Navigation – Plan du site

AccueilNuméros83Dossier : États d'ivresse. Discou...Être ivre au temps de Louis XIV :...

Dossier : États d'ivresse. Discours du corps ivre de l'Antiquité aux Lumières

Être ivre au temps de Louis XIV : Bussy-Rabutin et l’ivresse aristocratique

Claire Quaglia
p. 105-115

Résumé

Le présent article s’intéresse au traitement de l’ivresse et de la débauche à l’aube du règne de Louis XIV, à travers le récit de la célèbre « partie de Roissy » à laquelle Bussy-Rabutin a participé, et qui lui valut un premier exil. Un regard croisé sur ce récit fait dans les Mémoires de Bussy et dans Histoire amoureuse des Gaules, permet de mesurer la contrainte des corps, dont la pleine expression ne peut exister que dans la fiction.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Saint-Simon (Louis de Rouvroy, duc de), Mémoires, Additions au Journal de Dangeau, Yves (...)
  • 2 Id.
  • 3 Jean-Baptiste Visconti (Comte de Saint-Mayol dit Primi Visconti), Mémoires sur la cour (...)

1Peut-on être « ivre » au temps de Louis XIV ? Comment les corps parlent-ils, comment s’expriment-il sous ce roi absolu et ont-ils même un langage perceptible ? S’il est un siècle où l’ivresse, entendue au sens large, ne semble pas avoir droit de cité, c’est bien le siècle de Louis XIV où lire Rabelais constitue le comble de l’insolence. Je fais ici allusion à une scène célèbre des Mémoires de Saint-Simon où le duc d’Orléans reprend vertement la femme de chambre de son épouse, édifiée de voir son maître lisant ardemment ce qu’elle croit être un livre de prière à la messe de Noël, tandis qu’il s’agit d’un livre de Rabelais que le duc « avai[t] porté pour se désennuyer1 ». Ô ciel, quelle infamie ! Tout le monde à la cour se récrie, seul Saint-Simon n’enregistre en cette occasion qu’un acte de rébellion bien infantile qu’il qualifie de « fanfaronnade2 ». Quoi qu’il en soit, voici un siècle où l’on peut brandir Rabelais en signe d’impiété et de contestation et où l’on rougit même de le lire en privé, comme le montre cette autre anecdote, que l’on trouve cette fois chez Primi Visconti, lequel met en scène une jeune fille très sage, Mlle de Poussai, qui rougit jusqu’au blanc des yeux, alors que le narrateur avise sous le coussin de son fauteuil un livre de Rabelais, « espèce de livre, commente Visconti à son destinataire et ami demeuré en Italie, comme celui de l’Arétin en italien3 ». L’auteur du Pantagruel figure à l’évidence le contre-ordre du « Grand siècle », le gant retourné d’un certain classicisme littéraire et politique, pour le moins un cas d’ivresse caractérisé où les corps intempérants des géants comme leur langue « débordent ». 

  • 4 Norbert Elias, La Société de cour, Paris, Flammarion, 2005.
  • 5 Claire Quaglia, Les Fous du roi. Écriture du désordre dans les Mémoires de Saint-Simon, (...)

2Norbert Elias, que la question des corps intéressait dans la perspective d’une étude sur la civilité de cour, a montré combien la cour de Louis XIV était un espace de contrainte des corps qui accompagnait selon lui la possibilité de la vie en société, le contrôle de soi étant la condition sine qua non d’un vivre-ensemble agréable et pacifique4. Mais dans un espace comme celui de la cour, où il faut assurer sa survie, le courtisan doit travailler à asseoir son statut et doit en outre apprendre à cacher ses sentiments, à contrôler ses émotions, à observer ses semblables avec discrétion. En étudiant un important corpus de Mémoires, j’ai tenté de montrer dans ma thèse combien ces impératifs sociaux ne débouchaient pas à la cour sur un silence des corps5. Au contraire, les corps des courtisans, empêchés de se développer, parlent malgré eux et s’expriment du fond d’une souffrance contenue, induisant une forme de dérèglement dans l’espace social. M’inscrivant en faux contre Norbert Elias, j’ai tenté de mettre en évidence que la contrainte des corps relevait davantage d’un dressage, d’un projet politique, d’une volonté d’écrasement des êtres dans ce qu’ils ont de plus singulier, que du grand mouvement dont l’auteur de La Civilisation des mœurs croit observer l’apogée et l’aboutissement au siècle de Louis XIV. Maîtriser les corps des courtisans, leur interdire tout éclat, tout écart de conduite, c’est en effet réduire à néant les sujets politiques, qui ne doivent encenser qu’une idole – le roi –, non pas polir davantage les usages d’une société.

