Skip to navigation – Site map

HomeNuméros83

83 | 2020
États d'ivresse

Discours du corps ivre de l'Antiquité aux Lumières
Edited by Raphaël Cappellen, Florence Lotterie and Amandine Mussou

Editor's notes

Objet avéré du dialogue des disciplines, le corps ivre fait partie à la fois des corps intéressant la plasticité de la représentation littéraire et des corps socialement problématiques. En effet, l’ivresse peut apparaître comme un moyen toléré de dépasser les bornes ou, à l’échelle individuelle, d’aménager les règles de la mémoire et de l’oubli de soi au profit de cette transgression. Le corps ivre met en jeu l’identité et ses modes de subjectivation, le rapport du corps et de l’esprit et celui du normal et du pathologique ; prompt au juron et au blasphème, lieu de la parole échappée, il interroge les normes tant laïques que religieuses du licite et de l’illicite, du tolérable et de l’obscène ou du « bas » ; et il est aussi un corps genré. De l’Antiquité aux Lumières, ce dossier de Littératures s'interroge sur les cadres et les codes de la « bonne » et de la « mauvaise » ivresse, au carrefour de l'histoire, de l'anthropologie, de la littérature et des arts.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search