Navigation – Plan du site

AccueilNuméros83Dossier : États d'ivresse. Discou...« La vérité dans le vin »

Dossier : États d'ivresse. Discours du corps ivre de l'Antiquité aux Lumières

« La vérité dans le vin »

Le motif de l’ivresse dans le théâtre de société au XVIIIe siècle
Jennifer Ruimi
p. 129-140

Résumé

Tantôt exploité pour ses potentialités dramatiques, tantôt pour sa valeur symbolique, le motif de l’ivresse tient une place importante dans le théâtre de société. C’est aussi l’occasion pour le dramaturge de mettre en scène des personnages comiquement soûls, désarticulés, titubant, perdant peu à peu leur humanité. L’ivresse fait-elle alors l’objet d’une condamnation morale, voire sociale, ou n’est-elle qu’un simple ressort comique ? C’est la question à laquelle cet article entend répondre.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Charles Collé, Le Bouquet Thalie, prologue en prose et en vers de La Partie de chasse de H (...)

1Dans Le Bouquet de Thalie, un prologue allégorique de Charles Collé, la muse de la comédie voit défiler plusieurs personnages : la tragédie nouvelle représentée par la Fausse Melpomène, la comédie larmoyante, le théâtre de société et la pièce à ariettes, autrement dit toutes les nouvelles formes théâtrales émergeant au XVIIIe siècle. Chaque allégorie est caractérisée par un trait que le spectateur est immédiatement capable d’identifier : l’ariette chante, la tragédie est coiffée comme une furie, la comédie larmoyante veut à tout prix faire pleurer Thalie, mais finit par l’endormir. Quant au théâtre de société, il est incarné par un homme de la cour qui vient présenter un scénario dans lequel une marquise infidèle se voit dérangée par son mari « chaud de vin et de ponche1 ».

  • 2 Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, Le théâtre de société, un autre théâtre ?, Paris, (...)

2Autrement dit, la figure du personnage ivre a bien sa place dans le théâtre de société. Pour mieux comprendre les enjeux d’une telle présence, il convient de rappeler que le XVIIIe siècle a été le siècle de la « théâtromanie » : non seulement on allait beaucoup au théâtre, mais on en jouait chez soi, avec ses amis, sa société – d’où l’appellation « théâtre de société ». Dans cet « autre théâtre2 », le ton est plus libre et l’on peut explorer un certain nombre de possibles dramatiques sans avoir à se soucier des règles de bienséance en usage sur les scènes du théâtre officiel. C’est peut-être d’ailleurs ce qui explique la récurrence de nombreux personnages gris ou tout à fait enivrés dans le théâtre de société. Cela ne signifie pas pour autant que ces personnages sont une création propre à ce théâtre : il suffit de penser à Arlequin et à sa bouteille de vin dans le répertoire de la Comédie-Italienne pour s’en convaincre. Mais dans les pièces jouées en société, il existe un certain nombre de nuances de griserie que nous étudierons au cours de cet article.

3Il s’agira aussi de comprendre comment est perçue l’ivresse dans le théâtre de société : est-ce un vice qu’il faudrait bannir ou, au contraire, une forme de libération festive permettant aux personnages de communier dans une espèce de transe dionysiaque ?

Le vin, Deus ex machina

  • 3 Léandre ambassadeur, in Théâtre des Boulevards ou Recueil de parades, Mahon, G (...)
  • 4 Ibid., p. 87.
  • 5 Ibid., p. 89.
  • 6 Ibid., p. 90.
  • 7 Ibid., p. 92.
  • 8 Ibid., p. 95.
  • 9 Id.

