Navigation – Plan du site

AccueilNuméros83Dossier : États d'ivresse. Discou...Le vin, le vit, le ris : le corps...

Dossier : États d'ivresse. Discours du corps ivre de l'Antiquité aux Lumières

Le vin, le vit, le ris : le corps ivre de Noé à la Renaissance

Raphaël Cappellen
p. 75-91

Résumé

Dans la tradition chrétienne, Noé fait figure de premier vigneron, premier buveur mais aussi premier homme à faire l’expérience de l’ivresse. En analysant la manière dont les hommes de la Renaissance ont illustré, traduit, commenté, imité, réécrit le fameux épisode de l’ivresse de Noé (Genèse ix, 18-27), il s’agira surtout de s’intéresser à la manière dont est représenté le corps nu de Noé endormi sous l’effet de l’ivresse et dont est envisagée l’interdiction de regarder cet homme ivre. On s’attachera en particulier à voir comment ce texte, qui s’achève sur la malédiction du rire, peut être repris sous un angle comique, la portée morale du récit passant derrière son sens littéral, derrière la représentation d’une scène d’ivresse ridicule.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Maurice de La Porte, Les Epithetes…, Paris, Gabriel Buon, 1571, f. 178.
  • 2 Même si on verra que l’assimilation de Noé à Janus était parfois expliquée différe (...)
  • 3 Clément Marot, Œuvres poétiques, Gérard Defaux (éd.), Paris, Classiques Garnier, 1990, (...)
  • 4 Marguerite de Navarre, Les Comédies bibliques, Barbara Marczuk (éd.), Genève, Droz, 2000, (...)
  • 5 M. de La Porte, op. cit. : « Il planta premier la vigne, mais ne sachant quelle es (...)
  • 6 François Villon, Œuvres complètes, Jacqueline Cerquiglini-Toulet (éd.), Paris, Gallimard, (...)
  • 7 Comme le dit frère Jean (Tiers Livre, xxxi) : « Quand je suys bien yvre, je ne dem (...)

1En 1571, Maurice de La Porte attribue à Noé les épithètes de « Patriarche, plante-vigne, bon-homme, ancien, double-face, premier vigneron, restorateur du monde, vieil Janus1 ». Noé est « double-face » et « vieil Janus », parce qu’il a vu les deux visages du monde, avant et après le Déluge, d’après l’explication la plus commune2. Il est « bon-homme », qualificatif auparavant employé dans une chanson bachique de Marot3 et dans La Comédie du désert de Marguerite de Navarre4. Il est aussi « plante-vigne » et « premier vigneron », en référence à l’épisode de la Genèse dont il sera question dans cet article. Il manquerait, cependant, à cette énumération les épithètes d’ivre, voire de premier ivrogne, qui conviendraient parfaitement à celui qui, selon une généalogie chrétienne, fait figure de premier ancêtre de tous les bons buveurs5. C’est à ce titre que Noé est, dans le Testament de Villon, la première des trois figures, avec Loth et l’architriclin des noces de Cana, chargées par le poète de prendre soin de l’âme du meilleur des pions, Jean Cotart, « qui chancelle et trepigne [...] quand il s’alloit coucher6 ». Chanceler pour aller dormir, soit la seule action à laquelle l’homme saoul est bon depuis Noé7.

  • 8 Voir sur cette question Guillaume Hervieux, L’Ivresse de Noé. Histoire d’une malédiction, (...)

2Un épisode biblique (Genèse 9:18-27) se trouve à l’origine de cette tradition. Même s’il est très fameux, il n’est pas inutile d’en rappeler succinctement la teneur. Après le Déluge et à la suite de la nouvelle alliance de Dieu avec les hommes, Noé s’adonne à l’agriculture et plante une vigne. Ignorant des effets du vin, il goûte son nouveau produit, s’enivre, et s’endort nu sous sa tente. L’un de ses trois fils, Cham, le voit, et observe surtout ce qu’il n’avait pas le droit de regarder : le sexe paternel. Il s’empresse d’aller le dire à ses deux frères, Sem et Japheth, qui, en bons fils, recouvrent pudiquement d’un manteau la nudité indigne du père. Le texte biblique précise bien qu’ils n’enfreignent pas l’interdit et savent se garder de voir leur père nu, puisqu’ils s’approchent de lui en marchant en arrière (preuve, si l’on en doutait, que le délicat pas de danse nommé moonwalk figurait déjà dans la Genèse). Noé, à son réveil, apprend ce qui s’est passé et maudit non pas Cham mais le fils de ce dernier, Chanaan, destiné à vivre en esclave. Les implications politiques du récit sont essentielles, en particulier pour qui s’intéresse à l’histoire de l’esclavagisme, la malédiction de Chanaan ayant longtemps servi d’argument pour légitimer la traite négrière. Cet enjeu politique est totalement hors de mon propos8, qui se limitera à des enjeux bien plus légers, à savoir la manière dont les représentations de l’ivresse de Noé permettent d’aborder plusieurs tabous liés au corps : la nudité, le regard interdit, le ridicule du corps ivre dénudé, et l’anathème lié à la fois au fait d’avoir vu et d’avoir ri. En effet, la malédiction de Chanaan provient d’un regard très tôt interprété comme rieur et moqueur, ce que le texte biblique n’explicitait pas.

  • 9 Voir aussi les diverses pages consacrées à l’ivresse de Noé dans Voyage aux pays du vin. (...)

3J’ai donc glané divers textes et représentations autour de l’ivresse de Noé, principalement au XVIe siècle et plus sporadiquement au XVe siècle, afin de voir comment cet épisode était figuré, traduit, commenté ou réécrit9. Sachant que la réécriture est souvent contrainte par la fidélité à la source biblique, une quantité considérable de textes disent peu de choses, et disent globalement la même chose. Néanmoins, des variations, même minimes, sont observables. Quelques rares exceptions, qui réécrivent beaucoup plus librement l’épisode de l’ivresse de Noé, sortent aussi du lot.

4Deux questions m’intéresseront principalement sur ce corpus : comment la nudité du corps ivre est-elle exprimée ? Et comment donner à imaginer ou voir ce que l’on n’a pas le droit de voir ? Il s’agira surtout de constater que cet épisode, qui porte en son sein une malédiction du rire, peut être repris sous un angle comique, la portée morale du récit passant derrière son sens littéral et la mise en scène d’une ivresse ridicule. Avant d’en venir là, je commencerai par dire quelques mots de la question de la faute de Noé. Faut-il condamner cette ivresse comme un péché ou l’excuser, en se disant, après tout, que celui qui n’a jamais fini cul nu après avoir trop bu jettera à Noé la première pierre ?

L’ivresse de Noé : une folie et un péché ?

  • 10 Sébastien Brant, La Nef des fous, Nicole Taubes (trad. de l’allemand en français), Pa (...)

