bourreaux. Ainsi Frank décide-t-il sans hésiter de faire exécuter, malgré l’absence de preuve, un homme soupçonné d’être un traître. Lorsqu’on lui apprend l’innocence de l’homme abattu, il met sa mort au rang des maux nécessaires à la victoire et balaye d’un revers de main les remords d’un de ses camarades. Il a atteint un point de non-retour : celui de voir l’homme comme un moyen, et non comme une fin. En cela, Frank, comme d’autres résistants, a pu devenir inhumain, perdre la pureté qui le caractérisait avant-guerre, pureté qui ne constitue pas, ou plus pour Vercors après 1944, une caractéristique de la Résistance elle-même.

17Après-guerre, en effet, Vercors fait le choix de ne pas peindre uniquement des résistants exemplaires. Le personnage d’Altman, par exemple, dans La Puissance du jour (1951), a droit à un portrait plutôt ambigu. Pierre Cange, ancien chef de réseau, le décrit ainsi dans ses notes :

  • 15 Vercors, La Puissance du Jour [1951], in Le Silence de la mer et autres œuvres, op. cit., p. 428-42 (...)

Attendrissant mais je crois, peu solide. Homme à secouer et à bousculer. Courage physique certain : a participé en 43 à l’affaire de la Centrale de Rubec […]. Courage moral plus douteux : repris par la petite ville et les petites affaires ; un tantinet antisémite […]. N’avait pas peur des balles allemandes, ni du bagne. A sûrement une peur panique du scandale et de l’opinion publique15.

Avec ce personnage équivoque, qui n’est pas un résistant de la dernière heure, loin s’en faut, et qui a su être héroïque pour son réseau et ses camarades, Vercors tient à rappeler que tous les résistants n’étaient pas nécessairement des êtres parfaits à la morale exemplaire. Il choisit notamment d’en faire un antisémite. En effet, plus loin, on apprend qu’il vend dans sa librairie un certain nombre d’ouvrages d’écrivains antisémites que Vercors, avec une partie du CNE, voulait voir bannis des étals et des revues littéraires. L’accusation est plus qu’importante aux yeux de Vercors, qui fait partie des rares écrivains à faire une place réelle à ce que l’on appellera plus tard la Shoah dans ses œuvres à un moment de l’après-guerre où, en voulant tourner la page de la guerre, on a tendance à museler les survivants des camps dans un souci d’unité nationale. Vercors rappelle avec Altman, un homme cupide et assez égoïste, avec un fond d’antisémitisme bien ancré, que la Résistance n’a pas compté dans ses rangs que des hommes purs et désintéressés, sans toutefois nier jamais ni son courage, ni son apport à la lutte contre l’occupant. Altman, malgré ses défauts, est un héros de la Résistance, qui n’a pas compté dans ses rangs que des défenseurs universels des opprimés. Il illustre à ce titre parfaitement la représentation plus ambivalente de la Résistance dans l’œuvre de Vercors après-guerre.

  • 16 Voir à ce propos le personnage de Valériano dans Le Refus, qui, après la Libération, retourne dans (...)

18Par ailleurs, Vercors fait partie des rares auteurs, avec notamment Ludovic Massé16, qui reprochent à la France d’après-guerre et notamment aux anciens résistants, l’abandon de l’Espagne aux mains de Franco. Pour lui, ceux qui luttaient contre le fascisme de l’oppression allemande ne devraient pas tolérer qu’un fasciste continue de martyriser son peuple sans qu’aucun compte ne lui soit demandé. Cette indignation il la confie au personnage de Nicole dans La Puissance du jour :

  • 17 Vercors, La Puissance du jour, op. cit, p. 489.

Et Franco, Franco, Franco, dont depuis plus d’un an on annonce la punition, que l’on menace du doigt et du sourcil, mais qui assassine tranquillement Ventura Marquez, et Cristino Garcia, et avec eux cinquante républicains, et parmi eux nombre d’anciens francs-tireurs des maquis français ; et que fait-on ? Rien, « l’Espagne doit se libérer elle-même » […]. Imaginez la France en 44, qui aurait vu les armées alliées libérer une à une la Belgique, puis la Hollande, puis l’Italie, l’Espagne, toute l’Europe – et qu’on laisse de côté, qu’on laisse aux mains de Laval, de Darnand, aux mains de la Milice, bourrée de Nazis restés là et qui tiennent le haut du trottoir17 !