4« Il n’y a que le vin […] pour tout accorder, et je suis sûr que si l’on tenait le congrès au cabaret, la paix serait bientôt faite3 », s’exclame Arlequin dans la parade Léandre Ambassadeur. Une première réponse semble ici surgir : pour le personnage, l’ivresse permet d’abolir les divergences et de se retrouver dans l’harmonie et la concorde, ce qui est, certes, satisfaisant d’un point de vue théorique. Il ne faut toutefois pas oublier que cette sage maxime est le fait d’un personnage traditionnellement porté sur la boisson : elle produit un effet plus comique que didactique. L’association du vin et de la politique revêt une dimension burlesque. Pourtant, force est de constater qu’Arlequin n’a pas tout à fait tort sur un point : le vin permet bien de dénouer des situations dramatiques sans issue, et c’est le cas dans cette parade, où l’alcool apparaît comme le deus ex machina qui va mettre les personnages d’opposants hors d’état de nuire. Ainsi, Arlequin et Léandre font boire Cassandre jusqu’à lui ôter la raison et l’amener à accepter le mariage de sa fille Isabelle avec Léandre. Il s’agit aussi pour les personnages de faire renoncer le vieillard à son projet de marier Isabelle au roi de Perse. La beuverie commence à la scène 14 : au début de la sc. 17, Cassandre est « à moitié ivre4 », à la fin de cette même scène, il est « ivre5 », et la scène 18, la dernière de la pièce, présente sa mystification par Léandre et Arlequin « déguisés ridiculement en Persans6 ». Le fait que le vieillard soit soûl autorise alors tous les débordements : ainsi, Arlequin « fait mettre le bonhomme Cassandre à quatre pattes, et se met à cheval sur lui, [et] lui donne de temps en temps des coups de talon dans le ventre et lui fait cent autres niches7 ». Or la déshumanisation du personnage du père, sa dégradation, la perte de son autorité aussi, viennent justement de sa consommation excessive d’alcool. Pour les autres personnages, a fortiori pour le valet, seule l’ivresse permet au rapport hiérarchique de s’inverser, dans un mouvement somme toute très carnavalesque. Cette inversion culmine à la fin de la scène quand Arlequin met la prétendue lettre du sophi persan « à son cul » et dit à Cassandre de la « baise[r]8 » : l’irrévérence d’Arlequin suit alors la reddition sans condition du père Cassandre qui préfère donner sa fille à marier à Léandre plutôt « que d’étouffer » entre les jambes du valet qui lui « presse les côtes9 ». Cette scène de farce est comique, et elle est d’une violence certaine : l’ivresse a certes un rôle d’adjuvant d’un point de vue dramatique, puisque les jeunes gens parviennent à s’épouser, mais cela passe par la défaite et la souffrance du père. On est bien loin, en effet, des propos pacifiques d’Arlequin sur le vin qui vient à bout de tout : c’est au contraire une guerre sans merci que le valet a menée auprès du barbon affaibli par l’alcool.

  • 10 Ch. Collé, La Vérité dans le Vin ou les désagréments de la galanterie, in Petite bibliot (...)
  • 11 Id.
  • 12 Id.
  • 13 Id.
  • 14 Ibid., p. 57.
  • 15 Ibid., p. 60.
  • 16 Id.
  • 17 Id.

5Un autre type de souffrance, morale celle-là, surgit dans une autre pièce et elle est, elle aussi, liée à la consommation de vin. Il s’agit de la pièce de Collé La Vérité dans le Vin : la Présidente a une liaison avec un Abbé, ami du mari, le Président. Ils rompent au début de la pièce, et l’Abbé est bien déterminé à se venger en révélant ce secret à l’époux trompé. Aux scènes 14 et 15, les deux hommes, passablement soûls, chantent, plaisantent, avant que l’ecclésiastique ne saisisse l’occasion pour avouer qu’il a eu une liaison avec l’épouse du Président. La scène d’aveu apparaît alors comme une illustration du titre de la pièce : l’alcool délie les langues et sert de révélateur. Pourtant, le lecteur-spectateur ne peut s’empêcher de ressentir autre chose devant cette confession de l’Abbé. Non seulement le public connaît les intentions malignes du personnage depuis le début de la pièce, mais là encore il y a, dans ce duo étrange d’hommes soûls, une certaine forme de brutalité et de violence. L’Abbé, sous prétexte de libérer sa conscience, blesse le Président à dessein et le force à entendre une vérité qu’il ne peut supporter. Ce dernier refuse de croire son ami, il s’exclame ainsi à plusieurs reprises que « cela n’est pas vrai10 ! », mais l’Abbé fait tout pour que le Président entende que sa femme est « une Catin11 ». Le terme, extrêmement fort et injurieux, met le Président « hors de lui12 ». Pourtant, l’Abbé désamorce la crise en « pleurant de tendresse13 », dit la didascalie : l’ivresse permet ainsi de passer brusquement d’un comportement à un autre, du rire aux larmes, mais aussi de faire preuve d’une sensibilité exacerbée. En d’autres termes, tout ce qui est d’ordinaire retenu – les vérités blessantes, les injures, les émotions – peut s’exprimer sous l’effet de l’alcool. Mais dans le cas présent, il faut remarquer autre chose : l’Abbé, qui n’est pas aussi ivre que son compagnon, prend le prétexte de l’ivresse pour persifler le Président. Ainsi, même s’il pleure, s’il fait mine de battre sa coulpe, il décrit ensuite en détail son aventure avec la Présidente « d’un air badin14 ». Puis il rit pour mieux pleurer à nouveau : il n’y a qu’à la fin de la conversation des deux hommes qu’un échange de répliques étonnant semble révéler les véritables sentiments de l’Abbé. Après avoir suggéré qu’il valait mieux enfermer au couvent l’épouse infidèle, l’Abbé dit en effet « tendrement15 » : « En ce cas-là, quand nous l’aurons fait cloîtrer… si tu veux, mon ami ! … mon très cher ami ! … venir loger avec moi… dans ma petite maison des Porcherons… nous vivrons ensemble16 ! » Et le Président de répondre « l’embrassant et pleurant de tendresse » : « Cher Abbé !... mon très cher Abbé ! … j’y consens, de bien bon cœur17 ! » Ne serait-ce pas là l’aveu principal ? Le plus indicible ? La vérité est bel et bien dans le vin, et cette révélation d’un amour homosexuel ne saurait s’effectuer sans les vapeurs de l’alcool qui permet de dire ce qui est socialement condamné. Notons d’ailleurs que la scène est interrompue dans ce moment culminant par la Présidente elle-même qui parvient, justement en saisissant de la question de l’ivresse, à retourner complètement la situation.