5« Le vin fait parfois qu’un saint homme / Se coiffe du bonnet de fou » : dans le chapitre sur les goinfres et les buveurs de La Nef des fous, Noé figure en bonne place parmi les fous appelés à monter sur le navire. Le vin peut transformer le saint homme en fou ; « Ivresse est mère d’obscénité », et Noé en fournit un parfait exemple, lui qui est présenté comme « le premier vigneron » mais aussi comme « un piètre amateur de vin10 », selon le texte allemand du Narrenschiff. La folie de Noé est en revanche absente du texte latin de la Stultifera navis, traduite par le disciple de Brandt, Jakob Locher, qui a préféré couper le passage sur les saints buveurs, lequel manque par conséquent aussi à toutes les traductions-adaptations françaises du XVIe siècle, faites non pas à partir de l’original allemand mais de sa traduction latine. Plus généralement, les textes de littérature morale qui font la liste des ivrognes et gloutons célèbres oscillent entre présence inaugurale de Noé et absence d’un sage patriarche, qui n’a commis qu’une folie passagère.

  • 11 Voir sur ce point la thèse de Matthieu Lecoutre, Ivresse et ivrognerie dans la France moderne, (...)
  • 12 Thomas d’Aquin, Somme théologique, Paris, Les Éditions du Cerf, 1999, t. III, p. 852. (...)

6Si l’ivresse transforme temporairement Noé en fou, est-elle pour autant un péché ? La première épître aux Corinthiens (VI, 9-10) de Paul de Tarse est un des textes essentiels qui assimilent l’ivresse à un péché11. Les ivrognes (ebriosi) font partie de ceux qui ne possèderont pas le royaume de Dieu, avec les impudiques, les idolâtres, les voleurs et autres pécheurs de même farine. Néanmoins, la question de savoir si l’ivresse en général, et celle de Noé en particulier, peuvent être considérées comme des péchés est débattue. Par-delà la diversité des approches, il est possible de mettre en avant l’analyse de Thomas d’Aquin, qui consacre la question 150 de sa Somme théologique à l’ivresse. Selon lui, il y a trois types d’ivresse : celle qui repose sur une totale ignorance des effets du vin et qui n’est pas un péché ; celle qui est un péché véniel car on sait avoir bu de manière excessive mais sans avoir conscience que le vin pouvait enivrer ; la troisième ivresse, la véritable ivresse en somme (puisque les deux premières sont accidentelles), est celle de l’homme qui boit dans l’intention d’être ivre, de perdre l’usage de la raison12. L’ivresse de Noé entrant dans le premier cas, il n’a pas péché puisqu’il ignorait l’effet du vin. Le médecin Jean Mousin ne dira pas autre chose au début du XVIIe siècle, lorsqu’il évoque

  • 13 Jean Mousin, Discours de l’yvresse, et yvrongnerie, Toul, Sébastien Philippe, 1612, p (...)

[…] le bon Patriarche Noël qui fust le premier qui planta la vigne, le premier qui beut du vin, et le premier qui s’enyvra. Ce seroit faire tort à ce sainct personnage, de le ranger au nombre des yvrongnes, et le produire pour exemple d’une offence de laquelle il ne pouvoit estre coulpable avant qu’avoir cogneu la force du vin : oultre qu’une action seule ne le peut charger d’yvrongnerie13.

  • 14 Augustin d’Hippone, La Cité de Dieu. II. 1. Livres XI-XVIII, Gustave Combès et Goulve (...)

7À ceux qui objecteraient, comme l’a fait saint Ambroise, que l’ivresse de Noé dut être une très grande faute puisqu’elle a eu pour conséquence la malédiction de Chanaan et l’esclavage, Thomas d’Aquin répond que le lien de cause à conséquence entre les deux est seulement accidentel : l’ivresse de Noé ayant causé la moquerie de Cham, c’est donc la dérision de Cham qui est la cause de l’esclavagisme. Le rieur est coupable, non le buveur ridicule. Il en va de même pour saint Augustin qui, au livre XVI de la Cité de Dieu, propose une lecture allégorique de l’ivresse de Noé, un passage « lourd de sens prophétique et couvert de voiles14 ». Il assimile l’ivresse de Noé à la passion du Christ : Noé, comme le Christ, montre sa faiblesse et sa folie, mais une folie qui est sagesse, une folie apparente plus sage que la prétendue sagesse des hommes. Quant à Cham, il l’interprète comme une figure d’hérétique, responsable de la Passion.

  • 15 Artus Désiré, Description de la Cité de Dieu, cité par Lise Wajeman, « Usages chrétie (...)

8À la Renaissance, bien des textes abordent la malédiction de Cham, de manière plus ou moins allusive. Je n’en mentionnerai qu’un, un texte de polémique anti-protestante, d’un des plus fervents et violents défenseurs du parti catholique, Artus Désiré, qui assimile les protestants à Cham, en rapprochant Noé ivre de la femme adultère que les Pharisiens s’apprêtent à condamner mais qui est pardonnée par le Christ. Pour Artus Désiré, les protestants dévoilent les erreurs de l’Église comme l’a fait Cham ; ils montrent en plein jour ce qui devrait rester caché et être réformé de manière furtive15.

  • 16 Le texte des Neuf preux de gourmandise est imprimé dans Les Faictz et dictz de (...)

9Pourtant, cette doxa qui exonère Noé au détriment du mauvais fils n’est pas suivie par tous, tel Jean Molinet, dans Les Neuf Preux de gourmandise16, parodie des Neuf Preux de chevalerie. L’ivresse de Noé y figure sous l’angle de la condamnation du péché de gourmandise. Noé est présenté comme le premier preux de gourmandise :

  • 17 Jean Molinet, Les Faictz et Dictz..., Paris (Alain Lotrian pour lui-même, Denis Janot (...)

Je suis Noé qui plantay
La vigne aprés le deluge
J’en tiray vin et goustay
Tant en mon ventre en boutay
Que dormir fut mon reffuge,
De Cam mon filz raillé fuz-je
Qui perceut mes genitoires
Mauldit fut pour mes boytoires17.

10Cham fut maudit à cause des « boytoires » de Noé (ses beuveries). Notons au passage que le fils a aperçu les « genitoires » de son père. Le terme n’est pas indifférent ; il est fréquent dans la langue comique (même s’il n’est pas seulement comique). Surtout, il ne masque pas le membre viril de Noé, qu’il évoque directement, alors que les textes écrits au même moment avaient souvent tendance à user de détours.

  • 18 Par exemple dans le chapitre X du Livre de bonnes meurs de Jacques Legrand (...)
  • 19 Nicolas de La Chesnaye, La Condamnation de banquet, Jelle Koopmans et Paul Verhuyck ( (...)

11Noé prend donc place dans la liste des exempla qui permettent de condamner la gourmandise18. Ce fut aussi le cas, entre autres, dans une moralité de la même époque, La Condamnation de banquet : cette pièce fait l’éloge de la sobriété en représentant plusieurs personnages allégoriques massacrés par des maladies (Apoplexie, Paralysie, Épilepsie, etc.) à l’occasion d’un banquet. À propos de Noé, il est dit que son enfant « vit visiblement / Sa fragile condicion19 ». À l’euphémisme « fragile condicion » est conjointe de manière particulièrement significative la répétition de la syllabe qui signifie l’objet du délit : « vit visiblement ». Molinet évoquait explicitement les « genitoires » de Noé ; l’auteur de La Condamnation de banquet, quant à lui,fait entendre le vit de manière astucieuse. Venons-en donc à la question de la représentation du corps de Noé, entre voile et dévoilement.

