Navigation – Plan du site

AccueilNuméros83Dossier : États d'ivresse. Discou...Donner corps à la fête : l’ethos ...

Dossier : États d'ivresse. Discours du corps ivre de l'Antiquité aux Lumières

Donner corps à la fête : l’ethos ivre du baron de Blot (1605-1655)

Dimitri Albanèse
p. 93-103

Résumé

La figure de l’yvrongnet participe d’un jugement rapide du Père Garasse englobant tous les libertins impies ensemble. Les thématiques du bien boire et du banquet chez les libertins trouvent un écho certain dans cette caractérisation, tout en jouant, au nom d’une certaine ivresse, d’une permissivité des corps et de la langue. Dans l’édition revue et augmentée du Dictionnaire d’A. Furetière, l’ivresse poétique tient de « l’inspiration d’Apollon, l’enthousiasme, la fureur poétique » et n’est plus tant une pratique de taverne qu’une mythification du travail poétique : l’inspiration bachique d’un libertin comme le baron de Blot nous invite à voir ensemble la posture du chansonnier avec l’objet qu’il célèbre, corps « buvant et foutant » qui se superpose à la contenance du poète, corps furieux d’un poète ivrogne, capable de faire le tri parmi les convives, chassant ceux qui ne sont pas susceptibles d’endosser l’ivresse et célébrant les autres à l’image d’ivrognes mythiques. Là encore, le chansonnier se montre double : vulgaire dans sa violence, virtuose par son savoir.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 François Garasse, La doctrine curieuse des beaux esprits de ce temps, ou prétendus tels : (...)

1En 1623, dans son virulent pamphlet, le Père Garasse condamne les libertins et les affuble du nom d’« yvrognets1 ». En tant qu’héritiers d’une veine rabelaisienne, symbolisée par la « Confrérie des Bouteilles », ils représentent un danger social non seulement à cause de leur athéisme mais aussi de leur ivresse. Dès lors, il semble pertinent de convoquer des productions libertines lorsque l’on questionne les représentations des corps ivres en littérature. Si tous les auteurs associés au libertinage du XVIIe siècle ne sauraient vérifier l’affirmation du Père Garasse, le cas de Claude de Chouvigny, mieux connu en tant que baron de Blot, se signale par sa glorification de l’ivresse. Trop jeune pour être visé par la publication du censeur, Claude de Chouvigny s’inscrit dans le sillage des poètes libertins des années 1620. Ses chansons et sa verve piquante lui valent une place auprès de Gaston d’Orléans et de ses fêtes organisées à la Cour de Blois.

  • 2 Voir la Notice « La vie de Blot » dans Frédéric Lachèvre, Les Chansons libertines de Claud (...)
  • 3 Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois ta (...)

2C’est dans ce cadre, selon la légende2, que le baron de Blot associe son ivresse à son travail poétique. L’enivrement n’est plus seulement une pratique de taverne mais participe à la mythification de certaines créations littéraires. L’un des sens attribués à l’ivresse, dans l’édition revue et augmentée du Dictionnaire d’Antoine Furetière, confirme d’ailleurs cette idée, puisque l’enivrement peut être synonyme de « l’inspiration d’Apollon, l’enthousiasme, la fureur poétique3 ». De ce point de vue, l’adjectif ivre se comprend comme une exaltation produite par la consommation du vin, et ne se limite pas à un état de trouble physique et mental. C’est dans une perspective conquérante que le chansonnier s’enivre et invite chacun à faire de même. Ainsi le corps ivre, dans ses chansons, repose avant tout sur la conduite du « je » poétique transporté par une inspiration bachique.

  • 4 Dominique Maingueneau, « Problèmes d’ethos », Pratiques, n° 113-114, 2002, p. 55-6 (...)
  • 5 Notion empruntée à l’analyse de Dominique Maingueneau.

