Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82Comptes rendusÉlodie Bénard, Les Vies d’écrivai...

Comptes rendus

Élodie Bénard, Les Vies d’écrivains (1550-1750). Contribution à une archéologie du genre biographique

Genève, Droz, « Travaux du Grand Siècle », 2019
Bénédicte Louvat
p. 209-211
Référence(s) :

Élodie Bénard, Les Vies d’écrivains (1550-1750). Contribution à une archéologie du genre biographique, Genève, Droz, « Travaux du Grand Siècle », 2019, 440 p.

Texte intégral

1Pourquoi voit-on désormais sous les traits d’Arnolphe et d’Alceste Molière malheureux en ménage ? Pourquoi associe-t-on le naturel des Fables au caractère distrait de La Fontaine ? C’est à ces questions, entre autres, que répond le bel ouvrage d’Élodie Bénard consacré aux Vies d’écrivains, qu’elle étudie à la fois comme forme littéraire spécifique et contribution singulière à l’histoire littéraire pendant une période clef, celle de l’émergence du champ littéraire et de l’autonomisation de la littérature, de ses productions et de ses auteurs. S’il s’inscrit dans les pas de travaux consacrés aux Vies de philosophes (Dinah Ribard), aux ana (Bernard Beugnot), aux anecdotes (Karine Abiven) ou à la naissance de l’histoire littéraire (Emmanuelle Morgat-Longuet) et dans le prolongement de contributions ponctuelles dédiées à la Vie d’un auteur particulier (celles, notamment de Ronsard, Corneille, Molière, La Fontaine ou Racine), le livre d’Élodie Bénard constitue le premier travail synthétique sur les Vies d’écrivains telles qu’elles ont été composées, lues et utilisées pendant deux siècles. Le corpus compte une centaine de textes, dont une soixantaine sont étudiés très précisément, depuis la Vie de Ronsard par Claude Binet dont la première version date de 1586 jusqu’à l’éloge de Molière par Chamfort en 1769. Ces « Vies » prennent, en effet, des titres et des formes variés et comptent des éloges, oraisons funèbres et épitaphes ainsi que des préfaces, avertissements et autres avis au lecteur ; écrites par des anonymes, des amis ou des membres de la famille de l’écrivain mais également des journalistes et historiens dont certains se spécialisent dans ce genre d’écrire, elles s’attachent tout autant aux auteurs que l’histoire littéraire a consacrés qu’à ceux qu’elle a progressivement considérés comme mineurs.

2Suivant une démarche chronologique, Élodie Bénard distingue deux grandes périodes, qui organisent l’ensemble en deux parties. La première, qui couvre les années 1550-1700, est consacrée à la substitution de la Vie d’écrivain à la Vie d’illustre et se subdivise en deux moments : les années 1550-1650 (« La Vie d’homme de lettres (1550-1650) : bien dire ou dire vrai ») et la seconde moitié du xviie siècle (« L’essor de la Vie d’écrivain : la “petite Vie” (1650-1700) »). Dans la seconde partie, qui s’attache à la première moitié du xviiie siècle, l’auteure étudie une même période sous deux angles différents : celui de la « Vie “historique” » d’abord, celui de l’influence des Mémoires et du roman ensuite. Une annexe fait le point sur les « questions d’attribution », annexe d’autant plus utile qu’une vingtaine de ces Vies sont parues sans nom d’auteur.