Les variations linguistiques sur l’ivresse de Noé : les traductions de la Genèse

12Le premier facteur de variation autour de la nudité de Noé est de nature linguistique. L’épisode de l’ivresse de Noé n’est pas exactement le même selon les langues et les traductions dans lesquelles il est lu.

  • 20 Dominique Brancher, Équivoques de la pudeur. Fabrique d’une passion à la Renaissance, (...)

13Dominique Brancher a comparé les textes hébreu, grec, latin et français, principalement à partir d’éditions modernes, afin de montrer comment à partir d’un terme hébreu euphémistique signifiant la nudité du père, on en était arrivé à des termes désignant le sexe sous un jour moral et honteux20. Les principales conclusions auxquelles elle arrive recoupent la manière dont les hébraïstes du XVIe siècle comprenaient ces variations sémantiques liées au passage d’une langue à l’autre.

  • 21 Augustini Steuchi, Eugubini, Veteris Testamenti ad veritatem Hebraicam Recognitio, Ly (...)

14Selon Agostino Steuco, humaniste italien et commentateur du Pentatheuque, le terme hébreu qui désigne le sexe de Noé, ervath, est traduit en grec par γύμνωσιϛ, terme euphémistique qui signifie « nudité », là où saint Jérôme choisira turpitudo, c’est-à-dire « turpitude, honte21 ». Steuco fait une légère erreur car Jérôme traduit ici en réalité par verecunda et verenda, dont les connotations honteuses sont moins fortes que turpitudo, qu’il utilise en revanche dans la série d’interdictions du Lévitique pour traduire l’hébreu ervath, sans doute sous l’influence du mot grec ἀσχημοσύνη (« indécence ») employé au sein de ce passage dans la Septante. La présence du même mot en hébreu dans le Lévitique et dans le Genèse n’est pas indifférente, puisque les deux textes sont liés : Cham a enfreint l’interdiction majeure formulée par Yahweh à l’attention des enfants d’Israël : « tu ne découvriras pas la nudité de ton père et de ta mère » (Lévit. 18:7). L’autre variation que Steuco relève en comparant les différents textes concerne la question du sommeil de Noé : Noé a-t-il dormi avant de redevenir sobre ? Cela serait la meilleure manière pour que l’effet du vin se dissipe. Or, le texte de la Septante ne fait pas mention du sommeil de Noé mais constate seulement que Noé s’est remis des conséquences du vin, qu’il est redevenu sobre, tandis qu’en hébreu, il est plus clairement signifié qu’il s’est réveillé.

  • 22 Luigi Lippomano, Catena in Genesim ex authoribus ecclesiasticis plus minus sexaginta. (...)

15Un autre hébraïste italien, Luigi Lippomano, qui a recueilli de nombreux commentaires sur la Genèse en 154622, reprend sans l’indiquer ce qu’a écrit Steuco, qu’il complète légèrement en précisant que la langue hébraïque parle de manière pudique des choses honteuses, là où le traducteur latin emploie la notion de « turpitude ». En somme, l’hébreu et le grec usent d’euphémismes généraux en parlant de « nudité »pour désigner la partie du corps qui doit rester cachée, tandis que la traduction latine renvoie à un sentiment, une émotion, en évoquant le « membre honteux ».

  • 23 La Bible. Qui est toute la Saincte escripture..., Neuchâtel, Pierre de Vingle, 1535, (...)
  • 24 La Saincte Bible en Francoys, translatée selon la pure et entiere traduction de sainc (...)
  • 25 La Bible en Francoys..., Lyon, Olivier Arnoullet, c. 1531-1535, f. 7v. : « Aprés (...)

16Les traductions françaises vont conserver un vocabulaire lié à cette honte du corps historiquement construite : la traduction d’Olivétan mentionne les « parties honteuses » de Noé et sa « vergongne23 » ; celle de Lefèvre d’Étaples traduit principalement par « parties honteuses » et une fois par « parties viriles24 ». Quant à la traduction aménagée par Jean de Rély, qui reprend la Bible historiale médiévale, elle offre quelques variations en fonction de ses nombreuses reprises et adaptations du XVIe siècle. Ces Bibles en français donnent parfois à lire « membres secrets » mais plus souvent « membres honteux ». Pour n’en donner qu’un exemple, la version proposée à Lyon chez Arnoullet intègre les gloses de Pierre Le Mangeur directement dans le texte traduit ; on sera en particulier sensible à la glose historique qui explique pourquoi Noé se retrouve nu : c’est parce qu’à cette époque, les braies n’avaient pas été inventées25. Il faut donc conclure de cette sympathique remarque anthropologique que si Dieu avait eu la bonne idée de créer en même temps l’homme et le sous-vêtement, l’humanité eût évité bien des problèmes... Dans cette version, le lexique de la honte s’impose ; les dérivés autour du terme sont inlassablement répétés :

  • 26 Id.

leur pere [Noé] gisoit à revers assez honteusement si [Sem et Japhet] en furent honteux et eurent honte de regarder mais tournerent leur visaige, et couvrirent leur pere au mieulx qu’ilz peurent, et oncques ne getterent leur regard à ce qu’ilz vissent les honteulx membres de leur pere pour le grant bien qui en eulx estoit [je souligne]26.

17La posture honteuse engendre un regard honteux, c’est-à-dire aussi un regard pudique. La honte du père suscite la pudeur des bons fils, affection qui manque au fils moqueur.

18Se pose alors la question de la manière de représenter cet épisode, interrogation présente à l’esprit de tous les enlumineurs, graveurs, peintres, ou sculpteurs chargés de figurer l’ivresse de Noé : comment montrer ce qui ne doit pas être vu ? Comment donner à voir le regard interdit ? La représentation est par nature paradoxale, puisqu’elle invite le spectateur à observer ce qu’il ne faut pas regarder.

Variations iconographiques sur l’ivresse de Noé

  • 27 Sur ce sujet, voir aussi Jean-Paul Deremble, « La nudité de Noé ivre et ses relectures t (...)
  • 28 Le premier Volume de la bible en francoiz, Paris, Barthélémy Vérard, ca. 1514, (...)
  • 29 Heures de Bedford, manuscrit conservé à la British Library (Add. Ms. 18850), f (...)
  • 30 Voir par exemple la gravure imprimée sur Le premier Volume de la mer des histo (...)
  • 31 Grande Bible historiale complétée, BnF, Ms. Fr. 9, f. 16v.

