Navigation – Plan du site

AccueilNuméros83Dossier : États d'ivresse. Discou...Représentations allégoriques de l...

Dossier : États d'ivresse. Discours du corps ivre de l'Antiquité aux Lumières

Représentations allégoriques de l’ivresse (XIIIe-XIVe siècles) : les corps excessifs d’Yvresce et de Dame Yvroigne

Amandine Mussou
p. 59-73

Résumé

L’ivresse, immédiatement enracinée dans le corps, fournit un terrain propice à l’élaboration d’images signifiantes et de métaphores continuées caractéristiques de l’écriture allégorique. Cet article propose de mettre en valeur la dynamique inventive dont procèdent les représentations allégoriques de l’ivresse dans un corpus de fictions composées en langue française aux XIIIe et XIVe siècles. L’enquête tâche de montrer que ces textes, s’ils reprennent à leur compte des conceptions développées dans des textes doctrinaux, excèdent ces derniers en jouant de la littéralité des corps ivres.

Haut de page

Texte intégral

1Alors qu’il évoque, au début de Du côté de chez Swann, l’assimilation faite par Swann de la jeune fille de cuisine à la Charité de Giotto, le narrateur avoue n’avoir eu pendant longtemps que peu de plaisir à regarder les reproductions des Vertus et des Vices de l’Église de l’Arena de Padoue, en raison de leur fadeur et de leur banalité, le visage grisâtre de l’allégorie de Justice étant semblable à celui de « certaines jolies bourgeoises pieuses et sèches » de Combray. Il ajoute toutefois :

  • 1 Marcel Proust, Du côté de chez Swann, Antoine Compagnon (éd.), Paris, Gallimard, 1988, (...)

Mais plus tard j’ai compris que l’étrangeté saisissante, la beauté spéciale de ces fresques tenait à la grande place que le symbole y occupait, et que le fait qu’il fût représenté non comme un symbole puisque la pensée symbolisée n’était pas exprimée, mais comme réel, comme effectivement subi ou matériellement manié, donnait à la signification de l’œuvre quelque chose de plus littéral et de plus précis, à son enseignement quelque chose de plus concret et de plus frappant1.

  • 2 Notons que si le terme de symbole est employé par le narrateur proustien, la pensée méd (...)

2Si l’ivresse ne fait pas partie des sept vices peints par Giotto dans la chapelle des Scrovegni, le narrateur proustien saisit les tensions entre le particulier et l’universel, le matériel et le spirituel, le concret et l’abstrait, la figuration et la pensée critique, qui animent la pratique de l’allégorie médiévale2.

  • 3 Voir Paul Zumthor, « Allégorie et allégorèse », in Le Masque et la Lumière. La poétique (...)
  • 4 Pour un panorama des fictions allégoriques médiévales en langue française, voir les tra (...)
  • 5 « Et pour ce dit Ysaac oultre encore que ly hons qui est yvres est aussi que une nef qu (...)

3Tout comme la peinture allégorique, l’écriture allégorique travaille à l’incarnation d’idées abstraites sous forme de personnifications. La dynamique qui engendre une littera depuis une vérité, processus d’écriture que Paul Zumthor appelle allégorèse3,donne forme humaine à des abstractions qu’elle fait agir, se déplacer, parler, en établissant une relation codée entre ces idées et leurs figurations textuelles. Le corpus français de fictions allégoriques médiévales est pléthorique4 et peuplé de personnifications incarnant des mouvements de l’âme, des vices et des vertus qui sont autant de projections extérieures de forces intimes. La spécificité de l’ivresse tient à ce qu’elle résulte, du moins selon nos conceptions contemporaines, d’un excès physique et qu’elle produit des effets visibles sur le corps. Plus qu’une vertu comme la charité ou qu’un vice comme l’injustice, elle est immédiatement enracinée dans le corps, ce qui fournit un terrain propice à l’élaboration d’images signifiantes et de métaphores continuées caractéristiques de l’écriture allégorique. La métaphore du bateau voguant sans capitaine pour dire l’état d’ivresse est d’ailleurs régulièrement convoquée dans les régimes de santé et les textes scientifiques médiévaux, signe des affinités entretenues par l’ivresse avec le langage imagé, au-delà du champ de la fiction5.

  • 6 Voir l’ouvrage d’Azélina Jaboulet-Vercherre précédemment cité ainsi que les travaux de (...)
  • 7 Sur cette ambivalence pharmacologique du vin au Moyen Âge, voir notamment Violaine Giac (...)
  • 8 Nous renvoyons sur ce point à la synthèse de Mireille Vincent-Cassy, « Between Sin and (...)

4Au Moyen Âge, la consommation d’alcool bénéficie d’une certaine indulgence : le vin, principale boisson de l’époque, connaît une faveur particulière dans la civilisation médiévale pour des raisons religieuses, sociales et médicales6. Cette boisson, à la charge symbolique forte, est intégrée à de nombreuses pratiques sociales ; elle est en outre un pharmakon dans la pensée médicale de l’époque, à la fois cause possible de maladie et remède permettant de parvenir à l’équilibre des humeurs7. Dans ce contexte culturel favorable à la consommation de vin, les théologiens ont été embarrassés pour lever l’ambiguïté attachée à l’ivresse, au sens de perte de contrôle due à un excès d’alcool : considérée comme un péché de chair, l’ivresse n’enfreint pourtant aucun commandement divin et elle est, du point de vue juridique, entendue comme une circonstance atténuante en cas d’homicide8.

  • 9 Un colloque sur la figure de Bacchus entre Moyen Âge et Renaissance a été organisé en n (...)
  • 10 Voir notamment Jérôme Baschet, « Les sept péchés capitaux et leurs châtiments dans l’ic (...)

5Partant de ce statut singulier de l’ivresse dans la culture médiévale, nous avons entrepris d’en examiner les représentations allégoriques dans des textes de fiction composés en français aux XIIIe et XIVe siècles. Afin de garantir la cohérence du corpus d’étude, nous n’y avons pas intégré les lectures allégoriques médiévales de la figure de Bacchus, qui constituent un ensemble autonome9 ; ont été également exclus les textes dans lesquels le vin est une figure agissante et parlante, comme les débats opposant le vin à l’eau. Nous avons analysé les stratégies mises en œuvre pour représenter l’état d’ébriété sous la forme de personnifications et, depuis ce poste d’observation, nous avons examiné les conceptions de l’ivresse qui se manifestent dans ces fictions. Quelles spécificités des corps ivres sont saisies pour parvenir à une représentation synthétique de l’ébriété ? Quels regards sont portés sur ces corps excessifs et quelles valeurs sont attachées à ces figures de l’outrance ? Les travaux de Jérôme Baschet montrent combien l’iconographie médiévale des péchés n’illustre pas à la lettre les textes doctrinaux, les excède parfois et se déploie selon ses propres contraintes10. Les textes de fiction sur lesquels notre enquête a porté, s’ils prennent en charge les conceptions savantes et religieuses de l’ivresse, ménagent des configurations qui leur sont propres et mettent en œuvre une dynamique inventive pour faire des corps ivres des allégories.

