Navigation – Plan du site

AccueilNuméros82Comptes rendusAndrea del Lungo et Pierre Glaude...

Comptes rendus

Andrea del Lungo et Pierre Glaudes (éd.), Balzac, l’invention de la sociologie

Classiques Garnier, « Rencontres »
Nathalie Solomon
p. 210-215
Référence(s) :

Andrea del Lungo et Pierre Glaudes (éd.), Balzac, l’invention de la sociologie, Classiques Garnier, « Rencontres », n° 374, 2019, 345 p.

Texte intégral

1Ce n’est pas un hasard si La Comédie humaine fut et demeure un terrain privilégié de la sociocritique : dans l’introduction de ce collectif, Andrea del Lungo et Pierre Glaudes rappellent que Balzac est défini comme sociologue depuis le xixe siècle. L’ambition du volume est de reprendre et de revoir ce lieu commun en posant sérieusement la question du rapport entre la méthode balzacienne et les méthodologies sociologiques, celles du xixe siècle comme celles d’aujourd’hui. La perspective est double, proposant l’hypothèse d’un Balzac sociologue aussi bien qu’un Balzac envisagé depuis le point de vue sociologique. Ce qui amène à combiner les approches sociale, poétique et idéologique et permet d’aller au-delà d’une hypothétique intuition balzacienne de la sociologie pour penser les outils de la littérature dans le champ sociologique.

2Une première partie s’efforce de décrire les méthodes d’observation balzacienne, à partir bien sûr du naturalisme issu du xviiie siècle et des méthodes de classification très en vogue dans la première partie du xixe siècle (Jacques Noiray), ce qui permet à Balzac de penser une anthropologie qui approfondit et complexifie la seule observation naturaliste, partant du détail pour rétablir une totalité surplombante par la méthode déductive de Cuvier. Mais la « présociologie » bazacienne, pour reprendre le titre de la partie, n’est pas qu’imitative, plusieurs articles montrent qu’elle reprend frontalement les perspectives sociologiques contemporaines, pour éventuellement les retravailler : par exemple, Gérard Gengembre montre comment, partant de la définition bonaldienne de la famille comme fondement indispensable d’une société dont le christianisme assure la cohésion, Balzac ajoute ses propres principes d’organisation politique, mettant en avant l’efficacité, nuançant le principe contre-révolutionnaire dont il ne s’agit pas de faire le simple rétablissement, reconnu comme impossible, de l’ordre ancien. La pragmatique balzacienne laisse ainsi complexement place au monarchisme et au libéralisme, à l’inégalité naturelle qui n’exclut pas la possibilité d’une égalité juridique. Jean-Yves Pranchère décrit également la tension d’une pensée qui à la fois se retrouve chez Bonald et en diffère en prenant l’exemple du mariage : des Études analytiques aux Scènes de la vie privée, la relation conjugale est dépeinte comme une réalité sociale plus que sentimentale où se jouent des relations de domination. D’où la nécessité de stratégies pour maintenir la paix des ménages, et le vocabulaire militaire pour traiter la question. Mais la sociologie balzacienne est différentielle, ce qui en fait la force : les différences de conjugalité sont induites par les différences de position sociale, ce qui n’empêche pas de mettre en évidence le caractère délétère des passions sur l’institution conjugale, et la nécessité d’une union stable qui dépasse l’individu sans jamais faire coïncider naïvement théorie et réalité.