  • 18 Ibid., p. 61.

6Alors que tout la condamne, elle reproche en effet à son époux d’être « dans l’état honteux où le vin [l’] a mis » et de « donner quelque créance aux fables et aux rêveries que [lui] débite […] un homme ivre comme M. l’Abbé18 ». Autrement dit, ce n’est plus la vérité dans le vin, mais le mensonge dans l’ivresse. Les propos d’un ivrogne ne peuvent qu’être sujets à caution, et le Président, qui refuse décidément de croire que sa femme est malhonnête, se laisse séduire par cet argument. L’ivresse se dissipe et un mensonge confortable peut à nouveau faire advenir l’harmonie conjugale. L’Abbé est alors chassé de la maison et le dénouement autorise un retour à l’ordre. Dans la pièce, le motif de l’ivresse est ainsi chargé de plusieurs enjeux : d’un point de vue dramatique, l’ivresse permet à la fois le surgissement de la vérité et le rétablissement de l’ordre malgré les bouleversements dus aux aveux de l’Abbé. D’un point de vue symbolique, le vin apparaît comme ce qui permet à une certaine forme de transparence de triompher : il n’y a plus d’obstacles entre les personnages quand ceux-ci sont libérés du carcan de la politesse : ils peuvent bien tout se dire. Mais cette transparence est âpre et difficile à supporter. D’un point de vue poétique, enfin, le vin permet de peindre différents comportements, selon le degré d’ivresse des personnages.

Saoûl, gris, ivre

  • 19 Léandre ambassadeur, op. cit., p. 73.
  • 20 Acad. 1694, art. « Gris ».
  • 21 Ibid., art. « Soûl ».
  • 22 Toutes les citations proviennent de l’article « Yvresse » dans l’Encyclopédie ou dict (...)
  • 23 Charles Collé, Le Rossignol, in Théâtre de société, tome I, La Haye et Paris, Gueffie (...)
  • 24 Ibid, p. 74.
  • 25 Malouin, art. « Yvresse », Encyclopédie…, op. cit.

7« Primo, Monsieur, après y avoir bien rêvé, mon avis est que vous vous grisiez, qu’on enivre le bonhomme Cassandre et que je me soûle19 », s’exclame Arlequin dans la parade Léandre Ambassadeur lorsqu’il cherche une idée pour tromper le bonhomme Cassandre. Ces différentes nuances lexicales sont-elles cependant signifiantes ? Le Dictionnaire de l’Académie indique qu’« on dit d’un homme à demi ivre qu’il est gris20 ». Quant au mot « soûl », il signifie « ivre, plein de vin21 » : il n’y a donc pas à proprement parler de différence entre l’état que recherche Arlequin et celui qu’il préconise pour Cassandre. L’article « Yvresse » de l’Encyclopédie précise cependant qu’il y a « trois états ou degrés différents » dans l’ivresse, le premier étant « l’ivresse commençante », joyeuse et chaleureuse, qu’on appelle la griserie, le « second degré de l’ivresse », c’est « l’ivresse proprement dite », qui altère tous les sens. Le dernier degré, le plus grave, consiste « dans l’apparition des accidents graves et moins ordinaires, tels que la folie, les convulsions, l’apoplexie22 ». Est-ce à dire qu’Arlequin a la rigueur scientifique des philosophes ? Probablement pas. La formule a plutôt ici une vocation comique : le valet, conforme au type de la Commedia dell’arte, veut profiter de la situation et boire tout son saoul. En revanche, l’homme gris et l’homme ivre doivent être nettement distingués, et cette nuance apparaît de façon récurrente dans le théâtre de société. Dans Le Rossignol de Collé, par exemple, Richard demande à son valet Poitevin s’il est « saoul » et ce dernier de répondre : « Non, je suis gris tout au plus23 ». La réplique du valet est ici une façon de se défendre vis-à-vis des accusations de son maître, et Poitevin, qui chante « en ivrogne24 » selon une didascalie, est bel et bien soûl. Cela étant, on constate que la griserie, cette demi-ivresse, apparaît comme quelque chose d’acceptable ou du moins de toléré : elle n’a « rien de fâcheux25 » pour reprendre les mots de l’auteur de l’article « Yvresse » de l’Encyclopédie ; celui qui est gris peut encore se contrôler, maîtriser son corps et ses paroles, ce qui n’est plus le cas de l’homme ivre. L’homme grisé est en outre joyeux, contrairement à l’homme soûl. C’est du moins ce qui apparaît dans une note de La Vérité dans le Vin de Collé :