3La mise en scène des airs à boire de Claude de Chouvigny lui permet de fonder une posture énonciative de poète ivre. Ainsi, son ethos n’a pas vocation à crédibiliser son discours ; il s’agit plutôt de construire une figure d’ivrogne poétique « en représentation ». Le verre à la main, il incarne le buveur à travers sa prise de parole et cette prise de parole entérine une image de buveur et de poète4. Il nous importe peu de rétablir la réalité des impromptus du baron de Blot lors des festins. En effet, c’est le choix d’une scénographie5 marquée par l’improvisation qui mérite d’être étudiée. Cette mise en scène permet au poète de dévoiler certains traits de caractère et sollicite sa corporéité. De la sorte, ses actions le font apparaître comme violent, véhément ou lubrique, selon les aléas – fictifs ou non – de la fête.

  • 6 Frédéric Lachèvre, op. cit., p. 12.

4Ces festivités s’entendent dans un sens large, à l’image de « l’homme qui se fait des festes6 » selon la formule de Blot, c’est-à-dire indépendamment des fêtes religieuses. Les réjouissances n’ont donc pas besoin d’être commémoratives, à partir du moment où elles permettent une ivresse collective. Mais ne constituent-elles pas aussi une vitrine pour le poète, en lui offrant un public qu’il anime par ses chansons ? De cette manière, la fête fournit au corps ivre – ou à son simulacre – une scène où il peut se produire. Toutefois, d’autres couplets laissent entrevoir une dimension plus intime de la fête, proche de la camaraderie, où il est moins question de s’illustrer mais bien plutôt de cultiver une certaine connivence. Dans tous les cas, le corps surgit dans ces espaces, porté par la parole échappée du poète – vraisemblablement dans une reconstruction a posteriori. Le corps ivre se dresse alors comme l’étendard du plaisir véritable et la mise en scène d’un état second paraît garantir la permissivité de son discours.

5Dans les chansons de Blot, nous sommes surtout confrontés au discours d’un seul corps ivre, celui du poète. Même si l’on peut reconstituer une image de ce corps à partir de ses poèmes, ce n’est apparemment pas l’objectif de cette poésie peu descriptive. Sa dimension très obscène et sans affectation laisse peu de place à l’image poétique. Cependant, cette écriture est révélatrice d’une esthétique choquante et revendique une vie de plaisirs. Or, dans quelle mesure le corps ivre de ces chansons à boire peut-il porter un semblable discours ? La prétendue improvisation du baron de Blot constituerait une justification à ces propos échappés, rendus tolérables par le cadre des fêtes libertines où ils sont tenus. Cette voix du corps ivre semble restituer une matérialité corporelle au sein de la fête, quitte à blasphémer, choquer l’assemblée ou violenter les indésirables. Enfin, n’est-ce pas l’exemplarité du poète, exhibant son corps enivré et prenant part aux plaisirs, qui exalte ces revendications de contentement ?

Donner voix à l’ivresse : la parole échappée

  • 7 Matthieu Lecoutre, Ivresse et ivrognerie dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle), (...)

6Il semble que le baron de Blot trouve dans les chansons à boire un espace de libération de la parole. Celle-ci, comme sortie aux dépens de son locuteur, rend pourtant compte d’une performance poétique. En jouant cette ivresse, le poète est susceptible de recourir à une véhémence contraire aux normes sociales7.

  • 8 Voir Jean-Nicolas de Surmont, Chanson : son histoire et sa famille dans les dictionna (...)
  • 9 Des chansons à boire du XVIe et du XVIIe siècle célèbrent des ivrognes (...)

7Selon les codes du genre, la chanson à boire doit convier à choquer les verres et unir une assemblée8. Il n’est pas nécessaire pour autant que le locuteur soit ivre. Dans les mises en scène du baron de Blot, celui-ci laisse entendre qu’il est sous l’emprise de la boisson. Outre l’excuse d’avoir parlé dans un état second, cette ébriété perpétuelle a valeur de distinction9. Si la mention de son enivrement demeure implicite, n’est-ce pas parce qu’il serait inutile de le préciser ? Ainsi, dans une « Chanson » de 1645, la prière parodique du poète indique ses désirs à la première strophe et son mode de consommation à la quatrième :

  • 10 Frédéric Lachèvre, op. cit., p. 8-9.