19Pour aborder ce point, je me contenterai de dresser un rapide bilan des divers choix effectués pour représenter la nudité de Noé27. En premier lieu, pour couvrir ce sexe que le spectateur ne saurait voir, il suffit de représenter la scène après que Sem a recouvert d’un voile le phallus paternel. C’est par exemple le cas sur la sculpture qui se trouve sur le palais des Doges de Venise, où Noé, en outre, est isolé de ses deux fils par l’angle de la façade (Noé se trouvant du côté du quai, alors que ses fils sont du côté du canal). Le sexe de Noé est aussi couvert sur l’huile sur panneau peinte par Bernardino Luini (c. 1510-1515) ou sur la gravure sur bois employée pour illustrer l’épisode dans la Bible en francoiz imprimée pour Barthélémy Vérard28. Une autre possibilité consiste à dénaturer le sens littéral de l’épisode en représentant un Noé porteur d’un cache-sexe. C’est ce que l’on voit sur la belle enluminure consacrée à l’histoire de Noé (de la sortie de l’arche à l’ivresse en passant par la plantation de la vigne) sur les Heures de Bedford29. Néanmoins, la pudeur n’est pas toujours de mise, que le sexe déborde quelque peu de l’habit30 ou soit montré sans la moindre retenue comme sur l’enluminure d’une Bible manuscrite, où Noé paraît dans toute sa fragilité, les cuisses grandes ouvertes31.

  • 32 On songe nécessairement à la fresque de La Création d’Adam.

20Les deux représentations les plus connues de l’ivresse de Noé à la Renaissance sont sans doute la fresque peinte par Michel-Ange pour le plafond de la Chapelle Sixtine (1509) et une huile sur toile de Giovanni Bellini. Le choix de Michel-Ange est fascinant en ce qu’il détourne en partie la question de la nudité de Noé, puisque le peintre donne à voir les sexes des quatre protagonistes : alors qu’ils sont couverts d’une fine étole, le spectateur aperçoit les parties génitales de Cham et de Japhet qui sont de profil ; quant à Sem, le geste pieux qu’il accomplit consistant à recouvrir son père fait bouger son étole et dévoile son propre phallus. La malédiction de Cham importe moins que la belle réaction de piété filiale de Sem, qui dévoile sa propre faiblesse pour couvrir celle de son père. Le patriarche est endormi le dos courbé et la tête renversée, la scène étant dramatisée par les trois bras tendus32, l’un, celui de Cham, présentant une main à l’index tendu en signe de dérision, l’autre, celui de Sem, qui tient le voile destiné à recouvrir Noé, une main à l’index courbé, tandis qu’entre les deux, la paume de la main ouverte de Japhet est un signe d’urgence.

  • 33 Daniel Arasse, Le Sujet dans le tableau [1997], Paris, Flammarion, 2010, p. 10 (...)
  • 34 Ibid., p. 104.

21Le tableau de Bellini est, quant à lui, nouveau à bien des titres. Si La Dérision de Noé était bien connue des Vénitiens, par les mosaïques de la basilique de Saint-Marc et la façade sculptée du palais des Doges, c’est la première fois que « cet épisode de la Genèse est présenté hors de tout contexte, narratif ou typologique33 ». C’est une scène champêtre, qui aborde la transgression du regard. Cham fait la liaison entre les deux frères mais s’oppose à eux en fixant obstinément la nudité de son père, tandis que ses deux frères détournent le regard vers la droite du tableau. En outre, la nudité de Noé a déjà été recouverte, et Cham semble insister pour la découvrir à nouveau, « pour interrompre ou retenir l’acte pieux de ses frères » ; l’idée de Bellini « entraîne comme une redondance du récit, une réitération de l’irrespect coupable de Cham à l’égard de son père34 ».

22Que ce soit du côté de Michel-Ange ou de Bellini, le rire est banni de la représentation. Pourtant, la représentation comique du buveur Noé, même si elle reste minoritaire, n’a pas été totalement absente.

Noé et le ridicule de l’homme ivre

  • 35 Voir l’édition critique de ce texte dans Testaments pour rire. Testaments facétieux et (...)
  • 36 S’ensuit le testament de Tastevin roy des pions, [Paris, Alain Lotrian, c. (...)
  • 37 Le testament de Taste vin roy des pions, [Paris, atelier Trepperel ?], c. 1513 ?, ENS (...)
  • 38 La guerre et le debat entre la langue les membres et le ventre..., Paris, Jean Treppe (...)
  • 39 Le testament de Taste vin roy des pions, op. cit., f. A4v.

23Je démarrerai par une remarque marginale sur un petit texte comique lié à la représentation de l’ivrogne, Le Testament de Tastevin, roi des pions, testament parodique dont les plus anciennes versions connues remontent aux environs de 148835. Même s’il est mal conservé, on sait que ce petit texte a connu quelques rééditions dans les premières décennies du XVIe siècle. L’opuscule ne fait pas mention de Noé mais, parmi les quelques éditions connues, deux sont illustrées avec des bois gravés. Nul programme iconographique ici, il s’agit comme souvent de simples réemplois. L’une des deux éditions36 montre des illustrations qui n’ont strictement rien à voir avec le texte ; l’autre37, en revanche, témoigne d’un réel effort dans l’art délicat d’accommoder les restes : la gravure au titre provient du Débat et guerre entre la langue et les membres38. L’homme qui y figure, par sa solide carrure, peut sans difficulté figurer un buveur ou un tavernier. Surtout, à la fin du texte, se trouve un bois représentant l’ivresse de Noé39, apparenté pour l’occasion au joyeux buveur, au roi des buveurs pour être plus précis, qu’est Tastevin. Et l’on peut songer à la filiation entre ce choix d’illustration et la ballade de Villon sur la mort de Jean Cotart. Le lecteur du XVIe siècle ne pouvait manquer d’identifier au premier coup d’œil la scène de l’ivresse de Noé et devait s’amuser de voir ainsi reprise de manière décalée, à la fin d’un testament joyeux, une gravure à l’origine sérieuse.

  • 40 Pour une présentation bibliographique de cet immense mystère de près de 50 000 vers, (...)

24La représentation de l’ivresse de Noé dans Le Mystere du vieil testament est autrement plus délicate à aborder40. Le déroulement de la scène suit le programme narratif préétabli par la Genèse. L’insolence de Cham est condamnée par ses frères et maudite par son père. Mais la morale sérieuse est conjointe à une atmosphère parfois joyeuse ; je me demande comment un tel passage était joué car, à ne regarder que le texte, une dimension comique se laisse aisément appréhender. Noé recherche assez innocemment et joyeusement l’ivresse ; il est un bon buveur, qui, initialement, souhaite seulement découvrir le goût du jus de raisin. Une didascalie commence par préciser qu’il boit la moitié de son récipient, avant qu’il ne reprenne la parole, visiblement très satisfait, pour déclarer son intention de tout boire et de se resservir. Il analyse alors progressivement les effets du vin et en fait l’éloge tout en buvant. La naïveté de Noé est plaisante. Il découvre l’effet du vin qui lui monte au cerveau, et répète par deux fois qu’il en boirait volontiers « tout son saoul », avant de prendre conscience qu’un sommeil réparateur ne lui fera pas de mal :

  • 41 Le tresexcellent et sainct mystere du vieil testament par personnages, Paris, Jean Ré (...)