  • 6 Le monarque, qui n’en fut pas doté, le ressent constamment comme une menace : « [Il] ne (...)

3Ne nous y trompons pas : tous les régimes autoritaires ont tenté une mainmise sur les corps, que ce soit par la contrainte physique proprement dite, la morale ou les rites sociétaux imposés ; de ce point de vue, le siècle de Louis XIV n’a rien d’original. Mais du moins ne faut-il pas le confondre et l’envelopper dans le grand mouvement de civilisation qui prend sa source à la fin du XVe siècle en Europe et se poursuit avec les aléas et les réserves que l’on connaît. Une chose est selon moi certaine : la contrainte des corps sous Louis XIV participe en grande part de la mise au pas de la caste qui se situe dans la droite ligne de mire de l’absolutisme (globalement depuis Richelieu) et dont le corps est particulièrement bavard, l’aristocratie, qui est notamment, dans le souvenir de la Fronde, la bête noire du monarque. Les manifestations des corps aristocrates ont été une à une bannies : je songe à la guerre naturellement, fruit de plus en plus défendu aux aristocrates, qui voient leurs places, leurs commandements, leurs gouvernements considérablement amoindris ; je songe également à l’interdiction du duel, mesure sanitaire mais aussi piétinement de l’honneur nobiliaire. Je songe encore au bel esprit, qui ne semble plus être de saison6. Tous les habitus enfin de l’aristocratie, le jeu, les femmes, les excès, c’est-à-dire encore tout ce qui pousse, tout ce qui saille, en bref, tout ce qui dépasse et qui appartenait aux caractéristiques distinctives de l’aristocrate, ont été condamnés par un pouvoir jaloux. C’est naturellement l’ethos de l’aristocrate qui est en jeu : sa liberté d’esprit et de corps est, on le sait, constitutive de sa race, ses états d’ivresse, son impertinence même actant de son origine d’exception.

4Un des épisodes les plus célèbres du Grand siècle naissant et qui se situe en 1659 (juste avant la mort de Mazarin et la prise de pouvoir de Louis XIV) illustre cette entreprise de néantisation par le pouvoir de ce qui constitue l’ethos aristocratique. Il met en scène l’un des plus grands serviteurs du roi, Bussy-Rabutin, issu d’une très noble famille, aux prises avec un scandale qui lui valut son premier exil sur ses terres bourguignonnes : c’est ce que l’on nomme communément « la partie de Roissy », où quelques bons gentilshommes ont été arrêtés en « état d’ivresse », accusés de débauche pendant la semaine sainte. Bussy n’en est pas à son coup d’essai : le lieutenant général des armées du roi écope en 1641 de cinq mois d’embastillement pour ne pas avoir su contenir ses hommes, accusés de nombreux désordres et notamment de contrebande de sel ; il frôle le drame, autant que le ridicule, en 1648 lorsqu’il enlève Madame de Miramion qu’il croyait consentante. Mais il n’en est pas non plus à son coup de maître, puisqu’en 1666 il sera exilé une seconde fois, et cette fois pour 17 ans, en son Château de Bussy, suite à la parution d’Histoire amoureuse des Gaules, qui constitua l’un des brûlots les plus importants du siècle.

5L’épisode de la partie de Roissy a fait l’objet de deux relations, d’abord dans Histoire amoureuse des Gaules, publiée en 1666, où Bussy consacre à cette aventure un chapitre dans lequel il apparaît à la troisième personne, ensuite dans ses Mémoires publiés en 1695. Je cite ici successivement les deux textes en commençant par celui tiré des Mémoires :

  • 7 Roger de Bussy-Rabutin, Mémoires, Ludovic Lalanne (éd.), Paris, Charpentier, 1857, t. 2 (...)
  • 8 Roger de Bussy-Rabutin, Histoire amoureuse de Gaules, Ludovic Lalanne (éd), Paris, Char (...)