Dieu me fasse tousjours la grâce,
D’avoir du bon vin à la glace,
Des jeunes c.... et des perdrix !
[...]
Je voy encor des esprits fermes
Fonterailles, d’Aubijoux, de Termes,
Qui vivent de mesme façon,
Sans faire jamais abstinence,
Si ce n’est d’eau et de poisson,
De Jubilé ou d’Indulgence10.

  • 11 Ibid., p. 11.

8Blot n’escompte certainement pas que Dieu réponde à sa demande et la fin de la chanson laisse entendre qu’il ne fait déjà que boire du vin « tousjours ». Cette affirmation, aussi excessive soit-elle, révèle une ivresse perpétuelle. Elle manifeste un dépassement des bornes sociales, mais aussi des limites naturelles, non sans quelque forfanterie. Ailleurs, l’emploi du présent actualise la soif insatiable du poète, comme dans les « Couplets » de 1648 : « Pour moy, je boy, je ris, je chante11 ». Mais dès la situation initiale de cette chanson, le lecteur peut mettre en doute la sobriété du « je » poétique qui s’exclame :

  • 12 Id.

Or, adieu donc, mes camarades,
Quittons les péchés de jadis,
Putains, bouteilles, mascarades12 [...].

9L’adieu puis l’énumération du v. 3 semblent indiquer que la situation initiale a déjà lieu dans le cadre d’une célébration bachique, l’enjeu de la chanson résidant moins dans la consommation du vin que dans le déplacement de l’espace de beuverie, d’un site terrestre vers une déformation du Paradis.

10Dans cette fiction du poète ivre, les mots pour dire le corps désirant et le bas corporel se libèrent des interdits. Sans présupposer que la parole précède le corps, les propos débridés contribuent à représenter la chair pressée de désirs. À consulter d’autres vers des « Couplets » de 1648, le phénomène est saillant :

  • 13 Id.

L’un ayme le c... d’une fille,
L’autre le c.. d’un beau garçon,
L’autre n’ayme garçon ny fille
Et ne chérit que son flacon13.

11D’une part, des termes obscènes sont convoqués – bien qu’ils soient réduits à leur première lettre dans l’édition de Frédéric Lachèvre, mais nécessairement restitués lors des performances orales – pour jouer avec les limites des convenances et établir un parallèle entre l’intimité sexuelle et la fête bachique. D’autre part, la série des diverses actions dessine un éventail de goûts qui va jusqu’au sacrilège pour l’époque avec l’allusion sodomite du v. 2.

12Le verbe ivre ne se limite pas à convoquer le corps sexuel, puisqu’il prédit également la puissance d’un corps enivré. La parole bachique annonce ainsi la puissance de l’ivresse dans les « Couplets chantés dans un repas de fronderie » :

  • 14 Ibid., p. 38-39.

Quand le grand Alexandre
Formoit quelque dessein,
Avant que d’entreprendre
Il prenoit du bon vin :
Tu ne cèdes point à son courage,
À sa valeur, à son nom ;
Efface son renom,
Bois de bonne façon
Pour ne luy pas céder l’avantage
D’avoir plus fait qu’un Bourbon.
Veux-tu que la victoire
Suive partout tes pas ?
Grand Prince, il te faut boire
Et ne te lasser pas.
Le Dieu des buveurs vainquit les Indes ;
Ce Dieu, vaillant comme toy,
Remplissant tout d’effroy,
Les soumit à sa loy ;
Mais il fit plus de cent mille brindes
Avant que d’en estre Roy14.