J’en buray va de par dieu va.
¶ Boyt la moytié.
Il me vault mieulx achever tout
Sur mon ame voicy bon moust
Il monte jusques au cerveau
Voicy ung bruvage nouveau
Qui est d’ung goust delicieux
Conclusion il vault trop mieulx
Que l’eaue certes j’en buray
Tout mon saoul et en espraindray
Encore dedans mon vaisseau
Le just me semble si tresbeau
Que de joye je suis tout transi
Le goust m’en semble bon aussi
Parquoy tout mon saoul en prendray
Puis aprés me reposeray
Je cuide que j’en vauldray mieulx.
¶ Icy boyt Noé et puis s’en dort tout descouvert41.

25Un bon comédien peut aisément proposer une interprétation comique de ce brave patriarche victime à son insu de l’effet du vin, qui finit par s’endormir dans une posture ridicule. Le public pouvait se réjouir pleinement de la scène, jusqu’à l’apparition de Cham, dont le rire vise vraisemblablement à créer une distance avec le public car c’est un rire clairement sardonique, qui revendique d’être « despiteux », c’est-à-dire « outrageant » envers le père. Il affirme en outre que « Tout le monde s’en raillera / Quand on sçaura sa cornardise ». Certes, il revendique la « joyeuseté » et l’« esbat », deux termes employés pour justifier son attitude, mais son frère, Japhet, lui répond : « La joyeuseté n’est point belle ». À la morale de son frère, Cham répond avec la même insolence : « Autant que d’ung estront de chien / Je faictz compte de ton langage ». Ainsi, Noé est comique et vise à amuser le public jusqu’à ce que le rire de Cham ne mette fin au rire du public. Faire rire pour mieux condamner le rire et moraliser la conduite du public, tel semble être l’effet que cet épisode vise à produire.

  • 42 Voir Roland Antonioli, « L’éloge du vin dans l’œuvre de Rabelais », in Max Milner et (...)
  • 43 L’Entree du tres crestien et chevaleureux roy de France Francoys de Valloys premier d (...)
  • 44 Jean de Bourdigné, Hystoire agregative des Annalles et cronicques d’Anjou..., Paris, (...)

26Cette moralisation du rire semble en revanche moins présente dans la représentation de l’ivresse de Noé que François Ier put contempler lors de son entrée à Angers en 1518. Il faut se rappeler que les mises en scène bachiques n’étaient pas rares à l’occasion des entrées royales42. Cette entrée de François Ier à Angers est connue par deux récits : l’un a été imprimé juste après sa visite43 ; l’autre, un peu plus tardif, figure dans les Chroniques d’Anjou de Jean de Bourdigné, imprimées en 1529. La confrontation des deux textes permet de se faire une idée assez exacte de ce que le monarque put voir, même si dans les deux cas, sa réaction précise face à ce « tresjoyeulx spectacle » est à peine décrite. Tout juste Bourdigné écrit-il que « print le roy grant plaisir à regarder cela44 » (mais, en sa qualité de chroniqueur de la région angevine, pouvait-il vraiment écrire autre chose ?).

  • 45 Marot fait la même chose dans la chanson 32 de L’Adolescence clementine.
  • 46 Jean de Bourdigné, op. cit., f. 195 : « Le dieu Bacchus grant amy de Nature / À tous (...)

27Au milieu d’un carrefour se trouvait un puits sur lequel avait été sculptée une fontaine qui réinventait la représentation bachique traditionnelle en la mêlant à la représentation de l’ivresse de Noé, conjuguant de la sorte les imaginaires païens et chrétiens45. Noé y apparaissait en victime farcesque de l’enfant Bacchus, promu en gardien des vignes, qui faisait jaillir de deux grappes de raisin du vin blanc et du vin clairet. Deux quatrains étaient inscrits sur la fontaine, l’un en l’honneur de Bacchus, l’autre sur Noé. Le premier faisait l’éloge à travers Bacchus des vins d’Anjou46 ; le second se moquait du naïf Noé, qui sait mauvais gré à Bacchus de l’avoir berné pour finir en s’endormant « les couilles tout à nud » :

  • 47 Id.

Malgré Bacchus à tout son chef cornu
Or son vertjust me sembla si nouveau
Que le fumet m’en monta au cerveau
Et m’endormy les couilles tout à nud47.

  • 48 L’Entree du tres crestien et chevaleureux roy de France Francoys de Valloys..., op. (...)

28Le récit de l’entrée de 1518 rapporte une précision que Bourdigné a omise : Noé était « estoffé d’or et d’azur48 », soit les couleurs de la monarchie française. De l’histoire de l’ivresse de Noé n’a été conservée que l’ébriété proprement dite et pas la malédiction du rieur. Si Noé n’est plus qu’un ivrogne ridicule, destiné à amuser François Ier, la représentation joue cependant sur deux tableaux très distincts : elle fait l’éloge de l’ivresse en louant les vins d’Anjou, mais le roi est aussi invité à se méfier des effets du vin en se reconnaissant dans la figure du patriarche.

29Je terminerai ce rapide panorama de la représentation de l’ivresse de Noé en abordant deux des textes les plus originaux dans leur manière de reprendre l’épisode de la Genèse : Les Illustrations de Gaule de Jean Lemaire de Belges et le Pantagruel de Rabelais.

L’ivresse de Noé chez Lemaire de Belges et Rabelais

30La version proposée par Jean Lemaire de Belges est originale en ce qu’elle se distingue fortement du canevas fourni par la Genèse. Néanmoins, les innovations du récit sont moins dues à Lemaire de Belges qu’aux deux sources qu’il cite, compile et traduit, le Supplément des chroniques de Jacques de Bergame et le pseudo-Bérose d’Annius de Viterbe, mélange particulièrement détonant !

  • 49 Les citations suivantes proviennent de Jean Lemaire de Belges, Œuvres [ (...)
  • 50 Jacopo Filippo Foresti, Supplementum chronicorum... [1483], Paris, Jacques Nyverd pou (...)

31Dans Les Illustrations de Gaule49, Noé apparaît comme un exemple paradoxal : homme de la sobriété, il va pourtant être le premier à inaugurer les excès du vin. Il découvre la nature de cette boisson en regardant un bouc brouter quelques raisins d’une vigne sauvage : le résultat ne se fait pas attendre, puisque le bouc ivre se met à sauter dans tous les sens et à devenir violent. Noé a donc compris que le raisin avait de grandes vertus, ce qui ne fait que renforcer sa naïveté dans sa propre manière d’user du vin. Pour son invention, Noé est surnommé Janus, ce que Lemaire explique en ayant recours aux étymologies fantaisistes du pseudo-Bérose, selon qui Janus en langue scythe, signifierait « largiteur de vin », c’est-à-dire « dispensateur du vin ». Il organise un grand banquet, pendant lequel il est le premier à boire avant de tomber par terre « estendu comme un mouton », plaisante comparaison animale que Lemaire de Belges traduit de Jacques de Bergame (ut agnus in soporem demersus50). Son fils, Cham, qui le déteste, le découvre « gisant à terre endormy tout yvre ». Pratiquant les arts magiques, il en profite pour jeter un enchantement sur les parties viriles de son père, qui devient impuissant et stérile :

  • 51 Jean Lemaire de Belges, op. cit.