Donner forme : noms, généalogies, cartographies

  • 11 Versez/Guersoi apparaît dans Le Songe d’Enfer de Raoul de Houdenc (The Songe d’Enfer (...)
  • 12 Pour une étude de cette figure chez Raoul de Houdenc, voir Juliette Bourdier, « Le je (...)
  • 13 Dans sa traduction du Torneiment Anticrist d’Huon de Méry, Stéphanie Orgeur baptise (...)
  • 14 Le texte édité par Madelyn Timmel Mihm nomme cette figure Versez mais les variantes du vers 217 fon (...)
  • 15 À propos de cette combinaison, voir The Songe d’Enfer, op. cit., p. 105, note sur le vers 217, et (...)

6Dans les fictions retenues pour constituer notre corpus d’étude, la figure allégorique d’Ivresse, au nom transparent, est volontiers dotée d’un compagnon énigmatique, désigné de deux manières selon les manuscrits et les textes : il s’agit de Versez ou de Guersoi11. Cette variante ne doit pas masquer que les deux mots sont d’origine distincte. Versez est le participe passé substantivé de verser, verbe issu de l’étymon latin versare etqui signifie notamment « renverser, faire tomber quelqu’un » ; substantivé, ce participe passé désigne celui qui est mis à terre, à la suite, par exemple, d’une bagarre déclenchée par l’alcool. Versez, c’est aussi ce qui est déversé, répandu ; autrement dit, le vin qui coule à flots12. Guersoi est quant à lui issu d’une formule de salut nordique *ves heill ; en ancien français, le mot signifie « à ta santé » puis désigne le « défi à boire13 ». Au-delà d’une proximité phonique susceptible d’entraîner des confusions graphiques (comme le montre la richesse des variantes dans Le Songe d’Enfer de Raoul de Houdenc par exemple14), les auteurs jouent probablement des sens distincts de ces deux mots, en les combinant l’un avec l’autre pour faire de cette figure allégorique la représentante des buveurs et des lutteurs de taverne15. L’inscription du duo formé par Ivresse et son compagnon permet aux auteurs de rendre compte du processus qui mène à l’ébriété et de ne pas uniquement mettre en scène le résultat d’une absorption excessive d’alcool : Versez incarne celui qui incite à boire et Ivresse donne corps à l’état dans lequel cette activité laisse le sujet.

  • 16 Eustache Deschamps, « Dit des quatre offices de l’ostel du roi a jouer par personnaig (...)

7Le jeu onomastique est particulièrement intéressant dans les textes dramatiques puisque les allégories se trouvent confrontées à d’autres personnifications qui peuvent s’adresser directement à elles et les invectiver. C’est le cas dans une moralité d’Eustache Deschamps, le Dit des quatre offices de l’ostel du roi a jouer par personnaiges, qui fait se confronter les offices domestiques que sont Eschançonnerie, Panneterie, Cuisine et Sausserie. Ce texte s’inscrit dans la tradition des débats, et précisément des disputes entre le Vin et le Pain, qui exploitent leur opposition symbolique. Dans cette moralité, Eschançonnerie et Panneterie, qui placent leurs échanges dans une perspective eucharistique, en viennent aux mains et s’insultent copieusement. Eschançonnerie est alors rebaptisée « Dame Yvroigne » ou « orde yvrogne prouvee » par celle qu’elle appelle plaisamment « dame Farine16 ». L’insulte, qui stigmatise la figure représentant le corps social des échansons en glissant de l’office à l’habitude pathologique, est ici liée à la dimension agonistique de la moralité.

  • 17 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer, op. cit., v. 217.
  • 18 Le Roman de Fauvel, op. cit., p. 298, v. 1599 sqq.
  • 19 Yvresce et Lecherie se trouvent en effet placées à côté de Gloutonnie à la cour de Fa (...)
  • 20 Danièle Alexandre-Bidon, « Le gosier en pente. L’ivresse au Moyen Âge », art. cit.
  • 21 C’est le cas dans Le Songe de la voie d'enfer et de la voie de paradis, texte datant (...)
  • 22 Le Besant de Dieu de Guillaume le Clerc de Normandie, Pierre Ruelle (éd.), (...)
  • 23 Cette élévation de l’orgueil au rang de chef de troupes se rencontre dès les réflexio (...)

8Au-delà de l’acte de nomination, la littérature allégorique aime à inventer des généalogies, qui figurent des systèmes de causalité et ancrent les corps allégoriques dans des réseaux signifiants. Versez est, chez Raoul de Houdenc, le fils d’Yvresce17. La descendance de cette dernière peut être vouée à un bien triste avenir : dans le Roman de Fauvel, à la cour du cheval dont le nom même signifie une série de vices, se trouvent Lecherie et Yvresce, « Qui onques en toute leur vie/ Juner n’a temps menger ne surent :/ Leurs enfanz tous saouz moururent18 ». Dans ce passage, Ivresse est associée non seulement à Lecherie, dont le nom signifie « gourmandise, débauche », mais aussi à Gloutonnie19 ; conformément à une évolution repérable au fil du Moyen Âge, elle tend donc à être inscrite dans le giron des péchés capitaux20. Cette association de l’ébriété à la gourmandise est volontiers activée dans les textes allégoriques sous la forme de liens de parenté. Ivresse peut être présentée comme la cousine de Gloutonnie21 ; dans Le Besant de Dieu de Guillaume le Clerc de Normandie, elle est l’une des trois filles d’Orgueil, avec Envie et Luxure22. Selon la classification du septénaire des vices, qui se fixe au XIIe siècle avec Pierre Lombard, l’orgueil est considéré comme l’origine de tous les vices, la radix vitiorum23. En faire le père de deux des péchés capitaux et y adjoindre Ivresse, c’est inscrire cette dernière au rang des vices dont tous les autres découlent.

  • 24 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer, op. cit., v. 142 sqq.
  • 25 Comme le rappellent Carla Casagrande et Silvana Vecchio en citant un traité anonyme d (...)
  • 26 Sur ce point, voir Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer, op. cit., note p. 105‑106 à propos des (...)
  • 27 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer, op. cit., v. 222 et 278.
  • 28 Huon de Méry, Le Torneiment Anticrist, op. cit., v. 1076 sq. (on peut envisager ces n (...)