3Le premier apport du livre d’Élodie Bénard concerne l’évolution de la forme même de la vie d’écrivain et du régime de l’écriture biographique qui l’affecte. Elle conclut à l’existence de trois grands moments : « la période rhétorique, où la Vie d’écrivain est associée à la tradition de l’éloge, la période mondaine, où elle se détache de la Vie d’homme de lettres et prend comme modèle la conversation, et la période historique, où l’exigence de véridicité se combine à un goût croissant pour l’anecdote et le secret » (p. 19). Le détail de la démonstration est passionnant et en complexifie les contours. Au xvie siècle en effet, la vie d’écrivain est conçue, sur le modèle de celle de l’homme d’État, comme récit d’une vie extraordinaire et adopte les caractéristiques de l’éloge. Dans certains cas, elle a d’ailleurs partie liée avec l’éloge funèbre, ainsi du Discours de la vie de Pierre de Ronsard écrit par Claude Binet à l’occasion des funérailles du « Prince des Poètes ». Avec la vie du savant Peiresc écrite en latin par Gassendi en 1639, c’est un autre modèle qui se déploie, celui de la « vie savante », texte long, autonome, et exercice d’érudition destiné à un public choisi. Mais le dernier tiers du xvie siècle voit également apparaître le modèle de la Vie d’écrivain donnée en préface de l’édition ou de la réédition de ses œuvres, comme ce fut le cas pour la parution en recueil des œuvres de Jodelle ou la réédition de celles de Montaigne ou de Rabelais. Et c’est ce modèle qui, après une période de reflux correspondant peu ou prou à la première moitié du xviie siècle, s’épanouit à partir des années 1650. La Vie d’écrivain devient un discours d’accompagnement des œuvres, destiné à un public élargi, celui des honnêtes gens, et offrant une reconfiguration de la biographie de l’auteur susceptible de séduire ce nouveau public. Outre sa brièveté, qui correspond à la crise que connaît alors le « grand », la Vie d’écrivain présente alors trois traits esthétiques : la fiction de l’oralité – qui va de pair avec le primat accordé aux témoignages oraux et le recours à la forme du dialogue –, la pratique mondaine du portrait et l’insertion massive d’anecdotes et de bons mots. Loin d’être présenté comme un homme extraordinaire mû par l’inspiration, l’écrivain est rendu conforme au modèle du galant homme et les figures traditionnelles des vies antérieures, celles du guerrier magnanime, du bel esprit et du parfait chrétien, connaissent toutes un infléchissement mondain. Cette humanisation de l’écrivain se poursuit au siècle suivant, mais elle prend d’autres formes, et se dit dans une économie narrative et historique nouvelle, qui a partie liée avec l’essor de la nouvelle historique et de l’histoire secrète d’une part, des Mémoires et du roman d’autre part. Si le type de la Vie-préface ne disparaît pas, il est concurrencé par des Vies qui sont données comme des textes autonomes, parfois longs, et rédigés par des auteurs qui tantôt se prévalent d’avoir connu l’écrivain et de s’appuyer sur une documentation de première main, tantôt se présentent comme des historiens ou des journalistes. La Vie d’écrivain regarde alors du côté de l’écriture historique, mais entendue comme éclairage neuf sur la vie et l’œuvre. Le biographe a à cœur de mettre en lumière les applications, clefs et motivations secrètes de l’œuvre, mais aussi de donner à voir la sphère de l’intime, c’est-à-dire concrètement les ressorts privés et le caractère de l’homme de lettres. Ce dernier est présenté comme un homme ordinaire et le régime de crédibilité de la Vie est celui, prépondérant dans la littérature narrative du temps, de la vraisemblance ordinaire. Élodie Bénard recense d’ailleurs les schémas ou motifs romanesques – ou plus généralement fictionnels – qui traversent les Vies, parmi lesquels la série que forme, dans la Vie de Saint-Évremond, le service du roi, la disgrâce et l’exil, ou le motif du retrait du monde dans la Vie de Racine par son fils Louis.

4Le deuxième apport de l’ouvrage touche à l’image de la littérature qui est véhiculée par ces Vies et les constituent comme des éléments à part entière de l’histoire littéraire naissante. Comme le rappelle Élodie Bénard, la forme même de la Vie d’écrivain, et son écriture en langue vernaculaire, participe au xvie siècle de la translatio studii, dans la mesure où elle est l’adaptation d’un genre hérité de l’Antiquité et qui permet la promotion d’auteurs modernes, sur le modèle de la vie de Pétrarque par Boccace. Plus encore, les Vies d’écrivains se présentent comme les maillons d’une histoire littéraire incarnée, dans lesquelles la Querelle des Anciens et des Modernes, par exemple, est appréhendée par le détour d’une dispute entre frères dans la Vie de Jean-Baptiste Santeul composée par Pinel de La Martelière. De la même manière, la confrontation de deux anecdotes extraites de la Vie de Ronsard par Claude Binet et de la Vie de Malherbe par Racan fait émerger deux conceptions radicalement différentes de la poésie, l’une qui a partie liée avec le travail et l’étude – c’est l’anecdote de Ronsard veillant jusqu’à « deux heures après minuit, et se couchant réveillait Baïf » afin de ne pas laisser « refroidir la place » (cité p. 371) –, l’autre avec le jugement comme principe des règles, qui « raconte une autre conception de la poésie » (ibid.). Enfin, les Vies d’écrivains font émerger l’idée d’une identité profonde entre l’auteur et son œuvre, qui passe par la mise au jour d’un caractère, dont les traits et les manifestations viennent ordonner et expliquer tout à la fois la vie et l’œuvre. C’est ainsi à la Vie de Molière par Grimarest que l’on doit l’image, encore largement diffusée, d’un homme déchiré entre sa vraie nature, celle d’un méditatif, voire d’un mélancolique, et celle de l’amuseur public et du pourvoyeur en divertissements qu’il doit entretenir.

5À la lecture de cette riche synthèse, on ne peut plus souscrire à la condamnation par Jean-Baptiste Rousseau de l’ouvrage de Grimarest au motif que « l’histoire d’un auteur est proprement l’histoire de ses ouvrages » et que « la vie privée d’un homme de lettres est quelque chose de bien sec et souvent bien petit » (cité p. 225).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Louvat, « Élodie Bénard, Les Vies d’écrivains (1550-1750). Contribution à une archéologie du genre biographique »Littératures, 82 | 2020, 209-211.

Référence électronique

Bénédicte Louvat, « Élodie Bénard, Les Vies d’écrivains (1550-1750). Contribution à une archéologie du genre biographique »Littératures [En ligne], 82 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 23 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/2747 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.2747

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search