19L’abandon de l’Espagne est une honte, une tache indélébile sur l’habit immaculé des Alliés, mais aussi sur celui des anciens résistants. Dans le discours de Nicole, ce sont surtout les États vainqueurs qui sont visés par l’opprobre, malgré la présence du pronom indéfini « on » qui semble impliquer l’ensemble des nations victorieuses et donc, aussi, les anciens résistants. Mais cette condamnation de principe sur l’inaction des États prend une toute autre valeur quand Nicole et Pierre, deux anciens résistants, font le choix de passer clandestinement la frontière dans les Pyrénées pour aller aider les Républicains espagnols, devenant en quelque sorte des exemples à suivre. C’est à la conscience et à l’âme des anciens résistants, des anciens vaincus, que s’adresse Nicole. En faisant le parallèle avec les ennemis de la Résistance, Laval, Darnand, la Milice, elle invite ses anciens compagnons d’armes à se projeter aux côtés du peuple espagnol et à lui apporter son soutien, armé comme Pierre et Nicole, ou littéraire comme Vercors.

Le refus du mythe d’une France résistante

20En dépit de ces nuances, Vercors peint malgré tout dans l’ensemble une image positive de la Résistance. Pour autant, il s’en prend aussi sans ambages à l’imaginaire d’une France en majorité résistante que l’on retrouve un peu partout dans l’immédiat après-guerre, à commencer par les discours officiels. À la fin de la guerre, le discours politique devient rapidement celui de l’unité, au point de niveler une partie de la réalité historique. Il s’agit du mythe, largement dénoncé par les historiens, d’une France en majorité résistante, laissant entendre que la Collaboration a été le fruit d’une minorité vénale et monstrueuse, et l’attentisme une résistance passive. Ce mythe est aussi celui de la glorification de la Résistance, en occultant une part de sa violence, mais aussi et surtout, en présentant l’image d’un front uni, exemplaire, qui n’est que très peu mise à mal dans la littérature d’après-guerre. Vercors, s’opposant à la récupération politique de la Résistance, relate les dissensions qui l’animent, notamment dans La Bataille du silence, en reprochant le non-envoi d’armes au maquis du Vercors par les alliés, mais aussi implicitement par de Gaulle, le condamnant ainsi à une mort certaine. La rumeur a couru, en effet, que l’ordre aurait été donné par l’entourage du Général qui voyait d’un mauvais œil le pouvoir grandissant des communistes dans le maquis.

  • 18 Vercors, La Bataille du silence, op. cit., p. 1018.

Dans les remous sanglants d’événements énormes, d’une guerre qui bouleverse l’univers et ses océans, ce désastre du Vercors, cet abandon illustrent combien déjà la politique, la concurrence sont introduites dans le camp même de la France combattante ; ses forces extérieures prennent ombrage de ses forces intérieures […] et à mesure que la libération approche, tout ce qui avait pu sembler si clair pendant quatre ans commence de se troubler, se brouiller comme du lait qui tourne ; la Résistance, unie à grand-peine par Jean Moulin […] se délite de nouveau en groupes politiques rivaux, qui préparent leur accession future aux leviers du pouvoir, parfois même font le coup de feu les uns contre les autres18.

  • 19 « Ce dépouillement, cette pureté, voici qu’ils disparaissent avec notre lutte et notre anonymat. Ch (...)

21Vercors tient ici à souligner a posteriori ce qu’il avait déjà évoqué dans « Nous avons été heureux » en 194419 : les dissensions au sein de la Résistance dans les derniers mois de l’Occupation et après la Libération, lorsque tous ceux qui s’étaient unis contre un même ennemi voient renaître non seulement leurs oppositions, mais aussi leurs ambitions, ce qui met fin à l’équilibre précaire et extraordinaire unissant des gens d’horizon, de confessions politiques et religieuses différents.

  • 20 Ordonnance du 9 août 1944 rédigée à Alger par le général de Gaulle et le commissaire à la justice F (...)