13À la manière d’un Nunc est bibendum, Claude de Chouvigny invite le Grand Condé à boire. Pour autant il n’est pas question de célébrer un mort, comme chez Horace, mais plutôt de plaire aux convives et d’obtenir une victoire militaire. Il s’agit en effet de suivre le modèle martial d’Alexandre le Grand ou même celui de Bacchus, caché derrière la périphrase du « Dieu des buveurs », pour triompher de l’adversité. Nous pouvons même nous demander si le poète n’indique pas en creux un art poétique pour son ethos d’ivrogne, lequel se gorgerait de vin pour exceller dans ses chansons. Notons que le corps ivre devient conquérant à condition qu’il boive excessivement (« Et ne te lasser pas », « plus de cent mille brindes ») et qu’il se plie à cette nécessité (« Bois de bonne façon », « Il te faut boire »). Ces vers revêtent peut-être un sens parodique, mais ne négligeons pas l’envie du poète courtisan de boire à satiété ni le partage plaisant d’une mythologie bachique.

Rendre corps aux plaisirs

14Pour porter un discours hédoniste qui soit susceptible de choquer, le baron de Blot blasphème régulièrement et ne se prive pas de violenter ses « opposants » à coups d’injures. Ainsi, le corps ivre qui porte la chanson à boire remet en question certains idéaux religieux à l’aune de ses valeurs personnelles.

15Le corps pieux est synonyme de repoussoir dans la poésie du baron de Blot. Sans constituer un personnage à part entière, il représente la négation du corps et met au jour, d’après le poète, l’usurpation de la récompense extatique du Paradis. Du point de vue de Blot, la récompense promise aux chrétiens n’égale pas le plaisir de s’enivrer. De plus, la première strophe des « Couplets » de 1650 met en scène ironiquement les paradoxes du dogme :

  • 15 Ibid., p. 7.

Moquons-nous des Dieux de la Fable :
Qu’ont-ils fait de si remarquable
Que Loth ou Noé n’ayt vaincu ?
Priape a-t-il f..... ses filles ?
Et Bacchus a-t-il jamais bu
Jusqu’à monstrer ses triquebilles15 ?

16Le parallélisme entre deux personnages de la Bible et de la mythologie gréco-romaine établit une sorte de concurrence entre les quatre figures, tout en rendant l’ivresse anodine. La nudité de Bacchus renvoie à celle de Noé ; l’inceste de Loth, après avoir été enivré par ses filles, fait écho à la lubricité de Priape. Si le poète valorise les deux figures bibliques, c’est parce qu’elles sont ironiquement supérieures compte tenu de leur débauche sexuelle. Comptant parmi les rares corps ivres évoqués à la troisième personne du singulier, ces personnages sont mis au service de la satire religieuse du baron de Blot.

17Cependant, la dégradation du Paradis, récurrente dans ses airs à boire, est plus explicite pour critiquer la négation religieuse du corps. Le poète oppose à l’extase divine le plaisir de l’ivresse, incompatible avec la béatitude chrétienne :

  • 16 Ibid.,p. 8.

Je veux avoir les étrivières
Si jamais, pour son Paradis,
Je l’importune de prières.
Puisqu’on nous conte qu’en la Gloire
On n’y sçauroit manger ny boire,
Je m’y verray tout estonné.
C’est un vray mestier de viédaze !
J’ayme bien mieux estre damné
Que d’estre tousjours en extase16.

18Ces vers extraits d’une « Chanson » de 1645 illustrent la préoccupation matérielle de l’auteur qui ironise et rejette l’idée d’un Paradis désincarné. S’il parvient davantage à transfigurer cet espace divin dans les « Couplets » de 1648, cela est peut-être dû à la constance avec laquelle il a repris ce motif, comme dans les « Couplets » de 1650 :

  • 17 Ibid., p. 7.

Quoy qu’on nous rompe les oreilles
Du Paradis, de ses merveilles,
J’en donne de bon cœur ma part ;
Car d’estre tousjours en extaze,
N’en desplaise au Père Bernard,
Est le vray mestier d’un viédaze17.

  • 18 Formée à partir de « vit d’âne » ou « visage d’âne », cette injure joue peut-être du (...)
  • 19 Rappelons toutefois que la production du baron de Blot est demeurée manuscrite et sa (...)