Jusqu’ici je n’ai eu qu’un malheur ordinaire ; mais je vais entrer, en commençant 1659, dans le temps de mes grandes persécutions. […] Il m’arriva dans ce temps-là une aventure qui fit bien du bruit. […] Vivonne, premier gentilhomme de la chambre du roi, voulant aller passer le fêtes de Pâques à Roissy, terre à quatre lieues de Paris, qui lui venoit du côté de sa femme, proposa à Mancini, neveu du cardinal Mazarin, et à l’abbé le Camus, aumônier du roi, d’être de la partie, lesquels ne s’en firent pas presser. Deux jours après qu’ils y furent, le comte de Guiche et Manicamp l’ayant appris, les allèrent trouver et menèrent avec eux le jeune Cavois, lieutenant au régiment des gardes. Aussitôt qu’ils y furent arrivés, Mancini et l’abbé s’enfermèrent dans leurs chambres, se défiant des emportements du comte de Guiche et de Manicamp ; et le lendemain, jour du vendredi saint, ils en partirent de grand matin et revinrent à Paris. Quand Vivonne m’en écrivit un billet, et moi, n’ayant alors rien à faire à Paris, je montai à cheval et je les allai trouver. Je les rencontrai qu’ils venoient d’entendre le service. Un moment après, nous envoyâmes à Paris quérir quatre des petits violons du roi et nous nous mîmes à table. Après dîner, nous allâmes courre un lièvre avec les chiens de Tilloy. Pour moi, qui n’aime point la chasse, je m’en revins bientôt au logis, où ayant trouvé les violons je me divertis à les entendre. Je n’eus pas pris ce plaisir une heure durant, que je vois entrer dans la cour le comte de Guiche au galop, qui menait un homme par la bride de son cheval comme un prisonnier de guerre, et Manicamp derrière avec un fouet de postillon pour le presser. Je courus pour savoir ce que c’étoit. Je trouvai un homme vêtu de noir assez âgé, qui avoit la mine d’un honnête homme : il me fit pitié, et, ayant témoigné au comte de Guiche que je condamnois son procédé, le bonhomme prit la parole et me dit qu’il entendoit raillerie. Je le menai dans la salle, où il me conta que, s’en retournant à Paris de sa maison de campagne, il avoit rencontré ces messieurs ; que le comte de Guiche, qui l’avoit abordé le premier, lui ayant demandé qui il étoit, il lui avoit répondu qu’il étoit le procureur de M. le Cardinal, nommé Chantereau ; que le comte de Guiche lui avoit dit : « Ah ! monsieur Chantereau, je suis fort aise de vous avoir rencontré ; il y a longtemps que je vous cherchois. J’ai ouï faire bon récit de votre capacité et pour moi j’ai toujours fort aimé la chicane ; » que sur cela il avoit bien vu que c’étoit la jeunesse qui vouloit rire et qu’il avoit pris son parti de ne se point fâcher. Il me fit cette relation avec la même exactitude qu’il auroit fait une information. Je lui dis qu’il avoit fait en galant homme et je lui fis apporter du vin pendant qu’on faisoit manger de l’avoine à son cheval. Après cela il nous quitta, fort content de la compagnie et particulièrement de moi. Les violons recommencèrent à jouer jusqu’au souper, que nous passâmes gaiement, mais sans débauche. Au sortir de table, nous les menâmes au parc, où nous fûmes jusqu’à minuit. Le samedi, nous nous levâmes fort tard et nous passâmes le reste de la journée à nous promener dans des calèches. Comme nous avions impatience de manger de la viande, nous voulûmes faire medianoche. Ce repas-là ne fut pas si sobre que les autres : nous bûmes fort et sur les trois heures après minuit nous nous allâmes coucher. Nous étant levés à onze heures du matin le jour de Pâques, nous ouïmes la messe dans la chapelle du château ; nous dînâmes et nous nous en retournâmes à Paris, où, à l’entrée de la ville, chacun s’en alla de son côté.
Nos ennemis, et ceux qui sans haïr ne laissent pas de couper la gorge, se souvinrent de nous à la cour. Ils savoient qu’un des plus grands plaisirs qu’ils pouvoient faire au cardinal étoit de lui fournir des prétextes de ne pas faire de bien à ceux à qui il en devoit et de se venger de ses ennemis. Ils lui dirent donc la partie de Roissy et qu’on y avoit fait mille choses contre le respect qu’on doit à Dieu et au roi7
Le comte de Marcel (duc de Vivonne), premier gentilhomme de la chambre du roi, et pour qui naturellement Sa Majesté avait de l’inclination, s’étant retiré à une maison qu’il avait près de Paris, pour passer les fêtes de Pâques avec ses deux amis, l’abbé Le Camus et Mancini, celui-ci neveu de Mazarin, et l’autre un des aumôniers du roi, et y ayant passé trois ou quatre jours, sinon dans une grande dévotion, au moins dans des plaisirs fort innocents, de Guiche et Manicamp, qui s’ennuyaient à Paris, les allèrent trouver. Sitôt que l’abbé Le Camus, les vit, les connaissant fort emportés, il persuada à Mancini de retourner à Paris, et que, dès le lendemain, on dirait dans le monde qu’il s’était passé entre eux d’étranges choses ; et, comme Mancini, dès le soir même, témoigna ce dessein, Manicamp et de Guiche proposèrent au duc de Vivonne de prier Bussy de venir passer deux ou trois jours avec eux, lui disant que celui-là pouvait bien remplacer les deux autres. Vivonne, en étant demeuré d’accord, écrivit à Bussy, au nom de tous, qu’il était prié de quitter pour quelque temps le tracas du monde pour venir avec eux vaquer avec moins de distraction aux pensées de l’éternité. Avant que de passer outre, il est à propos de faire voir ce que c’était que Vivonne et Bussy [...].