22Mais l’opposition au mythe d’une France résistante la plus évidente, celle qu’on retrouve dans un certain nombre de romans de la période, et y compris chez Vercors, est la représentation de la Collaboration. Elle y est systématiquement traitée de manière absolument négative, sans aucune humanisation des collabos. Chaque roman ou nouvelle de Vercors semble compter son collabo, qu’il soit à peine esquissé, simplement mentionné ou plus développé. Ce que cette surreprésentation affirme, c’est que la Collaboration n’a pas été le fruit de quelques brebis égarées, mais d’une partie non négligeable de la nation française, et surtout, qu’elle a été une affaire d’État. Vercors fait partie des rares auteurs, dans l’après-guerre à dénoncer aussi ouvertement et systématiquement le régime de Vichy et à rappeler son rôle majeur dans la répression des résistants et surtout dans la déportation des juifs. En déclarant par l’ordonnance du 9 août 1944, « l’autorité de fait, se disant “gouvernement de l’État français20” » c’est-à-dire le régime de Vichy, nul et non avenu, de Gaulle et le gouvernement provisoire refusent aussi de reconnaître que ces exactions étaient celles du gouvernement français. Ce refus de reconnaitre l’existence légale de Vichy permet d’en minimiser les crimes au profit d’une mise en lumière des actions de la Résistance, intérieure et extérieure, en déclarant qu’elles étaient le véritable pouvoir, le véritable gouvernement français légitime. Dans une volonté d’unification, cela devient aussi malheureusement une manière d’écarter, de passer sous silence ce qui gène aux entournures.

  • 21 « Vendu […] par ceux, d’entre tous les peuples de cette malheureuse planète, qui eussent dû se mont (...)
  • 22 Vercors, « L’imprimerie de Verdun » [1946], ibid. p. 111.

23Vercors refuse absolument cette position et il intègre fréquemment dans ses fictions des représentations de la violence faite loi, de la violence légale de cet État Français, et ce dès 1943 avec « La Marche à l’étoile ». Thomas Muritz, cueilli lors de la rafle du Vel d’hiv, se croit sauvé lorsqu’il voit qu’il s’agit de policiers français, et Vercors insiste particulièrement sur l’horreur de la situation, sur la déception du personnage, et surtout la gravité de la faute : des Français livrant d’autres Français à la barbarie nazie21. Cette déception à la limite du désespoir sera aussi celle de Vendresse dans « L’Imprimerie de Verdun ». Lui qui croyait à la noblesse d’âme du maréchal Pétain, a voulu espérer jusqu’au bout qu’on ne déporterait pas Da Costa et encore moins sa famille. Lorsqu’il retrouve le narrateur, celui-ci présume que les Allemands ont emmené la femme et les enfants de l’ouvrier, mais Vendresse se dépêche de le contredire, avec amertume : « – Qui ? Les vert-de-gris ? – Pensez-vous22 !... » Tout est dans les points de suspension. Vendresse, l’ancien de Verdun, le patriote, ne peut se résoudre à prononcer les mots qui impliqueraient la France, et les Français avec elle, pourtant la condamnation est plus que perceptible.

24Le rôle meurtrier de Vichy, c’est aussi ce que représente Broussard de La Puissance du jour dans toute sa splendeur. Préfet sous Pétain, il refuse de reconnaître une quelconque culpabilité pendant la guerre, notamment pour ses déportations de résistants. Il le rappelle à Pierre, le résistant qui l’accuse : il n’a fait que suivre et appliquer la loi. Agent de la fonction publique, il considère qu’il n’a pas à discuter les ordres et que les condamnations qu’il a prononcées étaient légitimes au regard de la loi. Et il faut reconnaître que son aplomb et ses arguments déstabilisent Pierre. Par ce personnage, Vercors se fait l’écho du discours réel des exécutants du régime de Vichy, et Broussard, comme les autres personnages de collabos, sont un moyen pour Vercors de rappeler qu’il est plus facile pour beaucoup dans l’après-guerre de condamner nommément, individuellement tel Collaborateur pour faire oublier l’iniquité de toute une nation au travers de son gouvernement et des lois qu’il a promulguées.

25En effet, ce que Vercors condamne avant tout dans l’après-guerre, c’est la propension à l’oubli, à travers le mythe d’une France résistante, mais aussi avec les grâces accordées à un certain nombre de Collaborateurs, y compris majeurs. Les lois d’amnisties de 1951 et de 1953, très larges, permirent la libération de la quasi-totalité des gens emprisonnés pour faits de collaboration, ce qui n’est pas sans provoquer des contestations, comme le constate l’historien Marc Bergère :

  • 23 Marc Bergère, Une société en épuration, Presses Universitaires de Rennes, 2004, p. 372.