  • 26 Charles Collé, La Vérité dans le vin, op. cit., p. 49.

Dans cette scène et les suivantes, les acteurs qui joueront les rôles du Président et de l’Abbé, doivent mettre une différence très marquée dans le jeu. Le Président est ivre noyé, l’Abbé n’est que gris. L’un a une ivresse triste ; l’autre a de la gaieté et de la grâce26.

  • 27 Malouin, art. « Yvresse », Encyclopédie…, op. cit.

8En d’autres termes, socialement – voire esthétiquement – il est important de conserver une certaine modération dans sa consommation d’alcool : si le vin peut rendre gai et aimable en société, il peut aussi, pris en quantité, rendre le personnage non seulement « triste », mais pénible pour ceux qui l’entourent. Cela est d’ailleurs souligné dans l’article « Yvresse » de l’Encyclopédie : « pour peu qu’on s’expose plus longtemps à la cause qui [a] produit [l’état de griserie], la scène va changer ; les pleurs vont succéder aux ris, et ce trouble léger qui n’avait servi qu’à remonter les ressorts de la machine, va dégénérer en une altération vraiment maladive27 ». Ainsi, d’une certaine façon, le discours dramatique rejoint la description médicale des effets de l’ivresse présente dans l’Encyclopédie.

  • 28 Charles Collé, Le Bouquet de Thalie, op. cit., sc. 6, p. 35.
  • 29 Ce que Dieu garde est bien gardé ou Il y a un Dieu pour les ivrognes, in Théâtre de (...)
  • 30 Charles Collé, La Vérité dans le vin, op. cit., p. 51.

9L’homme ivre a d’ailleurs une façon de parler caractéristique, et Collé rend compte stylistiquement de cette ivresse en faisant bégayer les personnages soûls et en multipliant les points de suspension. Il s’en explique ainsi dans deux notes très similaires : dans Le Bouquet de Thalie, il écrit à propos du Marquis qui a « les dents fort mêlées » (c’est-à-dire qui est très soûl) : « Les points qui se trouvent dans le rôle du Marquis marquent les pauses qu’un homme, pris de vin, fait à chaque instant lorsqu’il parle28. » De même, dans un proverbe-comédie intitulé Ce que Dieu garde est bien gardé ou Il y a un Dieu pour les ivrognes (titre on ne peut plus suggestif !) : « Les points qui se trouvent dans le rôle du Comte, servent à marquer les repos et les pauses, que fait un homme ivre, lorsqu’il veut parler29. » On le voit, le commentaire de l’auteur est fondé sur un trait physique observable du comportement d’un homme ivre. Au-delà du caractère réaliste de la remarque, il y a dans ces commentaires métatextuels, dont Collé est si coutumier, une réflexion sur la représentation dramatique de l’ivresse : s’il ajoute de façon un peu vague à la fin d’une scène de La Vérité dans le vin que les personnages doivent se livrer à des « lazzis de gens ivres30 », l’auteur essaie cependant de formuler quelques indications scéniques – on l’a vu avec les nuances à apporter entre le jeu de l’homme gris et celui de l’homme soûl. Cela a peut-être à voir avec la pratique du théâtre en société : les membres de ces sociétés n’étaient pas des acteurs professionnels (à quelques exceptions près) et on imagine volontiers que le fait d’interpréter des personnages ivres n’allait pas de soi. Il faut en effet avoir à l’esprit que les sociétés mondaines pratiquant le théâtre chez elles étaient composées de membres de l’aristocratie ou de la haute bourgeoisie : princes, comtes, ducs, magistrats, autant de personnes rompues aux usages d’une étiquette très stricte. Cela n’empêche toutefois pas la bonne société de s’enivrer elle aussi et de savoir à quoi ressemble un homme ivre.