3C’est cette complexité d’une vision jamais simplificatrice, même quand elle propose des taxinomies, qui se dégage de l’ensemble des articles : La Comédie humaine refuse une démarche qui ne rend pas compte de la complexité de l’état social, ainsi qu’une méthode normative. Andrea del Lungo rappelle ainsi les stratégies poétiques qui soutiennent la vision « positiviste » du roman balzacien, et les rapports qu’entretient la « littérature panoramique » (p. 104) de l’époque avec la typisation propre aux enquêtes sociales contemporaines, le héros romanesque étant celui qui échappe à cette typologie sociale. C’est ainsi que, par exemple, Balzac utilise la statistique non seulement pour décrire et classifier mais aussi en la mettant à distance dans un geste déjà parodique, son ironie étant elle aussi un instrument de complexification et d’équivoque. De la même manière, écrire et même définir la bourgeoisie pose problème, alors même que la notion de petite bourgeoisie est au centre de La Comédie humaine, avec par exemple la prolifération des figures petites bourgeoises comme des machines d’affrontement, qui donnent lieu à des portraits multiples renvoyant elles aussi à une sorte de nomenclature qui ne dit pas son nom dans une répétition qui complexifie à l’infini le récit. Ce qui amène à mettre en œuvre une poétique du détail dans la description d’un groupe obsédé par le matériel et qui se déploie dans un espace privé où dominent intérêt et conformisme (Boris Lyon-Caen). On peut montrer le même type de fonctionnement à propos de l’argent en se penchant avec La Cousine Bette sur un roman qui traite la question à l’intérieur de l’espace familial, équivalent en petit de l’espace social : l’argent n’est pas seulement un « dissolvant » social pour reprendre le titre de l’article de Francesco Spandri et l’expression de Balzac lui-même, mais aussi intime et moral, la misère étant à la fois la conséquence et un facteur des passions ennemies de la famille dans le contexte économique post-révolutionnaire où les lois égalitaires sur les successions ont changé la configuration des fortunes et imposé la figure du rentier au détriment de celle du grand propriétaire. C’est un miroir des formes contemporaines du capitalisme, accumulatif, tripoteur, circulant de manière maîtrisée ou débridée, contenu ou débordant : l’argent sépare en figurant une conception individuelle et non plus commune de la fortune.

4La deuxième partie du recueil traite du roman comme terrain proprement sociologique, alors qu’on peut voir une contradiction entre une poétique du quotidien et une forme romanesque qui est plutôt du côté de l’événement et du rebondissement. Pour étudier le phénomène, Marie-Astrid Charlier joue sur le terme « quotidien », avec le motif du journal ce qui amène à penser la question en termes de temporalité : le rythme de la vie, qui s’accélère dans ce début de Monarchie de Juillet, présente un défi au romancier qui doit trouver des solutions pour montrer ce temps de la répétition et de l’insignifiant tout en restant fidèle à une intrigue, alors que Paolo Tortonese tente de mesurer l’œuvre balzacienne à l’aune de la sociologie de la distinction (Bourdieu) et de l’imitation (René Girard). Ce que montre Balzac, c’est que l’égalitarisme post révolutionnaire produit paradoxalement une soif de distinction : l’inégalité est conforme à la nature, et ce qui définit la bourgeoisie est l’imitation du distingué. Occasion de proposer une distinction définitoire entre le bourgeois et l’aristocrate. D’où aussi la notion d’habitude, issue de celle d’imitation intériorisée par l’individu qui a cherché à se distinguer et a fait siens les gestes qui le permettent, et une continuité fertile qui mène chez Balzac de la sociologie au naturalisme biologique avec Lamarck.

5Voilà pour les outils sociologiques du xixe siècle, mais qu’en est-il de ceux d’aujourd’hui ? C’est la question que pose Owen Heathcote en proposant malicieusement d’accorder à Balzac le titre de sexologue : dès l’« Avant-Propos » il est suggéré que la sexualité dépasse la différence des deux sexes, en prenant en compte toutes les ambivalences sexuelles de Vautrin à Camille Maupin, à Séraphîta, Zambinella, etc., qui sont à la fois du côté du désir et d’une monstruosité vouée à la stérilité. Ce qui permet de proposer l’idée d’un Balzac qui aurait défini un désir indifférencié bien avant les propositions du siècle suivant. C’est cependant bien en romancier qu’il est sociologue et pas en théoricien, ce qui rend son conservatisme plus contestable (Jérôme David). C’est le rapport entre roman et sociologie qui est interrogé : que faire du référent sociétal ? Ou du roman comme outil d’analyse ? Il faut connaître les références proprement sociologiques des contemporains de l’œuvre pour comprendre comment elle peut s’élaborer comme sociologie du type. L’article rappelle utilement par ailleurs que les sociologues d’aujourd’hui oublient ce qu’ils doivent à Balzac : il n’est que de voir en quoi la méthode bourdieusienne est comparable à la sienne.