Fruit de calculs politiques mais aussi d’un régime carcéral progressif instauré à la Libération avec un réel souci de justice et d’humanité, le bilan de la désépuration est impressionnant. Face à un tel résultat, à peine dix ans après la Libération, on comprend qu’une partie de l’opinion engagée et souvent victime de l’Occupation ait été heurtée par tant de clémence rétrospective23.

Vercors fait partie de ceux que cette clémence heurtent. Il trouve les lois d’amnisties et l’oubli, voire le pardon, qu’elles présupposent, profondément injustes. On en retrouve mention dans La Puissance du jour, toujours dans le discours de Nicole :

  • 24 Vercors, La Puissance du jour, op.cit., p. 489.

Et elle lui peignit la terrible accélération de l’oubli, suivi pas à pas, prudemment et patiemment, mais avec une méthode et une habileté sans fissure, par tous les anciens puissants guettant leur heure dans cet oubli. La grande conspiration de la mauvaise Justice, trop lourde ou trop clémente comme au hasard, frappant de mort parfois les moins impurs, libérant goutte à goutte les éléments pourris24.

  • 25 Voir à ce propos Vercors, Les Nouveaux Jours, Esquisse d’une Europe, Briand l’oublié 1942-1962, t.  (...)

26Ces amnisties et l’oubli dont elles sont le symbole judiciaire, se retrouvent aussi dans le monde littéraire, et c’est contre elles que lutte Vercors dans le Comité d’épuration de la librairie et de l’édition mais aussi dans le CNE. Il supporte difficilement que les éditeurs et écrivains ayant collaborés soient, pour la plupart, non seulement libres de toute sanction, mais qu’ils redeviennent très rapidement des auteurs à succès. Il s’astreint à ne pas publier chez des éditeurs mis en cause ou dans des revues qui continuent à donner la parole à d’anciens collabos, et enjoint ses camarades à faire de même, sans grand succès à mesure que les années passent. Il fera d’ailleurs partie, avec entre autres Éluard ou Debû-Bridel, du comité qui, en septembre 1944, établit la première liste noire officielle du CNE. Même s’il ne soutient absolument pas la condamnation à mort de Brasillach, il tient cependant à rappeler à chacun la responsabilité de l’écrivain. Il affiche publiquement son intransigeance et se désole de ce que tout le monde semble oublier rapidement les discours tenus par certains sous l’Occupation. Il est le premier à déplorer le manque de sévérité de Paulhan, ou même d’honnêteté de Sartre qui se refusent à condamner Gallimard25, sans tenir compte de leur prestige d’après-guerre.

27Cet oubli des crimes des collabos s’assortit de l’oubli des actes et des sacrifices de certains résistants, notamment déportés. On ne semble garder de l’événement et de ceux qui y ont participé que ce qui sert le mythe d’une Résistance forte et glorieuse : des Résistants victorieux, animés de sentiments purs, jamais ni désespérés ni coupables. La figure de Pierre dans le diptyque Les Armes de la nuit et La Puissance du jour s’oppose à ce mythe glorieux. Résistant défait, déporté dans un camp allemand, il y est amené à perdre son humanité, d’une part en raison des traitements inhumains infligés par les nazis – sujet relativement traité par la littérature d’après-guerre – et d’autre part à cause des crimes qu’il y commet, notamment le meurtre de l’un de ses camarades les plus faibles pour sauver sa propre vie – thématique déjà moins abordée. La littérature d’immédiat après-guerre sur la Résistance semble en grande majorité renouer avec l’héroïsme épique et guerrier, sacrifiant sur l’autel du mythe ce que fut réellement la Résistance, avec ses victoires et ses défaites, sa gloire et ses exactions. Ce sacrifice prend d’ailleurs une valeur on ne peut plus symbolique lorsque Pierre, revenu des camps, est comparé au Christ par un abbé :

  • 26 Vercors, La Puissance du jour, op.cit., p. 412-413.

On vous a trahis et livrés, on vous a enfoncé la couronne d’épines, on vous a préféré Barabbas, on vous a craché au visage, on vous a battus de verges, on vous a fait boire le vinaigre […] et Dieu vous a abandonnés… […] Jésus assumait les maux et les péchés d’un monde malheureux, vous avez assumé ceux d’un monde atroce. Ce monde malheureux n’a pas su reconnaître aussitôt Jésus, il n’a pas su aussitôt qu’Il était sa conscience souffrante ; et ce monde atroce ne veut pas encore vous reconnaître, reconnaître en vous son ignominie. Mais le jour où les peuples auront compris QUI vous étiez, ils mordront la terre de chagrin et de remords, ils l’arroseront de leurs larmes et vous élèveront des temples26.