9L’invention d’un passé et d’un avenir fait ainsi évoluer les personnifications dans une temporalité équivalant à un système étiologique ; elle se double de l’élaboration d’un espace signifiant propre à accueillir ces figures agissantes. La spatialisation est au cœur du voyage allégorique. Dans le texte de Raoul de Houdenc, le narrateur rencontre Ivresse sur le chemin de l’Enfer, et plus précisément à Vile Taverne, après avoir traversé l’impétueux fleuve Gloutonie dans lequel sombrent de nombreux voyageurs24. Le voyage allégorique propose une réécriture de la scène de taverne, que l’on trouve dans les fabliaux et les jeux dramatiques arrageois ; par ailleurs, l’affinité vicieuse entre la Gourmandise et l’Ivresse qu’on voit se dessiner dans d’autres textes à la faveur de l’établissement de liens de filiation est ici figurée spatialement, la traversée du fleuve glouton menant à l’espace social de l’enivrement, à ce foyer des vices qu’est la taverne25. L’élaboration d’un espace allégorique s’inscrit parfois dans une cartographie bien réelle et de nombreux textes français activent un cliché attaché aux Anglais, leur réputation de buveurs, fréquemment mise en scène dans la littérature française médiévale26. Chez Raoul de Houdenc, Versez est « nez d’Engleterre » et pratique des « jambés d’Engleterre », c’est‑à‑dire des crocs-en-jambe à l’anglaise, pour déstabiliser son adversaire27 ; chez Huon de Méry, qui s’inspire du Songe d’Enfer de Raoul de Houdenc, Guersoi sort de la taverne où il a déjà bien bu et rejoint les Normands, les Anglais et les Écossais qui font partie de sa troupe28.

10Les traits mouvants des personnifications incarnant l’ébriété en font ainsi une figure vicieuse protéiforme, apte à épouser la diversité des états d’ivresse, de la légère griserie euphorique à l’étourdissement complet. Par l’invention de généalogies et d’espaces signifiants, se dégage néanmoins dans les textes du corpus une tendance à adosser l’ivresse au septénaire des péchés capitaux.

Incarnations : les corps allégoriques à l’épreuve du récit

11L’écriture allégorique donne vie aux instances abstraites en leur conférant une apparence. Dans Le Dit des quatre offices d’Eustache Deschamps, c’est la vilaine mine, la mauvaise odeur et la voix éraillée d’Eschançonnerie qu’épingle sa rivale Panneterie :

  • 29 Eustache Deschamps, « Dit des quatre offices… », op. cit., v. 130 puis v. 148 sqq. D’après le Dicti (...)

Tu pus ! Tu as mauvaise alaine […]
Mais tu as le vis espantable
Palle, descoulouré, desfait,
Graveleux, car li vins te fait
Avoir voix grosse et enrrumee29.

  • 30 Voir sur ce point Fabienne Pomel, op. cit., p. 228 sq.
  • 31 Le sens métonymique de « celui qui avale tout, goinfre » est enregistré dans le Dicti (...)
  • 32 « Pour neant n’ai pas com butor/ Deux ventres car butordement/ Parle a chascun et lou (...)

12Les ravages de la boisson affectent le corps de la personnification et la défigurent, littéralement. Cette altération physique peut atteindre des sommets : c’est notamment le cas dans Le Livre du pèlerin de vie humaine de Guillaume de Deguileville. Alors que le narrateur emprunte la voiedes vices, il est confronté successivement aux sept péchés capitaux. La séquence s’ouvre avec la rencontre de Gloutonnie sous les traits d’une vieille femme au long nez, aux yeux exorbités et aux affreux sourcils. Conformément à l’esthétique de la laideur et de la déformation caractéristique des portraits satiriques des vices30, la description de cette figure en fait un véritable monstre. Gloutonnie, qui tient entre ses dents un entonnoir, a notamment deux ventres, qui sont les gendres (c’est-à-dire les enfants) de Vénus et qui ont pour noms Yvresse et Gouffre31. Gloutonnie s’exprime butordement, autrement dit « grossièrement » ; elle est semblable au butor, oiseau réputé pour avoir deux ventres depuis une erreur attestée par l’encyclopédiste Barthélémy l’Anglais32. Un lien métonymique est ici instauré entre la gloutonnie et l’ivresse, et figure un rapport d’hypéronymie, l’ébriété étant l’un des visages que peut prendre le péché capital de gourmandise. Par ailleurs, le lien généalogique établi entre Vénus et Ivresse inclut cette dernière dans un ensemble, celui des péchés de chair que sont la gourmandise et la luxure.

  • 33 « Trouflois et gas/ Vi en la contenance Yveresce,/ Qu’ele avoit l’une e l’autre tresc (...)
  • 34 Ibid., v. 1082 sq. Le terme sautoir désigne une pièce de harnais qui pe (...)

13Il n’est en outre pas rare que les habits et les attributs des figures allégoriques remplacent leurs portraits. Dans Le Torneiment Anticrist, texte au carrefour de la tradition du voyage spirituel, de celle du roman courtois et de la psychomachie, Ivresse et Guersoi ne sont pas décrits physiquement. Une seule remarque est faite : le narrateur mentionne la coiffure négligée d’Ivresse, ses cheveux défaits étant compris comme l’indice corporel de son désordre intérieur33. En revanche, l’armement des deux personnifications est détaillé. Le heaume, le bouclier et la lance de Guersoi surdéterminent cette figure comme vice puisque chacun de ces emblèmes renvoie à d’autres comportements condamnables : son bouclier est par exemple orné de Gloternie, d’un miroir de Viloinie et d’un sautoir de Desmesure34.

  • 35 Fabienne Pomel, op. cit., p. 231.
  • 36 « E Yveresce tant en entonne/ K’a poi n’a vidié la tonne. », Huon de Méry, Le Torneim (...)
  • 37 « E Guerçoi, qui a tuz guerseille,/ D’Iveresce lur fist .i. entret […] », ibid., v. 4 (...)
  • 38 C’est le cas dans Le Besant de Dieu de Guillaume le Clerc de Normandie, op. cit. : Ivresse (...)
  • 39 Le Roman de Fauvel, op. cit., p. 564, v. 4649 sq.
  • 40 Voir les notices honte dans le Trésor de la langue française informatisé et dans le D (...)
  • 41 Huon de Méry, Le Torneiment Anticrist, op. cit., v. 418 sq. Madeleine Jeay repère cet (...)

14Ces emblèmes associés aux personnifications relèvent d’une opération métonymique qui tisse le même type de liens que ceux établis par la description de ces figures. La métonymie peut aussi être « de l’ordre du faire35 » : les actions auxquelles se livrent les personnifications sont en effet souvent redondantes. Sans surprise, Guersoi incite tout le monde à boire et Ivresse boit ou, plus précisément, elle entonne36. À cette logique de transparence, qui fait correspondre le nom au verbe (Guersoi guerseille, chez Huon de Méry, selon un limpide jeu de dérivation37), et l’instance agissante à l’action, se superpose une logique fonctionnelle. Dans plusieurs textes du corpus, Ivresse est un échanson38. Dans Le Roman de Fauvel, à l’occasion des noces du cheval éponyme et de Vaine Gloire, Ivresse sert du vin depuis un tonneau dénommé Honte. Tous les convives s’appliquent à célébrer la noce : « Tuit a boire mettent estuide./ Ades avront honte beüe/ Et partout leens espandue […]39. ». Le sens de la locution imagée boire honte, « éprouver toutes sortes d’avanies », date du XIIIe siècle40. Dans cet extrait, l’acte de nomination et la mise en récit contribuent à une relittéralisation de l’expression figurée, dans un geste de revivification de la métaphore, auquel se prête également l’auteur de l’une des sources du Roman de Fauvel, Huon de Méry, près d’un siècle auparavant : « D’une tone de hunte plaine/ Covint l’entremés abeurer,/ Kar ceus escovenist crever/ Qui orent la friture eüe,/ S’il n’eüssent hunte beüe41 ». Dans ces deux textes, l’allégorèse assimile le vin à la honte : cette association relève d’une lecture morale de l’ivresse et permet, surtout, de jouer sur et avec les mots.