19La douleur ou les remontrances sont toujours préférées par Blot à l’idée d’abandonner ses plaisirs, même s’il doit être condamné à l’Enfer ou sermonné. De plus, il insulte les élus de Dieu en les qualifiant de « viédaze18 » et en se moquant de l’état post mortemqui leur est réservé. De cette manière, l’expression ivre du « je » poétique s’oppose à un collectif normatif, « on », et cherche à unir une communauté autour du pronom personnel « nous ». Le blasphème, quoique passible de lourdes sanctions19, permet de fédérer un groupe.

  • 20 D’après les différents sens de fureur dans le Dictionnaire de Furetière (1690) et le Dictionnaire d (...)

20Outre les représentations pieuses excluant le corps ivre, il semble que tous les convives qui se refusent à boire ne soient pas les bienvenus. Le poète ivrogne endosse parfois un ethos furieux capable de chasser les intrus. Cette fureur n’est pas seulement un accès de colère ; elle se pose en furor poétique lorsqu’elle devient une source d’inspiration pour composer quelques vers20. La véhémence du poète le change alors en une sorte de Bacchante, prenant la défense du vin à tout prix.

  • 21 Frédéric Lachèvre, op. cit., p. xx.

21Une anecdote rapportée par Frédéric Lachèvre21 raconte une altercation entre le baron de Blot et Voiture ayant failli coûter la vie à ce dernier, chez Gaston d’Orléans. Que cette incartade soit véridique ou non, un quatrain composé après coup par Blot nous est parvenu :

  • 22 Id.

Quoy ! Voiture, tu dégénère,
Sors d’icy, mangrebieu de toi,
Tu ne vaudras jamais ton père :
Tu ne vends de vin ny n’en bois22.

  • 23 Il semble que dans les années 1630-1640 ceux qui ne buvaient pas de vin étaient pris (...)

22Le poème traduit dans ses grandes lignes l’intransigeance et la violence de Claude de Chouvigny, expulsant son confrère et le dépréciant parce qu’il aurait refusé de boire du vin. Ce que le poème ne précise pas, c’est que Blot l’expulsa en lui jetant un verre à la tête et qu’en poursuivant par jeu Voiture, un valet manqua de l’embrocher. En lisant ces vers, la désinvolture de Blot induit un droit aristocratique à la violence tout en récusant la condamnation morale que l’on pourrait émettre à l’égard de son agressivité. En fin de compte, bannir un buveur d’eau23 à coup d’exclamation et d’injure (« mangrebieu de toi ») permet de préserver la cohésion d’un groupe qui s’adonne librement aux plaisirs.

Posture du poète : prendre part aux plaisirs

  • 24 Frédéric Lachèvre, op. cit., p. 12.

23L’ethos ivre du « je » poétique donne l’exemple d’une quête du plaisir indépendante des codes sociaux et jouissant de sa propre impudeur. Le corps « buvant et foutant24 » qui apparaît dans la plupart des chansons à boire se superpose à l’image du poète. Néanmoins, le plaisir ne se limite pas à une satisfaction sexuelle, comme l’indique la recherche d’une gaieté et d’une insouciance collectives.

  • 25 Matthieu Lecoutre, « Quel mal y a-t-il à s’enivrer ? La culture de l'enivrement d'Anc (...)
  • 26 Michèle Rosellini, « Homosexualité et esprit fort dans la première moitié du XVIIe si (...)

24En liant ensemble le corps ivre et la sexualité, le baron de Blot se livre à une provocation libertine, outrepassant les limites d’une consommation raisonnable de vin25. Comme l’a écrit Michèle Rosellini, ces défis sont justifiés par la recherche brute du plaisir26. Un « Couplet » de 1650 signale le caractère ininterrompu de l’orgie :

  • 27 Frédéric Lachèvre, op. cit., p. 54.

Pour bien gouster tous les délices
Il faut, Saint-Phal, Blot et Romain,
Passer la nuit entre deux cuisses,
Et tout le jour entre deux vins27.

  • 28 Frédéric Lachèvre, op. cit., p. 83 : « L’Amour et Bacchus échauffent ses désirs, / Da (...)