Roger de Rabutin, comte de Bussy, maître de camp de la cavalerie légère, avait les yeux grands et doux, la bouche bien faite, le nez grand, tirant sur l’aquilin, et le front avancé, le visage ouvert, la physionomie heureuse, les cheveux blonds, déliés et clairs ; il avait dans l’esprit de la délicatesse et de la force, de la gaieté et de l’enjouement ; il parlait bien ; il écrivait juste et agréablement ; il était né doux, mais les envieux que lui avait faits son mérite l’avaient aigri ; en sorte qu’il se réjouissait volontiers avec ses amis aux dépens des gens qu’il n’aimait pas ; il était bon ami régulier ; il était brave sans ostentation ; il aimait les plaisirs plus que la fortune, mais il aimait la gloire plus que les plaisirs ; il était galant avec toutes les dames, et fort civil ; et la familiarité qu’il avait avec ses meilleures amies ne lui faisait jamais manquer au respect qu’il leur devait. Cette manière d’agir faisait juger qu’il avait de l’amour pour elles, et il est certain qu’il en entrait toujours un peu dans toutes les grandes amitiés qu’il avait. Il avait bien servi à la guerre et fort longtemps ; mais comme de son siècle ce n’était pas assez, pour parvenir à de grands honneurs, que d’avoir de la naissance, de l’esprit, des services et du courage, avec toutes ces qualités il était demeuré à moitié chemin de sa fortune, à cause qu’il n’avait pas eu la bassesse de flatter les gens en qui Mazarin, souverain dispensateur des grâces, avait créance, ou qu’il n’avait pas été en état de les lui arracher, en lui faisant peur, comme avaient fait la plupart des maréchaux de son temps.
Bussy donc, ayant reçu ce billet de Vivonne, monta à cheval aussitôt, et l’alla trouver ; il rencontra ses amis fort disposés à se réjouir, et lui, qui d’ordinaire ne troublait point les fêtes, fit que la joie fut tout à fait complète. En les abordant : « Je suis bien aise mes amis, dit-il, de vous trouver détachés du monde comme vous êtes ; il faut des grâces particulières de Dieu pour faire son salut dans les embarras des cours ; l’ambition, l’envie, la médisance, l’amour et mille autres passions y portent ordinairement les gens les mieux nés à des crimes dont ils sont incapables dans des retraites comme celle-ci. Sauvons-nous donc ensemble, mes amis : et, comme pour être agréable à Dieu, il n’est pas nécessaire de pleurer ni de mourir de faim, rions, mes chers, et faisons bonne chère. » Ce sentiment-là étant généralement approuvé, on se prépara pour la chasse l’après-dînée, et l’on mit ordre d’avoir des concerts d’instruments pour le lendemain. Après avoir couru quatre ou cinq heures, ces messieurs vinrent, affamés, faire le plus grand repas du monde. Le souper étant fini, qui avait duré trois heures, pendant lesquelles la compagnie avait été dans cette gaieté qui accompagne toujours la bonne conscience, on fit amener les chevaux pour se promener dans le parc. Ce fut là que ces quatre amis, se trouvant en liberté pour s’encourager à mépriser davantage le monde, proposèrent de médire de tout le genre humain ; mais, un moment après, la réflexion fit dire à Bussy qu’il fallait excepter leurs bons amis de cette proscription générale. Cet avis ayant été approuvé, chacun demanda au reste de l’assemblée quartier pour ce qu’il aimait : cela étant fait, et le signal donné pour le mépris des choses d’ici-bas, ces bonnes âmes commencèrent un cantique où tout fut compris, à la réserve des amis de ces quatre messieurs ; mais, comme le nombre en était petit, le cantique fut grand, tel que, pour ne rien oublier, il faudrait pour lui seul faire un volume. Une partie de la nuit s’étant passée en ces plaisirs champêtres, on résolut de s’en aller reposer ; chacun donc se quitta fort satisfait de voir le progrès que l’on commençait de faire dans sa dévotion. Le lendemain, Vivonne et Bussy, s’étant levés plus matin que les autres, allèrent dans la chambre de Manicamp ; mais, ne l’ayant pas trouvé, et le croyant dans le parc à la promenade, ils allèrent dans la chambre du comte de Guiche, avec qui ils le trouvèrent couché. « Vous voyez, mes amis, leur dit Manicamp, que je tâche de profiter des choses que vous dîtes hier touchant le mépris du monde ; j’ai déjà gagné sur moi d’en mépriser la moitié, et j’espère que dans peu de temps je ne ferai pas grand cas de l’autre. – Souvent on arrive à même fin par différentes voies, répondit Bussy ; pour moi, je ne condamne point vos manières, chacun se sauve à sa guise ; mais je n’irai point à la béatitude par le chemin que vous tenez. – Je m’étonne, dit Manicamp, que vous parliez comme vous le faites, et que Madame de Cheneville (Sévigné) ne vous ait pas converti. – Mais à propos de Mme de Sévigné, dit Vivonne, je vous prie de nous dire pourquoi vous rompîtes avec elle, car on en parle bien différemment8.