6La troisième partie adopte le point de vue des courants sociologiques contemporains, donnant la parole à des sociologues comme Bernard Lahire qui relève l’étonnante analogie des objets du roman avec ceux des sociologues d’aujourd’hui en prenant les exemples du Père Goriot, de La Duchesse de Langeais, de La Fille aux yeux d’or, entre autres. Il montre la corrélation entre la position sociale des personnages et les divers aspects de leur présence au monde (physique, morale, sociale…) : homogénéité et unité des vies et des milieux, présupposé de cohérence, mise en parallèle, monde où tout est signe de tout, monde de parfaite correspondance, ce qui permet de relier la micro à la macrostructure. Ou encore Nathalie Heinich qui propose de prendre en compte les dimensions imaginaire et symbolique du roman : oppositions et mises en rapport de cet ordre permettent de dessiner sociologiquement la figure de l’écrivain ou de l’artiste romantique en travaillant sur l’imaginaire des rôles et la symbolique des places.

7Les autres articles confrontent la vision de sociologues des xxe et xxie siècles à celle de Balzac : Durkheim avec la notion d’« anomie », dérégulation par défaut de règles et de limites pour la productivité, due à l’excès de désir ; on songe évidemment à l’énergie vitale balzacienne qu’il s’agit de réguler entre conservation et dissipation. De ce point de vue, les institutions ont un rôle régulateur et les mutations sociales entraînent un excès de jouissances économiques, morales ou physiques, le désir individuel devenant mortifère par absence de régulation sociale (Pierre Glaudes). Ou l’habitus de Bourdieu qui se montre si opératoire que l’influence balzacienne sur l’œuvre du sociologue est une hypothèse qui se pose sérieusement (Jacques-David Ebguy). La complexité de la représentation balzacienne amène à le rapprocher aussi des théories de Lahire, avec la prise en compte des oppositions et contradictions de l’être social, le brouillage des frontières étant approprié à l’époque hybride représentée dans La Comédie humaine. Les théories de Luc Boltanski sont également convoquées à propos de la fluidité non seulement des identités mais des situations, qui ne relève pas d’un déterminisme extérieur mais d’une conscience en rapport constant avec sa construction subjective du monde social. Ce qui n’empêche pas d’évoquer pour finir de manière convaincante ce qui fait le caractère irréductible du littéraire par rapport à la sociologie (idem). Ou enfin la microsociologie de Goffman, et la métaphore du théâtre du monde avec la différence que chez Balzac l’analogie ne renvoie pas à une unité, elle fait du monde une multitude de scènes fractionnées qui décrivent des ruptures de représentation comme chez le sociologue (Agathe Novak-Lechevalier).

8Cette tentative d’exploration de Balzac à la lumière de théories sociologiques prises pour ce qu’elles sont, sans fourre-tout théorique ou idéologique, pose sérieusement la question d’un Balzac sociologue en mettant en avant les méthodologies plus encore que les objets romanesques – ce qui par la même occasion donne un coup de jeune à la méthode sociocritique. Cette réévaluation va dans le sens des lectures de Balzac par les écrivains ou les cinéastes de notre temps (voir le Balzac contemporain dirigé par Chantal Massol chez le même éditeur et dans la même collection en 2018) et contribue très utilement à alimenter le débat sur la relecture de Balzac par le contemporain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Solomon, « Andrea del Lungo et Pierre Glaudes (éd.), Balzac, l’invention de la sociologie »Littératures, 82 | 2020, 210-215.

Référence électronique

Nathalie Solomon, « Andrea del Lungo et Pierre Glaudes (éd.), Balzac, l’invention de la sociologie »Littératures [En ligne], 82 | 2020, mis en ligne le 01 octobre 2021, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/2762 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.2762

Haut de page

Auteur

Nathalie Solomon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search