Or avoit il son filz Cam, le plus jeune de trois engendrez devant le deluge, comme dit nostredit acteur Berosus. (Jasoit ce que la sainte escriture le mette le deuxieme comme desjà avons dit cy dessus) lequel pour ce qu’il s’estoit tousjours adonné à l’art Magicque, avoit acquis le surnom de Zoroast, et hayoit son propre geniteur, pource qu’il luy estoit advis qu’il aymoit mieux ses autres freres engendrez aprés le deluge, qu’il ne faisoit luy. Mais au vray dire, la cause pourquoy Noë ne l’aymoit gueres, estoit la grande enormité des vices lesquelz il perpetroit, et enhortoit les autres à les commettre, en ensuyvant toutes les abominations que les horribles Geans faisoient avant le deluge. Par ainsi Cam quand il veit son pere gisant à terre endormy tout yvre, il luy sembla avoir trouvé heure et opportunité de soy venger. Si toucha les parties viriles de son pere, et jetta son charme dessus par enchantement et art diabolique, dont il estoit ouvrier, tellement que deslors en avant il le rendit inhabile et impotent de jamais pouvoir fecunder femme ny avoir autres enfans. Pour tous lesquelz malefices il encourut la grieve indignation et malediction de son pere, lequel le chassa d’aupres de luy pour aucun temps. Et à ce concorde la sainte escriture51.

  • 52 François Rabelais, Tiers Livrexxxi, op. cit., p. 449.

32Le terrible enchantement effectué par Cham, aux effets permanents, ne peut manquer de faire songer à un des effets temporaires de l’ivresse, conséquence souvent constatée et que Rondibilis, le médecin du Tiers Livre de Rabelais, expose très clairement : le vin peut être un remède contre la sensualité pour peu qu’il soit pris de manière intempérante, tandis que pris de manière raisonnable, il a plutôt tendance à échauffer les ardeurs amoureuses. La double réputation de Bacchus en fournit une bonne preuve, avec, d’un côté, « l’antique proverbe [...] on quel est dict : que Venus se morfond sans la compaignie de Cerés et Bacchus », et, de l’autre côté, les figurations de « Bacchus Dieu des Yvroignes, sans barbe, et en habit de femme, comme tout effœminé, comme eunuche et escouillé52 ».

  • 53 Sur cette réécriture, voir le commentaire de Michel Jeanneret, Des mets et des mots. (...)

33Selon ses habitudes, Lemaire de Belges fait feu de tout bois ; sa perspective est généalogique : pour lui, la finalité de l’ivresse de Noé consiste moins à aborder la question du regard et du rire qu’à expliquer pourquoi Noé n’a pas eu d’autre fils. De manière bien différente et selon un décalage parodique, Rabelais va retrouver cette finalité généalogique en abordant l’ivresse de Noé. Cet intertexte de la Genèse n’est présent explicitement qu’une seule fois dans l’œuvre de Rabelais, dans un endroit loin d’être négligeable, puisqu’il s’agit du chapitre inaugural de Pantagruel53.

34Or, ce chapitre extraordinaire, qui présente la généalogie du héros, est justement une parodie des Illustrations de Lemaire de Belges. Le narrateur remonte au commencement du monde, peu après le meurtre d’Abel par Caïn : le sang d’Abel répandu sur la terre a provoqué une fertilité extraordinaire, en particulier de nèfles plus grosses et meilleures qu’à l’accoutumée. Le monde se régale donc de ces nèfles « belles à l’œil, et delicieuses au goust » ; tous les membres commencent à enfler, et notamment le « laboureur de nature », que les hommes avaient « long, grand, gras, gros, vert, et acresté, à la mode antique, si bien qu’ilz s’en servoyent de ceinture, le redoublans à cinq ou à six foys par le corps ». D’autres « croissoient en matiere de couilles [...] enormement. [...] D’yceylx sont descendues les couilles de Lorraine, lesquelles jamays ne habitent en braguette, elles tombent au fond des chausses ». Or, cet effet inattendu des nèfles est comparé à l’effet tout aussi imprévu du vin sur Noé :

  • 54 Rabelais, Pantagruel, i, op. cit., p. 218.

Mais tout ainsi comme Noe le sainct homme (auquel tant sommes obligez et tenuz de ce qu’il nous planta la vine, dont nous vient celle nectaricque, delicieuse, precieuse, celeste, joyeuse et deificque liqueur, qu’on nomme le piot) fut trompé en le beuvant, car il ignoroit la grande vertu et puissance d’icelluy. Semblablement les hommes et femmes de celluy temps mangeoyent en grand plaisir de ce beau et gros fruict, mais accidens bien divers leurs en advindrent. Car à tous survint au corps une enfleure tres horrible, mais non à tous en un mesme lieu54.

35Noé est très présent dans ce chapitre, que le narrateur de Pantagruel achève par un commentaire sur la présence d’un géant, Hurtaly, ayant survécu avec les passagers de l’arche de Noé au moment du Déluge. Sur le plan strictement littéral, l’analogie entre les nèfles et le vin se limite à l’effet trompeur du fruit. Néanmoins, l’analogie peut être méditée aussi pour ses non-dits : l’enflure exhibée de tous les membres dans le chapitre de la généalogie gigantale s’oppose au voile placé sur la nudité de Noé ; à l’infertilité du buveur selon Lemaire de Belges et Annius de Viterbe, auteurs que Rabelais parodie très clairement dans ce chapitre généalogique, répond la productivité d’une nouvelle race d’hommes.

  • 55 Rabelais, Gargantua, ix, op. cit., p. 28.
  • 56 Rabelais, Cinquiesme Livre, xliv, op. cit., p. 832 : « Vin tant divin loin de toy est (...)

36Surtout, la dérision de Noé et la malédiction du rieur sont totalement absentes de l’analogie. Or, si on prolonge la comparaison, le lecteur qui va rire de la difformité qui gagne le monde est le pendant de Cham. Au rire maudit répond le rire affranchi chez Rabelais. Dans un passage de Gargantua, Alcofribas s’adresse d’ailleurs au lecteur en lui disant : « J’entends bien que lisans ces motz, vous mocquez du vieil beuveur55 ». Le narrateur ne s’imagine-t-il pas alors dans cet archétype du vieux buveur ridicule qu’est Noé face à un lecteur moqueur, descendant de Cham ? Le saint patron des buveurs est à la fois le dispensateur du vin de vérité, loué pour cette raison dans le calligramme de la Dive Bouteille du Cinquiesme Livre56, et le premier ivrogne ridicule, personnage pleinement comique. Pour finir en revenant à mon point de départ, Noé réputé premier vigneron peut alors être aussi et pleinement institué comme le premier ivrogne ridicule. 

  • 57 Et cette caractéristique est à la fois ce qui rapproche Noé de Bacchus tout en les di (...)