  • 31 Louis-Sébastien Mercier, « La Courtille » in Tableau de Paris, éd. Jean-Claude Bonnet, (...)
  • 32 Ce que Dieu garde est bien gardé, op. cit., p. 267.
  • 33 Ibid., p. 269.
  • 34 Id.
  • 35 La Vérité dans le vin, op. cit., p. 31.
  • 36 Id.

10On remarquera d’ailleurs à cet égard que les personnages d’hommes ivres représentés dans le théâtre de société appartiennent à toutes les catégories sociales. Dans les parades, ce sont des personnages du peuple : conformément à la poétique de ces divertissements, il s’agit de recréer en société un univers pseudo-populaire. Les personnages vont au cabaret, à la Courtille, aux Porcherons, ou chez Ramponneau, tout un ensemble de lieux où se rendait vraiment ce peuple de Paris décrit comme violent et brutal par Louis-Sébastien Mercier, et où les nobles mondains ne devaient, au contraire, guère se montrer31. Le mauvais vin dont les personnages du peuple s’enivrent, leur violence, apparaissent comme des éléments somme toute assez étrangers au quotidien des sociétés aristocratiques dans lesquelles les parades étaient représentées. En revanche, dans d’autres pièces issues du répertoire de société apparaissent des personnages plus proches de l’univers mondain, comme le Président – un membre de la bourgeoisie « robine », donc – dans La Vérité dans le vin, mais aussi des aristocrates comme le marquis du Bouquet de Thalie ou le Comte de Ce que Dieu garde. Dans la scène 3 de cette pièce, la Comtesse déplore ainsi le fait que son mari ne soit pas encore rentré et s’exclame : « Il a dîné chez ce Commandeur. Je crains fort qu’il n’y ait du punch et du vin sur jeu… c’est l’ordinaire32. » Or cet ordinaire est bien connu des assemblées mondaines. On peut même aller plus loin, en relevant une note que Collé écrit à propos de la réplique d’un exempt venu se plaindre à la Comtesse de la conduite, ou plutôt de l’inconduite de son mari, ivre, qui lui avait « fait tenir des propos très indiscrets contre la réputation d’une femme de la plus grande qualité33 » : « Cette scène avait un piquant pour une société particulière, et un sel qu’il est impossible de faire passer au public34. » Il faut comprendre par là que tout l’intérêt de cette réplique provenait d’un effet de connivence entre l’auteur, les acteurs et les spectateurs, qui appartenaient tous à la même société et qui partageaient tous, plus ou moins, les mêmes savoirs. Le sel de cette scène venait du fait que tous ces participants devaient connaître une femme de qualité offensée par un homme ivre : qui sont-ils ? Nous ne le savons pas, mais peu importe : ce qui compte, c’est que cette assemblée, elle, savait de qui il était question. Car l’ivresse n’est pas qu’un motif de théâtre, c’est aussi un « défaut misérable et bas, qui est, depuis longtemps, banni de la société des honnêtes gens35 », pour reprendre l’expression de la Présidente dans La Vérité dans le vin. On pourrait alors penser que le théâtre de société, comme le monde, condamne l’ivresse. Cette attitude n’est pourtant pas si évidente, et si l’on en croit le Président, ce sont plutôt « les femmes [qui] « ne sauraient souffrir qu’on estime le vin36 ».

L’ivresse : genre et sexualité

  • 37 Ibid., p. 44.
  • 38 Léandre hongre, in Théâtre des Boulevards, op. cit., t. I, p. 433.
  • 39 On apprend par exemple qu’elle se rend chez la « marchande d’eau de vie », (Zizabelle (...)

11Toutefois, les femmes aussi peuvent être ivres. Leur proportion sur scène est certes moindre. On entend bien La Présidente dans La Vérité dans le Vin parler des « coquines » que fréquente l’Abbé en précisant qu’« après avoir soupé avec ces impures-là, au point du jour, M. l’Abbé les mène boire du ratafiat, à Neuilly37 », on devine, à la dernière scène, qu’Isabelle a été « surprise dans le vin38 » par Gilles au retour de la Courtille, dans Léandre Hongre, et que le personnage éponyme de Zizabelle mannequin a un goût certain pour le vin39. Dans tous ces cas, l’ivresse est synonyme d’une vertu un peu lâche : l’alcool entraîne invariablement la débauche des corps, même si celle-ci n’est pas montrée sur scène. Et puis dans la majorité des cas, les femmes sont plutôt écartées des scènes d’ivresse, à l’instar de l’Isabelle de Léandre Ambassadeur, qui se contente d’assister à la beuverie en train d’avoir lieu et qui la commente avec dépit. Elle s’exclame ainsi, à propos de son amant Léandre :

  • 40 Léandre ambassadeur, op. cit., sc. 16, p. 86-87.