28Ce discours de l’abbé, qui reconnaît le « martyre » des déportés, qui admet sa souffrance et le plaint, qui lui rappelle qu’il a été avant tout une victime, et stigmatise non pas ce qu’il a vécu et fait dans les camps, mais l’oubli dans lequel il a été depuis sa déportation – de la non intervention des alliés à l’abandon des survivants revenus de l’enfer – ôte le poids de la culpabilité que Pierre portait sur ses épaules depuis Hochswörth. Ainsi, Vercors s’assure de faire une place, dans ses fictions d’après-guerre, aux résistants qui ne se reconnaissent pas dans l’image victorieuse et uniforme du mythe national. Sous forme d’une prophétie presque, Vercors reconnaît à la fois la force et la valeur de leur sacrifice, l’oubli dans lequel le résistant souffrant et mis en échec est rejeté par le mythe de l’après-guerre d’une Résistance pure, forte et victorieuse ; mais il prédit aussi un temps de la reconnaissance, un temps de la vision lucide et humaine de ce qu’elle fut et que Vercors appelle de ses vœux. En effet, son deuil de la Résistance n’est pas sans réserve. Ce qu’il désavoue, ce à quoi il renonce, c’est simplement à une certaine image de la Résistance, celle qui sert un discours politique qu’il rejette dans l’après-guerre.

29Vercors, né dans la Résistance, est le défenseur ardent d’un certain esprit qui n’accepte pas la compromission, qui reste lucide, mais qui veut croire encore au bien-fondé de ses actes. S’il en a, dans un premier temps, véhiculé une image idéalisée, allant jusqu’à repousser la publication de certains de ses écrits pour ne pas lui nuire, il refuse, dans l’immédiat après-guerre, de dénaturer ce que le conflit a été, et de faire la Résistance plus grande qu’elle n’a été. Sa vision, partisane pendant l’événement, se refuse à le rester après, comme alibi ou consolation. Il tente de se battre contre la récupération, non seulement de la Résistance mais aussi de sa propre personne, au nom d’un mythe d’une France résistante qui fait les affaires des politiques et des anciens collaborateurs ; quitte pour cela à en écorner un peu l’image dans ses romans. Le deuil de la Résistance, chez Vercors, est, comme pour beaucoup, le fait de la récupération de l’événement et des politiques mémorielles de l’après-guerre. Mais ne garder de la guerre que la part positive de la Résistance, et oublier l’épuration, oublier la Collaboration, oublier Vichy, oublier le racisme qui a survécu à la guerre et ne fut jamais uniquement le fait des nazis, oublier d’une certaine manière, les victimes et les coupables, c’est oublier finalement une grande partie de ce qui fait l’homme de l’après-guerre. C’est paradoxalement oublier aussi ce qui a fait la grandeur de la Résistance et nier à ces hommes et ces femmes une partie de leur valeur, que ce soit en faisant des êtres surhumains, qui n’ont alors aucun mérite à agir, ou au contraire en niant le caractère exceptionnel de leur geste.

Haut de page

Notes

1 Vercors, La Bataille du silence [1967], in Le Silence de la mer et autres œuvres, Omnibus, 2002, p. 925.

2 Radivoje D. Konstantinovic, Vercors, écrivain et dessinateur, Klincksieck, 1969, p. 9.

3 Vercors, La Métamorphose [1942], in Le Silence de la mer et autres œuvres, op. cit., p. 127.

4 La liste Otto, dont le nom fait référence à l’ambassadeur allemand Otto Abbetz, est une liste d’ouvrage interdits publiée le 28 septembre 1940. Elle fut élaborée par le syndicat des éditeurs français et les principales maisons d’éditions, avant même que la demande n’émane de l’occupant.

5 Pour préserver pleinement le mystère de l’identité de Vercors, notamment le fait qu’il ne soit pas un écrivain de profession, cette nouvelle ne sera finalement publiée qu’après la guerre.