25Si l’on suit l’analyse de Dominique Maingueneau, selon laquelle l’ethos se valide au fur et à mesure du discours, nous pouvons supposer que le poète, respectant du mieux qu’il peut ses propres imprécations, est toujours saoul ou toujours en train de boire, alors même qu’il produit ses vers. Ainsi, le « je » poétique se pose comme une entité perpétuellement en état d’ivresse, conciliant ensemble les plaisirs de la chair et de la boisson. Notons que la mention du nom de Blot, au v. 2, entre celui de ses deux comparses, lui sert à s’exhorter lui-même mais annonce aussi sa propension à suivre le cap qu’il se prescrit à lui-même. Le quatrain s’apparente à une maxime immorale – aux yeux de la société du XVIIe siècle – pour accéder à un plaisir optimal. De la sorte, il se distingue de Bréauté, qui hésite entre la luxure et le vin dans un couplet28 fait par le Chevalier de Rivière, ami de Blot.

26Comme évoqué précédemment, la transfiguration du Paradis en bordel, dans les « Couplets » de 1648, permet au poète de concilier sa vision du plaisir avec l’au-delà chrétien. Pour cela, il suffit au baron de Blot de convoquer le corps des défunts et d’attribuer des propriétés sexuelles à ceux des anges :

  • 29 Ibid., p. 11.

Il nous faut gagner Paradis.
Nous y f....... chacun un Ange,
Dont le c... sent la fleur d’orange29.

27Cette vision de l’au-delà correspond à celle d’une débauche perpétuelle. Toutefois, il s’agit bien d’une domination du point de vue libertin sur l’univers religieux : Blot et ses amis s’approprient des anges, réifiés par leur fonction de complément d’objet. L’indécision qui repose sur le terme obscène – faut-il rétablir le mot « cul » ou le mot « con » ? – sous-entend une diversification des pratiques sexuelles, qui redouble l’offense de ces accouplements blasphématoires. Néanmoins, le poète ne transpose pas seulement les plaisirs de la chair dans ce Paradis chimérique.

  • 30 Matthieu Lecoutre, art. cité, § 1.

28Au fil des chansons à boire du baron de Blot, l’ivresse portée par le « je » poétique convoque un corps célébrant et insouciant. La dimension collective de l’enivrement s’apparente à une condition d’accession au plaisir, convergeant avec l’idée d’une « ivresse sociabilisante [qui] repose sur une pratique collective, festive, cyclique, pluri-catégorielle et communielle30 ». Dans les chansons de Blot, la musique, le toast, le chant et les rires deviennent des manifestations de plaisir facilitées par la consommation du vin. Par ailleurs, les pièces poétiques qui se résument à choquer des verres à la santé d’un tel ou d’un autre sont nombreuses dans sa production. Dans les « Couplets » de 1648, le rythme ternaire « Putains, bouteilles, mascarades », renvoyant à l’univers du cabaret, se retrouve dans les actions de Blot et de ses camarades montés au « Paradis » : « Pour moy, je bois, je ris, je chante / Et je f... ce qui se présente ». Si le poète développe plus souvent la débauche sexuelle concomitante à l’enivrement, il ne néglige pas l’importance de la musique et de la compagnie. Ces autres plaisirs font de l’ivresse qu’il expose une célébration gratuite à plusieurs voix.

  • 31 Frédéric Lachèvre, op. cit., p. 13.

29Par ailleurs, ce partage vise également à rejeter les vains symboles d’une reconnaissance sociale. Cette posture apparaît vraisemblable pour des fêtes plus intimes, entre amis, plutôt que lors de grandes réceptions à la Cour de Blois, où le poète a une fonction d’instigateur et recherche donc une forme de reconnaissance. Dans une « Chanson » de 1650, le refrain pourrait s’apparenter à la devise du baron de Blot : « Car je sçay bien qu’on vit content / En buvant, mangeant et f.....31 ». Sa formule cherche de fait à convier tout le monde à abandonner « Tous les pompeux désirs d’honneur, / Et tous ces vains titres de gloire », qui entravent selon lui l’accès au bonheur. En prônant cette simplicité matérielle, l’ethos ivre du poète endosse une certaine légèreté, non sans continuer à choquer par l’emploi d’un terme obscène pour clore sa devise. 