… le voilà à se souler (sic) avec mon père sans me faire l’honneur de me mettre dans la partie, et sans savoir si je suis au monde, j’ai un père qui est d’une z’avarice crasseuse ; et quoiqu’il aime le cabaret, z’il ne me donnerait pas tant seulement un verre d’eau-de-vie le matin pour me refaire le cœur. (On chante) écoutez les vilains ivrognes, ils vont faire une belle ventrée, et puis faudra porter mon père par les pieds et par la tête à not’ chambre qui sera faite demain comme une étable à cochons, je voudrais qu’il eût de la poison dans leur vin ; et puis mon père viendra me dire, que pourvu qu’on boive en bonne compagnie, ça est honnête40.

  • 41 Charles Collé, Le Bouquet de Thalie, op. cit., p. 48.
  • 42 Id.
  • 43 Caylus, Le Bordel ou Jean Foutre puni, i Théâtre érotique, Paris, La Musardine, (...)
  • 44 Id.
  • 45 Ibid., p. 63.
  • 46 Malouin, art. « Yvresse », Encyclopédie…, op. cit.

12La réplique est un peu longue, mais elle est riche à différents égards ; elle témoigne d’abord de l’envie de la jeune fille de faire partie de la fête, et du fait que l’ivresse reste après tout une affaire d’hommes. Elle expose ensuite le dégoût éprouvé par Isabelle à l’égard des « vilains ivrognes » et décrit en des termes particulièrement réalistes les conséquences de cette ivresse : le fait que le corps de l’homme soûl soit un corps lourd, mort, qu’il faut déplacer – motif que l’on retrouve également dans Le Bouquet de Thalie quand la Marquise demande aux valets de son époux d’« emporte[r] [leur] maître41 », ce qu’ils font en le soulevant « sur la chaise où il est42 » et où il s’est endormi. Mais le corps de l’homme soûl n’est pas seulement inerte, il est aussi un corps qui excrète et vomit ; l’image de « l’étable à cochons » que deviendra la chambre après le passage du père est forte car elle suggère que le père ivre est déshumanisé. C’est d’ailleurs ce qui se produit à la fin de la pièce quand le père se retrouve à quatre pattes et perd toute autorité – et toute dignité. C’est aussi l’image du cochon qui est reprise dans une pièce de Caylus, Le Bordel ou Jean Foutre puni. Le personnage de Valère y est qualifié ainsi par la maquerelle Mme Dru, qui dit de lui que c’est un « grand cochon » car il a souillé son lit après y avoir « dégueulé partout43 » et La Poirier, une prostituée, ajoute même qu’il est « le plus grand cochon de la terre de rire encore après les malpropretés et les infamies44» qu’il a commises en vomissant « sur la gorge de Fanchon45 ». Ce dérèglement du corps ivre, qui est un topos de la littérature burlesque, donne lieu à une description méthodique dans l’article « Yvresse » de l’Encyclopédie.Les éléments s’y enchaînent de manière implacable : « Alors l’estomac se vide, le ventre quelquefois se lâche, les urines coulent, et un sommeil accompagné de ronflements troublé par des songes laborieux succède à tous ces symptômes, et les termine plus ou moins promptement46 ». On voit bien cependant la différence entre cette approche médicale de l’Encyclopédie qui se veut la plus neutre possible, et les propos des personnages féminins dont la portée axiologique ne fait nul doute. La formule superlative dans le propos de La Poirier, le dégoût exprimé par les deux femmes, témoignent de la condamnation de ces excès de boisson.

  • 47 Ibid., p. 64.
  • 48 Ibid., p. 63.

13Dans Léandre ambassadeur, comme dans Le Bordel, les hommes ne sont pourtant nullement gênés par un tel comportement : dans la parade, le père insiste sur le caractère « honnête » de l’ivresse, qu’il place sur le plan de la sociabilité (« pourvu qu’on boive en bonne compagnie », dit-il) ; quant à Valère, il a une autre explication : « J’ai trop bu, je dégueule, cela est tout-à-fait naturel. Quand je bande, je fous, c’est le même principe47 ». Le fait de mettre sur le même plan la boisson et l’érection déplace le débat sur un plan strictement physiologique. Aucune condamnation morale ne saurait alors être possible : le corps a ses besoins qu’il faut satisfaire et ses trop-pleins qui doivent se déverser. Valère ajoute d’ailleurs que le fait d’avoir vomi sur la jeune Fanchon lui a « fait grand bien48 » et s’étonne que la Desprès, une autre prostituée, qui a, elle aussi, « dégueulé partout dans le lit », n’ait pas été soulagée par une telle action. Paradoxalement, il semble que le corps lui-même soit capable de se réguler malgré un dérèglement généralisé. On notera en outre que même si la prostituée fait preuve des mêmes excès que Valère, le fait de boire jusqu’à en devenir « ivre noyé » pour reprendre l’expression consacrée, est un comportement plutôt masculin.