  • 9 Saint-Simon, op. cit., t. 1, p. 16-17.
  • 10 L’on peut songer à la description de l’homme abusé par Manicamp et De Guiche, tout comm (...)
  • 11 Cette anecdote ne se retrouve pas dans Histoire amoureuse des Gaules. L’on est donc en (...)

6On a, semble-t-il, sous les yeux un exemple de ce que peut la fiction lorsqu’elle entreprend de dire les limites – morales, sociales, religieuses –, lorsqu’elle s’attache à jouer avec les frontières, à rendre compte des écarts : l’ivresse trouve en effet sa véritable expression dans l’artifice et dans les échappées de la langue d’Histoire amoureuse des Gaules, non pas dans le rapport « fidèle » que l’on trouve dans les Mémoires. Et ce, d’autant plus que le récit des Mémoires n’est pas libre : il rompt avec l’énonciation propre aux textes mémoriels, pourtant garante de la sincérité de l’écrivain. Les Mémoires étaient en effet destinés à être lus par le roi (qui en fit en effet quelques lectures) et ils ont été publiés deux ans après la mort de Bussy, contrairement au pacte qui les destine, comme le dira Saint-Simon, à « mûrir sous la clef et les plus sûres serrures plus d’une génération ou deux9 […] ». Le récit des Mémoires de Bussy est donc un exercice contraint, dans lequel l’auteur se livre à une entreprise de disculpation auprès du monarque et de ses contemporains. Seule compte la rhétorique persuasive qui oblitère toute confession. Le lecteur des Mémoires aura bien du mal à se faire une idée de ce que fut la partie de Roissy et en quoi consista la débauche de ses participants. Bussy, dans un style froid et, semble-t-il, oublieux de l’ivresse du moment – on est en présence d’un récit sobre, l’on peut dire « dégrisé » de l’affaire, et qui marque le profond déni – convoque en effet une cohorte de justifications dans le but de minimiser ce qui lui fut tourné à crime. Le mémorialiste décrit son aventure par le menu et chronologiquement, dans un style très net et bien loin de l’ornement. Son plaidoyer est étayé d’un luxe de détails10. Surtout, dans ce récit placé, dès l’ouverture, sous le signe de l’infortune (« Jusqu’ici je n’ai eu qu’un malheur ordinaire ; mais je vais entrer, en commençant 1659, dans le temps de mes grandes persécutions »), les pièces à décharge arrivent en foule. Ainsi en est-il par exemple de l’euphémisme « ce repas-là ne fut pas si sobre que les autres », là où il est question sans détour dans le récit de fiction de « bonne chère » et de « plus grand repas du monde » : l’hyperbole – figure de style de l’ivresse, s’il en est – qu’autorisent les faux-semblants de la fiction a remplacé la formulation atténuée des Mémoires. Par ailleurs, le mémorialiste n’hésite pas à avoir recours à l’argutie : le repas, à bien y regarder, a été pris à medianoche, ce qui tend à prouver que les convives auraient mangé de la viande après minuit, le dimanche de Pâques et non pas en carême… Autre point, non des moindres : après s’être prêté de très sages activités (la chasse, la musique), Bussy se met en scène en censeur de Manicamp et de Guiche, qui se sont bien moqués d’un pauvre homme ; le mémorialiste se représente choqué par la légèreté et l’insolence de ses camarades ; il prend le prisonnier en pitié et se pose en arbitre11. En quelques lignes, le petit portrait moral aura pulvérisé toutes les accusations de libertinage portées à son encontre.