  • 32 Voir Hubert Carrier, Les Muses guerrières, Paris, Klincksieck, 1996, p. 185‑186.

30Ainsi, l’ethos du baron de Blot peut être qualifié de double, tant le « je » poétique s’adonne à un jeu de balancement entre la violence obscène qu’il manifeste et la virtuosité verbale dont il fait preuve. Sous l’habillage obscène d’une poésie qui revendique l’outrance, au nom d’une parole ivre et libérée, la mise en scène du poète relève d’un savoir-vivre libertin. En effet, Blot tire parti de sa connaissance des convenances pour les bousculer et enrichit ses chansons à partir du matériau qu’il puise dans les fêtes données à Blois. En prenant l’apparence d’un convive au banquet, le « je » poétique s’incarne dans une parole ivre qui semble être le fruit de l’improvisation. Les autres invités n’ont pas besoin d’être décrits, tant l’enthousiasme des poèmes de Blot suggère un entrain collectif et propre aux soupers d’épicuriens32.

31En élaborant cet ethos, le poète s’octroie une certaine permissivité qui le rend capable de formuler une expiation hypocrite (« Couplets » de 1648) ou d’exprimer un goût homosexuel. Les blasphèmes lui servent à briller ; mais il faut aussi y voir un combat contre ceux qui nient les pulsions humaines. Au moyen du corps ivre qu’il met en scène, il rend compte d’une incarnation festive où l’excès côtoie la joie de se réunir. Ainsi, l’ethos ivre du baron de Blot semble faire don de son discours libérateur pour que d’autres buveurs, entonnant ses chansons, redonnent vie à la fête. Cependant, cette franchise existe dans ses chansons au-delà d’une mise en scène où le « je » poétique est ivre. Les airs à boire constituent donc un seul pan de cette écriture qui s’affranchit d’une parole respectable pour réintroduire le corps dans tous ses états en poésie.

Haut de page

Notes

1 François Garasse, La doctrine curieuse des beaux esprits de ce temps, ou prétendus tels : contenans plusieurs maximes pernicieuses à la religion, à l’Estat et aux bonnes mœurs, combattue et renversée, Paris, S. Chapelet, 1623, fac simile, Gregg International Publishers Limited, 1971, p. 37 : « J’appelle Libertins, nos yvrognets, mouscherons de tavernes, esprits insensibles à la piété, qui n’ont autre Dieu que leur ventre, qui sont enrôlez en cette maudite confrérie, qui s’appelle la Confrérie des Bouteilles. »

2 Voir la Notice « La vie de Blot » dans Frédéric Lachèvre, Les Chansons libertines de Claude de Chouvigny, Baron de Blot l’Église (1605-1655), The Michigan Historical Reprints, 1919, en particulier p. xiii-xv et xix.

3 Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois tant vieux que modernes […], 2e édition, revue, corrigée et augmentée par M. Butel de la Rivière, La Haye, Husson, 1727, vol. 4, article YVRESSE.

4 Dominique Maingueneau, « Problèmes d’ethos », Pratiques, n° 113-114, 2002, p. 55-67, ici p. 65 : « La scénographie, avec l’ethos dont il [le discours] participe, implique un processus en boucle : dès son émergence la parole est portée par un certain ethos, lequel, en fait, se valide progressivement à travers cette énonciation même. »

5 Notion empruntée à l’analyse de Dominique Maingueneau.

6 Frédéric Lachèvre, op. cit., p. 12.

7 Matthieu Lecoutre, Ivresse et ivrognerie dans la France moderne (XVIe-XVIIIe siècle), Rennes et Tours, Presses universitaires de Rennes et Presses universitaires François Rabelais, 2011, p. 367-368.

8 Voir Jean-Nicolas de Surmont, Chanson : son histoire et sa famille dans les dictionnaires de langue, Étude lexicale, historique et théorique, Berlin, Walter de Gruyter, 2010, p. 187-188.