  • 49 La Mère rivale, dans Théâtre des Boulevards, op. cit., tome III, sc. 8, p. 161.
  • 50 À cet égard, voir notre analyse de « L’homme vaporeux » dans les parades dans La Para (...)
  • 51 Ibid., sc. 2, p. 146.
  • 52 Ibid., sc. 9, p. 164.
  • 53 Ibid., sc. 9, p. 165.
  • 54 Dictionnaire universel français et latin, contenant la signification tant des mots de (...)
  • 55 Ibid., p. 164.
  • 56 Id.

14Il existe bien cependant une autre exception : l’Isabelle de La Mère Rivale de Collé, jeune amoureuse « ivre comme un dindon49 » selon les mots de sa mère. Le personnage a pourtant comme particularité d’être justement plutôt viril, tandis que son amant Léandre, à l’inverse, a un comportement féminin : il est sensible, il se pâme et paraît avoir des vapeurs50. L’ivresse participe donc à cette caractérisation masculine : sa mère dit d’ailleurs « qu’elle est fort adonnée au vin ni plus ni moins qu’un gendarme de la petite écurie51 » : le seul référent possible est masculin. Il y a cependant un élément intéressant à noter : la mise en scène de cette femme ivre diffère de celle des hommes : Isabelle boit sans cesse, mais son langage n’est nullement désarticulé comme il l’est dans les représentations des personnages masculins. Elle a, en revanche, le regard obstinément « fix[e]52 » et tout au long de la scène 9, elle est « immobile53 ». L’ivresse fait d’Isabelle un personnage hébété, qui a « une ivresse d’âne », pour reprendre la terminologie du Dictionnaire de Trévoux54. Pourtant, il n’est pas sûr que cette représentation du personnage comme une marionnette dénuée de réactions soit une façon d’explorer toutes les formes de l’ivresse, et l’on peut se demander si cela ne témoigne pas au contraire de la force d’un préjugé de genre solidement ancré dans les esprits : Isabelle est une femme, une femme doit faire preuve de pudeur et de modestie, et même si cette Isabelle est, selon la mère, « d’une immodestie à faire venir l’eau à la bouche55 », elle garde des traces de ce comportement essentiellement féminin, qu’elle soit sobre ou ivre. D’ailleurs, cette idée qu’il y aurait une façon de traiter différemment l’ivresse féminine surgit au détour d’une réplique d’Isabelle qui mentionne sa nausée – bien compréhensible après les litres de ratafia ingurgités –, mais qui, au lieu d’évoquer sa consommation d’alcool, fait allusion à une possible grossesse56. Même en état d’ivresse, le corps féminin reste donc avant tout associé à la sexualité (les femmes qui boivent sont des « coquines ») et à la maternité. 

15Il existe donc autour du motif de l’ivresse une certaine ambivalence : pour les dramaturges, faire évoluer des personnages ivres est d’une grande richesse dramatique. Visuellement, ces figures désarticulées, titubantes, bégayantes ou alourdies, sont des éléments comiques qui déclenchent immanquablement le rire, et on peut volontiers imaginer la joie des acteurs de société d’incarner, l’espace d’une représentation, ces personnages si déréglés. Pour ces comédiens mondains, c’est peut-être là la suprême transgression : s’amuser à jouer de façon burlesque des personnages au comportement malséant. Pourtant, on ne saurait réduire l’ivresse à un motif comique. Celle-ci est aussi montrée comme une tare, un vice dont il faut se défaire. Les personnages soûls sont ridicules, déshumanisés, répugnants aux yeux de leur entourage. Doit-on pour autant parler de condamnation morale de l’ivresse dans le théâtre de société ? Pas si sûr car après tout, comme dit le proverbe de Collé : « Il y a un Dieu pour les ivrognes »…

Haut de page

Notes

1 Charles Collé, Le Bouquet Thalie, prologue en prose et en vers de La Partie de chasse de Henri IV, La Haye et Paris, Gueffier, 1768, p. 28.

2 Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, Le théâtre de société, un autre théâtre ?, Paris, Honoré Champion, 2003.

3 Léandre ambassadeur, in Théâtre des Boulevards ou Recueil de parades, Mahon, Gilles Langlois, 1756, t. III, p. 73.

4 Ibid., p. 87.

5 Ibid., p. 89.

6 Ibid., p. 90.

7 Ibid., p. 92.

8 Ibid., p. 95.

9 Id.

10 Ch. Collé, La Vérité dans le Vin ou les désagréments de la galanterie, in Petite bibliothèque des théâtres, Paris, Belin, Brunet, 1789, p. 54 et 55.