7Plus floue, sans ancrage spatio-temporel ni même énonciatif, puisque Bussy y devient un personnage de l’histoire, la version de l’épisode offerte par le récit de fiction tiré d’Histoire amoureuse des Gaules épouse au contraire l’ivresse collective de ce moment partagé entre camarades et assume parfaitement l’excès de la fête : « Comme pour être agréable à Dieu, dit Bussy à ses amis, il n’est pas nécessaire de pleurer ni de mourir de faim, rions, mes chers, et faisons bonne chère. » Le mot est lâché, « bonne chère », assorti d’un double sacrilège : la petite compagnie a grassement dîné ce jour de carême et ce, dans une parfaite conscience de la transgression. De plus, et contrairement à ce qui se passe dans les Mémoires, jamais Bussy ne se désolidarise des autres convives pour mieux se disculper. Bien au contraire, sa franche camaraderie épouse la cause de tous les débauchés : il est, par exemple, loin de condamner les amours italiennes de De Guiche et de Manicamp, retrouvés dans le même lit ; les protagonistes en rient de bon cœur ensemble (« Pour moi, dit Bussy, je ne condamne point vos manières, chacun se sauve à sa guise »).

8À ce titre, le récit à la troisième personne d’Histoire amoureuse des Gaules ne fonctionne pas comme une échappatoire à la sincérité : la distance imposée par la troisième personne libère au contraire l’expression, qui permet à Bussy une adhésion à son passé et à lui-même, sans doute davantage que ne pouvait l’autoriser le « je » des Mémoires. Mais la vraie signature de l’épisode, celle qui assume pleinement la responsabilité de la partie de Roissy, se trouve dans le portrait que Bussy fait de lui-même dans Histoires amoureuses des Gaules. On trouve dans ce morceau écrit d’une plume vive et alerte, non seulement toutes les qualités du gentilhomme (la droiture, la galanterie, l’esprit, le courage), mais aussi toute la nonchalance, toute la morgue aristocratique de celui qui n’estime pas ses services militaires récompensés, étant « demeuré à moitié chemin de [sa] fortune à cause qu’[il] n’avait pas eu la bassesse de flatter [les créatures de Mazarin] ».

9Ce portrait, qui est inséré dans l’histoire (le récit s’interrompt pour présenter le personnage), fonctionne donc comme une inscription, une empreinte – on pourrait dire un blason –, permettant de déterminer le sens de l’épisode : le mode de vie fort libre des jeunes gens, ainsi que leurs écarts, ressemblent d’assez près à la liberté revendiquée par Bussy en son portrait, tant il est vrai que dans l’esprit de l’aristocratie, il n’y pas l’ombre d’un jeu entre ethos et action dans le monde : tout acte jaillit directement de l’être bien-né. La partie de Roissy est donc bien plus qu’une simple manifestation de l’être aristocratique dégagé des contraintes sociales ; elle est une expression toute pure d’une liberté originelle qui prend sa source dans la noblesse de la race.

  • 12 Ainsi lorsque dans les Mémoires (op. cit., t. 2, p. 93) il dit à la reine, en se défend (...)
  • 13 Antoine Adam, Les Libertins au XVIIe siècle, Paris, Buchet-Chastel, 1964.
  • 14 René Pintard, Le Libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle [1943], Par (...)

10Point donc de gratuite provocation. Bussy-Rabutin se situe bien loin de l’impiété. Il n’est pas Clément Marot, qui, en son temps, fut accusé d’avoir mangé le lard en carême ; ni même le chevalier de la Barre. On sait que Bussy terminera sa vie fort dévotement12. Le cousin de Madame de Sévigné n’a rien de la figure du libertin telle qu’elle existe au XVIIe siècle. Il ne figure d’ailleurs pas dans l’anthologie qu’Antoine Adam consacra aux libertins au XVIIe siècle13, ni, encore moins, dans l’essai de Pintard consacré au libertinage érudit14. Il n’est pas plus exemplaire du libertinage érudit que du libertinage de mœurs : on est simplement avec cet homme aussi hautain que délicieux dans le récit d’une débauche où se lit, avant toute chose, l’empreinte de son rang, et qui était couramment pratiquée dans la grande noblesse. La partie de Roissy ressemble à la démesure, à l’excès, souvent constitutifs de ces êtres dont l’attachement profond à la naissance invite à l’absolu, à l’impossible.