37À la Renaissance, la représentation de l’ivresse de Noé tend parfois à évacuer de la scène le corps du buveur au profit de celui du rieur condamné. Lorsqu’il est présent, c’est souvent un corps exemplaire : pour le dire prosaïquement, l’ivresse de Noé peut être lue comme l’une des plus anciennes campagnes de prévention contre l’abus d’alcool. « Tu t’es vu quand t’as bu ? », voilà en somme ce qu’est censé se dire le lecteur ou le spectateur. La morale est d’autant plus saisissante que l’ébriété fait ressortir toute la faiblesse de l’homme et même, dans le cas de Noé, d’un homme modèle. L’ivresse dénude : c’est ce dont l’ivresse de Noé rend compte sous une forme littérale, et c’est aussi en cela qu’elle est fondamentalement comique57. Le corps ivre transgresse les interdits sociaux et moraux, et le rire qui l’accueille peut être vu selon deux perspectives distinctes : il conforte l’ordre normal du monde dans son bienfondé en châtiant par la moquerie le buveur inconvenant, mais il peut aussi être le signe d’un prolongement de l’ivresse, les débordements du corps ivre se retrouvant dans ceux du corps riant, d’une ivresse l’autre.

Haut de page

Notes

1 Maurice de La Porte, Les Epithetes…, Paris, Gabriel Buon, 1571, f. 178.

2 Même si on verra que l’assimilation de Noé à Janus était parfois expliquée différemment.

3 Clément Marot, Œuvres poétiques, Gérard Defaux (éd.), Paris, Classiques Garnier, 1990, t. I, p. 195 (Adolescence clementine, chanson 32, v. 13) : la serpe originelle, formée par Vulcain, est dite « convenante à Noé le bonshom ».

4 Marguerite de Navarre, Les Comédies bibliques, Barbara Marczuk (éd.), Genève, Droz, 2000, p. 279 (La Comédie du désert, v. 587).

5 M. de La Porte, op. cit. : « Il planta premier la vigne, mais ne sachant quelle estoit la force de son fruit, il s’en enivra ».

6 François Villon, Œuvres complètes, Jacqueline Cerquiglini-Toulet (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2014, p. 115.

7 Comme le dit frère Jean (Tiers Livre, xxxi) : « Quand je suys bien yvre, je ne demande qu’à dormir » (Rabelais, Œuvres complètes, Mireille Huchon (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1994, p. 449).

8 Voir sur cette question Guillaume Hervieux, L’Ivresse de Noé. Histoire d’une malédiction, Paris, Perrin, 2011.

9 Voir aussi les diverses pages consacrées à l’ivresse de Noé dans Voyage aux pays du vin. Histoire, anthologie, dictionnaire, Françoise Argod-Dutard, Pascal Charvet et Sandrine Lavaud (dir.), Paris, Robert Laffont, « Bouquins », 2007, notamment p. 69-70, 99-101, et 443-445.

10 Sébastien Brant, La Nef des fous, Nicole Taubes (trad. de l’allemand en français), Paris, Corti, « Les Massicotés », 2004, p. 59.

11 Voir sur ce point la thèse de Matthieu Lecoutre, Ivresse et ivrognerie dans la France moderne, Rennes-Tours, Presses Universitaires de Rennes et Presses Universitaires François-Rabelais, 2011, p. 38.

12 Thomas d’Aquin, Somme théologique, Paris, Les Éditions du Cerf, 1999, t. III, p. 852. Voir Matthieu Lecoutre, op. cit., p. 41-42.

13 Jean Mousin, Discours de l’yvresse, et yvrongnerie, Toul, Sébastien Philippe, 1612, p. 133.

14 Augustin d’Hippone, La Cité de Dieu. II. 1. Livres XI-XVIII, Gustave Combès et Goulven Madec (trad.), Paris, Institut d’études augustiniennes, 1994, p. 302. 

15 Artus Désiré, Description de la Cité de Dieu, cité par Lise Wajeman, « Usages chrétiens de l’obscénité », in Hugh Roberts, Guillaume Peureux et Lise Wajeman (dir.), Obscénités renaissantes, Genève, Droz, 2011, p. 393-408, ici p. 407.

16 Le texte des Neuf preux de gourmandise est imprimé dans Les Faictz et dictz de Molinet mais il est aussi repris dans des petites publications qui donnent à lire La leaulté des femmes. Avec les neuf preux de gourmandise. Et une recepte pour guerir les yvrongnes (s. l. n. d., 2 éditions différentes connues par les exemplaires BnF, Rés. YE-2981 et Rés. YE-4288). Un bois est utilisé pour illustrer Les Neuf preux ; ilest assez bien venu, bien qu’il ne s’agisse que d’un réemploi. Dans le contexte, le lecteur l’interprète comme un homme ivre ou trop gourmand qui vomit, alors qu’à l’origine, il s’agissait d’un bois de la Vie d’Ésope pour représenter l’épisode du vol des figues, dans lequel Ésope se disculpe en faisant vomir le réel coupable.

17 Jean Molinet, Les Faictz et Dictz..., Paris (Alain Lotrian pour lui-même, Denis Janot, Arnoul L’Angelier, Maurice de La Porte, Jean Petit, François Regnault et Pierre Sergent), 1540, f. 167.

18 Par exemple dans le chapitre X du Livre de bonnes meurs de Jacques Legrand (Archiloge Sophie – Livre de bonnes meurs, Evencio Beltran [éd.], Paris, Champion, 1986, p. 323) : « Glouttonnie aussi fait l’omme deshonorer. Et de ce nous avons exemple de Noé, qui par yvresse gisoit a terre honteusement et demonstroit les membres de nature. Par quoi fu il moquié de son filz Cam, comme il appert ou .VIII. chaptire [sic] de Genesis. »

19 Nicolas de La Chesnaye, La Condamnation de banquet, Jelle Koopmans et Paul Verhuyck (éd.), Genève, Droz, p. 161, v. 1387-1388. L’attribution de ce texte à Nicolas de La Chesnaye est incertaine ; elle a été contestée par Jelle Koopmans (« La fin de Banquet », in Denis Hüe, Lynette Muir et Mario Longtin(dir.), Mainte belle œuvre faicte. Études sur le théâtre médiéval offertes à Graham A. Runnalls, Orléans, Paradigme, « Medievalia », 2005, p. 251-264), qui envisage l’hypothèse d’un autre auteur : Guillaume Flamang.

20 Dominique Brancher, Équivoques de la pudeur. Fabrique d’une passion à la Renaissance, Genève, Droz, 2015, p. 69 et 71.

21 Augustini Steuchi, Eugubini, Veteris Testamenti ad veritatem Hebraicam Recognitio, Lyon, Sébastien Gryphe, 1531, p. 192-193. 

22 Luigi Lippomano, Catena in Genesim ex authoribus ecclesiasticis plus minus sexaginta..., Paris, Charlotte Guillard, 1546, f. 156.

23 La Bible. Qui est toute la Saincte escripture..., Neuchâtel, Pierre de Vingle, 1535, f. 3.

24 La Saincte Bible en Francoys, translatée selon la pure et entiere traduction de sainct Hierome..., Anvers, Merten de Keyser, 1530, f. 3v.