9 Des chansons à boire du XVIe et du XVIIe siècle célèbrent des ivrognes exemplaires, que ce soit dans la poésie de Clément Marot, François Maynard ou encore Georges de Brébeuf. Concernant le baron de Blot, on pourra se reporter à la chanson « Sur un curé » (Frédéric Lachèvre, op. cit., p. 56).

10 Frédéric Lachèvre, op. cit., p. 8-9.

11 Ibid., p. 11.

12 Id.

13 Id.

14 Ibid., p. 38-39.

15 Ibid., p. 7.

16 Ibid.,p. 8.

17 Ibid., p. 7.

18 Formée à partir de « vit d’âne » ou « visage d’âne », cette injure joue peut-être du paradoxe en étant associée à des corps pieux perçus comme désincarnés.

19 Rappelons toutefois que la production du baron de Blot est demeurée manuscrite et sa diffusion se limitait au cercle de Gaston d’Orléans.

20 D’après les différents sens de fureur dans le Dictionnaire de Furetière (1690) et le Dictionnaire de l'Académie française, 1re édition, 1694.

21 Frédéric Lachèvre, op. cit., p. xx.

22 Id.

23 Il semble que dans les années 1630-1640 ceux qui ne buvaient pas de vin étaient pris régulièrement à partie. Voir Alain Mothu, « Cyrano et les hydropotes », Les Dossiers du Grihl, « Libertinage, athéisme, irréligion. Essais et bibliographie », § 9 : https://journals.openedition.org/dossiersgrihl/1501.

24 Frédéric Lachèvre, op. cit., p. 12.

25 Matthieu Lecoutre, « Quel mal y a-t-il à s’enivrer ? La culture de l'enivrement d'Ancien Régime (XVIe-XVIIe siècle) », Sciences humaines combinées, n° 8, 2011 (mis en ligne le 13 décembre 2017), § 3 : « tous les âges, sexes et catégories sociales sont concernés par l’ivresse, de la plus haute noblesse au plus petit des mendiants. Si les enivrés se conforment aux règles formelles et temporelles de cette culture de l’enivrement complaisante, héritée et sociabilisante, ils ne sont pas considérés comme des déviants par la société. »

26 Michèle Rosellini, « Homosexualité et esprit fort dans la première moitié du XVIIe siècle : indices poétiques d’une “invisible affinité” », Les Dossiers du Grihl, mis en ligne le 28 mars 2010, § 36.

27 Frédéric Lachèvre, op. cit., p. 54.

28 Frédéric Lachèvre, op. cit., p. 83 : « L’Amour et Bacchus échauffent ses désirs, / Dans ses transports, il ne sçait que choisir / Ou de Vénus, ou bien de Ganymède ».

29 Ibid., p. 11.

30 Matthieu Lecoutre, art. cité, § 1.

31 Frédéric Lachèvre, op. cit., p. 13.

32 Voir Hubert Carrier, Les Muses guerrières, Paris, Klincksieck, 1996, p. 185‑186.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dimitri Albanèse, « Donner corps à la fête : l’ethos ivre du baron de Blot (1605-1655) »Littératures, 83 | 2020, 93-103.

Référence électronique

Dimitri Albanèse, « Donner corps à la fête : l’ethos ivre du baron de Blot (1605-1655) »Littératures [En ligne], 83 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2023, consulté le 24 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/3159 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.3159

Haut de page

Auteur

Dimitri Albanèse

Dimitri Albanèse est doctorant à Sorbonne Université, travaillant à l'établissement de continuités dans la poétique libertine traversant le XVIIe et le premier XVIIIe siècle, sous la direction de Jean‑Christophe Abramovici. Il a participé à plusieurs colloques et journées d'études dont les Actes sont encore à paraître. Lors de journées d'études à l'IMéRA, en mai 2016, consacrées à la construction de la personne dans le fait historique, sa communication portait sur « Poésie et politique : l'obscénité frondeuse du baron de Blot ». Plus récemment, il a participé au colloque Valeurs de la poésie (Sorbonne Université), en octobre 2018 (« Des poètes libertins au XVIIIe siècle, sociabilités de la chanson à boire »).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search