11Plus qu’une opposition frontale, libertine, c’est alors un jeu avec les codes existants auquel nous invite Bussy. La partie de plaisir est l’envers des normes sociales existantes et son programme s’énonce d’emblée clairement : il s’agit de boire et de manger sans se soucier de la sainte semaine, de s’adonner à la luxure, de maudire le reste de l’humanité. Le rituel semble prévaloir ici sur le geste d’impiété : les jeunes gens jouent le sabbat, l’envers du monde auquel ils appartiennent de plain-pied. De là le « cantique » entonné par la compagnie, sorte de contre-chant à l’humanité, de là la subversion du thème de l’ennui que l’on éprouve dans les cours, le taedium curiae. C’est tout d’abord le sens de la lettre d’invitation envoyée par Vivonne à son ami Bussy (« [Il] écrivit au nom de tous, qu’il était prié de quitter pour quelque temps le tracas du monde ») ; c’est ensuite celui du discours que Bussy profère à son arrivée, haranguant ses amis en ces termes pleins d’ironie :

Je suis bien aise mes amis, dit-il, de vous trouver détachés du monde comme vous êtes ; il faut des grâces particulières de Dieu pour faire son salut dans les embarras des cours ; l’ambition, l’envie, la médisance, l’amour et mille autres passions y portent ordinairement les gens les mieux nés à des crimes dont ils sont incapables dans des retraites comme celle-ci. Sauvons-nous donc ensemble, mes amis : et, comme pour être agréable à Dieu, il n’est pas nécessaire de pleurer ni de mourir de faim, rions, mes chers, et faisons bonne chère.

  • 15 Dans cet esprit, on pourrait dire que le contraire de la civilité n’est pas, du moins e (...)

12L’esprit badin et espiègle de Bussy formule parfaitement l’ivresse aristocratique qui est l’objet que je m’efforce de cerner : une forme de liberté qui consiste à jouer avec les normes sociales, c’est-à-dire à les interroger en les mettant à distance, en les éprouvant, en les soumettant à la satire, ou au retournement de sens, art que possédait notre auteur au plus haut point. C’est d’ailleurs tout le sens d’Histoire amoureuse des Gaules qui, présentant une image grossière des amours de la cour de France, propose un contre-modèle galant où tous les hommes sont niais et toutes les femmes rouées et malhonnêtes. Héritiers en effet de ce grand mouvement de civilisation qui passe notamment en France par la formation de l’honnête homme, les gentilshommes n’appliquent pour autant jamais de règles, et ce, sans doute parce qu’ils en furent les maîtres. Leurs mœurs sont toujours en liberté, ce qui tranche tout particulièrement avec la mécanique et la morale promue par l’absolutisme15, et, conjointement, avec la morale bourgeoise naissante. Chez les trattatistes italiens, la leçon était pourtant claire : jamais les préceptes de la civilité ou de l’honnêteté ne devaient être tournés en règle. C’est notamment la leçon de Castiglione ou celle de Stefano Guazzo. L’honnêteté constitue un ensemble de préceptes non coercitifs qui vise essentiellement le plaisir d’être ensemble, le plaisir d’être en société, ce que le texte de Bussy souligne, invoquant dans ses Mémoires « la gaieté », qu’il oppose à la vilaine « débauche » qu’on lui impute, et, dans Histoire amoureuse des Gaules, la « gaieté qui, écrit-il, accompagne toujours la bonne conscience ».

13Mais ce jeu social, qui fait toute l’ivresse, est avant tout un jeu de langue. Et le gouffre qui sépare les deux textes de Bussy réside dans le discours surnuméraire au regard du récit, c’est-à-dire dans la place laissée aux paroles rapportées, présentes dans la fiction, quasi absentes dans les Mémoires. C’est assurément la parole et cette capacité qu’elle a de s’emparer du monde et de le transformer qui fait tout le plaisir de la partie de Roissy. Les corps ivres passent pour ainsi dire dans la langue : c’est dans la langue que rient les convives et que se déploie la fameuse gaieté recherchée. Les inversions, les paroles sacrilèges, tout ce qui relève de la langue transgressive, renvoient à cette sociabilité aussi raffinée que libre, et qui avait cours dans une certaine aristocratie à laquelle Bussy appartenait à l’évidence. « Sauvons-nous », prescrit Bussy à ses camarades, jouant sur le sens à la fois chrétien (sauvons notre âme) et le sens profane qu’il reprendra un peu plus loin dans la conclusion de l’échange si savoureux et si subtil qu’il a avec Manicamp : « chacun se sauve à sa guise ». Autrement dit, on se sauve comme l’on peut des normes sociales ; tous les moyens sont bons pour échapper à l’ordre. Dans cette société aristocratique, où l’art de bien vivre est indissociable de l’art de bien dire, la langue est devenue essentielle, un vecteur de sociabilité majeur mais aussi le lieu même de l’ivresse, de la liberté d’être soi et d’enfreindre les normes. C’est au fond le sens que Madame de Sévigné donnait au mot « rabutinage », parlant de cet idiolecte magnifique qu’elle parlait avec son cousin, invention d’une langue forgée pour des locuteurs et des scripteurs d’exception… pour le seul plaisir.

