Skip to navigation – Site map

HomeNuméros82Comptes rendusJulien Defraeye & Élise Lepage (é...

Comptes rendus

Julien Defraeye & Élise Lepage (éd.), Approches écopoétiques des littératures française et québécoise de l’extrême contemporain

Montréal, Université de Laval, 2019
Sylvie Vignes
p. 205-216
Bibliographical reference

Julien Defraeye & Élise Lepage (éd.), Approches écopoétiques des littératures française et québécoise de l’extrême contemporain, Montréal, Université de Laval, 2019, 159 p.

Full text

1Les études réunies dans ce dossier émanent de six enseignants-chercheurs exerçant au Canada ou en Belgique. Éric Chevillard, Maylis de Kerangal, Jean-Loup Trassard et Jacqueline Harpman mis à part, le corpus étudié est quant à lui largement québécois.

2La présentation par Julien Defraeye et Élise Lepage s’attache d’abord à redéfinir l’écopoétique – « perspective théorique qui se donne pour objectif d’étudier la représentation littéraire des liens entre nature et culture, humain et non-humain » – et à la distinguer de l’écocritique, dans le droit fil de l’ouvrage Ce qui a lieu de Pierre Schoentjes. Au sein des études écocritiques – vaste champ de recherche transdisciplinaire interrogeant les relations entre l’homme et l’environnement – l’écopoétique resserre son attention sur le seul texte littéraire, et ressortit à l’analyse discursive, énonciative et narrative. Après un historique des deux notions, Julien Defraeye et Élise Lepage définissent les enjeux de la présente étude, notamment le choix de « corpus ayant une langue en commun, mais s’intéressant à des espaces géographiques différents, et dont l’histoire et la gestion politique ne sont pas les mêmes ». Le dossier se présente comme un triptyque, chaque volet contenant deux études.

3Le premier volet est centré sur la littérature francophone européenne. Sara Buekens propose une analyse écopoétique de L’Homme des haies de Jean-Loup Trassard et de Naissance d’un pont de Maylis de Kerangal. Elle y montre que ces deux romans, à leur manière oblique et délicate, non-militante mais éminemment littéraire et efficace, expriment une inquiétude quant à l’impact des travaux humains sur les écosystèmes. Laurence Pagacz propose également une analyse écopoétique de deux romans relevant de la francophonie européenne : Moi qui n’ai pas connu les hommes de Jacqueline Harpman et Choir d’Éric Chevillard. Romans post-apocalyptiques, ces deux œuvres ont en commun d’« ancr[er] leurs personnages dans un lieu vidé de sens et de racines ». Recréer un sens s’avère impossible chez Éric Chevillard, difficile chez Jacqueline Harpman, la crise, à travers le rapport à l’environnement, touchant aussi l’identité-même de l’humain. Titrée « Chute et éveil du corps dans les dystopies », l’étude de Laurence Pagacz montre de manière très convaincante le rôle crucial du corps dans ces tentatives de reconstruction.

4Le second volet du dossier est consacré quant à lui à l’analyse écopoétique de nouvelles et romans québécois. Julien Desrochers montre à quel point la notion d’« éco-épiphanie » est pertinente chez trois grands romanciers québécois : Louis Hamelin (pour Betsi Larousse dont le sous-titre – « ou l’ineffable eccéité de la loutre » – met déjà en scène l’illumination « éco-épiphanique »), Monique Proulx (Champagne) et Pierre Yergeau (L’Écrivain public). Des espaces encore presque sauvages du Canada sont au centre de ces trois romans, mais il ne s’agit pas pour leurs auteurs de peindre leurs charmes en dehors d’une confrontation avec l’humain. Même si, dans L’Écrivain public, l’épiphanie est « manquée » ou « inversée », elle reste un élément essentiel dans un dispositif visant à représenter ce « flux entre l’humain et l’environnement, au-delà du dualisme homme-nature », dont parle Thomas Pughe. C’est à la vocation environnementale de la nouvelle québécoise, vecteur privilégié, selon lui, pour ce type de problématique, que Julien Defraeye consacre son étude. La forme novellistique qui, selon Guy Poirier, « demeure synonyme de rupture, de silence, d’interruption et de non-dit », se révèle particulièrement appropriée pour dire l’incertitude de toute projection dans le futur, mais aussi pour mettre en scène des « eschatologies tangibles ». Le corpus de Julien Defraeye réunit Louis Hamelin (avec le recueil Sauvages, cette fois), Robert Lalonde (Espèce en voie de disparition) et Lise Tremblay (La Héronnière). « Convoqu[ant] à la fois un imaginaire de la fin et du commencement, entre inquiétude et espoir », ces nouvelles, moins ouvertement politisées que les nouvelles étatsuniennes, traduisent bien, elles aussi, à leur manière non dénuée de pédagogie, « l’urgence de la problématique environnementale ».

5Le corpus du troisième et dernier volet du dossier est poétique. Joëlle Papillon consacre ainsi une étude au recueil Bleuets et abricots de l’écrivaine innue Natasha Kanapé Fontaine. Elle met pour commencer l’accent sur la multitude de conceptions peu conciliables du rapport au territoire dans le contexte particulier du Québec et sur le fait que, hors des milieux autochtones, les connaissances sur les conceptions des Premières Nations en la matière restent souvent bien superficielles. Souvent mise au cœur de la littérature des Premières Nations actuelle, l’expression des rapports entre humains et territoires y gagne en profondeur et en complexité. La « femme-territoire » chantée par Natasha Kanopé Fontaine illustre le rêve d’un continent américain entièrement « reterritorialis[é] en terre autochtone unie et riche » où cohabiteraient librement tous les êtres vivants, humains comme non-humains. Venant clore ce volet et cette étude, Élise Lepage présente une analyse écopoétique de La Carte des feux de René Lapierre, recueil offrant un saisissant contraste avec l’utopie développée dans Bleuets et Abricots. Privilégiant le thème de la catastrophe écologique, stigmatisant la responsabilité scandaleuse des uns et la lâche passivité des autres, il invite en effet « à une froide lucidité envers un système (politique, économique, social, etc.) qui n’a plus rien en commun avec une écologie relationnelle équilibrée ».

6Solidement adossé aux écrits théoriques consacrés depuis une vingtaine d’année à la discipline encore jeune mais fort prometteuse baptisée écopoétique, ce volume en présente une illustration claire, variée, attrayante et « incarnée ». Le lecteur européen pourra en outre tirer grand profit de la découverte – ou de la meilleure connaissance – d’un superbe corpus francophone d’outre-Atlantique.

Top of page

References

Bibliographical reference

Sylvie Vignes, “Julien Defraeye & Élise Lepage (éd.), Approches écopoétiques des littératures française et québécoise de l’extrême contemporainLittératures, 82 | 2020, 205-216.

Electronic reference

Sylvie Vignes, “Julien Defraeye & Élise Lepage (éd.), Approches écopoétiques des littératures française et québécoise de l’extrême contemporainLittératures [Online], 82 | 2020, Online since 01 October 2021, connection on 24 July 2024. URL: http://journals.openedition.org/litteratures/2775; DOI: https://doi.org/10.4000/litteratures.2775

Top of page

Copyright

CC-BY-NC-ND-4.0

The text only may be used under licence CC BY-NC-ND 4.0. All other elements (illustrations, imported files) are “All rights reserved”, unless otherwise stated.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search