25 La Bible en Francoys..., Lyon, Olivier Arnoullet, c. 1531-1535, f. 7v. : « Aprés ce que Noé et ses enfans furent yssus de l’arche Noé commença à cultiver la terre et devint laboureur et fut le premier qui planta la vigne et l’usage de vin trouva, dont fist du vin et en beust, et fut si surprins qu’il s’en yvra en son tabernacle et gisoit tout descouvert si que les membres de nature honteux furent tous descouvers car pour le temps n’estoit mie encore l’usage des petis drapeaux. »

26 Id.

27 Sur ce sujet, voir aussi Jean-Paul Deremble, « La nudité de Noé ivre et ses relectures typologiques et iconographiques médiévales », in Michel Rouche (dir.), Mariage et sexualité au Moyen Âge. Accord ou crise ?, Paris, Presses de l’Université Paris-Sorbonne, 2000, p. 147-156.

28 Le premier Volume de la bible en francoiz, Paris, Barthélémy Vérard, ca. 1514, f. 12.

29 Heures de Bedford, manuscrit conservé à la British Library (Add. Ms. 18850), f. 16v.

30 Voir par exemple la gravure imprimée sur Le premier Volume de la mer des histoires..., Paris, Nicolas Couteau pour Charles L’Angelier, 1543 (a. st. ?), f. 28, ou l’enluminure de la Bible manuscrite conservée à la BnF, Ms. Fr. 3, f. 15v.

31 Grande Bible historiale complétée, BnF, Ms. Fr. 9, f. 16v.

32 On songe nécessairement à la fresque de La Création d’Adam.

33 Daniel Arasse, Le Sujet dans le tableau [1997], Paris, Flammarion, 2010, p. 103 (voir plus généralement l’ensemble de son analyse, p. 99-115).

34 Ibid., p. 104.

35 Voir l’édition critique de ce texte dans Testaments pour rire. Testaments facétieux et polémiques dans la littérature d’Ancien Régime 1465-1799, Pierre et Marie-Hélène Servet (éd.), Genève, Droz, 2013, t. I, p. 281-294.

36 S’ensuit le testament de Tastevin roy des pions, [Paris, Alain Lotrian, c. 1527], BnF, Rés. YE-4893.

37 Le testament de Taste vin roy des pions, [Paris, atelier Trepperel ?], c. 1513 ?, ENSBA, Masson 0013.

38 La guerre et le debat entre la langue les membres et le ventre..., Paris, Jean Trepperel, s. d., f. A5v.

39 Le testament de Taste vin roy des pions, op. cit., f. A4v.

40 Pour une présentation bibliographique de cet immense mystère de près de 50 000 vers, qui a connu au moins trois éditions dans la première moitié du XVIe siècle, voir Graham A. Runnalls, Les Mystères français imprimés, Paris, Honoré Champion, 1999, p. 90-94 et 169-171 (n° 36).

41 Le tresexcellent et sainct mystere du vieil testament par personnages, Paris, Jean Réal pour Gilles Corrozet, 1542, f. 42v. Les citations qui suivent proviennent des f. 42v. et 43.

42 Voir Roland Antonioli, « L’éloge du vin dans l’œuvre de Rabelais », in Max Milner et Martine Chatelain (dir.), L’Imaginaire du vin, Marseille, Éditions Jeanne Laffitte, 1983, p. 131-140, qui rapporte le cas de l’entrée de Marie d’Angleterre à Paris le 6 novembre 1514, où Bacchus portait les armes de France : il y avait « un grand eschaffaut, sur lequel estoit un grand navire d’argent voguant sur la mer, dedans lequel estoit le Roy Bacchus, tenant un beau raisin, dénotant Planté de vins, et une reine tenant une gerbe, dénotant Planté de bleds » (art. cité, p. 132).

43 L’Entree du tres crestien et chevaleureux roy de France Francoys de Valloys premier de ce nom Et de la tres noble royne en leur bonne et notable ville et cité d’Angiers..., s. l., ca. 1518, BnF, Velins-2783.

44 Jean de Bourdigné, Hystoire agregative des Annalles et cronicques d’Anjou..., Paris, Antoine Couteau pour Galliot du Pré (Paris), Clément Alexandre et Charles de Bougne (Angers), 1530, f. 195.

45 Marot fait la même chose dans la chanson 32 de L’Adolescence clementine.

46 Jean de Bourdigné, op. cit., f. 195 : « Le dieu Bacchus grant amy de Nature / À tous pyons vrays zelateurs de vins / Fait assavoir qu’aux coustaulx Angevins / Il a trouvé la source de boisture. »

47 Id.

48 L’Entree du tres crestien et chevaleureux roy de France Francoys de Valloys..., op. cit., f. A7.

49 Les citations suivantes proviennent de Jean Lemaire de Belges, Œuvres [1882-1885], Jean-Auguste Stecher (éd.), Genève, Slatkine Reprints, 1969, t. I, p. 23-24.

50 Jacopo Filippo Foresti, Supplementum chronicorum... [1483], Paris, Jacques Nyverd pour Galliot du Pré et Simon de Colines, 1535, f. 9v.

51 Jean Lemaire de Belges, op. cit.

52 François Rabelais, Tiers Livrexxxi, op. cit., p. 449.

53 Sur cette réécriture, voir le commentaire de Michel Jeanneret, Des mets et des mots. Banquets et propos de table à la Renaissance, Paris, José Corti, 1987, p. 27 : « Un autre renversement, dans cette Genèse prémorale et déculpabilisée, complète le programme : de l’ivresse de Noé, Rabelais ne retient guère que l’aspect joyeux et familier, l’invention de “celle nectaricque, délicieuse et précieuse, céleste, joyeuse et deïficque liqueur qu’on nomme le piot” (Pant. 1). Une fois de plus, l’intempérance passe du pôle négatif au positif et, loin d’entraîner la honte, est versée au crédit de “Noë, le sainct homme”. Quant au manteau pudique jeté par ses fils sur la nudité de leur père (Gen. 9,23), le récit qui exalte le corps sous toutes ses formes et rejette les hypocrisies de la décence s’empresse bien sûr de l’oublier. »

54 Rabelais, Pantagruel, i, op. cit., p. 218.

55 Rabelais, Gargantua, ix, op. cit., p. 28.

56 Rabelais, Cinquiesme Livre, xliv, op. cit., p. 832 : « Vin tant divin loin de toy est forclose / Toute mensonge, et toute tromperie. / En joye soit l’Aire de Noach close, / Lequel de toy nous fist la temperie. »

57 Et cette caractéristique est à la fois ce qui rapproche Noé de Bacchus tout en les distinguant l’un de l’autre, puisque la nudité passagère et honteusement voilée de l’un s’oppose à la nudité constante et fièrement exhibée de l’autre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaël Cappellen, « Le vin, le vit, le ris : le corps ivre de Noé à la Renaissance »Littératures, 83 | 2020, 75-91.

Référence électronique

Raphaël Cappellen, « Le vin, le vit, le ris : le corps ivre de Noé à la Renaissance »Littératures [En ligne], 83 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/2858 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.2858

Haut de page

Auteur

Raphaël Cappellen

Raphaël Cappellen est maître de conférences à l’Université de Paris (anciennement Paris-Diderot) et spécialiste de Rabelais (sources, interprétation, histoire de la réception, bibliographie des éditions anciennes).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search