  • 42 Pour une lecture du détournement du modèle psychomachique dans Le Songe d’Enfer et l’ (...)
  • 43 Voir par exemple : « Je li vois et il me revient,/ Et je le sache et il me tient,/ Et (...)
  • 44 Fabienne Pomel, op. cit., p. 214. D’une manière générale, notre analyse de ce passage (...)

15Le modèle psychomachique du combat épique, développé par Prudence, est largement exploité par Raoul de Houdenc et Huon de Méry. Dans Le Songe d’Enfer, Versez provoque le narrateur ; Ivresse leur fournit deux boucliers et le combat s’engage. La nature spécifique de l’ivresse qui se déploie dans le temps permet de faire de l’enivrement le récit d’un corps‑à‑corps qui aboutit à la perte d’équilibre du vaincu, autrement dit à la confusion qui lui monte à la tête puis à l’étourdissement42. Les différentes étapes de l’ébriété envahissante sont mises en récit dans un moule formel caractérisé par des stylèmes épiques comme les structures polysyndétiques, l’abondance de verbes de mouvement ou encore le jeu sur les pronoms personnels43. Il est frappant, dans ce passage, de voir que la chute du narrateur fournit « une allégorie psychomachique revivifiée, valable au pied de la lettre44 ». La pratique et l’exégèse allégoriques médiévales, contrairement à une conception moderne de l’allégorie qui réduit le niveau littéral au statut de simple convention, considèrent de fait que le sens littéral demeure, comme un donné résistant. L’allégorie médiévale est en somme textualiste ; cette parodie de combat épique peut se lire à la fois comme le récit d’un enivrement et comme un affrontement singulier « effectivement subi ou matériellement manié », pour emprunter les mots du narrateur proustien rappelés en ouverture. Le comique de la scène réside en partie dans cette importance de la littéralité.

  • 45 « granz », « parcreüz », « fors » et « membruz », « divers », Raoul de Houdenc, The (...)
  • 46 « Mes Yvrece me tint le chief,/ Par compaignie, en son devant. », ibid., v. 284-285.
  • 47 Huon de Méry, Le Torneiment Anticrist, op. cit., v. 2247.

16Par ailleurs, le bretteur Versez est une figure masculine, dans un environnement allégorique où les vices et les vertus sont la plupart du temps exclusivement féminins. Dans le cas du duo formé par Ivresse et Versez chez Raoul de Houdenc, la répartition genrée des rôles est très claire : Versez est un homme grand, vigoureux, fort, bien bâti et redoutable45, il provoque le narrateur, sort vainqueur du combat et disparaît en quittant Vile Taverne ; après cette défaite cuisante, Ivresse tient la tête du narrateur sur son giron46 et refuse de le laisser partir pendant la nuit. Chez Huon de Méry, Ivresse sera blessée par Abstinence sous la memele47. Dans ces textes, le processus qui mène à l’ébriété est donc incarné par une figure masculine et surdéterminée comme telle, tandis que l’état d’ivresse en lui-même est incarné par une personnification féminine, les descriptions de leurs corps respectifs obéissant à des codes genrés. Dans ces fictions, les figurations allégoriques de l’ivresse sont ainsi emblématiques d’une représentation misogyne des vices, puisque l’ébriété est conçue comme un instrument de dévirilisation.

Du mal de tête au péché capital

  • 48 Voir Azélina Jaboulet-Vercherre, op. cit., « Definitions of drunkenness », p. 159 sq.
  • 49 The Songe d’Enfer, op. cit., v. 274 ; voir la note au sujet des vers 27 (...)
  • 50 Ebrietas vomit en effet volontiers dans les représentations iconographiques (Mireille (...)
  • 51 « Devers Enfer vint Glotounie,/ Uns chevaliers de male vie./ En son escu avoit .ii. i (...)
  • 52 Le Songe de la voie d'enfer et de la voie de paradis, Paris, BnF, fr. 1051, fol. 19r° (...)

17Ces figures agissantes sont construites à partir de l’observation des manifestations physiques de l’ivresse ; les conséquences de cette dernière sont plus généralement mises en récit dans les textes de notre corpus. Le mal de crâne est fréquemment mentionné, conformément à la théorie médicale médiévale qui avait tendance à classer l’ivresse dans la catégorie des maladies de la tête48 : chez Raoul de Houdenc, lors du combat contre Versez, ce dernier est désigné par la périphrase « cil qui trestoz les enteste49 », entester signifiant littéralement « frapper à la tête ». Le vomissement, manifestation plus spectaculaire, est un motif partagé avec les représentations iconographiques de l’ivresse50. Dans un texte du XIIIe siècle intitulé Le Tournoiement d’enfer, Gloutonnie possède un bouclier sur lequel figurent deux hommes ivres, qui ont tant bu qu’ils « rendent par les geulles », au point qu’on pourrait en remplir trois marmites51. Dans Le Songe de la voie d'enfer et de la voie de paradis, Yvresce est escortée de nombreux compagnons, dont les noms réfèrent à différents effets de l’ébriété : on trouve parmi eux Vomir (« qu’on dit Escorche-le-goupil »), Mal-au-cuer, Grant-rot-notable, mais aussi Pisser-desoubz-la-table, Chie-en-braye, Tumbe-en-la-boe, ainsi que Sommeiller52. L’assoupissement provoqué par l’absorption d’alcool fournit un motif comique. Chez Huon de Méry, Ivresse, lors du tournoi qui oppose les troupes de l’Antéchrist à celles du Christ, est rapidement retrouvée endormie sur le champ de bataille, face contre terre, piétinée par les autres combattants :

  • 53 Huon de Méry, Le Torneiment Anticrist, op. cit., v. 1100 sq.

De lui firent le jor causcié
Li autre, quant au tornoi vint,
Kar Yvresce dormir covint
En mi le pré trestoute adente :
Le jor fud bien .xx. fois ou trente
As piés de chevaus defolee53.

18À la fois symptôme de l’ébriété et remède efficace contre celle-ci, le sommeil est conseillé par Panneterie à Eschançonnerie lorsqu’elle lui lance, chez Eustache Deschamps : « Va dormir, si despureras ! », despurer signifiant « se purifier en cuvant son vin ». Cette même figure dénonce les maladies provoquées par l’abus de vin :

Mais il n’est nul si mal egrun
Comme de toy boire a jeun.
On en devient paralitique !
Maint homme en est souvent ethique.