6 Vercors, « La Métamorphose », in Le Silence de la mer et autres œuvres, op. cit., p. 128.

7 Anne Simonin, Les Éditions de Minuit, 1942-1955 : Le devoir d’insoumission, IMEC, 2008, p. 25.

8 James Steel, Littératures de l’ombre, Presses de la FNSP, 1991, p. 21.

9 Vercors, La Bataille du silence, op. cit., p. 920.

10 À ce propos, en plus de l’ouvrage de James Steel, voir Anne Simonin, Les Éditions de Minuit, 1942-1955, op. cit., p. 74, mais aussi l’article de María de los Ángeles Hernández Gómez « Vercors, la réception critique de son œuvre », in Çédille, n° 14, 2018, p. 263-285.

11 Vercors, « Nous avons été heureux » [1944], in Le Sable du temps, Émile-Paul Frères, 1946, p. 91-92.

12 Vercors, « Le démenti » [1947], in Le Silence de la mer et autres œuvres, op. cit., p. 249.

13 Vercors, La Bataille du silence, op. cit., p. 1030.

14 Vercors, « Agir selon sa pensée » [1946], in Le Silence de la mer et autres œuvres, op. cit., p. 215.

15 Vercors, La Puissance du Jour [1951], in Le Silence de la mer et autres œuvres, op. cit., p. 428-429.

16 Voir à ce propos le personnage de Valériano dans Le Refus, qui, après la Libération, retourne dans son pays pour se battre aux côtés des opposants au régime franquiste.

17 Vercors, La Puissance du jour, op. cit, p. 489.

18 Vercors, La Bataille du silence, op. cit., p. 1018.

19 « Ce dépouillement, cette pureté, voici qu’ils disparaissent avec notre lutte et notre anonymat. Chacun, avec son nom, reprend une place sociale. Chacun pour chacun devient à nouveau une puissance avec laquelle il faut compter, qui pourra lui aider ou lui nuire. Il y a pis : entre chacun et chacun se glissent sans bruit de nouvelles gens, des gens qui savent admirablement s’appuyer sur l’un contre l’autre pour atteindre leurs buts égoïstes. Les voici avec tout leur attirail : les places, les rubans, les promesses, les avances, les menaces voilées. » Vercors, « Nous avons été heureux », op. cit., p. 93-94.

20 Ordonnance du 9 août 1944 rédigée à Alger par le général de Gaulle et le commissaire à la justice François de Menthon.

21 « Vendu […] par ceux, d’entre tous les peuples de cette malheureuse planète, qui eussent dû se montrer grands… À des hommes qui n’ont en partage que quelques rochers desséchés, […] on peut pardonner beaucoup… Mais aux Français ! […] Ce pays avare et repu qui refuse d’accepter l’épreuve ! qui d’une main tremblante offre son fils adoptif… » « La marche à l’étoile » [1943], in Le Silence de la mer, Albin Michel, 1994, p. 157

22 Vercors, « L’imprimerie de Verdun » [1946], ibid. p. 111.

23 Marc Bergère, Une société en épuration, Presses Universitaires de Rennes, 2004, p. 372.

24 Vercors, La Puissance du jour, op.cit., p. 489.

25 Voir à ce propos Vercors, Les Nouveaux Jours, Esquisse d’une Europe, Briand l’oublié 1942-1962, t. 3, Plon, 1981.

26 Vercors, La Puissance du jour, op.cit., p. 412-413.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lou Mourlan, « « Nous avons été heureux… » : Vercors et l’immédiat après-guerre, un goût doux-amer »Littératures, 82 | 2020, 59-75.

Référence électronique

Lou Mourlan, « « Nous avons été heureux… » : Vercors et l’immédiat après-guerre, un goût doux-amer »Littératures [En ligne], 82 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 21 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/2699 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.2699

Haut de page

Auteur

Lou Mourlan

Lou Mourlan, agrégée de lettres modernes, effectue au sein du laboratoire PLH de l’université Toulouse Jean-Jaurès, une thèse intitulée : « La fiction au risque de l’humanisme (1940-1953) : Malraux, Camus, Gary, Vercors », dirigée par Jean-Yves Laurichesse et Julien Roumette. Elle s’interroge sur l’impact immédiat de la guerre sur le roman français, autour d’une notion particulièrement fragile dans l’après-guerre, l’humanisme. Elle a effectué plusieurs communications dans des colloques et journées d’études sur l’humanisme d’après-guerre, dont une partie sont aujourd’hui publiées dans différentes revues : Littératures, Europe, Voix plurielles (Canada), Motifs (à paraître).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search