14À Roissy, Bussy-Rabutin a certes été pris en flagrant délit d’ivresse et de sacrilège, ce qui lui valut un petit exil. Mais ce qui fit sa condamnation quasi définitive fut véritablement Histoire amoureuse des Gaules, qui, au-delà des révélations et des indiscrétions s’agissant des amours curiales, représente tout ce qu’exècre le pouvoir absolu, et qui lui contrevient : un art de vivre-ivre, si l’on me permet ce jeu de mots, d’être, de dire et d’écrire ultra-mondain est ici condamné, dans ce qu’il a de plus authentique et de plus racé, ou, si l’on préfère, un logos qui relève d’un ethos devenu sous Louis XIV l’objet du soupçon.

Haut de page

Notes

1 Saint-Simon (Louis de Rouvroy, duc de), Mémoires, Additions au Journal de Dangeau, Yves Coirault (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la « Pléiade », 1982-1988, 8 vol., t. 5, p. 250.

2 Id.

3 Jean-Baptiste Visconti (Comte de Saint-Mayol dit Primi Visconti), Mémoires sur la cour de Louis XIV, Jean Lemoine (trad.) Paris, Calmann-Lévy, 1908, p. 155-156.

4 Norbert Elias, La Société de cour, Paris, Flammarion, 2005.

5 Claire Quaglia, Les Fous du roi. Écriture du désordre dans les Mémoires de Saint-Simon, de Brienne le Jeune, de Primi Visconti et de l’abbé de Choisy, thèse soutenue à l’université Paris-Diderot, sous la direction de Pascal Debailly, le 6 juin 2014.

6 Le monarque, qui n’en fut pas doté, le ressent constamment comme une menace : « [Il] ne se plaisait, disait Saint-Simon avec sarcasme, qu’aux figures imbéciles » (Saint-Simon, op. cit., t. 2, p. 137).

7 Roger de Bussy-Rabutin, Mémoires, Ludovic Lalanne (éd.), Paris, Charpentier, 1857, t. 2, p. 89-92.

8 Roger de Bussy-Rabutin, Histoire amoureuse de Gaules, Ludovic Lalanne (éd), Paris, Charpentier, 1857, t. 2, p. 419-424.

9 Saint-Simon, op. cit., t. 1, p. 16-17.

10 L’on peut songer à la description de l’homme abusé par Manicamp et De Guiche, tout comme au relevé des acteurs de la partie de débauche : dans la version des Mémoires, il est question d’un personnage qui n’apparaît pas dans la fiction (le jeune Cavois, qui apparemment fit partie des débauchés).

11 Cette anecdote ne se retrouve pas dans Histoire amoureuse des Gaules. L’on est donc en droit de se demander si cette histoire enchâssée, dont Bussy paye son lecteur, ne vient pas au secours d’un plaidoyer un peu maigre.

12 Ainsi lorsque dans les Mémoires (op. cit., t. 2, p. 93) il dit à la reine, en se défendant, qu’il n’a jamais été impie (« Personne n’est moins impie que moi », lui dit-il), il faut l’en croire.

13 Antoine Adam, Les Libertins au XVIIe siècle, Paris, Buchet-Chastel, 1964.

14 René Pintard, Le Libertinage érudit dans la première moitié du XVIIe siècle [1943], Paris, Slatkine, 1995.

15 Dans cet esprit, on pourrait dire que le contraire de la civilité n’est pas, du moins en ce siècle, la barbarie, mais l’étiquette de cour.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Quaglia, « Être ivre au temps de Louis XIV : Bussy-Rabutin et l’ivresse aristocratique »Littératures, 83 | 2020, 105-115.

Référence électronique

Claire Quaglia, « Être ivre au temps de Louis XIV : Bussy-Rabutin et l’ivresse aristocratique »Littératures [En ligne], 83 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2023, consulté le 22 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/3168 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.3168

Haut de page

Auteur

Claire Quaglia

Claire Quaglia est professeure en classes préparatoires au lycée Louis Thuillier d’Amiens. Elle a soutenu une thèse en 2014 à l’Université Paris-Diderot qui portait sur l’image de Louis XIV dans quelques Mémoires de la fin du XVIIe et du XVIIIe siècles, notamment chez Saint-Simon. Elle travaille sur la représentation du pouvoir et sur l’écriture de soi sous l’Ancien Régime.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search