  • 54 Eustache Deschamps, « Dit des quatre offices… », op. cit., v. 159, v. 63 sq. et v. 77‑78.

19Ces conséquences médicales de l’ivresse ne sont finalement que très peu abordées dans le corpus étudié. D’ailleurs, juste après avoir mentionné la paralysie et l’étisie, Panneterie invective Eschançonnerie : « Tais toy ! Tes corps est entechiez/ De tous les .vii. mortelz pechiez54 », glissant vers une appréhension de l’ivresse plus morale que médicale.

  • 55 Voir « Le septénaire des vices », in Carla Casagrande et Silvana Vecchio, op. (...)
  • 56 Sur ce péché, voir Florent Quellier, Gourmandise. Histoire d’un péché capital, Paris, (...)
  • 57 Huon de Méry, Le Torneiment Anticrist, op. cit., v. 1081.
  • 58 « A ! Dame Yvroigne, parlez bas,/ Qui si les autres desprisez/ Et contre raison vous (...)
  • 59 Carla Casagrande et Silvana Vecchio, op. cit., « La gourmandise », p. 193‑228 (partic (...)

20Comme l’ont montré Silvana Vecchio et Carla Casagrande, la pensée médiévale du péché épouse un « modèle génératif », un péché en entraînant un autre55. Au VIe siècle, Grégoire le Grand dresse unegénéalogie des vices. Gula aurait eucinq enfants : joie bête, obscénité, perte de pureté, affaiblissement des sens et loquacité excessive56. Si l’on observe là une tendance à l’étiologie généalogique précédemment commentée, cette propension à la logorrhée est mise en récit dans les fictions de notre corpus : chez Huon de Méry, juste avant le début du tournoi, Ivresse fanfaronne et se dit « preste de fere vasselage57 », c’est‑à‑dire prête à accomplir des faits d’armes remarquables, pour finalement s’endormir quelques vers plus loin. L’ivresse est également langagière chez la figure d’Eschansonnerie d’Eustache Deschamps : sa comparse Panneterie lui demande de « parler bas58 ». La rencontre de l’absorption de boissons par la bouche et de la production effrénée de mots souligne les affinités entre le péché de gourmandise (dont celui d’ivresse est l’un des visages) et le péché de langue. Naissant du même organe, ils s’alimentent réciproquement59.

  • 60 Outre le fameux corps-à-corps opposant le narrateur à Versez chez Raoul de Houdenc, c (...)
  • 61 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer, op. cit., v. 316. Fabienne Pomel relève l’hétéro (...)
  • 62 « Ces deux ventres font reveler/ Dame Venus et repesner./ Par eulx est plus reveleuse (...)
  • 63 Voir Mireille Vincent-Cassy, art. cit., p. 405 ; la chercheuse renvoie notamment sur (...)

21Si l’ivresse incite à la bataille60, elle conduit surtout, et c’est sans doute là sa conséquence la plus grave, au péché de luxure. Les voies empruntées par les auteurs pour retracer le chemin qui mène de l’une à l’autre sont diverses. Chez Raoul de Houdenc, Ivresse conduit le narrateur à Fornication et au château « c’on apele Chastiau Bordel61 ». Dans Le Livre du pèlerin de vie humaine, c’est Gloutonnie qui indique que ses deux ventres, Ivresse et Gouffre, réjouissent et excitent Vénus, incarnation de la luxure que le pèlerin rencontre immédiatement après sur le chemin des vices62 : chez Guillaume de Deguileville, logiques métonymique et spatiale sont donc conjointement convoquées pour dire les liens entre l’ivresse et la luxure. Cette association est un topos du discours médical et théologique médiéval : la luxure est liée de façon congénitale au vin, notamment car les organes sexuels sont réchauffés en raison de leur proximité avec l’estomac trop rempli63. D’une manière générale, ces fictions configurent diversement des lieux communs doctrinaux en exploitant les multiples niveaux de projection permis par le dispositif allégorique. 

  • 64 Ainsi, chez Huon de Méry, Largesse et ses convives boivent autant, voire plus, que ne (...)
  • 65 « […] medieval men perceived what we would call “alcoholism” as a disease of the soul (...)

22Si, dans la littérature allégorique médiévale, le vin coule à flots du côté des vices, c’est aussi le cas à la table des vertus, la présence du vin chez Largesse ou Raison correspondant à une culture qui lui est favorable et que nous avons évoquée en préambule64. En revanche, l’abus de boisson et ses effets sur le corps et l’âme sont uniquement représentés du côté des vices. La figure allégorique d’Ivresse estvolontiersassociée à celle de Gourmandise et gravite de ce fait autour des péchés capitaux. Le corps ivre est en effet, dans la culture médiévale, la manifestation d’un péché : l’ivresse n’est pas entendue uniquement comme un état physique mais comme le signe d’une faiblesse humaine65, comme la trace d’un dysfonctionnement de l’âme ou de la société.

  • 66 Voir Jean-Claude Mühlethaler, Fauvel au pouvoir : lire la satire médiévale, Paris, Ho (...)
  • 67 Voir la très riche introduction d’Estelle Doudet au « Dit des quatre offices… », Eust (...)
  • 68 Mireille Demaules montre par exemple que le regard ironique du narrateur participe de (...)
  • 69 Sur cette liberté du récit de Raoul de Houdenc, voir Fabienne Pomel, op. cit., p. 214 (...)

23C’est bien cette conception de l’ébriété que l’on retrouve dans les fictions allégoriques étudiées ici. Toutefois, la représentation et la mise en récit des excès liés à l’alcool s’inscrivent dans des projets variables en fonction des textes. Guillaume de Deguileville exploite de façon plaisante les excès du corps ivre pour produire des images frappantes et édifiantes. La perspective peut être satirique, comme dans Le Roman de Fauvel, où Ivresse est l’une des figures présentes dans l’entourage du prince66, ou chez Eustache Deschamps, chez qui Eschançonnerie est un serviteur curial permettant à l’auteur de mettre en scène les violences et la vénalité de ce milieu pour mieux en faire la satire67. Dans un texte comme celui de Raoul de Houdenc, dont la critique a fait valoir la dimension ironique voire parodique68, les outrances des figures incarnant l’ébriété n’obéissent pas nécessairement à un projet édifiant69.

24S’il ne faut pas masquer ces différences d’enjeu et ces configurations variables, il apparaît que les auteurs du corpus mettent en œuvre, à des degrés divers, une dynamique inventive très productive, parfois vertigineuse, qui joue des possibilités d’écriture offertes par l’allégorie médiévale et sa prise en compte de la littéralité. Dans ce contexte allégorique, le corps ivre est ainsi traité dans toute sa matérialité : les auteurs s’emparent à la lettre des errements et des faux-pas du sujet enivré pour construire des figures incarnant de façon particulièrement frappante les troubles induits par l’abus d’alcool.