11 Id.

12 Id.

13 Id.

14 Ibid., p. 57.

15 Ibid., p. 60.

16 Id.

17 Id.

18 Ibid., p. 61.

19 Léandre ambassadeur, op. cit., p. 73.

20 Acad. 1694, art. « Gris ».

21 Ibid., art. « Soûl ».

22 Toutes les citations proviennent de l’article « Yvresse » dans l’Encyclopédie ou dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers de Diderot et d’Alembert, disponible sur le site portail.atilf.fr ; dernière consultation : 28 août 2019.

23 Charles Collé, Le Rossignol, in Théâtre de société, tome I, La Haye et Paris, Gueffier, nouvelle édition, 1777, p. 40.

24 Ibid, p. 74.

25 Malouin, art. « Yvresse », Encyclopédie…, op. cit.

26 Charles Collé, La Vérité dans le vin, op. cit., p. 49.

27 Malouin, art. « Yvresse », Encyclopédie…, op. cit.

28 Charles Collé, Le Bouquet de Thalie, op. cit., sc. 6, p. 35.

29 Ce que Dieu garde est bien gardé ou Il y a un Dieu pour les ivrognes, in Théâtre de société, t. II, La Haye et Paris, Gueffier, 1768, p. 271.

30 Charles Collé, La Vérité dans le vin, op. cit., p. 51.

31 Louis-Sébastien Mercier, « La Courtille » in Tableau de Paris, éd. Jean-Claude Bonnet, Paris, Mercure de France, 1994, t. I, p. 355-358. À propos du succès de Ramponneau, l’auteur glisse avec malice : « Je ne parlerai point des princes qui le visitèrent. » (p. 355-56).

32 Ce que Dieu garde est bien gardé, op. cit., p. 267.

33 Ibid., p. 269.

34 Id.

35 La Vérité dans le vin, op. cit., p. 31.

36 Id.

37 Ibid., p. 44.

38 Léandre hongre, in Théâtre des Boulevards, op. cit., t. I, p. 433.

39 On apprend par exemple qu’elle se rend chez la « marchande d’eau de vie », (Zizabelle mannequin, sc. 4, dans Beaumarchais, Parades, éd. P. Larthomas, Paris, SEDES, 1977, p. 338)

40 Léandre ambassadeur, op. cit., sc. 16, p. 86-87.

41 Charles Collé, Le Bouquet de Thalie, op. cit., p. 48.

42 Id.

43 Caylus, Le Bordel ou Jean Foutre puni, i Théâtre érotique, Paris, La Musardine, « Lectures amoureuses de Jean-Jacques Pauvert », vol. 1, p. 64.

44 Id.

45 Ibid., p. 63.

46 Malouin, art. « Yvresse », Encyclopédie…, op. cit.

47 Ibid., p. 64.

48 Ibid., p. 63.

49 La Mère rivale, dans Théâtre des Boulevards, op. cit., tome III, sc. 8, p. 161.

50 À cet égard, voir notre analyse de « L’homme vaporeux » dans les parades dans La Parade de société au XVIIIe siècle, une forme dramatique oubliée, Honoré Champion, 2015, p. 391-393.

51 Ibid., sc. 2, p. 146.

52 Ibid., sc. 9, p. 164.

53 Ibid., sc. 9, p. 165.

54 Dictionnaire universel français et latin, contenant la signification tant des mots de l’une et de l’autre langue que des termes propres de chaque état et de chaque profession… vulgairement appelé Dictionnaire de Trévoux, éd. lorraine, Nancy, 1738-1742, art. « Vin », p. 698, disponible à l’adresse : https://www.cnrtl.fr/dictionnaires/anciens/trevoux/menu1.php: « On dit d’un ivrogne […] qu’il a un vin d’âne, quand il devient hébété ».

55 Ibid., p. 164.

56 Id.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jennifer Ruimi, « « La vérité dans le vin » »Littératures, 83 | 2020, 129-140.

Référence électronique

Jennifer Ruimi, « « La vérité dans le vin » »Littératures [En ligne], 83 | 2020, mis en ligne le 09 novembre 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/litteratures/3183 ; DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.3183

Haut de page

Auteur

Jennifer Ruimi

Jennifer Ruimi est chercheuse FNS senior à l’Université de Lausanne. Elle écrit actuellement un ouvrage sur les « petits théâtres » de Voltaire. Elle est par ailleurs l’auteur de La Parade de société au XVIIIe siècle, une forme dramatique oubliée (Honoré Champion, 2015). Elle est enfin chargée de cours à l’Institut d’études théâtrales de l’Université Sorbonne-Nouvelle (Paris 3).

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search