Haut de page

Notes

1 Marcel Proust, Du côté de chez Swann, Antoine Compagnon (éd.), Paris, Gallimard, 1988, p. 81.

2 Notons que si le terme de symbole est employé par le narrateur proustien, la pensée médiévale ne connaît pas l’opposition, héritée du Romantisme, entre le symbole, qui serait opaque et polysémique, et l’allégorie, qui serait quant à elle transparente et univoque. À ce sujet, nous renvoyons à la mise au point de Virginie Minet-Mahy, Esthétique et pouvoir de l’œuvre allégorique à l’époque de Charles VI. Imaginaires et discours, Paris, Honoré Champion, 2005, p. 19 sq.

3 Voir Paul Zumthor, « Allégorie et allégorèse », in Le Masque et la Lumière. La poétique des grands rhétoriqueurs, Paris, Seuil, 1978, p. 78‑94. Dans cette perspective, l’allégorie relève d’une opération de lecture, tandis que l’allégorèse est un mode d’écriture.

4 Pour un panorama des fictions allégoriques médiévales en langue française, voir les travaux d’Armand Strubel, notamment « Grant senefiance a » : Allégorie et littérature au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 2002.

5 « Et pour ce dit Ysaac oultre encore que ly hons qui est yvres est aussi que une nef qui sanz gouverneur est en la mer, ou come un ost qui est sanz capitaine et sanz aucun ducteur […] », Évrart de Conty, Le Livre des eschez amoureux moralisés, Françoise Guichard-Tesson et Bruno Roy (éd.), Montréal, CERES, 1993, p. 335. Sur cette tradition, représentée notamment par Isaac Israeli et Maino de Maineri, voir Azélina Jaboulet-Vercherre, The Physician, the Drinker, and the Drunk : Wine's Uses and Abuses in Late Medieval Natural Philosophy, Turnhout, Brepols, 2014, p. 168.

6 Voir l’ouvrage d’Azélina Jaboulet-Vercherre précédemment cité ainsi que les travaux de Danièle Alexandre‑Bidon (notamment, pour une synthèse, « Le gosier en pente. L’ivresse au Moyen Âge », Revue de la BnF, n° 53, 2016/2, p. 28‑36, et Histoire et images médiévales, n° 29, 2012, « Le vin »).

7 Sur cette ambivalence pharmacologique du vin au Moyen Âge, voir notamment Violaine Giacomotto-Charra, « Le corps et le vin » ainsi qu’Alain Corbellari et Florence Plet-Nicolas, « Le peuple et les clercs du Moyen Âge », in Françoise Argod-Dutard, Pascal Charvet, Sandrine Lavaud (dir.), Voyage au pays du vin. Des origines à nos jours. Histoire, anthologie, dictionnaire, Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2007, p. 409‑438 et p. 438‑451.

8 Nous renvoyons sur ce point à la synthèse de Mireille Vincent-Cassy, « Between Sin and Pleasure. Drunkenness in France in the Late Middle Ages », in Richard Newhauser (dir.), In the Garden of Evil. The Vices and Culture in the Middle Ages, Toronto, Pontifical Institute of Mediaeval Studies, 2005, p. 393-430. Plus généralement, sur l’ambivalence de l’ivresse, dont la mesure et la définition n’ont rien d’évident, voir Matthieu Lecoutre (dir.), L’Ivresse entre le bien et le mal. De l’Antiquité à nos jours, Bruxelles, Peter Lang, 2018 et dans ce même volume, pour la période médiévale, Azélina Jaboulet-Vercherre, « Les représentations philosophiques et médicales du vin au cours des derniers siècles du Moyen Âge », p. 73‑90.

9 Un colloque sur la figure de Bacchus entre Moyen Âge et Renaissance a été organisé en novembre 2019 à l’Université de Bourgogne par Olga Anna Duhl, Jean-Marie Fritz et Silvère Menegaldo ; nous y avons présenté une communication consacrée au corps de Bacchus dans la littérature allégorique vernaculaire. Une publication des actes de ce colloque est prévue aux Éditions universitaires de Dijon.

10 Voir notamment Jérôme Baschet, « Les sept péchés capitaux et leurs châtiments dans l’iconographie médiévale », in Carla Casagrande et Silvana Vecchio, Histoire des péchés capitaux au Moyen Âge, Pierre-Emmanuel Dauzat (trad.), Paris, Flammarion, 2003, p. 339‑385.

11 Versez/Guersoi apparaît dans Le Songe d’Enfer de Raoul de Houdenc (The Songe d’Enfer of Raoul de Houdenc : an edition based on all the extant manuscripts, Madelyn Timmel Mihm (éd.), Tübingen, Niemeyer, 1984, v. 216 sqq. ; sur les variantes graphiques, voir ci-dessous notre note 14). Quelques années plus tard, on trouve la figure sous le nom de Guerçoi dans Le Torneiment Anticrist d’Huon de Méry (Le Torneiment Anticrist by Huon de Méri, Margaret O. Bender (éd.), University, Mississippi, Romance Monographs, 1976, v. 426 sqq.) ou encore de Guersay, plus tardivement, dans Le Roman de Fauvel (Armand Strubel (éd.), Paris, Librairie générale française, « Lettres gothiques », 2012, p. 538, v. 4214).

12 Pour une étude de cette figure chez Raoul de Houdenc, voir Juliette Bourdier, « Le jeu et le mot : sémiotique des passages chez Raoul de Houdenc », Atelier de traduction, 26, 2016, p. 177‑189.

13 Dans sa traduction du Torneiment Anticrist d’Huon de Méry, Stéphanie Orgeur baptise astucieusement cette personnification « Cul‑Sec ! » (Huon de Méry, Le Tournoi de l’Antéchrist (Li Tornoiemenz Antecrit), Georg Wimmer [éd.], Stéphanie Orgeur [trad.], Orléans, Paradigme, 1994).

14 Le texte édité par Madelyn Timmel Mihm nomme cette figure Versez mais les variantes du vers 217 font valoir l’étendue des graphies adoptées par les copistes, parmi lesquelles Guersoi, Guersei ou encore Guerssay (Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer, op. cit., p. 67).

15 À propos de cette combinaison, voir The Songe d’Enfer, op. cit., p. 105, note sur le vers 217, et Fabienne Pomel, Les Voies de l'au-delà et l'essor de l'allégorie au Moyen Âge, Paris, Honoré Champion, 2001, note 41, p. 213.

16 Eustache Deschamps, « Dit des quatre offices de l’ostel du roi a jouer par personnaiges », Estelle Doudet (éd.), in Jonathan Beck, Estelle Doudet et Alan Hindley (dir.), Recueil général de moralités d’expression française, t. 1, Paris, Classiques Garnier, 2012, p. 99‑184 (voir v. 46, 412, 413).

17 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer, op. cit., v. 217.

18 Le Roman de Fauvel, op. cit., p. 298, v. 1599 sqq.

19 Yvresce et Lecherie se trouvent en effet placées à côté de Gloutonnie à la cour de Fauvel. Ces trois allégories sont d’ailleurs représentées s’adonnant à tous les excès de la table dans une miniature saisissante du manuscrit Bnf, fr. 146, fol. 13v.

20 Danièle Alexandre-Bidon, « Le gosier en pente. L’ivresse au Moyen Âge », art. cit.

21 C’est le cas dans Le Songe de la voie d'enfer et de la voie de paradis, texte datant du XIVe siècle, dans lequel Gloutonnie se vante de semer le désordre « a court de roys, de ducs, de contes » : « Puis vient Yvresce ma cousine/ Qui par boire tense et rechine/ Qu’a l’escot compter les fait batre,/ Tenser, virer, mentir, combaptre,/ Entretuer puis les faiz pendre […] », Paris, BnF, fr. 1051, fol. 21r (nous soulignons).

22 Le Besant de Dieu de Guillaume le Clerc de Normandie, Pierre Ruelle (éd.), Bruxelles, Université de Bruxelles, 1973, v. 1574‑1575. Le texte date de 1226-1227.

23 Cette élévation de l’orgueil au rang de chef de troupes se rencontre dès les réflexions de Grégoire le Grand. Voir Carla Casagrande et Silvana Vecchio, op. cit., p. 8.

24 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer, op. cit., v. 142 sqq.

25 Comme le rappellent Carla Casagrande et Silvana Vecchio en citant un traité anonyme de la deuxième moitié du XIIIe siècle, « [l]es gens ivres sont les adorateurs et les prêtres du diable, qui prient dans son oratoire ou dans son temple, c’est-à-dire à la taverne ; ils l’adorent, le sanctifient et chantent ; leurs propos malveillants ou vains font office de prière ; leur façon de l’adorer consiste à se remplir la panse. » (De lingua, Oxford, Bodleian Library, Lincoln 56, fol. 185v ; cité dans cette traduction par Carla Casagrande et Silvana Vecchio, op. cit., p. 227).

26 Sur ce point, voir Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer, op. cit., note p. 105‑106 à propos des v. 219-222. Matthieu Lecoutre retrace l’archéologie de ce stéréotype en rappelant le rôle joué par Alcuin dans son élaboration : l’abbé de Saint-Martin-de-Tours stigmatisait en effet les Anglais en raison de leur consommation de bière, boisson non chrétienne contrairement au vin (Matthieu Lecoutre, Le Goût de l’ivresse. Boire en France depuis le Moyen Âge (Ve-XXIe siècle), Paris, Belin 2017, p. 70‑72).

27 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer, op. cit., v. 222 et 278.

28 Huon de Méry, Le Torneiment Anticrist, op. cit., v. 1076 sq. (on peut envisager ces noms propres comme des personnifications ; voir à ce sujet Guillaume Funfrock, « “L’au-delà du Songe d’Enfer”. Une postérité allégorique de Raoul de Houdenc », in Sébastien Douchet [dir.], Raoul de Houdenc et les routes noveles de la fiction. 1200-1235, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2018, p. 64). Ajoutons que dans le Besant de Dieu, Envie, Luxure et Ivresse, les trois filles d’Orgueil, se sont mariées en Angleterre (Le Besant de Dieu de Guillaume le Clerc de Normandie, op. cit., p. 121, v. 2003 sq.).

29 Eustache Deschamps, « Dit des quatre offices… », op. cit., v. 130 puis v. 148 sqq. D’après le Dictionnaire du Moyen Français, graveleux, en contexte médical, se dit du sang et de l’urine et signifie « véhiculant des corpuscules semblables à du sable » ; l’adjectif peut aussi qualifier une personne atteinte de la gravelle. En contexte, la proximité avec les adjectifs palle et descolouré permet sans doute de déceler une allusion à un problème lié au sang qui affecterait le teint. Sur les rapports entre le vin et le sang dans la théorie médicale, voir Azélina Jaboulet‑Vercherre, op. cit., « Physiognomony of Drunkards », p. 164 sq.

30 Voir sur ce point Fabienne Pomel, op. cit., p. 228 sq.

31 Le sens métonymique de « celui qui avale tout, goinfre » est enregistré dans le Dictionnaire du Moyen Français.

32 « Pour neant n’ai pas com butor/ Deux ventres car butordement/ Parle a chascun et lourdement. », Guillaume de Deguileville, Le Livre du pèlerin de vie humaine (1355), Graham Robert Edwards et Philippe Maupeu (éd.), Paris, Le Livre de poche, « Lettres gothiques », 2015, v. 8624 sq.

33 « Trouflois et gas/ Vi en la contenance Yveresce,/ Qu’ele avoit l’une e l’autre tresce/ Par ses espaules detrescié. », Huon de Méry, Le Torneiment Anticrist, op. cit., v. 1096 sq.

34 Ibid., v. 1082 sq. Le terme sautoir désigne une pièce de harnais qui pend à la selle et sert d’étrier.

35 Fabienne Pomel, op. cit., p. 231.

36 « E Yveresce tant en entonne/ K’a poi n’a vidié la tonne. », Huon de Méry, Le Torneiment Anticrist, op. cit., v. 465-466.

37 « E Guerçoi, qui a tuz guerseille,/ D’Iveresce lur fist .i. entret […] », ibid., v. 426-427.

38 C’est le cas dans Le Besant de Dieu de Guillaume le Clerc de Normandie, op. cit. : Ivresse « sert al deis de la mestre cope » (v. 1926). Chez Eustache Deschamps, on l’a vu, « Dame Yvroigne » est une personnification de l’office qu’est l’eschançonnerie.

39 Le Roman de Fauvel, op. cit., p. 564, v. 4649 sq.

40 Voir les notices honte dans le Trésor de la langue française informatisé et dans le Dictionnaire historique de la langue française.

41 Huon de Méry, Le Torneiment Anticrist, op. cit., v. 418 sq. Madeleine Jeay repère cette reprise du « jeu sur la remotivation de la locution » (Madeleine Jeay, « Scènes de repas et catalogues gastronomiques dans l’écriture romanesque », in Nelly Labère (dir.), Être à table au Moyen Âge, Madrid, Casa de Velázquez, 2010, p. 213‑225, particulièrement p. 221‑223). D’après les dictionnaires cités ci-dessus, l’expression avoir toute honte bue, signifiant « devenir inaccessible à la honte », daterait du XVe siècle mais les deux passages ici cités permettent d’en douter.

42 Pour une lecture du détournement du modèle psychomachique dans Le Songe d’Enfer et l’élaboration de l’« allégorie burlesque d’un enivrement », voir Mireille Demaules, « Construction et déconstruction de l’allégorie dans le Songe d’Enfer de Raoul de Houdenc », in Sébastien Douchet (dir.), op. cit., p. 73‑82, ici p. 77.

43 Voir par exemple : « Je li vois et il me revient,/ Et je le sache et il me tient,/ Et je sushauce et il retrait. », Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer, op. cit., v. 253 sq.

44 Fabienne Pomel, op. cit., p. 214. D’une manière générale, notre analyse de ce passage est redevable à l’étude qu’en fait l’autrice.

45 « granz », « parcreüz », « fors » et « membruz », « divers », Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer, op. cit., v. 219 et 230-231.

46 « Mes Yvrece me tint le chief,/ Par compaignie, en son devant. », ibid., v. 284-285.

47 Huon de Méry, Le Torneiment Anticrist, op. cit., v. 2247.

48 Voir Azélina Jaboulet-Vercherre, op. cit., « Definitions of drunkenness », p. 159 sq.

49 The Songe d’Enfer, op. cit., v. 274 ; voir la note au sujet des vers 270-274 p. 110‑111. De même, chez Huon de Méry, Ivresse est désignée comme celle « qui toz les enteste » (Le Torneiment Anticrist, op. cit., v. 429).

50 Ebrietas vomit en effet volontiers dans les représentations iconographiques (Mireille Vincent-Cassy, art. cit., p. 401). Elle partage ce trait avec sa comparse Gloutonnie : Mattieu Lecoutre commente ainsi l’enluminure du fol. 179r° du manuscrit de la Somme le roi de Laurent d’Orléans (Paris, Bibliothèque Mazarine, Ms 870), in Le Goût de l’ivresse, op. cit., p. 156.

51 « Devers Enfer vint Glotounie,/ Uns chevaliers de male vie./ En son escu avoit .ii. ivres,/ Qui ja mès n’en seront delivres,/ Se sachiez vos, sanz villain plet./ Tent boivent, de voir le sachiez,/ Que il le rendent par les geulles,/ Qu’emplir en peüst l’en .iii. oles,/ Tent ont bü, tent ont mengié. », Arthur Långfors, « Le tournoiement d’enfer, poème allégorique et satirique tiré du manuscrit français 1807 de la Bibliothèque nationale », Romania, n° 44, 1915-1917, p. 511-558, ici v. 1325 sq.

52 Le Songe de la voie d'enfer et de la voie de paradis, Paris, BnF, fr. 1051, fol. 19r° (l’expression escorchier le goupil signifie « vomir »). Voir, dans ce même dossier, les réflexions de Madeleine Jeay à propos de la complaisante grossièreté de ce passage.

53 Huon de Méry, Le Torneiment Anticrist, op. cit., v. 1100 sq.

54 Eustache Deschamps, « Dit des quatre offices… », op. cit., v. 159, v. 63 sq. et v. 77‑78.

55 Voir « Le septénaire des vices », in Carla Casagrande et Silvana Vecchio, op. cit., p. 275‑337.

56 Sur ce péché, voir Florent Quellier, Gourmandise. Histoire d’un péché capital, Paris, Armand Colin, 2010.

57 Huon de Méry, Le Torneiment Anticrist, op. cit., v. 1081.

58 « A ! Dame Yvroigne, parlez bas,/ Qui si les autres desprisez/ Et contre raison vous prisez !/ Par Dieu, vous vous deussiez bien taire. », Eustache Deschamps, « Dit des quatre offices… », op. cit., v. 46 sq.

59 Carla Casagrande et Silvana Vecchio, op. cit., « La gourmandise », p. 193‑228 (particulièrement p. 212‑213).

60 Outre le fameux corps-à-corps opposant le narrateur à Versez chez Raoul de Houdenc, c’est le cas dans Le Livre du pèlerin de vie humaine, dans lequel Gloutonnie affirme :« Quant j’ai le vin en la corne/ Fiere sui comme unicorne,/ Chascun vueil bouter et hurter,/ A l’un tencier, l’autre blasmer,/ Les yeux esroulle comme un tor. », Guillaume de Deguileville, op. cit., v. 8619 sq.

61 Raoul de Houdenc, The Songe d’Enfer, op. cit., v. 316. Fabienne Pomel relève l’hétérogénéité de la série organisant la Voie d’enfer chez Raoul de Houdenc (op. cit., p. 214).

62 « Ces deux ventres font reveler/ Dame Venus et repesner./ Par eulx est plus reveleuse/ Et en ses fais moins honteuse », Guillaume de Deguileville, op. cit., v. 8647 sq.

63 Voir Mireille Vincent-Cassy, art. cit., p. 405 ; la chercheuse renvoie notamment sur ce point à Grégoire le Grand. Sur les liens entre l’ébriété et le désir sexuel, voir également Azélina Jaboulet-Vercherre, op. cit., p. 175 sq.

64 Ainsi, chez Huon de Méry, Largesse et ses convives boivent autant, voire plus, que ne l’ont fait la veille l’Antéchrist et ses troupes(Huon de Méry, Le Torneiment Anticrist, op. cit., v. 3312 sq. : l’inverse de la honte bue est alors appelé honor).

65 « […] medieval men perceived what we would call “alcoholism” as a disease of the soul that poisons the body, which kept them from understanding both the etiology of the disease and its physiological consequences. Chronic drunkenness was perceived as a sin derived from gluttony, a sign of human weakness. », Azélina Jaboulet-Vercherre, op. cit., p. 162.

66 Voir Jean-Claude Mühlethaler, Fauvel au pouvoir : lire la satire médiévale, Paris, Honoré Champion, 1994.

67 Voir la très riche introduction d’Estelle Doudet au « Dit des quatre offices… », Eustache Deschamps, op. cit., p. 124‑152.

68 Mireille Demaules montre par exemple que le regard ironique du narrateur participe de la déconstruction de l’allégorie dans Le Songe d’Enfer (art. cit.) ; Marylène Possamaï voit quant à elle dans Le Songe d’enfer une parodie de texte allégorique(Marylène Possamaï, « Le Songe d’Enfer de Raoul de Houdenc, un monde sens dessus-dessous », in Sébastien Douchet [dir.], op. cit., p. 83‑94).

69 Sur cette liberté du récit de Raoul de Houdenc, voir Fabienne Pomel, op. cit., p. 214 sq.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Amandine Mussou, « Représentations allégoriques de l’ivresse (XIIIe-XIVe siècles) : les corps excessifs d’Yvresce et de Dame Yvroigne
 »
Littératures, 83 | 2020, 59-73.

Référence électronique

Amandine Mussou, « Représentations allégoriques de l’ivresse (XIIIe-XIVe siècles) : les corps excessifs d’Yvresce et de Dame Yvroigne
 »
Littératures [En ligne], 83 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/2854 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.2854

Haut de page

Auteur

Amandine Mussou

Amandine Mussou est maîtresse de conférences en langue et littérature médiévales à l’Université de Paris (anciennement Paris-Diderot) et membre du laboratoire CERILAC. Spécialiste de l’œuvre d’Évrart de Conty, elle a consacré sa thèse aux Eschés amoureux en vers et s’intéresse notamment à l’allégorie. Ses recherches portent par ailleurs sur les lectures contemporaines du Moyen Âge (elle a co‑dirigé, avec Nathalie Koble et Mireille Séguy, Mémoire du Moyen Âge dans la poésie contemporaine, Paris, Hermann, 2014, et, avec Florent Coste, Le Moyen Âge pour laboratoire, LhT n° 20, (2018).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search